Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 112 - Rat d’égout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

16092012
MessageChapitre 112 - Rat d’égout

Terre 504 – Hua Shan – Temple principal

Le regard du Pânî Lama se porta uniquement sur Frédéric, ignorant complètement Isaac … et pour cause, le drone utilisait une nouvelle fois sa capacité de camouflage optique. Une sorte de réflexe préprogrammé lorsqu’il entrait en phase d’étude et de collecte d’informations. Son camouflage activé, le robot disparaissait purement et simplement aux sens de quiconque, que ce soit la vue, l’ouïe ou encore l’odorat. En effet allié au camouflage optique, un mécanisme obstruait toute cavité susceptible d’émettre une odeur et un amortisseur sonore se mettait en marche. Ainsi son interaction avec ce qu’il étudiait devenait insignifiante.

Durant de longues secondes le Pânî Lama et Frédéric conservèrent un silence d’or. Le regard du lama était intense et semblait fouiller l’âme même de Frédéric.

« - J’ai déjà vu cet esprit auparavant, mais pas ce corps ! » finit-il par dire.

« - Effectivement, Pânî Lama ! Vous m’avez rencontré en Inde alors que mon esprit était prisonnier du corps d’un braconnier ».

« - Penses-tu m’apprendre quoi que ce soit ? »

« - Je me doute bien que non ».

« - Alors n’agis pas comme tel ! »

Il ne le connaissait pour ainsi dire pas, mais Frédéric estima que son comportement avait changé. Bien que prompt à la violence lorsqu’il s’agissait d’exercer une justice sanglante, il s’était avéré emprunt de sagesse et d’une certaine bonté envers lui en Inde. Cette bonté semblait avoir complètement disparue lors de sa corruption pour ne plus laisser place qu’à la colère et au dédain. Quant à sa violence, il ne semblait pas s’en être débarrassée, au contraire.

« - Quelle est la raison de ta venue au Hua Shan ? »

« - Je suis venu à votre rencontre pour tenter de vous raisonner et mettre fin à la propagation de ce poison ! »

« - Il n’y a pas de place pour la raison dans les affaires des Kamis ! »

Les Kamis, terme désignant les divinités japonaises. Que venaient-elles faire ici alors que le poison affectait des êtres humains purs ?

« - Ce sont les kamis qui ordonnent ce changement bienvenu et quiconque s’y oppose ne mérite que la mort ! »

A ces mots, le Pânî Lama lança en un éclair deux kunaïs sur Frédéric. Bien que surpris d’entendre le lama répondre à une interrogation qu’il s’était posée mentalement et donc sans la formuler à voix haute, il parvint à esquiver les deux lames aiguisées qui filèrent se planter profondément dans le mur derrière lui.
Se retournant vers le lama, il eut la surprise de ne plus le voir agenouillé … ni le voir du tout. L’attaque précédente n’avait pas pour but de tuer mais de créer une diversion. Son ennemi, avant d’être un lama, était avant tout un ninja. Sachant instinctivement quelle allait être sa prochaine action, Frédéric fit un quart de tour sur lui-même vers la gauche pour voir apparaître dans son champ de vision son adversaire, une petite faucille à la main, prêt à l’abattre sur lui. D’un mouvement vif, Frédéric bondit en arrière et esquiva de justesse la pointe de l’arme blanche qui lacéra l’air juste devant sa gorge. Frédéric fit plusieurs bonds en arrière pour mettre de la distance entre lui et son adversaire.

« - Je ne suis pas venu vous affronter Pânî Lama ! » déclara-t-il pour tenter de calmer le jeu.

Mais il dût se rendre à l’évidence que depuis que le combat avait commencé, il n’y avait plus aucun moyen de revenir en arrière et l’un d’eux devra rester à terre pour y mettre fin.

Le ninja envoya une nouvelle volée de kunaïs à son intention. Frédéric esquiva chacun d’entre eux, les laissant se planter soit dans le sol soit dans les murs et piliers derrière lui. Heureusement les kappas étaient assez petits et les lames se plantèrent au-dessus de leurs têtes sans jamais les menacer … comme si le lama conservait à l’esprit leur présence.
Comprenant que ce genre d’assaut ne fonctionnerait pas contre son adversaire, le Pânî Lama changea d’approche. Il s’immobilisa, ferma les yeux et joignit ses mains, index et majeurs dressés et accolés les uns aux autres. Lorsqu’il rouvrit les yeux en un éclair il se dédoubla en une trentaine d’assaillants.

« - La vache ! Qu’est-ce que c’est que ça ? » s’esclaffa Frédéric.

« - Genjutsu ! Le miroir de l’ondine ! »

La voix du ninja semblait provenir de chacun des doubles à la fois mais Frédéric conservait en ligne de mire l’exemplaire original face à lui … du moins jusqu’à ce qu’il se mette en mouvement, en même temps que ses doubles dans des mouvements désordonnés. Rapidement il perdit de vue le véritable lama. C’est alors que la trentaine de doubles fit un léger bond en arrière tout en décochant une demi-douzaine de kunaïs chacun en direction de Frédéric. Du coin de l’œil, il repéra la seule issue possible. Vif comme l’éclair il bondit vers le toit ouvert du temple. A peine eut-il posé un pied sur une des tuiles qu’une chaîne, avec un poids au bout, vint s’enrouler autour de son avant-bras droit. Le véritable lama avait parfaitement planifié l’attaque et l’attendait sur le toit prêt à refermer son piège sur lui. En contrebas, dans le temple tous les doubles se dissipèrent tels des mirages.

« - Sacré stratagème ! Mais j’aurais dû m’en douter de la part d’un ninja. Attaques furtives, illusions … »

« - Nous voilà maintenant reliés et tes bonds incessants seront dorénavant limités ! »

« - A ta place je ne tiendrais pas cela pour acquis ! » répondit Frédéric.

Non seulement sur la défensive depuis le début du combat, il ne comptait pas en plus être tenu en laisse comme un chien. Augmentant sa température soudainement, il enflamma son avant-bras droit et fit fondre la chaîne en un rien de temps.

« - Tu oses pratiquer un Katon no Jutsu au Hua Shan ? Ton arrogance n’as-t-elle donc aucune fin ? Puisqu’il en est ainsi, prépare-toi à subir le courroux du Hua Shan ! »

Les yeux du ninja se mirent alors à briller d’une énergie bleue. Comme écho à cette manifestation, le ciel d’encre se recouvrit rapidement de nuages orageux. Rapidement une pluie fine commença à s’abattre avant de laisser place à une véritable averse.

___________________________

Hua Shan – Devant les geôles – peu de temps après le début du combat entre Frédéric et le Pânî Lama

Des six personnes présentes devant les cavernes de pierre servant d’anciennes geôles au Hua Shan, Miles fut le premier à briser le silence pesant.

« - Bordel ! C’est quoi cette horreur ? »

Run Tao se tourna vers lui et sourit.

« - C’est Run … devenu droupla du Hua Shan ! » déclara Kamaitachi.

« - Quelle perspicacité étonnante ! » déclara Run sur un ton sarcastique.

La remarque fit froncer des sourcils Kamaitachi. L’homme se doutait que son ami, dont le bras de son propre petit-fils le transperçait de part en part, devait être mort. Cela le remplit d’un mélange de colère et de peine. De la peine d’avoir perdu un ami si cher et de la colère pour ne pas avoir su, avec lui, éduquer son petit-fils.

Miles ne savait trop comment réagir. Ruh Tao lui avait tenu des paroles avisées et pleines de bonté … une première depuis fort longtemps. Ses yeux se posèrent alors sur Jeremiah. Le vampire d’ordinaire si imperturbable semblait ébranlé par cette scène. Comment ne le serait-il pas d’ailleurs ? Ils avaient habité le corps de l’autre durant un moment plus long que n’importe qui d’autre et d’une façon bien plus profonde puisque leurs communications télépathiques durant lesquelles ils s’étaient livrés l’un à l’autre avaient été enrichissantes à un point insoupçonné.

« - Je vous laisse décider qui sera le prochain le temps que je me débarrasse de cette loque décrépite ! » déclara Run.

D’un mouvement brutal il fendit l’air de son bras droit pour se débarrasser du corps de Ruh Tao qu’il lança par-dessus la falaise. Réactif, Jeremiah immobilisa la dépouille de son confident par télékinésie au-dessus du vide. Toujours sous sa forme de rat grotesque à la crête peroxydée, Run produisit une balle d’eau dans chaque main et les envoya simultanément sur Jeremiah et le cadavre de Ruh Tao. Le double choc fut tel que Jeremiah perdit la main mise sur le corps du vieil homme. Ce dernier fut donc projeté par-dessus la falaise et s’écrasa aux pieds de la montagne quelques secondes plus tard dans un fracas horrible.

« - Bien ! Maintenant qui sera le prochain à connaître le même sort ? »

« - Ce sera toi ! » dit de façon sinistre Jeremiah dont une larme de sang coulait sur sa joue.

Une pluie fine commença alors à tomber, remplacée rapidement par une puissante averse. Cette pluie lava le visage de Jeremiah et fit sourire Run Tao. C’est alors que Miles fit un pas en avant vers Run.

« - Laisse-le moi, Jeremiah ! La colère ne réussit qu’à Frédéric ! » dit-il simplement.

Pour la première fois Miles voulait se battre contre quelqu’un non par fun mais bien par sentiment de vengeance et Jeremiah le remarqua. Il ne comprit pas la raison de ce changement. Qu’avait-il bien pu se passer entre lui et Ruh Tao pour qu’il veuille venger sa mort.

« - Décidez-vous ! Je n’ai pas que ça à faire ! » s’esclaffa Run.

C’est alors qu’un puissant bruit sourd retentit au-dessus de leur tête. Ce n’était pas le bruit du tonnerre mais quelque chose de bien plus puissant. Ils levèrent les yeux et virent une colonne d’eau lumineuse s’abattre sur le sommet du Hua Shan.

« - C’est une histoire qui doit se régler entre monstres et Frédéric semble avoir besoin d’aide. Je vous rejoins dès que j’ai vengé Ruh Tao ! » dit Miles qui prit alors sa forme de démon.

Sous cette forme et de nuit on distinguait mal la présence de Miles qui n’était révélée que par la faible lueur émanant de la colonne d’eau. Entendant plus que voyant Miles se faire craquer les jointures des doigts, Jeremiah finit par faire un choix et s’élança dans l’escalier de pierre pour aller aider Frédéric. Il fut suivi par Wade et Kamaitachi.

« - Tu as fait une erreur, monstre, en laissant tes amis partir ! » déclara Run.

« - "Monstre" ? Tu as vu la tronche que tu as ? Cette espèce de crête décolorée est d’un ridicule absolu ! »

« - Les paroles d’un ignare me font hurler de rire ! Mon apparence est caractéristique du paroxysme de la puissance du droupla du Hua Shan ! Le vieux débris qui m’a précédé avait choisi le titre de "Souris du ruisseau" … vu sa force ridicule ça lui allait plutôt bien ! Mais pas à moi ! Je suis le "Rat de la Rivière" ! »

« - Le rat d’égout plutôt ouais ! Et un rat qui va bientôt hurler, oui, mais de douleur ! »

Voyant Miles commencer à avancer sur lui, Run lui envoya une balle d’eau. Miles l’intercepta d’une main dans laquelle elle explosa. Il ressentit alors une douleur sourde et interne dans sa main. Il ressentait la douleur mais pas au point de le faire crier, néanmoins il en fut étonné. C’est comme si la balle d’eau de son adversaire avait agi en profondeur dans ses tissus … ou plutôt comme si son eau avait fait écho avec l’eau de son corps.

« - Tu commences à réaliser ton erreur le débile ? »

Miles releva la tête pour le regarder et se mit à sourire.

« - Je n’ai qu’à éviter de me faire toucher en fait ! »

« - Si tu crois y parvenir … »

Sur ce, Run se mit à envoyer des balles d’eau multiples sans se rendre compte qu’elles ne touchaient pas leur cible. En effet Miles s’était fondu dans la matière noire ambiante pour réapparaître dans le dos de son adversaire. Il lui tapota du doigt son épaule pour lui faire tourner le visage avant de lui asséner un puissant crochet à la mâchoire et l’envoyer valdinguer à plusieurs mètres devant lui.

« - C’est bien ce que je disais : je n’ai qu’à éviter de me faire toucher. Il serait peut-être bon pour toi d’essayer de faire la même chose, non ? »

Le rat regarda autour de lui et ne vit qu’une seule personne, alors qu’il s’attendait à voir son adversaire au moins en double exemplaire.

« - Comment t’as fait ça ? »

« - Tu veux que je recommence ? » demanda Miles en souriant juste avant de disparaître de la vue de Run une seconde fois.

Apparaissant une nouvelle fois dans son dos, il se saisit de sa queue et se mit à le faire tournoyer avant de l’envoyer se fracasser contre la paroi rocheuse.

« - Quel inconvénient c’est d’avoir une queue maintenant ! Je suis sûr que tu ne subissais pas une telle attaque quand tu n’en avais pas ! » dit Miles en riant.

« - ASSEZ ! Tu as eu tort de me mettre en colère ! Tu vas subir le même sort que Ruh ! »

En un instant, il utilisa le miroir de l’ondine pour créer une dizaine d’illusion. Toutes se mirent à lui envoyer de multiples balles d’eau. Ne sachant pas que ce n’était qu’illusion, Miles se téléporta plusieurs fois pour les esquiver, laissant tout loisir au vrai Run Tao d’observer sa façon de se déplacer. L’eau abondante qui chutait du ciel commençait à recouvrir le sol rocheux imperméable, créant une étendue d’eau dans laquelle tous pataugeaient. Run se concentra pour ressentir l’eau environnante et parvint à ressentir les mouvements de son adversaire juste avant qu’il ne réapparaisse à un endroit. Ce dernier s’évertuait à faire disparaître les illusions les unes après les autres lorsqu’il remarqua le vrai parfaitement immobile. Il disparut une nouvelle fois et réapparut devant lui.

« - Je t’ai trouvé ! » déclara-t-il, armant son poing au-dessus de la tête de son adversaire.

« - Non, c’est moi qui t’ai trouvé ! »

En un éclair il posa sa main droite sur l’abdomen de Miles et créa un puissant geyser qui le transperça. Miles tomba à genoux, les mains sur son ventre.

« - Tu ne hurles pas ? Dommage ! Il est temps d’en finir ! »

De son dos, Run sortit une longue et puissante griffe de métal qu’il leva au-dessus de sa tête, prêt à décapiter Miles. Mais ce dernier se téléporta en arrière. Ressentant son mouvement, Run lui envoya une puissante balle d’eau juste avant qu’il ne réapparaisse. La balle explosa à son contact le propulsant par-dessus la falaise.

« - Ça va devenir un véritable cimetière si je continue à ce rythme-là ! » déclara Run en riant.

C’est alors qu’un choc surpuissant sembla ébranler la montagne même. Derrière lui, Miles était réapparu en frappant le sol rocailleux de son poing droit. Il avait amplifié l’énergie cinétique prodiguée par la puissante balle d’eau en se téléportant à plusieurs reprises pour frapper le sol avec une telle force que l’onde de choc évacua toute l’eau qui s’était accumulée sur le sol. Run se retourna, pétrifié.

« - Comment as-tu compris que je te repérais grâce à l’eau ? »

« - Je n’en savais rien mais avoue que c’était un beau retour ! »

Run fronça des sourcils et décida de passer à la vitesse supérieure en pratiquant son dédoublement, le Kage Bunshin no Jutsu, mais en une dizaine d’exemplaires cette fois.

« - Encore des illusions ? »

« - Non, ceux-ci sont de vrais doubles ! »

Un éclair sembla traverser le regard de Miles avant qu’il ne disparaisse et ressurgisse derrière l’un des doubles. Sans crier gare, il passa son bras droit sous son menton et plaça sa main gauche sur la tempe gauche du double avant d’exercer une forte pression et de lui briser la nuque. Le double s’écroula sur le sol, mort.

« - Ah ouais ! C’est bien fait ! Y a le son du craquement de la nuque … »

Il disparut à nouveau pour réapparaître et transpercer de son poing le buste d’un autre double.

« - … et même le sang ! Et à part faire de la figuration, ils savent se battre ces doubles ? »

Le choc passé de voir deux d’entre eux mourir aussi rapidement, tous réagirent et commencèrent à attaquer Miles avec différentes attaques d’eau : balles, geysers, vagues, lames ou simplement leurs griffes de métal. L’entrée des geôles était légèrement creusée et constituait à présent un véritable petit bassin dont le niveau d’eau ne cessait de monter au fil des attaques des doubles de Run Tao. Néanmoins cela ne leur permit pas de repérer Miles de part les interférences qu’ils provoquaient eux-mêmes à la surface de l’eau. Constamment en mouvement, les Run ne se laissaient plus aussi facilement surprendre par les téléportations de Miles. Le combat était rude pour chacun des protagonistes. Les ecchymoses et autres griffures commençaient à pulluler sur leurs corps … du moins sur ceux des Run car les blessures de Miles disparaissaient rapidement par régénération ce qui rééquilibrait quelque peu la balance … ne serait-ce qu’un temps tout du moins. En effet les attaques des Run commençaient déjà à se faire moins puissantes et précises. Ils se fatiguaient alors que Miles était toujours en pleine forme. Il profita de l’occasion pour en saisir un par la queue et le faire tournoyer au milieu des autres. Les griffes de métal du Run ainsi saisi égorgea deux de ses doubles avant qu’ils ne s’écartent suffisamment. En réaction, Miles lâcha le Run en direction d’un autre. Tous deux allèrent s’écraser contre la paroi rocheuse. Miles les rejoignit en un clignement d’œil. Il reprit le Run qu’il avait saisi, toujours par la queue et s’en servit telle une masse pour frapper celui qui était en dessous. Au son des os qui se brisaient les deux doubles rendirent leur dernier soupir. Face à Miles, il y avait encore cinq Run.

« - Quelle était ta question tout à l’heure ? … Ah oui ! A qui le tour ? »

Les quatre doubles prirent peur et choisirent de s’enfuir en remontant à grandes foulées l’escalier de pierre.

« - REVENEZ ICI ! LÂCHES ! » hurla le Run Tao original.

« - On dirait que tes doubles sont plus malins que toi ! Un instant s’il te plait ! »

Miles disparut de la vue du Run original et réapparut au-dessus des deux fuyards de queue. Il fracassa l’un contre l’autre leur deux crânes. Puis il s’en servit comme projectile pour faire tomber les deux de tête. Il se téléporta au-dessus du second et lui écrasa le crâne sous le pied. Le premier des quatre parvint à se hisser de sous le cadavre de son frère et à reprendre sa course désespérée. Miles l’attrapa par la queue. Le double se retourna pour tenter de le lacérer de ses griffes de métal. Miles bloqua le coup, se saisit de son bras et le força à s’embrocher lui-même sur ses propres griffes.
Après quoi il rejoignit le Run Tao original qui avait observé toute la scène.

« - T’es un véritable monstre ! »

« - En fait je suis plutôt un démon … enfin pas tout à fait, mais ça revient au même. Bon tu te suicides ou j’invente une nouvelle façon de te tuer ? »

« - Tu crois vraiment que je vais me suicider ? C’est toi qui va mourir ! Ninpo Kuchiyose … »

Mais Run n’eut pas le temps de finir son invocation que Miles se téléporta dans son dos et lui fit une clef de bras si puissante qu’il lui explosa l’omoplate. Run Tao se mit alors à hurler.

« - Tu vois ? J’ai tenu ma promesse ! … mais même ça, tu ne sais pas bien le faire ! »

Il lui plongea alors la tête sous l’eau dans laquelle ils pataugeaient tous les deux. Run se débattit de longues secondes durant avant de s’immobiliser, enfin noyé.
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 112 - Rat d’égout :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 112 - Rat d’égout
Message le Jeu 20 Sep - 23:34 par Shion
Rahlala, ce combat était jouissif XD
avatar
Re: Chapitre 112 - Rat d’égout
Message le Mar 2 Oct - 19:51 par Nyko
Toujours impériale le Miles^^, est-ce pour lui le début d'un changement de comportement?
Re: Chapitre 112 - Rat d’égout
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 112 - Rat d’égout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 8 - un Monde selon Hirohito-
Sauter vers: