Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 212 - Surgis du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1038
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

16082014
MessageChapitre 212 - Surgis du passé

Terre 4950 – Face à la Bibliothèque d’Alexandrie

« - Vous comptez rester plantés là ? »

La question impertinente de Desmond rappela tout le monde à la réalité. Tous se mirent donc en marche vers l’entrée du bâtiment principal. Arrivés à quelques mètres de l’entrée, Frédéric lut une inscription à l’attention des visiteurs.

« - On devrait être tranquille environ pendant deux heures. La bibliothèque n’ouvre qu’à dix heures » informa-t-il.

Arrivé aux portes, le groupe constata qu’elles étaient fermées, ce à quoi il s’attendait. Miles se proposa alors pour les leur ouvrir. Mais Frédéric choisit d’être plus discret. Nul besoin de se faire remarquer de façon inutile. Ce fut Cromwell qui se chargea de crocheter avec efficacité et rapidité la serrure. A l’intérieur, aucune alarme ne se fit entendre. Elle avait dû être désactivée pour les employés déjà arrivés à leurs postes.
A peine eurent-il fait quelques pas qu’ils furent confrontés à une réalité que nul n’avait envisagé : l’immensité de cette bibliothèque.

« - Bon ! Et bien faisons parler ton sens de la méthode ! » proposa Miles à Jeremiah en souriant.

Le vampire ne dit mot. Il était comme tout le monde, ébahi par une si vaste étendue de savoir.

« - La Bibliothèque d’Alexandrie moderne, autrement appelée Bibliotheca Alexandrina, héberge sept bibliothèques, soit huit millions d’ouvrages, quatre musées, quinze expositions permanentes et quatre galeries d’expositions temporaires entre autres réparties sur onze étages » déclara alors Isaac.

« - Super ! Moi qui ne savais pas quoi lire ce soir ! » s’esclaffa Miles.

« - La bonne nouvelle, c’est qu’on ne va se limiter qu’au rez-de-chaussée ! » dit alors Frédéric.

« - Et pourquoi donc ? » demanda Toole.

« - Ce pourquoi on est venu se situe obligatoirement sous les fondations de ce bâtiment. Ce que nous cherchons est un moyen d’y accéder ! » répondit Frédéric.

« - Et la mauvaise nouvelle ? » demanda Wade.

« - Étant donné la disposition du bâtiment et ses étages en dégradés, le rez-de-chaussée semble être le niveau le plus vaste ».

C’est alors que des cris retentirent aux étages au-dessus d’eux. Tous levèrent les yeux mais ne virent rien aux balcons. Aux cris succédèrent alors des bruits de combats.

« - On n’est pas les premiers, on dirait » observa Wade.

« - Ça aurait été dommage aussi qu’on soit tranquille pour une fois ! » ajouta Cochran.

C’est alors que des civils arrivèrent en courant vers le groupe … ou plutôt vers la sortie derrière eux. Westwood en retint un au passage en l’agrippant par le bras.

« - Qu’est-ce qui se passe ici ? » lui demanda-t-il.

« - Deux monstres se battent aux étages supérieurs ! » dit l’homme en costume trois pièces.

Ayant obtenu sa réponse, Westwood le laissa fuir.

« - Deux monstres ? » se demanda Frédéric à voix haute.

« - Tu crois que l’un d’eux est Seth ? » lui demanda Sandora.

« - Non. S’il était impliqué, le combat serait déjà fini. Et s’il affrontait un autre dieu, le bâtiment serait déjà réduit en poussière ».

« - T’es rassurant comme garçon, toi ! » répondit Miles.

Soudain une silhouette fut projetée par-dessus le balcon du huitième étage et s’écrasa devant le groupe de héros. L’individu avait percuté le sol avec tant de violence qu’il avait soulevé plusieurs dalles de marbres et avec elles un nuage de poussière. Alors qu’il ne s’était pas encore dissipé, une seconde silhouette sauta de l’étage pour rejoindre le premier individu avec légèreté.

« -  Pour un démon capable de voir l’avenir, faut vraiment que Barbatos soit un arriéré pour t’envoyer ici alors que j’y serais ! » dit alors l’un d’eux.

Cette voix n’était pas inconnue de Frédéric, Jeremiah et Miles. Lorsque le nuage se dissipa, ils en eurent le cœur net en reconnaissant le DeadOne Demlos. Tout comme la prothèse végétale qui remplaçait l’avant-bras droit que Frédéric avait tranché, le bras gauche dans son intégralité était dorénavant une prothèse végétale. A ses pieds gisait, paralysé, Alejando Ouespec, l’un des rois de Barbatos, celui qui ressemblait à une créature de bois … et qui manifestement en était une. Il n’avait rien pu faire à Demlos sous l’emprise de qui son corps était la proie. Demlos se mit alors à sourire en reconnaissant trois des hommes qui constituaient le groupe.

« - J’ai assez joué avec toi le pantin, tu peux rentrer chez toi la queue entre les jambes. Ceux que j’attendais sont arrivés ! » dit-il.

« - Bon sang ! Qu’est-ce qu’ils foutent tous les deux là, les grumeaux ? » râla Miles.

Ouespec se releva avec difficulté et fit face à Demlos. Il le fixa quelques secondes durant droit dans les yeux sans afficher la moindre expression. Puis il partit en bondissant directement jusqu’au troisième étage.

« - ATTENDS ! QUE FAISAIS-TU ICI ? » cria Frédéric.

Au balcon, Ouespec s’immobilisa et tourna la tête pour le regarder. L’échange de regard dura quelques secondes avant qu’Ouespec ne s’éloigne. En réaction, Frédéric se métamorphosa en loup, prêt à bondir pour le rattraper lorsqu’une lame noire et effilée se glissa devant ses yeux.

« - Je ne t’ai pas permis de partir d’ici ! » déclara Demlos.

Frédéric se retourna vers lui, tout en restant en lycanthrope.

« - Un bras ne t’as-t-il donc pas suffit ? Tu veux perdre encore autre chose ? » lui dit-il.

Demlos se mit à sourire tout en fronçant des sourcils.

« - Ravi que tu te souviennes de notre première rencontre. Tu sauras ainsi pourquoi tu es mort ! »

Alors que le groupe était focalisé sur Demlos, Ouespec réapparut derrière eux en douce, en sortant d’un meuble bibliothèque en bois. Sans attendre, il enserra Isaac dans de puissantes racines et s’enfuit avec lui vers la sortie.
Tous se retournèrent avec précipitation pour voir le rapt. Tout le corps d’Isaac émettait des arcs électriques pour faire lâcher prise à son kidnappeur mais ce dernier ne semblait pas les ressentir.

« - Fait chier ! C’était un piège ! Les deux sont de mèche ! Jere… » mais Frédéric n’eut pas le temps de finir de prononcer le nom de son ami que déjà il s’élançait à la poursuite de Ouespec.

La lame d’ébène siffla aux oreilles de Frédéric tandis qu’elle s’allongeait pour poignarder le vampire dans le dos. Le sang de Frédéric ne fit qu’un tour. Il empoigna la lame d’une main et l’immobilisa au prix d’une profonde coupure dans la paume. Il enflamma sa main et réduisit la lame de bois en cendres.

« - Je croyais que c’était moi que tu voulais ? Tu ne sais pas viser ou quoi ? » adressa-t-il au DeadOne.

Bien que contrarié dans un premier temps, Demlos finit par réafficher son sourire.

« - Qu’importe ! Je saurais trouver l’autre après en avoir fini avec toi ! » assura-t-il.

« - Mais bien sûr ! Les autres, dispersez-vous et trouvez ce pour quoi on est venu ! J’en ai pour quelques minutes ici ! »

Alors que tous se dispersaient, Miles resta auprès de Frédéric.

« - Miles ! Toi aussi ! »

« - J’ai des comptes à régler avec lui ! » dit le démon.

« - Je suis navré, je ne crois pas qu’il en restera suffisamment une fois que j’en aurais fini avec lui ! » répondit Frédéric.

Miles observa son ami durant quelques secondes.

« - Ne t’inquiètes pas petit Miles ! Si tu veux une nouvelle branlée, je pourrais m’en charger une fois tes deux potes finis ! » lui adressa Demlos.

« - Mieux vaut effectivement qu’il ne reste rien de lui après ton passage » dit-il à Frédéric avant de rejoindre les autres à travers la bibliothèque.
_____________

Terre 8451 – Il y a de cela plusieurs siècles

A cette époque, l’omnipotent Empire Romain étendait déjà ses bras tentaculaires à travers toute l’Europe. Néanmoins il ignorait tout du continent américain. Et inversement, le continent américain ignorait l’existence de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie.
Même si quelques guerres de territoires secouaient de temps à autre certaines régions, l’Amérique était un continent calme et paisible en comparaison avec les actions menées par l’Empire.
Malheureusement, ce calme relatif fut troublé par l’arrivée d’une créature extraordinairement maléfique au beau milieu de la jungle amazonienne. Le démon aux pouvoirs incommensurables pulvérisa toute nation qui osa lui résister. Il ne laissait derrière lui que dévastation et désolation. En quelques semaines, il conquit tous les territoires de l’Amérique du Sud. Sa conquête ne s’acheva pas en cette moitié de continent et commença à répandre son influence vers le Nord. Qu’ils soient roi, empereur ou chef tribal, tous se dressèrent sur son chemin … et tous furent immanquablement pulvérisés.
Lorsque le démon posa le pied au Guatemala, pour la première fois depuis son arrivée sur cette planète, il fut surpris. Alors que son inexorable et sanglante avancée se répandait telle une traînée de poudre à travers tout le continent et voyait tous les hommes en âge de se battre se dresser devant lui, personne ne s’opposa à lui en ce pays. Au contraire, la délégation royale vint à sa rencontre avec toutes les richesses qu’elle possédait pour tenter d’apaiser sa rage dévastatrice. Les voyant s’agenouiller devant lui, le démon s’en amusa. Pour la première fois, il allait pouvoir un peu se distraire.

« - J’accepterais votre reddition et épargnerais votre pays si dans dix jours, lorsque je reviendrais, vous me présentez un harem de cent vierges et les cœurs d’autant de nourrissons ! » proclama-t-il avant de s’élever dans les airs et de survoler le Guatemala en direction du Mexique.

La créature démoniaque n’avait nul appétit pour ce genre de chose. En revanche, il se délectait de la tourmente d’autrui.
Après avoir ravagé le Mexique et plusieurs nations indiennes, le démon revint au Guatemala dix jours plus tard, comme convenu. Il fut accueilli au sein du palais royal. Là, le roi guatémaltèque l’attendait, entouré des cent vierges et avec un gigantesque panier d’osier contenant la centaine de cœurs de nourrissons. Le roi se leva et s’agenouilla devant le démon à l’apparence humaine.

« - Moi, Alejando Ouespec, Roi du Guatemala, je vous offre ma servitude pour le reste de ma vie en échange de la préservation de mon peuple » dit-il humblement.

Le démon se mit à sourire. Il avança et contourna le roi agenouillé pour observer les cent vierges ici présentes.

« - Après tout posséder quelques adorateurs peut s’avérer distrayant ! Ainsi soit-il ! »

Le démon se retourna alors vers le roi.

« - Je m’engage à épargner ton peuple tant que tu me seras servile. Mais ta vie seule ne me suffira pas. Je compte bien te garder à mon service pour bien plus longtemps ! »

Les yeux du démon se mirent à briller tandis que le corps de Ouespec se couvrait de nombreuses et profondes rides. Sa peau s’épaissit et prit une teinte marron. Son corps se changea progressivement en bois. Ouespec se mit à hurler sous la douleur de la transformation.
Derrière eux, les vierges s’avancèrent vers le panier et prirent chacune l’un des cœurs avant de croquer dedans. Le démon se retourna vivement et les vit faire avec stupéfaction. Après avoir avalé une bouchée, les vierges jetèrent les cœurs au sol. Le démon s’avança et prit l’un des cœurs.

« - Mais … ce ne sont pas des cœurs de nourrissons ! » dit-il, surpris.

Les vierges, la bouche ensanglantée, se mirent à chanter un ancien quantique.

« - Non … ce sont des … cœurs de porcelets ! » répondit difficilement Ouespec.

« - COMMENT ? » hurla le démon qui perdait progressivement son apparence humaine.

« - Un roi pour l’enfermer,
Quatre pour le libérer !
De pierre et de feu sera sa prison,
Pour l’éternité, enfermé, sera le démon !
De poussière et d’os,
Se nourrira Barbatos ! »

Comprenant qu’il avait été roulé, Barbatos tenta de fuir mais en vain. Tandis que les vierges s’enflammaient spontanément, les murs du palais se mirent à fondre et devinrent de la lave. Un cône volcanique se forma en quelques secondes et devint la prison du démon et de son serviteur royal pour l’éternité … ou jusqu’à ce que trois autres rois se soumettent à lui.
_____________

Note : Deux photos de l'intérieur de la Bibliotheca Alexandrina pour se rendre compte à quoi font face nos héros en pénétrant dans le bâtiment !


____________

A suivre dans le chapitre 213 : A l'origine d'une civilisation.


Dernière édition par Jezekiel le Ven 14 Juil - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Chapitre 481
» One piece - Chapitre 0
» Bleach - Chapitre Spécial Ulquiorra
» Chapitre 605
» Spoil Bleach chapitre 274
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 212 - Surgis du passé :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 212 - Surgis du passé
Message le Sam 16 Aoû - 17:18 par Shion
Et bien, il y a du beau monde dans cette bibliothèque ^^

Intéressant, cette origine d'Alejando Ouespec, et surtout très surprenant Smile
avatar
Re: Chapitre 212 - Surgis du passé
Message le Sam 16 Aoû - 19:49 par Jezekiel
Ravi de lire que j'arrive à te surprendre encore ^^
Re: Chapitre 212 - Surgis du passé
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 212 - Surgis du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 13 - un Monde de Sable-
Sauter vers: