Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 132 - Coq de Feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 887
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

03022013
MessageChapitre 132 - Coq de Feu

Terre 504 – Sceau du Feu

En tant que coursier sacré du Wu Yue, Hikari le connaissait comme sa poche et avait depuis longtemps percé la plupart de ses secrets sans que personne ne la soupçonne. Ainsi elle savait parfaitement que même l’Âga Lama ignorait la localisation du sceau qu’il était sensé défendre. Elle avait noté que le mystère qui l’entourait, elle et son frère, quant au lieu où ils avaient été retrouvés semblait faire grincer des dents en secret. Et pour cause, qui que soient leurs parents, la nature de leurs pouvoirs et le lieu de leur découverte étaient forts de sens. Ils étaient l’exacte opposé l’un de l’autre pour préserver l’équilibre et quoi de mieux de le faire au point équidistant des cinq montagnes sacrées ? Elle avait découvert il y a des années l’existence d’une caverne sous le lieu exact où Ruh Tao les avait découverts. Jamais elle n’avait osé y pénétrer, devinant que ce qui y était dissimulé devait le rester. Mais aujourd’hui la situation exigeait qu’elle prenne le risque de découvrir ce qui se cachait dans l’ombre de la grotte. L’air était saturé d’énergies anciennes et sa progression en devenait pénible. Même nimbée de lumière qu’elle était, les ténèbres ne semblaient pas vouloir s’effacer devant elle, comme si celles-ci étaient dotées d’une volonté propre et lui résistaient.
Au bout de quelques minutes d’une marche au ralenti, elle vit soudain un éclat dans l’obscurité. Elle n’eut pas le temps de se demander ce que c’était que soudain la caverne fut envahie par une puissante lumière … sa propre lumière.
Elle était entourée de cristaux qui semblaient réfléchir et amplifier la lumière reçue. La brume de ténèbres s’était purement et simplement dissipée en un instant. Quelque peu aveuglée, elle baissa sa luminosité ce qui eut un impact immédiat sur son environnement. Elle poursuivit ainsi sa marche sans difficulté, semblant même récupérer de sa fatigue. Quelques mètres plus loin, elle entendit l’écoulement d’un liquide, sûrement de l’eau étant donné la quantité qui semblait être charriée. Elle pressa le pas et fut confrontée à une vision fantastique, presque féerique. Elle se tenait au bord d’un gouffre au fond duquel une gigantesque caverne resplendissante et florissante baignait dans une eau cristalline amenée par différentes petites chutes. Des particules de lumières flottaient dans l’air comme s’il fut agi de pollen. Au centre de la caverne, en contre-bas, se trouvait le fameux sceau du feu qui était de taille conséquente. L’émerveillement passé, elle se mit à scruter la caverne avec attention avec à l’esprit une seule question : Mais où était celui qui devait garder ce sceau ?
Avant qu’elle ne ressente sa présence, une voix âgée se fit entendre dans son dos.

« - Qu’es-tu venue faire ici où la lumière et l’ombre sont en parfait équilibre ? Qu’es-tu venue chercher à l’Aundhâ Shan, Kirameku-san ? »

_______________________

Sommet du Nan Heng Shan

Nishimura avait cessé d’observer les alentours depuis que l’éclair avait frappé son droupla. Il s’avait fort bien qu’un intrus s’était immiscé sur sa montagne. De ce fait, il avait tous ses sens en éveil afin de ne pas se faire surprendre. Soudain il ressentit quelque chose de presque imperceptible et qu’il n’aurait pas détecté s’il n’avait pas été sur son qui-vive. Cette sensation à la limite de sa perception semblait se rapprocher de lui comme un assassin se rapproche de sa cible profitant de l’ombre. Il comprit soudain à quel genre d’être il avait à faire.

« - Comptais-tu m’abattre comme un chien ? Se déplacer dans la matière noire est un avantage certain … mais tes déplacements perturbent les lignes électromagnétiques du champ terrestre. … Ne sais-tu donc pas qui je suis ? »

« - Je sais parfaitement qui tu es, Nishimura Oda ! Tous les démons le savent ! » répondit alors Nocturne sans sortir de la matière noire.

_______________________

En bas du Nan Heng Shan

Frédéric, dont le bras gauche était entouré d’une flamme rose orchidée, se tenait à l’endroit exact où se tenait Kasai Tori quelques secondes auparavant. Ce dernier s’était écarté avec précipitation lorsque Frédéric l’avait attaqué pour sauver son ami. A ses côtés se tenait Wade droit et aussi imperturbable qu’à l’accoutumée. Non loin d’eux devait également se tenir Isaac qui avait activé ses différents camouflages. A leurs pieds, Jeremiah sourit avec grande peine en les reconnaissant.

« - Pas … mécontent … de vous … voir ! » dit-il avec une voix faible.

Frédéric le regarda un instant. Son regard fut empli de tristesse et de pitié en voyant dans quel état il était … le temps d’un battement de cils. Ce sentiment sembla être dispersé par une rage incommensurable qu’il reporta sur le droupla. Ce fut comme un signal pour le coq de feu qui se jeta sur lui immédiatement. Frédéric le réceptionna et ils s’empoignèrent l’un l’autre dans un choc assourdissant. Ils joignirent leurs mains l’un à l’autre. Leurs jointures craquèrent avant que leurs forces respectives s’exercent en cet unique point.

« - Wade ! Ecartes-toi avec Jeremiah ! » commanda Frédéric.

Sans se faire attendre, Wade aida Jeremiah à se relever et tous les deux s’écartèrent juste à temps pour ne pas être brûlés par le soudain embrasement de Frédéric. Les flammes roses et orangées des deux protagonistes se mêlèrent les unes aux autres dans un chaos indescriptible.

« - Cela ne servira à rien de les écarter ! Dès que j’aurais soufflé tes flammèches, je finirais le vampire et m’occuperais du sac d’os ! » éructa Kasai.

« - Ça m’étonnerait ! » répondit Frédéric en fronçant les sourcils.

A peine eut-il dit ces mots que Frédéric se métamorphosa en loup, accroissant sa force physique de façon phénoménale et faisant plier son adversaire complètement déstabilisé. Les flammes de Frédéric s’assombrirent de façon imperceptible sous cette métamorphose. Frédéric avait le plein ascendant sur le droupla et le surplombait littéralement. Le droupla avait été forcé de mettre un genou au sol. Sûr de sa supériorité du moment, Frédéric tourna la tête vers Wade.

« - JARTEZ DE LA ! » leur cria-t-il.

Le vampire étant bien incapable de marcher, Wade le prit par le bras qu’il passa sur son dos et le souleva. Ils se dirigèrent de suite vers les marches du Nan Heng Shan et se mirent à le gravir.

« - Tu as vu Miles ? » demanda Wade à Jeremiah.

« - Oui, mais ce n’est plus lui » répondit Jeremiah sur un ton résigné.

Jeremiah tourna la tête comme il le put pour observer Frédéric.

« -Qu’est-ce qui lui arrive ? » demanda-t-il.

« - Il est en train de s’éveiller à sa véritable nature ! »

Frédéric et Kasai étaient enfin seuls. Ce dernier était toujours aussi dominé par la force brute de son adversaire. Quant à Frédéric il semblait vouloir littéralement compacter son adversaire sous lui. C’est alors qu’il desserra son emprise et abattit ses poings sur lui comme des marteaux à trois reprises. Le droupla accusait le coup tandis que Frédéric semblait se calmer.

« - Tu n’es qu’une bête féroce et je ferais tout pour ne pas le devenir également ! »

A ces mots, il reprit forme humaine, éteignit sa flamme et dégaina son épée. Ce geste semblait être fort de sens pour lui. Comment une bête pourrait encore se servir d’une épée ? Soudain le droupla se reprit. Il cracha littéralement un jet de flammes intenses sur son arme et la fit fondre en un instant. Profitant de la surprise, il se rua sur Frédéric en plein estomac et le fit tomber à la renverse. A califourchon sur lui, Kasai le lacéra à de multiples reprises de ses serres acérées. Complètement dépassé, Frédéric ne put faire qu’une chose : mettre ses bras devant son visage pour éviter de se le faire lacérer.

« - Je suis le droupla du Nan Heng Shan, Kasai Tori, JE NE SUIS PAS UNE BETE !!! » cria Kasai sans s’arrêter de le lacérer.

Frédéric se reprit alors et créa une puissante explosion en ravivant ses flammes. Le souffle projeta le droupla en arrière, permettant à Frédéric de se relever. En face de lui Tori s’était réceptionné sans difficultés, prêt à continuer le combat. Il haletait fort.

« - Puisque je n’ai pas le choix, voyons qui de nous deux conservera son humanité à l’issue de ce duel ! » dit Frédéric en reprenant sa forme de loup.

« - Vampires ! Loups-garous ! Goules et autres zombies ! Mes flammes vous ont tous réduits en poussières ! Même si toi aussi tu manipules les flammes, TU SUBIRAS LE MÊME SORT ! »

Sans attendre, Kasai déversa un puissant vortex de flammes sur Frédéric. Ce dernier esquiva le premier jet d’un bond sur le côté. Mais il savait fort bien que son adversaire allait réitérer son attaque encore et encore et il n’était plus d’humeur à vouloir esquiver indéfiniment. Ainsi dès la seconde attaque il répliqua également par un torrent de flammes. Les deux puissantes colonnes s’affrontèrent, les flammes orangées et roses se chevauchant les unes sur les autres.
Si le danger n’avait pas été si omniprésent, cette scène aurait été presque belle à voir. L’équilibre des forces semblait être parfait malgré les tensions extrêmes.

« - Ta puissance est remarquable mais insuffisante ! » déclara Kasai.

Ses flammes se firent soudainement plus intenses, comme si elles étaient animées d’une faim dévorante. Peu à peu, inexorablement, le front d’affrontement des forces se rapprochait de Frédéric. Bientôt les flammes du droupla vinrent lécher ses avant-bras. Les flammes de son adversaire étaient bien plus brûlantes qu’il ne l’aurait cru. Sous d’affreuses souffrances, il voyait ses bras se noircir tandis que ses propres flammes étaient repoussées en arrière.
A ce rythme il allait mourir carbonisé, quelle ironie pour un pyrokinésiste tel que lui. Submergé par la douleur, il sembla atteindre un point de non retour où il ne la ressentait plus. Au-delà de la douleur, il sentit toute la haine que véhiculait le feu ennemi et qui l’inondait, s’insinuait dans ses tissus. Cette haine sembla trouver un écho dans une parcelle de son esprit. Inconsciemment, il fut attiré par cette parcelle qui ressemblait à des portes d’onyx. Avec précaution il tenta de l’entrouvrir. A peine l’eut-il fait que la vision qu’il vit lui fit refermer avec violence ses portes. Il ne savait pas pourquoi mais il semblait se souvenir qu’elles s’étaient déjà ouvertes un bref instant il y a peu. Soudain le souvenir de son combat contre Orokana le submergea. Il se souvint comment il avait perdu le contrôle durant un instant. Brutalement une colère sourde naquit dans son esprit, presque immédiatement remplacée par une rage dévorante. C’était cette même rage qui l’avait animé précédemment et qui lui avait donné un coup de fouet. Il revint alors à la réalité de son combat. Il était à présent presque entièrement enveloppé par les flammes de Kasai. Ses propres flammes ne brûlaient plus que sur une petite surface de son dos. Fronçant les sourcils, il laissa une partie de cette rage l’envahir car il savait que c’était le seul moyen de s’en sortir. Son feu rose orchidée se mit à brûler de façon plus intense, développant de longues flammes en arrière. Frédéric serrait les dents. Sa puissance avait augmenté mais ce n’était pas encore assez. Il ferma alors les yeux. Il savait ce qu’il devait faire. Il s’y résigna et ouvrit alors en grand les vannes de sa fureur. Il entendit alors un cri puissant … le sien. Ses flammes rose orchidée devinrent parme, puis lavande avant de devenir indigo puis violet. Au fil des teintes, ses flammes regagnèrent du terrain et repoussèrent progressivement celles du droupla. Ce dernier se mit alors à sourire.

« - La même fureur nous habite. Toi aussi tu as faim de destruction et de ravages ! Dans une autre vie nous aurions pu être frères ! Mais il n’y a qu’un seul destructeur sur cette Terre … ET C’EST MOI ! »

Les flammes de Kasai se renforcèrent encore plus et firent à nouveau reculer celles de Frédéric.

« - Je le sais maintenant. J’ai en moi une puissance aussi ancienne que l’humanité, voire même plus. Comment peux-tu prétendre te comparer à elle ? » répondit alors Frédéric ayant regagné un court instant sa raison.

« - ELLE EST LA DESTRUCTION ! »

Les flammes de Frédéric se teintèrent alors de ténèbres. Leur noirceur éclipsa la lumière si vive des flammes du droupla. Les flammes d’ébène semblaient se renforcer en dévorant le feu de son ennemi.

« - TU NE VOULAIS PAS DEVENIR UNE BÊTE FÉROCE DISAIS-TU ? TU ES DEVENU BIEN PIRE ! » hurla Kasai Tori sur le point d’être consumé.

Ces mots semblèrent agir comme un électrochoc dans l’esprit de Frédéric. En effet, en laissant cette boue noire saturée de rage envahir son esprit, il devenait la quintessence de ce contre quoi il se battait. Une entité qui aurait parfaitement trouvé sa place aux côtés de Moloch. Ce fut un choc pour lui. En prenant conscience de ce fait une étincelle naquit dans les profondeurs de son être. Une étincelle d’une lumière particulièrement intense qui inonda son être. Ses flammes d’ébène changèrent en un instant en flammes d’une blancheur aveuglante. Leur intensité était au-delà de toute mesure possible et semblait être tout aussi insoutenables pour celui qui les recevait que pour celui qui les émettait. Frédéric poussa un hurlement de douleur et ne put soutenir plus longtemps ce feu insupportable. En face, le droupla était inerte, au sol.
Aveuglé par cette lumière il attendit de regagner la vue. Néanmoins il ne ressentait plus aucune douleur. Ses chairs semblaient s’être régénérées en un instant. Éreinté, il avait repris sa forme humaine.
Après de longues minutes, il entendit un bruit devant lui. Le bruit de quelqu’un qui se relève. Cela le terrifia car il n’avait toujours pas regagné la vue.

« - Dieu merci vous avez survécu ! » dit alors Kasai d’une voix calme et pleine de sérénité.

« - Espèce d’enfoiré ! Tu vas pouvoir t’en donner à cœur joie ! » répliqua Frédéric qui tentait de se tenir debout tout en vacillant.

Soudain Frédéric sentit son bras droit être soulevé et posé sur les épaules de quelqu’un.

« - Détrompez-vous ! Je ne vous veux aucun mal. Après tout c’est à vous que je dois mon réveil » dit alors Kasai juste à côté de lui.

_________________

A suivre dans "Combat électrisant"
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 132 - Coq de Feu :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 132 - Coq de Feu
Message le Dim 3 Fév - 16:54 par Shion
Combat très intéressant, une fois encore, mais avec une fin pour le moins... inattendue ^^
avatar
Re: Chapitre 132 - Coq de Feu
Message le Mar 5 Fév - 18:03 par Nyko
Très inattendue, je suis curieux de savoir^^
Re: Chapitre 132 - Coq de Feu
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 132 - Coq de Feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 8 - un Monde selon Hirohito-
Sauter vers: