Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 207 - le Sable de la dissension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

13072014
MessageChapitre 207 - le Sable de la dissension

Terre 6354 – Siège de l’Unicorps – 2 jours plus tard

Revenus au siège, tous passèrent un bilan de santé très succinct et rapide puisqu’aucune altération ne fut détectée chez aucun des membres de l’équipe.
Après quoi, Isaac accompagna Cochran au centre de recherches afin de transcrire les coordonnées géographiques éridiennes dans le système universel humain. Lambert, Frédéric et Sandora les rejoignirent sitôt leurs propres bilans achevés. Pas encore habitué à l’efficacité de la technologie de l’Unicorps, Frédéric fut surpris que la transcription ne prenne que quelques heures alors qu’il aurait sûrement fallu plusieurs semaines sur la Terre 531. Les coordonnées ainsi transcrites furent les suivantes : 31°11’53’’ Sud et 29°55’09’’ Ouest.

« - C’est étrange … Pouvons-nous voir ce que cible cette géolocalisation ? » demanda Frédéric.

« - Bien sûr ! Attendez … et voilà ! »

Cochran avait activé une représentation holographique du globe terrestre. Les doutes de Frédéric s’avérèrent justifiés en voyant le repère spatial briller à l’est des côtes sud-américaines, en plein océan atlantique. Tous conservèrent le silence durant plusieurs minutes lorsque Miles, Jeremiah et Wade les rejoignirent à leur tour.

« - Vous décidez de votre prochaine destination de pêche ? » demanda Miles en souriant.

« - Non, ce sont les coordonnées inscrites sur les ruines de Pandora ! » répondit Frédéric, perplexe.

« - Intéressant ! » ajouta Wade.

« - De quand datent les inscriptions des ruines ? » demanda soudainement Frédéric après quelques secondes de silence.

« - De plusieurs milliers d’années au bas mot, pour … Mais bien sûr ! Les continents ont dû bouger ! » répondit Cochran.

« - Je ne pensais pas à la tectonique des plaques mais plutôt à l’inversion des pôles magnétiques ! De quand date la dernière inversion magnétique ? » rétorqua Frédéric.

« - La dernière inversion des pôles magnétiques date de 750 milliers d’années et est nommée l’inversion Brunhes-Matuyama, du nom des deux chercheurs à avoir co-découvert cet événement paléomagnétique » informa Isaac.

« - Il y a une sacrée différence entre "plusieurs milliers" et 750 ! » intervint Jeremiah.

« - Certes, mais ce n'est pas incompatible. Ma datation des ruines est très approximative ! » répliqua Cochran.

« - Ouais ! Autant dire que tu l’as bâclée ! » reprocha Miles.

Cochran avait été percé à jour. Il avait préféré se pencher sur la traduction des écrits plutôt que sur la datation.

« - Ce n’était pas la priorité ! Qu’est-ce que ça change si on prend en compte cette inversion des pôles ? » coupa court au débat Frédéric.

Cochran pianota quelques secondes sur son clavier et un second point lumineux se mit à briller sur le globe holographique.

« - A quelques secondes, ça donnerait cet emplacement ! » déclara Cochran.

« - Ouais, et à quelques secondes près on se retrouve encore dans la flotte ! » rétorqua Miles.

« - Ce n’est pas le plus intéressant ! » répondit Frédéric.

« - Alexandrie ! » déclara Jeremiah reconnaissant la localisation.

« - La bibliothèque ? » dit Wade avec stupéfaction et les yeux écarquillés.

« - Ce ne peut être une coïncidence ! » conclut Sandora.

« - Non, en effet ! » confirma Frédéric.

« - Euh … excusez-moi si je passe pour un débile, ça ne fera qu’une fois de plus, mais … ça ne choque personne qu’une race alien ait bâti une bibliothèque humaine ? » demanda Miles.

Cette réflexion était loin d’être idiote et personne ne sut quoi dire durant plusieurs secondes lorsque finalement ce fut Lambert qui prit la parole pour la première fois depuis son arrivée dans la pièce.

« - Et si la bibliothèque avait été construite sur le site alien pour le dissimuler ? »

« - Il suffit de s’y rendre pour le vérifier ! » proclama alors Westwood qui venait de les rejoindre.

Après une permission de vingt-quatre heures, tous se réunirent dans la salle de transport avec l’armement glané sur Pandora 2000. Premier obstacle à leur nouveau voyage, les techniciens furent dans l’impossibilité d’ouvrir un portail directement en Alexandrie et durent donc le déplacer à plusieurs kilomètres, à la ville de Kafr el-Dawar.
_____________

Terre 4950 – Ville de Kafr el-Dawar

La ville de Kafr el-Dawar était une ville tout à fait banale en Égypte. De larges routes, des bâtiments ne dépassant pas la dizaine d’étages et du sable omniprésent comme une poussière envahissante. A cette époque de l’année, la température flirtait avec les 30 degrés, ajoutons à cela une humidité de plus de 60 %, et la ville proposait un climat éprouvant.
Le portail de l’Unicorps, programmé pour ne pas s’ouvrir trop près d’édifices quelconques, n’eut d’autre choix que de s’ouvrir au beau milieu de la grande place … à la vue de tous. Bien évidemment leur arrivée ne manqua pas d’être remarquée.

« - ILS SONT REVENUS ! LES DJINNS SONT REVENUS ! » se mit à crier la foule en fuyant la place.

« - Comment ça "revenus" ? » se demanda à voix haute Frédéric.

« - Nous éclaircirons cette énigme plus tard … ou pas. Pour l’instant, nous devons dégager au plus vite avant que la police ou des miliciens ne se ramènent ! » déclara Westwood.

Le groupe, identique à celui qui s’était rendu sur Pandora, se mit à courir en direction de ruelles pour se mettre à l’abri des regards. Par chance, ils tombèrent sur un bâtiment en ruines dans lequel ils s’engouffrèrent le temps que la panique cesse.

Lambert et Cromwell ressortirent et purent se mêler à la population, grâce à une tenue adaptée, et circuler librement dans les rues pour repérer un peu les lieux. Néanmoins ce ne fut qu’à la tombée de la nuit que tous purent se risquer à sortir. Avec la disparition du soleil, la température baissa drastiquement. Tous se sentaient mieux. Grâce aux repérages des deux militaires, le groupe pu s’orienter correctement dans les rues et sortir rapidement de la ville en direction d’Alexandrie.

Suivant une route principale pour se rendre en Alexandrie, le groupe fit face à un paradoxe géographique. Bien que l’Égypte soit à 90% désertique, cette région de la Haute Égypte était fertile puisque située dans le delta du Nil. Ce qui les interloqua était cette étroite bande désertique qui suivait la route et traversait les plaines verdoyantes.
S’étant reposé pendant toute la journée, le groupe n’eut aucun problème à avaler la trentaine de kilomètres qui les séparaient d’Alexandrie. Après quatre heures de marches, à peu près aux trois quarts de leur chemin, alors qu’ils arrivaient près d’AZ Zahiriyyah, une banlieue d’Alexandrie, le climat changea brutalement. La lune fut masquée par des nuages orageux comme surgis de nulle part. Un puissant vent se leva tandis que le tonnerre grondait haut dans le ciel. Les vents devenant de plus en plus forts soulevèrent un nuage de sable qui se transforma en une violente tempête de sable. En l’espace de quelques minutes, un véritable rideau de sable se dressa face à eux, menaçant.

« - FAUT S’ABRITER AU PLUS VITE ! » cria Westwood pour tenter de couvrir le bruit du vent.

« - OU T’AS VU UN ABRI, TOI ? » répondit Miles.

La visibilité avait grandement diminué et le groupe ne distinguait plus aucun bâtiment autour d’eux. Ne pouvant rester là à attendre que la tempête ne s’abatte sur eux, tous se mirent à courir dans la direction opposée. Mais ce fut peine perdue, cette tempête surnaturelle leur tomba dessus et les enveloppa. Tout ce qu’ils virent, avant d’être contraints de fermer les yeux et de se protéger le visage, ne fut que du sable où qu’ils posèrent le regard.
_____________

Après un temps qui sembla infini, ils tombèrent tous lourdement sur une vaste étendue désertique. Isaac fut le premier à se relever tandis que tous autour de lui étaient inertes. C’est alors que Miles se mit à tousser en reprenant sa respiration. Tous se remirent à bouger progressivement, crachant et vomissant la quantité faramineuse de sable qu’ils avaient ingurgitée malgré eux.
Après quelques minutes, ils regagnèrent leurs pleines facultés et se mirent à scruter les alentours pour déterminer où ils pouvaient bien se trouver. Mais aucun repère visuel ne le leur permit ; ils étaient au beau milieu d’un vaste désert.

« - Lambert ! Localisation ! » finit par dire Westwood.

« - Nous sommes au beau milieu … du Sahara ! » dit-il après quelques minutes.

La nouvelle stupéfia tout le monde. Bientôt une réalité émergea dans leurs esprits.

« - Permission de parler librement, mon Colonel ? » demanda Johnson.

« - Accordé ! » répondit le concerné.

« - Il est évident qu’on va crever de soif si nous restons ici ! »

Westwood observa ses hommes. Tous semblaient être d’accord avec lui.

« - On se calme et on se ressaisit ! » dit-il alors fermement.

« - Parce que vous comptez restés planté là ? » demanda Miles.

« - Vous oubliez que je peux me téléporter et prendre des gens avec moi ! » ajouta-t-il.

« - Qu’est-ce que tu attends alors ? » rétorqua Johnson.

« - Que tu fermes ta grande gueule, peut-être ? » répliqua Miles.

« - Tu vas voir comment je ferme ma gueule ! » s’emporta Johnson.

Alors qu’il s’avançait droit sur Miles, menaçant, Johnson se cogna contre un mur invisible.

« - Qu’as dit Westwood ? » demanda calmement Jeremiah qui avait érigé ce mur télékinésique.

« - Va falloir qu’on se calme vite fait, d’une façon ou d’une autre » dit alors Frédéric qui regardait l’horizon où se formait une tornade de sable.

« - Encore ? » dit alors Miles, déjà lassé.

La tornade prenait de l’ampleur tant en volume qu’en violence et fonçait droit sur le groupe.

« - Tu vas avoir le temps de te concentrer ? » demanda Frédéric à Miles.

Sous l’urgence de la situation, Miles ne parvint pas à se concentrer suffisamment et dut s’avouer vaincu.

« - C’est bien la peine d’avoir un téléporteur s’il n’est pas fichu de nous aider dans des situations pareilles ! » lança Johnson alors que tous se mirent à courir à travers le désert pour échapper à la tornade.

« - Putain ! Toi, tu vas fermer ta gueule d’une façon ou d’une autre quand tout ça se sera calmé ! »

« - J’ai hâte, bouffon ! »

Tandis que la tornade les rattrapait inexorablement, Giaz distingua un édifice à une centaine de mètres malgré une visibilité qui devenait de plus en plus exécrable. Tous se dirigèrent vers cet abri fortuit avec précipitation. Juste avant d’y entrer, Jeremiah leva les yeux vers le bâtiment et remarqua sa forme si particulière.
La tornade les talonnant, ils durent finir leur course en plongeant à l’intérieur. A peine le dernier d’entre eux fut-il entré que de lourdes portes en pierres se fermèrent derrière eux, scellant le bâtiment. A l’intérieur, le noir le plus total régnait. Frédéric enflamma alors sa main gauche pour éclairer.

« - Putain ! On se trouve où là ? » râla Johnson.

« - Jamais tu la fermes ? » répliqua Miles.

« - Pas quand je suis en présence d’un bouffon ! »

« - LA FERME ! » cria Westwood.

« - Dans quel genre de bâtiment on se trouve ? » demanda alors calmement Sandora à Frédéric.

« - Je ne suis pas sûr ».

« - On se trouve dans une pyramide ! » déclara alors Jeremiah.

« - De mieux en mieux ! Et tout ça parce que l’autre bouffon n’a pas pu nous téléporter ! »

« - Putain ! Ça y est, j’en ai marre ! Amènes-toi ! »

Alors que les deux hommes se rapprochaient l’un de l’autre pour se mettre sur la gueule, la pièce s’ébranla avant de se mettre à changer de configuration. Des trappes s’ouvrirent soudain, faisant tomber Miles, Johnson, Desmond, Sandora, Toole et Lucas. Au même instant, des parties du sol s’élevèrent vers le plafond où des trappes s’étaient également ouvertes. Wade, Jeremiah, Lambert, Cochran et Stephen furent ainsi soulevés dans une autre pièce. Dans la salle d’origine, les murs modulèrent l’espace restant comme animés d’une volonté propre, désirant diviser encore un peu plus le groupe. Mais tous parvinrent à rester ensemble, c’est-à-dire Frédéric, Isaac, Westwood, Cromwell, Ross, Giaz et Hector.
_____________

En contre-bas

Les six hommes et femme se relevèrent avec difficulté après une chute aussi brutale.

« - Ah la vache ! On voit encore moins bien que dans le cul d’une vache ! » râla Johnson.

« - Vu la tronche que tu as, ça ne m’étonne pas que tu y es déjà fait un tour ! » répliqua Miles.

« - OH ! Vous n’allez pas recommencer vos conneries, tous les deux ? » intervint Sandora haussant le ton et qui avait chuté avec eux.

« - Moi, ça ne me dérange pas tant que ce n’est pas moi qui déguste ! » répondit Desmond.

« - Je vois que tu t’es trouvé des amis à ta hauteur, Miles ! » dit alors une voix familière.

Desmond créa alors des griffes de plasma au bout de ses doigts pour illuminer la pièce. La salle était jonchée de cadavres de démons mineurs. Mais l’un d’eux avait survécu.

« - Tu le connais ? » demanda Sandora à Miles.

« - Malheureusement oui ! » répondit l’intéressé.
_____________

Note 1 : Voici une carte de la région séparant Kafr el-Dawar d'Alexandrie.

_____________

A suivre dans le chapitre 208 : la Pyramide du conflit
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» [ Cycle de l'Ibis ]-> Quatrieme Partie ! Chapitre 2 !
» L'enfant de sable de Tahar Ben Jelloun
» Spoil Bleach chapitre 274
» Château de sable de Frédéric Peeters et Pierre Oscar Levy
» Bleach - Chapitre 322 BKT
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 207 - le Sable de la dissension :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 207 - le Sable de la dissension
Message le Dim 13 Juil - 20:54 par Shion
Pas idiot cette manière de séparer les personnages... Ca sera plus facile de les gérer en petits groupes Smile

Je me demande bien ce qu'ils vont découvrir dans cette pyramide...
 

Chapitre 207 - le Sable de la dissension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 13 - un Monde de Sable-
Sauter vers: