Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 128 - Singe des Jungles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

06012013
MessageChapitre 128 - Singe des Jungles

Jungle du Song Shan

La lumière qui enveloppait Hikari se dissipa avec le dernier trait qu’elle tira. Aucune de ses innombrables flèches n’avait atteint sa cible, c’est-à-dire Gokuwaru. Mais était-ce vraiment là le but de ces tirs aussi rapides qu’hasardeux ?

« - As-tu fini ton petit jeu Kirameku-chan ? »

Hikari ne sembla pas réagir en entendant à nouveau le lama. Elle semblait se concentrer.

« - Était-ce bien prudent de tirer jusqu’à la dernière de tes flèches petite fille ? »

L’absence de réponse d’Hikari sembla énerver pour la première fois Gokuwaru. En effet si elle ne lui répondait pas, elle ne jouait pas son petit jeu. Et si elle ne jouait pas avec lui, quel plaisir en tirerait-il ?

« - Ceci dit … les actes réfléchis ne sont pas la spécialité des Kirameku … n’est-ce pas ? »

_____________________

Wu Yue – il y a vingt-cinq ans

Il y a de cela une quinzaine d’années, deux nourrissons furent abandonnés au beau milieu du Wu Yue, exactement à l’endroit équidistant des cinq montagnes sacrées. D’habitude, lorsque des enfants étaient abandonnés, ils l’étaient aux portes d’une des cinq montagnes, afin qu’ils soient recueillis assez rapidement par leurs moines. Mais leurs parents, pour une raison complètement inconnue avaient choisis ce lieu … comme s’ils avaient voulu que leurs enfants tout juste arrivés au monde connaissent une première épreuve.
Ils restèrent ainsi toute une journée en pleine nature sauvage, à la merci de n’importe quel prédateur qui passerait dans les parages. Heureusement pour ces bébés, un homme d’un certains âge déjà, comme s’il avait été attiré d’une quelconque façon, tomba nez à nez avec les deux nourrissons. Cet homme n’était autre que le droupla du Hua Shan : Ruh Tao. Un homme bienveillant et empli de sagesse. Son sang ne fit qu’un tour et il les prit dès lors sous son aile. Il les ramena avec lui au Hua Shan et les éleva comme ses propres enfants.
Même s’il les adopta, il choisit de leur attribuer un nom de famille différent du sien. Ainsi il leur donna le nom de Kirameku signifiant éclat en japonais pour tous ces rires qui ne cessaient d’envahir sa maison. Il donna à la fille le prénom d’Hikari et au garçon celui de Tasogare.
Les années passèrent durant lesquelles Ruh leur prodigua tout son enseignement aussi bien en terme de sagesse que d’art martial. A l’âge de dix ans, le frère et la sœur montraient de fortes aptitudes aux arts martiaux ainsi qu’une prédisposition latente à un tout autre niveau de savoir. Cela Ruh Tao le sentit et entreprit donc de leur apprendre en secret les voies sacrées du Hua Shan : la manipulation consciente du flux de vie, de l’élément eau. Tous deux furent très réceptifs à ses enseignements, néanmoins le garçon se démarqua rapidement de sa sœur, apprenant bien plus vite qu’elle. A son quinzième anniversaire, Tasogare fut enfin capable de manipuler une énergie élémentale … à la grande surprise de Ruh, cet élément ne fut pas l’eau … mais les ténèbres. L’usage de cet élément était strictement interdit au sein du Wu Yue et Ruh Tao lui fit promettre de ne jamais le dévoiler à quiconque.
Néanmoins l’adolescent ne l’entendait pas tout à fait de la même façon. Ayant montré très tôt une grande vigueur et une bonne connaissance du Wu Yue, Tasogare assumait depuis peu le rôle de coursier sacré en son sein. Faisant déjà preuve d’une grande rapidité, ses déplacements entre chaque mont furent plus rapides encore. Le jeune homme utilisait ses pouvoirs pour se fondre dans la matière noire et réapparaître où bon lui semblait du moment qu’il l’avait déjà vu. Malgré ses mensonges et quelques falsifications mineures concernant les dates d’envois, certains moines eurent des soupçons à son sujet. L’un des moines du Song Shan se rapprocha de lui sans aucune autre intention que de le connaître un peu mieux. Une amitié naquit rapidement entre eux et Tasogare ne tarda pas à se vanter de ses capacités et même à lui faire une petite démonstration en le téléportant avec lui jusqu’à un point éloigné du Song Shan.
Le moine en question fut très perturbé et ne sut quoi faire durant plusieurs jours.
Finalement il tenta de convaincre Tasogare d’en parler à un lama pour qu’il le débarrasse de cette malédiction. Le jeune homme s’énerva rapidement et le ton monta au point qu’il téléporta son ami en plein océan. A peine eut-il commis cet acte, qu’il le regretta et partit récupérer le malheureux moine. Tasogare lui promit alors qu’il parlerait à un lama lorsqu’il se sentirait prêt. Malheureusement pour lui, un autre moine avait vu la scène et ne comptait pas être aussi compréhensif que son collègue et lui laisser le temps dont il avait besoin. Il fit remonter l’information au lama Jûtokuna qui lui-même en parla à Gokuwaru.
Ce dernier en discuta avec les lamas des quatre autres montagnes sacrées. Ils prirent alors la décision de le capturer pour le soumettre à un rituel proche de l’exorcisme catholique.
Ainsi à l’une de ses livraisons, Tasogare fut convié au temple principal du Hua Shan afin de converser avec le lama qui désirait le voir. Ceci représentant un grand honneur, Tasogare accepta et se rendit insouciant au temple. Sur place, en voyant les autres lamas, il comprit rapidement que c’était un piège. Le ton monta à nouveau et quelques échanges musclés eurent lieu avant qu’il ne s’évanouisse dans la nature.
Étant donné son comportement et la nature de ses pouvoirs, les lamas ne pouvaient tolérer qu’il soit en liberté. L’alerte fut donnée au sein du Wu Yue mais Tasogare resta introuvable. Enfin pas pour tout le monde. Sa sœur jumelle savait parfaitement où il avait l’habitude de se recueillir quand ça n’allait pas. C’est ainsi qu’elle le retrouva à l’endroit exact où ils avaient été abandonnés quinze ans plus tôt. En sentant quelqu’un arriver, Tasogare réagit promptement mais en voyant les traits de sa sœur, il se détendit immédiatement. Ses nerfs se relâchant, il fondit en larmes dans les bras de sa sœur. Malheureusement pour eux, ce répit ne fut que de courte durée. Bien qu’ils n’étaient que trois à connaître ce lieu, ce ne fut pas Ruh Tao qui les surprit, mais Gokuwaru. Ce dernier avait utilisé ses pouvoirs sur la flore pour suivre Hikari à distance. Utilisant l’herbe alentour, le lama écarta la sœur du frère et entrava ce dernier. Cette action fut considérée par Tasogare comme une agression. Son pouvoir de ténèbres le submergea et l’enveloppa avant de littéralement exploser. La nuit surgit en plein milieu de la journée et plongea les trois personnes présentes dans le noir absolu. Avec une force phénoménale, Tasogare déchira les liens qui l’immobilisaient et se fondit dans la noirceur ambiante. Comme si un lien bien plus profond que le lien fraternel les unissait, Hikari était tout aussi capable que son frère de voir et de se déplacer dans cette noirceur. La jeune fille ne comprenait pas ce qui était en train d’arriver à son frère, ni pourquoi le lama du Song Shan était venu le capturer. Toutefois elle ne pouvait laisser son frère devenir un meurtrier. Ainsi lorsqu’elle le vit se placer dans le dos de Gokuwaru, une étrange arme de ténèbres à la main, prêt à le tuer, elle réagit instinctivement. Elle lui cria d’arrêter. A ce même moment, le corps d’Hikari se mit à rayonner d’une lumière intense, lumière qui déchira le voile de ténèbres instauré par son frère. A cause de sa lumière, Gokuwaru repéra Tasogare derrière lui. Plus par réflexe que par volonté, Gokuwaru dressa un rideau d’herbe qui déchiqueta l’adolescent en un instant. Les ténèbres qui formaient son arme et qui l’enveloppaient se dissipèrent alors que Tasogare chutait à la renverse. Au sol, il chercha du regard sa sœur. Des larmes s’écoulèrent de ses yeux lorsqu’il l’a vit. Dans un ultime effort il tendit la main vers elle … avant qu’il ne succombe à ses trop nombreuses blessures.
Hikari cacha son visage dans ses mains et se mit à pleurer. Quant au lama, il était quelque peu sous le choc de l’acte irrémédiable qu’il venait de commettre. Pour la première fois depuis qu’il avait accédé au plus haut statut du Song Shan, il n’avait pas été pleinement maître de ses actes. Après quelques secondes, il s’approcha d’Hikari et posa la main sur son épaule pour exprimer sa désolation. La jeune femme eut une réaction vive. Elle redressa la tête, le regardant droit dans les yeux et lui hurla de ne pas la toucher. Son visage rayonna d’une puissance incommensurable et émit un rayon qui frappa le visage de Gokuwaru et le brûla au troisième degré. Grièvement blessé, Gokuwaru ne lui en voulut pas et accepta cette blessure comme une pénitence pour sa faute.
Dès lors plus personne ne verrait plus le visage de Gokuwaru, caché qu’il serait derrière des masques qui changeraient au fil des âges. De son côté, Hikari reprit le rôle de coursier sacré de son défunt frère se faisant un devoir d’être irréprochable dans sa tâche.
___________________

Song Shan – aujourd’hui

« - Et la prudence n’est pas la tienne ! » répondit alors Hikari.

« - Que sous-entends-tu par là, Kirameku-chan ? »

« - La date anniversaire approche … maintenant que tu es corrompu j’imagine que tu ne vas pas changer pour un onzième masque ».

« - Un onzième masque il y aura bien, une fois que j’en aurais fini avec toi, Kirameku-chan ! »

« - Tuer un adolescent de quinze ans est une chose mais tuer une adulte expérimentée en est une autre ! »

« - Je compte bien sûr sur toi pour m’offrir ma victoire sur un plateau … comme autrefois ».

« - C’est bien ce que je me disais ! Sans supercherie ou sans aide, tu n’es pas capable d’affronter qui que ce soit … et encore moins d’obtenir une victoire sur lui ! »

« - VAS-TU FERMER TA GRANDE GUEULE, OUI ? » cria alors Gokuwaru en apparaissant entre les arbres.

D’un bond il fit face à Hikari, agrandit son bô et frappa avec telle une masse. Malgré la rapidité de l’attaque, Hikari l’était encore plus et, s’enveloppant de lumière en un éclair, esquiva l’attaque en ne faisant qu’un pas de côté. La lumière se dispersa immédiatement après et Gokuwaru rétracta son arme à une taille normale. Hikari ôta son carquois vide et le laissa tomber au sol en même temps que son arc. Puis elle se dirigea vers une de ses flèches plantées dans un tronc et l’en retira. Elle se retourna ensuite vers son adversaire et se métamorphosa. Non pas en lumière cette fois-ci mais en une humanoïde lapine à la fourrure blanche.

« - Es-tu tenté de racheter ton honneur en un combat, un contre un, face à face, une seule de mes flèches contre ton bô ? » lui demanda-t-elle.

Face à elle, Gokuwaru se métamorphosa en un puissant gorille exalté avant de se jeter sur elle et tenter de la frapper de multiples coups de son arme. La jeune femme esquivait chaque attaque sans aucune difficulté. Et pour cause, sous cette forme, Gokuwaru avait gagné en puissance mais en contre partie sa rapidité en pâtissait énormément alors qu’Hikari avait justement gagné en vitesse après sa métamorphose. Elle comptait sur le fait qu’il s’en rende compte et commence à l’attaquer autrement … ce qu’il ne tarda pas à faire. Gokuwaru fit un bond en arrière et entreprit de l’attaquer à distance en abusant de la capacité de son bô à s’allonger de façon fulgurante. C’est exactement ce qu’elle espérait et un seul échange fut nécessaire. Elle contra l’attaque, qui aurait dû l’atteindre au plexus solaire, avec la flèche dont elle ne s’était pas encore servi une seule fois. En voyant la pointe de la flèche d’Hikari contrer son bô, Gokuwaru comprit l’erreur qu’il venait de commettre. Hikari transforma sa flèche en lumière et le trait s’enfonça dans le bâton de son adversaire. Le projectile remonta l’arme en son sein en la pulvérisant de toute part jusqu’à atteindre la main de Gokuwaru qui éclata également en un éclair. La douleur occasionnée fut si intense que Gokuwaru hurla de douleur.

« - Maudite sois-tu ! » lui dit-il avant de reprendre sa forme humaine et tenter de s’enfuir sous le couvert végétal.

« - Crois-tu que la fuite est une option après t’avoir amené là où je le voulais ? » rétorqua Hikari.

Sous sa forme de lapin, son corps s’illumina comme jamais. Comme sous l’effet d’une sorte de résonance, toutes les flèches qu’elle avait tirées jusque-là s’illuminèrent également. En un clignement d’œil, un trait de lumière fut émis de leur queue retraçant la trajectoire qu’elles avaient suivie et se reliant ainsi à Hikari. Une véritable toile de lumière naquit en un instant au sein de la jungle. Où qu’il se trouve, le lama ne pouvait y échapper et, emporté par son élan, il ne put éviter les rais de lumière qui le découpèrent en quartiers de viande tels des lasers.
Cette technique était ce qu’Hikari pouvait créer de plus puissant et meurtrier. Mais cela avait un coût. A peine plus de cinq secondes après sa création, la toile de lumière s’éteignit et Hikari avec. Ayant repris sa forme humaine, la jeune femme était tout simplement éreintée par un tel effort. Non loin de là, elle entendait quelqu’un qui respirait difficilement : Gokuwaru. Elle se rapprocha de lui et le découvrit le buste coupé en deux au niveau des côtes flottantes et avec le bras gauche sectionné. Les coupures étaient propres et nettes, cautérisées à l’instant même où elles avaient été provoquées. Hikari le regarda quelques secondes sans aucune réaction. Puis elle se pencha au-dessus de lui et lui retira son masque.

« - Je te pardonne » lui glissa-t-elle à l’oreille avant de lui planter une flèche de lumière en plein front pour abréger ses souffrances.

Après quoi elle lui remit son masque et se redressa. Derrière elle se tenait en silence Jeremiah.
Hikari tourna à peine la tête vers lui.

« - Où est ton ami le yokaï ? »

« - Je ne suis pas sûr » répondit-il sur un ton parfaitement neutre.

« - Où veux-tu te rendre maintenant ? » demanda-t-elle.

Soudain un puissant craquement se fit entendre en direction du Tai Shan. Le sceau de la Terre venait d’être brisé et il ne faisait plus aucun doute que celui du Bois également.

« - On va au Nan Heng Shan ! »

_____________________

A l’Est du Wu Yue

Venant directement de la côte, une armada de véhicules en tout genre, principalement des tout-terrains, se profilaient à l’horizon. A bord, des dizaines, voire des centaines de japonais tous vêtus à peu près de la même manière. Leurs nombreux et larges tatouages trahissaient leur appartenance au clan des yakuzas. A leur tête, une créature, qui avait été autrefois humaine, souriait de voir les montagnes sacrées pointer sous ses yeux. Elle était torse nu et arborait fièrement l’énorme tatouage de dragon rouge qui couvrait l’intégralité de son buste et de son dos. Sa musculature était développée de façon surhumaine pour un homme de son gabarit. Mais ce n’était pas encore le plus dérangeant. Ses lèvres masquaient mal ses crocs, ses yeux brillaient d’une lueur surnaturelle et, pire encore, deux puissantes cornes surgissaient de son front.

_______________________

Tai Shan – plusieurs minutes auparavant

Alors que Frédéric venait de tuer Orokana, sa fureur se calma ainsi que sa flamme. Son feu fuchsia finit par disparaître. Il ressentit alors une petite douleur à l’épaule gauche. Il tourna la tête pour s’enquérir de la cause et vit que sa blessure avait été bouchée avec une matière à l’aspect métallique. Bien que négligeable, cette matière rigide lui provoquait une douleur à chaque mouvement des muscles affectés par cette blessure.
Le bruit du combat de Wade le rappela à la réalité. Ce dernier affrontait toujours les moines qui venaient se faire déchiqueter par ses fils tranchants. Voyant qu’il se débrouillait parfaitement sans lui, Frédéric reporta à nouveau son attention sur sa blessure. Alors qu’il approchait sa main droite d’elle, il fut soufflé par un puissant impact. Non seulement lui mais Wade et tous les moines également se retrouvèrent au sol. L’impact fut si puissant que Frédéric crut un instant qu’un obus avait frappé le mont. Lorsque le nuage de poussière retomba, lui et Wade purent découvrir la cause de ce choc en la silhouette du lama des lieux.

________________________

Note : Tasogare signifie pénombre en japonais

________________________

A suivre dans : Buffle de Marbre !

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 128 - Singe des Jungles :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message le Lun 7 Jan - 18:08 par Shion
Je ne suis pas déçu de l'astuce d'Hikari.

Intéressant cette histoire avec Tasogare... J'imagine qu'on n'a pas fini d'en entendre parler ^^
avatar
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message le Ven 11 Jan - 23:28 par Nyko
Tasogare et Hikari me font penser à deux personnages de Heroes dans la saison 2, ils étaient aussi frère et soeur et leurs pouvoirs étaient l'exact opposé de l'autre.
avatar
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message le Sam 12 Jan - 10:28 par Jezekiel
Ma mémoire doit me jouer des tours car je ne me souviens absolument pas de qui tu parles ... et pourtant j'ai vu toutes les saisons :/
avatar
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message le Sam 12 Jan - 20:47 par Nyko
Les jumeaux Maya et Alejandro.
avatar
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message le Dim 13 Jan - 11:37 par Jezekiel
Ah oui ! Eux ! Quand tu m'as dis l'exact opposé, je ne voyais pas qui cela pouvait être.

Oui, alors donc, mon inspiration pour les jumeaux de Babel ne provient pas de là ... pour la bonne et simple raison que dans Heroes j'ai trouvé que ces personnages là étaient un grand raté.
avatar
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message le Dim 13 Jan - 12:22 par Nyko
La saison 2 est oubliable^^
Re: Chapitre 128 - Singe des Jungles
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 128 - Singe des Jungles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 8 - un Monde selon Hirohito-
Répondre au sujetSauter vers: