Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 89 - Fratricide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

08042012
MessageChapitre 89 - Fratricide

[Date correctif : 9 Février 2016]
Cité Miroir

Miles faisait face à un Frédéric métamorphosé et haletant. De la bave dégoulinait de sa gueule, de même qu’une légère vapeur, signe que sa température corporelle était particulièrement élevée.

« - Bon, écoute ! Je reconnais que des fois je vais un peu loin donc excuse-moi, okay ? »

Sans prévenir Frédéric bondit sur lui en poussant un puissant grognement. Bien que surpris, la distance qui les séparait permit à Miles d’esquiver l’attaque en se téléportant.

« - Où es-tu, démon ? Cesse tes tours de passe-passe et affronte-moi ! » éructa Frédéric.

« - Non mais ça va pas ? T’as essayé de me lacérer la gueule, là ! »

« - Non ! J’ai essayé de te décapiter ! »

Miles écarquilla les yeux en entendant la hargne dans la voix de son ami. Ce dernier se servit de cette surprise pour lui bondir à nouveau dessus. Cette fois il réussit son entreprise. Miles eut tout juste le temps de lever ses bras devant son visage et tous deux finirent en roulé boulé au sol … où se poursuivit le combat dans le chaos le plus total. Frédéric lacérait Miles de toutes parts. Miles dut se faire à l’évidence que son ami tentait bel et bien de le tuer. Il ne savait pas s’il les trahissait soudainement, ayant masqué ses véritables intentions depuis le début, ou s’il avait été soumis à un lavage de cerveau quelconque. Tant bien est qu’il dut se métamorphoser à son tour et le repoussa d’un puissant coup de pied au ventre qui propulsa Frédéric à plus de quinze mètres dans le couloir.

« - Tu révèles ta véritable nature ? Ce ne sera que plus aisé pour moi de te tuer ! »

Sur ce Frédéric lui bondit à nouveau dessus mais cette fois Miles répliqua. Il fondit son poing dans la matière noire ambiante et le refit sortir droit sur la gueule de Frédéric qui s’écrasa au sol. Il se remit sur pieds d’un bond, plus furieux que jamais. A quatre pattes, il courut vers Miles comme un véritable fauve. Miles l’esquiva d’un bond spatial au dernier moment et Frédéric s’écrasa la face contre un mur. Il se retourna et se relança à la poursuite de Miles.
Les deux individus enchaînèrent ainsi attaques et esquives de longues minutes durant lesquelles Frédéric semblait perdre de plus en plus son humanité et la raison. Il enchaînait de plus en plus vite les attaques, les réceptions et les relances, bondissant sur les murs au besoin et laissant une traînée de fumée de plus en plus visible.
N’éprouvant aucun plaisir à poursuivre cet affrontement contre son ancien ami, Miles tenta une manœuvre. Par trois bonds spatiaux successifs, il parvint à désorienter la bête face à lui et à la prendre à revers pour l’immobiliser en passant ses bras sous ses aisselles.

« - Bordel ! Frédéric ! T’es pas un animal ! T’es sensé être le plus humain d’entre nous ! Reprends-toi ! » lui cria-t-il à l’oreille.

Mais l’humain qui s’était tenu face à lui quelques minutes plus tôt semblait avoir disparu aux tréfonds de l’esprit de la bête fauve. Il se débattit avec grande véhémence jusqu’à se disloquer l’épaule. La douleur lui fit pousser un hurlement de douleur qui laissa rapidement la place à une rage encore plus intense qui prit la forme d’une gigantesque explosion de flammes.
Littéralement au corps à corps avec son ami, Miles reçut l’explosion de plein fouet et fut violemment projeté contre les parois du coude du couloir à trente mètres de là. Son corps était recouvert de brûlures gravissimes laissant apparaître sa chair à vif. Ses cheveux avaient cramé et ses yeux étaient devenus laiteux.
Au sol, avachi contre le mur, Miles agonisait. Il distinguait avec difficultés la silhouette de son ami à plusieurs mètres de lui. Il n’avait pas bougé du point 0 de l’explosion, apparemment étonné par ce qu’il venait de faire. Toutefois, il reprit rapidement ses instincts meurtriers et se retourna vers Miles en grognant et bavant. Il bondit sur Miles en un éclair avant de retomber au sol, la face complètement enfoncée dans la boîte crânienne.

« - Dé … so … lé … » dit Miles avant de, semble-t-il, succomber.

La main droite de Miles était en charpie, comme déchiquetée par des morceaux d’organes inidentifiables.
_____________

Couloir d’accès au Résonateur – quelques minutes plus tard

« - Bats-toi, parasite ! Qu’as-tu ? Tu as peur de m’affronter ? » cracha Miles, furieux que Jeremiah esquive ses attaques sans cesse et sans jamais répliquer.

Jeremiah observait consciencieusement celui qui prétendait être son frère d’arme afin de comprendre qui ou quoi il était réellement. Il finit par noter une chose absurde de la part de son agresseur. Sa rapidité lui permettait de l’esquiver sans peine et il devait bien s’en rendre compte. Or il avait les moyens d’inverser ce rapport en utilisant ses dons de téléportation. Si tel était le cas, il aurait indéniablement le dessous autant au niveau de la rapidité que de la puissance musculaire. Si l’adversaire auquel il faisait face copiait son apparence, son comportement et ses pouvoirs, pourquoi n’utilisait-il pas cette faculté ?
En attendant, à chaque assaut le soi-disant Miles frappait les murs et le sol du couloir dans de grands bruits sourds tandis que Jeremiah l’esquivait.
La chose qu’il n’avait pas remarquée était que Miles fissurait peu à peu les cristaux contre lesquels s’abattaient ses poings, sa force ne semblant pas cesser d’augmenter. Au dernier coup, Jeremiah sembla le voir ramasser quelque chose au sol au point d’impact. Mais déjà Miles se jetait à nouveau sur lui. Jeremiah esquiva donc d’un nouveau bond tandis que Miles souriait. D’un puissant geste du bras, il lui jeta au regard de la poussière de cristaux.
Il n’avait pas été le seul à prendre la mesure de son adversaire durant leurs longs échanges. La poussière irrita douloureusement les yeux de Jeremiah, lui faisant perdre des larmes de sang et par la même occasion le sens de la vue. Miles profita de ce handicap et se rua sur lui en lui assénant un surpuissant direct du droit dans l’estomac qui le fit valdinguer à plusieurs mètres de là tout en lui brisant trois côtes. Le souffle coupé, il eut tout juste le temps d’entendre les pas lourds de Miles se rapprocher à grande vitesse qu’il recevait un crochet du gauche au menton qui lui déboîta la mâchoire tout en le faisant voler à travers le couloir une nouvelle fois.
Étant donné les attaques sans retenue de son adversaire depuis le début du combat, Jeremiah savait qu’il devait impérativement briser cet enchaînement. Il ne tiendrait pas longtemps debout sous des coups aussi puissants et dès lors tout serait fini.

« - Ah ! Ah ! Ah ! Alors que se passe-t-il monseigneur le vampire ? On ne parvient plus à esquiver mes attaques ? Tant mieux, je vais pouvoir t’écarteler à mains nues ! »

Alors qu’il abattait son poing sur le vampire, Miles eut la surprise de le voir frapper une surface invisible, le bouclier télékinésique de son ennemi. Avant qu’il ne comprenne ce que c’était, Jeremiah le repoussa d’une puissante rafale jusqu’à l’autre bout du couloir.
Mais cela ne découragea pas Miles qui se relança à l’assaut encore et encore malgré les nombreuses répliques télékinésiques de Jeremiah. Toutefois, au fur et à mesure, ses approches étaient plus sournoises. Il ne se contentait plus de foncer droit devant, il essayait d’esquiver et de le désorienter. Les frappes télékinésiques à l'aveugle de Jeremiah devenaient de moins en moins efficaces. Comprenant quelle serait prochainement l’issue de cette situation, il choisit de feinter. Il lança des frappes au hasard et le laissa approcher jusqu’à être à portée de poing. Comme à son habitude, Miles tenta de l’écraser de son poing. Le vampire fit un bond en arrière et immobilisa le poing de son adversaire au sol dans une gangue de glace.

« - Maudit sois-tu ! Vas-tu te laisser tuer, oui ? »

Au fil des larmes de sang qui évacuaient la poussière de cristaux, Jeremiah regagnait peu à peu la vue.

« - Je répète ma question : Qui es-tu, car tu n’es certainement pas Miles ! »

« - Qui veux-tu que je sois ? Je suis Miles Nakts de la Terre 531 et je pourchasse depuis plus de dix ans les serviteurs de Moloch tel que toi ! »

Jeremiah fut surpris par cette réponse. L’homme croyait réellement être Miles … même si son nom n’était pas le bon. Le Miles qu’il connaissait se nommait Gravsten et non pas Nakts.
Une fois encore, le dément face à lui mit ce court laps de temps à profit et se dégagea le poing de l'entrave glaciale. Jeremiah recula instinctivement lorsqu’il se rua sur lui.
Ce combat ne prendrait jamais fin à cette allure et il était hors de question qu’il soit celui qui y reste. Il cristallisa alors une épée de glace et fit face au colosse d’ébène qui lui fonçait dessus. Une fois encore, il esquiva l’un de ses puissants coups de poing. Alors qu’il allait contre-attaquer avec un mouvement mortel de sa lame, il interrompit son geste en entendant le terrible son que produisit le poing de Miles contre le cristal.
Alors qu’il avait frappé les murs de cristal tout au long de ce combat sans ressentir la moindre gêne, soudain tous les os de sa main s’étaient fracassés. La douleur fut indicible et arracha un cri de douleur à Miles. Fronçant les sourcils, sa rage noyant sa douleur, il se retourna vers Jeremiah lorsque sa hanche céda au même moment que ses os de la jambe, le laissant à genoux. Reprenant son apparence humaine, Miles ne cria pas alors que la douleur était horrible et pour cause : sa gorge était toute enflée, empêchant l’air d’en sortir ou d’y entrer. Son corps se recouvrit à vue d’œil de pustules. Ses yeux se mirent à saigner. Sa bouche produisit énormément de bave qui dégoulina le long de son cou sur sa poitrine. Rapidement les pustules éclatèrent, le vidant de son sang par tous les pores. Il ne resta bientôt plus qu’un tas de boue organique là où se tenait Miles quelques minutes auparavant. Jeremiah assista au spectacle horrifié et dans l’incompréhension la plus totale.
_____________

Couloir d’accès au Cristal Mnémonique – au même moment

Jusque-là, Frédéric n’avait pas rencontré le moindre individu dans les couloirs menant au cristal mnémonique. Lui et Isaac avançaient donc à vitesse constante et dans le plus grand silence. Frédéric restait néanmoins sur ses gardes car il ne savait pas quel tour les deinones allaient lui jouer mais il était sûr de l’apprendre rapidement.
Comme pour répondre à ses soupçons, une silhouette apparut face à eux. Mais pas n’importe laquelle ; il s’agissait de Jeremiah. Comment diable avait-il fait pour se retrouver ici ?
Quelque chose dérangea tout de même Frédéric. Le vampire avait adopté le style vestimentaire deinone et cela ne présageait rien de bon. Il s’arrêta donc à quelques mètres de lui.

« - Laisse-nous passer, Jeremiah ! »

« - Comment connais-tu mon nom et pourquoi parles-tu de toi au pluriel ? »

Frédéric regarda autour de lui et ne vit pas Isaac. Par un procédé inconnu il était parvenu à se soustraire à leurs sens et il avait sûrement déjà dû dépasser Jeremiah en direction du cristal.

« - Laisse tomber, je suis apparemment seul ».

« - C’est une évidence, lycanthrope ! »

Il connaissait le regard que lui jetait Jeremiah, le regard froid du tueur implacable dont il allait devenir la victime. Frédéric se demandait ce que les deinones avaient bien pu lui faire ou même ce qu’il était advenu de Miles avec qui il était. Bien qu’il lui ressemblait, qu’il parlait ou encore sentait comme lui, quelque chose le différenciait du Jeremiah qu’il connaissait. Il semblait moins posé.

« - Que t’ont-elles fait ? »

« - Parles-tu de mes maîtresses deinones ? »

A coup sûr il avait subi un lavage de cerveau mais comment les deinones avaient-elles pu procéder aussi vite … et sur un vampire …

« - Je ne sais pas comment ont fait ces salopes mais je vais faire en sorte que tu te réveilles ! »

« - Silence, misérable cabot ! T’entendre parler ainsi d’elles a fini de me convaincre de la nécessité de ma tâche. Prépare-toi à mourir ! »

C’est alors que le vampire dégaina une épée et fondit sur lui. Sur le plan de la vitesse, Frédéric était certes désavantagé mais sa vitesse n’était pas pour autant négligeable. Il parvint à esquiver le coup de justesse, subissant une légère coupure sur l’abdomen. Cette fois il avait eu de la chance mais il ne tenait pas à la retenter. Il décida donc de se métamorphoser pour pleinement bénéficier de ses capacités physiques. Bondissant sur les murs sans peine, il força Jeremiah à dévoiler son jeu en détendant son épée en fouet … à la grande surprise de Frédéric. Adroitement, le vampire faisait rebondir les fractions de sa lame sur les murs à grande vitesse à la poursuite de sa cible jusqu’à atteindre son but. Il parvint à enrouler son fouet autour d’une des chevilles de Frédéric. D’un coup sec et brutal il le fit tomber face contre sol. Il relâcha son étreinte, reforma son épée tout en fonçant sur Frédéric pour lui porter le coup d’estoc. Ce dernier feinta de se remettre lentement du coup jusqu’à ce qu’il soit à bonne portée. Appuyant ses mains au sol, il repoussa le vampire en le frappant puissamment de ses deux pieds.
Jeremiah réagit promptement, bien que plié en deux sous le coup, il ne chuta pas au sol en déployant ses ailes. Relevé, Frédéric se retourna vers son ami et vit ses ailes, des ailes pour le moins communes chez un vampire âgé … et prenant naissance au niveau de ses omoplates.

« - Tu n’es pas le Jeremiah que je connais ! Je n’ai plus de raison de me retenir ! » dit-il en fronçant les sourcils.

Il ne savait pas ce qui était face à lui. Un drone ? Un double dimensionnel ? Un clone ?
Il n’en avait que faire. La seule chose qui comptait était que sa tête finisse au sol, séparée du reste de son corps. Quoi qu’il soit, ça lui serait à coup sûr fatal.
Il lui bondit alors dessus toutes griffes dehors. Son ennemi l’esquiva d’un pas sur le côté tout en laissant traîner son épée sur son ventre de façon peu appuyée. En effet le vampire ne sortit pas intact non plus, Frédéric était parvenu à lui lacérer une épaule et lui faire lâcher son arme.

« - Ça aurait été inintéressant si nos forces étaient trop inégales ! » déclara le faux Jeremiah tout en sortant ses griffes, manifestement enclin à combattre de griffes à griffes.

Frédéric sourit et se jeta à nouveau sur lui. Les rôles du chasseur et de la proie s’étaient échangés. Malgré les coups de griffe qu’il ne cessait de se prendre, Frédéric menait toujours l’offensive et ne laissait pas l’imposteur sortir indemne de chacun de leurs échanges. Le faux Jeremiah portait certes plus de coups mais les lacérations infligées par Frédéric étaient plus profondes. A ce rythme, seule leur régénération ferait la différence … et encore.
Après plusieurs minutes de combat, les deux belligérants s’interrompirent au même moment, se séparant d’un bond en arrière chacun. Tous les deux semblaient essoufflés et jaugeaient l’autre du regard.

« - Regarde-toi … loup-garou … ta fin approche ! »

« - Continue de … parler … tant que … ta tête … est encore sur tes épaules ! »

Ayant repris juste assez de souffle, ils se jetèrent l’un sur l’autre à nouveau. Cette fois le vampire procéda différemment. Au lieu de vouloir le lacérer superficiellement en passant à côté de lui, il fonça droit sur son visage, écarta sa gueule d’un puissant coup de poing laissant son cou exposé … dans lequel il enfonça ses canines.
Pétrifié par cette attaque, Frédéric ne lui laissa néanmoins le temps que de lui ponctionner une infime quantité de sang en le repoussant d’une déflagration de flammes.
Alors que Frédéric portait une de ses mains à son cou, le visage calciné du faux Jeremiah, à quelques mètres de lui, se recomposait rapidement.

« - Quelle surprise ! Des flammes ? »

Il enflamma alors ses mains.

« - Moi aussi ! » ajouta-t-il.

L’atout qu’il avait jusque-là conservé dans sa manche s’avérait maintenant inutile puisque son adversaire possédait le même, à sa grande surprise. Toutefois s’il avait encore ne serait-ce qu’un minuscule doute, désormais ce n’était plus le cas. Le vrai Jeremiah, aussi étrange soit-il pour un vampire, manipulait la glace et pas le feu.
Son adversaire ne lui laissa pas le temps de se remettre davantage qu’il projeta sur lui un véritable torrent de flammes. Puisant dans ses ultimes ressources, Frédéric répondit par un tir tout aussi soutenu. Cette confrontation calorifique particulièrement intense augmentait énormément la température du couloir et des craquements se firent bientôt entendre des parois.
L’effort si intense et soutenu, ralentissait grandement la régénération des blessures de Frédéric, et particulièrement celle de son cou par laquelle du sang coulait sans discontinuer. Il connut rapidement des signes de faiblesses avant de tomber à genoux à la merci de son adversaire. Mais contrairement à ce qu’il aurait cru, son corps ne fut pas soumis à un brasier intense. Face à lui, le vampire était plus faible que jamais. L’énergie qu’il avait dégagée semblait l’avoir littéralement vidé. Déjà mince à la base, son physique était devenu particulièrement émacié au point de ressembler à un squelette. Sa décrépitude ne semblait pas avoir de borne et il chancelait sur ses fines jambes. Il finit par chuter face contre sol, inerte.
Ne représentant plus une menace, Frédéric prit le temps de presser fortement l’une de ses mains sur son cou pour accélérer la coagulation du sang et la fermeture de sa plaie.
Après quelques secondes, il trouva la force de se relever lorsqu’il entendit un son.
Il se retourna vers le vampire et tendit l’oreille. Il n’était pas mort. Il se munit de l’épée de son adversaire non loin de lui et s’approcha de lui avec prudence. La créature parlait d’une voix à peine audible.

« - … faim … »

Frédéric l’observa cinq secondes avant de lui répondre.

« - La seule chose que je puisse faire c’est de mettre fin à tes souffrances ! »

D’un geste net et précis, il lui trancha la tête de sa propre épée avant de la lui enfoncer dans le cœur. Après quoi il tourna les talons d’un pas mal assuré dans la direction du cristal mnémonique.
_____________

A suivre dans le chapitre 90 - le Début de la Fin


Dernière édition par Jezekiel le Mar 9 Fév - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 89 - Fratricide :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 89 - Fratricide
Message le Dim 15 Avr - 16:53 par Shion
Je me doutais bien que Frédéric affronterait un double de Jeremiah, histoire de boucler la boucle ^^
 

Chapitre 89 - Fratricide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 7 - des Mondes à la Chaîne-
Sauter vers: