Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 96 - Rodan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

27052012
MessageChapitre 96 - Rodan

[Date correctif : 26 Août 2016]
Terre 2000

Cela faisait plusieurs minutes que Daniel était parti mais Wade était toujours circonspect. Qu’est-ce qui pouvait bien pousser un ange à fuir de la sorte ? Que se cachait-il derrière cette fameuse Terre 0 ? L’enfer ? Le Paradis ? La Terre originelle à partir de laquelle toutes les dimensions sont nées ? Qu’est-ce que cela pouvait-il bien être d’autre ?
Pensant avoir une réponse à sa question, il sortit donc de ce court entretien avec Daniel avec davantage de questions et toujours aucune réponse.

Surgit rapidement une nouvelle question : qui pourrait bien savoir ce qu’était cette Terre 0 … en dehors de Nialgrim ? Bien que ses rapports avec le démon étaient cordiaux, il avait conscience qu’il fallait tout de même les limiter au strict minimum.
Autre que lui et Daniel, il y avait une troisième entité à qui il pouvait s’adresser : l’Unicorps !

Au hasard de ses pérégrinations dimensionnelles, il avait rencontré à plusieurs reprises ses équipes, et plus particulièrement la Force de frappe Jéricho. Cet organisme qui tentait de maintenir tant bien que mal un semblant d’ordre au beau milieu du multivers, une tâche quasi insurmontable mais qui les avait amenés à se constituer une banque de donnée particulièrement vaste.

N’ayant pris aucune précaution lors de son précédent aller-retour, cette fois allait en être tout autre. La Terre vers laquelle il se dirigeait était habitée et en parfaite santé. Ainsi avant d’ouvrir l’antre des vers, il se concentra. De nature chaotique, l’entropie pouvait être manipulée par un utilisateur suffisamment expérimenté et concentré si tel était son désir.
Ainsi, Wade pénétra au sein d’une antre des vers qui n’avait plus rien à voir avec celle qu’il avait empruntée quelques minutes plus tôt. Toutefois un mystère subsistait : quelle que soit la méthode utilisée, elle avait toujours le même aspect, celui d’un tunnel à section circulaire parfaite creusé dans une sorte de marbre mais pas pour autant sombre.

L’Unicorps n’avait qu’une seule plateforme d’envois ; en revanche il avait mis en place une technologie forçant les retours dimensionnels vers un nombre limité de plateformes confinées. Wade ne put et ne voulut pas s’y soustraire et arriva ainsi sur l’une d’entre elles. L’antre des vers étant un moyen de voyage dimensionnel habituellement usité par les deinones, l’accueil fut quelque peu tendu avant que son identité ne soit confirmée.

Ayant été mis au courant de son arrivée, l’un des savants de Jéricho, avec qui il avait tissé quelques liens amicaux, vint à sa rencontre. Wade savait parfaitement qu’il était l’un des nombreux sujets d’intérêts du jeune savant et se prêtait tacitement au jeu dans certaines mesures. Rapidement le sujet de sa visite vint sur la table. L’évocation de cette Terre 0 intrigua au plus haut point le jeune homme. En effet, il n’avait jamais soupçonné son existence et n’avait donc aucune information à lui donner à son sujet. Toutefois il l’invita cordialement à consulter la banque de données de l’Unicorps aussi longtemps que cela serait nécessaire car celle-ci ne souffrait d’aucune comparaison possible avec son propre savoir déjà vaste. Piqué au vif, il se joignit même à lui pour rendre les recherches plus efficaces.
_____________

Cité Miroir - Cristal Mnémonique

Plus éloignés qu’ils ne l’auraient cru de prime abord, Jeremiah et Isaac arrivèrent enfin face au Cristal Mnémonique. Manifestement ils étaient arrivés trop tard. Les cristaux qui le composaient étaient éteints, morts. Plus aucun arc électrique ne crépitait entre eux. Leurs surfaces étaient constellées de lourds dommages faits par une puissante arme énergétique.

Qui que soit celui qui avait commis cet acte, il devait l’avoir commis depuis plusieurs heures … ce que Xatia ne pouvait ignorer, peut-être était-ce elle-même qui l’avait commandité. Elle était parvenue à les affaiblir en les forçant à se séparer face à un choix qui n’existait déjà plus.

Après quelques secondes, Isaac confirma que le cristal était définitivement hors d’état et irréparable. Le vampire choisit de ne pas perdre davantage de temps et partit rejoindre Frédéric. C’est ainsi que tous deux quittèrent la pièce en direction de la salle de contrôle.
_____________

Cité Miroir – Devant la Salle de Conditionnement

Frédéric et Rodan se faisaient face, chacun jaugeant l’autre, tentant de déceler le moindre changement chez l'autre dans le plus parfait silence. Silence que brisa Frédéric.

« - Tu es l’un des larbins de Xatia, non ? »

« - Et toi l’un de Zilimah ? »

« - Plus maintenant, c’est de l’histoire ancienne ! »

« - Que tu crois ! »

« - Disons que j’ai envoyé ma lettre de démission se planter dans sa poitrine après lui avoir emprunté son p’tit ordinateur portable ».

« - Quelle performance ! Faut dire que sans rune de contrôle, ça n’a pas dû être trop dur ! »

« - Rune de contrôle ? Mon cul, ouais ! C’est juste une historie de volonté. On en a … ou on n’en n’a pas ! »

Rodan posa alors contre le mur un appareil muni d’un grand réservoir translucide.

« - Tu sous-entends quoi là ? Que je suis un faible ? » demanda-t-il.

« - Je ne sous-entends rien, j’expose les faits tels qu’ils sont ! La rune qu’elles ont gravée dans la chair de mon pote ne l’a pas empêché de se barrer après avoir éclaté le gars que tu viens ramasser à la petite cuillère ».

« - Même si Füller est une ordure, il ne s’est pas encore abaissé à dévorer ses victimes comme un charognard ! » lui répondit Rodan en lui faisant signe de la tête pour qu’il regarde dans la cellule.

Un bref coup d’œil lui suffit. Il y vit des cadavres méconnaissables de plusieurs deinones dont le nombre lui échappait étant donné leur démembrement. Frédéric connut alors un sentiment de dégoût mêlé à de la tristesse. Il se doutait que son autre lui avait repris le contrôle durant leur exil forcé. Bientôt ces deux sentiments laissèrent place à une colère grandissante.

« - Hé bien alors quoi ? On n’a plus autant de verve d’un coup ? » demanda Rodan sur un ton sarcastique.

« - Fais bien attention aux mots que tu vas prononcer à partir de maintenant ! » lui répondit Frédéric en détachant et laissant tomber au sol l’ordinateur de Zilimah qu’il avait au bras.

« - Bouhou ! J’ai peur ! Que comptes-tu me faire ? Me larder moi aussi ? Il m’en faudra un peu plus pour me tuer ! Ou alors la possibilité de l’éviscération te vient-elle à l’esprit ? Éparpiller soigneusement mon corps aux quatre coins de la pièce, comme l’aurait fait ton pote, doit te faire triquer, non ? »

« - Ferme ta gueule ! »

« - Mais au fait j’y pense. C’est peut-être ce qui vous relie tous les trois. Ce soi-disant lien fort et unique qui vous lie et qui vous rend si à part, ce ne serait pas le cannibalisme ? Ou peut-être la nécrophilie ? Après tout vu l’état des cadavres on n’arrive plus à savoir ce qu’il a essayé de faire avec ! »

« - TA GUEULE ! » cria Frédéric avant de lui asséner un puissant coup de poing au visage.

Sans marquer de temps mort Rodan le lui rendit. Tous deux sentirent alors un fin filet de sang couler de leur lèvre.

« - Putain ouais ! J’aime ça ! Il en aura fallu du temps ! Vas-y ! Lâche-toi et montre moi un peu ce que tu as dans le ventre ! Prouve-moi que tu es vraiment unique ! » s’esclaffa Rodan tout souriant

« - Je vais pouvoir constater par moi-même si vous êtes si terrifiants, vous, les Strikers ! » répondit Frédéric desserrant à peine les mâchoires.

Les deux hommes échangèrent de nombreux coups de poing sans se départager durant quelques secondes jusqu'à ce que Frédéric assène un puissant coup de bélier au ventre de son adversaire. Immédiatement il se releva brutalement pour lui donner un puissant coup de boule au niveau du menton. Accusant le coup une fraction de seconde, Rodan lui rendit le coup de boule en pleine arcade avant de lui porter un puissant coup du coude droit au visage. Sans attendre, Rodan le frappa du poing gauche. Frédéric parvint à le dévier pour enchaîner avec deux rapides coups de poing avant de lui porter un coup plus puissant.

Rodan recula alors de deux pas en titubant et pivotant légèrement. Comme à son habitude, il se remit vite et se retourna brutalement avec un violent coup de poing … que Frédéric bloqua d’une main. Bien que surpris, Rodan s’en servit comme appui pour l’attirer à lui et lui porter un coup de béquille au flanc. Le coup brisa deux côtes à Frédéric qui eut le souffle coupé un instant. Toutefois, tout comme Rodan, il réagit rapidement. N’ayant pas lâché le poing de Rodan, il se servit de son autre main pour lui faire une torsion du bras et lui disloquer le coude avant de brutalement le frapper au ventre tout en relâchant son poing. Son ennemi plié en deux, Frédéric poursuivit en lui frappant le visage d’un bon coup de genoux. L’impact fit tomber Rodan à la renverse.

« - Allez, pousse-toi de là ! J’ai autre chose à faire que de perdre mon temps avec un minable comme toi ! »

Mais Rodan n’avait pas dit son dernier mot. Il se releva et remit son coude en place.

« - Je ne pensais pas être le premier à devoir monter d’un échelon mais je dois reconnaître que tu ne te bats pas mal … un peu comme une sorte d’encyclopédie du combat sur pattes. Ceci dit je pense que les choses vont changer maintenant ! »

Sur ces mots Rodan se métamorphosa en un lycanthrope roux foncé sous les yeux surpris de Frédéric.

« - T’avais pas senti le fauve en moi quand on s’est rencontrés tout à l’heure ? Tes facultés de loup ne doivent pas être aussi développées que les miennes ! »

« - Faut dire que c’est pas évident de déceler une odeur particulière au milieu de tant de puanteur ! » répliqua Frédéric.

« - Tandis que celle d’un chien mouillé est reconnaissable entre toutes ! »

« - Chien mouillé ? C’est ce qu’on va voir ! »

Sans attendre, Rodan lui sauta dessus laissant à Frédéric tout juste le temps de se métamorphoser à son tour. Sous l’élan, Rodan parvint à le plaquer au sol, approchant dangereusement sa gueule de la gorge de Frédéric. Frédéric n’eut alors plus le choix et choisit de le frapper dans les parties. Rodan poussa un cri et roula sur le côté. Tandis qu’il était agenouillé, Frédéric se releva. Ce dernier attendit que son adversaire se redresse avant de lui bondir à la figure et de la lui lacérer à grands coups de griffes. Malgré les multiples lacérations, Rodan se reprit et donna des coups de griffes au hasard jusqu’à faire mouche. Frédéric subit une profonde déchirure sur le buste qui lui fit faire un pas en arrière … ce qui lui permit d’esquiver de justesse le coup suivant, porté à la gorge.

Réactif, Frédéric lui saisit le bras pour le faire tournoyer. Mais à peine lui avait-il fait faire un quart de tour que Rodan le contra en reprenant fermement appui au sol avant de se libérer en écartant les bras de Frédéric brutalement. Il se saisit de l’opportunité et lui fit connaître le même sort. Manifestement Rodan était bien plus puissant que lui musculairement parlant. Il ne put l’empêcher de le fracasser contre l’un des murs du couloir. Sous l’impact, il laissa échapper une gerbe de sang par la gueule. Le coup qu’il venait de subir avait sérieusement hypothéqué ses chances de victoire. Libéré par son adversaire, il tomba au sol à quatre pattes.

« - Qui est le minable maintenant ? » lui demanda Rodan, non sans un certain sadisme, tout en le frappant du pied au ventre encore et encore et le faisant rouler.

Finalement, Frédéric parvint à réagir et lui bloqua le pied avant de lui disloquer le genou d’une puissante torsion.
La prise douloureuse fit hurler Rodan de douleur pendant que Frédéric roulait sur le dos, haletant. Ce dernier parvint à se relever douloureusement, ne comptant plus les côtes brisées et ne parvenant pas à reprendre son souffle. C’est alors qu’il vit, incrédule, Rodan remettre son genou en place comme il l’avait fait avec son coude.

Voyant cela, Frédéric sut qu’il devait en finir au plus vite et mettre le paquet pour le faire caler. Il lui bondit dessus en plantant ses griffes dans la poitrine avant de les écarter sauvagement et dans une grande gerbe de sang. Sans lui laisser la possibilité de se reprendre, il le lacéra sans discontinuer, toujours plus profondément dans les chairs. Une course contre la montre contre la régénération de son adversaire. Tirant sur la longueur il dut se résoudre à utiliser sa pyrokinésie pour brûler les chaires tranchées et ralentir la régénération. N’enflammant d’abord que ses mains, il ne put se contenir sous l’adrénaline qui s’écoulait dans ses veines et finit entièrement embrasé.

Rodan se plaignait sous chaque coup, tentant de se protéger comme il le pouvait mais se brûlant au contact de Frédéric. Ce dernier jugea à un moment donné que c’était suffisant et choisit de le mettre hors course en provocant une détonation de flammes sur les chairs à vif de son poitrail.
Sous la détonation, Rodan fut rabattu au sol à quelques mètres de Frédéric, agonisant. Toutefois Frédéric avait veillé à ce que ça ne lui soit pas fatal. Si sa régénération était aussi efficace que la sienne, il parviendrait à s’en remettre, lui laissant le temps de retrouver Miles et de laisser la Cité Miroir dans leur sillage.

Recouvrant une respiration normale, Frédéric commença à se calmer et éteignit sa flamme progressivement avant de reprendre sa forme humaine et laisser ses tissus cicatriser. Il tourna les talons et partit récupérer l’ordinateur de Zilimah qu’il remit au bras. Derrière lui, Rodan se releva sans qu’il ne s’en aperçoive.

« - Je dois avouer que t’es un sacré morceau » lui adressa-t-il.

Frédéric se retourna, n’en croyant pas ses oreilles et encore moins ses yeux.
Son adversaire, aux portes de la mort il y a encore quelques secondes, voyait ses brûlures et ses lacérations s’estomper à une vitesse hors norme.

« - Je comprends pourquoi Zilimah voulait vous épargner au maximum. Mais puisque tu l’as tuée,  il n’y a plus de raison que je me retienne ! » ajouta-t-il.

« - Il est vrai que sans elle, je ne me serais sans doute pas relevé de si tôt » ajouta-t-il en parlant du magnifique diamant de forme arrondie qu’il tenait dans sa main droite.

Encore sous sa forme de loup, la pilosité de Rodan blanchit au contact de la pierre. Blancheur qui se répandit rapidement à l’ensemble de son corps. Après quoi il sembla croître de taille et vit sa musculature se développer encore plus. Son poil se hérissa alors tels des milliers d’aiguilles. Ses blessures guéries, il plaça le diamant sur sa poitrine où il se fixa. Son poil prit alors un éclat métallique.
Pétrifié par la stupéfaction, Frédéric finit par réagir en reprenant sa forme lycanthropique.

« - Tu peux même te renflammer si tu veux, ça ne fera plus une grande différence sur l’issue de ce combat. Vois-tu, la Larme de Dana est en quelque sorte le St Graal pour nous, lycanthropes. Il nous rend invincible … et manque de bol pour toi, c’est moi qui l’ait ! »

« - Tu permets que je mette ton invincibilité à l’épreuve ? »

Sans attendre une quelconque réponse, Frédéric s’embrasa en un clin d’œil avant de déverser un torrent de flammes sur Rodan. Jamais il n’avait produit un feu aussi intense et aussi soutenu. Il se surpassait et donnait littéralement tout ce qu’il avait. Ses traits étaient tendus. Il forçait pour se surpasser car il devinait par instinct que ce qu’il produisait n’allait jamais suffire. Soudain il connut un changement dans son attitude. Son regard changea pour devenir celui d’un fauve enragé. Ce changement renforça encore plus son brasier infernal. Le cristal du couloir commençait à crépiter et craquer comme du bois au feu. Il ne savait pas si Rodan était encore debout, voire encore devant lui. Après de longues minutes, la bête en lui se rendormit et Frédéric s’arrêta, exténué, son corps ne produisant plus qu’une faible flamme qui s’éteignait progressivement.
Il ressentit véritablement, pour la première fois depuis le début du combat, de la peur en voyant Rodan, face à lui, et seulement à quelques mètres de lui, le corps fumant.

« - J’ai failli avoir peur ! » avoua-t-il avec un léger sourire, presque amusé.

D’un bond il franchit la maigre distance qui les séparait et décocha un surpuissant crochet à la mâchoire de Frédéric. Non seulement le coup lui déboîta la mâchoire mais aussi la nuque.
Jamais il n’avait subi un coup d’une puissance pareille. Il tomba comme un poids mort au sol, conscient mais sans défense.


Dernière édition par Jezekiel le Ven 26 Aoû - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 96 - Rodan :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 96 - Rodan
Message le Dim 27 Mai - 20:45 par Shion
Frédéric a l'air de s'être trouvé un puissant rival Smile
 

Chapitre 96 - Rodan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 7 - des Mondes à la Chaîne-
Répondre au sujetSauter vers: