Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 155 - la Meute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

14072013
MessageChapitre 155 - la Meute

Terre 576 – Lodz

Bien que Wade affirmait être en état pour assurer le second tour de garde, il finit par somnoler et s’endormir à son tour. Manifestement il ne connaissait pas très bien ses limites pensa Jeremiah lorsqu’il ne le vit pas arriver à l’heure prévue. Mais c’était un tout autre problème que connaissait Wade. Tout comme son organisme ne lui transmettait qu’épisodiquement les signaux douloureux, son énergie fluctuait également. Ne ressentant pas la fatigue physique habituellement, elle pouvait toutefois l’accabler par moment … surtout s’il avait dû fournir un effort particulier … comme ce fut le cas contre Ankou.
Mais cela ne dérangea pas Jeremiah le moins du monde. Les vampires n’avaient à proprement parler pas besoin de dormir mais seulement de récupérer physiquement. Habituellement la lumière du jour contraint énormément les vampires qui doivent s’en cacher. Restreignant grandement leurs champs d’actions, la plupart d’entre eux se contentaient d’attendre le coucher du soleil dans une position allongée, simulant un semblant de sommeil … mais ce n’était là qu’un reliquat de leur humanité perdue et cela s’apparentait plus à une sorte de méditation inconsciente.
Ainsi, donc, Jeremiah pouvait très bien tenir un tour de garde tant qu’il pouvait laisser son corps se reposer dans une position relativement confortable. Il avait donc choisi de s’asseoir sur le bord de la plus haute cheminée de l’usine. Bien que le silence de cette ville morte était apaisant, la vigilance de Jeremiah resta intacte et il veilla ainsi toute la nuit, laissant ses camarades dormir tout leur soûl.

Plusieurs heures plus tard, le soleil réapparut à l’Est, ses rayons envahissant les rues et ruelles de Lodz rapidement. Tout comme la nuit avait été calme, la journée promettait d’être mouvementée comme le fit comprendre un curieux chant du coq … ou plutôt un terrible hurlement qui se répercuta avant qu’on ne lui réponde à de multiples endroits de la ville fantôme … qui n’était pas si déserte que ça.

Au premier étage de l’usine, tous se réveillèrent en sursaut au son de ce hurlement. Regardant autour d’eux avec empressement, ils se rendirent vite compte qu’il n’y avait pas de danger immédiat.

« - Où est Jeremiah ? » demanda Miles.

« - Qui a pris sa relève cette nuit ? » interrogea Frédéric.

« - Je … C’est moi qui aurait dû le relever … » répondit Wade, quelque peu embarrassé d’avoir succombé à la fatigue.

« - Le sommeil réparateur est nécessaire à chacun » déclara Isaac.

« - Ouais, et Jeremiah alors ? » rétorqua Miles.

« - Les vampires n’ont pas les mêmes besoins physiologiques que vous autres. De plus, il est resté conscient toute la nuit au sommet de la plus haute cheminée. Ce n’est qu’au son de ce hurlement qu’il a quitté son poste » informa Isaac.

Qu’est-ce qui était le plus dérangeant ? Le fait que Jeremiah disparaisse aussi brutalement ou qu’Isaac semblait les surveiller à chaque instant ?
Mais cela ne préoccupait pas Miles qui se téléporta immédiatement sur le toit de l’usine. Il rechercha le vampire de longues minutes avant que celui-ci ne pose le pied en silence sur le toit à quelques mètres derrière lui.

« - C’est moi que tu cherches ? » demanda-t-il avec un sourire.

Miles sursauta en entendant sa voix.

« - ‘tain, t’étais passé où ? »

« - Je suis parti reconnaître les lieux et surtout ce qui a poussé ce hurlement. Ça vous a réveillé ? »

« - Et comment veux-tu que ça ne nous réveille pas ? Tu parles d’une sonnerie agréable ! »

« - Descendons, notre journée risque d’avoir son lot de surprise » déclara Jeremiah.

Miles opina et les transporta tous les deux à l’intérieur.
Une fois tous réunis, le vampire leur fit part de sa découverte.

« - Cette partie de la ville n’est pas aussi déserte qu’on pouvait le croire. Elle est peuplée de Kräftig qui errent dans les rues ».

« - C’est pas un problème ça ! On avance, on dézingue ceux qu’on croise et on continue ! » répondit Miles.

« - Ça ne va pas être aussi simple. Ils sont nombreux et semblent se déplacer en meutes » rétorqua Jeremiah.

Ayant déjà affronté d’autres dangers, ce n’étaient pas des meutes de Kräftig qui allaient les effrayer. En revanche, la prudence et la discrétion seront de rigueur. Inutile de s’épuiser inutilement alors qu’ils peuvent traverser la ville discrètement.
Pliant rapidement bagages, ils sortirent de l’usine en direction du centre de ce satané pentagramme. A l’extérieur, ils prirent soin de se déplacer dans l’ombre des ruelles, tentant de contourner au possible les Kräftig qui avaient pris possession de la ville. Les sens de Frédéric et Jeremiah, ainsi que les capteurs d’Isaac furent mis à rudes épreuves. Après une heure de marche, les deux hommes devinrent indécis quant à la rue à prendre. En effet, il semblait qu’ils s’étaient rapprochés d’un groupe de Kräftig et les traces olfactives étaient trop enchevêtrées pour que Frédéric puisse déterminer où chacun d’eux se trouvait.

« - Permettez-moi de vous aider ! » dit alors à voix basse Isaac.

Il créa un hologramme en trois dimensions qui ne se résuma qu’à une surface plane dans un premier temps. Puis une onde fut représentée qui dessina un premier contour des bâtiments. Rapidement une seconde la suivit qui affina ces traits et commença à représenter la présence des créatures dans les rues. D’habitude, Isaac créait une carte holographique grâce à ses observations visuelles mais cette fois c’était différent. Il utilisait un système d’écho sonar qui émettait une onde sonore au-delà des perceptions humaines mais que Frédéric percevait grâce à ses facultés canines. Et cela n’était pas sans le déranger car s’il pouvait les entendre, qui sait si ces créatures génétiquement modifiées qu’étaient ces Kräftig n’en étaient pas capables.
Il lui demanda donc d’arrêter de suite car il trouvait cela dangereux. Juste avant qu’il n’arrête son sonar, la carte montra qu’un Kräftig avait changé sa direction. L’avait-il entendu ? Ils ne purent le savoir dans l’instant car la carte avait besoin du sonar pour s’actualiser.
Néanmoins, après quelques secondes, Frédéric et Jeremiah entendirent ses pas lourds se rapprocher. Le sonar n’avait pas émis assez longtemps pour permettre à la créature de déterminer l’endroit exact d’où cela provenait si bien qu’elle approchait maintenant d’un pas hésitant, humant l’air pour tenter de sentir quoi que ce soit et remonter la piste comme le ferait une bête sauvage en quête de nourriture.
Frédéric se positionna en tête du groupe et se retourna vers ses amis. Il plaça son index droit devant sa bouche pour leur signifier de n’émettre aucun son. Puis il tendit sa main à plat pour leur dire de rester là.
Il tourna à l’angle de la rue, en direction du Kräftig. Tous entendirent alors un râle et les lourds pas de course de la bête … qui s’arrêtèrent rapidement. C’est alors qu’ils virent la tête du Kräftig rouler au sol devant eux. Frédéric revint vers eux en rangeant ses machettes dégoulinantes de sang.

« - On ne ferait pas mieux de passer par les toits ? » râla Miles

« - On serait alors bien plus visibles et on ne serait pas pour autant à l’abri de ces bestioles qui peuvent nous y rejoindre d’un seul bond » rétorqua Frédéric.

Ils reprirent alors leur marche le long des rues. A peine quelques minutes plus tard, ils entendirent un puissant cri, comme une sorte de ralliement. Ils en étaient tous persuadés, ce cri provenait de la rue où Frédéric avait tué le Kräftig. Ils pressèrent alors le pas. Mais rapidement d’autres cris se rallièrent au premier. Plusieurs Kräftig s’étaient regroupés … sûrement l’une des meutes dont Jeremiah avait fait mention au petit matin. Soudain les cris se firent moins puissants mais semblèrent se rapprocher. La meute s’était lancée à leur poursuite pour venger la mort d’un des leurs. Chaque Kräftig ne cessait de communiquer avec ses semblables au fur et à mesure qu’ils remontaient les rues.

« - Okay ! L’heure n’est plus à la discrétion ! Sur les toits, vite ! »

« - Tu veux te battre contre eux là-haut ? » demanda Miles.

« - Non ! Le temps qu’on en vienne à bout, une autre meute sera alerté. Il faut se barrer au plus vite et les toits sont devenus une option envisageable ».

Se changeant en loup, Frédéric grimpa par ses propres moyens jusque sur un toit. Wade, Miles et Isaac y grimpèrent par leurs propres moyens tandis que Jeremiah souleva Wallace par télékinésie. Le vampire releva dès lors Frédéric de la position de tête et tous le suivirent de toit en toit..
Ayant été créés principalement pour traquer, les Kräftigs, une fois lancés, s’avéraient de formidables coureurs de fond. C’est ainsi que les plus rapides d’entre eux ne tardèrent pas à les apercevoir bondissant de toit en toit. Ils bondirent sur les toits à leur tour, les suivant non plus à l’odorat mais en visuel dorénavant. En contrebas, les retardataires suivaient leurs "frères" dans les rues.
Étant donné le vacarme de cette cavalcade, tous s’aperçurent rapidement qu’ils étaient suivis. Lorsque Miles s’en rendit compte, il se métamorphosa inconsciemment en démon, prêt à en découdre. Mais le toit sur lequel il atterrit ensuite ne supporta pas son poids et il passa à travers.
Malgré la meute qui se rapprochait à grande vitesse, tous s’arrêtèrent pour aider Miles s’il en avait besoin.

« - Miles ! Ça va ? » demanda Frédéric.

« - Ouais ! Ne m’attendez pas, je vous rejoindrais d’un … »

Miles s’interrompit en se rendant compte où il était tombé. Il était passé à travers le toit et le grenier d’une maison à deux étages qui devait être autrefois tout à fait accueillante. Mais aujourd’hui elle servait surtout de refuge pour une autre meute de Kräftigs. Ces derniers ne s’étaient pas encore réveillés, chose à laquelle avait remédié l’intrusion fracassante de Miles.

« - BARREZ-VOUS ! » cria-t-il alors que des silhouettes massives se dressaient tout autour de lui.

« - IL EST HORS DE QUESTION QU’ON TE LAISSE ! » rétorqua Frédéric qui sortait déjà ses deux machettes.

Jeremiah le retint d’une main sur l’épaule pour lui signifier que la première meute se rapprochait. Rappelé à cette réalité, les pensées de Frédéric se bousculaient dans son esprit.

« - Jeremiah ! Wade ! Emmenez Wallace ! »

« - Non mais ça va pas ? Je peux me défendre ! » répondit le militaire qui sortit son lance-grenade.

« - … »

Frédéric réfléchissait encore lorsque des bruits de combat commencèrent à monter de la maison où Miles était tombé. Face à eux, l’autre meute s’était immobilisée à trois toits d’eux avec entre eux la maison où Miles se battait.
A l’intérieur, c’était un véritable chaos. Miles ressemblait à un véritable colosse qui n’avait rien à envier aux Kräftigs qu’il affrontait à jeu égal en utilisant la force nouvellement acquise de Nwa. Non, en vérité, la force actuelle de Miles surpassait de loin celle des Kräftigs. Il les repoussait un par un, leur infligeant de puissants traumatismes à chaque coup.
Le vacarme monta aux oreilles de la première meute. Ces Kräftigs là semblaient désorientés, ou plutôt indécis. Ils désiraient tout aussi ardemment tuer ceux qu’ils avaient en face d’eux que ceux qui se trouvaient dans cette maison. Finalement ils s’élancèrent et s’engouffrèrent dans la maison. Leur intrusion détourna l’attention des occupants sur eux. Immédiatement les deux meutes s’affrontèrent à corps perdus. Il y en avait bien un ou deux qui venaient s’en prendre à Miles, mais ils le regrettaient aussitôt.
Frédéric franchit le toit qui le séparait de la maison et passa la tête par l’ouverture. Il siffla un coup pour attirer l’attention de Miles malgré ce brouhaha. Ce dernier le vit par l’ouverture béante du toit et comprit qu’il devait saisir cette chance pour sortir de cette demeure. En un clin d’œil il se téléporta sur le toit.
Rejoignant les autres sur le toit où ils étaient restés, Miles les prit avec lui avant d’effectuer une série de bonds spatiaux aussi rapides que courts. En effet, il ne prenait pas le temps de beaucoup observer les environs avant de les transporter et les éloigner vite et loin de ces deux meutes. Mais cela eut un prix, Miles montra rapidement des signes de fatigues et il dut s’arrêter après avoir franchi près d’une centaine de kilomètres.
Ainsi, en quelques secondes, ils avaient quitté Lodz et avaient gagné la banlieue de Radom.

« - Ça va aller ? » demander Wallace à Miles, le voyant essoufflé.

« - Ouais … ouais, laissez-moi … deux minutes … pour me reprendre »

« - Et la journée ne fait que commencer ! » dit Frédéric.

Jeremiah resta sur le qui-vive tandis que Miles reprenait son souffle. Après quoi, Isaac leur indiqua la direction à prendre et ils partirent à pied en direction de Radom.
Ils ne tardèrent pas à passer à côté d’un petit bois sur leur gauche. En entendant différents grognements, ils comprirent que leur présence n’était pas passée inaperçue. Des silhouettes massives commencèrent à se dessiner entre les arbres. Lorsque les premières d’entre elles sortirent du bois pour s’exposer au plein jour, ils comprirent qu’une autre meute de Kräftigs avait élu domicile dans ces bois et était particulièrement territoriale … ou affamée.
Malgré sa fatigue, Miles se métamorphosa à nouveau en démon. C’est alors que Wallace, en ayant marre d’être la cinquième roue du carrosse, tira plusieurs grenades avec son lance-grenades. Les explosions désorganisèrent la meute, tuant ou blessant plusieurs de ses membres. Wallace continua de tirer jusqu’à être à court de munitions.

« - On profite du chaos provoqué par Wallace pour se barrer ! » déclara Frédéric.

Tous reprirent leur route en petites foulées vers Radom. Mais leur répit ne fut pas long. La meute s’étant rassemblée s’élançait à leur poursuite dorénavant. Le groupe d’hommes se mit à courir comme des dératés. Ils arrivèrent rapidement en vue d’un cimetière avec muret. A l’intérieur, la corpulence des Kräftigs allaient être gênée par les différentes pierres tombales et mausolées, ce qui les ralentirait indéniablement. Sous la conduite de Jeremiah, ils s’orientèrent donc tous vers ce lieu de repos éternel. Jeremiah, Frédéric et Wade passèrent par-dessus, tandis que Miles, agrippant Wallace, fit un très court bond spatial pour se retrouver de l’autre côté.
Courant parmi les rangées de pierres tombales ils entendirent soudainement les Kräftigs crier de colère, de frustration. Tous s’arrêtèrent et virent quelques Kräftigs juchés sur le muret. Ils s’agitaient sans le dépasser. Ils arrachaient quelques briques pour les leur lancer mais ne les poursuivaient plus. Personne ne comprit pourquoi ils s’étaient arrêtés ainsi à ce muret. Les cimetières leurs faisaient-ils peur ou était-ce autre chose ?
Observant autour d’eux ils comprirent alors ce qui les arrêtait. Les morceaux épars et décomposés d’une demi-douzaine, au bas mot, de cadavres de Kräftigs étaient répandus à travers le cimetière, mélangés à des cadavres humains. C’était comme s’il y avait eu une terrible bataille qui avait vu la défaite des colosses albinos et qui devait marquer la limite de leur territoire.

« - Ainsi ces saloperies connaissent la peur » déclara Miles

« - Je n’ai pas trop envie de savoir ce qui peut les effrayer … mais faut qu’on avance » répondit Frédéric.

Guidés par Jeremiah, ils reprirent leur marche en direction du centre-ville de Radom.

________________________

A suivre dans le Chapitre 156 - la Horde
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Chapitre audio La Meute par le FFF : Après l'heure, c'est plus l'heure
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 155 - la Meute :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 155 - la Meute
Message le Lun 22 Juil - 15:57 par Shion
Zut, j'avais zappé un chapitre...

C'est rare que Wade montre des faiblesses, dis donc ^^
 

Chapitre 155 - la Meute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 9 - un Monde selon Hitler-
Sauter vers: