Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 193 - Perdus dans l'espace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

06042014
MessageChapitre 193 - Perdus dans l'espace

Terre 6354 – Unicorps – Quelques jours auparavant

Afin d’enquêter sur la mystérieuse disparition de la Terre 576, l’Unicorps y envoya la Force d’Intervention BlackHole. BlackHole était spécialisée dans les missions spatiales, aussi bien exploration que combat. Équipée comme pour une sortie extravéhiculaire, ses membres franchirent le portail en combinaisons spatiales autonomes. Procédant à de multiples relevés durant des heures qui semblèrent interminables, ils finirent pas revenir au siège.
Leurs mesures furent probantes puisque non seulement ils relevèrent les tracent de tous les vortex dimensionnels ouvert depuis leur propre Terre mais également des traces du vortex singulier que la Force Holmes avait relevé chez eux.

Les relevés furent transmis aux équipes d’ingénieurs qui les décortiquèrent avec minutie, non, avec pointillisme afin de leurs faire cracher le moindre de leurs secrets. Rapidement, en croisant les données des forces BlackHole et Holmes, ils conclurent que les énergies créatrices du vortex inconnu ressemblaient étrangement à celles qu’utilisent les anges pour se déplacer d’une dimension à une autre.
Avec l’aide de l’un d’entre eux, ils parvinrent à calibrer leur module de recherche et à définir les vecteurs primaires … et secondaires du vortex inconnu. En effet, ils conclurent que le vortex avait été dévié durant son ouverture vers une autre destination.

Malheureusement, ils firent chou blanc durant les jours qui suivirent. Cette piste menait directement à ce qu’ils nommèrent un "cul-de-sac dimensionnel". Une aberration que personne n’avait encore jamais observée … et dûe au Nexus des Genetech. Le dispositif empêchait quiconque de s’échapper de cette dimension sans autorisation mais également d’y pénétrer.
Plusieurs jours durant ils furent tenus en échec lorsque soudain une distorsion parcourut le tissu même du multivers depuis ce fameux cul-de-sac. Un nouveau phénomène inédit qui sembla dissoudre l’aberration et donna par la même occasion accès à la dimension 45026, la dimension des Genetech. Au même instant, ils détectèrent des myriades de voyages dimensionnels tout azimut provoquant un chaos d’informations inextricable ; bien trop pour que les ordinateurs de l’Unicorps puissent calculer tous les vecteurs. Ils tombèrent en rade et ne purent être relancés que deux jours plus tard.

Les ingénieurs durent admettre leur échec face à cette situation extraordinaire. Bien que le nombre de signaux fasse penser que la population de toute la planète avait été évacuée, ils y envoyèrent tout de même une sonde en éclaireur. Les premiers relevés firent penser à la Terre 3012, celle du Control Hive, mais à un stade incomparable. Ils eurent la confirmation peu de temps après que les autochtones étaient hostiles lorsque la sonde fut mise hors service. Les dernières images montraient un être synthétique parcouru d’électricité.
Toutefois, la sonde eut tout de même le temps de procéder à une estimation des formes de vie organiques. Ils déduisirent de ce chiffre nul que leurs hommes faisaient partie des multiples voyageurs. Fallait-il les retrouver maintenant.
__________________

Terre 1643 – Espagne

Le soleil baissait lentement dans le ciel hispanique donnant une couleur ambrée au paysage. Il donnait l’impression de s’immerger dans l’Atlantique tout en disparaissant sous la ligne d’horizon. Au large de la côte occidentale de la péninsule ibérique reposait l’épave d’un antique galion espagnol. Éventré et gisant sur le côté telle la carcasse d’une baleine. Il était battu par les vagues en de grandes éclaboussures d’écumes. Ce décor presque mélancolique fut soudainement dérangé par une puissante déflagration de lumière. La lumière dissipée laissa la place à un individu. L’homme n’était autre que le pirate Cervantes de Leon. Il y a quelques secondes, il était encore sur le monde Genetech, à combattre avec fureur tous ceux qui se dressaient sur son chemin. Bien qu’il soit immortel, il n’admettrait jamais que les combats qu’il avait menés l’avaient quelque peu épuisé. Sa vue se réadaptant après ce flash de lumière, il reconnut de suite son ancien navire. Celui qui l’avait téléporté lui avait donc fait franchir le voile des dimensions pour le rapatrier dans sa dimension d’origine. Un sentiment de nostalgie le parcourut un bref instant, juste avant de sentir une autre présence.

Brandissant ses épées, il se retourna vivement face à l’intrus. Face à lui se dressait une jeune femme d’apparence frêle et aux longs cheveux blonds. Elle était vêtue très simplement : une toge d’inspiration grecque, des bottes et des protèges avant-bras mais surtout elle brandissait avec détermination un glaive et un petit bouclier rond et bleu sur lequel était représenté un signe étrange et doré.

« - Je me nomme Sophitia Alexandra et par ordre du vénérable Héphaïstos, je suis venu défaire le mal incarné que tu es ! »

Cervantes conserva le silence un bref instant avant d’afficher un large sourire dévoilant ses dents.

A quelques kilomètres de là, une ninja en tenue fuchsia, se rapprochait en se faufilant à travers les plaines.
__________________

Univers 1977

La planète Bejita était une planète aux allures futuristes. Ses bâtiments étaient tous blancs et tout aussi grands qu’effilés, se finissant par des bulbes ou disques d’habitation. A quelques kilomètres de la capitale, une déflagration de lumière aveuglante tapissa les moindres recoins d’un chaos rocheux avant de s’estomper et de laisser apparaître le saiya jin Pikurusu.
L’homme mit un peu de temps avant d’adapter sa vue à la clarté éblouissante du soleil en plein midi. Une fois fait, il tapota sa ceinture à la recherche du scaouter qui y était attaché. Il chaussa ce monocle futuriste au verre bleu et l’alluma en appuyant sur l’unique et inratable bouton rouge sur le côté.
L’appareil s’activa et en un instant  lui indiqua sa position sur la planète. Comme si l’appareil était une extension naturelle de son corps, il se fia à lui pour s’envoler et s’orienter vers le regroupement le plus massif de forces de combat, autrement dit la capitale.

Quelques minutes lui suffirent pour franchir les kilomètres. Son arrivée fut immédiatement détectée et non considérée comme une menace. Il posa le pied sereinement sur l’une des plateformes d’atterrissage, où deux soldats l’attendaient.

« - Hyokomame ! Zukkîni ! Vous n’allez jamais croire ce qui m’est arrivé ! » s’esclaffa Pikurusu.

« - On te croira lorsque tu auras été te laver, babouin ! » rétorqua le dénommé Hyokomame en voyant dans quel état de crasse il était et sentant l’odeur nauséabonde qu’il dégageait.

Pikurusu s’inspecta quelques secondes avant d’admettre qu’il aurait effectivement besoin d’une douche. Il se mit donc en direction des douches tout en réfléchissant par quel bout il allait prendre son histoire.
C’est alors qu’un autre saiya jin fit irruption dans le couloir où il était.

« - DÉGAGE ! » lui cria-t-il dessus en le bousculant et le faisant tomber sur le côté.

Bien que sa fierté saiya jin lui dictait de se relever et de défier son agresseur, il n’en fit rien. Il l’avait reconnu et savait qu’il ne valait mieux pas se frotter à lui, ou à tout membre de son équipe. Bardock n’était pas réputé pour avoir un caractère facile … en même temps quel saiya jin n’était pas dans ce cas ?

A peine quelques minutes après, alors que Pikurusu atteignait les douches, les vitres des couloirs laissèrent passer une intense lumière orange. Pikurusu s’arrêta pour voir ce que c’était. Il eut tout juste le temps de comprendre qu’il s’agissait d’une titanesque boule d’énergie que déjà elle heurtait la planète Bejita et la pulvérisait en mille morceaux.

________________

Terre 588 – Italie – Sicile

La Sicile était belle à cette époque de l’année … comme à peu près à toutes les époques d’ailleurs. Le soleil couchant faisait étinceler la mer Méditerranée comme si ses vagues charriaient des multitudes de diamants. Là, à Tritoni, au sud de Trapani, face à l’île de Favignana, la plage était déserte. Quoi de plus normal en hiver ? C’était une aubaine pour Kapteyn. Personne n’avait vu son apparition dans ce puissant flash de lumière.
L’homme était éreinté après avoir subi tant d’épreuves et avoir donné tout ce qu’il avait pour détruire le Nexus. Il se demandait où il était lorsqu’il se souvint que le prisonnier de la machine leur avait dit de rentrer chez eux. Il ferma alors les yeux et se concentra. Quelques secondes après, il les rouvrit, le sourire aux lèvres.

« - Je ressens le cosmos bienveillant d’Athéna » dit-il simplement.

« - Qu’est-ce que le cosmos ? » lui demanda soudainement une voix qui ne lui était pas inconnue.

Il se retourna vivement pour reconnaître le drone qui avait accompagné ses compagnons de galère.

« - Que … Qu’est-ce que tu fais ici ? Les autres sont aussi ici ? » lui demanda Kapteyn.

« - Les données sont insuffisantes pour répondre à l’une ou l’autre de ces questions. Tout ce que je sais c’est que nous avons été expulsés de la dimension 45026 par le Liquaï ».

« - 45026 ? Il y a combien de dimensions en tout ? »

« - Le chiffre est en constante augmentation et donc impossible à déterminer ! »

« - Et pourquoi tu as échoué dans ma dimension ? »

« - Je suppose que le liquaï a tenté de tous nous renvoyer dans nos dimensions d’origine mais … pour une raison … inconnue, cela a échoué avec moi. Comme je me trouvais le plus proche de toi, j’ai dû être pris dans le même vortex ».

« - Je … je ne sais pas trop quoi faire. Il faut que je demande conseil sur la marche à suivre … mais je ne peux pas te laisser ici. Ton apparence soulèverait bien trop de question ».

« - Si ce n’est que ça ! »

A ce moment, Isaac se débarrassa des morceaux de carcasses de Spark et s’enveloppa d’un hologramme afin de passer pour un humain normal. Cette manifestation surprit quelque peu le silver saint mais il n’était plus à ça près depuis son excursion forcée dans une autre dimension.

« - Nous devons nous rendre au Sanctuaire ! Accroche-toi ! »

Kapteyn passa son bras sous l’aisselle d’Isaac avant de procéder à un formidable bond spatial jusqu’en Grèce.
Arrivés à Athènes, Kapteyn et Isaac pénétrèrent dans une boutique tout à fait banale. Son propriétaire reconnut de suite en Kapteyn un saint d’Athéna malgré son armure en piteux état. Sans attendre, il partit chercher une houppelande suffisamment longue pour masquer complètement son identité. Kapteyn ne manqua pas de le remercier avant de sortir et de poursuivre son chemin avec Isaac. A Athènes, il existait nombre de commerçants et civils qui connaissaient l’existence du Sanctuaire et leur dévouement au maintien de la paix planétaire. Ainsi, dès qu’ils pouvaient rendre service à l’un de ses représentants, ils n’hésitaient pas à le faire.
Quelques minutes après avoir quitté le commerçant, ils quittaient la ville et sa banlieue pour arriver devant un massif montagneux et un chemin étroit qui montait presque à pic. Nul doute que le premier venu était bien incapable de suivre ce sentier périlleux. Il leur fallut plus d’une heure pour enfin apercevoir ce fameux Sanctuaire. A première vue, il s’agissait d’une reconstitution d’une ville grecque antique. Mais à bien y regarder, Isaac comprit rapidement qu’il n’en s’agissait pas d’une.
Autour de lui, des soldats s’entrainaient au combat, lorsqu’ils n’étaient pas d’astreinte de ronde.

« - Où vas-tu ainsi avec cet inconnu, Kapteyn ? » l’interpella une voix féminine.

L’homme tourna la tête pour reconnaître la jeune femme portant une armure violette.

« - Je dois quérir conseil auprès d’Athéna, Shaina-san ! » lui répondit-il en se courbant en deux après avoir ôté sa houppelande.

« - Tu peux y aller mais pas ton ami ! »

« - Je me dois d’insister ! »

« - Personne d’extérieur au Sanctuaire n’est autorisé à rencontrer Athéna ! Il reste ici pendant que tu iras la voir ! »

Kapteyn fronça les sourcils et ferma les yeux. Il poussa un long soupir avant de reprendre sa marche.

« - Isaac, suis-moi ! » dit-il en ignorant les paroles de Shaina.

Dotée d’un tempérament plutôt volcanique, Shaina ne supporta pas d’être ainsi ignorée, surtout par un saint plus jeune qu’elle de plusieurs années. Elle se déplaça à grande vitesse et retint Isaac en le saisissant pas le poignet alors qu’il allait suivre Kapteyn.

« - Tu restes ici ! »

« - Veuillez me lâcher ! » dit alors simplement Isaac.

« - Il en est hors de question tant que tu voudras gravir les marches ! »

« - Je réitère ma demande, veuillez me lâcher, j’emploierais le recours à la force si nécessaire ! »

« - Tiens donc ? Intéressant ! »

Isaac exerça alors une force hors du commun pour le mortel qu’il se faisait passer mais pas encore assez pour se libérer de l’emprise de Shaina. Cette dernière se mit à sourire derrière son masque avant de produire une violente décharge électrique qui parcourut tout le corps d’Isaac et brouilla le temps d’un clignement d’œil son hologramme. En retour, Isaac lui retourna la décharge. Plus surprise par ce qu’elle avait entraperçu que blessée par la décharge, Shaina lâcha prise.

« - Qu’est-ce que tu es ? »

« - Il est la raison de mon retour au Sanctuaire ! » répondit Kapteyn.

Le chevalier fit signe de la tête à Isaac de le suivre. Mais c’était sans compter sur l’obstination de leur interlocutrice qui se dressa sur leur chemin.

« - Je ne sais pas ce qu’est ton compagnon mais il représente une menace potentielle pour la déesse Athéna ! »

« - Veuillez nous laisser passer Shaina-san ! »

« - C’est non négociable ! »

« - Vous ne me laissez pas le choix ! » répondit Kapteyn en adoptant une posture de combat et en faisant brûler son cosmos.

« - Petit insolent ! » cracha Shaina en faisant brûler son cosmos à son tour.

« - Il en va de mon honneur de chevalier ! » rétorqua Kapteyn.

Tous les gardes autour d’eux s’éloignèrent vite fait.

« - Écartez-vous ! »

« - Certainement pas ! THUNDER … »

« -ASSEZ ! » dit alors une voix puissante.

L’homme qui venait de parler était asiatique et possédait une longue chevelure d’ébène. Mais le plus remarquable était cette formidable armure verte aux ailes acérées. Depuis plusieurs années, il faisait partie de la garde rapprochée de la déesse Athéna et bien qu’il ne soit qu’un simple bronze saint, il conservait l’accès à la septième maison, celle de la Balance, jusqu’à ce qu’un nouveau gold saint de ce signe n’apparaisse. De par son expérience du combat, son dévouement indéfectible et sa grande sagesse, il inspirait du respect à tous ceux qui le rencontraient.
Kapteyn n’y faisait pas exception et dès qu’il le vit, il cessa toute véhémence et s’agenouilla.

« - Shiryu … » laissa échapper Shaina.

« - Qu’aviez-vous à l’esprit ? Ne savez-vous donc pas qu’il est interdit à des saints d’Athéna de se battre entre eux ? »

« - Qu’es-tu venu faire ici ? » lui demanda Shaina.

Bien qu’il sache que Shaina-san et Shiryu-sama partageaient le même passé et la même dévotion, et qu’elle pouvait donc se permettre de lui parler comme bon lui semblait, son ton déplut fortement à Kapteyn.
Shiryu conserva le silence quelques secondes avant de tendre la main à Kapteyn.

« - Bon retour parmi nous, jeune chevalier ! »

Kapteyn n’en crut pas ses yeux et s’empressa de lui serrer cette main tendue.

« - Merci, Shiryu-sama ! »

« - Accompagne-moi et ensemble allons voir Athéna pour aider ton ami si particulier ! »

« - Oui, Shiryu-sama ! »

Ils entreprirent ainsi de gravir les marches des douze maisons. Nombre d’entre-elles n’avaient plus de gardiens hormis ces statuette d’or qui attendaient patiemment, rayonnant d’une lumière douce et dorée. La maison du Bélier, la première d’entre elles, était une exception puisque l’armure du Bélier avait trouvé un nouvel hôte peu de temps après la disparition de Mû en la personne de son jeune apprenti Kiki. Lui et Shiryu étaient en fait les deux seuls chevaliers à conserver l’accès au Temple d’Athéna. Ikki, Shun et Hyoga, bien qu’entraînant plusieurs aspirants chevaliers, étaient capables en cas de besoin de venir protéger les maisons du Lion, de la Vierge et du Verseau en un instant. Shiryu, de son côté, résidait donc dans la Maison de la Balance. Quand il n’entraînait pas son dernier apprenti sur le terrain spécialement aménagé aux côtés du Temple, il servait de conseil aux jeunes saints et leur assignait des missions. En somme, il assurait le rôle de Grand Pope sans en porter officiellement le titre. Quant à Seiya … après s’être remis d’une terrible blessure, il était dorénavant le garde du corps rapproché d’Athéna. Après avoir franchi les douze maisons, ils arrivèrent devant l’ultime escalier qui les séparait du Temple du Grand Pope où Athéna donnait ses séances. Autrefois, ces marches étaient recouvertes d’un tapis de roses empoisonnées que nul ne pouvait franchir sans succomber. Cet ultime piège déplaisait fortement à Athéna qui demanda à ses saints de le retirer. Cependant, Hyoga n’avait pas jugé bon de laisser ces marches sans protection. Ainsi il avait érigé une gigantesque muraille de glace imprenable hormis pour ses frères qui étaient les seuls à avoir la puissance pour le traverser. Ainsi, Shiryu exécuta un surpuissant Excalibur qui entrouvrit la muraille le temps qu’ils la traversent. En effet le froid de cette glace était si intense, que tout dégât causé était comblé très peu de temps après.

Arrivés devant Athéna et Seiya, Kapteyn exposa son récit qui stupéfia ses auditeurs. Ils le furent encore plus lorsqu’Isaac dévoila sa véritable apparence. Soucieux d’aider l’un des compagnons de ceux qui ont permis à Kapteyn de retourner chez lui, Shiryu demanda au drone s’il possédait un moyen de faire de même. Isaac dévoila alors le module de transport dimensionnel de Drake Wallace. Malheureusement il était dans l’incapacité de le réparer puisque trop de pièces avaient été endommagées.
Bienveillante, Athéna lui proposa de se rendre au Japon pour rencontrer un certain professeur Asamori. Il ne s’agissait pas du créateur des Steel Cloth mais de son fils, qui avait pris sa suite au service de la Fondation Graad … et donc d’Athéna. En reprenant le service de son père, il en avait profité pour créer une quatrième steel cloth, celle du feu, inspirée par la constellation du Fourneau.

Dans les labos d’Asamori, ce dernier démonta avec la plus extrême précaution le fameux module … sous les yeux d’Isaac qui enregistrait le démontage tout en établissant un plan détaillé de l’engin. Le drone camouflé derrière son hologramme, le professeur fut obnubilé par la technologie du module, une technologie comme jamais il n’en avait vue auparavant et comme jamais il n’en verrait à l’avenir.
Après plusieurs jours de travail acharné, et de litres de café, Asamori parvint à reproduire les pièces endommagées et à remonter le module. Après avoir chaleureusement remercié Kapteyn, Shiryu et Asamori, Isaac activa le module et quitta la dimension 588 à destination de la 6354.
_____________

Note : Ayant eu du plaisir à créer, ou manipuler, des personnages de franchise, je me suis laissé aller à les réintégrer dans leur univers respectifs et les faire interagir avec d'autres personnages emblématiques.
Sachant ce qu'un fan peut éprouver lorsqu'on pratique ce genre de choses via des fanfictions plus ou moins réussies, j'espère ne pas vous avoir fait grincer des dents avec ce chapitre un peu particulier ^^
_____________

A suivre dans le chapitre 194 : Retour à la maison !
_____________

Mentions légales
SOULCALIBUR®&© 1995-2012 NAMCO BANDAI Games Inc. ALL RIGHTS RESERVED.

© 2015 Bird Studio/Shueisha, Toei Animation. Licensed by FUNimation® Productions, Ltd. All Rights Reserved. Dragon Ball and all logos, characters names and distinctive likenesses thereof are trademarks of Toei Animation.

© 1986 Masami Kurumada / Shueisha, Toei Animation. © 2005 Bandai.





Dernière édition par Jezekiel le Dim 22 Mar - 14:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 193 - Perdus dans l'espace :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 193 - Perdus dans l'espace
Message le Dim 6 Avr - 11:06 par Shion
Sympathique chapitre.

Je vois que tu as bien révisé tes classiques, et un connaisseur arrivera tout de suite à situer le moment où Cervantes revient à la fin de Soul Edge.

Pikurusu n'est pas revenu au bon moment, le pauvre... Mais je m'y attendais un peu '^^

Je trouve intéressant le fait que tu n'as pas attribué la Gold Cloth de la Balance o Shiryû par exemple...

Un bon chapitre, qui rete fidèle au franchises d'origine, selon moi ^^
avatar
Re: Chapitre 193 - Perdus dans l'espace
Message le Dim 6 Avr - 13:10 par Jezekiel
Quel besoin d'une gold cloth lorsqu'on a une god cloth ? ^^
Et puis ça m'a toujours un peu fait grincer des dents de voir des saints changer d'armure, et donc de constellation protectrice, comme ça. Pour moi un saint né sous une constellation et n'en change pas.
Il peut porter une gold cloth au besoin mais seulement si telle est la volonté de l'âme de son dernier hôte défunt en cas d'extrême nécessité ... mais ça ne peut être quelque chose de permanent.

Une raison de plus, s'il en fallait d'avantage, de détester StS Omega. Seiya aurait très bien pu conserver son armure de Pégase et faire revêtir à Koga une toute autre armure. C'est pas comme si il n'y avait pas le choix XD
avatar
Re: Chapitre 193 - Perdus dans l'espace
Message le Dim 6 Avr - 23:20 par Shion
Ouais, on est d'accord sur le point "un saint correspond à une constellation". Malheureusement, même Kurumada a fait une entorse à cette règle au début de Next Dimension :/
Re: Chapitre 193 - Perdus dans l'espace
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 193 - Perdus dans l'espace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 11 - des Mondes isolés-
Sauter vers: