Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 232 - Pompéi, part 6 : Défiance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

04012015
MessageChapitre 232 - Pompéi, part 6 : Défiance

Terre 2663 – Ville Haute de Pompéi

La mystérieuse faunanthrope qui accompagnait Bacster, connue sous le nom de Selina, profitait du chaos ambiant pour se faufiler à sa guise dans les rues et ruelles, esquivant tout peloton qui se hâtait vers les différents fronts de combats. Connaissant la ville haute au moins aussi bien que la ville basse, Selina avança sans aucune difficulté jusqu’au palais de Lyon. Lorsqu’elle le vit, elle connut un moment de temps mort à l’instant où des souvenirs la submergeaient : elle était rentrée chez elle.
_____________

Entrée de la Ville Haute

Le groupe de Frédéric, soutenu par Tembo Nag, affrontait toujours l’Ombre et plusieurs mastodontes à l’entrée de la Ville Haute. L’affrontement était l’occasion de quelques règlements de compte. Sur les toits, Bill affrontait Scrof avec fureur. Ce dernier tentait de rendre coup pour coup mais la puissance de Bill pesait lourd sur la balance. Ainsi, le sanglier abusait de coups bas en série pour tenter de compenser. Il lui envoyait de multiples fragments de tuiles qu’ils brisaient lors de leurs échanges. Mais il comprit rapidement que cela ne faisait qu’augmenter la fureur de Bill qui pulvérisait toute cheminée que Scrof mettait entre eux. Si bien qu’il se résolut à dévoiler le moyen avec lequel il communiquait avec l’ennemi depuis leur départ du Nouvel Eden. Soudain Bill se mit à entendre des voix qui le désorientèrent. Scrof était doté du don de communication télépathique. Il s’en servit pour fuir vers la ville basse et les toits noyés dans la fumée industrielle des usines. Quelque peu perturbé par le spende de Scrof, cela n’empêcha pas Bill de le poursuivre. Arrivé à son tour sur l’un des toits des usines, il comprit rapidement le piège dans lequel il était tombé. Sa vue était lourdement réduite et son odorat saturé de fumées.

De la ruelle où Miles avait coincé Vile, le combat s’était reporté également sur les toits. Mais un spectateur n’aurait pas qualifié ce qui s’y passait de "combat". Miles avançait de façon implacable sur Vile tel un fléau impossible à stopper. Imperturbable, il avançait comme ignorant les multiples foudres avec lesquelles le renard le frappait. Malgré les petits arcs électriques qui émanaient de tout le corps de son adversaire, Vile ne comprenait pas que plus il le frappait, plus il renforçait sa puissance.

« - Bon sang ! Mais d’où viens-tu ? » s’écria Vile, affolé car incapable de l’arrêter.

« - De l’enfer mon pote et c’est à ton tour d’y aller ! » lui répondit Miles avec un sourire malsain.

Le reste du groupe était resté solidaire. Le gros de l’affrontement se déroulait donc dans une zone plus resserrée. La sangsue, dont le corps portait encore les stigmates infligés par Élaphe, tenta de repérer ce dernier dans la cohue. Mais malheureusement pour lui, le cerf était resté à l’extérieur de la ville. Néanmoins, le groupe avait établi une stratégie si jamais il devait affronter à nouveau l’Ombre. Avant qu’elle ne se rende compte qu’Élaphe n’était pas là, la sangsue fut enserrée dans les fils tranchants de Wade. Alors qu’il enflammait ses fils, l’écureuil, qu’il avait affronté dans la grange sans parvenir à l’atteindre, tenta de le prendre à revers. Cette attaque également avait été prévue et le faunanthrope tomba lourdement au sol en glissant sur une plaque de verglas. Devant lui se dressa une silhouette qu’il distinguait mal.

« - Il parait que tu es du genre rapide, voyons cela ! » lui adressa alors Jeremiah.

A peine l’écureuil s’était-il relevé, que le combat était déjà fini. Sa tête roula sur le sol.
En attendant que Joshua les rejoigne après sa virée au Nord de la France, Élaphe avait raconté à Flock comment lui et Frédéric avaient réussi à abattre un faunanthrope rhinocéros à deux. Flock et Desmond faisaient dorénavant équipe pour combattre le frère du rhinocéros qui voulait absolument la tête du cerf. En douce, le raton-laveur tenta de se glisser entre les différents belligérants pour finir le combat laissé en suspens dans la grange. Mais soudain un mur de flammes se dressa en travers de sa route. N’étant nullement doté d’un spende, il préféra battre en retraite immédiatement. Il n’eut pas fait quelques pas que deux dagues vinrent le lacérer à l’horizontale. Tandis que ses boyaux sortaient de son ventre pour se répandre sur le sol, il reconnut incrédule son assassin. Il s’agissait de Roméo qui avait récupéré les armes de Turner et Hooch, les deux frères rats tombés en Alaska. Le lièvre s’était endurci au fil de l’aventure qu’il avait vécue et depuis la grange il ne comptait plus rester un poids mort pour son groupe.
De l’Ombre, ne restait plus que le faunanthrope cheval, la brute qui avait fracassé la mâchoire de Roméo. Il projeta son ombre imposante sur le lièvre.

« - Alors petit, on essaie de devenir un homme ? » lui dit-il.

Roméo eut tout juste le temps de se retourner qu’il fut envoyé valdinguer à travers le champ de bataille. Le lièvre se releva et prit un semblant de posture de combat, ce qui fit rire le cheval. Mais son rire se transforma en cri de douleur en sentant la profonde lacération qui venait de s’ouvrir dans son dos.

« - Cela ne te fait pas rire ? Moi si ! » dit alors Joshua.

Le combat dura plusieurs minutes jusqu’à ce qu’il ne reste plus que les deux oncles de Tembo.

« - As-tu besoin d’aide ? » lui demanda Frédéric.

« - Non ! Je me dois de les combattre seul pour laver l’honneur de mon père ! » répondit l’hybride.

« - Très bien ! Rejoins-nous au palais lorsque tu auras fini ! »

Bill et Miles étant introuvables, le groupe ne put les attendre davantage et reprit sa progression vers le palais de Lyon.

« - Tu es aussi bête que ton père ! » dit alors l’un des deux éléphants.

« - Et en quoi était-il bête ? » demanda Tembo.

« - A une époque, il avait assez de force pour dominer le monde mais il n’en a rien fait. Au lieu de cela il s’est contenté de son Kenya ».

« - Donc vous l’avez trahi de votre plein gré » fit Tembo, stupéfait.

« - Et comment ! Prends tout ce que tu peux avec la force que tu as ! Une fois qu’on se sera débarrassés de vous, c’est ce que nous ferons ! » répliqua le second oncle.

« - Si c’est la victoire que vous visez, vous avez bien mal choisi votre camp ! » rétorqua Tembo.

« - C’est ce que nous verrons ! En attendant nous allons t’apprendre à respecter tes aînés ! »

« - Vous n’en méritez aucun ! »

Sur ce, les deux éléphants foncèrent sur Tembo qui vint à leur rencontre.
_____________

Au Nord de Pompéi

Sans avoir bougé d’un pouce depuis l’assaut, Bacster restait debout, les yeux fermés. Il semblait ressentir tout ce qui s’y passait. Soudain il rouvrit les yeux comme si on l’avait tiré brutalement de son sommeil. Un nouveau portail vert s’ouvrit alors, mais cette fois au sein de Pompéi et plus particulièrement au beau milieu de la ville haute. L’hybride semblait terrifié par l’identité de ceux que son géniteur venait d’introduire sur l’échiquier. Il devait se reprendre au plus vite et trouver un moyen de contrebalancer ce nouvel apport.
Ses yeux s’illuminèrent alors de violet, ainsi que ses zébrures noires. Son spende était à son image, hybride. Lorsqu’on observait la manifestation de son pouvoir, il était sûr qu’il lui permettait de faire voyager quiconque à travers l’espace via des portails d’énergie. Ce que peu savait, c’est que son spende lui conférait une conscience de l’espace bien plus aiguisée qui ressemblait à une variante de l’empathie. Il ressentait les sentiments d’autrui même très éloignés de lui mais il était aussi capable de projeter les siens sous forme de télépathie. Ceux qu’il contacta dans un premier temps ne semblèrent toujours pas enclins à les aider dans leur combat … ce qui fit grincer des dents à Bacster. Il ferma alors les yeux et se concentra pour tenter de repérer quiconque avait le désir d’affronter Lyon. C’est alors qu’il ressentit la présence d’une petite communauté au sein des États-Unis, dans la ville de Sheridan. Il contacta alors leur leader humain. Le désir d’aider dans le combat contre Lyon n’avait cessé de croître depuis que Dehmi les avait quittés pour se joindre à Ponk. Toutefois ils n’étaient pas assez nombreux pour faire la différence. C’est alors que Bacster eut une idée. Il ouvrit alors un portail d’entrée à Sheridan et un second portail de sortie au Nord de Pompéi.

En voyant le portail s’ouvrir, Herbert calma tout le monde, sachant que ce n’était pas un ennemi qui allait en sortir. Les habitants de Sheridan se retrouvèrent alors face au Terhundo et les esclaves qu’ils avaient libérés. Les civils ne comprirent pas pourquoi ils avaient atterris ici.

« - Excusez-moi … qui parmi vous est Bacster ? » demanda, hésitant, le leader de Sheridan.

« - Qui c’est ça encore, ce Bacster ? » demanda Brad.

« - Du calme, je sais qui c’est ! » intervint Herbert.

« - Il n’est pas parmi nous, il a dû mal apprécier les distances en vous téléportant. Il se trouve quelques kilomètres au Sud de notre position » dit-il à l’intention des nouveaux arrivants.

« - Et où se trouve Pompéi ? » demanda le leader.

Le silence se fit alors dans les rangs du Terhundo et des esclaves. Herbert reprit alors la parole.

« - La ville se trouve dans la même direction mais … »

« - Mais quoi ? »

« - Je vous déconseille de vous y rendre, c’est un véritable carnage et vous allez tous vous faire tuer ! »

Personne parmi les habitants de Sheridan ne dit mot durant plusieurs secondes lorsque leur leader répondit à Herbert.

« - Qu’importe si nous devons y laisser la vie, nous devons empêcher Lyon d’atteindre son but. S’il parvient à contrôler la Pomme de Vie, il n’y aura plus aucun endroit sûr sur cette planète ! »

Les habitants de Sheridan s’élancèrent alors vers Pompéi en courant. Le courage qu’ils manifestaient troubla plus d’un faunanthrope parmi les esclaves. Bientôt, ils s’interrogèrent sur leur fuite. Ils avaient certes retrouvé leur liberté mais tant que Lyon serait en vie, combien de temps seraient-ils libres ? Soudain un nouveau tremblement de terre se fit sentir. La fine colonne de fumée blanche qui émanait du Vésuve s’épaissit un peu plus et devint plus foncée.
Parmi les esclaves, il ne faisait dès lors plus aucun doute qu’ils devaient retourner à Pompéi assurer leur liberté sur le long terme. Rapidement, ils brisèrent plusieurs branches d’arbres environnants pour s’en servir d’armes et s’élancèrent à la suite des habitants de Sheridan.
Les voyant retourner avec tant d’ardeur vers la ville où ils avaient tant souffert, Herbert comprit alors que Bacster ne s’était pas trompé.

« - Je vais les suivre ! » dit alors simplement Herbert.

Il resta quelques secondes sans bouger, puis il s’élança. Derrière lui, le Terhundo lui emboîta le pas presque immédiatement. Après quelques secondes, le Terhundo rejoignit les esclaves et quelques secondes encore après ils rejoignirent tous les habitants de Sheridan. C’est alors qu’un gigantesque portail d’énergie violet s’ouvrit face à eux. Tous s’engouffrèrent dedans sans la moindre crainte, galvanisés par leur désir d’en finir avec Lyon.
_____________

Alors que le groupe réduit composé de Frédéric, Sandora, Desmond, Wade, Jeremiah, Isaac, Cochran, Stephen, Flock, Roméo et Joshua avançait dans les rues de la Ville Haute sans encombre, il s’arrêta en voyant une puissante lumière verte émaner d’une rue. L’instant d’après, des myriades de loups déboulèrent pour les affronter. Le géniteur de Bacster avait amené Fenrir à Pompéi. Immédiatement, Stephen s’enferma lui, Isaac et Cochran sous un bouclier magique tandis que leurs collègues affrontaient les loups.
Se souvenant du massacre de l’Alaska, chacun dans le groupe donna tout ce qu’il avait pour leur faire payer la mort de leurs anciens compagnons. Après quelques minutes, alors que le nombre des loups diminuait sensiblement, une seconde vague de lycanthropes intervint, comme jadis. Comme jadis également, leur chef Fenrir était à leur tête. Le voyant arriver, le sang de Flock ne fit qu’un tour. De suite, il tenta de se diriger vers lui en se frayant un chemin à travers les innombrables loups.
Alors que le surnombre des loups commençait à se faire sérieusement ressentir, une puissante lumière violette inonda les rues où se déroulait ce terrible combat. Du portail de Bacster sortirent alors les habitants de Sheridan, les anciens esclaves et le Terhundo. Telle une puissante vague, les nouveaux venus s’abattirent sur la meute en un terrible fracas.

« - ON TE COUVRE, JOSHUA ! PARTEZ DEVANT ! » cria Herbert.

Dans l’incapacité de le voir dans ce chaos, Joshua reconnut la voix de son ami. Il fit signe à Frédéric d’avancer.

« - ET FLOCK ? » cria Roméo tant bien que mal malgré sa mâchoire fracturée.

Le faunanthrope boxer ne comptait pas partir sans avoir la tête de Fenrir et il s’enfonçait toujours plus dans les rangs ennemis, subissant de plus en plus de lacérations.

« - Je reste avec lui, on vous rejoint dès qu’on en a fini ici ! » dit alors Jeremiah en fonçant dans le tas.

Le cœur lourd, Frédéric et son groupe quittèrent le champ de bataille, frustrés de ne pouvoir exterminer la meute de leurs propres mains.
Derrière, le vampire se servait de deux épées de glace pour rejoindre Flock qu’il voyait chanceler de plus en plus malgré la rage qui l’habitait. Nombreux furent les loups qui tombèrent sous les coups de griffes et de crocs de Flock mais c’en était trop pour lui dorénavant. Il avait subi de nombreuses lacérations et n’avait plus la force de se tenir debout. Il tomba donc à genoux, au beau milieu d’une meute sanguinaire et barbare. L’un des loups s’avança alors vers Flock. Il leva la main lentement et alors qu’il allait l’abattre sur la gorge de Flock, elle tomba au sol, tranchée par Jeremiah. Le vampire rejoignit alors Flock et érigea un bouclier télékinésique autour d’eux le temps d’un instant.

« - Debout Flock ! Fenrir n’est pas encore mort ! »

« - Je sais mais je n’en peux plus ! » avoua le boxer.

Le vampire marqua une pause avant de tenter de le remotiver à nouveau en posant sa main sur son épaule.

« - Est-ce ce que Graf aurait dit ? Aurait-il baissé les bras à cause de quelques griffures ? N’aurait-il pas assouvi sa vengeance jusqu’au bout ? »

Tout en lui disant ces paroles, Jeremiah appliquait sur les blessures de Flock un froid mesuré pour endormir la douleur et lui redonner de l’énergie à son insu. Son action eut l’effet escompté.

« - Non ! Graf aurait donné … a donné sa vie pour moi ! Le moins que je puisse faire c’est de m’assurer que ceux qui l’ont tué mourront à leur tour ! » proclama le boxer en se relevant.

Sa hargne retrouvée, Flock se jeta à nouveau sur les loups dès que le vampire eut baissé son bouclier.
_____________

Palais de Lyon

Connaissant les moindres recoins du palais comme sa poche, Selina en connaissait tous les moyens d’accès … ou plutôt toutes les sorties qui lui permettaient de sortir du palais pour rejoindre son amant jadis. Le palais était comme dans ses souvenirs, somptueux et garni de dorures et tapisseries en tout genre. Après s’être introduite dans les cuisines royales par un accès, dont elle taira l’existence par amour propre, Selina gagna l’aile des différents salons. Pensant qu’ils seraient déserts, elle n’avait pas prévu qu’ils seraient réaménagés depuis son départ. Elle arriva alors dans la pièce où se prélassait le harem de Lyon. En la voyant entrer, chacune des faunanthropes lionnes ici présentes se relevèrent.

« - Tiens donc ? Mais qui donc vient nous rendre visite ? » dit l’une d’entre elles.

« - Voyons, malgré sa capuche elle est reconnaissable entre mille » dit une autre.

« - Bien sûr, ce n’est autre que la sale petite chienne ingrate qui a trahi notre seigneur ! » dit une autre en montrant ses crocs.

« - Qui traites-tu de chienne, chaton ? » répondit alors Selina en ôtant sa capuche et dévoilant sa nature de lionne.
_____________

A suivre dans le chapitre 233 : Pompéi, part 7 : Défaite


Dernière édition par Jezekiel le Lun 5 Jan - 8:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Musique dans Twilight chapitre 4 breaking dawn part 1
» La délicatesse, chapitres 22 à 46 : "c'était la troisième fois qu'il pleurait devant une femme".
» La Part du Chapitre (Uriel Ventris Tome 6)
» Spoil Bleach chapitre 274
» [Blu-Ray] Vendredi 13 - Chapitre 3 : Meurtres en 3D (Import US)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 232 - Pompéi, part 6 : Défiance :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 232 - Pompéi, part 6 : Défiance
Message le Lun 5 Jan - 8:15 par Shion
Ce chapitre ne devait-il pas avoir "Défiance" comme sous-titre ?

Beaucoup d'action, on ne s'ennuie pas dans ce chapitre, encore une fois Smile
avatar
Re: Chapitre 232 - Pompéi, part 6 : Défiance
Message le Lun 5 Jan - 8:21 par Jezekiel
Exact ! Je me suis emmêlé les pinceaux hier XD
Défaite, ce sera celui de la semaine prochaine :p

Sinon, de l'action, je t'en promets jusqu'à la fin de l'arc Wink
 

Chapitre 232 - Pompéi, part 6 : Défiance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 14 - un Monde de Faunanthropes-
Sauter vers: