Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 154 - Dans la gueule du loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

07072013
MessageChapitre 154 - Dans la gueule du loup

Terre 576 – Lodz

Le groupe d’hommes se trouvait au beau milieu d’une ville dévastée par la guerre, par les hommes. Où que leur regard se posait, il n’y avait que des ruines fumantes à contempler.
Frédéric posa la main sur l’épaule de Jeremiah et lui fit signe de monter discrètement au sommet d’un des plus hauts bâtiments encore debout pour faire un repérage des lieux. Isaac l’accompagna en activant son camouflage optique.
Au sommet d’un bâtiment de quinze étages, Jeremiah eut une vue imprenable sur les alentours. Le lieu où ils se trouvaient n’était que ruines mais une autre partie de la ville semblait avoir été étrangement épargnée par les ravages de la guerre. Suivant un chemin de ronde qui semblait marquer la délimitation entre les deux sections de la ville, le vampire vit plusieurs Blitz Squadron. Avec la lumière du jour décroissante, ils devenaient particulièrement remarquables avec leurs bobines électriques, parcourues d’éclairs, qui leur servaient d’armes. Jeremiah demanda alors à Isaac de noter sur une carte leur emplacement et celui d’une vieille usine qui semblait désaffectée de l’autre côté de la ronde. Puis tous deux redescendirent rejoindre leurs compagnons.

« - Qu’as-tu vu ? » lui demanda Frédéric.

« - Il y a plusieurs soldats avec des armes électriques comme on en a déjà affronté à l’usine » répondit le vampire.

« - Je ne vois pas où est le problème ! » répliqua Miles.

« - Le problème c’est que même s’ils ne sont pas des dangers mortels pour nous, ils le sont pour Wallace ! » rétorqua Frédéric.

« - Pfff ! T’avais pas dis que tu ne serais pas un boulet, toi ? » adressa Miles à Wallace.

« - Ce n’est pas moi qu’on a dû porter parce que je me suis fais flinguer la jambe par une mine ! »

« - Suffit les chamailleries, oui ? » interrompit Frédéric.

« - Tu as vu un endroit par lequel on pourrait passer ? » demanda-t-il à Jeremiah.

« - A pieds, ça risque d’être dur. En revanche j’ai vu qu’une partie de la ville n’était pas en ruine et qu’il s’y trouve un grand bâtiment qui semble désert. J’ai demandé à Isaac de noter son emplacement pour que Miles puisse nous y transporter ».

« - Comme vous feriez sans moi ? » répondit le concerné en souriant.

« - Allez le robot, montre-moi ça ! »

Isaac afficha alors une carte holographique montrant les emplacements des points de départ et d’arrivée. Prenant ses repères durant de longues secondes, Miles prit une longue inspiration, se métamorphosa et engouffra tout le monde dans la matière noire.

Mais à peine eurent-ils franchi la moitié de la distance qu’ils se heurtèrent violemment à un obstacle invisible qui les expulsa de la matière noire. Une partie avait été épargnée des ravages de la guerre pour la bonne raison que cette partie avait été protégée par une barrière d’énergie invisible. Cette barrière avait été érigée au moment même où le pentagramme géant avait été achevé. Leur choc contre la barrière avait retenti comme un puissant coup de tonnerre et avait attiré l’attention de tous les Blitz Squadron à plusieurs kilomètres à la ronde. Les premiers d’entre eux ne tardèrent pas à se montrer et commencèrent à leur tirer dessus immédiatement, sans sommation. Rapidement, Frédéric, Wade et Jeremiah se détachèrent du groupe.
Sortant ses longues machettes, Frédéric courut droit sur ses cibles, évitant les tirs électriques de justesse. Mais cela ne dura que quelques secondes avant qu’il ne les décapite en les dépassant.
S’élevant dans les airs, Jeremiah attira l’attention de quatre autre Blitz Squadron. Levant les yeux pour le suivre du regard, les deux premiers ne s’aperçurent pas que Wade en avait profité pour leur foncer dessus. Quand ils s’en rendirent compte, c’était déjà trop tard. Wade les étranglait déjà avec ses fils tranchants. Seulement quelques secondes furent suffisantes pour qu’il traverse leur combinaison et ne les égorge.
Les deux autres blitz squadron, postés plus en arrière entendirent les gargouillis que produisaient leurs collègues égorgés. Ils reportèrent leur attention précipitamment sur Wade, permettant à Jeremiah d’atterrir dans leur dos. Il empala le premier sur sa machette avant de saisir par la nuque le second et de le réfrigérer drastiquement. Observant à quel rythme il était parvenu à le congeler, Jeremiah jugea que sa cryokinésie revenait lentement mais sûrement.
De son côté, Miles disparut dans la matière noire pour réapparaître derrière deux autres blitz squadron qui suivaient ceux que Frédéric venait de tuer. Il frappa avec une extrême violence celui de gauche qu’il envoya heurter la barrière d’énergie. Le choc retentit à nouveau comme un puissant coup de tonnerre. Sans s’appesantir sur celui-là, Miles empoigna la tête du second entre ses mains. D’un mouvement aussi sec que puissant il lui brisa la nuque.
Sachant qu’il n’aurait sans doute pas autant de chance que la première fois, Wallace ne se saisit pas de son fusil automatique mais de son lance-grenade et tira sur les deux dernier blitz squadron. Sa grenade explosa en pleine poitrine du premier et blessa le second mais sans le tuer. Sans attendre qu’il se relève, Frédéric se retourna et l’incinéra.
Mais déjà, Frédéric et Jeremiah entendaient que des renforts arrivaient.

« - Qu’est-ce qui s’est passé ? » demanda Frédéric.

« - On a heurté une barrière d’énergie ! » répondit Miles.

Mais ils n’eurent pas le temps de beaucoup palabrer que déjà des arcs électriques fusaient de plusieurs directions. Évitant les tirs autant que possible, ils reculèrent jusqu’à la barrière d’énergie. Isaac érigea alors un bouclier d’énergie qui les protégea efficacement des tirs nazis.

« - Une solution à notre situation devrait sérieusement être envisagée avant que mes batteries ne cessent d’alimenter ce bouclier » indiqua-t-il sur un ton qui ne laissait pas transpirer l’urgence de la situation.

« - On sort et on les bute tous ! » dit alors Miles sans réfléchir.

« - C’est qu’ils commencent à être un peu nombreux, là ! » répondit Wallace.

Sans dire un mot, Miles se métamorphosa, sortit du bouclier et s’exposa volontairement aux tirs électriques. Comme il l’avait prévu, les tirs étaient douloureux mais il sentait qu’il emmagasinait leur énergie. Toutefois il n’allait pas pouvoir en emmagasiner ad vitam aeternam. Se souvenant comment Nocturne avait chassé de leur corps les flammes spirituelles de Wade, il tendit les bras en avant et déchargea toute l’énergie amassée en deux puissants arcs électriques. Pas encore habitué à ce phénomène, le tir gauche vint frapper un bâtiment en ruine dans une explosion de fumée. Quant au droit il parvint, par chance, à frapper l’un des blitz squadron présent. Jusque-là les blitz squadron se focalisaient principalement sur le bouclier des cinq autres individus mais en voyant de quoi était capable Miles, tous se concentrèrent sur lui. Rapidement, ce fut de trop pour lui. L’énergie électrique qu’il recevait dépassait de loin ses capacités actuelles et il se mit à hurler sous la douleur. Les nazis ne cessaient de lui tirer dessus si bien que l’électricité inondait son influx nerveux et il ne parvenait plus à bouger, réagir, ni même simplement à penser. Miles n’étant plus d’aucune utilité, Nocturne prit le contrôle de son corps un bref instant afin de libérer toute l’énergie emmagasinée en une seule fois. Le corps de Miles s’éleva de quelques centimètres avant de libérer toute l’électricité accumulée sous la forme d’un dôme de tonnerre, le faisant ressembler à une lampe à plasma. Cette déflagration vida un instant les générateurs des armes nazies. La force mentale qu’il avait fallu à Nocturne pour faire cela fut telle qu’il tomba dans les vapes une fois toute l’énergie évacuée de l’organisme. Sans attendre, Jeremiah sortit à son tour pour récupérer Miles et le tirer sous le bouclier d’Isaac.
A peine cela fut-il fait que les générateurs des nazis se remirent en marche. Des arcs de foudre vinrent frapper à nouveau le bouclier d’Isaac.
Sous le bouclier, tous réfléchissaient activement à une solution pour se sortir de cette impasse. Face à eux se trouvait un peloton de blitz squadron tandis qu’ils étaient acculés à la barrière d’énergie. Leur seule chance serait de la franchir mais Frédéric se demandait comment cela pouvait être possible. Il se doutait fort bien que cette barrière entourait l’intégralité du pentagramme sur des centaines de kilomètres. Mais quelque chose clochait. S’ils avaient conçu ce pentagramme c’était dans un objectif bien précis et le fruit de cette réalisation se trouvait indéniablement en son centre. Comment les nazis pouvaient-ils en profiter s’ils ne pouvaient y pénétrer ? Et ceux qui étaient à l’intérieur ? Comment pouvaient-ils en profiter pleinement s’ils étaient cantonnés à ce pentagramme ? Il devait forcément y avoir un moyen de traverser cette barrière. Il rangea alors une de ses deux machettes.

« - Jeremiah, aide-moi s’il te plait ! »

« - Oui, que puis-je faire ? »

« - Est-ce que tu vois la barrière ? »

« - Non ! »

« - Regarde au sol, y vois-tu une démarcation comme entre du propre et du sale ? »

Le vampire regarda au sol et vit effectivement une telle démarcation. A l’extérieur de la barrière, les bâtiments étaient en ruines. Seules de puissantes explosions avaient pu causer de tels dégâts. Qui dit explosion, dit projection et les gravats projetés s’arrêtaient en très grande majorité au même endroit.

« - Ce doit être l’emplacement de la barrière. Guide mon bras ! » demanda-t-il en tendant le bras encore armé.

Avec assurance, Jeremiah tendit le bras de Frédéric et fit traverser la barrière à la lame de sa machette. Celle-ci traversa la barrière sans aucune résistance. Frédéric fit signe à Jeremiah que c’était bon et l’en remercia. Il retira sa machette et demanda à Wallace de tirer au même endroit avec son fusil.
Les balles du fusil explosèrent littéralement au contact de la barrière en produisant des coups de tonnerre à chaque fois. Frédéric commença à comprendre le fonctionnement de la barrière. Il ramassa alors une pierre qu’il jeta nonchalamment et sans force excessive à travers la barrière. Bien qu’il n’entendit pas de coup de tonnerre, il demanda tout de même une confirmation visuelle. La pierre avait traversé la barrière sans dommage.

« - Est-ce ce que je crois ? » demanda Wallace.

« - J’ai l’impression que cette barrière réagit en fonction de l’énergie cinétique des objets qui tentent de la traverser. Plus ils sont rapides et plus la barrière s’y oppose » expliqua Frédéric.

« - Et qui joue le rôle du cobaye ? » demanda Wade.

Sans dire un mot, Frédéric avança et traversa la barrière sans encombre.
Jeremiah se saisit de Miles, toujours inconscient, et tous deux traversèrent la barrière à leur tour. Wade les suivit à son tour sans réticence. Quant à Wallace, il agita le bout de son arme dans l’air pour être sûr qu’il pouvait passer en toute sécurité. Puis il traversa enfin. Isaac tenta de le suivre mais ne le put à cause de son bouclier d’énergie. Le seul problème est que s’il devait l’abaisser, il se prendrait des tirs électriques. Et même s’ils ne le mettraient pas de suite en danger, ils l’empêcheraient sûrement de traverser la barrière. Comprenant le dilemme du drone, Wallace reprit son lance-grenade. Il le sortit suffisamment à l’extérieur de la barrière pour tirer en cadence. Ses tirs désorganisèrent assez les blitz squadron pour permettre à Isaac d’abaisser son bouclier et de traverser la barrière sans être pris pour cible.

Une fois que tous eurent franchi la barrière, les blitz squadron cessèrent de tirer. Les deux factions se regardèrent en chiens de faïence quelques secondes durant. Les héros furent étonnés que les nazis restaient là, sans réagir. Finalement ils s’éloignèrent de la barrière.
De l’autre côté, dans la partie de la ville en ruines, les soldats allemands restaient quelque peu perplexes devant cet acte qu’ils jugeaient insensé.

« - Les schlass ! C’est l’enfer qu’ils vont trouver à l’intérieur » s’esclaffa l’un d’entre eux.

« - Peu importe ! Ce n’est plus notre problème ! » lui répondit un autre.

Après avoir fait un rapport à qui de droit, les blitz squadron se dispersèrent, retournant à leurs postes respectifs et laissant à des truffions le soin de s’occuper des morts.

A l’intérieur de la barrière, nos héros se dirigèrent de suite vers l’usine désaffectée que Jeremiah avait repérée le temps que Miles revienne à lui. Étant relativement proche, ils y furent rapidement à l’abri des regards indiscrets. Dans le bâtiment, ils constatèrent que l’usine avait été abandonnée depuis fort longtemps comme le démontrait l’épaisse couche de poussière qui se trouvait sur les machines. Wade et Jeremiah firent un rapide tour du propriétaire pour vérifier qu’elle était complètement abandonnée et qu’il n’y avait aucun squatteur d’aucune sorte. Ils choisirent de monter au premier étage afin de ne pas être surpris par une offensive éclair des troupes allemandes. A l’étage ils trouvèrent la salle à manger où les ouvriers venaient prendre un rapide repas avant de retourner à leur labeur. La salle n’était pas bien grande mais cela leur suffirait pour prendre un peu de repos. Ils établirent rapidement les tours de garde avant de prendre une collation que puisa Wallace parmi ses rations militaires.
N’ayant pas besoin de dormir outre mesure, ce fut Jeremiah qui prit le premier tour de garde. Il monta au dernier étage et sortit à l’extérieur en volant par une baie vitrée éventrée. Déployant ses ailes, il plana jusque sur le toit où il eut une vue imprenable sur cette partie de la ville. Ici les bâtiments étaient tous intacts. Toutefois la ville était comme figée dans le temps. Il semblait ne pas y avoir de vie. Rien ne bougeait, tout était silencieux.
Alors que l’obscurité envahissait les rues de la cité, aucune lumière ne s’allumait. N’y avait-il vraiment plus personnes ou bien se cachaient-elles avec la plus grande prudence ? Après tout, les nazis ne les avaient pas poursuivis de l’autre côté de la barrière. Il devait bien y avoir une raison. Jeremiah se disait qu’ils la découvriraient bien assez tôt. Pour l’heure c’était le temps du repos et si une menace s’approchait de l’usine où ils avaient pris refuge, il aurait tôt fait de les réveiller. En effet, sous ses pieds, dans l’usine, ses compagnons s’endormirent tant bien que mal afin de récupérer en vue de la journée de demain qui promettait sûrement sa dose d’épreuves.

________________________

Note 1 : Pour savoir à quoi ressemble une lampe à plasma : Click !

________________________

A suivre dans Chapitre 155 : la Meute !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Dans la gueule du loup aka forced to kill
» DANS LA GUEULE DU LOUP de Johan Bourret
» charançons dans une gueule de lion (loup)
» Tu veux ma main dans ta gueule ?
» La gueule du loup
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 154 - Dans la gueule du loup :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 154 - Dans la gueule du loup
Message le Lun 8 Juil - 15:52 par Shion
C'est pas idiot le coup de la barrière qui réagit à l'énergie cinétique ^^
avatar
Re: Chapitre 154 - Dans la gueule du loup
Message le Lun 8 Juil - 17:57 par Jezekiel
Alors là, j'avoue que ce n'est pas de mon invention.
C'est un clin d’œil volontaire et absolument avoué à Stargate SG-1 où les goa'uld avaient des champs de force personnels qui réagissaient de la même manière.
Jack O'Neill est arrivé à contourner ce problème en lui tirant dessus avec un arc plutôt qu'avec son fusil mitrailleur ... même si une flèche est assez rapide à mes yeux et que le bouclier aurait dut l'arrêter. Mais ce n'est que mon avis ^^
avatar
Re: Chapitre 154 - Dans la gueule du loup
Message le Jeu 11 Juil - 16:48 par Shion
Ah oui, effectivement je n'y pensais pas... Surtout que je m'étais fait la même réflexion que toi quant à la flèche XD
 

Chapitre 154 - Dans la gueule du loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 9 - un Monde selon Hitler-
Sauter vers: