Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 204 - D'ouest en est vers le sel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 937
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

22062014
MessageChapitre 204 - D'ouest en est vers le sel

Pandora 2000 – Les Rust Commons West

Le contingent d’hommes quitta la décharge à ciel ouvert de New Haven pour arriver aux Rust Commons West. Cette partie de Pandora était un désert aride où les bandits faisaient la loi. Pour un tiers d’entre eux, ce n’était pas une région inconnue puisque la mission que Kincaid avait confiée à l’un des trois groupes l’avait mené dans ce désert, et plus particulièrement dans l’un des campements des bandits précédemment cités.
Un certains "Gold Member", comme il se faisait appeler en raisons de ses performances au lit, avait dérobé à Kincaid une vieille pétoire qu’il affichait à l’un des murs de sa boutique comme trophée. Le groupe composé de Lambert, Ross, Giaz, Hector et Wade avait eu pour mission de la récupérer en abusant de la force si c’était nécessaire … et même si ça ne l’était pas. Malgré le fait que Lambert n’ait pas voulu suivre derechef cette injonction, il avait dû s’y résoudre devant le comportement pour le moins agressif des bandits du campement.
C’est pourquoi, même s’ils leur avaient fait forte impression, Lambert redoutait un peu de devoir traverser à pieds ce désert.

Cela ne faisait pas une heure qu’ils marchaient sous un soleil de plomb lorsqu’un nuage de poussière s’éleva à l’horizon. Le nuage grossit rapidement en venant dans leur direction.

« - C’est quoi ce délire ? Ça y est ? J’ai des hallucinations ? » interrogea Miles.

« - Non, j’ai l’impression que c’est une mini-tornade de sable ! » répondit Johnson.

« - Rien de tout ça ! C’est un véhicule qui fonce sur nous ! » rétorqua Frédéric calmement ayant entendu le bruit du moteur avant tout le monde.

A quelques mètres d’eux, le véhicule, une sorte de gros buggy surmonté d’une tourelle, tira au sol juste devant leurs pieds, forçant le groupe à s’arrêter. Le véhicule s’arrêta la seconde d’après.

« - Holà holà holàààà ! Où vous croyez aller, là ? Z’avez pas entendu parler du droit de passage ? » les interpella l’unique bandit qui descendit de la voiture.

En effet, le chauffeur était resté derrière son volant tandis que le tireur était toujours posté à la tourelle en train de les viser.

« - En effet ! » répondit Frédéric.

Sa réponse sembla surprendre son interlocuteur.

« - HEIN ? En effet quoi ? T’essaies de m’embrouiller ? Faut pas jouer au con avec moi, pas aujourd’hui … ni hier et encore moins demain ! »

« - Putain ! C’est l’un d’eux ! » glissa discrètement Lambert à Westwood.

« - Un de qui ? »

« - L’un des bandits du campement qu’on a attaqué lors de la mission de Kincaid ».

« - Et c’est maintenant que tu le reconnais ? »

« - Désolé mon Colonel mais ces tarés s’habillent tous de la même façon, difficile de les dissocier les uns des autres ! »

« - Okay ! Voyons comment ça se … »

« - OH ! Ça vous intéresse pas ce que je raconte ? Vous étiez en train de dire quoi, là ? Comment on allait se faire ce bon vieux "Cold Hand" ? »

C’est alors qu’une légère secousse sismique se fit sentir. Le comportement des trois bandits changea radicalement.

« - Putain ! C’est-y pas vrai que ça recommence ? » s’esclaffa le conducteur.

Wade s’avança et sortit des rangs.

« - Bon sang ! C’est eux ! ROULE ! » s’écria l’homme à la tourelle.

Ne se faisant pas prier, le conducteur démarra sur les chapeaux de roues et décampa, laissant leur acolyte seul.

« - On … on va b-bien trouver un mo-moyen de s’arranger-ger » bredouilla-t-il.

La réponse ne se fit pas attendre. Tous sortirent leurs armes et les pointèrent sur la tête de ce fameux cold hand.

« - Il y a moyen pour qu’on s’arrange effectivement ! » lui dit Frédéric en avançant d’un pas et appuyant le bout de son revolver sur le front du bandit.

« - Dis-moi, mes amis et moi avons un long trajet à faire. Tu ne voudrais pas qu’on s’exténue à le faire à pieds ? Tu peux nous dire où trouver des véhicules ? »

« - V-vous trouverez un t-t-t-terminal à la sortie pour les Dahl Headlands à t-t-trois kilomètres à l’ouest d’ici ! » répondit le bandit.

« - Et comment on s’en sert ? »

« - Il vous faut juste une omnicarte avec assez de crédit dessus ».

« - Là, on va avoir un problème ! Nous venons juste d’arriver sur Pandora et on n’a pas encore d’omnicarte, peux-tu nous prêter la tienne, tu pourras la retrouver au terminal, on l’y laissera ».

« - B-b-b-bien-sûr ! »

Le bandit sortit lentement sa carte de crédit et la tendit à Frédéric.

« - Bien, maintenant dégage avant que je ne change d’avis ! »

Le bandit s’éloigna, dépité, dans le désert, suivant les traces laissées par son véhicule. Estimant qu’il ne s’éloignait pas assez vite, Ross tira un jet de flammes juste derrière ses talons. Cold hand se mit alors à détaler comme un lapin.
Trois kilomètres plus loin, ils trouvèrent effectivement un terminal où ils purent technoforger quatre véhicules pour transporter tout le monde. Ils finirent leur traversée des Rust Commons West sans encombre.

Les Rust Commons East présentaient le même genre de paysage que les Rust Commons West. Néanmoins en s’enfonçant dans les terres on comprenait rapidement pourquoi les deux régions avaient été dissociées. En effet, les Rust Commons East étaient zébrés par des canyons et de profonds ravins qui rendaient périlleux une quelconque expédition à travers ces terres. Voyageant en véhicules motorisés, ils ne furent point inquiétés par la faune locale d’arthropodes géants chitineux et ressemblant vaguement à des araignées.
De même, ils n’eurent rien à craindre des divers petits campements de bandits qu’ils rencontrèrent sur leur route. Cela n’aurait pas été le cas s’il n’y avait eu qu’un seul véhicule. Mais un contingent de quatre véhicules pleins semblait dissuader quiconque de les attaquer.

A peu près une heure après avoir pénétré sur ce territoire, ils durent faire une halte forcée. Le pont-levis sur lequel ils devaient traverser pour passer de l’autre côté du ravin principal était levé. De leur côté du pont se trouvait également un campement imposant et une tour de garde. A peine s’étaient-ils arrêtés que des individus sortaient déjà du campement et un fusil apparut en haut de la tour.

« - PAYEZ  OU MOUREZ ! » cria celui dans la tour.

« - Putain ! On va s’en payer encore combien des débiles dans leur genre ? » se demanda Miles en sortant du véhicule.

« - Arrêtes de te plaindre, tu adores ce genre de situation ! » lui répondit Frédéric en souriant.

« - C’est vrai ! » rétorqua Miles lui rendant son sourire.

En dehors d’eux deux, personne d’autre ne sorti des véhicules.

« - Vous gérez la situation ? » leur demanda Westwood.

« - Ça devrait le faire ! » répondit Frédéric.

« - BON ! A MOI DE VOUS FAIRE UNE PROPOSITION ! BAISSEZ LE PONT-LEVIS OU CRAMEZ ! » cria Frédéric à l’attention du garde à la tour.

« - AH ! AH ! AH ! ET AVEC QUOI TU CROIS NOUS METTRE LE FEU ? »

En guise de réponse, Frédéric enflamma ses mains. Tout le monde se tut durant plusieurs secondes.

« - TU CROIS VRAIMENT NOUS FAIRE PEUR ? A L’ASSAUT ! »

« - Miles ! Fais-le descendre de là-haut s’il te plait, je m’occupe des brutes ! »

Miles disparut dans la matière noire. L’instant d’après le garde de la tour passait par-dessus la rambarde en criant l’espace d’une seconde avant de s’écraser sur le sol. De son côté, Frédéric déclencha un torrent de flammes sur la meute de bandits qui se dirigeaient sur lui. Bien que cela ait été tentant, il ne les tua pas. Il les laissa grièvement brûlés mais vivants.
Quant au garde, il n’avait qu’un bras cassé et cela ne tenait qu’à lui que le décompte de ses blessures s’arrête là. Sans que Frédéric ait besoin d’insister, l’homme activa le pont-levis et l’abaissa le temps que les quatre véhicules passent.

La caravane de véhicules atteignit les Salt Flats moins d’une heure plus tard. A nouveau, ils avaient affaire ici à une longue étendue désertique. Mais cette fois quelque chose dénotait : une gigantesque machine d’excavation avec une énorme roue à godets.

« - Ouais ! Ça, c’est de la machine ! » s’esclaffa Johnson.

« - On est venus faire du tourisme ou quoi ? » demanda Desmond.

Sa question rappela tout le monde à la réalité et les voitures reprirent leur route sur ce terrain quelque peu accidenté. A peine pénétrèrent-ils dans la plaine principale que des nuages de poussières s’élevèrent au loin. Un nouveau groupe de bandits arrivait, et en force cette fois-ci. Miles se dressa hors de l’arceau de protection du buggy en brandissant son lance-roquettes.

« - Je commence à en avoir ras-le-bol d’être agressé à tout bout de champ par ces DÉBILES ! » dit-il avant d’appuyer sur la gâchette.

La roquette surprit le groupe de bandits et pulvérisa l’un de leurs véhicules. Avec la permission de Westwood, Johnson, Toole et Lucas l’imitèrent. En quelques minutes, la menace des bandits n’en était plus une. Les quelques rares chanceux à avoir survécu à la première salve de roquettes renoncèrent à leur assaut et se replièrent dans leur campement le temps que les quatre véhicules tracent leur chemin.

Arrivés au Nord-Ouest des Salt Flats, ils virent un minuscule corridor mener vers leur prochaine destination : la Descente. Le corridor était si étroit qu’ils durent abandonner leurs véhicules ; véhicules qui ne seraient pas perdus pour tout le monde bien longtemps.
Une fois sortis du corridor, ils arrivèrent dans un paysage décontenançant. Pas qu’il y eut une végétation débridée, l’endroit été tout aussi désert que ce à quoi ils avaient été habitués jusqu’ici. Non, ce qui contrastait énormément était ce paysage rocailleux partiellement recouvert de neige alors qu’ils venaient de quitter un désert de sable et de sel.
Non seulement désertique niveau végétation, l’endroit l’été également de toute forme de faune, y compris humaine. Néanmoins, il ne l’était pas il y avait encore peu. De-ci de-là subsistaient les restes de différents petits campements de fortune. Mais il ne s’agissait pas là de campements comme ceux qu’ils avaient observés auparavant. Ce n’était pas d’anciens campements de bandits. Les matériaux semblaient neufs et spartiates. Par bien des égards ils faisaient penser à des campements militaires.
Néanmoins, ils n’étaient pas venus ici faire de l’anthropologie moderne. Lambert leur indiqua alors le chemin à prendre, une pente rocheuse à flanc de falaise en direction d’une sorte de sas taillé dans la roche. Derrière, la Descente commençait.

______________

Note 1 : Voici un autre type de bandit de Borderlands 1 :


______________

Note 2 : Voici le genre de véhicule qu'on y trouve :


______________

Note 3 : Et voici les arthropodes :


______________

Note 4 : Et voici la roue excavatrice :


______________

A suivre dans le chapitre 205 : Des ruines bien bavardes !


Dernière édition par Jezekiel le Dim 22 Juin - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» La ruée vers l'ouest
» la conquete de l ouest
» Frontierland l'amerique du vieil ouest et de la ruée vers l'or
» Bouton pour la Compagnie des Chemins de Fer du Sud-Ouest - vers 1847
» Le roi Singe et « La pérégrination vers l’Ouest » 孙悟空 , 西游记
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 204 - D'ouest en est vers le sel :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 204 - D'ouest en est vers le sel
Message le Dim 22 Juin - 17:57 par Shion
Je te remercie beaucoup pour tes images illustratives. Etant donné que je ne connais absolument pas Borderlands, ça fait du bien de réussir à se plonger un peu dans l'univers, grâce à ça ^^
avatar
Re: Chapitre 204 - D'ouest en est vers le sel
Message le Dim 22 Juin - 18:54 par Jezekiel
De rien ! Ça me fait penser que j'avais oublié d'en afficher une ^^
 

Chapitre 204 - D'ouest en est vers le sel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 12 - un Monde de Borderlands-
Sauter vers: