Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 107 - Un corps pour deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 777
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

12082012
MessageChapitre 107 - Un corps pour deux

Terre 504 – Mongolie – vingt heures et quart après l’impact – aux environs de 20 h 15

Miles, Wade, Isaac et Frédéric arrivèrent en plein milieu d’une plaine verdoyante, territoire de paisibles yacks qu’ils voyaient brouter au loin. A moins de cent mètres, ils trouvèrent le point d’impact de la boule de feu écrasée dans cette région. Comme Wade s’en doutait, ils ne trouvèrent aucun corps. Il se concentra pour étudier spirituellement parlant les lieux. Il ne trouva aucune trace de résidus spirituels particuliers hormis ceux des yacks et celui d’un être humain. Il conclut donc que ce qui s’était écrasé ici était un corps charnel possédé par un esprit humain. De suite ils se lancèrent à sa poursuite et parvinrent après une course effrénée d’une demi-heure et en dépit d’une trajectoire aux volutes nombreuses, à un campement mongol.
Dans un tel lieu où les pistes spirituelles s’entrecroisaient, Wade dut se concentrer plus qu’à la normale pour les démêler et ne suivre que celle qui les intéressait. Le campement était étrangement silencieux. Ils suivirent la piste du voleur de corps jusque sous une yourte où ils surprirent une cérémonie funèbre. Un homme était en train d’être installé dans un cercueil entièrement rouge à l’extérieur et blanc à l’intérieur lorsque les occupants réalisèrent leur présence. Les hommes de la tribu se levèrent, armes au poing et les forcèrent à sortir les bras levés. Manifestement ils étaient en colère et prêts à tuer quiconque troublerait leur tranquillité.

« - Qui êtes-vous ? » leur lança plein d’agressivité un homme à la stature impressionnante pour un mongol.

« - Nous sommes d’humbles voyageurs ! » répondit calmement Wade en rabaissant lentement les bras.

« - Qu’êtes-vous venus chercher dans notre tribu ? »

« - Nous sommes à la recherche d’un homme qui a dû passer par ici il y a environ dix heures de cela ».

La tension monta d’un cran à l’évocation de cet homme.

« - Cet homme que vous cherchez, est-il l’un de vos amis ? »

« - Je ne saurais quoi vous répondre ».

« - C’est pourtant simple ! C’est oui ou c’est non ! »

« - Ce n’est pas aussi simple ! Disons qu’il n’est plus lui-même et qu’il n’a plus tous ses esprits ! »

« - Enfin surtout un ! » intervint Miles.

« - Votre ami a tué l’un des nôtres ! Il lui a volé ses vêtements et sa monture ! »

« - Comme je vous l’ai dit il n’est plus lui-même. Nous le recherchons pour rétablir les choses et croyez bien que le responsable devra répondre de ses actes ! »

L’un des hommes vint chuchoter quelque chose à l’oreille de leur principal interlocuteur qui changea de comportement.

« - Veuillez excuser notre réaction et puissiez-vous accomplir votre tâche ! »

Après quoi il fit signe à ses hommes de rentrer à nouveau dans la yourte.

« - Euh … Et c’est tout ? J’ai bien cru qu’on allait devoir se battre pour partir ! » s’esclaffa Miles.

« - Oui, ce changement de comportement est étrange » admis Wade.

« - Ils vous croient rattachés d’une quelconque façon aux Moines Sacrés. Sûrement de par l’apparence de Wade ».

« - Décidemment, ils sont connus de partout ! » dit le concerné.

De son côté, Frédéric fulminait en apprenant ce qu’Ajay avait commis avec son corps. Il demanda à Wade s’il pouvait continuer à suivre sa trace. Tandis que ce dernier atteignait le niveau de concentration nécessaire, Isaac expliquait brièvement à Miles et Frédéric ce qu’étaient ces Moines Sacrés. Après quoi ils s’élancèrent à la poursuite d’Ajay en courant.
Trois kilomètres plus loin, Wade s’arrêta.

« - Qu’y a-t-il ? » demanda Frédéric.

« - A cette allure nous ne pourrons jamais le rattraper maintenant qu’il est à cheval ! » déclara-t-il.

« - Isaac ? Peux-tu afficher une carte des environs ? »

Le drone s’exécuta immédiatement.

« - Suis-moi s’il te plait ! » lui demanda-t-il en s’élevant dans les airs.

La piste de résidus spirituels mêlés d’Amjay et de son cheval était suffisamment voyante pour permettre à Wade de la distinguer clairement à des kilomètres à la ronde grâce à un point de vue assez élevé. Sur la carte d’Isaac, il marqua un point et tous deux redescendirent, rejoindre Frédéric mais surtout Miles. Ce dernier, de par ses pouvoirs, allait pouvoir leur permettre de largement compenser le destrier d’Ajay. Isaac lui montra la carte et où il devait les transporter. Prenant bien ses repères, Miles les agrippa et les transporta à destination. Lui et Frédéric furent surpris de ne voir personne. Ce à quoi Wade leur expliqua qu’il leur faudrait sûrement plusieurs sauts car il ne pouvait pas distinguer l’intégralité de la piste en une fois et ce même s’il s’élevait encore plus. L’énergie spirituelle n’avait qu’une visibilité limitée et d’autant plus quand il s’agissait que de résidus.

Ils reproduisirent l’opération ainsi quatre autre fois avant que le comportement de Frédéric ne change. Ce dernier semblait sentir son corps. Non pas par l’odorat, car dépourvu de forme charnelle, il ne possédait plus ce sens, mais via un lien indéfinissable ; comme si son esprit et son corps étaient profondément liés entre eux par un lien dont même Wade ignorait la nature. Cette sensation exacerba encore plus la colère ressentie par Frédéric qui s’élança sans réfléchir à sa poursuite. Sous sa forme lycanthrope il parvenait à des pointes de vitesse que seul Jeremiah concurrençait, mais sous sa forme d’esprit, non soumis aux lois physiques, il pulvérisait tous ses anciens records. Il ne se souciait plus de ses comparses qu’il laissait derrière lui. Tentant de le suivre, en l’espace d’un kilomètre, ils durent se rendre à l’évidence qu’il les avait déjà semés. Leur seule chance de le rattraper était Miles. Wade s’éleva donc une nouvelle fois dans les airs en compagnie d’Isaac pour définir le prochain saut spatial. D’en haut, il fit mieux que ça, il vit la fin de la piste qui continuait à progresser vers le Sud : il avait localisé Ajay et son cheval. Derrière lui, une véritable flèche de lumière le rattraperait dans les secondes à venir. Ils redescendirent rapidement pour donner à Miles les prochaines coordonnées à gagner.

Frédéric avait le cheval, et surtout son propre corps, en vue. Mais l’animal, dont les sens étaient plus aiguisés que ceux d’un être humain, sembla sentir son approche et accéléra le galop auquel Ajay le forçait. Les rattrapant, Frédéric tenta de bondir à plusieurs reprises sur son corps pour le faire tomber de cheval, mais en vain. Dans sa colère, il se rappela des paroles de Wade : un esprit ne pouvait interagir avec le monde matériel qu’en possédant un être vivant, humain ou, plus rarement, animal. Étant donné le comportement du cheval, qui semblait affolé par sa présence qu’il ne décelait que partiellement, Frédéric choisit une autre approche. Il dépassa le cheval et se mit en travers de sa cavalcade pour l’effrayer. Le destrier s’arrêta en catastrophe et se cabra, désarçonnant Ajay qui tomba lourdement au sol sur le dos. Sans attendre son reste, le cheval repartit d’où il était venu.

« - Putain de canasson ! » jura Ajay au sol.

Il se releva, sortit son pistolet et tira en direction du cheval. Heureusement, la monture était déjà loin et Ajay ne s’était pas assez familiarisé avec ce corps pour avoir regagné sa dextérité avec une arme à feu. Tous ses tirs manquèrent donc sa cible.
De plus en plus en colère vis-à-vis du manque total de respect d’Ajay envers la vie, Frédéric se rua à nouveau sur lui mais sans plus de résultats.
Arrivèrent alors Miles, Wade et Isaac.

« - Bordel ! Vous êtes qui vous ? » demanda Ajay en les voyant surgir de nulle part.

« - On vient récupérer le corps dans lequel tu te trouves ! » lui répondit Wade.

« - C’est ça, ouais ! Pas avant d’avoir retrouvé le mien ! » répliqua Ajay en pointant son arme sur la tête de Wade.

« - Pas de bol pour toi, ton corps sert de méchoui à toute la faune de la jungle où on l’a laissé ! » répondit Miles.

« - QUOI ? »

« - Tu aurais pu éviter de le lui dire » lui dit Wade.

« - Ce corps est donc le mien maintenant ! » déclara Ajay.

« - Tu peux toujours y croire ! » cracha Frédéric avant de le frapper du poing en plein visage … sans rien lui faire.

« - C’est pas tous les jours qu’on peut voir ça ! Frédéric qui se frappe lui-même ! » dit Miles en plaisantant.

« - TU TROUVES CA DRÔLE ? » cria Ajay.

« - Crois-tu vraiment pouvoir me nuire avec une telle arme ? » dit Wade en s’avançant vers lui.

Sans hésiter, Ajay lui tira une balle en pleine tête. La tête de Wade connut un mouvement de recul sous l’impact avant de se redresser. Ajay écarquilla les yeux.

« - J’étais en train de réfléchir à un moyen de te soustraire à la colère de Frédéric … mais tu as bel et bien l’âme d’un assassin … » dit alors Wade en tendant la main droite vers lui.

Le corps de Frédéric tomba au sol, inerte, tandis que l’esprit d’Ajay en était extirpé. Dans le plan spectral il aperçut soudain un nouveau belligérant : l’esprit de Frédéric qui contenait mal sa fureur.

« - Putain ! T’es qui toi encore ? »

« - Le … propriétaire … de ce … CORPS ! »

En hurlant ce dernier mot, l’esprit de Frédéric s’enveloppa d’une volute d’énergie noire et translucide qui forma une sorte d’armure aux contours flous. Une lueur rouge illumina ses yeux. Ajay tenta de fuir, ce fut sa dernière erreur. Plus fauve qu’humain, cette fuite fit réagir Frédéric qui lui bondit dessus. Au sol, assis sur lui, il le roua de coups. Ajay tentait de s’en protéger en tendant les mains devant lui. Ces mains énervaient plus que ne gênaient Frédéric. Néanmoins il le saisit par les poignets et lui arracha les bras en un instant, déversant un liquide bleu sur le sol. Ajay hurla de douleur. Pour le faire taire, Frédéric lui cogna encore et encore le crâne contre le sol jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un ectoplasme informe et qu’aucun son n’en sorte plus. Se calmant, le brasier qui enflammait les yeux de Frédéric finit par s’éteindre et son armure noire s’évapora … Néanmoins le bleu foncé constituant l’esprit de Frédéric s’assombrit davantage après ce déferlement de rage.
Reprenant ses esprits, Frédéric fut pétrifié un instant de voir le carnage auquel il venait de s’adonner une nouvelle fois. Il se releva lentement, tourna la tête vers Wade, Miles et Isaac puis tourna les talons, s’éloignant vers des bois à proximité.
Voyant du coin de l’œil que Miles allait l’interpeller, Wade tendit un bras devant lui pour l’en dissuader.

« - Laisse-le ! Il a besoin de se reprendre quelques instants » lui dit-il à voix basse.

« - Et l’aut’ ? On en fait quoi ? » lui demanda Miles en désignant les restes ectoplasmiques d’Ajay.

Regardant Frédéric s’éloigner, sans jeter un seul coup d’œil aux restes d’Ajay, Wade les enflamma et les laissa se consumer lentement.
Il laissa quelques minutes s’écouler avant de partir rejoindre Frédéric. Il le retrouva à genoux au sol, atterré.

« - Et si l’on te remettait dans ton corps ? » lui adressa-t-il comme si rien ne s’était passé.

« - Quelle piètre opinion tu dois avoir de nous ! » lui répondit-il sans le regarder.

« - Nous avons tous nos démons intérieurs contre lesquels on lutte ».

Frédéric le regarda dans les yeux et y vit une sorte de compréhension, comme si lui aussi avait souffert par le passé et que cela continuait encore aujourd’hui. Il se releva et tous deux rejoignirent le corps charnel de Frédéric aux côtés duquel il ne subsistait plus aucune trace d’Ajay.
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» [Smith, Deborah] Un café pour deux
» UN CAFE POUR DEUX de Deborah Smith
» Un fusil pour deux colts ( Voltati ti Uccido ) - 1967 - Alfonso BRESCIA
» Un fauteuil pour deux
» omelette pour deux personnes
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 107 - Un corps pour deux :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 107 - Un corps pour deux
Message le Jeu 16 Aoû - 0:34 par Shion
Un crevard en moins sur Terre. Décidément Ajay fut antipathique jusqu'au bout '^^

Bon, j'imagine que cette quête va durer encore deux chapitres Razz
avatar
Re: Chapitre 107 - Un corps pour deux
Message le Dim 19 Aoû - 14:28 par Nyko
Des esprits qui se foutent sur la tronche comme deux êtres fait de chair et de sang, c'est inédit ça^^
Re: Chapitre 107 - Un corps pour deux
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 107 - Un corps pour deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 8 - un Monde selon Hirohito-
Répondre au sujetSauter vers: