Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 26 - le Cadeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

16032012
MessageChapitre 26 - le Cadeau

[Date originale : 23 Janvier 2011]
[Date correctif : 3 Juillet 2014]
Terre 8451, face au volcan Tajumulco.

« - Tu as choisi le bon jour pour ne pas te faire désirer mon ami ! » dit Jeronimus en empoignant l’avant-bras de Viriatus.

« - Comment tu as fais pour arriver aussi vite ? » lui demanda-t-il.

« - A peine étions-nous arrivés à Lexington qu’on nous a informés que la flotte russe avait été vue au large des côtes ouest voguant droit sur le Guatemala il y a de cela quelques jours. Sachant exactement quelle direction prendre, on a filé droit dessus » lui répondit son ami.

« - Même si nous arrivons à temps pour la bataille, je t’apporte aussi une désagréable nouvelle. Nous avons enterré ton ami Daniel mais quand nous sommes arrivés à Lexington, un colibri de feu nous avait précédés, nous informant que sa tombe avait été profanée » expliqua Viriatus après quelques secondes.

« - Fils de chien ! On sait qui a fait ça ? »

« - Malheureusement non. Mais la milice du port fait tout son possible pour enquêter sur cet acte odieux » lui assura Ikitus.

En parallèle, notre trio de héros discutait de tout autre chose.

« - Comment ça va de ton côté ? » demanda Frédéric à Jeremiah qui se préoccupait des démangeaisons que le vampire connaissait depuis plusieurs jours et qui allaient grandissantes.

« - Ne t’inquiète pas, ça ne m’empêchera pas de faire ce que j’ai à faire » lui répondit-il.

« - Et pourquoi il n’irait pas bien notre vampirounet de service ? » dit Miles en adressant une tape amicale sur l’épaule de Jeremiah.

« - Jeremiah a un sérieux problème de démangeaisons … » commença Frédéric avant que Miles ne le coupe.

« - Des démangeaisons ? C’est des morpions ? Pourtant y avait pas de femmes à bord … Ooooh ! Oh d’accord ! Je n’aurais pas cru que tu étais de ce bord-là ! Si ça ne te dérange pas, j’aimerais que tu gardes une certaine distance avec moi à l’avenir, okay ? »

Jeremiah ne comprenait strictement rien aux idioties que débitait Miles.

« - Tu n’as pas fini de faire le zouave ? » lui renvoya Frédéric.

« - Euh … le seul zoulou ici c’est moi ! » intervint alors Djawad affichant un grand sourire.

« - Je n’ai pas dis "zoulou" mais "zouave" » reprit Frédéric après s’être tapé le front du plat de la main.

Ce moment de distraction prit fin lorsque Jeronimus reprit la parole.

« - Il semblerait que l’armée russe nous ait devancés en ces terres. Donc nous devrons sûrement nous les coltiner tôt ou tard en plus de ces macchabées en bas ».

« - Derrière ces tas de viande morte se trouve la fameuse prison où était sensé être retenu prisonnier le fameux démon. Je dis bien "sensé" car la récente activité du volcan laisse présager que le démon s’est réveillé de mauvais poil ».

« - Si le démon s’est libéré, nous ne pouvons le laisser partir et ravager la planète. Ainsi trois centuries accompagneront la Lame Rouge et vous autres messagers jusqu’à l’antre de la bête tandis que le reste de la légion occupera les troupes d’outre-tombe » ajouta Viriatus.

« - Si je peux me permettre, nous irons seuls dans le volcan. Comme vous avez pu le constater face au Serpent de Mer, nos capacités dépassent de loin celles d’un être humain normal et plus vous serez nombreux sur le champ de bataille moins vous subirez de pertes » intervint Frédéric.

Prenant le temps de peser le pour et le contre, Jeronimus et Viriatus acceptèrent le plan des messagers.
Viriatus laissa sur le promontoire rocheux deux centuries d’archers prêts à faire feu à son ordre.
Pendant ce temps Frédéric, Miles, Jeremiah, la Lame Rouge et le reste de la légion de Viriatus descendirent à l’orée de la sinistre plaine en laissant leurs montures. Lorsque les hommes de la décurie de Jeronimus dégainèrent leurs armes, Jeremiah comprit pourquoi on les appelait la Lame Rouge. Leurs lames renvoyaient un éclat rouge qui s'étaient sûrement imprégnées du sang de leurs adversaires un nombre incalculable de fois.

Tous les hommes étaient sur le qui-vive lorsque Viriatus donna l’ordre à ses archers de tirer. Une pluie de traits s’abattit alors sur les hordes de morts-vivants face à eux. Ce fut également le signal pour les troupes à terre de littéralement foncer dans le tas car les archers ne tireraient qu’une fois avant de descendre pour se joindre au combat au corps à corps.

Le choc des deux armées fut violent et retentit comme un terrible coup de tonnerre assourdissant.
Jeremiah en tête frappa trois morts-vivants avec son fouet avant de reformer son arme sous sa forme d’épée et de poursuivre la percée vers la caverne. Juste derrière lui Frédéric, armé de son poignard et de son épée, maniait ses armes comme un virtuose. Chacun de ses coups faisait mouche et il ne tarda pas à se mettre à la hauteur de Jeremiah pour élargir la percée. Bien loin de se gêner, les deux hommes semblaient ne faire qu’un et se complétaient à merveille, alternant leurs positions dans un ballet mortel.
Derrière eux Miles se servait de ses deux épées pour fracasser les morts-vivants qui avaient le malheur de croiser son chemin.
Tandis que les trois hommes se frayaient un chemin, les membres de la Lame Rouge et la légion d’Ikitus surpassaient le dégoût que leur provoquaient leurs ennemis et faisaient honorablement face à ces cadavres.
Juste avant d’entrer en contact avec cette armée infecte, Jeronimus s’était servi de son arbalète pour décocher un carreau en plein front du premier cadavre qui lui arrivait dessus. La refixant dans son dos grâce à un ingénieux système de lanières il décapita la créature de son gladius avant de sortir sa grande épée et de trancher le bras d’un autre zombie.

« - Chef ! C’est l’armée russe ! » lui cria Jörf alors qu’il abattait sa gigantesque zweihander sur un autre zombie.

« - Quoi ? Où ça ? » demanda Jeronimus sans discontinuer de trancher les morts-vivants.

« - Partout ! Ceux qu’on affronte portent des uniformes russes ! »

« - Parfait ! Bottons-leur le train comme ils le méritent alors ! » dit Jeronimus avec un grand sourire.

Jamais bien loin de Jeronimus, prêt à payer sa dette à tout instant, armé de ses deux tomahawks, RedRiver débitait littéralement ses ennemis en petits morceaux. Si elles avaient encore été vivantes, ses victimes auraient déversé quantité de sang.

Alors qu’une décurie normale combattait de façon regroupée, la Lame Rouge se disséminait au sein du champ de bataille. En effet, leurs styles de combat si différents les empêchaient de mener une attaque resserrée.
C’est ainsi que peu à peu chaque membre, à l’exception de RedRiver et Jeronimus, se sépara du groupe pour provoquer encore plus de dégâts dans les rangs ennemis.

Takeda alternait constamment de style entre le maniement de son seul katana et le maniement du katana accompagné d'un ninjato. Ses lames sifflaient littéralement dans l’air avant qu’elles d'atteindre ses cibles.

Djawad aussi alternait sans cesse de style de combat mais dans une approche beaucoup moins esthétique. Il envoyait sa lance perforer ses adversaires et pendant qu’il se rapprochait pour récupérer son arme, il déblayait la voie à coups de machette.

Rêmnon et Zeno étaient deux autres exceptions à combattre ensemble suivant un style assez proche. Coups de boucliers en avant, qu’ils levaient pour pourfendre de leur arme blanche. Un gladius pour Zeno et un kopis pour Rêmnon.

De son côté Ra’iarii n’y allait pas de main morte en frappant à tour de bras la tête des zombies à grands coups de sa gigantesque batte de cricket que Chittesh lui avait fait faire en Inde.
Ce dernier justement ne possédait pas une force musculaire aussi gigantesque que le maori mais il se débrouillait tout de même en maniant sa ramdao avec talent.

Enfin, Ryuchi créait un véritable tourbillon de chairs arrachées avec son kusari gama. Cette arme de moyenne à longue portée laissait souvent son manieur sans défenses au corps à corps. Pour pallier cette faiblesse, Ryuchi portait à chaque main des poings américains munis de griffes.

Quant à Viriatus, menant les romains, il n’hésitait pas à montrer l’exemple en se mêlant à eux pour défaire cette armée de morts-vivants.

Après quelques minutes, Frédéric, Miles et Jeremiah parvinrent jusqu’à la caverne. La chaleur qui y régnait contrastait énormément avec l’extérieur. Une lumière ocre éclairait parfaitement l’intérieur.
Au fond de la grotte se trouvait un trône de pierre et alors qu’ils s’attendaient à voir une créature démoniaque y siéger, ce fut un vieillard à la barbe hirsute et aux cheveux particulièrement longs recouvrant son visage qui s’y trouvait … ce qui désarçonna quelque peu notre trio.

« - Bienvenue ! » dit l’homme d’une voix faible en relevant la tête lentement.

« - Bonjour ! Excusez notre … » commença Frédéric lorsque Miles le coupa.

« - T’es qui toi ? »

« - Vous devriez savoir au moins le nom de celui chez qui vous entrez. Je me nomme Barbatos ».

Tous les trois se mirent alors sur leur garde.

« - Veuillez baisser vos armes je vous prie » dit le vieillard sans changer de ton.

Mais des trois hommes, seul Frédéric s’exécuta.

« - Putain tu fais quoi là ! » lui dit Miles.

Frédéric était aussi étonné que lui, ce qui fit sourire le vieil homme.

« - Mon seigneur Barbatos vous a dit de baisser vos armes ! » cria alors une créature décharnée qui devait être autrefois un être humain.

Criblé de pointes de flèches, ils devinèrent rapidement qu’il s’agissait d’Otto.

« - Tiens donc ? T’es toujours de ce monde ? » répliqua Miles d’un ton amusé.

« - T’as perdu pas mal de morceaux à ce qu’on dirait durant ta fuite. J’espère que tu n’as pas perdu ton honneur en perdant ce qui faisait de toi un homme ».

A ces mots, Otto se jeta sur Miles en poussant un cri difforme. Miles l’embrocha directement sur son épée gauche. En s’empalant sur la lame, Otto cessa tout mouvement, ses membres pendant littéralement pendant quelques secondes avant qu’il ne revienne à lui. Il prit la lame à pleines mains et se hissa le long de l’arme pour atteindre Miles.

« - T’es trop con pour comprendre quand il faut que tu meures ou quoi ? »

D’un geste fulgurant, il le décapita de son épée droite. La tête d’Otto roula lentement vers Barbatos quand soudain ses yeux s’illuminèrent un bref instant d’une lueur rouge. Le crâne d’Otto tomba en poussières instantanément.

« - Reprenons si vous le voulez bien messieurs » dit le vieil homme.

Il tapa du pied sur le sol et fit apparaître des sièges de roche derrière nos héros.

« - Vous serez mieux assis ».

« - Sans façons ! » répondit Frédéric.

« - Assis ! »

« - Non mais tu nous prends pour tes chiens ou quoi ? » lui dit Miles.

« - Hé ! Hé ! Hé ! Non mais maintenant je sais lequel d’entre vous s’en rapproche le plus ».

En effet, Frédéric avait pris position sur le siège et ne comprenait pas ce qu’il lui avait pris. Il se releva immédiatement.

« - Trêve de bavardages, nous ne sommes pas ici pour nous amuser à vos petits jeux » intervint alors Jeremiah.

« - Non ! En effet ! Vous êtes là pour me tuer ! Mais qui croyez-vous que je suis ? »

« - Un putain de démon ! » cracha Miles.

« - Alors nous partageons cet aspect mon cher. Mais toi, es-tu bien celui que tu crois être ? »

« - Fais chier ! » dit Miles avant de se jeter sur Barbatos, ses épées en avant.

Mais il ne l’atteignit pas. En effet à peine s’était-il lancé sur le vieil homme que le son surpuissant de trois cors les immobilisa tous les trois, les forçant à lâcher leurs armes et se mettre les mains sur les oreilles pour tenter de s’en protéger.

Trois créatures qu’ils n’avaient pas vues jusque-là sortirent de l’ombre en soufflant dans de puissantes cornes qui leur faisaient office de cor.
D’un geste de la main, Barbatos leur fit arrêter ce son insupportable.

« - Voyez-vous, bien que vous soyez investis d’un pouvoir qui vous dépasse et dont vous  ignorez l’étendue, vous restez trop assujettis à vos sens humains » dit Barbatos en se levant péniblement.

« - En voyant un vieillard décrépi cloué sur un trône, vous vous êtes dit que vous alliez pouvoir m’occire sans difficultés ».

« - Je fus autrefois un démon de premier ordre et même s’il est vrai que je n’ai pas recouvré encore tous mes pouvoirs, je dispose de bien assez de ressources pour me débarrasser de vous sans problèmes majeurs dans l’état actuel de vos capacités ».

Tournant autour de nos trois héros encore paralysés par le son des cors, Barbatos changea d’aspect. Il laissa le corps du vieil homme pour prendre l’aspect d’un homme dans la force de l’âge affublé de vêtements de chasseur.

« - Cela n’aurait pas été le cas si vous étiez arrivés à peine quelques jours plus tôt comme c’était destiné au départ ».

« - Ooooh ! Vous ne l’avez pas encore compris dirait-on » s’exclama-t-il en lisant l’incompréhension sur les visages de nos trois héros.

« - Croyez-vous vraiment que le simple fait d’enduire la coque d’un bateau de restes de poissons suffit à attirer un serpent de mer ? »

« - Et oui ! Je connais le langage des animaux, n’est-ce pas Frédéric ? » dit-il en tapotant de la main la tête de ce dernier.

« - Cette attaque planifiée a laissé tout juste le temps au roi russe Romanov de m’atteindre » dit-il en tendant le bras vers l’une des trois créatures.

La créature était non identifiable de part la quantité de bijoux, de bagues, de colliers, de bracelets qui semblait la faire se courber. Seuls ses yeux, sa barbe et un sourire qui montrait des dents en or permettaient de l’identifier comme faisant partie du genre humain.

« - Vassili Romanov avait deux souhaits en venant me voir. L’un d’eux était d’être le plus riche de la planète. Le voilà exaucé. Autant que je vous présente les deux autres tant qu’on y est. Archibald Diegan est le roi d’une ancienne île appelé Atlantide. Son souhait était de diriger le plus grand royaume de la Terre. Je lui ai offert le fond des océans puisque la planète est recouverte en majeure partie d’eau ».

L’homme qu’il venait de présenter affichait un teint blafard, limite bleu. Malgré la chaleur ambiante, il ne cessait de dégouliner d’eau. De multiples algues le recouvraient de façon inégale. Ses cheveux noirs formaient comme une sorte de rideau devant son visage. Il portait une couronne faite de corail.

Quant au troisième, son épiderme était semblable à l’écorce d’un vieil arbre. Il était squelettique et ses yeux étaient jaunes perdus au fond de cavités orbitales sombres. Il portait une robe et un grand collier d’or autour du cou. La petite couronne indiquait qu’il était également un roi.

« - Alejando Ouespec est le premier des rois à m’être devenu fidèle mais aussi la cause de mon emprisonnement. Mais c’est une autre histoire et maintenant avec trois rois à mes ordres, je suis libre ».

Pendant son monologue, nos trois héros reprirent des forces, ce que démontra Jeremiah en lançant son fouet s’enrouler autour du cor d’Alejandro pour le lui soutirer.
Rapidement, Frédéric lança son poignard se planter à l’intérieur du cor d’Archibald tandis que Miles abattit sa hache sur celui de Vassili.

Le cor de Vassili éventré, Miles souleva sa hache de guerre pour l’abattre sur le roi russe maudit mais celui-ci expédia Miles à travers la caverne se fracasser contre la paroi rocheuse d’un revers du bras, à son grand étonnement. Deux gigantesques bras musculeux étaient sortis de sous la montagne d’or qu’était devenu Romanov.

« - Ha ! Ha ! Ha ! Jamais tu n’écoutes ce que l’on te dit Miles ? J’avais pourtant bien dit que Vassili était venu à moi avec DEUX souhaits ! Le second était de devenir l’homme le plus puissant de la Terre ».

Jeremiah et Frédéric furent surpris de voir Miles voler ainsi. Mais leurs adversaires coupèrent court à cet étonnement.
Alors que Vassili se dirigeait lentement vers Miles, qui se remettait doucement, Archibald se jeta sur Frédéric. Les deux hommes s’empoignèrent et débuta dès lors une poignée de fer.

Quant à Alejando il s’interposa simplement entre Jeremiah et Barbatos, ne bougeant pas.
Jeremiah restait sur ses gardes, prêt à toute attaque tout en jaugeant son adversaire.

Vassili avait rejoint Miles. Il le prit par les cheveux et le souleva avant de l’encastrer dans le mur d’un surpuissant coup de poing. A un rythme lent mais régulier, il commença à lui porter de surpuissants coups au ventre, faisant trembler la caverne à chaque impact.

Ne parvenant pas à prendre l’ascendant sur son adversaire, Frédéric se transmua en loup, ce qui fit la différence. Archibald plia sous la puissance accrue de Frédéric mais aucune expression ne vint troubler l’impassibilité du roi atlante. Soudain il ouvrit la bouche et un cri strident en sortit. Le son n’était pas aussi puissant que celui des cors mais à cette distance, l’ouïe surdéveloppée de Frédéric en souffrit terriblement. L’empoignée se renversa et Frédéric dut même mettre un genou à terre. Sans interrompre son cri Archibald le lâcha. Il plaça alors ses mains au-dessus de Frédéric, bras tendus en cessant de crier. Relevant péniblement la tête, Frédéric vit une chose peu ordinaire. Les gouttes qui ruisselaient sans cesse sur le corps du roi se décollèrent et vinrent tourner de plus en plus vite autour de Frédéric en un tourbillon. Complètement relevé, Frédéric tenta de griffer Archibald, qui était à portée de griffes, mais grand mal lui en prit. Les gouttes d’eau tournaient à une telle vitesse qu’elles lui tailladèrent le bras comme des lames de rasoirs.

Voyant que ses amis étaient en mauvaise posture, Jeremiah se décida d’agir. En un éclair il fondit sur Alejando en abattant son épée. Malgré son immobilité, le roi guatémaltèque fut plus rapide et l’embrocha sur un pieu de bois d’un diamètre de vingt centimètres sorti tout droit de sa poitrine. La douleur fut immense, Jeremiah en lâcha son arme pour se saisir du pieu et tenter de le retirer … en vain.

« - Vous pensiez vraiment pouvoir me tuer avec si peu de pouvoirs ? » leur demanda Barbatos.

A ces mots, Vassili cessa de pilonner Miles et le tint à bout de bras par la gorge.

« - Vous n’êtes que des nouveau-nés pour moi ! Vous n’avez même pas encore appris à marcher qu’on vous envoie me tuer ? Qui sont donc vos commanditaires pour être si ignorants ? »

« - Bien ! Il est temps d’en finir mes enfants ! » déclara-t-il après quelques secondes.

Tous ici présents comprirent ce que cela voulait dire et il en était hors de question. Reprenant ses esprits, Miles prit sa forme démoniaque et se saisit de ses épées qu’il enfouit violemment dans le tas d’or. Le russe lâcha Miles. Toutefois il n’exprimait aucune douleur, bien au contraire, il affichait toujours son sourire de fou illuminé. Il se saisit alors des poignets de Miles et lui fit retirer ses épées de ses entrailles dorées avant de le forcer à se planter ses lames dans ses épaules. Après quoi, il le souleva toujours en le tenant par les poignets et le fixa au mur. Miles hurla de douleur.

Barbatos qui avait observé la scène avec amusement cessa de sourire en ne distinguant plus très bien où finissait le dos de Miles et où commençait la paroi rocheuse. Il tourna le visage alors vers Frédéric.

Ce dernier était toujours prisonnier du tourbillon d’eau d’Archibald que celui-ci resserrait petit à petit sur lui. Chaque goutte d’eau qui le lacérait le mettait un peu plus en colère. Celle-ci ayant atteint un seuil fatidique, sa température commença à grimper et autour de lui se créa une aura de chaleur. Archibald avait de plus en plus de difficultés à maintenir à l’état liquide ses gouttes d’eau.

Barbatos n’en cru pas ses yeux. La surprise laissa toutefois rapidement place à du contentement et il se mit à sourire. Il tourna la tête alors vers Jeremiah.

Celui-ci tentait de récupérer son arme tombée au sol en tendant désespérément sa main vers elle. Soudain l’arme trembla sur le sol. Jeremiah cessa tout mouvement durant quelques secondes, essayant de comprendre ce qui venait de se passer. Il se rappela alors du combat contre Simon Setum où son épée était venue dans sa main toute seule. Il se concentra alors sur elle d’une autre façon. Soudain son arme se souleva du sol et se ficha comme une flèche au plafond en lacérant la main de Jeremiah au passage. Mais ce ne fut pas de la douleur qu’il ressentit à ce moment mais un certain plaisir. Il venait de faire la découverte d’une nouvelle aptitude : la télékinésie.

Ayant vu la scène, Barbatos se mit à l’applaudir. Jeremiah tourna le regard vers lui et tendit le bras dans sa direction d’un mouvement sec. L’épée plantée au plafond partit comme une fusée vers le démon … et s’arrêta net à quelques centimètres de lui.

« - Te crois-tu le seul doué de télékinésie ? »

Barbatos fit se planter l’épée au sol.

« - Vassili ! Archibald ! Alejando ! Cessez ce petit jeu je vous prie ! »

Vassili qui avait recommencé à pilonner Miles au ventre, s’arrêta net. Il rentra ses bras sous sa montagne d’or.
Archibald baissa les bras et le tourbillon d’eau se dispersa laissant Frédéric tomber genoux au sol.
Alejando qui n’avait pas bougé depuis le début du combat fit se rétrécir le pieu de bois qu’il avait créé, libérant ainsi Jeremiah.

« - Finalement vous êtes tous les trois très prometteurs mais vous ne parviendrez pas à me tuer aujourd’hui ».

Levant le bras gauche vers le haut de la caverne il produisit alors un puissant rayon d’énergie qui créa une ouverture sur le ciel sombre de cendres.

« - Et je vais faire en sorte que cela n’arrive pas plus tard non plus ».

Les trois rois s’élevèrent alors et s’envolèrent dans les cieux à travers l’ouverture.

« - Avant que je ne parte, un petit cadeau quand même ! » dit-il en pointant un index vers Jeremiah.

Ses yeux s’illuminèrent d’une lueur bleue puis s’éteignirent sans qu’aucun effet visible ne se fasse voir.
Puis les pieds de Barbatos se soulevèrent du sol.

« - Ce n’est qu’un au revoir, pas un adieu ! »  précisa-t-il avant de passer par l’ouverture.

Frédéric et Jeremiah se retournèrent pour scruter la grotte en espérant y voir quelque chose, mais rien.

« - Oh ! Vous venez me décrocher quand vous voulez ! » clama alors Miles qui avait repris sa forme humaine, tout danger étant écarté.

Les deux hommes vinrent retirer les lames de ses épaules.
A peine Miles eut-il les pieds au sol que Jeremiah se plia en deux et se mit à hurler.
Sa colonne vertébrale se tendit soudainement, le forçant à se redresser brusquement au moment même où deux ailes sortirent de ses protubérances rénales. Manifestement il s’agissait là du "cadeau" de Barbatos. Le démon avait accéléré le développement de ses ailes.

Il fallut quelques minutes à Jeremiah pour s’habituer à ses nouveaux membres et commencer à les replier. En effet ses ailes n’avaient rien de commun avec les ailes que des vampires séculaires finissaient pas développer. Ces derniers pouvaient les plier grâce à une articulation centrale mais elles restaient constamment visibles. Celles de Jeremiah présentaient pas moins de trois articulations espacées à égales distances lui permettant de les replier dans le dos si bien que de face on ne les voyait tout simplement plus.

C’est alors que Jeronimus, à la tête de la Lame Rouge, exténués et sales mais au grand complet, déboula en trombe dans la caverne.

« - Bon il est où ce fichu démon ? » demanda leur chef.

« - Il en a eu marre de jouer avec nous et il s’est barré ! » répondit Miles en montrant du doigt l’ouverture dans la roche.

« - Mais que faites-vous là ? » lui demanda Frédéric.

« - Ces enfoirés de macchabées ne cessaient pas de se relever quand soudain ils sont tous tombés en poussières. Il est partit où le démon ? »

« - A mon avis il ne représente plus un danger pour vous » lui répondit Jeremiah.

Soudain un horrible déchirement se fit entendre dans le ciel. Tous sortirent de la caverne et virent au loin une sorte de lasso de lumière qui se referma dans le même bruit dérangeant de déchirement.

« - C’était quoi ça ? » demanda Jörf.

« - L’œil de Râ ! » répondit Rêmnon.

« - Non à mon avis, c’était une brèche interdimensionnelle. Tout comme nous venons d’un autre monde, le démon est parti pour un autre ».

« - C’est bien qu’on ait un soucis de moins » dit Viriatus qui avait entendu la discussion en approchant.

« - Pourquoi ? » demanda Jeronimus.

« - Parce qu’on vient de recevoir un message de Rome ! Ils n’arrivent pas à neutraliser une créature qui provoque de véritables carnages en Gaule. Elle inscrit à chaque fois le nom de Jeremiah ».

Click Me ! Click Me ! Click Me ! Click Me !


Dernière édition par Jezekiel le Jeu 13 Juil - 11:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Chapitre 484
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 26 - le Cadeau :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 26 - le Cadeau
Message le Ven 16 Mar - 11:44 par Shion
[Date originale : 23 Janvier 2011]
« - T’es trop con pour comprendre quand il faut que tu meures ou quoi ? »

Bam, enfin crevé celui-là XD

J'ai bien aimé tes 3 rois aussi, tant leur histoire que le dessin que tu en as fait Wink

Quant à la chute, elle m'intrigue pas mal, je dois dire...
avatar
Re: Chapitre 26 - le Cadeau
Message le Ven 16 Mar - 11:46 par Jezekiel
[Date originale : 23 Janvier 2011]
Merci pour le commentaire mon grand Wink
avatar
Re: Chapitre 26 - le Cadeau
Message le Lun 4 Juin - 21:36 par Nyko
Jeremiah monte en puissance!
Barbatos devrait bien s'entendre avec Miles puisqu il commande aux animaux en designant Frederic comme tel^^
Re: Chapitre 26 - le Cadeau
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 26 - le Cadeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 3 - un Monde selon César-
Sauter vers: