Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 830
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

24062012
MessageChapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange

[Date correctif : 4 Septembre 2016]
Feu – Année 2012

D’un pas, le béhémoth qu’était Baalzephon franchit la déchirure spatio-temporelle posant le pied dans la Sépulture des Engrenages Hurlants et laissant derrière lui les ruines de la Terre 531 en l’an 2770. A son arrivée, le démon rachitique grisâtre, qui était devenu le préposé à l’engrenage de déchirement temporel, l’accueillit.

« - Je vois, au singe que vous ramenez sur l’épaule, que vous avez rempli votre mission, mon seigneur ! »

Baalzephon le regarda d’un air hautain et méprisant. Sa mission n’était pas complètement finie ; il devait encore amener le dénommé Miles jusqu’au Cortex des Faux Semblants. Il n’était donc pas encore venu le moment de déranger Marbas qui, à la cacophonie de cris qui retentissait plus que d’habitude, devait s’adonner à ses plaisirs avec ses pignons de torture. Ainsi, sans dire un mot, Baalzephon se dirigea vers la sortie des Engrenages, quittant le maigre démon.

« - Je comprends seigneur ! Je ne suis pas digne que vous m’adressiez la parole ! »

Une fois hors de portée de voix, le démon rachitique ajouta :  « - … du moins pour l’instant ! »
_____________

Cortex des Faux Semblants

La réputation de Baalzephon le précédant où qu’il aille en Enfer, les portes de l’asile s’ouvrirent de suite sur son chemin et tous les déments évitèrent de s’approcher de lui, plus par instinct que par peur. Même Alricaus ne fut point tenté de jouer avec un des descendants de la lignée des Baal et l’accueillit de suite.

« - Bienvenue, Sieur Baalzephon ! »

Baalzephon regarda Alricaus sous sa forme humaine quelques secondes avant de laisser lourdement tomber au sol Miles et de tourner les talons. Mais avant de sortir, il s’arrêta.

« - Je suis déçu de ne pas avoir pu jouer moi aussi avec tes patients, que ça ne se reproduise plus ! » dit-il sans tourner la tête.

« - Jamais je n’aurais pensé que vous étiez susceptible de vous adonner à mes … jeux » répondit sereinement Alricaus.

« - Je ne le suis pas, mais écarteler entre mes mains des amuse-gueule est toujours divertissant » répondit-il avant de repartir pour les Engrenages en quête de son salaire.

Après le départ de la brute épaisse, Alricaus commença à planifier la construction d’une nouvelle aile dans son asile où il entreposerait à l’avenir des damnés totalement inintéressants, et donc insignifiants, pour ce genre de visite. Même s’il n’avait rien à craindre de Baalzephon en lui-même, il devait tout de même se méfier de cette lignée qui possédait des membres autrement plus redoutables.

Concernant Miles, il le souleva par télékinésie et l’allongea sur une table étroite qu’il venait de matérialiser. Tandis que le maître des lieux poursuivait ses réflexions, il laissait ses subordonnés fixer et sangler le nouveau venu à l’identique du précédent.

« - Montre-toi ! » ordonna alors d’une voix calme Alricaus.

« - Même plongé dans vos pensées, votre vigilance est toujours aussi aiguisée » répondit le démon rachitique qui sortit de l’ombre.

« - Qui es-tu ? »

« - Lorsqu’on daigne m’appeler, Mrin est le nom que l’on prononce. Je suis l’humble serviteur que Marbas a choisi pour surveiller le bon déroulement de l’opération ».

« - Il est curieux que Marbas emploit ses subalternes à des postes aussi différents. N’étais-tu donc pas préposé à l’Engrenage de Déchirement Temporel ? »

« - Vous êtes bien renseigné mon seigneur ».

« - Soit ! Tu peux y assister, nous n’allons pas mettre en colère Marbas pour si peu … pas même pour vérifier tes ordres ».

Alricaus sentait que le démon n’était pas aussi ordinaire qu’il le laissait croire et ce comportement chez un démon était aussi rare qu’improbable parmi les sujets de Marbas.

Ainsi Alricaus et Mrin se rendirent dans une pièce entièrement carrelée de blanc à l’instar d’une salle d’opérations chirurgicales mais sur les murs de laquelle étaient peints divers pentagrammes et runes démoniaques. Au centre de la salle se trouvaient Miles et Reinhardt harnachés sur leurs tables et côte à côte.

« - Combien de temps cela va-t-il prendre ? » demanda Mrin.

« - Cela dépend de la force de leurs esprits. Maintenant ne m’interromps plus et mets-toi dans un coin où tu es sûr de ne pas me gêner ! » répondit froidement Alricaus.

Après quoi le démon s’avança vers les deux hommes. Il se plaça entre eux et posa ses mains sur leurs fronts. Explorant l’esprit de Reinhardt en premier, il le sentit particulièrement résistant. Étant déjà en conflit avec un esprit démoniaque qui avait investi son corps, il aurait dû être exposé, voir que son esprit présenterait des dommages qui lui faciliterait la tâche. Mais il en n’était rien. C’était là que Miles intervenait. Un courant d’énergie turquoise naquit de la tête de Miles pour plonger dans celle de Reinhardt. Malgré leurs entraves, les deux hommes se mirent à hurler en simultanée.

Le but de l’opération était de les rendre dociles et à leur entier service. Pour cela il devait tout anéantir pour faire table rase. Chose aisée chez des patients communs, la tâche devenait bien plus ardue les concernant tous les deux. Ainsi Alricaus avait envisagé une solution complètement différente et innovante. Il utilisait l’esprit de Miles comme un marteau sur celui de Reinhardt afin de les fragiliser et les rendre plus malléables. Il prélevait des monceaux de souvenirs de l’esprit de Miles pour les envoyer par vagues successives dans l’esprit de Reinhardt et écraser les siens. Rapidement, le processus draconien eut une conséquence physique sur le corps de Reinhardt. Il connut de violentes convulsions et de la bave sortait de sa bouche. Peu à peu, les souvenirs de Reinhardt furent détruits et bientôt l’homme cessa d’offrir une quelconque résistance mentale. Mais Sahkm, le démon qui s’était introduit en lui, ne revendiqua pas le contrôle du corps pour autant. Poussant son investigation plus avant, Alricaus comprit que le procédé auquel il avait soumis l’esprit de Reinhardt avait également affecté l’esprit du démon, écrasant une partie de ses souvenirs. Néanmoins il ne s’en inquiéta pas car l’esprit d’un démon n’était pas constitué de la même façon et il s’en remettrait sous peu.

Les souvenirs implantés de Miles entraient en interaction avec les souvenirs restants de Reinhardt et formaient un ensemble composite incohérent, chaotique, instable … et donc assez malléable pour qu’Alricaus en fasse ce que bon lui semblait. Maintenant qu’il avait atteint son but, il allait pouvoir retransférer les souvenirs endommagés de Miles dans leur esprit d’origine, laissant des vides dans celui de Reinhardt qu’il allait bientôt combler selon les désirs de Marbas. Le transfert retour se fit sans heurt hormis quelques mouvements de paupières semblables à ceux que l’on connaît lorsqu’on rêve … du moins jusqu’à l’ultime souvenir. Au moment précis où il réintégra l’esprit de Miles ce dernier ouvrit les yeux, inondés d’une lumière cyan. Sa muselière éclata et Miles poussa un surpuissant cri. Tous les esprits du Cortex furent expulsés de leurs corps et pulvérisés à l’exception de deux d’entre eux : Alricaus et Mrin. Le maître des lieux fut repoussé si violemment qu’il fut encastré dans un des murs de la pièce. La soudaineté de l’attaque le prit de court et il ne put s’en protéger à temps. Néanmoins l’attaque n’avait pas été assez puissante pour le tuer, seulement pour l’étourdir. Quant à Mrin, il semblait avoir prévu le coup. Il s’était entouré de boucliers runiques de couleur or qui l’avaient complètement protégé de l’attaque … du moins le pensait-il. En effet son apparence avait changé. Le simulacre qu’il avait employé pour camoufler sa véritable apparence fut affecté par la détonation. Ce n’était plus l’insignifiant Mrin qui se tenait seul debout dans la pièce mais le sournois Nialgrim.

Miles reprit connaissance et tenta de regarder autour de lui. Sentant qu’il était immobilisé il commença à se débattre pour se libérer. Lorsqu’il vit Nialgrim au-dessus de lui, il redoubla d’efforts et ses yeux s’illuminèrent à nouveau.

« - Arrière démon ! » lui adressa-t-il.

Nialgrim n’écouta pas la mise en garde et lui détacha la main droite, à la surprise de Miles.

« - Reprends ton calme ! Si j’avais voulu te nuire je ne tenterais pas de te libérer. De plus mon esprit n’est pas assez faible pour être expulsé de mon corps ».

Miles se libéra rapidement et se tint à bonne distance du démon.

« - Je m’appelle … » dit alors Reinhardt en cherchant quel était son nom.

Nialgrim et Miles le regardèrent avant que ce dernier ne reprenne la parole.

« - Que s’est-il passé ici ? » demanda-t-il en observant la pièce dans laquelle ils étaient.

« - Le Seigneur Alricaus a tenté de vous lobotomiser … apparemment il a réussi avec lui. Même si Alricaus n’avait pas mes protections magiques, il ne va pas tarder à revenir à lui et il vaudra mieux pour nous qu’on ne soit plus là à ce moment ! »

« - Attends, attends ! On est où là ? »

« - Où crois-tu que l’on trouve des damnés et des démons pour les tourmenter ? »

Miles comprit alors qu’ils étaient en enfer … même si l’idée qu’il s’en faisait ne ressemblait en rien à cette salle.

« - C’est un humain, comme moi, je ne peux pas le laisser là ! »

Miles défit alors les liens qui retenaient Reinhardt. Il l’aida à se relever mais l’homme n’avait plus aucune volonté et il se laissa tomber au sol. Miles prit le bras gauche de Reinhardt sur ses épaules et le releva avant de quitter le Cortex. Tous trois traversèrent les plaines arides et sanglantes des Enfers en direction de la Sépulture des Engrenages Hurlants.

« - Où nous emmènes-tu ? » demanda Miles en voyant se profiler au loin la construction chaotique d’où émanaient de multiples cris de douleurs.

« - Tu retournes chez toi ! » lui répondit le démon.

Arrivés à la Sépulture, Nialgrim abattit de sa foudre les sujets de Marbas qui eurent le malheur de croiser leur chemin. Activant l’engrenage de déchirement temporel, Miles et Reinhardt regagnèrent la Terre 531 en 2771.
_____________

Feu – Cortex des Faux Semblants – Quelques heures plus tard

Alricaus était revenu à lui depuis un moment. Il était en train de recenser les dégâts qu’avait subi son domaine lorsqu’il reçut la visite de Marbas en personne, toujours sous sa forme de fillette.

« - Où sont passés mes humains ? » demanda-t-elle.

« - Croyez bien, Seigneur Marbas, que si je le savais je leur ferais payer chèrement ce qu’ils ont fait ici ! »

« - Comment est-ce possible ? ES-TU AUSSI INCOMPÉTENT ? »

« - Surveilles tes paroles, Marbas ! JE NE SUIS PAS UN DE TES LAQUAIS ! »

Sur ces mots Alricaus se transforma en un monstre épouvantable aux multiples tentacules et aux cent yeux. Puis il se calma et prit une forme humanoïde à mi chemin entre l’humain et la créature précédente.

« - A ce sujet, où est passé le serviteur que tu as mandaté pour surveiller l’opération ? Ne serait-ce pas à cause d’un des tiens que tout a échoué et que mon Cortex a été réduit à néant ? »

« - QUELLES SONT CES CONNERIES ? JE N’AI ENVOYÉ PERSONNE ET AUCUN DE MES ESCLAVES NE SE RISQUERAIT A OUTREPASSER SES DROITS ! »

« - Mieux vaut que cela soit vrai sinon tu le regretterais amèrement, Marbas ! Sors de chez moi, MAINTENANT ! »

Marbas rentra chez elle, furieuse. Elle décapita avec les dents le malheureux esclave qui osa lui souhaiter la bienvenue. Son physique avait grandement perdu de son humanité. Son corps était de taille adulte. Sa peau marron était recouverte par endroits d’une fourrure ocre. Ses pieds et mains étaient munis de griffes acérées. De son ancienne forme de fillette elle n’avait conservé que la partie supérieure du visage et ses nattes. Sa bouche n’était plus qu’une gueule béante reliant les deux pommettes. Elle convoqua l’intégralité de ses esclaves ainsi que les démons composant les 36 légions de son armée personnelle et les passa tous en revue. Elle remarqua l’absence de plusieurs d’entre eux. L’un était celui qu’elle avait décapité. Ne pouvant croire que plusieurs de ses démons l’avaient trahie, elle fit ordonner qu’on fouille la Sépulture de fond en comble. Plusieurs cadavres lui furent ramenés mais il manquait toujours un de ses démons, celui qu’elle avait assigné à l’engrenage de déchirement temporel. Elle désigna l’un de ses esclaves pour qu’il la suive jusqu’au fameux engrenage.

« - Dis-moi quand il a été utilisé pour la dernière fois ! »

« - Il a été utilisé il y a 4 heures en direction de la Terre 531, en 2771 » répondit l’esclave, en tremblant de toute part.

Marbas finit de se transformer en une créature immense et velue, faisant vaguement penser à un lion humanoïde démoniaque. Elle enserra l’esclave dans son poing jusqu’à le réduire en bouillie.

« - Où que tu sois, misérable créature, il est hors de question que tu contraries mes plans. QUE L’ON ENVOIE NOS MEILLEURS CHASSEURS A LEURS TROUSSES ! »
_____________

Terre 531 – 2771

Miles et Reinhardt arrivèrent quelque peu brutalement sur Terre, si bien qu’ils tombèrent face contre sol. Miles se releva et observa les environs. Ils se trouvaient sur le toit d’un ancien bâtiment délabré au beau milieu d’une mégalopole fantôme à moitié ensevelie sous le sable du désert. Miles reconnut de suite où ils se trouvaient et leva la tête vers le ciel. Mais la piste d’Hyper Speedway qu’il s’attendait à voir n’était plus là. Il mit cela sur le compte des ravages de la guerre qui s’était déroulée durant son coma. Toutefois la ville où ils se trouvaient ne faisait aucun doute : il s’agissait de Las Vegas … du moins ce qu’il en restait après le grand séisme de 2568 qui engouffra sous terre près de la moitié de la capitale du jeu. Les puritains d’alors interprétèrent cela comme le châtiment de dieu comme il l’avait fait pour Sodome autrefois. Dès lors toute la population survivante quitta progressivement la ville pour ne plus y retourner. Au fil des siècles elle fut submergée par les vents du désert. Avec le succès que connurent les courses d’Hyper Speedway, les organisateurs eurent de plus en plus d’influence et reçurent l’autorisation de construire une piste au-dessus de la ville damnée. Cette piste était surnommée "Hell’s Gate" et était l’une des pistes les plus techniques de par ses reconfigurations multiples lors des courses.

Bizarrement, les souvenirs de ces temps glorieux ne firent naître aucune nostalgie chez Miles. Il s’en souvenait comme une sorte de cours d’histoire, de façon détachée, comme s’il n’en faisait pas partie intégrante.
Lorsqu’il vit Reinhardt debout, à côté de lui, Miles revint à la réalité. Il souriait de voir son acolyte capable de se tenir debout seul. Cela laissait présager qu’il récupérait peu à peu. C’est alors qu’il entendit un craquement sous leurs pieds. Le son ne lui était pas inconnu : c’était celui du verre qui se fend. En réalité ils se trouvaient sur la verrière d’un des casinos de la ville. Miles eut tout juste le temps de pousser Reinhardt sur le côté avant que la vitre ne finisse par céder sous leur poids.

Vingt mètres plus bas, Miles s’empala sur l’épée d’une statue en forme de chevalier à cheval et perdit connaissance sous l’impact. Sous la poussée de Miles, Reinhardt, pas encore sûr de ses jambes, tomba et dévala le versant de la colline de sable qui s’était amassé contre la façade est de l’immeuble. Sa course se finit lorsque son crâne heurta violemment une colonne de béton affleurant. A son tour il perdit connaissance.

Une demi-heure plus tard, des nomades du nouveau désert se dirigèrent vers cet endroit précis, comme s’ils recherchaient quelque chose ou quelqu’un. Ils trouvèrent l’objet de leur venue allongé sur le sable. Complètement inerte, ils pensèrent de prime abord qu’ils étaient arrivés trop tard et que l’homme qu’ils étaient venu chercher avait succombé aux dangers du désert.

Néanmoins, par ces temps de misères, tout était bon à prendre et la moindre dépouille trouvée se devait d’être fouillée en espérant pouvoir glaner quoi que ce fût. Toutefois Reinhardt n’était pas mort et se réveilla en sursaut lorsqu’il sentit des mains le fouiller. Il recula sur le sol brusquement avant de se relever.

« - Vous êtes qui bon sang ? » leur demanda-t-il.

« - Du calme l’ami ! Nous ne te voulons aucun mal. Nous pensions que tu étais mort » répondit l’un des hommes.

« - Ben ça se voit, non ? Je ne le suis pas ! »

« - Oui, dieu soit loué ! Nous sommes venus pour toi ! »

« - Vous êtes qui d’abord ? Et comment saviez-vous que j’étais là ? … Et on est où là au juste ? »

« - Nous sommes les frères pèlerins. Le saint ange que nous a envoyé l’Éternel nous a indiqué que l’homme du désert de Mojave avait besoin d’être secouru et guidé ».

« - Oooookay ! Et guidé vers où ? »

« - C’est à toi de nous le dire, mon ami. Mais d’abord comment t’appelles-tu ? »

« - Comment je m’appelle ? Je … m’appelle … je m’appelle … Miles … Miles Gravsten ! »

« - Bien, Miles. Je me nomme Orson et tous mes frères sont à ton service. Nous te mènerons où que tu le souhaites ».

« - Je … je veux rentrer chez moi ! »

« - C’est-à-dire ? »

« - En … France ! »

C’est ainsi que Reinhardt, se prenant pour Miles, et les frères pèlerins se mirent en marche vers l’Est laissant derrière eux Las Vegas.

Près d’une heure plus tard, le vrai Miles revint à lui, toujours embroché sur l’épée de la statue. Lorsqu’il comprit dans quelle posture il était, il tenta de bouger délicatement. Ne ressentant aucune douleur, il se dit qu’il connaîtrait un feedback plus tard, comme à l’hôpital. Il commença donc à bouger énergiquement jusqu’à ce que l’épée se brise et qu’il tombe à terre, deux mètres plus bas. Au sol, il eut toute la peine du monde à se redresser étant donné l’épée qui le traversait de part en part. Finalement debout, il entreprit de retirer l’objet étranger de son corps. Mais la blessure avait commencé à cicatriser et il dut forcer et arracher une partie des tissus cicatriciels. Mais toujours pas de douleur.

« - Je crains le pire ! Quand ça va se réveiller, je vais déguster sévère ! » se dit-il à voix haute.

« - C’est fort probable ! » lui répondit une voix dans l’obscurité.

« - Qui est là ? » demanda Miles en se retournant.

Sortit alors de l’ombre un homme de taille modeste et svelte. Il était habillé de blanc et de beige avec de multiples foulards entourant son cou. Ses cheveux étaient châtains clairs et mi-longs. Son attitude n’était point menaçante.

« - Je me nomme Daniel, tu n’as rien à craindre de moi ».

« - Ouais ! Le dernier qui m’a dit ça était un démon … alors maintenant à qui ai-je à faire ? Avec tout ce blanc je dirais un ange ».

Daniel se mit à rire.

« - Il est vrai que nous ne sommes pas très imaginatifs d’un point de vue vestimentaire ».

« - Je disais ça comme ça mais si tu te prends vraiment pour un ange, tu es plus mal barré que moi alors ! » répondit Miles.

Daniel sourit.

« - Qui d’autre pourrait faire cela ? »

Soudain Daniel déploya des ailes d’une extrême luminosité qui éclaira parfaitement tout le casino. Miles fut stupéfait par cette vision et dut se rendre à l’évidence qu’il avait effectivement un ange face à lui. Soudain, il se rappela Reinhardt. Il regarda autour de lui à la recherche de son corps tombé avec lui.

« - Ne t’inquiètes pas ! Tu as réussi à le pousser à temps pour lui éviter cette chute » lui dit alors Daniel.

« - Où est-il ? »

« - Reinhardt … ou plutôt devrais-je dire Miles, s’est éloigné en compagnie des frères pèlerins il y a de cela une heure ».

« - Quoi ? C’est moi Miles ! »

« - Disons qu’Alricaus, le démon entre les mains duquel vous êtes passés a fort bien réussi son coup. Reinhardt croit fermement être toi et toi tu n’es plus tout à fait toi-même, il me semble. Par quel nom va-t-on t’appeler désormais ? »

Miles ne dit mot durant quelques secondes. Il est vrai que depuis qu’il s’était éveillé dans le Cortex des Faux Semblants il se sentait bizarre, comme si ses souvenirs étaient ceux de quelqu’un de très proche, voir d’intime mais pas les siens. Même sa façon de s’exprimer avait été quelque peu altérée … sans parler de son comportement envers les autres. Jamais son ancien lui aurait pris le risque de libérer et d’emmener Reinhardt au risque de le ralentir et de se faire prendre.

« - Wade ! C’est un nom qui me plait ! » finit-il par dire.

« - Très bien, Wade, j’ai certaines choses à te confier que les Inuits n’ont pas eu le temps de te dire ».
_____________

Plusieurs semaines durant, Daniel resta auprès de Wade pour lui faire découvrir l’étendue du multivers et comment voyager d’une dimension à une autre grâce à sa nature profonde. Néanmoins, Daniel ne poussa pas l'apprentissage jusqu'à la pratique. Se contentant d’ouvrir des passages. Ce fut le seul aspect sur lequel Daniel l’entraîna, estimant que ce serait à lui seul de découvrir et maîtriser ses autres pouvoirs. Néanmoins, un soir comme un autre, Daniel en dit trop face aux demandes incessantes de Wade quant à ce qu’il était vraiment. Le choc de la révélation fut tel que Wade coupa les ponts avec Daniel et s’éloigna de lui pour rejoindre une autre Terre complètement désolée, la Terre 532 qui avait subi approximativement le même sort que la sienne.

Libéré de la protection angélique que lui prodiguait la présence de Daniel. Wade fut repéré et rejoint par Nialgrim. Le démon compléta l’enseignement de l’ange sur les voyages interdimensionnels en lui apprenant à se repérer dans le multivers. Ceci fait, Nialgrim l’encouragea à retourner sur sa Terre d’origine.
_____________

Pendant près d’une année, Miles voyagea à travers le continent américain aux côtés des frères pèlerins. Ces derniers lui apprirent que sa destinée était de servir d’hôte à Moloch lorsque le démon suprême, à la tête des armées infernales, déclarerait l’apocalypse contre les cieux. Durant tout ce temps ils lui apprirent non seulement à éviter les zombies mais également les démons lancés à ses trousses. Il était nécessaire qu'il survive jusqu'à la prochaine venue de l'ange, qui ne se produirait que dans trois ans, en 2774.

Durant leur périple à travers les anciens États-Unis, un ennemi plus sournois que les démons décima progressivement les rangs des frères pèlerins. L’un après l’autre, la lèpre les dévora de l’intérieur, épargnant un certains temps Orson, ultime compagnon de route de Miles. Après une agonie sans fin causée par la maladie, l’homme de dieu ne laissa échapper son dernier soupir qu’une fois Miles amené au port à partir duquel il pourrait rejoindre la France. Cette ultime séparation causa une telle peine à Miles qu’il se métamorphosa pour la première fois en démon. Voyant l’apparence qui était la sienne dans une des vitres du bateau et malgré la tristesse qui l’inondait, Miles trouva cela ironique qu’un démon déguisé en homme soit guidé par des hommes de dieu sans qu’ils ne s’en aperçoivent. Mais la vérité était tout autre et elle lui fut dévoilée durant son périple maritime.

Lorsqu’une voix à l’intérieur de lui commença à se faire entendre, il crut qu’elle était celle du démon dont il parvenait à prendre l’apparence et le contrôle. Sa présence devenant insupportable, il fouilla dans les affaires d’Orson qu’il avait prises avec lui en souvenir. Dans sa bible, il y trouva une feuille intercalée. Dessus était inscrite la méthode à suivre pour procéder à un exorcisme. Un véritable combat opposant sa volonté à celle du démon débuta dès lors et dura plusieurs jours avant que Miles n’en prenne définitivement le dessus.
_____________

2 ans plus tard – 2774 – Ville morte d’Agen

Ayant trouvé dans les papiers d’Orson la date précise à laquelle le soi-disant ange devait venir à sa rencontre, Miles choisit la ville d’Agen comme théâtre de la rencontre. La ville avait été désertée durant la troisième guerre mondiale et plus jamais personne n’y était retourné. Seuls des zombies décharnés et errants constituaient un semblant de population. Seul être vivant à plusieurs kilomètres à la ronde, cela devrait, en principe, faciliter la tâche à cet emplumé, pensait-il. Pour ne pas louper son apparition, il avait décidé de se poster au sommet de la plus haute tour encore debout de la ville. De là il avait un point de vue imprenable sur toutes ces ruines. C’est alors qu’il vit une lumière incandescente apparaître au milieu de nulle part. A n’en pas douter, il s’agissait là de l’ange. Miles se releva, sourit de ne pas avoir monté ces centaines de marches pour rien et reprit la cage d’escaliers.

Après de longues années à rechercher Miles, Wade avait enfin retrouvé sa piste. Tout ce temps il avait tenté de le retrouver sans toutefois trop s’exposer pour éviter de se faire repérer par les démons. Pour la première fois depuis ce qui lui semblait être une éternité, Wade ne prenait aucune précaution et courait à travers les ruines. Grand mal lui en prit car un démon, et pas n’importe lequel, était à l’affût de ce genre d’imprudence. Ressentant sa présence, le démon se mit en mouvement à sa rencontre.

De son côté Wade ne ressentit la présence du démon que trop tard. Jamais il n’aurait le temps de se cacher avant qu’il n’arrive. A peine eut-il formulé cette pensée qu’une énorme masse atterrit juste devant lui dans un grand fracas.

« - Tu m’as drôlement fait courir, sac à viande ! Tu te souviens de moi ? »

« - Comment oublier le faciès de Baalzephon ? » répondit Wade.

« - Bien ! Si tu te souviens de mon nom inutile que je te remette une trempe ! »

« - En effet, il est inutile ! »

Depuis tout ce temps Wade avait développé ses pouvoirs et il comptait bien les exercer sur le démon. Pointant une main vers lui, il tenta une nouvelle fois de l’exorciser en extrayant son esprit de son corps. Il y a trois ans de cela, il avait pris le démon par surprise et était presque parvenu à ses fins. Aussi stupide que son physique de brute épaisse pouvait le laissait présager, Baalzephon avait néanmoins pris des précautions. Il avait gravé dans sa propre chair un sceau renforçant grandement la liaison de son esprit et de son corps. Le sceau était si efficace que le démon ne ressentit même pas la tentative d’exorcisme de Wade. Mais ce petit jeu n’avait déjà que trop duré. Il frappa le sol du manche de son marteau, provoquant un véritable fracas et perturbant la concentration et l’équilibre de Wade. Sans attendre, le démon déroula sa chaîne et l’enroula autour du cou de Wade. Ses sens étant plus aiguisés, Wade ressentit quelque chose de différent cette fois au contact de la chaîne, comme une énergie spirituelle la parcourant. N’ayant pas d’autres choix, Wade tenta d’entrer en interaction avec cette énergie. Le résultat fut spectaculaire. En un instant la chaîne se mit à brûler d’un feu bleu. Ce feu ne brûla nullement Wade mais fit souffrir le martyr à Baalzephon. Comme si la chaîne reconnaissait en Wade son nouveau maître, elle se détacha du bras du démon pour s’enrouler autour de celui de Wade … chose qu’il n’avait absolument pas prévue.

« - Tu vas me payer ça, sale macaque ! Qu’importe l’intérêt que te porte Marbas, elle devra se contenter des restes que je lui ramènerais ! »

La peau du démon s’obscurcit alors avant l’apparition de multiples points incandescents. Le démon brûlait de l’intérieur. Après quoi il se jeta sur Wade. Instinctivement, ce dernier plaça ses mains devant lui desquelles jaillit un torrent de feu bleu. Bien qu’il ne soit pas affecté par le feu de Wade sous cette forme, Baalzephon ne parvenait plus à avancer pour autant. C’était la première fois pour Wade qu’il produisait un feu pareil. D’habitude il ne lançait que des petites boules de feu. Un effort aussi important, et nouveau, eut rapidement raison de lui et il fut le premier des deux à flancher.

« - Déjà fatigué, tas de merde ? » s’esclaffa Baalzephon.

Le démon s’avançait vers lui d’un pas lourd. Wade sentait la chaîne se resserrer autour de son bras au fur et à mesure que le démon approchait quand soudain elle se détendit et fouetta l’air en un éclair. Mais en vain, Baalzephon connaissait parfaitement les facultés de sa chaîne et l’intercepta avant qu’elle n’atteigne une certaine vitesse.

« - Fais tes prières ! » lui adressa le démon qui soulevait son marteau au dessus de la tête de Wade.

Soudain le bruit d’un tonnerre assourdissant se fit entendre, comme si la foudre était tombée juste à côté d’eux. Lorsque Wade redressa la tête, il comprit qu’elle ne s’était pas abattue à côté mais sur le démon. Un arc électrique blanc transperçait littéralement en deux la créature démoniaque. A l’autre bout se trouvait Daniel.

« - Vas-t’en ! Je m’en occupe ! » lui dit Daniel avec un sourire.

Sans dire un mot Wade s’enfuit en courant.

« - Mes frères te feront regretter ce geste ! » cracha Baalzephon à l’encontre de l’ange.

« - J’en doute ! » lui répondit Daniel en le pulvérisant littéralement.

De son côté, Wade parvint à rejoindre l’ancien centre-ville d’Agen juste à temps pour voir Miles, et celle qui était venue le chercher, disparaître dans un vortex lumineux.

« - C’est parti » se dit-il à voix haute.


Dernière édition par Jezekiel le Dim 4 Sep - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Murder by numbers ^
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange
Message le Dim 24 Juin - 17:29 par Shion
Alors, ça c'est du twist scénaristique !

Je me disais que Wade était peut-être Reinhardt, je n'étais pas si éloigné que ça de la vérité, mais je ne m'attendais vraiment pas à ça !

Du coup j'ai hâte de voir les interactions futures entre Miles et Wade ^^
avatar
Re: Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange
Message le Dim 24 Juin - 18:08 par Jezekiel
J'étais sûr que ça te surprendrait ... même si depuis la précédente mémoire j'avais semé des belles miettes :p

Et donc maintenant ... ce n'est plus l'avatar de Miles que tu as, mais Wade ^^
C'est pour ça que j'ai "réagis" quand tu as choisi cette image en avatar :p
avatar
Re: Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange
Message le Dim 24 Juin - 20:57 par Nyko
Ah la vache, Wade est le vrai Miles, maintenant je sais pourquoi Wade m intriguait autant.
Superbe rebondissement, moi aussi j'ai hâte de voir l'évolution entre ces deux la.

Concernant Nialgrim, je demande encore plus maintenant a quel double jeu il joue^^
avatar
Re: Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange
Message le Dim 24 Juin - 21:32 par Jezekiel
Cette intrigue été planifiée depuis le tout départ de l'écriture de Babel.
Avant que je ne donne forme à mon histoire, il y a eu plusieurs variantes comme par exemple Miles était un traître qui avait pris la place de Wade ... mais après ça compliquait les choses pour la suite.

Et vu la surprise que vous avez manifestement eu, je me dis que ce format (roman) est le bon.
En effet j'ai pu délibérément omettre des rappels sur les scarifications de Wade que n'a pas le faux Miles évidemment.
J'étais vraiment sur le fil du rasoir. Il fallait que je fasse intervenir Wade à plusieurs moments et à chaque fois j'avais peur de trop en dire et que vous le compreniez avant ce chapitre 100 ... surtout avec toi Nyko. Tu as lu l'histoire d'une traite donc tu avais tous les faits beaucoup plus en mémoire et la capacité de faire des rapprochements. Je dois avouer que tu m'as fais peur la dernière fois que tu as posé une question sur Miles et sa capacité à manipuler les esprits ^^'
avatar
Re: Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange
Message le Dim 24 Juin - 22:08 par Shion
Au fait, je t'avais dit que ton chapitre se devait être aussi bon que le numéro 100 de Spawn. Ce n'est pas dans le même domaine, mais pour moi il l'est Wink

avatar
Re: Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange
Message le Dim 24 Juin - 22:28 par Jezekiel
Et bien ça me va droit au coeur. Je vais pouvoir aller me coucher tout guilleret ce soir (après avoir commencé à plancher sérieusement sur un "groupe" de personnages dont les deux premiers d'entre eux apparaîsent dans le chapitre 103 :p)
 

Chapitre 100 : Mémoire Oubliée : l'Echange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Mémoires oubliées, Part I-
Sauter vers: