Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 10 - Régicide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

12032012
MessageChapitre 10 - Régicide

[Date originale : 19 Septembre 2010]
[Date correctif : 17 Juin 2014]
Terre 3458 - Dernier étage de l’Eden Tower, Wachttoren

N’Douarti savourait ce moment affichant un rictus particulièrement dérangeant. Il était fier du piège qu’il avait tendu à ces intrus venus manifestement pour le tuer. Le quatuor observa les gardes munis d’armes automatiques et constata qu’il n’avait aucune échappatoire possible. Frédéric remarqua quelque chose d’étrange quant à leur disposition, ce que Miles ne tarda pas à remarquer également.

« - N’avez-vous pas l’impression d’avoir été faits comme des rats, toi et tes amis, Manfred ? » dit N’Douarti sur un ton supérieur.

Manfred sembla surpris qu’une personne aussi imbue d’elle-même puisse s’embarrasser de connaître son nom. Comme pour appuyer sa supériorité sur lui, N’Douarti ajouta ceci :

« - Manfred Wallace ! Technicien de seconde zone au complexe Elysée … avant que de nouveaux occupants n’en prennent possession. J’ai gardé un œil sur tous ceux qui réussirent à s’échapper du complexe. Sais-tu que nous sommes les deux derniers survivants ? »

Cette information surprit Manfred car à l’époque des dizaines d’employés étaient parvenus à s’échapper du complexe avant la fermeture totale.

« - Que sont devenus les autres ?  te demandes-tu sûrement. Te rappelles-tu de la catastrophe ferroviaire survenue peu de temps après ? Ils étaient tous dans le train qui partait de Wachttoren. Ils ne pouvaient pas supporter d’être aussi près du complexe, les pauvres petits. Quant à moi je ne pouvais pas me permettre de les laisser partir et divulguer je ne sais quoi à je ne sais qui et compromettre mes plans ».

« - Tu … Tu as provoqué cet accident ? » répondit Manfred, en colère.

Il fit mine de dégainer son arme mais Frédéric l’en empêcha.

« - Ce n’est pas encore le moment pour faire parler la poudre » lui dit-il.

« - Écoute ton ami, Manfred, il est sage. Ou peut-être ne veut-il simplement vivre que quelques minutes de plus » dit N’Douarti affichant toujours son sourire suffisant.

« - D’ailleurs, je suis bien curieux de savoir qui vous êtes. Tout ce que je sais, c’est que vous n’êtes pas des chasseurs comme vous avez prétendu l’être devant les gardes de la gare ».

« - Comment savez-vous ce que l’on a pu leur dire ? » demanda Miles étonné.

« - J’avais un œil sur vous bien avant votre entrée à Wachttoren ! Depuis que vous avez relancé les systèmes de la station d’aiguillage à vrai dire. Une consommation d’énergie non-prévue se remarque de suite les enfants ».

N’Douarti se leva alors.

« - En revanche je suis bien curieux de savoir d’où vous veniez avant cela. Un groupe aussi restreint de chasseurs ne survit en général pas bien longtemps. Peut-être avez-vous été assez chanceux pour ne rencontrer aucun enfant d’Elysée ».

L’homme semblait porter un certain respect aux créatures issues du complexe lorsque Frédéric comprit pourquoi.

« - Nous ne sommes pas chanceux ! Nous avons rencontré un certains nombre de ces saloperies … mais elles n’ont pas survécu à notre rencontre … notamment cette espèce de grosse bestiole que Miles à surnommé "croco-lion" » dit Frédéric, fier de leurs exploits et arrogant.

« - Vous avez tué un Gigasaurus ? »

N’Douarti ne semblait pas comprendre comment trois hommes aient pu venir à bout d’une créature aussi puissante qu’un Gigasaurus. Plusieurs secondes s’écoulèrent et avec elles la colère de N’Douarti montait jusqu’au point de rupture en observant combien Frédéric et Miles étaient fiers de leur exploit.

« GARDES ! TUEZ-LES ! » finit par crier N’Douarti.

Immédiatement, Frédéric tira Manfred au sol, mimé par Miles et presque immédiatement copié, grâce à sa vitesse, par Jeremiah. L’instant d’après les balles sifflèrent au-dessus de leurs têtes. Ainsi disposés, la majorité des gardes se tirèrent les uns sur les autres par feux croisés, manquant cruellement d’expérience dans ce genre d’exercice. Au sol, Frédéric montra à Jeremiah en pointant de l’index les gardes survivants disposés de chaque côté de l’ascenseur. Comprenant parfaitement ce qu’il voulait dire, Jeremiah dégaina son épée et, profitant de la panique, en une fraction de seconde, égorgea les derniers gardes en détendant son épée en fouet.
Constatant le massacre de ses gardes, N’Douarti se réfugia sur son trône et appuya frénétiquement sur un bouton activant un bouclier d’énergie autour de lui.
Tous se relevèrent, Manfred étant surpris par la rapidité à laquelle tout s’était déroulé. Frédéric se dirigea vers l’un des gardes à proximité de l’ascenseur, pris son arme de poing et bloqua les portes de l’ascenseur pour l’empêcher de descendre et permettre à des renforts d’arriver. Tous les quatre s’avancèrent alors vers N’Douarti. Miles cogna sur le bouclier comme on cogne à une porte pour tester sa solidité.

« - CE CHAMP DE FORCE EST A TOUTES ÉPREUVES, JAMAIS VOUS NE POURREZ ME TUER ! » cria N’Douarti affichant un rictus, mélange de sourire et de grimace de peur.

« - Qui vous dit que nous allons vous tuer ? » répondit Frédéric.

« - LUI ! LUI VEUT ME TUER ! » cria N’Douarti en montrant Manfred du doigt.

« - Voyons, pourquoi voudrait-il bien vous tuer ? »

« - J’ai … j’ai condamné le complexe alors que son frère et sa nièce étaient encore à l’intérieur ».

« - Oui, c’est sûr que ça ne va pas arranger notre transaction ce petit différend. Néanmoins nous vous assurons la vie sauve tant que nous sommes présents dans cette pièce ».

N’Douarti dompta sa peur et se mit à rire en entendant des paroles si dépourvues de sens.

« - Ah ! Je n’ai pas besoin d’avoir une quelconque garantie de votre part alors que je suis déjà à l’abri d’une quelconque menace ici ! »

Frédéric saisit alors dans son dos l’arme inconnue qu’il avait pris soin d’emmener avec lui. Il l’observa quelques secondes, comme la jaugeant. Il la déploya alors et activa plusieurs fois la pompe sous le canon. Après quoi il se mit à gauche du trône et visa le champ de force. Il fit un signe de tête à ses compagnons de s’écarter un peu et pressa la détente. Un puissant rayon laser fut émis du canon, frappa le bouclier qu’il fit voler en éclats avant de continuer sa course en perçant l’une des fenêtres et de se disperser au loin contre le bouclier autrement plus puissant de la cité.

« - Bien ! Vous disiez quoi au sujet de notre garantie ? » reprit Frédéric.

Karl N’Douarti tremblait de peur pour la première fois depuis fort longtemps. Comme pour lui remettre les idées en place, Miles lui asséna une puissante gifle.

« - Oh ! T’as pas fini ? Tu va finir par te faire dessus et je crois que je ne vais pas trop apprécier ! » lui dit-il.

Reprenant un calme relatif, N’Douarti leur demanda ce qu’ils voulaient.

« - Nous apprécierions d’obtenir le mot de passe pour pénétrer au sein du complexe » lui répondit Frédéric.

« - Vous voulez pénétrer au Complexe Elysée ? » répéta N’Douarti avant de se mettre à rire.

« - Vous êtes fous ! Même si vous aviez le mot de passe, il ne vous servirait à rien ! Aucun être humain, aussi bien armé soit-il, ne peut arriver vivant aux portes du complexe. Les enfants d’Elysée vous auront déchiquetés bien avant ! »

« - On en a pourtant buté des dizaines avant d’arriver ! » lui rappela Miles.

N’Douarti serra les dents de colère et s’enfonça le plus possible dans son fauteuil.

« - C’est la deuxième fois que vous utilisez ce terme pour les désigner. Vous semblez les admirer » remarqua Frédéric.

« - Bien évidemment ! Les yeux d’ignares tels que les vôtres ne peuvent voir leur beauté. A Elysée, nous sommes devenus des dieux ! Nous avons créé de nouvelles formes de vie. Des formes de vie parfaites à tout point de vue. Plus robustes, plus rapides, plus féroces … plus intelligentes. C’est leur intelligence qui leur a permis d’échapper à notre contrôle. Mais je ne pouvais pas les laisser se disperser sur la planète sans qu’on ait fini de les étudier. J’ai donc opté pour un petit sacrifice afin de les conserver le plus longtemps possible dans le complexe » répondit N’Douarti avec des yeux de fanatique.

« - MAIL IL Y AVAIT ENCORE DES GENS A L'INTÉRIEUR ! » hurla Manfred.

« - Fallait trouver un moyen de les nourrir et de leur permettre de se reproduire » continua N’Douarti avec un léger sourire et un regard vide, presque absent.

« - Nous aimerions aller les observer dans leur berceau, donnez-nous le mot de passe pour nous permettre d’avoir cette chance » dit Frédéric après un petit moment de silence.

« - Oui. Oui, là-bas vous comprendrez toute leur splendeur. "Wagwoord", c’est ça le mot de passe ».

« - C’est bon ! Allons-y ! » dit froidement Frédéric, ayant obtenu ce qu’ils désiraient.

« - Où est l’autre ascenseur que tu nous as montré sur le plan ? » demanda-t-il à Manfred.

« - Passez derrière les rideaux de gauche, il est derrière les cabinets de droite. Actionnez la chasse d’eau pour ouvrir le panneau. Je vous rejoins tout de suite » répondit-il.

« - Et … Et votre promesse ? » demanda N’Douarti, ayant repris quelque peu ses esprits alors que les trois hommes passaient les rideaux.

« - On vous avez assuré la vie sauve tant que nous étions présents dans cette pièce » lui répondit Frédéric sans se retourner avant de disparaître derrière l’épais rideau rouge.

Le trio se dirigea vers les toilettes et ouvrirent le dit panneau dévoilant l’ascenseur personnel secret de N’Douarti. A peine étaient-ils entrés qu’ils entendirent une détonation.
Quelques secondes plus tard, Manfred les rejoignait dans l’ascenseur. L’ascenseur les fit descendre très rapidement les 200 étages jusqu’aux sous-sols. Là était entreposée le puissant véhicule tout terrains qui servait à N’Douarti lors de ses excursions "scientifiques" hors de la cité.

« - C’est donc ici que l’on se sépare Manfred » dit Frédéric.

« - Sûrement pas ! Je viens avec vous ! » répondit le concerné.

« - Il existe des panic room dans le complexe où mon frère et sa fille ont pu se réfugier en attendant les secours. Ces chambres sont largement pourvues en vivres et je dois m’assurer de leur sort. Ce n’est pas discutable, surtout si vous voulez passer les gardes de la cité sans encombre » ajouta-t-il.

L’homme s’était avéré utile jusque-là et ils n’avaient pas de raison particulière de refuser qu’il les accompagne. Il savait parfaitement à quels dangers il allait s’exposer. Ils montèrent tous dans le véhicule, Manfred au volant. Ils roulèrent à vitesse modérée à travers la ville sans rencontrer d’obstacles jusqu’à ce que l’alarme retentisse peu de temps avant d’atteindre la porte sud.
Arrivés à la dite porte, ils purent constater que les gardes l’avaient verrouillée. L’un d’eux, qui devait être le plus haut gradé, s’avança vers le véhicule et s’adressa à Manfred.

« - Bonjour ! Puis-je savoir où la voiture du régent se rend-elle sans lui ? » demanda-t-il.

« - Qui crois-tu que je transporte à l’arrière, imbécile ! » répondit Manfred sur un ton plein d’autorité.

« - Baisse d’un ton mon gars ! On entend tous la sirène et on sait que le régent est mort à l’Eden Tower ! Maintenant, toi et tes amis allez descendre gentiment du véhicule ».

« - On a tenté de l’assassiner mais il s’en est tiré sain et sauf. On fait croire que l’attentat a réussi pour lui permettre de se mettre à l’abri. Combien de temps comptes-tu encore lui faire perdre, abruti ? »

Le bluff de Manfred avait l’air de fonctionner. L’homme doutait et réfléchissait. De peur que N’Douarti ne se mette en colère, le garde donna l’ordre de déverrouiller la porte et de l’ouvrir. Le véhicule du quatuor put enfin sortir de la ville en trombe, direction le complexe Elysée.
Mais cela aurait été trop facile s’ils s’en étaient tirés ainsi. Le garde avait dû demander confirmation au Q.G. sécurité de l’Eden Tower puisque un véhicule sorti peu de temps après eux et les prenait maintenant en chasse.
Sachant que le régent n’était pas à l’intérieur, les poursuivants commencèrent à tirer. Les quelques rares balles qui atteignirent leur véhicule ne l'endommagea pas grâce à son blindage. De plus les gardes n’avaient aucune expérience des poursuites et ne pensèrent donc pas à tirer dans les pneus.

« - Ce n’est pas que l’on a grand-chose à craindre de leurs balles, mais ce raffut risque de rameuter des créatures que l’on n’a pas vraiment envie de voir » dit Manfred.

« - Je vais voir ce que je peux faire pour les calmer ! » dit Miles en sortant le haut du corps par la vitre du véhicule.

Quatre secondes plus tard, une énorme explosion retentit derrière eux. Miles avait tiré sur les poursuivants avec son lance-grenades et avait fait mouche. Il rentra dans le véhicule, tout content d’avoir enfin pu se servir efficacement de cette arme.

« - Dis ? T’as pas l’impression que tu viens de faire un "peu" plus de bruit qu’eux à l’instant ? » demanda Manfred, irrité.

« - Ouais, carrément ! Mais maintenant c’est fini ! » répondit Miles avec un sourire.

« - Je crois que ça ne fait que commencer » rétorqua Frédéric en voyant par la portière droite une créature au moins aussi grosse que leur véhicule débouler vers eux à toute allure.

A première vue, la créature faisait penser à un gros rhinocéros. Mais plus il s’avançait, plus les occupants du véhicules comprenaient que c’en n’était pas un. La bête avait un corps puissant faisant indéniablement penser à un gros rhinocéros s’il n’y avait pas eu les quatre défenses. Deux défenses protégeant la colonne vertébrale et les deux autres sur les flancs de l’animal. La tête était plutôt celle d’un hippopotame munie de puissantes cornes.

« - Putain ! Mais appuie plus sur l’accélérateur ! » éructa Miles à l’attention de Manfred.

« - Je suis déjà à fond ! » lui dit-il.

Comprenant qu’elle ne pourrait pas heurter sa proie et la renverser sur le flanc, la créature adopta une nouvelle trajectoire pour rejoindre une direction presque parallèle à la course du véhicule, tout en continuant de se rapprocher.
Finalement le mastodonte vint percuter latéralement le véhicule une première fois. L’animal s’écarta du véhicule pour revenir le percuter encore plus fort avec sa défense gauche. Chaque assaut était plus puissant que le précédent et le véhicule commençait à se soulever à chaque impact. Ne pouvant déployer son laser par manque de place dans le véhicule, Frédéric lui tira dessus avec son arme de poing mais les balles ne semblaient pas pénétrer profondément dans le derme épais de l’animal. Jeremiah baissa sa vitre et planta son épée dans le flanc de l’animal avec toute sa force, provoquant une large coupure. L’animal poussa un barrissement de douleur et ralentit … pour recommencer ses charges sur le côté gauche de la voiture cette fois. Tout comme Frédéric, les munitions de Jeremiah ne semblaient pas avoir grand effet. De plus l’animal ne s’éloignait pas suffisamment lors de ses charges pour utiliser le lance-grenades.
Au loin un nuage sombre apparut. Il se déplaçait contre le vent … et dans leur direction. Ce ne fut que lorsqu’il fut à 500 mètres d’eux qu’ils comprirent que c’était une nuée d’énormes coléoptères. Attirés par le sang du mastodonte, les coléoptères fondirent en masse sur le véhicule et le mastodonte. Bien que les vitres fussent blindées, des impacts commençaient à consteller les vitres sous l’assaut des insectes. Finalement, ceux-ci se concentrèrent sur le mastodonte et notamment sur la large coupure. Ils commencèrent à le dévorer en pleine course. Sous la douleur, le mastodonte donna une dernière charge contre le véhicule puis tenta de s’échapper en courant à l’aveuglette, les yeux déjà dévorés par les insectes. Tout l'essaim le suivit et finit ce qu’il avait entrepris au loin dans les dunes de poussières.
Le quatuor comprit maintenant pourquoi N’Douarti leur avait dit qu’ils ne parviendraient jamais vivants jusqu’au complexe. Heureusement le mastodonte avait détourné l’attention des coléoptères qui, rassasiés, ne reviendraient pas pour le dessert.
Au loin, trois tours se découpaient sur l’horizon : le complexe Elysée.

Click Me !


Dernière édition par Jezekiel le Jeu 13 Juil - 10:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 10 - Régicide :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message le Lun 12 Mar - 12:22 par Shion
J'ai finalement rattrapé mon retard XD

Que de la gueule ce N'Douarti finalement ^^
avatar
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message le Jeu 24 Mai - 21:48 par Nyko
Quand le trio a été composé j'ai pensé que Jeremiah en deviendrait le leader, étant un ancien templier et ayant hérité des pouvoirs des vampires. Sa change de voir un loup garou mener la troupe.
Je note une légère tension entre Miles et Frédéric.
avatar
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message le Jeu 24 Mai - 22:29 par Jezekiel
Ça fait plaisir de voir que tu dévores les chapitres ! Ça doit te plaire alors ^^

Concernant Miles, comme tu as pu le voir à la Cité Miroir avec Frédéric et dans l'un des immeubles de Wachttoren avec Jeremiah, il n'est pas du genre délicat ... cause de quelques frictions ...
avatar
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message le Ven 25 Mai - 20:41 par Nyko
Jezekiel a écrit:
Ça fait plaisir de voir que tu dévores les chapitres ! Ça doit te plaire alors ^^
Bien sur que ça me plait, j'ai juste été un peu dérouté au chapitre 4 en voyant une terre parallèle et finalement sa fait partie de l'histoire, c'est bien vu le coup des univers parallèle et les autres dimensions, je veux dire dire tu mélange plusieurs genre et tu t'en sort bien. L'histoire est accrochante des le début^^
avatar
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message le Ven 25 Mai - 21:45 par Jezekiel
Une chose qui devrait te plaire, étant donné que j'ai déjà écrit mon chapitre de la semaine (que je suis sensé écrire au plus tard Dimanche), ça me laisse du temps pour plancher sur le premier "Mémoire Oubliée" du Livre II qui sera centré sur un personnage pour lequel tu as porté de l'intérêt.
C'est une chose que je n'avais pas du tout prévu d'écrire au départ mais qui trouve sa place dans un mémoire oubliée ^^
avatar
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message le Dim 27 Mai - 21:31 par Nyko
Ah c'est cool j'ai hâte d'y etre^^
Re: Chapitre 10 - Régicide
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 10 - Régicide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 2 - un Monde d'Expériences contre nature-
Répondre au sujetSauter vers: