Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 260 - Rosie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1012
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

19072015
MessageChapitre 260 - Rosie

Terre 1960 - Rapture - Hauteurs d’Olympie - Quais

« - SANDORAAAAAA !!!! »

Frédéric ne pouvait s’empêcher de hurler le nom de sa petite amie perdue dans les profondeurs de l’Atlantique Nord. Elle et Wade avaient été avalés par l’océan à peine à quelques mètres d’eux, derrière un fichu sas en métal. Ce dernier commençait d’ailleurs à présenter quelques signes de faiblesses. Il n’avait pas été conçu pour résister de façon aussi directe à la pression des profondeurs. Tôt ou tard, il céderait et d’autres victimes suivraient.

« - Il ne faut pas rester ici plus longtemps ! » dit alors Elizabeth, comprenant dans quelle situation ils étaient.

« - A quoi bon ? Sandora ... Wade ... » répondit péniblement Frédéric.

L’homme était effondré par la disparition qu’ils venaient de subir. Jeremiah compatissait sincèrement à la douleur de son ami et vint poser une main sur son épaule.

« - Allez Frédéric, viens » lui dit-il doucement.

Frédéric n’offrit aucune résistance et suivit le groupe mené par Elizabeth. Sans hésiter, cette dernière s’engouffra dans les Hauteurs d’Olympie. Tous purent constater que le quartier des nantis n’avait pas été épargné par la guerre civile qui avait eu lieu en Rapture. Contrairement aux bas-fonds délaissés de la cité sous-marine, les Hauteurs d’Olympie avaient été le sujet de toutes les attentions de la police qui en avait fait son ultime bastion. Les barricades et les sacs de sables empilés en témoignaient encore de-ci de-là. Néanmoins, sous la crasse et les détériorations, on pouvait encore deviner tout le luxe dont ce secteur bénéficiait autrefois.

« - Où va-t-on ? » demanda Jeremiah.

« - A la Station Asgard ! Par ce détour nous pourrons encore rejoindre la Pointe Prométhée mais cela représente une longue marche ... du moins si la voie n’est pas obstruée » répondit Elizabeth.

Comme son nom le laissait supposer, la Station Asgard était un arrêt du temps où le tramway était encore en fonction. C’était également le lieu de Rapture où la température était la plus basse. Malgré les efforts constants des ingénieurs à l’époque, la température restait constamment à quelques degrés en-dessous. Maintenant qu’il n’y avait plus aucune infrastructure, on pouvait fort bien imaginer que le différentiel de température s’était accru depuis. Mais pour le découvrir, faudrait-il encore que le groupe arrive jusque-là.

Alors qu’ils arrivaient en vue d’un ancien établissement de boissons, un tir lointain retentit avant qu’une balle ne siffle aux oreilles d’Elizabeth.

« - UN SNIPER ! A L’ABRI ! » s’écria alors Cochran.

Tous l’imitèrent lorsqu’il partit se réfugier derrière un amoncellement de sacs de sable ... sauf Frédéric. L’homme ne semblait plus être qu’une coquille vide, ne connaissant plus aucun sentiment ... jusqu’à ce qu’une balle ne l’atteigne à l’épaule droite. La douleur le sortit de sa torpeur tel un ours que l’on dérange durant son hibernation. Frédéric se mit à hurler de rage avant de se transformer en lycanthrope et de courir à la rencontre du sniper juché en hauteur. L’esprit déformé par l’adam, ce dernier ne connut pas la peur qu’il aurait normalement dû ressentir en voyant une bête féroce lui foncer dessus et qui lui aurait donné un tant soit peu de chance d’échapper à la mort. Enragé, Frédéric escalada la façade du bistrot en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et se jeta sur l’infortuné sniper. Le massacre et les cris que poussèrent le chrosôme alertèrent tous ses congénères aux alentours. Derrière les sacs de sable, Jeremiah et Miles s’étaient redressés dès que Frédéric s’était élancé. Peu de temps après eux ce fut Isaac puis Cochran. Pour finir, ce fut au tour d’Elizabeth de se relever.

« - Vous n’allez pas l’aider ? » demanda Elizabeth.

« - Crois-moi, fillette, dans cet état, Frédéric n’a nul besoin d’aide, personne ne saurait l’arrêter ! » répondit Miles sans détourner le regard de son ami.

« - Mieux vaut le laisser extérioriser toute sa rage maintenant plutôt qu’elle n’éclate au pire moment imaginable » ajouta Jeremiah.

« - Mais vous ne comprenez pas ? A force de vacarme, il va attirer quelque chose qu’il ne vaut mieux pas rencontrer ! »

« - Que ça se ramène alors ! Moi aussi j’ai une furieuse envie de défoncer quelque chose ! » répliqua Miles.

Elizabeth observa Miles et Jeremiah puis regarda de loin le combat qui se déroulait sur le toit du bistrot. Bien qu’arrivant en surnombre, les chrosômes étaient projetés de toutes parts et en tout sens tout en poussant des cris de douleurs effroyables. Soudain, un sas s’ouvrit à l’opposé de la place. Ceux qui arrivèrent focalisèrent alors toute l’attention des chrosômes qui venaient juste d’arriver et qui n’avaient pas encore rencontré les griffes de Frédéric. Retentirent alors de multiples détonations à répétition. Bien que la cadence y faisait penser, le son partiellement étouffé n’était pas celui d’une arme automatique rudimentaire. Entre certaines rafales, de puissantes explosions se faisaient entendre.

« - Est-ce ce que vous redoutiez ? » demanda Jeremiah à Elizabeth.

« - J’en ai bien peur » répondit-elle en se baissant derrière les sacs de sable.

Jeremiah observa Miles. Ce dernier lui sourit avant de disparaître dans la matière noire. Il rejoignit le toit du bistrot tout en prenant bien garde de rester à distance de Frédéric qui massacrait les derniers chrosômes encore en vie. En bas, Miles vit ce qu’était le nouveau venu qu’Elizabeth craignait tant. Note 1 Il s’agissait d’un colosse qui faisait au bas mot 2m50 de haut et qui portait une tenue renforcée avec de multiples sangles, des bottes en plomb, qui ne semblaient pas l’empêcher de se mouvoir comme bon lui semblait, une imposante bonbonne d’oxygène attachée dans le dos mais surtout un casque de scaphandrier TOA à sa taille. Dans l’ombre du golgoth se tenait une fillette apeurée. La créature se tenait là entre la fillette et les hordes de chrosômes qu’elle repoussait en leur tirant dessus avec son outil, un énorme fusil à rivets, ou en leur lançant des engins explosifs. Le colosse s’était-il rendu compte de la présence de la fillette ? Si non, qu’allait être sa réaction lorsqu’il la verrait ? Ayant fini d’écharper son dernier chrosôme, Frédéric regarda dans la même direction que Miles et vit la scène. Son sang ne fit qu’un tour avant qu’il ne réagisse et saute du toit pour aller secourir la fillette. Affrontant la meute de chrosômes, parmi laquelle il essayait de se frayer un chemin à coups de griffes, et le redoutable fusil à rivets qui le ralentissait à chaque impact, Frédéric craignait d’atteindre la fillette trop tard. Heureusement, Miles fut plus efficace et se téléporta de suite dans le dos du colosse. Mais le voyant surgir ainsi de nulle part, la fillette prit peur.

« - MONSIEUR P !!! » cria-t-elle.

Immédiatement, le colosse se retourna vers Miles. L’ayant senti dans son dos, Miles se retourna juste à temps pour se prendre un puissant coup de crosse du fusil à rivets à la mâchoire. Le choc fut si puissant qu’il lui brisa la mandibule. Laissant échapper un cri de douleur, Miles se ressaisit et prit sa forme démoniaque. De suite, il asséna au colosse un puissant crochet du droit qui le fit reculer d’un pas. Mais le colosse ne semblait pas connaître le doute. Une fois qu’il s’était fixé un objectif, il l’accomplissait, point. Ainsi, il se redressa et frappa Miles du revers du poing au visage. Les deux géants se rendirent coups pour coups durant plusieurs secondes jusqu’à ce qu’un chrosôme armé d’une mitrailleuse ne fasse irruption et ne leur tire dessus. Le colosse encaissa l’essentiel de la rafale, provoquant de nombreuses fuites dans son costume d’où s’échappait un gaz à haute pression. Instinctivement, il se retourna vers la dernière source de danger connue et se mit à tirer ses rivets. Ce ne fut pas le chrosôme qui se prit les rivets, celui-ci était déjà à terre en train de répandre son sang, ce fut Frédéric qui venait de le tuer. Chaque tir déchiqueta ses chairs.

« - NOOOON !!! » se mit à crier Miles.

De rage, Miles agrippa la bouteille d’oxygène du colosse et la lui arracha. Alerté, le colosse se retourna vers lui aussi vite qu’il le put. Féroce, Miles bloqua le fusil à rivets du colosse avant de le lui arracher des mains et de lui tirer dessus à bout portant. Le colosse recula de plusieurs pas tout en émettant un son sourd qui ressemblait à un mugissement. Les fuites de sa combinaison augmentèrent en nombre avant que le colosse ne chute à la renverse. Poursuivant son offensive, Miles s’approcha de lui, posa un pied sur sa poitrine et pointa le fusil directement sur le hublot principal du casque avant de tirer à plusieurs reprises jusqu’à ce que son adversaire ne bouge plus.

Une fois le colosse achevé, le reste du groupe les rejoignit. Jeremiah tua les ultimes chrosômes qui osaient se ramener d’une pointe de glace en plein cœur ou en pleine face. Une fois cela fait, Jeremiah s’approcha de Frédéric. L’homme était à terre, sous sa forme humaine, en train de respirer bruyamment. Ses chairs déchiquetés se refermaient à vue d’œil. Elizabeth fut surprise de voir ce phénomène et se demanda où ils avaient bien pu trouver ces plasmides. Après quoi elle s’approcha de la fillette recluse dans le mutisme.

« - Celui que vous avez tué était un Protecteur de type Rosie, il ne lui voulait aucun mal. Au contraire, son seul et unique but était de la protéger au péril de sa vie » dit alors Elizabeth.

Sa voix trahissait de la tristesse et une certaine mélancolie comme en mémoire d’un souvenir douloureux. Note 2 Elle tendis alors sa main vers la fillette aussi longtemps qu’il fallut à cette dernière pour qu’elle ose prendre sa main. Elizabeth la tira doucement à elle, révélant son physique à la lumière. Tous furent surpris par son aspect. Bien qu’elle eût le corps d’une enfant, ses yeux étaient entièrement jaunes et lumineux. Note 3

« - Maintenant, elle va être sans défenses face aux autres chrosômes qui voudront son adam. Il n’y a qu’une seule solution pour éviter cela ... »

C’est alors qu’Elizabeth plaça son autre main sur le ventre de la fillette. Tout comme avec Cochran, sa main émit une fraction de seconde durant une lumière grisâtre. Quelques secondes plus tard, la lumière envahissant les yeux de la fillette disparut. La teinte cadavérique de sa peau reprit une couleur normale.

« - Que lui avez-vous fait ? » demanda Jeremiah.

« - Je lui ai retiré ce qui faisait d’elle un appât ».

Après quoi, Elizabeth lâcha la main de la fillette. Chancelante durant quelques secondes, la petite fille se reprit rapidement. Elle escalada alors une bouche d’aération et s’enfuit.
Patientant jusqu’à ce que les blessures de Frédéric soient entièrement refermées, le groupe reprit sa marche jusqu’aux tunnels de l’ancien tramway. Là aussi, les stigmates de la guerre civile étaient visibles. L’un des partis avait fait sauté les rails en plusieurs endroits pour empêcher l’autre d’arriver par tram. Mais cela ne semblait pas avoir suffi à la vue des barricades de sacs de sable et des multiples cadavres qui gisaient un peu partout. Néanmoins, ils ne rencontrèrent aucun chrosôme. A croire que Frédéric avait attiré tous les chrosômes des secteurs avoisinants lors de son défouloir.
A mesure qu’ils approchaient de la Station Asgard, ils ressentirent la baisse de température. Comme soupçonné par Elizabeth, le différentiel s’était grandement accentué mais bien plus qu’elle ne l’aurait cru lorsqu’ils virent tout d’abord du givre puis de la glace recouvrir les parois du tunnel. La température ambiante ne cessa de baisser jusqu’à ce que tous dans le groupe voient l’air qu’ils expiraient.

« - Une partie de cette glace n’est pas naturelle » indiqua Jeremiah.

Le vampire semblait être capable de différencier une glace qui s’était formée naturellement d’une glace créée artificiellement, comme lui-même en était capable.

« - Vous n’êtes sûrement pas le seul à Rapture à avoir essayé le plasmide éclats cryogéniques » dit Elizabeth.

Comme pour confirmer les dires de la jeune femme, ils rencontrèrent bientôt les premières victimes d’un tel pouvoir. Elles avaient été congelées sur place, figées dans le dernier instant de leur vie, immortalisées ainsi. Saisi par la nature du spectacle, le groupe ralentit inconsciemment le pas en arrivant à leur hauteur.

« - Vous êtes sûrs que c’étaient bien des humains ? » demanda Miles.

L’homme s’était arrêté face à l’une des statues de glace et lui tapotait le front de son index. Il le fit avec tant d’insistance que la statue se brisa au niveau des chevilles avant de se briser en mille morceaux en cognant le sol. Bien qu’entièrement congelée, les chairs de la victime furent encore discernables dans les morceaux éparpillés à terre.

« - Autant pour moi, désolé ! » fit-il.

En temps normal, Frédéric lui aurait fait la morale mais il n’avait, présentement, pas l’esprit à ça. Et puis parler du respect dû envers les morts dans une ville où le moindre cadavre était profané par le premier venu ... c’était peine perdue. Bien que ses pensées soient tournées vers Sandora, Frédéric remarqua un fait étrange dans ces statues. Chacune d’entre elles était tournée vers eux, ou plutôt tournée vers les Hauteurs d’Olympie d’où ils venaient. C’était comme si toutes avaient tenté de fuir quelque chose qui leur faisait une peur bleue. Se souvenant comment les chrosômes avaient affronté le Rosie, semblant ignorer le sentiment de peur, Frédéric se demandait ce qui avait pu être aussi terrifiant pour les forcer à fuir de la sorte. Alors qu’ils arrivaient à la Station Asgard à proprement parler, rencontrant de plus en plus de statues de glace, ils virent un tas de glace pilé à côté duquel gisait un outil assez singulier. Muni d’une grande aiguille, l’outil possédait également un réservoir. Miles le prit et frotta le givre qui recouvrait le réservoir pour découvrir quelques gouttes gelées d’un liquide rouge. Tous reconnurent alors l’espèce de seringue qu’un chrosôme avait soulevée triomphant en la trouvant.

« - Il y avait de l’adam là-dedans ? » demanda Miles.

« - En effet et ... cette seringue appartenait à une fillette comme celle qu’on vient de rencontrer » répondit Elizabeth, triste.

Le reste du groupe comprit alors que le petit tas de glace pilé était les restes de cette dite fillette. En tournant au coin d’un couloir ils se retrouvèrent face à une silhouette imposante ... et congelée. Il s’agissait du second type de Protecteur le plus courant à Rapture, un Videur. Cette créature était bien plus imposante que le Rosie qu’ils avaient rencontré. Son casque était bien plus imposant et ressemblait à une sphère d’allure générale tandis que sa main droite semblait porter une arme pointue et particulièrement grosse. La créature qui avait réussi à réduire un protecteur pareil à cet état devait être extrêmement dangereuse, ce qui expliquait pourquoi tout le monde tentait de lui échapper. Se tenant sur leurs gardes, ils poursuivirent leur chemin en contournant les différentes statues. Dans leur dos, l’une des statues qu’ils avaient dépassées ouvrit soudainement les yeux.
_____________

Note 1 : Voici à quoi ressemble les Rosie

_____________

Note 2 : Cela fait directement référence à la fin de Bioshock Infinite lorsque Elizabeth doit se séparer de Songbird, ce dernier étant l'unique équivalent dans le jeu d'un Protecteur.
_____________

Note 3 : Voici à quoi ressemble les Petites Sœurs

_____________
A suivre dans la chapitre 261 : MÉLIÈS
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 260 - Rosie :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 260 - Rosie
Message le Dim 19 Juil - 16:37 par Shion
En toute logique, il ne faut pas faire ch*** Frédéric dans ce chapitre, et sans doute dans les suivants aussi...

Il risque d'y avoir un combat plus important prochainement, j'ai hâte de voir ce que ça va donner Smile
 

Chapitre 260 - Rosie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 16 - des Mondes de Bioshock-
Sauter vers: