Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 78 - Couper les Ponts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 943
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

21032012
MessageChapitre 78 - Couper les Ponts

[Date originale : 22 Janvier 2012]
[Date correctif : 21 Mai 2015]
Terre 2315

L’Eert avait dû se tenir à bonne distance pour ne pas être pris sous l’emprise de Demlos. Toutefois en voyant le rayon pourpre zébrer le ciel, il en avait conclu que tout danger était écarté. En prévision de cette victoire, le Frêne avait fait préparer un sac à dos que la Mandragore avait amené avec elle. Face aux trois humains, le Frêne présenta sa gigantesque main à la Mandragore pour la faire descendre délicatement.

« - Conformément à notre accord, nous allons vous aider à vous soustraire à l’influence des Deinones. Le contenu de ce sac vous aidera en cela » dit le Frêne alors que la Mandragore leur donnait le dit sac.

Curieux, Frédéric ouvrit le sac et y vit deux petites bourses, un flacon rempli d’un liquide translucide, des liasses d’argent d’une monnaie qu’ils ne connaissaient pas, un pendentif d’aspect morbide représentant une gueule ouverte avec une sphère au fond de celle-ci et enfin un petit carnet.

« - Nous allons vous envoyer dans une autre dimension que les deinones n’ont à priori pas encore explorée puisque ne présentant aucune particularité susceptible de les intéresser. L’argent que l’on vous a donné est celui que les humains de notre monde utilisaient autrefois et qui se trouve être le même là où on va vous envoyer. Vous pourrez ainsi prendre un nouveau départ sans problèmes majeurs si vous n’achetez rien dans les grandes enseignes ».

Frédéric sortit une des liasses d’argent du sac pour l’observer. Les billets étaient légèrement plus petits que les billets d’euros de son monde d’origine. En revanche ils présentaient la particularité de changer de couleur suivant l’éclairage.
Frêne ayant fini, la Mandragore s’affaira à planter deux graines à deux mètres l’une de l’autre. Rapidement, les graines se développèrent et deux grosses plantes sortirent de terre. D’abord parfaitement verticales, elles se courbèrent l’une vers l’autre pour former une arche. Des fleurs jaunes fleurirent à l’intérieur de l’arche et libérèrent un pollen particulièrement dense. Au sein du pollen, formant un véritable rideau de brouillard, démarra une réaction. Bientôt des éclairs d’énergie verte zébrèrent le brouillard. Ils furent de plus en plus fréquents jusqu’à ce que deux d'entre eux entrent en contact. Dès lors une sorte de boule d’énergie se forma et s’agrandit par incrémentation de nouveaux éclairs jusqu’à occuper tout l’espace sous l’arche. L’espace sous l’arche saturé d’énergie, un vortex naquit en son sein et s’ouvrit sur une vision d’un autre monde.

« - Toutefois, les choses seraient trop aisées s’il suffisait de vous envoyer vers une autre dimension. Le petit carnet qu’on a glissé à l’intérieur vous dira quoi faire le moment venu ».

« - On dirait que vous avez pensé à tout ! » dit Jeremiah.

« - Remerciez Yggdrasil, il a une clairvoyance hors norme pour un Eert » répondit le Frêne, souriant.

« - L’avantage de l’âge ! » répliqua Frédéric.

« - Je déplore les circonstances de notre première rencontre et nous espérons que vous réussirez dans votre quête ».

« - L’épisode avec les Essor est oublié » répondit Frédéric.

« - Parle pour toi ! » intervint Miles en râlant.

« - N’y faites pas attention, c’est un râleur né ! » plaisanta Frédéric.

« - En tous cas, merci pour tout ! » conclut Jeremiah.

Les adieux faits, les trois hommes traversèrent le portail dimensionnel des Eert. Ils se retrouvèrent dès lors sur une planète semble-t-il paisible. L’air y était respirable, la nature fleurissante et les tours d’une grande ville se découpaient à l’horizon.

« - Bon ! Je répète ma question : On fait quoi maintenant ? » demanda Miles.

« - Lisons le carnet voir si les Eert nous conseillent quoi que ce soit » proposa Jeremiah.

D’accord avec Jeremiah, Frédéric ouvrit le sac et y prit le petit carnet pour l’ouvrir à la première page.

« - Chers Frédéric, Jeremiah et Miles.
Vous voici maintenant arrivés sur la Terre 543 et vous devez vous demander quoi faire, tout naturellement.
Sachez que ce carnet a été écrit en fonction de la connaissance que nous avons des protocoles des deinones ; ainsi il est fort probable que les événements décrits dans ce carnet s’avèrent utiles en temps voulu.
Toutefois pour conserver l’efficacité de ce qui y est écrit plus loin, et afin d’empêcher un quelconque individu doué de télépathie de découvrir les plans d’actions proposés, nous vous déconseillons de lire plus loin que nécessaire ».

En dessous de ce texte d’introduction résidait un sommaire aux titres qui ne leur disaient rien pour le moment … hormis les deux premiers : "Couper les ponts" et un nom qui leur était familier. Ils tournèrent la première page et lurent ce que le carnet leur conseillait sur leur situation.
_____________

Terre 2315 – Peu de temps après le départ de Frédéric, Jeremiah et Miles

Un contingent massif d’Eert en tout genre, que ce soit arborescent ou florescent, se dirigeait vers l’équipe Oblivion, toujours sous l’effet des somnifères, et ce mené par le Saule. Ce dernier ordonna aux plantes qui les maintenaient dans un état végétatif de cesser l’émission de leur pollen et de les libérer. Les militaires revinrent à eux quelques minutes plus tard, un tant soit peu vaseux. Toutefois cet état fut vite gommé en constatant qu’ils étaient entourés de créatures végétales animées.

« - Les trois hommes que vous êtes venus pourchasser sur notre planète s’en sont allés ! » déclara le Saule d’une voix solennelle.

Une nouvelle surprise frappa les militaires en se rendant compte de la présence des Eert arborescents qu’ils n’avaient pas encore remarqué. Une partie d’entre eux n’osèrent bouger, surtout en constatant qu’ils avaient été dépossédés de leurs armes. Mais une poignée n’avait pas peur. Ils étaient prêts à se battre à mains nues lorsque leur Colonel leur en donnerait l’ordre. La surprise passée, Westwood prit la parole.

« - Ils sont retournés chez leurs maîtres je suppose ».

« - Détrompe-toi impétueux humain. Ils ont entrepris de se libérer de leurs chaînes qui les rattachaient jusque-là aux deinones ! » répondit le Saule.

Les paroles de l’Eert étonnèrent quelque peu Westwood car il démontrait qu’ils avaient connaissance de la situation. Après quoi, une Mandragore vint planter dans le sol deux graines de la même manière que sa consœur à plusieurs kilomètres de là. Une seconde arche se forma et en son sein un portail s’ouvrit sur la Terre 6354, la dimension de l’Unicorps.
Ils furent invités à l’emprunter et quitter la planète. Johnson fut le premier soldat à être dirigé vers l’arche. Arrivé juste en face, il tourna la tête vers son Colonel. Ce dernier lui fit signe de la tête d’y aller. Juste avant de traverser, il se vit remettre son paquetage par un Tournesol. Après quoi Johnson traversa et arriva sans encombre sur sa Terre d’origine. Ainsi les militaires firent la queue et tout se déroula dans le silence et le calme le plus complet jusqu’à ce que arrive Westwood, le dernier de l’équipe.

« - Ne les considérez plus comme vos ennemis. Un jour vous pourriez voir vos routes se recroiser et d’ennemis ils pourraient devenir des alliés puissants » conseilla humblement le Saule.

Westwood laissa échapper un léger grognement et passa à son tour le portail.
_____________

Terre 543 – 3 jours plus tard

Comme leur avait conseillé le carnet, les trois hommes s’étaient séparés pour se rendre plus difficilement repérables si jamais on venait les chercher sur cette planète. Frédéric avait conservé le sac et son contenu hormis l’argent qu’ils s’étaient partagé. Aucun d’eux n’était dupe et ils savaient que bientôt le destin qui semblait leur être tout tracé les rattraperait. En attendant, ils comptaient tous profiter à leur manière de ces vacances.
Frédéric choisit de se retirer dans la forêt, loin du monde civilisé. S’étant acheté une hache, il avait entrepris de se construire une petite cabane. Abattant juste ce qu’il lui fallait d’arbres, il travaillait jour et nuit sur la construction et avait déjà fini le plancher.

De son côté, Jeremiah avait élu domicile dans la mégalopole qu’ils avaient vue au loin en arrivant. Semblable à la sienne, cette Terre connaissait la violence et dans des villes aussi tentaculaires il était fréquent que des crimes restent impunis. Ainsi, Jeremiah rôdait la nuit dans les ruelles mal famées de la ville. La nuit était déjà bien entamée lorsque les cris d’une femme vinrent à ses oreilles. Un homme l’avait attirée dans une impasse où il la violentait sauvagement. En quelques minutes il eut finit son affaire et se relevait un sourire béat aux coins des lèvres tout en remontant son jean. Sa pauvre victime, gisait recroquevillée par terre pleurant et gémissant. Agacé par ses plaintes, le violeur se mit à la frapper du pied au ventre, il lui écrasa les mains sous ses talons avant de lui marteler le crâne tel un ballon de football. Pas encore habitué à la propagation complexe du son due aux échos et autres réverbérations sur les façades d’immeubles, Jeremiah arriva trop tard. Cela faisait quelques secondes que la pauvre jeune femme avait rendu l’âme mais l’homme continuait de la frapper encore et encore. Il aperçut alors Jeremiah du coin des yeux. Il cessa de frapper le cadavre et se retourna vers lui.

« - Tu voulais ta part ? Ben t’arrive trop tard mon gars ! Va t’en trouver une autre ! » dit-il d’une voix aigüe et accompagnée d’un rire de psychotique.

« - Non, ce n’est pas encore trop tard … tu es encore là, toi ! » dit Jeremiah d’un ton grave.

Le violeur s’arrêta de rire et sourit. Il resserra sa ceinture et sortit son canif. Observant l’arme du déchet humain qu’il avait face à lui, Jeremiah sortit sa dague mongole, seule arme qu’il lui restait en état. Constatant le ridicule de son canif face à la dague, le prédateur prit peur et s’enfuit. Il n’eut pas fait cinq mètres qu’il sentit la lame de la dague se planter dans son dos et ressortir par son abdomen. Sous la douleur, il s’arrêta, debout, constatant avec effroi la lame qui sortait de son ventre. Jeremiah arriva dans son dos et saisit le manche de sa dague.

« - Ce serait dommage de gâcher ! » lui dit-il doucement à l’oreille.

Le vampire gela  alors son arme et les organes qu’elle avait transpercés, arrêtant tout saignement. Après quoi il le mordit dans le cou et préleva juste la quantité de sang qu’il lui fallait. L’homme, étant passé de prédateur à proie, vivait encore. Il était debout, maintenu par la dague de Jeremiah.

« - Maintenant que j’ai fait ce que j’avais à faire, tu vas pouvoir mourir comme un chien, seul dans cette ruelle ! » lui dit à nouveau Jeremiah à l’oreille.

Après quoi il arracha sa dague encore prise dans la glace et les entrailles. La sensation et la  douleur que ressentit le tueur furent indescriptibles. Il tomba à genoux avant de tomber face contre terre, le visage dans une flaque d’eau. Qui de l’hémorragie ou de la noyade eut raison de lui ? Jeremiah ne le sut pas. Il emporta la jeune femme dans une morgue et s’éclipsa discrètement.

Quant à Miles, il avait choisi une autre ville pour vagabonder. Rapidement il avait épuisé la somme colossale d’argent qu’il avait reçue dans divers fastfoods qu’il avait dévalisés et épuisés. Toujours tiraillé par la faim, sa maladie n’avait fait qu’empirer au fil des jours sûrement due à la recrudescence de l’activité de son autre lui. Sa voix retentissait à nouveau dans sa tête alors qu’il ne l’avait plus entendue depuis la Terre 7243. Bataillant toujours pour obtenir le contrôle du corps dont il était l’hôte, il s’exécutait de façon plus sournoise. Lui suggérant des actions afin de le rabaisser et de le faire chuter. Avec l’aide de sa faim inextinguible, il le poussa à fouiller les poubelles en quête de quelconques restes, à pourchasser des rats voire même à dévorer les cadavres d’animaux errants. Miles s’abaissa à cette déchéance car il se rendait bien compte que plus il satisfaisait sa faim, plus il pouvait résister à son autre lui. Mais cette nourriture était loin de subvenir à ses besoins vitaux et bientôt son autre dût le forcer à fracturer les portes blindées de différentes boucheries.
_____________

Cité Miroir

Le Westwood au service des deinones rentra enfin de mission, couvert de boue et autres déchets d’origine végétale. Contrairement à Frédéric, Jeremiah et Miles, il n’apparut pas dans la Salle Verte et ne fut donc pas soumis au scanner biologique. Sur la Terre 2315, il avait eu pour mission de glaner un peu de l’eau de la fontaine de jouvence mais il rentrait aujourd’hui en ayant échoué. Les Eert, bien qu’ils ne le voyaient, semblaient capable de le situer et ne cessaient donc pas de le pourchasser si bien qu’il dût battre en retraite et rentrer au bercail la queue entre les jambes.

« - J’espère que ton apparence ne trahit pas le résultat de ta mission ! » dit sèchement Yactigah, sa superviseur.

« - Je suis désolé Maîtresse Correctrice mais j’ai … échoué … » dit-il en baissant la tête.

Il vit alors dans la pièce la Maîtresse Coordinatrice Zilimah.

« - A vrai dire, vos trois protégés n’ont pas arrangé les choses ! » dit-il en relevant la tête, la voix pleine de hargne.

« - J’étais bien plus près d’accéder à la fontaine avant qu’ils n’arrivent. Tout ce qu’ils ont réussi à faire c’est me faire repérer et attirer toujours plus d’ennemis ! »

« - Ça suffit Westwood ! C’était soit eux, soit personne et c’est moi qui ait pris la décision de les envoyer pour t’aider puisque tu avais l’air d’en être incapable ! » intervint Yactigah en haussant le ton.

Westwood re-baissa la tête.

« - Je suis sûr que c’était la décision à prendre de votre point de vue … mais du mien, il aurait été préférable que je reste seul sur cette mission, si je peux me permettre » dit-il avec tout le respect qu’il pouvait manifester envers sa maîtresse.

Cette dernière écarquillait des yeux, emplie de colère.

« - Comment se fait-il qu’ils ne soient pas avec toi ? » demanda Zilimah.

« - Étant donné qu’ils étaient particulièrement doués pour attirer les emmerdes, je les ai laissés en prise avec un démon et ne les ai plus revus depuis ».

« - On dirait que tes petits protégés sont morts. Se faire tuer par un démon, finalement ils n’étaient pas aussi importants dans nos plans » ironisa Yactigah.

« - Il serait dangereux de les sous-estimer, n’est-ce pas Nialgrim ? »

Le démon qui se tenait jusque-là derrière le monolithe bleu, sortit de derrière.

« - Oui, chère Zilimah ! Ils ignorent que j’ai la possibilité de les suivre. Ils ont tous les trois survécu à leur rencontre avec le démon dont parle Westwood. Je peux même vous dire qu’ils ont changé de dimension via un mode de transport qui m’est inconnu. Je ne puis donc affirmer qu’ils l’aient fait de gré ou de force » répondit le démon avec plein de malice dans les yeux.

Yactigah et Westwood esquissèrent une grimace de frustration.

« - Je constate à votre rictus que vous reconnaissez leurs forces, Maîtresse Yactigah. Maintenant, si vous le permettez, vous comprendrez que je me dois de les récupérer ».

Sur ce Yactigah et Westwood quittèrent la pièce.

« - Bien, Nialgrim. Tu te doutes de ce que je vais te demander. Ce n’est pas la première fois. Ramènes-les moi, par la force s’il le faut ! »

Nialgrim déglutit à l’idée, appréhendant ce qu’il allait devoir faire. Toutefois il acquiesça et disparut dans l’un de ses vortex.
_____________

Terre 543

Nialgrim apparut dans une forêt enneigée, perdue au milieu de nulle part. Toutefois il aperçut rapidement la charpente d’une maison en bois en construction et se dirigea donc vers elle tout naturellement. Il arriva dans le dos de Frédéric alors que ce dernier ramenait un tronçon de bois vers sa maison pour le découper.

« - Ça sent l’œuf pourri d’un coup ! » dit-il avant de se retourner vers Nialgrim, nullement surpris.

« - Dire que sur la Terre précédente on nous qualifiait de chiens des deinones mais celui qu’elles tiennent vraiment en laisse et qu’elles envoient rapporter leurs jouets c’est un misérable démon de bas étage. Où caches-tu donc ta laisse ? »

Il laissa alors tomber le tronc sur le sol dans un bruit sourd, amorti par la neige. Les traits de Nialgrim étaient tendus et il scrutait les environs lorsqu’il se mit à sourire.

« - Vous êtes bien moins puissants une fois séparés. Je dois avouer que je suis soulagé car la tâche que m’a confié Zilimah sera plus aisée que je ne l’aurais cru ».

« - Tu sembles mieux nous connaître que nous le croyions. Il est vrai que depuis que l’on s’est quittés, je me sens moins puissant mais je reste persuadé que j’ai encore largement de quoi te botter le cul ! »

Il enflamma alors sa main droite mais à sa grande surprise sa chaleur fut bien moins intense qu’il ne l’aurait voulu. Voyant cela, Nialgrim se mit à rire.

« - En es-tu sûr ? Je vais te confier un secret : plus longtemps vos prédécesseurs étaient séparés les uns des autres, plus leurs forces faiblissaient. Ils l’ont appris à leur dépend. Ceci dit il est vrai qu’ils étaient un peu plus … "purs" que vous ne l’êtes. Tout en conservant une force supérieure à celle d’un humain lambda, tu ne représentes plus une menace pour moi ! »

Sur ce il tendit à l’horizontale son bras droit et ouvrit un vortex d’ébène.

« - Épargne-nous à tous les deux une perte de temps et retourne bien gentiment à la maison ! »

Frédéric baissa la tête en reconnaissant sa défaite et il éteignit sa flamme. Toutefois avant d’emprunter le vortex, il tourna le dos à Nialgrim et partit récupérer ses affaires. Sur le plancher de sa maison, il ramassa le sac. A côté gisait le petit carnet des Eert ouvert à la troisième page. En tête de page, en guise de titre était inscrit le nom de Nialgrim.


Dernière édition par Jezekiel le Jeu 21 Mai - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Pat CONROY (Etats-Unis)
» Freddy - Chapitre 1 : Les Griffes de la Nuit
» Spoil Bleach chapitre 274
» TUTO : Découper et coller du vinyl
» Bleach - Chapitre 322 BKT
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 78 - Couper les Ponts :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 78 - Couper les Ponts
Message le Mer 21 Mar - 15:13 par Shion
[Date originale : 24 Janvier 2012]
Les vacances n'auront pas duré longtemps...

Et j'ai comme l'impression que leur séparation est particulièrement préjudiciable à Miles...
avatar
Re: Chapitre 78 - Couper les Ponts
Message le Mar 19 Juin - 12:46 par Nyko
La fin de cet arc me confirme je que pensais depuis plusieurs chapitres déjà, ensemble ils sont puissant et séparé leurs pouvoirs s'amenuisent.
Visiblement ils ont eu des successeurs, un vrai mystère les entoure.
avatar
Re: Chapitre 78 - Couper les Ponts
Message le Sam 23 Juin - 16:57 par Shion
Ils ont eu des prédécesseurs plutôt, non ? Razz
Re: Chapitre 78 - Couper les Ponts
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 78 - Couper les Ponts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 6 - un Monde Vert-
Sauter vers: