Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 144 - Visions, partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

28042013
MessageChapitre 144 - Visions, partie 2

Terre 576 – Mystérieux château

L’alarme surprit Isaac par sa soudaineté et son intrusion plus que violente dans ses récepteurs auditifs. Elle eut encore plus d’impact sur Adalheid dont l’expression faciale changea complètement. Toutefois, Heinrich semblait étrangement calme.

« - Heinrich ! Prends-en deux ! Herr roboter, j’espère que vous allez être capable d’aider vos compagnons car il faut partir ».

Immédiatement, Heinrich souleva le premier qui lui tomba sous la main. Ce fut Wade. Il le hissa sur son épaule comme on hisse un pesant sac de pommes de terre. Après quoi il se saisit de Jeremiah par la taille qu’il porta sous son bras et suivit immédiatement Adalheid qui se dirigeait déjà vers la cheminée au fond de la pièce.
Quant à Isaac, il observait les trois derniers corps face à lui. Il se savait capable de transporter deux d’entre eux à la façon d’Heinrich mais qu’allait-il faire du dernier ? Il passa en revue rapidement toutes les options qui s’offraient à lui. Il n’en retint qu’une seule qui lui permettrait de les transporter tous les trois … mais cela allait lui pomper tellement d’énergie qu’il était hors de question de maintenir son hologramme. Un fin rayon de lumière intense naquit au sommet de son crâne et descendit jusqu’à ses pieds en donnant l’impression de désagréger l’hologramme. Ce phénomène lumineux attira l’attention d’Heinrich qui le regarda avec attention et vit donc sa véritable apparence.
Une fois l’hologramme désactivé, des chiffres de couleur turquoise et lumineux se mirent à danser devant lui. Rapidement leur densité augmenta jusqu’à former une véritable planche de lumière dont les chiffres ne cessaient de changer de forme et de position. C’était là la manifestation de sa télékinésie arithmétique. Sans attendre, il prit Frédéric par le col et le jeta sur cette planche de lumière. Il fit de même pour Miles et Wallace. Après quoi il rejoignit Adalheid et son valet, suivis de sa planche.
___________________

Terre indéterminée – Temps incertains

La lumière si intense l’avait forcé à fermer les yeux. Lorsque Jeremiah les rouvrit il fut face à une vision pour le moins singulière et n’ayant, à priori, aucun rapport avec la précédente expérience. Il sentait que son corps avait muté et que cette cape qu’il sentait sur ces épaules n’en était pas une. Il s’agissait d’une deuxième paire d’ailes qu’il pouvait maintenir telle une cape pour plus de prestance.
De la prestance il en avait besoin étant donné sa situation. Assis qu’il était sur un trône particulièrement confortable, il avait une vue imprenable sur une salle particulièrement vaste au milieu de laquelle trônait une gigantesque fontaine de sang. Bien que vaste, la pièce n’était nullement vide. Au contraire elle était bondée de créatures qui, étant donné la pâleur de leur derme, étaient sûrement tous des vampires, tout comme lui. Mais ils n’étaient pas des vampires ordinaires. Il se dégageait d’eux une puissance peu commune mais qui semblait être de rigueur dans cette salle.
Soudain le vampire se tenant directement à sa droite prit la parole.

« - En cette nuit de Pâques, levons nos verres à notre victoire ! LEVONS NOS VERRES À NOTRE ROI ! »

Jeremiah comprenait maintenant ce qui semblait lui enserrer la tête, c’était une couronne.

« - A JEREMIAH D’EREBARD ! A EREBUS ! » crièrent en cœur tous les vampires assemblés.

Jeremiah eut froid dans le dos en entendant ce cri uni. Il se demanda ce qu’il avait bien pu faire pour en arriver là. Soudain la scène se figea et les ténèbres envahirent la pièce sans qu’il n’ait le temps de réagir.
___________________

Terre indéterminée – Temps incertains

Après cette intense lumière, Frédéric pensait se réveiller et qu’il allait donc reperdre cette vue. Ainsi il ne rouvrit pas les yeux de suite. Néanmoins, il comprit à son ouïe qu’il n’était pas réveillé. En effet il entendait autour de lui de puissantes respirations, des halètements et même des grognements. Il rouvrit alors les yeux et vit face à lui une gigantesque plaine sombre et dévastée par un ancien brasier. A l’autre extrémité se trouvait une cité rayonnante de lumière, blanche, presque aveuglante.
Après son ouïe et sa vue, ce fut son sens du toucher qui lui donna de nombreuses informations. Tout d’abord il était assis sur une monture … mais pas n’importe quelle monture : un cheval fait de cendres et de braises, crachant des flammes à chaque expiration. Puis une information bien plus déplaisante lui arriva, celle de sentir ses chairs continuellement meurtries comme si de nombreux shrapnells s’inséraient dans sa peau partout sur son corps. Il se rendit compte alors que c’était cette armure noire comme l’ébène, agressive et comme insufflée d’une volonté, d’un désir déchirant de tuer. Mais étrangement, son corps semblait être devenu coutumier de cette douleur dont il s’ accommodait déjà.
A ses côtés et derrière lui se tenait une véritable armée … mais pas une armée ordinaire et ordonnée. Aucun de ces soldats ne se ressemblaient mais Frédéric en reconnut certains, une infime partie. Parmi les rangs de cette armée se trouvaient toutes sortes de créatures, humaines ou non. Il vit ainsi un Gigasaurus, quelques Gears et un Kräftig entre autres. Au loin, il vit une silhouette qui le fit frémir. Elle était gigantesque et ondulait tel un serpent géant. Un douloureux souvenir lui revint à l’esprit. Qu’était-ce donc cette vision ? Qu’est-ce que tout cela signifiait ? Avait-elle au moins une signification ? Tout semblait tellement se mélanger dans cette vision improbable.
C’est alors qu’une voix se fit entendre. Une voix grave et distordue, presque grinçante … et étrangement proche. Il mit quelques secondes à réaliser que c’était la sienne et qu’il n’était qu’un spectateur.

« - Légion, toi qui est parvenue jusqu’ici, vas-tu reculer maintenant ? »

« - NON ! » crièrent les membres de cette improbable armée.

« - Vas-tu renoncer ? »

« - NON ! »

« - Ou vas-tu leur montrer qu’il existe en ce monde une armée capable de les défier ? »

« - OUI ! »

« - Une armée qui se relèvera qu’importent les injures ! »

« - OUI ! »

« - Une armée qui ira cracher jusqu’au visage de leur maître ! »

« - OUI ! »

« - Aujourd’hui est le jour où nous vaincrons ! Le jour où nous gagnerons notre liberté pour qui tant d’âmes ont déjà chuté ! A NOUS LA LIBERTE !!! »

Toute l’armée poussa alors un cri incompréhensible mais à travers lequel on sentait l’enthousiasme, la volonté de se battre et de gagner. Alors que tous continuaient à crier à pleins poumons, le volume chuta drastiquement et la lumière avec.
___________________

Terre indéterminée – Temps incertains

Bien qu’ayant fermé les yeux devant cette lumière, Miles conserva sa posture de vainqueur, les bras levés au ciel.

« - Qu’est-ce que tu fous ? T’as trouvé ? » lui demande une voix familière.

Rouvrant les yeux, Miles vit qu’il s’agissait de Frédéric. Il y avait également Jeremiah, Wade, Wallace et Isaac … tous le regardaient.

« - Trouvé quoi ? » lui demanda-t-il.

« - Ouais ! Ça m’aurait étonné aussi ! » dit Wallace.

Miles ne comprenait pas où il était et il se mit à observer la pièce où ils se trouvaient tous. La pièce était carrée et ses murs jaunes. Devant les murs est et ouest se trouvait une rangée de colonnes à section carrée. Mais ce qui était le plus marquant était cette énorme meule de foin et d’aiguilles.

« - Qu’est-ce qu’il faut trouver alors ? » demanda à nouveau Miles

« - Là est la question ! » répondit Jeremiah.

« - Cette énigme nous demande de trouver ce qui n’est pas comme les autres » rappela Wade.

« - C’est une plaisanterie ? On va y passer la journée ! » répondit Miles.

« - Si ce n’est plus ! » ajouta Frédéric.

Soudain une lumière noire naquit dans le tas de foin avant d’envahir toute la pièce.
___________________

Terre indéterminée – Temps incertains

Alors qu’il se croyait perdu dans les profondeurs des abysses, Wade rouvrit les yeux dans un lieu sombre et bien au sec. Il regarda autour de lui et se rendit compte qu’il était dans une gigantesque bibliothèque dont les rayons montaient à plus de dix mètres de haut. Au plafond il observa une verrière en forme de coupole au travers de laquelle il voyait zébrer dans le ciel de puissants éclairs.
Comme soulagé que cette chute dans l’océan ne fut qu’un mauvais rêve, Wade inspira un coup et expira de soulagement. Lui vint alors aux narines un mélange d’odeurs peu communes dans un tel lieu. L’air était empli de poussière et d’encens, mélangés à diverses odeurs peu agréables parmi lesquelles différents relents de putréfaction. Cela le dérangea quelque peu. Où était-il arrivé ? Il tenta de remonter la piste olfactive mais l’odeur semblait envahir la pièce sans distinction, comme si elle émanait de tout autour de lui. Intrigué, il s’approcha alors des rayonnages et sortit un livre au hasard. Il comprit dès lors d’où venait l’odeur : des livres eux-mêmes ! La couverture était moelleuse puisque faite de cuir et les pages semblaient être faites de peau humaine. Il laissa échapper le livre de répugnance qui chuta au sol dans un grand claquement. Le son se répercuta dans la pièce et connut un écho, synonyme que la pièce était particulièrement vaste. Un autre son se fit entendre : un chuintement comme si l’on aspirait bruyamment sa salive. Puis un bruit de chaînes se rapprocha et une créature humanoïde en houppelande d’un violet très foncé et mitée apparut. De sous sa capuche émanaient deux fumerolles indigo. Il laissait traînait par terre une longue écharpe noire portant des inscriptions rouge sang. Il portait sur son dos une roue avec des pointes en métal noir. A cette roue pendaient de nombreuses chaînes de différentes tailles. Deux d’entre elles remontaient, attachées à deux encensoirs dans lesquels deux puissantes flammes bleues brûlaient. Il tenait entre ses mains un vieux grimoire qu’il referma en un puissant claquement en voyant le livre à terre. Ses fumerolles se firent plus intenses et éclairèrent son faciès distordu, presque démoniaque.

« - Ayez un peu de ressssssssspect pour sssssssssssses ouvrages et cccccccccccceux qui ont ffffffffffait don de leur persssssssssssonne pour les écrire ! » dit la créature.

Soudain la pièce s’obscurcit un peu plus jusqu’à ce que Wade ne puisse plus rien voir.
___________________

Terre indéterminée – Temps incertains

Wade rouvrit les yeux … une fois encore dans une position allongée.

« - Décidément ! » se dit-il.

Il était dans une pièce sombre, dans un lit, en galante compagnie. Le contact froid du métal sur son torse lui fit comprendre qui était avec lui avant même de voir ses cheveux bleus.

« - Intéressant ! » dit-il à voix haute cette fois.

« - Mmmm ? Qu’est-ce qui est intéressant ? » demanda la jeune femme.

« - Euh … toi ? … ! »

La jeune femme se mit à sourire.

« - Arrête ton charme … il n’est plus nécessaire depuis de longues années, chéri. Il est quelle heure ? »

Wallace tourna la tête à droite et à gauche mais ne vit sur la table de nuit qu’un tout petit appareil qui n’affichait rien … mais projetait l’heure au plafond.

« - Il est 10 heure moins le quart ».

« - Merde ! On va être en retard ! » dit-elle en se relevant précipitamment.

« - En retard pour quoi ? »

« - Tu le sais bien, pour … »

C’est alors qu’une alarme retentit et la coupa net dans sa phrase.

« - Bordel ! Qu’est-ce que c’est encore ? » grommela-t-elle.

Wallace se leva d’un bon et s’habilla aussi vite qu’il le put.

« - C’est quoi cette alarme ? »

« - On nous attaque ! »

« - Qui ça "on" ? »

« - Sûrement ces satanés krills ! Dépêche-toi, bon sang ! »

Alors que la jeune femme, sa femme, ouvrait la porte, des ténèbres en jaillirent et envahirent entièrement la pièce.
______________________

Note 1 : Voici une illustration d'une forme approchante d'Adalheid
______________________

A suivre dans "la Croix Rouge"
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» 2ème semaine: du chapitre 3 - partie 2 au chapitre 3 - partie 3
» [Rufin, Jean-Christophe] Le parfum d'Adam
» L'ENFANT OCEAN de Jean Claude Mourlevat
» [ Cycle de l'Ibis ]-> Quatrieme Partie ! Chapitre 2 !
» Semaine 1 : chapitre 1 à chapitre 7
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 144 - Visions, partie 2 :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 144 - Visions, partie 2
Message le Lun 29 Avr - 15:59 par Shion
La vision de Jeremiah est assez flippante...

Sinon, énorme indice sur Frédéric XD
avatar
Re: Chapitre 144 - Visions, partie 2
Message le Lun 29 Avr - 19:05 par Jezekiel
Tu n'imagines même pas son ampleur :p
Re: Chapitre 144 - Visions, partie 2
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 144 - Visions, partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 9 - un Monde selon Hitler-
Sauter vers: