Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 80 - Diviser pour mieux régner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

22032012
MessageChapitre 80 - Diviser pour mieux régner

[Date originale : 5 Février 2012]
[Date correctif : 16 Juin 2015]
Terre 543

Tenant son sac à l’épaule, Frédéric traversa le vortex de Nialgrim et atterrit dans l’Antre des Vers.

« - Bien ! Maintenant, mon p’tit loup, suit donc le chemin et retourne à la Cité Miroir ! » lui dit Nialgrim.

« - Et si je refuse et décide de rester dans l’antre ? »

« - Saches que je te laisse deux minutes pour traverser. Après quoi je referme les vortex d’entrée et de sortie et tu seras écrasé par la dimension lorsqu’elle se repliera sur elle-même. Maintenant va pendant que je vais chercher tes potes ! » répondit froidement Nialgrim dont une goutte de sueur dégoulinait sur sa tempe droite.

Cette goutte, Frédéric ne la vit pas.

« - Bonne chance avec Miles, alors ! » dit-il avant de se diriger vers la sortie de l’Antre.

Sans surprise il se retrouva dans la salle verte de la Cité Miroir.

« - Bon retour parmi nous, Frédéric ! » déclara l’habituel hologramme de Zilimah.

Frédéric regarda l’hologramme ne laissant aucune émotion transparaître sur son visage.

« - En attendant l’arrivée de tes amis, veuille prendre place dans une salle d’examen ».

« - Je ne crois pas ! Je préfère les attendre plutôt ! »
_____________

Terre 543

Refermant le vortex, les traits de Nialgrim se relâchèrent et il se mit à sourire.

« - Imbécile ! En abandonnant aussi facilement tu as précipité la chute de tes amis ! »

« - Bon ! Il ne doit pas y avoir 36 personnes ayant utilisé l’antre ».

Dans sa main gauche il créa une sphère noire comme du charbon à la surface de laquelle les côtes des continents de cette planète étaient illuminées d’indigo. Deux points brillèrent fortement mais en tout points semblables. Ainsi, il créa une seconde sphère dans sa main droite cette fois d’un rouge carmin. Un seul point était mis en évidence. Il rapprocha ses mains l’une de l’autre et fusionna les deux sphères. Des trois repères deux se superposèrent ce qui fit sourire Nialgrim. Il fit disparaître les deux sphères et ouvrit un portail de lumière jaune circulaire.
_____________

Terre 543 – Mégalopole où Jeremiah a élu domicile – quelques secondes auparavant

Alors qu’il venait d’apaiser sa soif, Jeremiah fut troublé de la ressentir aussi vite, grandissante dans son estomac. Une seconde sensation le perturba néanmoins encore plus. Comme les personnes qui ressentent la disparition d’un de leurs proches avant même d’en prendre connaissance. Perdu dans ses pensées, une odeur le tira de son introspection. Une odeur qui lui était devenue familière depuis qu’il avait commencé à voyager d’une dimension à l’autre, l’odeur du souffre.

« - Qui as-tu fais partir de cette dimension, bête immonde ? » demanda Jeremiah avant de se retourner vers Nialgrim.

« - Ainsi tu as senti le départ de Frédéric ? Tes sens sont bien plus éveillés que je ne l’aurai cru » répondit Nialgrim, amusé.

« - Qu’importe ! Où l’as-tu envoyé ? »

« - Là où je vais t’envoyer également : chez tes maîtresses ! »

« - Et les tiennes aussi ! »

Nialgrim esquissa une grimace. En effet le démon qu’il était haïssait le fait d’être assujetti à des mortelles.

« - De gré ou de force, tel est le choix que j’ai proposé à Frédéric ».

Jeremiah esquissa un sourire.
_____________

Mégalopole où Miles a élu domicile – au même moment

Miles ressortait d’une boucherie par la même porte qu’il avait empruntée pour entrer. A l’intérieur il avait jeté son dévolu sur une carcasse de bœuf suspendue à un crochet. Étant Dimanche, aucun employé ne travaillait dans le bâtiment, ainsi il put la dévorer en toute impunité et ne laisser que les os derrière lui. La peau du ventre tendue, Miles était rassasié … et heureux comme après tout repas de cette envergure. Chaque orgie lui assurait la paix et un parfait silence dans sa tête durant plusieurs heures, pouvant s’étirer jusqu’à une journée complète. Il allait pouvoir se terrer dans un coin sombre et se reposer. Avec un peu de chance il pourrait même dormir. Traversant à pied la zone industrielle, il arriva bientôt dans la partie recluse le plus au nord et abandonnée. Il se dirigea vers un vieil entrepôt qu’il avait repéré et passa par l’ouverture béante du grillage l’entourant. Il écarta sans peine la lourde plaque d’acier qu’il avait lui-même posée là pour empêcher quiconque de faire de l’entrepôt son propre squat. Il ne remarqua pas les silhouettes des trois hommes, dans l’ombre d’un bâtiment voisin, en train de l’épier.
A l’intérieur, Miles se dirigea droit vers la pièce qu’il s’était aménagée comme une chambre avec divers détritus qu’il avait trouvés de-ci de-là, dont un matelas miteux dont un ressort perçait la surface. C’est alors qu’il entendit le son métallique d’une barre de fer à l’intérieur de l’entrepôt. Il se releva, sortit de la pièce et fut frappé lourdement derrière le crâne. Bien que violent, le coup ne l’assomma pas, tout juste le fit-il tituber quelque pas. Il se redressa et se retourna vers les deux hommes et la femme qui lui faisaient face. Tous les trois étaient vêtus de guenilles en piteux état. A l’instar de Miles, ils étaient des vagabonds et la crise du logement était plus violente dans les bas fonds. L’homme qui l’avait frappé avait été tout d’abord surpris qu’il ne soit pas évanoui et était resté immobile quelques secondes avant de paniquer et de relever sa barre de fer pour la rabattre sur Miles. Mais cette fois, Miles la bloqua de sa main gauche et l’arracha des mains du clochard.

« - 'tain ! Vous croyez pas que c’t’entrepôt est suffisamment grand pour nous quatre ? » dit-il en se frottant l’arrière du crâne de sa main droite.

« - TUE ! » entendit-il soudainement.

Cette voix mit ses sens en alertes et il se mit à regarder tout autour de lui, ce qui semblait perturber les trois sans abris.

« - TUE-LES ! »

Cette fois il en était sûr ! Son autre lui s’était réveillé, mais pourquoi ? Il avait mangé plus que nécessaire pour le tenir en respect. Serait-ce à cause du coup ? Il appuya sur son crâne de sa main droite comme quelqu’un qui a un mal de crâne. Il ne se rendit pas compte que sa peau s’assombrissait, qu’il se métamorphosait pour la première fois depuis son arrivée sur cette planète … du moins pas complètement. C’était inédit mais seul son bras gauche changea d’apparence … et échappa à son contrôle. Son bras gauche, contrôlé manifestement par son autre lui, abattit sauvagement la barre de fer sur le vagabond qui l’avait agressé. La barre s’enfonça dans le crâne de l’homme exorbitant ses yeux. Tous furent choqués, les deux vagabonds qui se mirent à crier mais aussi Miles qui ne réalisait pas ce qui venait de se passer. Lorsqu’il vit son bras gauche relever la barre de métal, il tenta de le bloquer de sa main droite.

« - FUYEZ ! » hurla-t-il à l’intention des deux clochards.

Les deux intéressés ne demandèrent pas leurs restes et s’enfuirent aussi vite qu’ils le purent … Néanmoins pas encore assez vite. L’un d’eux vit la barre de fer le transpercer de part en part pour se ficher dans le mur face à lui.
_____________

Mégalopole de Jeremiah

« - Il a choisi de plein gré, feras-tu de même ? » demanda le démon.

« - Tu mens ! »

Sur ces mots Jeremiah se jeta sur lui … et se retrouva à mordre la poussière, Nialgrim ayant disparu en un flash de lumière ambrée.

« - Puis-je savoir pourquoi tu tonds le bitume avec tes dents ? » demanda-t-il, quelques mètres derrière lui.

Jeremiah comprit que non seulement Nialgrim était capable de voyager de dimension en dimension mais aussi de se téléporter au sein d’une d’entre elles. Il se releva et prit plus de précaution dans sa seconde attaque … qui échoua également.
Le démon était vif d’esprit et sa téléportation lui procurait une vitesse qui le mettait hors de portée … du moins pour l’instant. Il choisit ainsi de prendre la fuite et d’attirer le démon dans une ruelle là où ses possibilités de téléportation seraient restreintes. Caché dans l’obscurité, Jeremiah sortit sa dague et forma une épée de glace dans son autre main. Quand soudain il entendit la voix de Nialgrim derrière lui.

« - De la glace ? Frédéric aussi pensait avoir assez de ressources pour me combattre avec son pouvoir élémental ».

Jeremiah ne le laissa pas parler longuement, il se retourna pour tenter de le poignarder. Mais il frappa le mur derrière lui. Dans la ruelle, Nialgrim se mit à rire.

« - Allez ! Viens si tu crois pouvoir m’abattre avec ta lame de glace ! »

Il matérialisa soudain un sabre. Sans se faire prier, Jeremiah se jeta sur lui et abattit son épée de glace sur le démon … qui la para de son sabre. A la surprise du vampire, son épée se brisa en deux tandis que Nialgrim souriait. Semble-t-il que le démon avait oublié la dague que tenait Jeremiah dans sa main gauche. Dague qu’il enfonça dans le ventre du démon … ou du moins dans le portail qu’il ouvrit en un instant juste devant son ventre et qui donnait droit sur le cœur de Jeremiah. Le vampire venait de se transpercer le cœur lui-même par une habile manipulation spatiale de Nialgrim. Jeremiah tomba à genoux et roula sur le dos, les yeux ouverts, incrédule et souffrant intensément.

« - Vois-tu, petit vampire, le loup avait compris, lui, que ses moyens avaient drastiquement décrus depuis votre séparation. La glace que tu formes n’est même pas assez solide pour briser un vulgaire sabre ! »

Joignant ses gestes à sa parole, le démon brisa la lame de son sabre en deux démontrant qu’il s’agissait effectivement d’un sabre tout à fait commun.

« - Fort heureusement, l’empale n’a pas de prise sur toi … du moins pas de façon aussi radicale que tes compatriotes. Et le temps que tu récupères, je t’aurais ramené chez les deinones ».

Après quoi le démon saisit Jeremiah par le col, ouvrit un vortex et le tira sur toute la longueur de l’Antre des Vers jusqu’à la Salle Verte de la Cité Miroir. Après quoi il fît la marche dans le sens inverse et revint sur la Terre 543.
_____________

Entrepôt désaffecté – quelques minutes plus tôt

Le corps de Miles s’était presque entièrement métamorphosé. Seuls son visage, son cou, son épaule et son bras droit étaient restés humains. Le reste de son corps avait pris sa forme démoniaque ce qui lui donnait une allure grotesque. Le pire était que les parties de son corps métamorphosées prenaient l’aspect qu’il avait lorsque son autre lui avait entièrement pris le contrôle de son corps sur la Terre 7243. Des petites cornes surgissaient à divers endroits de son corps. De grandes cornes sortaient de ses genoux et de ses coude et épaule gauches. Ayant le contrôle des jambes, son autre lui s’évertuait à pourchasser le dernier clochard qui s’enfuyait en claudiquant. Toutefois Miles fit tout son possible pour le ralentir. En passant par le grillage, il l’agrippa de toutes ses forces de sa main droite, mais en vain. Son hôte frappa son bras droit de son poing gauche et le brisa, lui faisant lâcher prise. Miles choisit alors de fermer les yeux pour l’aveugler. Mais là encore, son double écarquilla l’un de  ses yeux des doigts de sa main gauche pour poursuivre son action. La situation était en quelque sorte en statu quo et l’évolution du contrôle du corps par son autre semblait immobilisée à ce stade. Mais cela n’allait pas durer. Comme si le parasite en lui avait bénéficié d’un surplus d’énergie, il étendit son contrôle sur le corps de Miles qui ne parvint plus à lutter. Ce fut d’abord son épaule droite dont une corne ne tarda pas à sortir avec la noirceur du derme. Assez rapidement le bras entier se métamorphosa. Puis ce fut naturellement le cou et enfin il s’en prit au dessert : le visage. Commençant par l’arrière du crâne, la brume noire se répandit rapidement dessus. Elle se propagea par le sommet du crâne et le front, où deux puissantes cornes sortirent. Sa tête ainsi à moitié transformée, le rendait difforme et lui faisait connaître de terribles souffrances qui semblaient renforcer que plus la volonté de son hôte et diminuer celle de Miles. Ainsi il perdit le contrôle de son œil droit qui devint entièrement rouge. Puis il s’en prit à sa bouche. Progressivement ses lèvres furent comme rongées, laissant apparaître ses dents qui s’effilèrent progressivement. Il ne resta bientôt plus que son œil gauche d’humain. Mais même cet organe fut bientôt métamorphosé, refoulant Miles dans les tréfonds de son esprit, comme enfermé dans une prison à l’apparence d’un cube noir d’où personne n’entendrait ses cris.
_____________

Cité Miroir – Salle Verte

Frédéric avait observé calmement Nialgrim tirer Jeremiah par le col dans la pièce. Il l’avait laissé repartir sans esquisser le moindre geste, ni la moindre parole. Une fois seuls, Frédéric se pencha sur Jeremiah et retira la dague de sa poitrine pour lui permettre de récupérer plus rapidement.

« - Pourquoi ne t’es-tu pas battu ? » lui demanda le vampire.

« - Chut ! » lui répondit Frédéric à voix basse.

« - C’est fou combien les Eert connaissent la façon de procéder des Deinones » lui dit-il le plus bas possible à l’oreille.

Le plus discrètement possible, il sortit de sous ses vêtements le petit carnet des Eert et l’ouvrit à la troisième page avant de le lui mettre sous les yeux pour qu’il puisse le lire. Jeremiah fut étonné de voir le nom de Nialgrim en guise de titre.

« - Cher Frédéric, ou Jeremiah.
Si vous nous avez fait confiance et avez suivi les conseils prodigués par ce carnet, vous devez vous êtes séparés les uns des autres sur la Terre 543.
Soyez sûrs que nous sommes désolés mais cela ne suffira pas pour vous faire oublier des deinones et ce n’est même que le début d’une longue série d’événements.
Maintenant que vous vous êtes séparés, vous ressentirez sûrement une certaine faiblesse qui vous laissera exposés à celui que vous enverront les deinones : le démon Nialgrim.
Depuis qu’il vous a donné le médaillon qui vous sert à l’appeler pour repartir d’une dimension, le démon sait à tout moment où vous vous trouvez … du moins où se trouve son médaillon. Ainsi il se dirigera sans aucun doute en premier vers celui qui l’a conservé ».

A ce moment Frédéric sortit le fameux médaillon de son sac avec un petit sourire. Jeremiah reprit la lecture du carnet.

« - Celui vers qui il se dirigera en premier sera celui qui aura le plus de chances de pouvoir lui résister … mais qui ne devra rien en faire. Car si Nialgrim est éliminé ou refoulé, une menace plus grande le remplacera et, séparés comme vous l’êtes, vous n’y survivrez pas. Vos deux compagnons, qui ne devraient pas avoir connaissance de ces lignes, opposeront suffisamment de résistance pour ne pas éveiller de soupçons. Capitulez et vous serez ramenés par ce démon à la Cité Miroir où vous attendrez qu’il ramène vos camarades avec qui vous partagerez ces quelques lignes ».

« - Drôlement risqué comme tactique » conclut Jeremiah à voix basse.

« - Oui, heureusement que l’encorné a pour ordre de nous ramener vivants » répondit Frédéric.

Tout ce temps durant, Frédéric était resté penché au-dessus de Jeremiah, faisant semblant de s’occuper de ses blessures. Le stratagème porta ses fruits puisque les deinones, qui les observaient certainement, ne réagirent pas.
_____________

Terre 543

Le corps entièrement sous son contrôle, l’hôte de Miles éructait de joie et pavoisait, narguant Miles. En effet, même si personne ne pouvait l’entendre, reclus qu’il était dans son propre esprit, il avait conscience de tout ce qui se passait. Soudain des applaudissements se firent entendre, suivis d’une voix.

« - Bravo pour ce putsch ! Mais il ne sera que de courte duré ! »

« - QUI VA LA ? » cria le parasite tout en regardant de droite et de gauche.

Il vit soudain une silhouette sur le toit de l’entrepôt dont il venait de sortir. A contre-jour il ne put la distinguer clairement avant qu’elle ne disparaisse en un clin d’œil … et réapparaisse derrière lui, au sol. Il se retourna et vit que son interlocuteur était un démon.

« - Un frère démon ? » dit-il en souriant.

« - Tu vas pouvoir me ramener auprès de Marbas ».

« - Ce n’est pas dans mon intention et ne me désigne plus jamais comme un de tes frères pisseux se roulant dans la boue et se complaisant dans la consanguinité ; nous n’avons rien en commun … en dehors de celui que l’on sert ».

Le parasite fronça les sourcils.

« - Marbas ? » demanda-t-il.

« - Non ! Mais trêve de bavardages inutiles et ennuyeux qu’un dégénéré de ton espèce ne comprendrait pas. Celui dont j’ai besoin est celui dont tu voles le corps ! »

« - Viens le chercher alors ! » dit le démon qui se tenait sur ses gardes.

« - Crois-tu vraiment qu’un combat soit nécessaire entre nous ? Reconnais-tu ceci ? »

Nialgrim sortit alors d’une de ses sacoches une bague qu’il mit à son auriculaire droit. Le bijou était noir comme l’ébène et pour tout ornement une fumerolle noire et épaisse en émanait constamment. Le parasite mit quelques secondes à réaliser ce qu’elle signifiait lorsqu’il écarquilla les yeux et s’enfuit en se téléportant. Nialgrim esquissa un sourire et ouvrit un portail de runes jaunes.

Le parasite réapparut dans la boucherie que Miles avait vandalisée quelques minutes plus tôt … suivi de Nialgrim.

« - Manifestement tu as reconnu la bague d’allégeance à Nergal. Tes souvenirs ne sont pas trop émoussés, remarquable après une si longue absence ».

En l’entendant, le démon se retourna vers lui et se téléporta illico presto dans une ruelle visitée il y a de cela deux jours. Mais Nialgrim le suivit sans problème.

« - Vois-tu, sur Feu, il y a eu quelques changements depuis ton absence. Normal en même temps quand on parle de l’Enfer universel. Il y a continuellement des luttes de pouvoir. Pactes aussitôt trahis, trêves immédiatement rompues et sujets vendus quand devenus inutiles ».

Sans attendre, l’hôte de Miles se téléporta à nouveau. Cette fois il se matérialisa au sein d’un des fast-foods que Miles avait dévalisé, au beau milieu d’une foule importante d’humains en train de dévorer leurs hamburgers. Son apparence et celle de celui qui le suivit une fois de plus semèrent la panique. Hommes, femmes et enfants se dirigèrent dans le chaos le plus complet vers les différentes sorties.

« - Vas-tu me laisser finir, oui ? Tout ça pour dire que Marbas t’as vendu à Nergal face à ton incompétence lorsque ton hôte s’est enfui du Cortex des Faux Semblants ».

Une fois de plus le démon se téléporta, cette fois il se rendit au lieu où Miles, Frédéric et Jeremiah s’étaient séparés. Au beau milieu de nulle part, dans une plaine sauvage.

« - Cette fois, ça suffit ! Tu vas arrêter de me faire courir ! » déclara Nialgrim.

Sans laisser le temps à sa proie de s’enfuir à nouveau, il le neutralisa d’une foudre d’or. Inerte et allongé au sol, le corps de Miles reprenait lentement son apparence humaine.
Nialgrim le souleva par la nuque avant d’ouvrir un vortex en direction de la Cité Miroir.


Dernière édition par Jezekiel le Mar 16 Juin - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Questionnaire pour mieux se connaître
» [Rufo, Marcel] Détache moi! Se séparer pour mieux grandir
» Questionnaire pour mieux se connaître . . . . .
» [REQUETE] Pour mieux écrire sur msn ( hd2)
» "Conservation-restauration. Savoir se protéger pour mieux protéger"- Revue n°711 de l'INRS - Travail et Sécurité
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 80 - Diviser pour mieux régner :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 80 - Diviser pour mieux régner
Message le Jeu 22 Mar - 13:20 par Shion
[Date originale : 7 Février 2012]
Très malins ces Eerts, décidément ^^ J'ai hâte de connaître la suite de leurs plans...
 

Chapitre 80 - Diviser pour mieux régner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 7 - des Mondes à la Chaîne-
Sauter vers: