Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 251 - une Histoire d'œufs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17052015
MessageChapitre 251 - une Histoire d'œufs

Terre 6354 - Hôpital de l’Unicorps

Tout en jetant un coup d’œil régulier à Miles, Stephen lisait tranquillement un petit livret. Ce petit livret, qui ressemblait à une brochure publicitaire, promouvait les mérites d’un camp d’entraînement militaire intensif et personnalisé d’où l’on ressortait fondamentalement changé et renforcé, le programme Zénith. Stephen était pensif. Il trouvait son potentiel de combat assez faible comparé à une machine de guerre telle que Westwood. Pourtant ce dernier était en train de suivre en ce moment même ce fameux programme pour encore plus s’améliorer. Avant de prendre la décision d’y postuler ou non, Stephen désirait tout de même attendre que Westwood en ressorte pour constater s’il avait pu soutenir le rythme ou non.
Plongé dans ses pensées, Stephen ne remarqua pas que les aiguilles de l’horloge fixée derrière lui au mur se mirent à tourner à toute vitesse jusqu’à reprendre leur rythme habituel. De même, les chiffres de sa montre numérique se mirent à défiler à toute allure pour atteindre la même heure que l’horloge. C’est alors que Kristell entra dans la pièce. Stephen sursauta et se releva.

« - Qu ... Qu’est-ce que vous faites là ? » lui demanda-t-il.

« - Je viens te relever, c’est mon tour de garde » lui répondit-elle avec un sourire.

« - D-Déjà ? »

Stephen jeta un coup d’œil à l’horloge, puis à sa montre et n’en revint pas que le temps soit passé si vite. Le soldat prit alors congé. Quand à Kristell, elle s’approcha de la baie d’observation et scruta Miles avec insistance.
Dans l’esprit de ce dernier, le tumulte avait cessé. Tous étaient sur leurs gardes, prêts à accueillir ce qui semblait être un nouveau venu. Mais ce dernier ne semblait pas décidé à se montrer et se contentait de faire retentir sa voix.

« - Nocturne, mon cher Nocturne ! Tu sais quelles sont les volontés de notre père et pourtant tu es ici, loin de ceux que tu devrais coller comme leurs ombres » dit la voix.

« - Qu’est-ce qu’il raconte ? » fit Miles en se retournant vers Nocturne.

« - J’ai reçu pour ordre de rester auprès de Frédéric, Jeremiah et Wade. C’est dans ce but qu’ils ont insufflé mon essence en toi, pour que je suive leurs directives » répondit Nocturne.

« - Mais t’es pas du genre à faire ce que l’on te dit. Sur ce point, on se ressemble pas mal ».

« - Nwa et Noc ont été envoyés pour nous remettre sur le droit chemin, et maintenant c’est à son tour ».

« - Où est le problème ? On va lui mettre la pâtée comme aux deux autres ! » s’esclaffa Miles.

« - J’aime bien ton hôte, Nocturne. Brave mais oubliant quelque peu les réalités de sa condition. ».

« - Euh ... HEIN ? »

« - Nous sommes piégés dans ton esprit, crétin ! » intervint Noc.

« - Ouais, et alors ? Lui aussi ! » rétorqua Miles.

« - T’es vraiment trop con ! Pourquoi crois-tu qu’on n’entende uniquement que sa voix et qu’on ne le voit pas ? »

« - Il est à l’extérieur, libre de faire ce que bon lui semble ! » précisa Nocturne.

« - Je pense que je vais me plaire dans ce monde. Il est si propre, si ordonné. Il y a tant d’êtres humains avec qui jouer ».

« - Ok ! OK ! QU’EST-CE QUE TU VEUX ? »

« - Je crois l’avoir déjà évoqué ; Rejoins tes frères ! »

« - Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, c’est un peu le gros bordel dans ma tête là ! »

« - On va vous aider à remettre de l’ordre le temps que tu les rejoignes » assura Noc, parlant en son nom et en celui de Nwa.
_____________

Terre 539 – Royaume d’Espagne - Cordoue - Station de traitement de l’eau

Tous étaient encore sous le choc du suicide d’Ortiz. Sa vie n’avait été qu’un effroyable gâchis. Dotée d’une intelligence rare, elle avait grandi parmi les templiers et s’était vue bridée et dupée durant toute sa vie. Néanmoins, elle avait donné aux assassins suffisamment d’informations pour leur permettre de rester en course.

« - Je vais appeler quelques recrues et on va se charger de la cargaison de drogue ! » déclara alors Julien en prenant son téléphone.

« - Très bien ! Nous, nous allons rendre visite à Flavio Catalan ! » répondit Jacinto.

« - Tu le connais ? » demanda Frédéric.

« - Malheureusement, oui. Le problème c’est que tout le monde le connait ! »

« - Comment ça ? » demanda Frédéric.

« - Aux yeux du grand public, il a la réputation d’être un éminent archéologue. Ces dernières décennies, officiellement, il a fait des découvertes exceptionnelles ».

« - Et officieusement ? » demanda Wade.

« - Il a fait des découvertes fondamentales et en conserve l’exclusivité aux Templiers. Au besoin, il tue pour protéger le secret de ses découvertes. Il n’a jamais été inquiété car il maquille ses meurtres en accidents de chantier de fouilles ... ce qui le rend encore plus grandiose auprès du public car il est vu comme un passionné n’hésitant pas à mettre sa vie en péril pour ses découvertes » répond Jacinto tout en se dirigeant vers l’extérieur du bâtiment.

« - Et quels secrets garde-t-il qui nécessitent autant de meurtres ? » demanda Frédéric.

« - Les reliques d’une précédente civilisation particulièrement avancée. On les appelles les fragments d’Eden ... Les Pommes d’Eden en font partie ... Ainsi que la Pierre Philosophale sûrement ».

« - Ce qui nous ramène à Cadix ! » intervint Cochran.

« - Mais quelle est cette diversion dont nous a parlé Zara Ortiz ? » demanda alors Jeremiah.

Jacinto ne sut pas quoi répondre.

« - Tout ce qu’on a fait depuis ces deux derniers jours ! » dit alors Wade.

« - Mais bien sûr ! » répliqua Jacinto.

« - La Pierre Philosophale ! » fit Frédéric.

« - Oui ! On savait où elle serait dans trois jours ... c’est-à-dire après-demain, mais Abstergo devait avoir besoin de temps et ils nous ont guidés sur cette histoire de drogue qui a pris des proportions incroyables. Dieu sait ce qu’ils ont pu faire tandis que nous regardions ailleurs » dit Jacinto.

Tous regagnèrent le van précipitamment. Sans attendre, Rebecca remit le contact et se mit en route pour Cadix. A l’arrière, Shaun enquêtait sur Flavio Catalan. L’homme avait une page Headbook où il partageait régulièrement son actualité. Pas trop dur donc de savoir où il allait se trouvait. Ces dernières publications concernaient l’exposition événementielle de la collection intégrale des œufs de Fabergé. En effet, il avait récemment trouvé des spécimens inconnus du monde entier. Les œufs de Fabergé étaient des objets précieux créés par le joaillier Pierre-Karl Fabergé. D’origine française mais de nationalisé russe, le joaillier vit le tsar Alexandre III lui commander à l’occasion de la fête de Pâques de 1885 un premier œuf pour son épouse. Le cadeau lui plut tellement que dès lors, un nouvel œuf était commandé pour chaque fête de Pâques. Après la mort du tsar, son fils prit la relève et fit perdurer cette tradition. C’est ainsi que le joaillier créa pas moins de 50 œufs impériaux. De plus, deux autres œufs furent commandés mais ne furent jamais finis et donc jamais livrés, les œufs Bouleau de Carélie et Constellation. Tandis que le premier ne fut pas en l’état d’être présenté tel quel, il existait deux exemplaires de l’ébauche de l’œuf Constellation ... ce qui était plutôt hors norme puisque chacun des œufs de Fabergé se devait d’être unique.
Pour célébrer la fantastique trouvaille de Catalan, tous les œufs de Fabergé allaient donc être réunis de par le monde pour une exposition exceptionnelle dans le musée de son choix dans son pays d’origine, l’Espagne. Avant même que les œufs ne soient réunis, l’exposition avait été endeuillée très tôt dans son organisation. Les conservateurs des principaux musées d’Espagne avaient été réunis pour que chacun expose sa candidature à recevoir l’exposition. Malheureusement un massacre avait eu lieu et seul le conservateur du musée de Cadix en avait réchappé, grièvement blessé. A n’en pas douter, il s’agissait là d’une manigance des templiers pour forcer l’exposition à venir à Cadix. Après ce massacre et celui, plus récent, du carnaval de Cadix, la sécurité avait été renforcée autour de l’exposition afin d’assurer la sécurité, d’une part, de la collection en elle-même et, d’autres part, des célébrités qui étaient invitées pour l’inauguration. Ainsi les alentours du musée de Cadix ressemblaient peu à peu à une véritable place forte. Personne ne pouvait pénétrer le quartier sans montrer patte blanche.

Il leur restait encore deux heures de route lorsqu’un flash spécial fut diffusé sur les chaînes d’informations nationales. Un attentat venait d’avoir lieu à proximité de l’aéroport de Séville sur un convoi de dignitaires étrangers parmi lesquels quelques représentants de grandes familles souveraines européennes. Tandis que plusieurs terroristes avaient trouvé la mort lors de l’assaut, tout le convoi avait été anéanti, que ce soient la garde ou les dignitaires eux-mêmes, à l’exception d’une seule personne portée disparue. Les autorités locales orientaient leurs investigations vers une prise d’otage. Les occupants du van étaient partagés quant à un lien possible avec ce qui les intéressait. Tandis que Shaun poursuivait ses recherches sur Flavio Catalan pour tenter de le localiser, les autres passagers suivirent le déroulement des faits autour de l’acte de terrorisme. C’est ainsi qu’ils arrivèrent à Cadix à midi tapante ... sans que Shaun puisse repérer ce fichu archéologue.

Fort heureusement, les assassins de Madrid, qui avaient accompagné Jacinto jusqu’ici, étaient toujours à leurs postes et observaient toujours les allées et venues suspectes. Jacinto les avait informés de la progression de la situation et qui ils devaient trouver. Ce n’est qu’à la nuit tombante que différentes recrues repérèrent l’arrivée à Cadix des véhicules enregistrés au nom de Flavio Catalan par les trois accès à la ville, en quasi simultanéité. C’était clairement là une manœuvre pour faire diversion. Jacinto donna l’ordre de suivre ces véhicules mais sans fonder de grands espoirs sur ces filatures. Que Catalan use de cette diversion signifiait qu’il soupçonnait être surveillé. Les assassins allaient donc devoir repenser leur surveillance. Les seuls accès à la presqu’île était par route, par mer ou par air. Il était manifeste que Catalan avait abandonné l’idée de venir par route. Arriver par les airs aurait été trop contraignant étant donné les dispositifs de sécurité mis en place. Il ne restait donc plus que la voie maritime. Bien que presqu’île, Cadix ne comptait que trois ports de plaisance, un au sud et deux au nord. Étant donné que sa destination était le musée, Flavio Catalan accosterait sûrement au port le plus proche du bâtiment en question. Jacinto déduisit rapidement que leur cible accosterait à coup sûr à Puerto América situé à 8 minutes de voiture du musée. Le timing allait être serré pour l’intercepter dans ce délais. Bien que le maître assassin et le groupe de Frédéric se situaient trop loin de Puerto América, les recrues de Jacinto parvinrent à capturer Flavio Catalan au prix de lourdes pertes des deux côtés.

Bien que l’homme eut été lourdement molesté avant d’arriver devant Jacinto et le groupe de Frédéric, il était toujours conscient et parfaitement éveillé. Flavio Catalan avait un physique assez élancé et mince, des cheveux poivre et sel et une barbe naissante lui donnant une fausse apparence négligée en dépit du costume anthracite maintenant tacheté de sang. Jacinto débuta l’interrogatoire mais rapidement il comprit qu’il avait affaire à quelqu’un qui n’allait pas parler aussi facilement que d’autres. Il lui injecta alors une forte dose de thiopental, le fameux sérum de vérité. Mais Catalan était un dur à cuire et il ne desserra pas les dents. Sans prévenir, Wade se saisit d’un clou qui traînait là, s’avança et le planta dans la cuisse droite de Catalan. L’homme cria de douleur.

« - Wade ! » fit Frédéric, étonné par son geste.

« - Si l’injection ne lui fait rien, voyons si la torture physique porte mieux ses fruits » dit alors Jeremiah.

Manifestement, le vampire n’avait aucune pitié pour les templiers et Wade était toujours aussi prompt à employer des méthodes plus directes. Adossé au mur du fond, Desmond souriait de voir la tournure que prenait les choses. Il s’imaginait que bientôt ils allaient se servir de Flavio comme d’un punching-ball. Le concerné, surmontant la douleur, se reprit.

« - Vous n’êtes qu’une bande de lavettes ! » cracha-t-il.

C’était la première fois qu’il disait quelque chose depuis qu’il avait été amené devant eux. Jacinto sortit de ses pensées et fit signe à ses compagnons de se retirer un instant. Desmond ferma la marche lorsqu’il claqua la porte derrière ceux qu’il précédait et la verrouilla.

« - DESMOND ! » cria Frédéric.

« - C’est à mon tour ! » dit-il simplement avant de se retourner vers Catalan.

Quelques minutes passèrent durant lesquelles on entendit Catalan hurler comme jamais il ne l’avait fait. Puis Desmond rouvrit la porte.

« - Je crois qu’il a quelque chose à vous dire » dit-il avec un grand sourire.

En revenant dans la pièce, ils découvrirent Flavio Catalan la chemise ouverte et le torse couvert de fines lacérations comme seules les griffes d’un chat auraient pu administrer.

« - Je vais parler ... mais empêchez-le de m’approcher ! » dit alors Catalan.

« - Bon sang, mais qu’est-ce que tu lui as fait ? » glissa à voix basse Frédéric à Desmond.

« - Je lui ai montré quelque chose que les habitants de cette Terre n’ont jamais dû voir » répondit Desmond sur le même volume avant d’aller s’adosser à nouveau au fond de la pièce.

« - Maintenant que vous êtes disposé à parler, dites-nous où se trouve la Pierre Philosophale ! » dit Jacinto.

« - Quoi ? »

« - Ce n’est pas compliqué, on te demande où est la pierre philosophale ! » intervint alors Desmond du fond de la pièce.

Catalan se raidit sur sa chaise.

« - Je ... Je ne sais pas de quoi vous parlez ! »

« - Qu’est-ce que les templiers t’ont demandé de trouver ? » interrogea alors Frédéric.

« - Un œuf ! Un putain d’œuf de Fabergé qui avait disparu ! »

Les sept hommes se regardèrent, interloqués. Mais ils comprirent rapidement que cet œuf était la pierre philosophale ou du moins qu’il y était lié.

« - Où se trouve-t-il ? » demanda alors Frédéric.

« - Je ne sais pas ! »

« - Te fout pas de nous ! » intervint à nouveau Desmond.

« - Non, c’est vrai ! Je ne sais pas quelles routes emprunte le transporteur sensé l’apporter au musée ! Il y sera après-demain dans la matinée » assura l’archéologue.

« - Comment se fait-il que tu ne le remettes pas directement en mains propres à celui qui te l’as demandé ? » questionna Jeremiah à son tour.

« - Pour éviter qu’on ne fasse le lien entre nous » répondit Catalan.

« - Entre les templiers » ajouta le vampire en fronçant les sourcils.

« - Quel est le nom du templier à qui est destiné cet œuf ? »

« - Vous êtes débiles ou quoi ? Vous n’avez toujours pas compris qui c’était ? Pas étonnant que vous soyez tant à la traîne ! » fit Catalan.

Soudain, un fin rayon de lumière émeraude traversa la pièce et vint transpercer la cuisse gauche de l’interrogé. Catalan se mit à hurler de douleur.

« - Ce n’est pas ça qu’on te demande ! » fit alors Desmond.

« - RIBERA !!! Nazario Ribera ! » cria Catalan.

De son côté Jacinto se posait des questions. Le trait de lumière avait été si bref qu’il se demandait encore s’il l’avait bien vu. Mais le regard que Frédéric portait à Desmond indiquait qu’il avait bel et bien été réel et que c’était bel et bien Desmond qui l’avait émis. Jacinto se demanda alors qui pouvaient bien être ses nouveaux compagnons pour bénéficier d’une telle technologie.

« - Quelqu’un sait qui est ce Nazario Ribera ? » demanda Cochran.

La question ramena Jacinto à la réalité.

« - Ce nom me dit quelque chose ... attendez une seconde » dit-il en consultant son smartphone.

« - Voilà ! C’est le nom du conservateur du musée de Cadix ! »

« - Ben tiens ! » fit Frédéric.

« - Son nom est apparu dans l’affaire du massacre des conservateurs, c’est le seul qui en a réchappé ! »

« - Et c’est un templier. Donc le massacre a bien été planifié par les templiers ... mais de l’intérieur » fit Jeremiah.

« - C’est tout l’intérêt d’une Cloche de Huesca » fit alors Catalan.

« - De quoi il parle ? » demanda Frédéric à Jacinto.

« - Cela fait partie de l’histoire de l’Espagne. Un roi d’Aragon a fait venir en sa demeure ses principaux opposants sous un prétexte fallacieux et prestigieux. Il leur promettait de leur dévoiler la formidable cloche qu’il avait fait faire. Une cloche si puissante qu’elle s’entendrait de par le pays tout entier. Une fois ses opposants réunis dans la même salle, il les a tous fait décapiter ».

« - On comprend aisément le parallèle avec le massacre des conservateurs » conclut Jeremiah.

« - Vous êtes longs à la détente » fit alors Catalan.

« - Cela suffit ! On ne t’as que trop entendu ! Pour avoir trompé, volé et tué autrui, tu mérites la mort ... séance tenante ! » déclara Jacinto.

Joignant le geste à sa parole, il enfonça ses deux lames secrètes directement dans le cœur de Flavio Catalan.

« - Il est temps de mettre un terme à cette histoire ! » déclara-t-il en sortant de la pièce.
_____________

Note 1 : Ce qui est raconté au sujet des œufs de Fabergé est vrai, au détail près qu’en réalité, seuls 43 œufs impériaux existent encore. On ne sait rien quand au sort des 7 autres. De plus le joaillier a réalisé une série de 7 autres œufs à destination d’une autre famille influente, plus quelques autres encore.
_____________

A suivre dans le chapitre 252 - Inquisition
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Les Mousquetaires 1 : LES TROIS MOUSQUETAIRES
» Saint Seiya : soul of Gold
» Bleach - Chapitre 310
» Chapitre 482
» Chapitre 458
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 251 - une Histoire d'œufs :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 251 - une Histoire d'œufs
Message le Dim 17 Mai - 13:13 par Shion
L'accélération temporelle serait un pouvoir du nouveau frère de Nocturne ?

Très intéressant, cette histoire sur le oeufs de Fabergé Smile
avatar
Re: Chapitre 251 - une Histoire d'œufs
Message le Dim 17 Mai - 14:02 par Jezekiel
Pour le frère de Nocturne en scène dans cet épisode, si tu relis bien le paragraphe, tu auras ta réponse Smile
Re: Chapitre 251 - une Histoire d'œufs
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 251 - une Histoire d'œufs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 15 - un Monde d'Assassins-
Sauter vers: