Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 15 - … en 5CY114

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

13032012
MessageChapitre 15 - … en 5CY114

[Date originale : 24 Octobre 2010]
[Date correctif : 22 Juin 2014]
Terre 3458, tour NewGen, 25ème étage

Dès que la porte s’ouvrit, un air sec et frais s’échappa comme sous pression.
La gigantesque porte blindée faisait bien cinquante centimètres d’épaisseur. Elle devait être conçue pour résister à toute forme d’intrusion … sauf celle autorisée par le centre de commande. La porte sembla se désencastrer avant de s’ouvrir en pivotant comme toute porte normale. Un mur de gaz blanc opaque, semblable à du fréon, masqua la vue durant quelques secondes avant qu’il ne s’affaisse et se répande sur le sol telle une brume.
La salle était immense et remplie de puissants calculateurs et autres machineries automatisées d’alimentations ou de manipulations diverses. Devant les consoles, plusieurs cadavres d’ingénieurs étaient assis, la tête à la renverse et les bras pendants comme tués sous le coup par une quelconque asphyxie. Tandis qu’ils pénétraient dans la pièce, ils sentirent un relief par endroit. La brume masquait les cadavres d’autres chercheurs qui jonchaient le sol. Au centre de la salle grimpait vers le plafond une épaisse colonne de tuyaux et câbles en tout genre. Curieux, ils levèrent les yeux au plafond pour y découvrir une énorme cuve qui occupait toute la surface et dans laquelle baignait une cellule organique de taille gigantesque.

« - Vous croyez que c’est 5CY114 ? » demanda Jeremiah.

« - On est venu ici pour buter une seule cellule ? » ajouta Miles, incrédule après toutes les difficultés qu’ils avaient rencontrées pour parvenir dans cette pièce.

Aucun ne réagit durant plusieurs secondes et Frédéric fut le premier à s’intéresser aux consoles. Mais elles étaient si nombreuses qu’il ne sut par laquelle commencer.

« - Manfred ? T’as une idée de comment procéder avec ces machineries ? » demanda-t-il.

« - Je suis en route pour vous rejoindre. Étrangement, cette salle est coupée du réseau informatique du complexe. Seule la porte blindée possède une entrée de contrôle extérieur » lui répondit-il via les haut-parleurs situés dans l’entrée, là où ils venaient de combattre les soldats.

Miles et Frédéric furent étonnés qu’il puisse leur parler alors qu’il n’était manifestement plus dans la salle de contrôle, mais ils n’étaient plus à une bizarrerie près.

Quelques minutes plus tard, Manfred les rejoignit dans la pièce mais tous furent surpris de voir son aspect. En effet son buste, son bras gauche et une partie de son visage étaient recouverts d’une couche métallique sur laquelle couraient des circuits par centaines.

« - Qu’as-tu fait ? » lui demanda Frédéric en le voyant ainsi.

« - Setum ne m’a pas loupé tout à l’heure et je n’ai pas vos facultés régénératrices. Cet enfoiré a bien couvert ses arrières et n’avait pas l’intention de voir surgir quelqu’un comme lui apparemment. Il a détruit tous les échantillons du sérum Transblood développé au 20ème étage d’Horizon dont il a bénéficié. Je n’avais plus qu’un seul recours : le projet développé au 47ème étage : NeoGodFather ».

« - Faut être taré quand même ! J’te préviens que dès que tu commences à agir comme une unité Data, j’t’explose la tête » lui dit Miles.

« - Je n’en attends pas moins de toi ! » lui répondit Manfred avec un sourire fatigué.

« - Mais ça ne risque pas d’arriver de si tôt. Grâce à l’interface trafiquée de mon armure, je me suis assuré un certain sursis » ajouta-t-il.

Puis il se dirigea vers les consoles. Grâce à son œil gauche devenu synthétique, Manfred put identifier quelle était celle qui les intéressait. Il poussa par terre le cadavre de l’ingénieur occupant le siège et s’assit à sa place.
A peine avait-il commencé à pianoter qu’il se heurta à un problème de taille : les codes d’accès. Ayant accès au centre de commande via son interface wi-fi, Manfred ne trouva aucun code d’accès relatif à ce projet et ne put pénétrer plus loin dans le système pour avorter chimiquement la créature.

« - On va revenir aux bonnes vieilles méthodes alors ! » dit Miles.

Il pointa l’un de ses fusils en direction de la cuve et tira. Contrairement à son attente, les parois de la cuve n’explosèrent pas. Seul un impact étoilé s’était dessiné sur sa surface. De ses deux fusils il tira une longue salve de balles mais la cuve ne céda pas constellée qu’elle était d’impacts.

Sur l’écran devant Manfred s’inscrivit alors des mots en rouge :
« - Atteinte agressive à l’intégrité de la cuve d’incubation ! Éveil de 5CY114 enclenché ! »

« - Je crois que l’on va avoir un problème ! »

A peine Manfred eut-il le temps de dire ces quelques mots que la cellule géante commença à frétiller. Rapidement, elle connut une démultiplication nucléaire accompagnée d’une démultiplication cellulaire en conséquence. Les cellules se démultipliaient à vue d’œil mais diminuaient également de taille. Bientôt le quatuor put observer une différenciation de ces cellules et la créature qui se développait sous leurs yeux ressemblait de plus en plus à une gigantesque amibe translucide. Alors que la différenciation continuait à une allure folle, une sorte de réseau se dessinait au sein de l’organisme : le système nerveux. Organisé suivant un axe longitudinal, plusieurs boules grossirent le long de cet axe. Il s’agissait des premiers ganglions nerveux. Le corps devint plus opaque, les chairs se différenciaient de plus en plus si bien qu’un derme fit son apparition sur la surface de l’organisme. Rapidement deux douzaines d’appendices surgirent du corps qui s’aplatissait sensiblement. Une carapace se formait sur le corps de l’organisme qui était dorénavant segmenté. La créature ressemblait maintenant à un trilobite, une sorte de cloporte. Celui-ci commença à se mouvoir sur le fond de la cuve comme s’il avait été sur des fonds benthiques. Mais son évolution ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. La carapace du trilobite s’émiettait. Ses appendices tombaient en pièces. Des yeux apparurent sur sa tête qui s’allongeait vers l’avant. La créature ainsi dépourvue de carapace, on pouvait distinguer clairement la synthétisation d’un système osseux sur lequel se développait un système musculaire puissant. La créature se vit doter d’une queue et de deux palettes natatoires antérieures et avec sa nageoire dorsale, elle ressemblait à s’y méprendre à une forme archaïque de dauphin. Celui-ci nagea en cercles concentriques au-dessus de la tête de notre quatuor comme hypnotisé par le spectacle que leur offrait cette créature fantastique. Des impacts de balles de Miles des zébrures commencèrent à se dessiner sur la surface de la cuve. 5CY114 gagnant du volume, la pression augmentait au sein de la cuve. Mais ce n’était pas le problème de la créature dont une seconde paire de palettes natatoires, plus petite que la précédente, venait de pousser en guise de membres postérieurs. Pour ceux qui s’intéressaient un tant soi peu à la paléontologie, la créature face à eux leur aurait fait indéniablement penser à un Ichthyosaure. Nageant toujours au-dessus de leur tête, la créature continua son évolution. Sa nageoire caudale diminuant grandement tandis que la queue s’allongeait. Les quatre palettes natatoires prirent la même envergure. La nageoire dorsale disparut complètement tandis que la tête se détachait maintenant du reste du corps par un cou. Celle-ci devint plus massive. Sa gueule s’élargit dévoilant une rangée de dents acérées. Ses yeux s’amincirent et devinrent vicieux. Cette fois la créature prit la forme d’un terrible Mosasaure, un reptile marin préhistorique et clairement carnivore. Cette prise de masse et de volume finit par créer plusieurs fuites dans la cuve aux endroits où Miles avait tiré. Tous sortirent de leur béatitude en voyant cette nouvelle apparence qui leur rappelait un peu celle des Gigasaurus précédemment affrontés.
Jeremiah sortit son épée et tenta de trancher les câbles et tuyaux de la colonne centrale. Mais leur nombre était tel qu’il ne parvenait à en trancher que peu à chaque coup. La perte du liquide d’incubation devenant significative une nouvelle inscription apparut sur les consoles :

« - Perte du liquide incubateur ! Procédure de fermeture enclenchée ! »

Le bruit de moteurs se fit entendre. La porte commençait à se refermer. A peine l’eurent-ils compris qu’il était déjà trop tard. Alors qu’elle s’était ouverte lentement, sa fermeture d’urgence avait été extrêmement rapide. Ils étaient dorénavant piégés dans la salle qui s’inondait. Non seulement le niveau d’eau montait sensiblement à mesure que la cuve fuyait mais il y avait également du liquide qui jaillissait des entailles faites aux tuyaux de la colonne centrale. La cuve se vidant, le Mosasaure commençait à toucher le fond de celle-ci de ses palettes natatoires, fragilisant un peu plus la cuve et accélérant la perte de liquide incubateur. Le mosasaure les regarda avec avidité comme un morfal dévore des yeux un hamburger. La cuve complètement vide, le mosasaure était à même la paroi. Il commença à s’agiter violemment, battant de la queue dans tous les sens et donnant des grands coups de museau dans la paroi. Tous comprirent ce qui allait se produire alors qu’ils avaient de l’eau jusqu’à la taille.

« - Sur les ordinateurs ! Vite ! » cria Frédéric.

Tous grimpèrent sur les énormes machines lorsque la cuve céda. Le mosasaure chuta dans la pièce en une terrible secousse qui sembla ébranler le bâtiment entier. Reprenant ses esprits après cette chute, le mosasaure se dirigea de suite vers Jeremiah, la proie la plus proche de lui. Juché trop haut, Jeremiah conserva son calme tandis que la créature se débattait pour l’atteindre de sa terrible mâchoire. Sans attendre la suite des événements, Frédéric et Miles se saisirent de leurs fusils mitrailleurs et tirèrent sur la créature. Criblée de balles, celle-ci  se tordit dans tous les sens mais ne sembla pas vouloir mourir.

« - Merde ! Elle nous fait aussi le coup de la régénération cette saloperie ! » cria Miles sans s’arrêter de tirer.

Trop concentrés sur le mosasaure, aucun d’entre eux ne vit l’inscription suivante sur les écrans :

« - 5CY114 en danger ! Évacuation du liquide incubateur pour nouveau stade évolutif ! »

Au sol, plusieurs siphons s’ouvrirent et aspirèrent l’eau. Le niveau baissant intrigua le quatuor et Miles et Frédéric cessèrent leurs tirs tandis que le mosasaure ne remuait plus, comme si son organisme se focalisait sur la guérison de ses blessures. Tous restèrent sur leur garde tandis qu’une fine pellicule humide résidait sur le sol.
Soudain le mosasaure fut pris de convulsions. Une respiration rauque témoignât de l’adaptation de son système respiratoire à un milieu moins humide. Ses palettes natatoires se métamorphosèrent en membres articulés se terminant par des pattes aux puissantes griffes. Sa queue diminua sensiblement de longueur mais sa gueule ne sembla pas changer. A peine quelques secondes après la fin de sa métamorphose la créature, qui ressemblait maintenant à un gros varan, rouvrit les yeux. Elle se redressa et d’un pas chancelant vint s’écraser sur la console sur laquelle se tenait Jeremiah.
Apprenant à se servir de ses nouveaux membres, le varan se releva, secoua la tête et fonça à nouveau vers Jeremiah. Mais cette fois il parvint à grimper sur la machine pour tenter de chopper sa proie. Réactif, Jeremiah esquiva l’attaque en sautant au sol tandis que l’ordinateur s’affaissait sous le poids du varan. Frédéric et Miles reprirent leur mitraillage en règle. Ses nombreuses blessures firent enrager le varan qui se retourna et poursuivit Jeremiah au sol. Mais sa proie continuait de lui échapper, bien plus agile et rapide que lui, elle esquivait chacune de ses attaques irréfléchies. Finalement, Frédéric et Miles tombèrent à cours de munitions et malgré un cessez le feu contre leur volonté, un ralentissement certain des mouvements du varan se fit sentir. Tandis qu’il continuait d’attaquer Jeremiah, une nouvelle métamorphose s’exécutait. Sa queue tomba tout simplement au sol. Ses membres s’allongèrent. Son museau rétrécit à vue d’œil et des oreilles se développèrent. Sa face finit par s’aplatir tandis qu’une pilosité se développa sur l’intégralité de son corps. Sa musculature s’adapta à la nouvelle forme de ses os mais conserva toute sa puissance. Toujours quadrupède, ses épaules s’élevèrent au dessus de son bassin. Ils avaient maintenant à faire à un puissant gorille. Regagnant une certaine vélocité, le gorille se remit à poursuivre Jeremiah. Mais celui-ci se baissa et le gorille trébucha pour aller s’encastrer dans la machine sur laquelle se tenait Miles. Se désincarcérant des restes de la machine, le gorille leva les yeux vers Miles qu’il prit comme nouvelle cible. En deux temps, trois mouvements, le gorille grimpa sur la machine avec une agilité qui surprit Miles. La créature abattit lourdement ses poings massifs sur Miles qui tenta de s’en protéger avec l’un de ses fusils. Mais la puissance du gorille fut telle que ses poings fit voler en éclats l'arme à feu. Tels des coups de massue, les poings du gorille ne laissaient aucun répit à Miles malgré sa forme démoniaque. Au sol, il subissait les coups sans pouvoir riposter quand soudain Jeremiah transperça les reins du gorille de son épée sous forme de harpon. La créature hurla de douleur sous le coup. Il retira le harpon de son rein et l’utilisa pour envoyer Jeremiah se fracasser contre un mur. Puis ce fut au tour de Frédéric de venir prêter main forte à Miles. Dégainant son épée, il vint pourfendre le gorille en lui tranchant le bras gauche. Le gorille tomba à la renverse, chutant lourdement au sol sur le dos.
Hurlant de douleur, il se tenait le moignon de sa main droite. Bien au-delà de la douleur, le gorille continua de hurler tandis que son bras repoussait en simultané d’une nouvelle métamorphose. Ses membres postérieurs s’allongèrent un peu plus. Sa colonne vertébrale s’incurva en prenant la forme d’un double S, lui permettant de se redresser. Ses pieds perdirent leur faculté de pouces opposables tandis que sa pilosité se raréfiait. Sa mâchoire et son taurus diminuèrent et sa face prit incontestablement la forme d’un être humain.

« - Si tu crois qu’en prenant une apparence humaine on va hésiter à te tuer, tu te fourres le doigt dans l’œil ! » lui dit Frédéric en sautant à terre et lui fonçant dessus avec son épée.

L’être humain bloqua la lame entre les doigts de sa main gauche.

« - En fait ce sera plutôt dans le tien ! » sur ce il enfonça son index droit dans l’œil gauche de Frédéric.

Frédéric lâcha son épée pour mettre ses mains sur son œil en hurlant de douleur.

« - Que vais-je bien pouvoir faire de ça ? » demanda l’homme qui tenait alors l’épée de Frédéric par la lame.

Sentant que Jeremiah se relevait, l’homme lança l’épée de Frédéric comme on jette une carte à jouer pour empaler Jeremiah.
S’acclimatant à la douleur, Frédéric enleva ses mains de sur son œil et se transforma en loup pour se jeter sur 5CY114. Il parvint à le lacérer au ventre avant de tenter de lui griffer le visage mais l’homme se saisit de ses poignets pour l’immobiliser.

« - Que de vilaines manières avez-vous là, Frédéric ! » lui dit le sujet d’expérimentation.

« - Comment connais-tu mon nom ? » grogna Frédéric.

« - Comment ? Mais je lis en chacun de vous comme dans un livre ouvert ! »

L’évolution de 5CY114 ne semblait pas s’être arrêtée. Avec le développement au stade humain, son cerveau accédait à de plus en plus de zones que l’être humain lambda n’utilisait pas. Ainsi il usait de télépathie sans aucune difficulté.

« - Et toi comment doit-on t’appeler ? 5CY114 ? » demandèrent Frédéric et 5CY114 de concert. Ce dernier lui démontrait ainsi qu’il savait tout ce qu’il allait dire ou faire.

« - 5CY114 ? Ce n’est pas très élégant comme nom pour un homme … je préfère Scylla ! »

« - Okay Scylla, manges-toi ça ! » dit Frédéric tout en faisant un salto arrière pour lui griffer le visage de ses pieds.

Mais Scylla avait vu venir le coup à l’avance et s’était reculé pour l’éviter. Il répliqua en le repoussant d’une violente poussée télékinésique. Miles qui s’était remis entre temps, reprit sa forme démoniaque et lui sauta dessus. Mais Scylla manipula les câbles et tuyaux de la colonne centrale pour l’enserrer.

« - Curieux cette notion de "démon" »  lui dit-il.

« - Je ne la comprends pas encore parfaitement. Je vais remédier à cela immédiatement en comblant mes lacunes avec tes connaissances mon petit Miles ».

Scylla fronça les sourcils en fouillant dans le cerveau de Miles tandis que ce dernier hurlait sous la douleur insoutenable de cette intrusion mentale.

« - Je n’arrive pas à lire en toi aussi clairement qu’en les autres. Quelque chose semble me faire obstruction ».

De son côté Jeremiah se dégagea de l’empale en retirant doucement l’épée de Frédéric de son ventre. Mais ce fut peine perdue. Scylla était vigilant à tout ce qui se passait dans la pièce. Si bien que dès que Jeremiah l’eut retirée, Scylla lui arracha des mains l’épée par télékinésie. Il sépara la lame des soldats du poignard et planta ces deux lames dans les épaules de Jeremiah, le fixant au mur.
Reprenant ses esprits, Frédéric ne tergiversa pas longtemps et se rua sur Scylla.

« - Coucher le chien ! » lui dit-il en exerçant un puissant champ de force sur ses épaules, le plaquant au sol.

« - Là ! Bon chien ! »

Toutefois Scylla ne sembla pas voir Manfred qui était resté quelque peu cloué sur place en voyant ce spectacle. Les nanites dans ses veines devaient masquer d’une certaine façon ses pensées. Cherchant une arme du regard, il eut la terreur de voir son bras gauche se configurer pour prendre l’aspect d’une arme. La terreur passée et devant la nécessité d’agir il pointa Scylla et pensa très fort au mot "Tirer". Un arc électrique sortit alors de son canon frappant de plein fouet Scylla.
A genoux, Scylla ne relâcha pas sa télékinésie sur ses victimes. Alors qu’il se relevait, Manfred tira une seconde fois mais cette fois Scylla bloqua l’arc par sa télékinésie avant de lui retourner l’éclair. Frappé de plein fouet par son propre éclair, Manfred tomba sans connaissance.
Scylla ne comprit pas comment il n’avait pas vu Manfred plus tôt dans le paysage mental. Quoiqu’il en soit il était bien déterminé à poursuivre son exploration de l’esprit de Miles et trouver le secret de son illisibilité partielle.
_________________

Hors du Complexe Elysée

Wade se tenait sur une corniche, observant le complexe. Il se tenait jusque-là à bonne distance, comme semblant sentir une quelconque frontière qu’il ne tenait pas à franchir. Il soupira et sauta de la corniche pour s’en rapprocher.
_________________

Tour NewGen, 25ème étage

Alors que tout semblait perdu, Frédéric connut un soudain regain d’énergie. Ses muscles se gonflèrent d’une nouvelle puissance et petit à petit il parvint à se relever malgré l’écrasante pression télékinésique. Concentré sur Frédéric, Scylla ne parvint inexplicablement plus à lire dans ses pensées. De même pour Miles et Jeremiah. N’étant pas dans son champ de vision, Scylla ne s’en aperçut pas immédiatement. Derrière lui, Jeremiah sembla également connaître un regain d’énergie. Ignorant la douleur, il parvint à se saisir des deux lames qui le clouaient au mur et à les extraire de ses épaules dans un cri de rage. Ce cri attira l’attention de Scylla qui le vit mettre pied à terre. Au centre de la pièce, Miles à son tour connu un surplus d’énergie inexplicable et en une fraction de seconde parvint à faire éclater les tuyaux qui l’enserraient. A peine eut-il mis pied à terre qu’il fracassât le dos de Scylla d’un surpuissant coup de poing. Puis Jeremiah vint lui trancher la gorge d’un coup de tranche extrêmement fulgurant. Tournant sur lui-même, Scylla eut tout juste le temps de voir Frédéric lui arracher la mandibule d’un violent coup de griffe. Il finit par tomber à genoux en se tenant la gorge et ce qui lui restait de mâchoire.
Alors que les trois attaquants se tenaient autour de lui, ils virent Scylla changer d’aspect. Son corps entier sembla se changer en une eau d’un bleu roi. Ses organes devinrent transparents un par un, semblant se fondre dans la masse hormis quelques uns. Ainsi son cœur et son cerveau, ainsi que toutes les liaisons qui existaient entre ces deux organes s’illuminèrent de rouge tandis que ses yeux devinrent d’un blanc laiteux. Soudain le corps de Scylla provoqua une déflagration qui repoussa ses trois assaillants.

« - Il est temps pour moi d’accéder à mon ultime stade ! » dit-il en se relevant.

Frédéric et Jeremiah se relevèrent et en un éclair déchirèrent le nouveau corps de Scylla … sans effets. Son corps était devenu intangible et n’était plus fait que d’énergie spirituelle.
Alors que tous étaient stupéfaits, Scylla ouvrit les bras comme pour accueillir un être bien aimé. Les esprits défunts des ingénieurs ici présents sortirent des cadavres pour venir tourner autour de Scylla sous forme de sphères d’énergie.

« - Ces esprits vont vous montrer la voie de la mort ! » dit Scylla avant d’envoyer les sphères d’énergie frapper Frédéric, Jeremiah et Miles.

Les esprits les traversèrent de part en part leur causant d’importants dommages internes en tout genre.
Alors qu’ils étaient à la merci de Scylla un phénomène imprévu se produisit. Les esprits ne répondirent soudainement plus aux ordres de Scylla. Reprenant une forme de spectre, les esprits furent comme aspirés hors de la salle, hors de la tour, hors du complexe. Mais ce n’était pas tout, sans cette concentration spirituelle autour de lui, Scylla n’aurait jamais pu atteindre le dernier stade de son évolution et maintenant que plus aucun esprit n’était présent, sa propre énergie chutait vertigineusement. Son corps qui semblait émettre une lumière bleue il y a quelques secondes encore semblait s’éteindre. Il se noircissait de plus en plus, ne ressemblant plus qu’à de l’huile.

« - NOOOOOOOOOOOooooooooooooon ! Que m’avez-vous fait ? J-Je meeeuuuuurrrrrs ».

Scylla perdit toute consistance et bientôt il ne ressembla plus qu’à un tas de boue.
Frédéric, Miles et Jeremiah, mais aussi Manfred, revenu à lui au hurlement de Scylla, n’en crurent pas leurs yeux. Cette créature si puissante qui leur avait donné tant de mal, venait de mourir d’elle-même comme si elle avait consumé toute sa vie en quelques minutes.
Quelques instants plus tard, les corps de Frédéric, Jeremiah et Miles cessèrent de verser leur sang par tous leurs pores, les différentes hémorragies internes jugulées grâce à leur régénération.

« - Maintenant que vous avez tué cette créature, qu’allez-vous faire ? » s’enquit Manfred, en voyant Miles taper du pied ce qui restait de Scylla.

« - Nous allons repartir d’où nous venons » lui répondit Frédéric.

« - La porte est verrouillée et il n’y a aucun moyen pour la rouvrir ».

« - Nous n’avons pas besoin de passer par cette porte pour repartir ».

Frédéric lui expliqua alors qu’ils venaient d’une dimension parallèle à la sienne. Ils devaient empêcher cette créature de naître pour qu’elle ne renforce pas les rangs d’une créature bien plus dangereuse encore connue sous le nom de Moloch et démon de son état. Le concept de démon était tout à fait étranger à Manfred mais il comprit que cette créature incarnait le mal même. Lui laissant le temps d’assimiler tout ça, Frédéric lui proposa quelques minutes plus tard de le reconduire en dehors du complexe par le moyen de transport qu’ils allaient emprunter. Mais Manfred refusa. Il disait ne plus avoir rien à faire en ce monde où les seules personnes qui lui étaient chères avaient péri pour combler la soif d’expérience de quelque mégalomaniaque. S’il pouvait aider à purifier d’autres planètes de ce genre de mal alors il mettrait ses nouvelles capacités à leur service.
Frédéric sortit alors l’espèce de médaillon que leur avait fourni Nialgrim et appuya dessus. Mais aucune réaction ne se fit. Miles prit alors le médaillon des mains de Frédéric et appuya frénétiquement dessus.

« - OH ! Tu vas te ramener oui, bordel de merde ! »

Un vortex apparut alors et s’ouvrit, laissant apparaître Nialgrim.

« - Ce n’est point la peine d’être vulgaire, mécréant ! » leur dit-il.

« - Hmmmm. Qui est-ce ? » demanda Nialgrim en pointant Manfred d’une griffe.

« - Un ami et il vient avec nous ! » lui répondit Frédéric.

« - Cela ne va point être possible, j’en ai bien peur. Trois personnes j’ai amenées, trois personnes je ramène. Cela peut être moins mais jamais plus ».

A peine eut-il le temps de finir sa phrase que Jeremiah avait glissé la lame de son épée sous son menton.

« - Les règles ont changé, l’encorné ! » lui dit Miles.

« - Après ce que l’on a tous vécu, il n’est pas bon de vouloir nous contrarier, Nialgrim ».

Alors que Frédéric ne s’était point métamorphosé, Nialgrim déglutit lorsqu’il lui dit ceci. Il ressentit l’espace d’un instant le même genre de peur que Wade pouvait lui inculquer involontairement.

« - Très bien, mais Zilimah ne va pas être contente ».

« - On s’occupe du poulpe, laisse-nous passer maintenant ! » lui dit Miles en le poussant de la main.

Tous les quatre s’engouffrèrent alors dans l’antre des vers.
_________________

ÉPILOGUE

Quelques minutes après le départ du quatuor et de Nialgrim, une brèche interdimensionnelle s’ouvrit en un grand déchirement dans la pièce où le combat contre Scylla venait de se finir. Ce n’était pas l’ouverture de l’antre des vers mais un autre moyen de voyager entre les dimensions. De cette brèche sortit un démon vêtu d’une houppelande mitée cachant mal son corps difforme. Une seule de ses cornes était visible, elle sortait de sous la capuche et se courbait vers l’arrière. Son bras droit était aussi musclé et épais que le gauche était chétif et maigre. Son pied droit n’était qu’un sabot alors que le gauche semblait faire partie intégrante d’une colonne de pierre.
En voyant les restes boueux de Scylla, le démon sembla aspirer une salive abondante dans sa gueule.

« - Chhhhh ! Chest maître Echlavius qui chera content ».

Du coin de l’œil il vit une plume d’une lumière dont les démons n’aimaient pas la clarté en général.

« - Chhhhh ! On dirait qu’un piaf est venu pleurer cha décheption » dit-il en écrasant en une explosion de petites étincelles la plume de son pied gauche.

Après quoi il se déplaça vers la porte qu’il pulvérisa et la fit sortir de ses gonds sans peine d’une boule d’énergie tirée de sa main gauche. Il fit de même avec les portes de l’ascenseur et descendit jusqu’au 10ème étage en lévitation. Les portes de l’ascenseur forcées, il pénétra dans la simulation à la recherche de quelque chose. Voyant les tripes et autres viscères qui décoraient si disgracieusement les arbres, le démon saliva. Il finit par trouver dans les branches la partie supérieure du tronc de Simon Setum. Sans se déplacer, il amena ses restes par télékinésie jusqu’à ses pieds.

« - Tu es réchichtant pour un humain. Maître Echlavius saura tirer pleinement partie de tes dons uniques ».

Le démon ouvrit une nouvelle brèche dans laquelle il s’engouffra avec les restes de Setum.

Click Me ! Click Me ! Click Me ! Click Me !


Dernière édition par Jezekiel le Dim 22 Juin - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 15 - … en 5CY114 :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 15 - … en 5CY114
Message le Mar 13 Mar - 14:36 par Shion
[Date originale : 21 Novembre 2010]
Je me disais bien qu'on ne se débarrassait pas de Setum aussi facilement XD
avatar
Re: Chapitre 15 - … en 5CY114
Message le Lun 28 Mai - 17:36 par Nyko
L'arc 2 était bourré d'action. Il y a une nette évolution au fil des chapitres au niveau de la description des scènes.
Re: Chapitre 15 - … en 5CY114
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 15 - … en 5CY114

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 2 - un Monde d'Expériences contre nature-
Sauter vers: