Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 153 - Vagabond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1012
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

30062013
MessageChapitre 153 - Vagabond

Terre 576 – Lieu indéterminé

Miles ayant pleinement repris le contrôle de son corps, il tenta de mettre à l’épreuve les dires de Nocturne … non sans une certaine appréhension. Ainsi il prit sa forme démoniaque un court instant avant de redevenir humain. Il répéta l’opération plusieurs fois en rallongeant la durée de transformation. A chaque fois, cela semblait le rassurer un peu plus jusqu’à ce qu’il décide d’aller de l’avant.
Puisque le démon en lui désirait l’aider, il l’interrogea sur la position de ses amis. C’est ainsi que Nocturne lui indiqua le lieu où se trouvaient Frédéric, Jeremiah, Wallace et Isaac dans un premier temps.

___________________

A plusieurs centaines de kilomètres de là

Entre Ankou et Wade se tenait une sinistre faucheuse dont se dégageait une puissante aura.
Wade était en train de réfléchir sur le moyen de l’affronter mais aucun ne semblait assez efficace pour en venir à bout. Qu’à cela ne tienne, il ne pouvait rester là à ne rien faire alors que la faucheuse commençait à avancer vers lui.
Enfouissant ses yeux au fond de ses orbites, Wade fit apparaître des vers pour qu’ils enserrent la faucheuse. Les voyant surgir du sol, celle-ci ne réagit pas et les laissa agir … et pour cause. A peine entrèrent-ils en contact avec elle qu’ils se rétractèrent plus vite qu’ils n’étaient sortis, comme si son simple contact les avait blessés.

« - C’est bien ma veine » pensa Wade.

Ayant bien observé ce que Ankou avait fait précédemment, il se concentra tant bien que mal malgré sa fatigue et fit apparaître pour la première fois des moineaux d’ébène. Ankou était tout comme lui et la faucheuse : un psychopompe. Alors s’il pouvait en invoquer d’autres de rangs inférieurs à lui, il n’y avait pas de raison que Wade n’y parvienne pas.
Mais il connut une nouvelle déconfiture lorsqu’il les lança sur la faucheuse. Bien loin de se replier, les moineaux se désintégrèrent sur la faucheuse qui n’avait pas réagi une nouvelle fois. Derrière la faucheuse, Ankou semblait sourire, comme s’il était amusé par les tentatives de Wade.
Ce dernier allait devoir passer à la vitesse supérieure et rapidement car son ennemie mortel n’avait cessé d’avancer durant tout ce temps. Wade déploya alors ses fils tranchants et les projeta de suite sur la faux de son ennemie. Les fils s’enroulant autour de l’arme, Wade projeta un feu azur particulièrement ardent sur la faucheuse durant plusieurs secondes.
Une fois les flammes dissipées, il fut surpris de la voir debout, immobile … et intacte. Pourtant il aurait dû s’y attendre. La faucheuse qu’il avait affrontée dans l’Érèbe n’avait pas été gênée non plus par cette attaque.
C’est alors que la faucheuse tira un coup sec sur son arme toujours empêtrée dans les fils acérés de Wade. Celui-ci fut tiré avec une telle violence qu’il se retrouva en l’air, au-dessus de la faucheuse. Réagissant promptement, il tendit le bras gauche vers elle comme s’il lançait quelque chose … mais rien ne vint à son grand désarroi. En effet, il avait voulu se servir de la chaîne infernale enroulée autour de son bras gauche depuis son affrontement avec Baalzephon. Cette chaîne répondait d’ordinaire à sa volonté quand elle ne la précédait pas. Mais aujourd’hui elle ne répondait pas. Elle choisissait bien mal son moment pour faire grève pensa-t-il en percutant le sol avec force.
En se relevant, il tenta une nouvelle fois de la lancer sur la faucheuse, mais encore aucune réaction. Comme pour la stimuler comme jadis, il l’enflamma de ses flammes bleues mais la réaction fut à l’opposé de ce qu’il attendait. Au lieu de se détendre et se projeter vers l’avant, la chaîne sembla se replier sur elle-même et lui enserra le bras douloureusement.
C’est alors que la faucheuse donna un nouveau coup sec sur son arme, faisant voltiger une nouvelle fois Wade avant de l’écraser contre le sol avec vigueur. Wade comprit que cela ne pouvait durer et tenta de dégager ses fils … mais la faucheuse tira dessus une troisième fois.
Finalement ce fut au bout de la cinquième que Wade parvint à se dégager. Il se servit de l’élan prodigué par le coup de la faucheuse pour s’en écarter davantage. Il se retrouva ainsi près d’Ankou … mais surtout près de sa carriole. La voyant du coin de l’œil, Wade l’observa un bref instant pensivement. Aussi proche d’elle, il pouvait ressentir l’énergie spirituelle qui s’en dégageait. Rien de plus normal puisqu’elle transportait les défunts jusqu’à l’autre monde. C’est alors qu’il tenta une chose. Il y puisa autant d’esprits qu’il le put avant de les envoyer telles des boules de feu sur la faucheuse. Comme celle de l’Érèbe, celle-ci contra chacune d’entre elles avec sa faux avec une habileté peu commune.
Alors qu’il tirait toujours plus de boules de feu, quelque chose intrigua Wade. Il sentait en provenance de la carriole une quantité d’énergie qui allait bien au-delà de celle que dégageaient les esprits. Il finit par comprendre que cela provenait de la carriole elle-même. Il tenta alors de la manipuler tel un esprit et y parvint avec un gros effort. Il l’enflamma et l’envoya derechef sur la faucheuse à la grande surprise d’Ankou. La faucheuse n’eut pas le temps de l’éviter et ne put contrer une telle quantité d’énergie. Elle laissa échapper un cri strident et déformé. L’endroit où elle se tenait n’était plus qu’un grand brasier azur au sein duquel on ne distinguait plus rien pendant plusieurs secondes.

Cet effort avait fini d’épuiser Wade qui n’en pouvait littéralement plus. C’était la première fois qu’il poussait ses capacités au-delà de ses limites et ce n’était pas son corps mais son esprit qui était épuisé. Même s’il semblait avoir vaincu la faucheuse, Ankou était toujours là, et il était plus que jamais à sa merci. Il se demandait ce qu’il allait bien pouvoir lui envoyer maintenant qu’il avait pulvérisé sa carriole. Il redoutait donc d’avoir à l’affronter directement maintenant.
C’est alors que, sortis de nulle part, Frédéric, Jeremiah, Isaac, Wallace et Miles apparurent.

« - Il est encore là l’autre grumeau ? Qu’est-ce que vous avez foutu tout ce temps ? Vous avez joué aux dés ou quoi ? » lui lança Miles.

« - J’aurais préféré, crois-moi » lui répondit Wade avec un sourire forcé masquant mal sa fatigue.

Soudain une forme sombre se redressa au milieu du brasier à l’insu de Wade. La faucheuse avait survécu et, sans se faire attendre, se jeta sur Wade qu’elle empala sur sa faux en un éclair. Celui-ci se mit alors à pousser un hurlement terrifiant. Tous furent tétanisés devant cette scène horrible et si brutale.
Soudain, deux très fins rayons de lumière rouge vinrent frapper la tête de la faucheuse. Celle-ci prit alors feu dans un brasier de flammes écarlates. Elle lâcha sa faux et disparut en un instant, complètement consumée.
Tous tournèrent leur regard vers l’origine de ce tir et virent alors un humain tout de rouge vêtu. D’après sa taille il s’agissait d’un homme. Il était chaussé de bottes d’un cuir rouge foncé. Il portait un pantalon rouge foncé et un long manteau cache-poussière qui masquait la majeure partie de son corps. Associée à cela, il avait sur la tête une longue et ample capuche qui retombait devant son visage et le masquait.

« - Cachez-moi ce regard que je ne saurais supporter ! … On dirait que je l’ai regardé trop ardemment ! » dit alors l’homme à la voix grave.

C’est alors que Jeremiah vit une chose particulière sur sa capuche : le tissu était tendu à deux endroits comme s’il reposait sur deux pointes. De son côté, Ankou se raidit. Manifestement il avait reconnu le nouveau venu.

« - Qui es-tu ? » lui demanda Frédéric.

« - Oh ? On se tutoie déjà, donc ? Il est vrai que vous ne me connaissez pas encore alors pour cette fois je vous pardonne votre impolitesse … mais faites bien attention à ne pas la reproduire » répondit l’homme sur un ton léger.

Il leva alors sa main droite jusqu’à sa capuche. La manche de son manteau glissa et laissa apparaître cinq énormes griffes blanches qui lui faisaient office de doigts. Il abaissa sa capuche et découvrit son visage qui n’avait rien d’humain non plus. Sa tête ne se résumait qu’à un crâne de gazelle avec des cornes tournées vers l’arrière. Il s’inclina alors et dit :

« - Vous pouvez m’appeler le Vagabond rouge pour le moment ».

Puis le vagabond orienta son regard vers Ankou.

« - Qu’attends-tu ? Dame Mort serait contrariée si tu ne saisissais pas l’occasion de me neutraliser pour un bon moment. Vois-tu j’ai dépensé le peu d’énergie qu’il m’était alloué pour abattre ta "carte maîtresse", c’est une occasion en or pour toi » lui adressa-t-il.

Ankou réfléchissait. Il fut surpris qu’il employa la même expression que lui pour désigner sa faucheuse. Cela lui laissait supposer qu’il les observait depuis un bon moment. Le vagabond était quelqu’un de particulièrement rusé mais aussi connu pour ses tromperies et autres supercheries. Même si sa véritable enveloppe était toujours retenue prisonnière, il se pouvait fort bien que l’avatar qu’il avait actuellement en face de lui contienne encore suffisamment de puissance pour l’éradiquer du multivers. Sa mort n’avait que peu d’importance pour lui-même … en revanche, que le vagabond soit intervenu en faveur de celui qu’il avait pour charge de tuer était une information qu’il devait rapporter à sa maîtresse … tout comme les capacités de sa cible qui s’était avérée avoir bien plus de ressources que soupçonnées de prime abord.

« - Malheureusement je ne suis pas de ces héros dont le nom doit rester gravé dans l’histoire pour avoir pourfendu telle ou telle créature et je me vois donc contraint de refuser votre invitation au combat ».

« - Chercherais-tu à m’offenser ? »

« - Bien loin de moi cette idée ».

« - Alors peux-tu me dire qui a parlé de me pourfendre ? Malgré cette forme, je reste celui que je suis ! »

« - Bien évidemment ! Mes plus plates excuses sire ! »

Ankou sentait que la conversation pouvait déraper à tout moment. Celui connu sous le nom de Vagabond Rouge n’avait que très peu de rivaux et ceux qui pouvaient tenter leur chance pour le tuer se comptaient sur les doigts d’une seule main.

« - Avec votre permission, je vais maintenant me retirer et cesser de vous importuner par ma présence ».

Le vagabond fit un geste de la main pour lui permettre de partir, chose que Ankou fit dans la seconde.
Depuis son arrivée, la chaîne qui enserrait jusque-là le bras de Wade se détendit complètement pour tomber au sol, inerte. Comme si elle avait voulu s’effacer et masquer toute trace de son activité. De son côté, Miles sentait que Nocturne était mal à l’aise en sa présence mais il ne parvenait pas à savoir pourquoi.
Après le départ d’Ankou, le vagabond remit sa capuche et se tourna vers le groupe, les observant silencieusement.

« - Je crois que nous vous devons des remerciements » dit alors Frédéric.

Le vagabond sembla alors sourire.

« - Je sens sur vous une odeur de rance … comme un démon que l’on aurait laissé pourrir dans une prison de pierre. Barbatos, n’est-ce pas ? »

« - Vous le connaissez ? » lui demanda Jeremiah.

« - Nul démon m’est étranger ! » répondit-il en illuminant ses yeux d’une lueur rouge et observant tout particulièrement la chaîne de Wade et Miles lui-même.

« - Vous pouvez disposer de Picollus comme bon vous semblera » ajouta-t-il après quelques secondes.

Tous furent surpris qu’il en fasse mention. Mais alors que Frédéric allait lui poser une nouvelle question, les yeux du vagabond s’illuminèrent et il disparut dans un flash de lumière rouge.

Le groupe de héros resta quelques secondes sans dire un mot, quelque peu déconcertés par l’intervention de ce fameux vagabond.

« - Bon ! Et si on reprenait la route ? » dit alors Miles qui semblait être le moins perturbé de tous.

Alors que tous acquiesçaient, Wade émit une réserve.

« - Si quelqu’un pouvait me retirer cette faux auparavant, j’apprécierais grandement ».

Effectivement tous avaient oublié que Wade avait été empalé par la Faucheuse. Ce fut Jeremiah qui lui vint en aide en lui retirant, non sans douleur pour Wade, la faux qui le transperçait de part en part. Alors que le vampire allait la jeter au loin, Wade l’arrêta, même s’il n’était pas trop sûr de lui-même. Il décida de la conserver car elle pourrait s’avérer utile par la suite. Avec la pointe de la faux, il fit un trou dans le dos de sa houppelande dans lequel il glissa le manche de la faux repliée.
Après quoi tous se dirigèrent vers le véhicule semi-chenillé qui les avait amenés jusque-là, Miles intervint une nouvelle fois.

« - J’ai un moyen de locomotion plus rapide ! » dit-il en souriant.

« - Tu es sûr de toi ? » lui demanda Frédéric.

« - Ouaip ! J’ai … fais la paix avec moi-même ».

« - Okay ! »

Miles les engouffra tous dans la matière noire et les fit réapparaître à plusieurs centaines de kilomètres d’ici dans les ruines d’une ancienne ville et à quelques mètres d’un cordon de sécurité formé par des nazis et dont plusieurs blitz squadron surveillaient l’accès.

_____________________

A suivre dans le chapitre 154 : Dans la gueule du loup !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Kenshin le vagabond - Les OAV
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 153 - Vagabond :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 153 - Vagabond
Message le Lun 1 Juil - 0:47 par Shion
Je me demandais comment Wade s'en sortirait, et je n'étais pas arrivé à cette conclusion ^^

Par contre, je ne suis pas surpris qu'il ait récupéré la faux au passage :XD:
 

Chapitre 153 - Vagabond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 9 - un Monde selon Hitler-
Sauter vers: