Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 227 - Pompéi, part 1 - Délivrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

30112014
MessageChapitre 227 - Pompéi, part 1 - Délivrance

Terre 2663 – Presque 6 jours plus tard

Cela faisait déjà plus de deux jours qu’une puissante créature, de taille modeste, trapue et possédant des membres supérieurs démesurément musclés, creusait la roche à plus de 20 mètres de profondeur. La créature, aux puissantes griffes, progressait à un rythme effréné, suivie d’une dizaine de créatures aux physiques variés qui faisaient une chaine pour déblayer derrière leur leader. La créature de tête était un faunanthrope taupe répondant au nom de Herbert et tous ceux réunis dans ce gigantesque tunnel formaient le Terhundo, une enclave faunanthrope modeste et invisible puisque changeant très régulièrement leur logis de place en se déplaçant sous terre. Mais cette fois, il n’était pas question de changer de logis. Leur but était ô combien plus important et ils allaient bientôt l’atteindre.
S’approchant rapidement de leur objectif, Herbert ralentit quelque peu la cadence pour limiter les vibrations et les émissions sonores. C’est ainsi qu’ils remontèrent à l’air libre, faisant irruption au beau milieu de la nuit au sein d’une gigantesque ville fortifiée et habitée : Pompéi, l’enclave de la Horde de Lyon.
Herbert et les siens se faufilèrent sans bruit dans l’ombre du bâtiment le plus proche tandis que l’un des leurs resta dans le tunnel pour camoufler la sortie. Prenant rapidement leurs repères, ils déduisirent où ils étaient arrivés : la ville basse de Pompéi. La ville basse n’était que taudis et bidonville où les esclaves de la horde s’entassaient la nuit pour bénéficier d’un repos autant mérité que court. C’était exactement où ils voulaient atterrir.

Rapidement, le Terhundo se dispersa au travers de la ville basse via les petites ruelles sombres et sordides. Un à un, ils réveillèrent les esclaves de la horde, qu’ils soient faunanthropes souris, moutons, castors, crapauds, grenouilles, marmottes, volailles ou encore humains. Ils les firent évacuer par le tunnel qui venait d’être creusé auprès duquel Herbert les attendait et surveillait leurs arrières. Leur jeu du chat et de la souris avec les gardes de la horde dura près de deux heures avec succès. Mais alors que la lune gibbeuse entamait sa descente dans le ciel d’encre, un garde repéra l’un des membres du Terhundo escortant un groupe d’esclaves jusqu’au tunnel.

« - HALTE LA ! QUI VA LA ? » cria-t-il avant de comprendre ce à quoi il était en train d’assister.

Le faunanthrope hyène n’eut pas le temps d’alerter ses collègues que sa gorge fut tranchée en une grande éclaboussure. Herbert l’avait égorgé avec une rapidité hors norme. Ses griffes brillant du sang de la hyène, il fit signe au groupe de poursuivre.

« - Cela faisait longtemps que mes griffes n’avait pas creusé autre chose que de la roche … » se dit-il à lui-même, songeur.

Veillant toujours sur les siens, Herbert dut neutraliser deux autres gardes de la même façon. Plus la lune descendait et plus Herbert s’inquiétait du temps que cela prenait. Le dernier garde qu’il avait tué s’était aperçu de l’absence de ses collègues plus rapidement que le précédent. Fort heureusement, il vit alors Brad, un faunanthrope paresseux, lui faire signe que c’était bon juste avant de s’engouffrer dans le tunnel. Baissant sa vigilance, Herbert bondit de la muraille où il se trouvait dans la rue en contre-bas. C’est alors qu’un garde le vit et lui tira dessus. Surpris, Herbert parvint néanmoins à esquiver les balles mais les détonations retentirent comme le tonnerre, déchirant la quiétude de la nuit. Toute la ville basse fut alertée. Se faufilant de ruelle en ruelle, Herbert accéda au tunnel et s’engouffra à l’intérieur sans prendre la peine d’en camoufler l’entrée.

A l’intérieur du tunnel, Brad avait pris de l’avance. En entendant les coups de feu, il avait fait presser tout le monde devant lui. Quelques secondes après Herbert, les gardes de la horde commencèrent à s’infiltrer dans le tunnel à leur tour, à la poursuite des fuyards. Sans se retourner, Herbert esquissa un petit sourire en s’en rendant compte. Dix secondes plus tard, il dépassa un repère qu’il avait fait inscrire par les siens lors du creusement. Herbert s’arrêta net et lacéra de ses deux pattes le toit du tunnel. La puissance qu’il venait d’exercer sur la zone qu’il avait fragilisée dans cette intention fit s’effondrer tout le tunnel de ce point jusqu’à la sortie au milieu de la ville basse. La dizaine de gardes qui le poursuivait périt en un instant dans l’écroulement.

Moins d’une dizaine de minutes plus tard, Herbert ressortit de sous terre en empruntant l’une des sorties annexes de son tunnel tandis que les esclaves sortaient près de trois kilomètres plus loin au Nord. Il fut accueilli par un groupe d’individus hétéroclite.

« - Vous pouvez lancer la phase deux ! » leur adressa-t-il sans un certain contentement dans la voix.

« - Merci, Herbert ! » lui dit alors l’un d’eux.

« - Ne me remercie pas, Joshua, c’est le moins que nous puissions faire pour vous aider dans votre affrontement face à Lyon ! »
_____________

France – Il y a deux jours et demi

Il s’était passé plus d’une journée depuis que Nocturne l’avait parachuté au Sud de l’Espagne conformément à leur nouveau plan d’actions. La dernière enclave qu’ils avaient rencontrée les avait forcés à voir la situation sous un autre angle. Pour cela, ils avaient décidé de se séparer afin d’optimiser leurs chances avant que Lyon n’accède à la puissance de la pomme. Depuis son parachutage, Joshua avait passé le plus clair de son temps à courir sous sa forme faunanthropique pour atteindre le Nord de la France et ses anciennes mines de charbon.
Bien que les contrées soient vertes, l’herbe ne resplendissait pas en raison d’un ciel gris et menaçant. L’air y étant plus frais, revigora Joshua.

L’homme arriva dans un paysage sinistre. Il ressemblait à une carrière où seuls quelques bâtiments en tôle et une gigantesque tour en poutres d’acier témoignait de l’activité humaine passée. Joshua avança donc vers la tour. Celle-ci était en fait l’élévateur qui, autrefois, descendait les mineurs au fond et remontait des wagons de charbons plusieurs fois par jour. Néanmoins, l’élévateur était hors service depuis de nombreuses années comme l’en témoignaient les câbles rompus et gagnés par l’oxydation. Mais cela n’étonna pas Joshua. Ce n’était pas la première fois qu’il venait ici et il savait parfaitement à quoi s’attendre en bondissant dans le trou. En contre-bas, il atterrit en un grand vacarme qui sembla se répercuter loin en profondeur. Joshua se redressa et s’enfonça dans les galeries.

Près d’une heure plus tard, après avoir bifurqué à de nombreux embranchements, Joshua arriva dans une vaste cavité abritant elle-même une vingtaine de cavités plus modestes. Il était arrivé à la demeure principale et récurrente du Terhundo. Une créature aux larges épaules et trapue se présenta à lui comme on accueille un convive.

« - Bonjour Joshua ! Bon retour parmi nous ! » l’accueillit Herbert.

« - Bonjour Herbert ! » répondit-il.

« - Ta quiétude a dû être sacrément troublée pour que tu interrompes la nôtre » remarqua Brad.

« - La Pomme de Vie est aux mains de Lyon » dit-il simplement, allant droit au but.

Le silence se fit sous le coup de la stupéfaction.

« - Que puis-je faire pour vous aider toi et Ponk ? » demanda Herbert.

« - Nous venons d’apprendre que Lyon a rapatrié ses esclaves dans la ville basse de Pompéi ».

« - Quelle belle salope ! » s’exclama un fourmilier.

Depuis toujours, Lyon s’était constitué un aréopage d’esclaves qu’il faisait dormir hors de Pompéi, hors de ses remparts protecteurs. Mais depuis quelques temps, il les avait entassés dans la ville basse, ce qui lui constituait un véritable bouclier faunanthrope puisque le seul moyen de l’atteindre, dans son palais de la ville haute, était de passer par cette ville basse.

« - Je comprends le sens de ta venue et j’accepte de t’aider, Joshua » lui adressa Herbert.

« - Tu as du culot d’oser venir demander à Herbert de combattre à nouveau alors que cela fait plusieurs années qu’on n’a pas de nouvelles de toi ! » lui adressa une musaraigne.

« - Détrompe-toi, mon ami, il ne me demande pas de combattre, uniquement d’évacuer les otages de Lyon » rétorqua Herbert.

« - Exactement, une fois que vous aurez évacué les esclaves, vous vous retirerez et nous attaquerons ! » assura Joshua.

« - La tribu attaquera ? Vous courez au massacre ! » répliqua Brad.

« - Ne t’inquiète pas pour ça » lui répondit Joshua.
_____________

Présent – A deux kilomètres de Pompéi

Face à la forteresse de Pompéi, se tenaient la tribu de Ponk et le groupe de Frédéric. Le reste de la tribu les avait rejoints pour le baroud d’honneur.

« - Joshua, vous n’êtes que ça ? » lui demanda Herbert, inquiet.

« - Patience ! » lui répondit un Joshua humain dont les premiers cheveux gris étaient apparus suite à ses fréquentes métamorphoses.

« - Bien ! Bacster, contacte Tobe, s’il te plait » dit alors Ponk.

Son interlocuteur, une créature hybride, un zèbre à la crinière de lion, réagit de suite aux paroles de Ponk. Il s’avança au-delà du groupe et écarta les bras tandis que ses yeux s’illuminèrent de violet. Cette énergie irradia de tout son corps lorsque ses zébrures noires s’illuminèrent de la même couleur. Loin au-dessus de lui, dans le ciel, s’ouvrit alors un gigantesque portail d’énergie magique de la même couleur d’où surgit Tobe à la tête du Geschwader. La lumière produite par le portail donna à l’escadron un air sinistre et menaçant.

Presque en même temps, une alarme retentit au sein de Pompéi. De puissants projecteurs s’allumèrent et zébrèrent aussi bien le sol que les airs. De nombreuses lumières s’allumèrent un peu partout sur la muraille et des tourelles DCA se mirent en fonction et déversèrent un déluge de feu sur l’escadron. En réaction, Skifter et son bras droit, tous deux dotés de spendes, déversèrent foudres et shrapnels de glace. L’échange dura plusieurs minutes lorsqu’un nouveau séisme ébranla la région. Une fine colonne de fumée blanche commença alors à s’échapper du Vésuve.

« - Le temps presse ! » dit alors Bill.

« - J’y vais ! » proclama Miles.

« - Attends ! Il y a quelque chose d’anormal » le retint Wade.

« - Quoi donc ? »

« - J’ai l’impression qu’il n’y a pas qu’un seul séisme ».

« - Il a raison ! Il y en a deux ! Celui que nous venons de ressentir est le second, le premier approche à grande vitesse et semble provenir de très loin » affirma Ponk.

Soudain, un puissant grondement se fit entendre en provenance de l’Ouest. Personne ne comprenait à quoi il était dû. Cela ne pouvait être Lyon qui tentait de se servir de la Pomme. Il n’y avait rien d’autre à l’Ouest que de l’eau, la Mer Méditerranée … et plus loin l’Océan Atlantique. Soudain, la Lune couchante disparut du ciel. Le grondement se fit de plus en plus intense et la lumière du portail de Bacster encore ouvert dévoila la terrible vérité : une gigantesque vague se dirigeait droit vers eux et menaçait de les engloutir.
_____________

Note 1 : "Terhundo" signifie "Terrier" en Espéranto.
_____________

Note 2 : "Brad" est la première syllabe du mot latin désignant le genre du paresseux (Bradypus)
_____________

A suivre dans le chapitre 228 : Pompéi, part 2 - Déferlante

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Musique dans Twilight chapitre 4 breaking dawn part 1
» La délicatesse, chapitres 22 à 46 : "c'était la troisième fois qu'il pleurait devant une femme".
» La Part du Chapitre (Uriel Ventris Tome 6)
» Spoil Bleach chapitre 274
» [Blu-Ray] Vendredi 13 - Chapitre 3 : Meurtres en 3D (Import US)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 227 - Pompéi, part 1 - Délivrance :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 227 - Pompéi, part 1 - Délivrance
Message le Dim 30 Nov - 23:49 par Shion
Pas idiot de libérer les esclaves avant l'attaque.

Je sens que cette série de chapitres sera pleine de rebondissements Smile
 

Chapitre 227 - Pompéi, part 1 - Délivrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 14 - un Monde de Faunanthropes-
Sauter vers: