Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 114 - Umibozu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

30092012
MessageChapitre 114 - Umibozu

Terre 504 – Au pied du Hua Shan – quelques minutes auparavant

La jeune Hikari Kirameku était restée devant les portes scellées du Hua Shan malgré l’imminence de la catastrophe annoncée par Ruh Tao. Sans preuves formelles de ce qu’il avançait, elle ne pouvait trahir sa mission sacrée et les accompagner pour leur prêter main forte. Pourtant si cela s’avérait vrai, elle n’aurait bientôt plus de mission. Ce fait, elle l’avait constamment à l’esprit et la tiraillerait jusqu’à leur retour avec des preuves.
Assise sur un petit rocher, le longbow debout entre ses cuisses et mordillant son extrémité d’anxiété, Hikari avait ses sens en éveil. Depuis leur départ, elle avait cru percevoir l’espace d’un instant un conflit naissant. Mais il fut si rapidement étouffé qu’elle commençait à douter de ne jamais l’avoir perçu. Depuis, plus rien, le Hua Shan, la Montagne où la vie s’écoule telle un fleuve tranquille, semblait aussi calme qu’à son habitude.
Soudain, son regard fut attiré par un objet chutant du haut du Hua Shan. Grâce à la lumière de l’astre nocturne, elle parvenait tout juste à le distinguer. Il semblait de taille imposante, ce qui était d’autant plus curieux qu’il semblait avoir été jeté avec une force inouïe.
L’observant chuter, elle sentit son cœur se serrer de façon inexplicable. Une légère quantité d’adrénaline se déversa dans ses veines sans qu’elle en comprenne la raison. Elle se leva d’un trait et décida de se rendre au point d’impact présumé de cet objet inconnu. Elle diminua la distance les séparant en une fraction de seconde en prenant sa forme lumineuse. Après quoi elle sortit de son large carquois dorsal une flèche qu’elle illumina pour éclairer la zone. Ses yeux trouvèrent rapidement la chose qui avait chuté de la montagne. Il s’agissait d’un cadavre portant de multiples lacérations et dont la chute n’avait rien arrangé. Qui cela pouvait-il bien être pour avoir été jeté comme un sac d’ordures ? Le cadavre était complètement désarticulé et en partie allongé sur le ventre. Ses longs cheveux blancs trahissaient son âge avancé. Son cœur rata un battement. Sans encore avoir vu son visage, son subconscient semblait l’avoir déjà reconnu et le répercutait sur son corps. Hikari s’agenouilla près de la dépouille et tendit une main hésitante vers son épaule. Elle le retourna très doucement et retira sa main avec horreur lorsqu’elle reconnut le visage de Ruh Tao. Elle qui avait réussi à tant s’endurcir, sentit des larmes couler le long de ses joues. Ruh Tao avait été un modèle d’impartialité, mieux, il avait été comme un père pour elle et son frère lorsque les moines du Hua Shan les ont découverts encore bébés, abandonnés sur leur seuil. Comment un homme comme lui avait pu connaître une fin aussi abominable ?
Soudain un terrible grondement la fit sursauter. Elle leva le regard au ciel pour voir apparaître une colonne d’eau lumineuse au sommet de la montagne dont Ruh était le droupla encore avant sa mort. Elle sentit rapidement de fines gouttes d’eau tomber du ciel. Dans le silence de la nuit, le fracas d’un terrible combat résonnait depuis le temple principal. Hikari était stupéfaite devant la manifestation de la puissance du Hua Shan. C’était la première fois qu’elle y assistait. Puis la colonne d’eau disparut. Elle reporta son attention sur le corps de Ruh Tao avec grande tristesse et incompréhension. Que se passait-il là-haut pour que son droupla soit assassiné et que son lama déclenche sa toute puissance ? Sa réflexion fut à nouveau perturbée lorsque une seconde colonne d’eau se créa. Malgré une accalmie, le combat y était toujours aussi violent. Puis ce fut le calme plat … à peine durant quelques secondes avant qu’elle n’entende un vague chant. Puis une balle d’eau plongea dans les eaux du Huang He. Avec grande stupéfaction elle vit un géant d’ébène sortir du fleuve et gravir la montagne. Qu’est-ce que cela signifiait ? Pourquoi un yôkaï antique des océans se terrait dans le lit du fleuve ? Pourquoi gravissait-il à présent le Hua Shan ? Qui l’avait invoqué ? Toutes ces questions exigeaient à présent des réponses immédiates. Hikari se releva, jeta un dernier coup d’œil à la dépouille de son maître et se changea en lumière pure qui gravit à toute vitesse le Hua Shan.

_________________________

Terre 504 – Hua Shan – Temple principal

Tous connurent un moment de stupéfaction durant lequel ils furent pétrifiés devant l’apparition du géant dont les traits étaient indiscernables puisque masquant la seule source de lumière, à savoir la lune.
Quant à la créature, elle semblait les observer, les dénombrer lorsqu’elle poussa un rugissement effroyable qui sembla faire trembler l’air tout autour d’eux. C’est alors qu’apparurent deux sources de lumière assez particulière. Elles n’éclairaient rien mais semblait plutôt briller dans le noir.

« - C’est quoi ça encore ? » demanda Frédéric.

« - C’est un Umibozu ! Une créature géante vivant d’ordinaire dans les fonds océaniques » répondit Kamaitachi qui parvenait avec difficulté à cacher sa peur.

« - Qu’est-ce qu’il fout là alors ? »

« - Je n’en sais rien ! »

« - Il s’est peut-être tout simplement trompé de route. Tout ce qu’il lui faut c’est un GPS … ou alors d’avoir les idées remises en place ! » déclara Miles.

Ce dernier prit sa forme démoniaque et exécuta un formidable bond vers ce qui semblait être le visage de la créature. Le voyant venir, l’Umibozu le rabattit au sol d’un simple revers de la main. A l’atterrissage, Miles créa un petit cratère au milieu des dalles du temple déjà soumises à rude épreuve après le combat précédent.

« - Ouch ! C’est la première fois que je me prends une baffe … sur tout le corps ! » se plaignit Miles en se relevant difficilement.

L’Umibozu hurla une nouvelle fois et frappa le sol de son poing, forçant le groupe à se disperser dans la précipitation. Réactif, Frédéric profita de bien distinguer son poing pour le carboniser. Bien qu’il eut donné tout ce qu’il avait après un temps de récupération aussi court, son puissant jet de flammes ne sembla pas avoir affecté d’une quelconque façon que ce soit l’Umibozu. Une fois le nuage de vapeur dissipé, sa peau, aussi sombre que la nuit, ne semblait pas avoir souffert de la chaleur.

« - C’est inutile ! La peau des Umibozu est gorgée d’eau et donc insensible au feu ! » cria Kamaitachi à son encontre.

« - Putain ! Tu ne pouvais pas le dire avant ? » râla Frédéric.

Ce dernier s’éloigna à toute vitesse en voyant que le poing de la créature balayait tout dans sa propre direction. Alors qu’il procédait à un grand ménage et que les dalles volaient, il retira son poing. En effet Miles se téléportait constamment vers son visage pour le frapper de toute sa force. Mais le spectacle faisait plutôt penser à un insecte assaillant le visage d’un homme. Il l’agaçait plus qu’il ne le blessait vraiment.

De son côté Frédéric était quelque peu circonspect. Même s’il n’avait pas eu beaucoup de temps pour se retaper, son feu lui paraissait étrangement plus faible que d’habitude … comme si quelque chose l’empêchait de brûler aussi ardemment qu’il l’eut voulu.

Au moment où l’Umibozu releva son poing, Wade y vit une opportunité d’attaquer également. Il enserra le poing dans ses fils tranchants et se fit soulever en même temps. Grâce à sa chaîne, il parvint à se rétablir sans mal sur l’avant-bras du géant qu’il commençait déjà à cisailler. Mais sa peau était particulièrement dense et Wade ne put compter sur un quelconque effet de chaleur dû aux frottements de ses fils étant donné l’eau qui ruisselait de chacune des entailles superficielles. Il comprit rapidement que l’action qu’il avait entreprise pour tenter de lui trancher une main allait lui prendre une éternité … du moins si la créature se laissait faire docilement … ce qui n’était pas le cas. Son agression fut plus significative aux yeux de l’Umibozu que celles de Miles. Ainsi il passa son autre main sur son avant-bras pour dégager Wade. Celui-ci ne put dégager ses fils à temps et fut projeté au sol avec une violence inouïe. A l’impact tous purent entendre que plusieurs de ses os se brisèrent. Étrangement, Wade ne laissa échapper aucun cri de souffrance, pas même une plainte étouffée. Il se releva comme si de rien n’était alors que sous sa houppelande son cubitus droit transperçait son bras.

Aucun d’entre eux ne semblait avoir la puissance nécessaire pour combattre une monstruosité pareille. C’est alors qu’un curieux phénomène se produisit. Ses yeux ne furent bientôt plus les seuls à briller. C’était tout son corps qui se mit à scintiller tandis qu’il s’immobilisait progressivement. Une fois immobile, un gigantesque pieu de glace surgit de sa poitrine. L’Umibozu tomba à la renverse, dévalant le Hua Shan et chutant dans le Huang He.

« - Ce n’était pas si dur … finalement ! » dit Jeremiah avant de s’effondrer éreinté par les efforts qu’il avait dû fournir ces dernières minutes.

Frédéric alla à sa rencontre, rapidement rejoint par Miles et Wade.

« - Tu as fait du sacré bon boulot cette nuit ! » lui adressa Frédéric.

En guise de réponse, le vampire lui sourit.

« - Le Pânî Lama ! » s’affola Kamaitachi.

A sa simple évocation, tous se rappelèrent pourquoi ils avaient enduré tant d’efforts et de souffrances. Miles et Wade, accompagnés de Kamaitachi, se précipitèrent dès lors vers la porte secrète qu’avait empruntée le ninja quelques minutes auparavant.
Ne trouvant pas le mécanisme pour l’ouvrir, Miles la fracassa d’un puissant coup de poing. La porte donnait sur une grotte, ou plutôt un étroit couloir taillé dans la roche qu’éclairaient des lanternes au sein desquelles brûlaient des flammes d’un bleu azur. Sur le sol le Pânî Lama avait laissé une traînée de sang que les deux hommes allaient pouvoir remonter comme s’il fut agi du petit poucet. Après quelques secondes d’une course effrénée, ils arrivèrent au bout du couloir qui donnait sur une terrasse baignée par la clarté de la Lune et donnant sur les monts du Wu Yue. La terrasse était entourée de torches sur pieds en bambou, toutes éteintes récemment comme en témoignaient les légères fumerolles qui s’en échappaient encore. Au milieu du cercle que formaient ces torches se trouvait affalé par terre le Pânî Lama, à bout de force mais encore bien vivant. En ne les voyant que tous les deux, il se mit à sourire. En effet il en déduisait que son Umibozu avait dû tuer les trois autres.

« - Vous arrivez trop tard ! La fin du monde commence ainsi ! HUA SHAN RYÛ NINPÔ – UMI NO HÔKÔ !!! »

Joignant ses paroles à son geste, il frappa le sol de son poing droit entouré d’un tourbillon d’eau puissant et bleu marine. Miles et Wade ne comprirent que trop tard sur quoi il était étendu : un énorme sceau gravé dans le sol que le coup du lama brisa en mille morceaux.
Le fracas causé par la technique sembla résonner dans toute la chaîne montagneuse en se répercutant de façon multiple sur les parois rocheuses.

« - Traître ! » dit une voix de femme derrière les deux hommes.

Le Lama fut dès lors criblé de multiples flèches de lumière. Néanmoins cela ne le tua pas sur le coup. Il eut le temps de sourire une nouvelle fois et commença même à rire lorsqu’une flèche vint atterrir dans sa bouche et lui transpercer la nuque.

Miles et Wade se retournèrent pour voir Hikari postée au-dessus d’eux, le regard sévère.
Dans la montagne, le fracas sembla avoir eu un effet sur les autres monts du Wu Yue. Des torches, semblables à des lucioles à cette distance, s’allumèrent successivement. Jaunes à l’Est, blanches à l’Ouest, vertes au Nord et oranges encore plus loin. Tout le Wu Yue semblait s’être maintenant réveillé.

« - Nous n’avons plus de temps à perdre ! Les sceaux ne doivent pas être brisés ! » déclara Hikari.

______________________

Note : L'ultime technique du Pânî Lama n'a pas été choisie au hasard et signifie bien quelque chose en japonais.
"Hua Shan Ryû Ninpô" est un clin d'oeil à Saint Seiya Omega et notamment Harutô qui précède quasiment toutes ces attaques d'une formulation similaire. Cela signifie "Technique de l'Ecôle Hua Shan".

Quant à "Umi no hōkō" cela est induit par l'élément manié par le lama en question et signifie "Fracas de l’Océan".

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 114 - Umibozu :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 114 - Umibozu
Message le Dim 30 Sep - 23:42 par Shion
Ah bah, Umibozu n'aura pas fait long feu XD

Pas mal la référence à Omega Wink
avatar
Re: Chapitre 114 - Umibozu
Message le Lun 1 Oct - 8:33 par Jezekiel
Quand on est gorgé d'eau, faut pas venir faire chier Jeremiah XD
avatar
Re: Chapitre 114 - Umibozu
Message le Mar 2 Oct - 20:24 par Nyko
J'ai cru qu'il y aurait une baston à la God of War, bah non, costaud le Jeremiah^^
avatar
Re: Chapitre 114 - Umibozu
Message le Mar 2 Oct - 23:13 par Jezekiel
Ravi de te revoir parmi nous Nyko !

Concernant tes remarques sur Jeremiah aux chapitres 113 et 114, je pense que tu auras un début de réponse dans le chapitre suivant Wink

Tout ce que je peux dire c'est que l'arc n'est pas prêt d'être fini et qu'il réserve du grand spectacle ^^
Re: Chapitre 114 - Umibozu
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 114 - Umibozu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 8 - un Monde selon Hirohito-
Sauter vers: