Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 218 - Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

28092014
MessageChapitre 218 - Joshua

Terre 2663 – Mont Cleveland

Lors d’un choc thermique les vaisseaux sanguins se compriment. En conséquence le sang se met à refluer rapidement vers l’intérieur. En réaction, le cœur ralentit considérablement son rythme cardiaque pour diminuer cet afflux sanguin. Drastiquement et brutalement rationné en oxygène, le cerveau fait entrer le corps en syncope. D’ordinaire, les chocs thermiques se produisent sur la plage en été, lorsqu’un baigneur inconscient se jette à l’eau sans transition. Dans de tels cas, la noyade peut être une conséquence fatale. Pour nos héros, le risque de noyade était nul … contrairement à celui de l’hypothermie qui allait suivre s’ils restaient là.
Malheureusement, le seul moyen qu’ils avaient de s’extraire au plus vite de cette menace venait de tomber face contre terre, le visage enfoui dans la neige. Ce changement de température aussi drastique accompagné de la fatigue d’un voyage si long, avec autant de personnes, avaient eu raison de l’organisme de Miles en premier.
Le pire, c’est qu’il ne serait bientôt plus le seul. Inconsciemment, Frédéric avait augmenté la température de son corps pour pallier au déficit calorifique. Dès qu’il le vit effondré, Frédéric vint s’agenouiller à côté de son ami pour le retourner afin qu’il ne s’étouffe pas. Grâce à sa formation de sapeur-pompier, il reconnut de suite les symptômes du choc thermique. En l’état actuel des choses, il ne pouvait rien faire pour Miles. Il se redressa et, par réflexe, observa ses compagnons. Que ce soit ceux avec qui il avait l’habitude de voyager ou les membres de la tribu de Ponk, malgré leurs vêtements chauds, nombreux étaient ceux qui présentaient déjà les premiers symptômes du choc thermique. Du moins au plus atteint, ils étaient parcourus de frissons, subissaient de violents maux de crânes, voire même certains vertiges.
Il comprit rapidement qu’en dehors de lui, seuls Wade et Jeremiah ne semblaient pas souffrir du changement de température. Le vampire étant dans son élément, quand à Wade, son analgésie fréquentielle semblait lui épargner ce genre de désagrément pour le moment. Cela lui faisait une belle jambe car ça ne les aidait en rien dans cette situation actuelle. Il fallait à tout prix les ramener dans un milieu plus chaud. C’est alors que Frédéric eut une idée.

« - Jeremiah ! Peux-tu créer une sorte de dôme au-dessus de nous ? » demanda-t-il dans l’urgence.

« - C’est fait ! » répondit le vampire dans la seconde qui suivit.

« - Maintiens-le coûte que coûte ! »

Immédiatement, Frédéric tira un puissant rayon de flammes sur le dôme télékinésique du vampire. Après quelques secondes, l’effet se fit sentir. La température sous le dôme s’éleva rapidement.

« - Toute aggravation des symptômes du choc thermique est écartée. Vous pouvez réduire votre apport calorifique sans l’interrompre totalement » précisa Isaac.

Selon les indications du drone, Frédéric réduisit l’intensité de ses flammes jusqu’à maintenir la température actuelle. Toute neige à l’intérieur du dôme, et au contact direct de ce dernier, avait fondu. Le dôme créa ainsi un microclimat qui permit au groupe de reprendre des forces. Néanmoins, Miles ne revint pas à lui.

« - Que fait-on maintenant ? » demanda Wade.

« - Laissez-moi m’orienter » répondit Ponk.

Le faunanthrope gorille s’avança et observa les environs pour tenter de reconnaître quelques repères géographiques ou topographiques que ce soit. Malheureusement, il dut s’avouer vaincu. Cela faisait trop longtemps qu’il n’était pas venu en cette région et il ne reconnaissait rien à cette altitude. Toutefois, ils n’allaient pas rester au sommet du mont une éternité. Ils devaient descendre, quelle que soit la direction. Avec de la chance, Ponk retrouverait mieux ses marques en regagnant le plancher des vaches.
Pour descendre, ils durent prendre le versant occidental. Sa pente était raide, ils descendaient d’un mètre tous les deux mètres parcourus, mais moins que celle du versant nord-ouest où les rapports étaient inversés. Tandis que Jeremiah et Frédéric maintenaient une chaleur acceptable et constante, ce fut Bill qui porta Miles sur son épaule massive. La descente ne fut pas de tout repos, particulièrement pour Frédéric. Fournir un feu continu sur une si longue période commençait à le fatiguer sérieusement.

« - Quelqu’un arrive » signala Graf au bout d’une bonne heure.

Il avait flairé une odeur qui n’appartenait à personne dans le groupe. Tous se mirent sur leurs gardes jusqu’à ce qu’ils voient apparaître un homme imposant vêtu à la mode bûcheron, chemise à carreaux, jean, chaussures de randonnée, bonnet et gants. Pour un humain, il avait une carrure particulièrement imposante qui n’avait rien à envier à celle de Ponk, Trémor ou bien même Bill.

« - Bon sang ! Qu’est-ce que tu fiches ici, Ponk ? » demanda alors l’homme.

« - Je suis ravi de te voir également, mon ami ! » répondit le gorille.

« - Ouais, salut ! »

« - J’imagine que tu n’es pas là par hasard » demanda Ponk.

« - Tomber sur vous par hasard, faut le vouloir ! On vous voit à des kilomètres à la ronde avec le spende de ce loup » rétorqua-t-il, en regardant Frédéric de travers.

« - N’aie aucune crainte, il ne fait pas partie du Fenrir ! » assura Ponk.

« - Je n’ai pas peur du Fenrir ! » répliqua vivement Joshua.

« - Certes ! »

« - Tu n’as pas répondu à ma question » relança Joshua sur la raison de la venue du groupe au Mont Cleveland.

« - Nous sommes venus pour te voir ! »

« - Faut qu’il y ait un sacré bordel pour que tu quittes ton Nouvel Eden ! »

« - Pourrions-nous poursuivre dans un lieu plus hospitalier ? » demanda aimablement Frédéric.

Joshua regarda Frédéric droit dans les yeux, comme pour le jauger. Il fit de même avec tous les membres du groupe sans laisser transparaître quoi que ce soit dans son attitude.

« - Suivez-moi ! » finit-il par dire.

Durant l’heure qui suivi, tous économisèrent leurs forces jusqu’à arriver à la modeste cabane de Joshua. Elle était tout ce qu’il y avait de plus pittoresque, construite qu’elle était en rondins de bois et en pierres. Jeremiah et Frédéric furent les derniers à entrer, le temps que tous pénètrent à l’intérieur, s’isoler du froid hivernal. Finalement les deux hommes purent cesser tout effort … bien que le vampire semblait pouvoir tenir des heures à ce rythme-là.
L’intérieur de la cabane était spartiate. Une chaise, une table, un lit, une cheminée et on avait fait le tour du mobilier. Joshua ne semblait pas être le genre d’homme à s’encombrer avec de l’inutile … comme de l’espace vide. Le groupe fut particulièrement serré à l’intérieur si bien que Wade et Jeremiah préférèrent finalement ressortir. Ils furent suivis quelques minutes plus tard par Hircus, Turner et Hooch, s’étant acclimatés à la température locale. Quand à Miles, il fut allongé sur le lit de Joshua. Ce dernier observant l’homme inconscient sembla presque préoccupé par son sort. Il passa en revue quelques bocaux situés sur une petite étagère. Il en prit trois et les plaça sur sa table. Il sortit du premier, portant l’inscription "Romarin", six fruits semblables à des glands et les plaça dans son mortier. Du second bocal, nommé "Basilic", il prit cinq feuilles bien vertes qu’il plaça dans une petite casserole. Et enfin, il se saisit du troisième bocal, l’Églantier. Malheureusement, il ne restait dedans plus que deux petits fruits rouges. Joshua fut contrarié, il se retourna vers les faunanthropes.

« - Qui parmi vous est le meilleur limier ? »

« - On peut dire que c’est moi ! » affirma Graf.

« - Un doberman, hein ? Je ne vais pas t’envoyer poursuivre une livre de chair, mon gars ! »

« - Qu’importe qui ce soit, je le retrouverai ! » assura le faunanthrope.

« - Pas qui, mais quoi ! » rétorqua Joshua en montrant les deux fruits.

« - Je … je peux peut-être … aider, alors ? » dit Misha en s’avançant.

Joshua laissa échapper un très fugace sourire. Misha prit les fruits et se mit à les sentir. Se rhabillant chaudement, Misha ouvrit la porte et huma l’air.

« - Je crois qu’il y en a au Nord d’ici mais je n’en suis pas sûr. D’ordinaire je cueille les plantes lorsque je tombe dessus ».

« - Ça ira ! » répondit Misha avec un sourire, content de pouvoir se rendre utile.

Comprenant que cela pressait, il se mit à courir dès qu’il eut capté l’odeur si particulière de ces fruits. Il fut accompagné par Scrof, qui ne le lâchait pas d’une semelle. A l’intérieur, Joshua se mit à piler les fruits de romarin tandis que Sandora faisait chauffer de l’eau à la cheminée pour préparer une infusion de feuilles de basilic. Misha revint quelques minutes plus tard, essoufflé mais apportant les bons fruits. Ne s’inquiétant pas de l’absence de Scrof, Joshua prit les fruits et les ajouta à son mortier.

« - Où est Scrof, Misha ? » demanda Élaphe.

« - Il a cru … voir quelque chose … dans la forêt. Il est allé … voir mais il … revient vite » répondit Misha, souriant malgré sa difficulté à reprendre son souffle.

Joshua ajouta la poudre obtenue dans son mortier à l’infusion de basilic et demanda à Sandora de la faire boire à Miles.

« - Alors Ponk, pourquoi es-tu là ? »

Le moment que Ponk redoutait le plus dans ses retrouvailles avec Joshua était enfin arrivé. Lors de la descente du Mont Cleveland, il avait joué dans sa tête plusieurs scénarios pour amener la vérité, mais aucun ne lui avait plu.

« - Le Nouvel Eden a été attaqué » dit-il sobrement en baissant la tête.

Joshua le regarda sans dire un mot mais on pouvait sentir la colère monter en lui, comme si elle irradiait de tout son être.

« - Et ? » finit-il par dire en se contenant, se doutant de ce qui s’était passé.

« - J’ai perdu la Pomme de Vie ! »

Joshua détourna la tête en fermant les yeux et serrant les dents, comme s’il ne voulait plus voir l’objet de sa colère sous peine de la voir exploser.

« - C’est ce qui arrive lorsqu’on en fait qu’à sa tête ! » répondit-il sans le regarder.

« - Aurait-il été mieux que j’agisse comme l’ordre le voulait ? En la cachant de tous et en ne faisant profiter de son pouvoir à quiconque ? »

« - ET LA ? C’EST MIEUX MAINTENANT QU’ELLE EST ENTRE LES MAINS D’UN NUISIBLE, PEUT-ÊTRE ? » cria Joshua en regardant à nouveau Ponk.

« - Lyon ! »

« - QUOI ? »

« - Elle est entre les mains de Lyon, ou du moins elle ne va pas tarder à l’être » précisa Ponk.

« - De toutes les crapules, il a fallu que ce soit lui, en plus ! Belle réussite que ton utopie ! »

« - Je ne regrette pas d’avoir fait profiter des bienfaits de la Pomme au plus grand nombre ».

« - Pas de regrets ? … TU EN AURAS PEUT-ÊTRE LORSQUE LYON L’ACTIVERA A NOUVEAU AVEC DES EFFETS INATTENDUS MAIS SANS AUCUN DOUTE CATASTROPHIQUES ! »

« - OH ! JE COMMENCE A EN AVOIR RAS LE BOL QU’UN MACHTLOS PARLE AINSI A NOTRE CHEF ! » se mit à crier Folke.

Le silence se fit un court instant.

« - Comment tu m’as appelé ? » lui demanda Joshua.

« - Je t’ai appelé par ce que tu es, un putain de … »

Mais Folke n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il fut expédié à travers la fenêtre de la cabane. Un vent glacial s’y engouffra, indisposant la plupart de ceux réunis à l’intérieur. La force avec laquelle Joshua expulsa Folke étonna tout le monde. Comment un simple être humain pouvait développer assez de puissance musculaire pour envoyer valser un faunanthrope même par surprise.

« - Putain de salopard ! » grogna Folke en se relevant.

« - ASSEZ ! » cria Ponk.

« - QUI T’AS DONNÉ L’AUTORISATION D’INTERVENIR ? »

« - Mais, vénérable … »

« - SILENCE ! »

Après quoi, Ponk fit un signe de la main pour ordonner à tous de sortir. Tous sortirent docilement de la cabane. La conversation entre Ponk et Joshua reprit.

« - Excuse Folke, il est encore jeune et il ne sait pas qui tu es ».

« - Qu’importe ! Dès que je t’ai vu, je savais pourquoi tu étais venu et ma réponse est non ».

« - Pourquoi ? Tu sais ce qui risque d’arriver si Lyon parvient à activer la pomme ».

« - Oui, et ce ne serait peut-être pas un mal ».

« - Mais, Joshua, tout comme moi, tu fais partie de l’Ordre ».

« - Oui, tout comme toi … pourtant ça ne t’as pas empêché d’aller contre ses directives et maintenant nous sommes les deux seuls survivants de cet ordre. Maintenant, part. Toi et ton groupe avaient un long voyage à faire pour arriver jusqu’à Pompéï ».

Ponk conserva le silence quelques instants.

« - Je regrette que nos retrouvailles se soient passées ainsi » finit-il par dire avant de tourner les talons et de sortir de la cabane.

Alors que le groupe s’éloignait, Joshua ajouta :

« - Moi aussi ! »

Une étincelle brilla un court instant dans ses yeux et lui donna un air sinistre.

A l’extérieur, juste au moment où le groupe s’était réuni, Scrof les rejoignit et resta évasif sur son retard. C‘est alors que Miles, à nouveau porté sur l’épaule de Bill, se réveilla. Bill le fit descendre et on lui fit un bref résumé de ce qui s’était passé. Après quoi, ils se mirent en route, en direction du Nord, vers le Geschwader.
_____________

A suivre dans le chapitre 219 : le Geschwader !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 218 - Joshua :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Chapitre 218 - Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 14 - un Monde de Faunanthropes-
Sauter vers: