Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 145 - la Croix Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

05052013
MessageChapitre 145 - la Croix Rouge

Terre 576 – Mystérieux château

Face à la cheminée, Adalheid chercha à tâtons une énorme croix gravée dans la pierre de la cheminée. A chacune de ses extrémités était sertie une pierre rouge sang, un rubis. Elle enfonça tout d’abord la pierre du haut, puis celle du bas pour continuer sur celle de gauche et enfin terminer par celle de droite. Elle venait d’effectuer un signe de croix … ce qui rappela l’appartenance des deux individus à la caste des Templiers. Le son d’un mécanisme se fit entendre puis un bruit sourd avant de voir la cheminée entière tourner sur elle-même et donner sur un long couloir ténébreux … qui s’éclaira soudainement.
Adalheid s’y engouffra sans crainte, suivie d’Heinrich puis d’Isaac pour qui la peur était une parfaite étrangère. S’étant assuré que tout le monde était bien passé, Heinrich appuya sur un bouton qui referma le passage.

Tandis qu’ils se déplaçaient dans le long couloir, Wade fut le premier à commencer à se réveiller.

« - Frau Roteskreuz, ils commencent à se réveiller ! » signala Heinrich.

Ils s’arrêtèrent donc quelques instants, leur laissant à tous le temps de se réveiller suffisamment pour se remettre en marche.

« - Putain de bordel de merde ! C’était quoi ça ? » demanda Wallace.

« - Bienvenue dans l’équipe, l’équipe où tout nous arrive sans que nous y comprenions quoi que ce soit ! D’ailleurs faudrait lui trouver un gentil p’tit nom doux à cette équipe ! » répondit Miles faisant semblant de ne pas avoir été affecté par ses visions.

« - Meine lieben freunde, vous avez fait l’expérience de mon don : le Träume Zeit. C’était le moyen le plus rapide de vous convaincre de mes capacités » leur dit alors Adalheid.

« - Vous voulez dire que nous avons vu notre … futur ? » demanda Frédéric.

« - Ah ben ça promet ! » ajouta Miles.

« - Comme tu le dis ! Mais que fait-on ici ? » demanda Wade.

« - Nos amis bienveillants de la Schutzstaffel ont pénétré le château durant votre Träume Zeit » répondit Adalheid.

« - C’est quoi encore ce truc ? » demanda Miles.

« - Les SS ! » répondit Frédéric.

« - Ça ne m’avance pas beaucoup plus ça ! »

« - Des ordures ! »

« - Mais pourquoi envahissent-ils votre demeure ? » demanda Frédéric.

« - Je suis devenue une persona non grata » répondit Adalheid avec un sourire.

« - Je dirais peut-être même plus une menace étant donné vos dons ! » ajouta Wade.

A ces mots, Heinrich regarda Wade, non avec colère car il avait manqué de respect à sa maîtresse, mais plus avec étonnement. Quant à Adalheid, elle se contenta de sourire. Puis elle tourna les talons et leur dit qu’ils n’avaient plus de temps à perdre.
A peine quelques secondes plus tard, ils entendirent un bruit sourd derrière eux. C’était la première fois que Frédéric, Wade, Miles, Jeremiah et Wallace l’entendaient … mais pas les trois autres. C’était la cheminée. Les SS avaient trouvé le mécanisme et l’unique combinaison leur permettant de l’ouvrir. Un éclair parcourut l’échine d’Adalheid en l’entendant. Tous s’arrêtèrent. Adalheid comprit rapidement ce qu’elle avait à faire. Elle sortit donc du petit étui accroché à sa ceinture une minuscule dague et s’entailla l’intérieur de sa paume droite. Du sang s’en écoula immédiatement puis elle se retourna vivement et prit tout le monde de court en produisant un éclair écarlate qui vint frapper Heinrich en pleine poitrine et le projeta à quelques mètres en arrière.
A terre, Heinrich se releva sans difficultés et brandit sa zweihander qu’il plaça tel un bouclier devant lui en travers.

« - Il faudra bien plus pour me tuer fräulein ! »

« - Pourquoi, Heinrich ? »

« - Vous êtes devenue une vieille bique, Frau Roteskreuz ! Vous avez plusieurs dizaines d’années de retard ! Le Grand Reich ne peut être arrêté aujourd’hui … et c’est à vous qu’on le doit ! »

« - De quoi parle-t-il ? » s’interrogea Frédéric.

« - J’étais bien jeune alors, naïve et … déjà aveugle. J’ai rencontré un charmant jeune homme et suis tombée sous le charme de son charisme. Je lui ai maintes fois fais bénéficier de mes talents pour qu’il accède à la réussite. Mais lorsque je me suis mise à douter de ce qu’il en faisait, je me suis permise de m’introduire dans sa vision. Ce que je vis alors me terrifia : des montagnes d’ossements noircis sous des nuages de cendres ... Depuis j’agis dans l’ombre aux côtés des Templiers pour les aider à mener des actions afin de l’arrêter … mais finalement ce sera vous la clef de ma rédemption ! »

« - On vous l’a déjà dit : on n’est pas là pour ça ! » rétorqua Miles.

« - Je le sais … mais vous serez amenés à la faire quand même … Vous trouverez ce que vous êtes venus chercher dans un bâtiment isolé à 300 kilomètres à l’est d’ici. Vous ne pourrez pas le rater … Partez maintenant ! » dit-elle en fermant les yeux.

« - Mais … et vous ? »

« - Ce qui peut m’arriver n’a plus d’importance désormais ! Je m’occupe de les empêcher de vous suivre ! »

Sans se faire prier, Wade, suivi de Miles et Isaac partirent les premiers. Frédéric, Jeremiah et Wallace hésitèrent quelques secondes avant de suivre leurs camarades. Se mettant à courir, ils disparurent rapidement de la vue d’Heinrich.

« - Ach ! Tu crois vraiment pouvoir m’empêcher de les rattraper ? J’ai tout de suite vu combien ils seront précieux pour le reich. Les recherches de Mengele feront un bond prodigieux avec de tels über soldats ! »

« - Heinrich, pauvre petit laquais. Je suis celle qui est aveugle mais c’est toi qui ne vois rien ! J’ai vu leurs Träume Zeit ! Ils sont bien plus que des über soldats ! Quant à t’arrêter … je ne vais pas m’en contenter … pour ta trahison, je vais te tuer, dusses-je y perdre la vie moi-même ! »

« - Ne me fais pas rire, vieille sorcière ! Avec quoi crois-tu pouvoir me tuer ? Ce BlutBlitz aussi décrépit que toi ? »

Adalheid changea sa petite dague de main et s’ouvrit la paume gauche en esquissant une petite grimace de douleur. Puis elle porta la lame au niveau de son ventre et se fit une large entaille. Sous les yeux d’Heinrich elle finit par porter la pointe à son front où elle fit une dernière entaille. Le sang se mit à ruisseler sur son visage. Elle venait de se faire un signe de croix à l’envers.

« - Je sais parfaitement qu’un BlutBlitz ne suffira pas à te tuer … en revanche une BlutKreuz te pulvérisera ainsi que la troupe de damnés qui s’approche ».

« - Nein ! Tu es prête à te suicider ? »

« - Si je me livre, on me tortura jusqu’à ce que j’accepte de vous faire profiter de mon pouvoir ou que j’en meurs. En revanche, si j’utilise mon ultime arcane, je laisse le temps à nos sauveurs de prendre de la distance et de vous emporter avec moi ! »

Le visage d’Adalheid devint rapidement rouge avec le sang qui ne cessait de lui couler dessus. Chose que l’on ne voyait pas mais le sang de sa lacération au ventre avait cessé de couler … vers le bas et remontait dorénavant le long de sa poitrine jusqu’au cou où il rejoignait le sang écoulé du front. Le long de ses bras, ses veines se gonflèrent, devinrent rouges avant d’exploser.
C’est alors qu’Adalheid rouvrit les yeux pour profiter de sa vue regagnée le temps d’un moment.

« - Ah ! Tu as bien vieilli Heinrich ! Que doit-il en être de moi ? »

Elle sourit une dernière fois avant que la croix de sang, la croix rouge, la Roteskreuz ne s’illumine et produise un puissant rayonnement. Tout son corps devint entièrement rouge avant que ce rayonnement ne se transforme rapidement en un flux d’énergie incommensurable. Cette énergie désintégra en un clin d’œil son ancien serviteur avant de se répandre dans le couloir ravageant tout sur son passage.
Elle explosa la première ampoule rencontrée et provoqua une surtension dans tout le réseau électrique de la demeure.
Tous ceux qui furent dans le tunnel à ce moment se demandèrent ce qui venait de se passer. Mais seuls les SS connurent la cause de cette coupure d’électricité. Plongés à peine quelques secondes dans le noir, ils virent une lumière rouge dans les tréfonds du souterrain devant eux.
A une vitesse hallucinante, cette lumière rouge grossit avant de les submerger sous une vague d’énergie sanglante qui les atomisa sans les faire souffrir trop longtemps … sûrement l’ultime regret d’Adalheid avant de succomber à son hémorragie.
Néanmoins la colossale énergie poursuivit son avancée jusqu’au château où elle explosa et pulvérisa l’antique demeure.

Quelques secondes plus tôt, alors que les lumières venaient de s’éteindre, le groupe de six hommes s’arrêta, étonné par cette soudaine coupure.

« - J’ai un mauvais pressentiment ! » déclara alors Frédéric.

« - Moi de même. Adalheid avait une expression bien singulière sur son visage » lui dit Jeremiah.

Tous se retournèrent et virent alors une puissante lumière envahir le couloir à plusieurs mètres de là.

« - Vous croyez qu’elle est … » demanda Wallace, n’osant pas finir sa phrase.

« - Si tel est le cas, elle avait ses raisons et l’a notamment fait pour nous permettre de poursuivre notre chemin ! » déclara Wade, froid.

Le silence régna quelques secondes entre eux avant que Frédéric ne reprenne la parole.

« - Wade a raison, poursuivons ! »

Il alluma une flammèche dans sa main droite pour permettre à Wallace de voir où il posait les pieds. Ils reprirent ainsi leur chemin en courant jusqu’à atteindre un escalier taillé dans la pierre. Ils le montèrent et après avoir ouvert la porte en bois qui se trouvait en haut, ils se retrouvèrent dans une écurie abandonné et délabrée … un endroit parfait pour y dissimuler une sortie secrète.
Frédéric sentit quelque chose de particulier dans l’air. Non pas l’odeur des bouses, du foin rance ou encore celle de la moisissure de la charpente … mais quelque chose qu’il ne connaissait que trop bien : le brûlé. Jeremiah fit un rapide tour sur lui-même et vit le château dans lequel ils étaient encore quelques minutes plus tôt en proie aux flammes. Tous l’observèrent quelque peu médusés. Et ce fut Wade qui fut encore une fois le premier à réagir. Il demanda à Isaac où se trouvait l’Est. Isaac le lui indiqua et tous se mirent en route pour leur prochaine destination. Bien évidemment, 300 kilomètres, à pied, allaient leur prendre plusieurs heures. Ainsi, c’est Jeremiah qui servit de transport en commun au groupe. Il les souleva par télékinésie et gagnèrent le fameux bâtiment en un peu moins de deux heures.
Ils ne savaient pas à quoi s’attendre comme bâtiment. En tout cas ils ne s’attendaient pas à se retrouver devant une usine.

________________________

A suivre dans "Ein Jahr"
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Naxoo soutient la Croix-Rouge
» Recherche brassard croix rouge modèle (ww2) Merci
» Croix rouge japonaise
» Moebius et la croix rouge
» La croix de fermeture de prog à disparue
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 145 - la Croix Rouge :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 145 - la Croix Rouge
Message le Dim 5 Mai - 21:13 par Shion
Je ne m'attendais pas à ce qu'Heinrich soit un traître.
 

Chapitre 145 - la Croix Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 9 - un Monde selon Hitler-
Sauter vers: