Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 103 - Dispersés, partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

15072012
MessageChapitre 103 - Dispersés, partie 2

Terre 504 – Inde – trois heures après l’impact – aux environs de 2h du matin

Cela faisait près de deux heures que Ramjan, Ajay et les autres chasseurs marchaient à travers la jungle, munis de lunettes de vision nocturne afin de se déplacer sans problèmes.
Ajay avait tenté de deviner à la vue des armes quel gibier ils pouvaient bien chasser de nuit dans la jungle indienne. Malheureusement, hormis de puissants tasers, leur armement était tout à fait banal.
Se déplaçant sans bruit tels des fantômes, leur marche s’interrompit lorsque l’éclaireur leur fit signe de s’arrêter. Ils venaient de trouver leur cible.
Curieux, Ajay fit un zoom avec ses lunettes pour tenter de discerner la bête qui allait malheureusement être abattue en plein sommeil, chose qui ne lui plaisait pas vraiment.
Il eut la surprise de reconnaître les contours d’une créature semblable à un petit gorille d’à peine un mètre de haut et pleinement éveillé regardant de droite et de gauche, comme s’il les avait détectés à l’odeur.

« - C’est le mâle alpha. Chez ces animaux il a le privilège de veiller sur le sommeil de ses congénères » vint lui dire discrètement Koti, l’homme qui était venu à sa rencontre à son réveil.

Un bruit très léger, presque étouffé, vint précéder la chute de l’alpha … abattu d’une balle en pleine tête. Tous les chasseurs s’avancèrent en ne prenant plus garde de faire du bruit ou non. En effet, Koti lui avait également confié que ces bêtes dormaient d’un sommeil extrêmement profond que seul le cri ultrasonique de l’alpha pouvait réveiller.
Ajay suivit alors le groupe et eut une sacrée stupeur en passant à côté de l’alpha et de se rendre compte de ce que c’était réellement. Une créature reptilienne d’apparence humanoïde avec une carapace semblable à celle d’une tortue sur le dos. Sa bouche avait la forme d’un bec de canard et le sommet de son crâne, entouré de cheveux drus, était renfoncé tel un petit bol d’où s’écoulait un liquide semblable à de l’eau mais fluorescent.

« - Qu’est-ce que c’est que ça ? » se demanda à voix haute Ajay.

« - Un Kappa pardi ! Allez, avance et va prendre ta part du butin avant qu’on te la vole ! » lui dit Koti en le poussant de la main.

Soudain un cri strident se fit entendre. Les chasseurs n’avaient pas imaginé qu’il y aurait un second Kappa en train de surveiller. Immédiatement l’un des hommes l’abattit à son tour, mais c’était déjà trop tard. Toute la meute de Kappa se réveilla en poussant des petits cris aigus véhiculant de la peur. Du fourré qui leur servait de dortoir, des dizaines de kappa sortirent complètement affolés, tentant de rejoindre différentes mares qui pullulaient en ce lieu. Ceux-ci étaient bien plus petits. Alors que l’Alpha mesurait un mètre de haut, ceux-ci ne mesuraient que trente à quarante centimètres. Sous les yeux d’Ajay un véritable carnage s’opéra. La plupart de ces petites créatures eurent tout juste le temps de sortir du fourré que déjà elles tombaient, mortes, face contre terre.

« - Oooooh ! Regardez-moi ça comme c’est mignon ! Elle tente de protéger son bébé » déclara Ramjan d’un ton sarcastique avant de pointer son arme sur la femelle qui tenait dans ses bras son enfant.

Cette fois s’en fut trop pour Ajay qui bondit vers Ramjan et releva son fusil au moment où il tirait.

« - Bordel ! Qu’est-ce qui te prends, toi ? »

Puis d’un coup de crosse au visage il assomma Ajay.

___________________

Terre 504 – Népal – quatre heures après l’impact – aux environs de 3h du matin

Cela faisait maintenant quatre heures que Jeremiah s’était écrasé au beau milieu de la chaîne de l’Himalaya et n’avait pas bougé d’un pouce depuis. Finalement, le vampire reprit connaissance en s’étirant, ne se rendant pas compte où il était … jusqu’à ce qu’il regarde autour de lui. Malgré la nuit, la clarté de la lune lui permit de se rendre compte de sa situation. La surprise le gagna très discrètement, n’affichant que peu d’émotion sur son visage. Lui non plus ne comprenait pas comment il était arrivé ici, qui plus est dans un corps qui lui était étranger. Il se demanda alors s’il était frappé d’amnésie. Le souvenir de son nom infirma cette hypothèse. Bien que nu, il ne souffrait nullement des températures extrêmement basses qui régnaient, autre chose dont il s’étonna secrètement. Finalement il se mit à parler à voix haute.

« - Est-ce une épreuve, Susanoo-sama ? Si telle est votre volonté ô kami, j’accepte de passer humblement cette épreuve ».

Sur ces mots, l’homme s’éloigna du cratère creusé dans le glacier où il s’était éveillé.

___________________

Terre 504 – Inde – quatre heures après l’impact – aux environs de 3h du matin

Ajay revint à lui près d’une heure après avoir été assommé par Ramjan … attaché à un arbre.
Il avait été ligoté à l’un des arbres entourant le campement. Deux heures de marche prudente avaient été nécessaires pour atteindre le dortoir des kappas, mais au retour la prudence ne fut plus de mise.
Assis face à lui, Koti montait la garde.

« - Détache-moi ! Koti ? Détache-moi s’il te plait ! » lui demanda Ajay à voix basse.

« - La ferme ! Tu sais ce que Ramjan me fera s’il me voit te parler ? Ferme ta gueule, c’est ce que tu as de mieux à faire durant tes dernières heures ! »

« - Comment ça mes dernières heures ? »

« - Quoi ? Parce que tu crois pouvoir rentrer chez toi tranquillement après avoir gêné Ramjan ? »

« - Vous massacriez des créatures sans défenses ! »

« - Tu sais combien valent leurs crânes au marché noir ? »

C’est alors qu’un souvenir vint à l’esprit d’Ajay qui n’était pas le sien.

« - Bordel ! C’est immonde ! Ils vont servir de tasses ? »

« - Rien n’est trop bon pour ces messieurs de la haute ! »

« - IL EST REVEILLE ? » cria alors Ramjan du camp.

Ajay tourna la tête vers lui et vit que tous les chasseurs pliaient le camp.

« - OUI ! » répondit Koti.

« - BIEN ! DIT-LUI CE QU’IL EN COUTE DE ME TRAHIR ET VIENS PLIER TES AFFAIRES ! »

« - Qu’est-ce qu’il va me faire ? » demanda Ajay.

« - Lui ? Rien ! On va te laisser derrière. Qui sait quel sort t’attend vraiment ? Seras-tu dévoré avant ou après être mort de soif et de faim ? »

Sur ce Koti partit vers sa tente.

______________________

Terre 504 – Chine orientale – cinq heures après l’impact – aux environs de 6h du matin

La nuit régnait encore en maître lorsqu’un homme, vêtu d’une toge ocre pénétra dans une pièce sombre aménagée de façon spartiate.

« - Ruh Tao ? Ruh Tao ? Eveille-toi mon ami ! » dit-il en posant doucement sa main sur l’épaule d’un autre moine assis en position du lotus et en pleine méditation en plein milieu de la chambre.

Le dénommé Ruh Tao ouvrit alors lentement les yeux. Son regard trahissait le fait qu’il ne s’était pas aussi bien reposé depuis longtemps, ce que nota le second moine.
Ruh Tao s’étira avant de jeter un regard circulaire tout autour de lui.

« - Décidément, tu es sûrement le plus doué d’entre nous pour la méditation. Cela fait maintenant trois jours que tu as commencé. As-tu faim ? »

Ruh Tao regarda son interlocuteur sans donner l’impression de le connaître. Ce dernier fit un pas en arrière lentement.

« - Vous n’êtes pas Ruh Tao ! »

Ruh Tao conserva le silence quelques secondes avant de lui répondre.

« - En effet ! »

Le moine brandit alors devant lui le chapelet qu’il conservait jusque-là dans sa manche.

« - Etes-vous un yokaï ? »

« - Je ne suis pas un démon … un yokaï ! »

« - Qu’est-ce qui me l’assure ? »

L’inconnu dans le corps de Ruh Tao se leva alors et avança sans geste brusque vers le moine. Il prit le rosaire de perles en bois sur lesquelles étaient gravés divers kanjis. Après quoi il entrouvrit sa toge et appliqua directement le rosaire sur son torse.

« - Vois-tu ? Tes ofudas ne me font rien ! »

Le moine auquel appartenait le rosaire sembla soulagé et se mit à sourire.

« - Qui êtes-vous alors ? »

« - Je suis un voyageur venu de loin et qui ne comprend pas lui-même ce qu’il fait dans ce corps ».

« - C’est embêtant ! »

« - Certes ! Mais j’apprécierais que tu ne l’ébruites pas. Ta réaction a été raisonnée mais il n’est pas dit que ce sera le cas de tous ! »

« - Il serait étonnant que l’un de nos … un de mes frères vous veuille du mal ! Vous habitez, après tout, le corps du très sage Ruh Tao … et puis, surtout, nous sommes au temple de Hua Shan où la vie s’écoule sereinement telle l’eau du Huang He ! … Mais soit ! Je respecterais votre volonté mais vous devrez alors agir sans éveiller de soupçons ! »

« - La méditation sera une excuse parfaite pour ne pas avoir à sortir d’ici alors ».

« - Soit ! Mais si j’étais venu réveiller mon vieil ami c’était pour qu’il ait le temps de pleinement réveiller son corps en vue de l’entraînement matinal de son petit-fils, Run Tao ».

« - Ah ? … Bon ! Et quel type d’entraînement est-ce ? »

« - Arts Martiaux ! »

« - De mieux en mieux ! Et … comment Ruh Tao est-il sensé se comporter avec son petit-fils ? »

« - Disons que Run Tao a besoin de discipline que Ruh Tao lui prodigue sans réserve ».

« - Boooon ! Ca veut dire qu’il ne va pas falloir le ménager ».

Une heure plus tard, alors que la couronne solaire pointait à l’est, Ruh Tao, précédé du moine, sortirent des appartements pour se diriger vers l’arène. Au centre de l’arène se tenait un jeune homme torse nu. Celui qui occupait le corps de Ruh Tao estima au premier abord qu’il n’avait peut-être pas besoin d’autant de discipline que cela s’il était présent de si bon matin. En approchant Ruh Tao dut reconnaître qu’il se trompait. Run Tao présentait une chevelure peroxydée et en bataille.

« - Yo ! » dit Run Tao de façon négligente en guise de salut.

« - Run Tao ! Combien de fois faudra-t-il t’apprendre les bonnes manières ? »

« - Kan'yō Kamaitachi senseï ! Je voulais bien évidemment dire Kon'nichiwa Tao Ojisan ! »

« - RUN TAO ! »

« - Tao Senseï ! »

Manifestement toute son éducation était à refaire et il y avait du travail.

« - Bon ! Êtes-vous prêts ? » demanda Kamaitachi.

Ruh Tao fit signe de la tête que oui.

« - C’est aujourd’hui qu’ojisan prend sa première raclée mémorable ! » répondit Run Tao.

Kamaitachi esquissa une grimace.

« - HAJIME ! »

______________________

Terre 504 – Mongolie – sept heures après l’impact – aux environs de 7h du matin

La boule de feu contenant Frédéric s’écrasa dans une région dépourvue de toute civilisation, en plein milieu d’une prairie verdoyante. L’angle avec lequel il frappa le sol le fit rebondir hors du cratère à quelques mètres de là. D’abord apeuré, le troupeau de yacks qui dormait là s’éloigna en panique du cratère au beau milieu de la nuit. Puis, progressivement, avec le lever du soleil, les yacks reprirent confiance et avec elle possession des lieux au fil des minutes. Tous les yacks commencèrent leur broutage insouciant. L’une des femelles finit par s’approcher de Frédéric, intriguée de le voir couché sur l’herbe. Elle l’huma avant de commencer à lui lécher le visage. Sentant cette énorme langue, Frédéric revint à lui en ouvrant les yeux. Voyant cette énorme masse sombre qui lui masquait le soleil, il eut pour réflexe de chercher de la main droite une quelconque arme. Ne sentant que de la pelouse, il se tourna à plusieurs reprises et rapidement sur le côté avant de se relever en un éclair, prêt à faire face à un quelconque assaut.
C’est alors qu’il comprit qu’il avait à faire à des yacks. Ce qui eut pour conséquence de le faire rire devant l’absurdité de sa situation. Mais il s’arrêta rapidement en entendant son propre rire qui lui sembla étrange. Il regarda son propre corps et constata qu’il était en tenue d’Adam. Il ne comprenait pas ce qui s’était passé et se mit à observer autour de lui le paysage. Ayant pas mal bourlingué dans sa vie, il reconnut approximativement la région où il se trouvait. Ces yacks semblaient habitués à l’homme et donc ne pas être sauvages. Ça voulait dire qu’il y avait obligatoirement des éleveurs dans les parages, il lui suffisait de trouver leurs yourtes et le tour serait joué.

___________________________

Terre 504 – Irak – à l’Est de Xïn Urumqi – dix heures après l’impact – aux environs de 6h du matin

Anciennement la ville de Xïn Urumqi portait le nom d’An-Nasiriyah mais elle fut rebaptisée lors de l’avènement du Zhônppon, comme nombre d’autres villes par delà le vaste continent.
Néanmoins, dans cette région, comme dans bon nombre d’autres, il n’est pas rare que des conflits mineurs éclatent de temps à autre entre les tribus dites "indomptables" et les autorités du Zhônppon. Ainsi, lorsqu’une boule de feu s’écrasa en plein désert dans un fracas assourdissant, nul dans les villes environnantes ne fut étonné ni ne s’inquiéta de ce qui avait causé ce vacarme. C’est ainsi, dix heure après s’être écrasé, Miles, nu comme un ver, se réveilla au plus profond du cratère à la lumière du soleil rasant, à moitié enseveli sous le sable qui était retombé.
Se relevant en toussant à cause de toute la poussière qu’il avait respirée, il se mit à regarder autour de lui, complètement désorienté. Se rendant compte qu’il était dans un cratère, il entreprit, à quatre pattes, de remonter la pente et de s’en extraire. Au sommet il se rendit compte qu’il était au milieu de nulle part … ou presque. Il apercevait à l’Ouest de sa position les contours irréguliers d’une ville.
Manifestement il ne comprenait pas où il était et comment il était arrivé là. Pour la première fois, il regarda ses mains, et le reste de son corps, et ne sembla pas les reconnaître. Bizarrement, il était resté silencieux jusque-là, chose peu commune pour lui-même s’il était seul. Puis il se mit à sourire. Vint ensuite un ricanement qui se transforma rapidement en fou rire ininterrompu durant plusieurs longues minutes. Après quoi il observa à nouveau autour de lui et se remit à rire. Finissant par se calmer, il essuya d’un geste du bras la bave qui dégoulinait de sa bouche. Il se mit en marche en direction de la ville, reprenant par moment son fou rire.
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Lecture Brink : deuxieme partie
» [ Cycle de l'Ibis ]-> Quatrieme Partie ! Chapitre 2 !
» Semaine 1 : chapitre 1 à chapitre 7
» Twisted tales partie I : L'ennui des ploutocrates / chapitre 3
» Freddy - Chapitre 4 : le cauchemar de Freddy
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 103 - Dispersés, partie 2 :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Dim 15 Juil - 16:57 par Nyko
Hola, c'est le souk entre leurs esprits, tout le monde se mélange. Wade va avoir du boulot^^
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Dim 15 Juil - 18:00 par Jezekiel
Un conseil : prenez des notes ! XD

Sinon pour ces chapitres j'ai veillé à bien prendre en compte les décalages horaires et les temps des voyages pour donner quelque chose de, normalement :p, parfaitement concordant.
Je me suis fais une petite frise chronologique sur papier pour être sûr de ne pas me planter XD
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Dim 15 Juil - 21:30 par Shion
La vache, tu t'es bien amusé pour ces histoires de mélange d'esprit, ou quoi que ce soit d'ailleurs XD
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Dim 15 Juil - 21:48 par Jezekiel
Et si vous vous amusiez à faire des pronostics de raccord entre les personnages ?

Vous savez déjà que le corps d'Isaac était en Italie et son esprit dans un pauvre bougre en Allemagne.

Mais Frédéric ? Miles ? Et Jeremiah ?

Qui est qui et où ?
Chine occidentale ? Inde ? Népal ? Chine orientale ? Mongolie ? Irak ?

Faites-vos jeux ^^
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Dim 22 Juil - 22:15 par Nyko
Je pense que Jeremiah est dans le corps de Ruh Tao en chine.
Le corps de Jeremiah est au népal avec Ruh Tao dedans je suppose.
Le faux Miles est à l'asile en chine occidental et le fou est dans son corps en irak.
Frédéric est en inde dans le corps d'Ajay.
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Lun 23 Juil - 16:40 par Shion
Pour Miles, je suis certain qu'il est dans l'asile.

En revanche Je ne sais pas si Jeremiah est dans le corps d'Ajay et Frédéric dans celui de Ruh Tao, ou l'inverse...
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Lun 23 Juil - 17:44 par Jezekiel
Roooh ! Les escrocs ! Participer au jeu qu'une fois le chapitre suivant posté ... les escrocs !! XD
avatar
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message le Mar 24 Juil - 19:38 par Nyko
Ah non, j'ai posté ici avant de lire l'autre chapitre :p
Re: Chapitre 103 - Dispersés, partie 2
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 103 - Dispersés, partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 8 - un Monde selon Hirohito-
Sauter vers: