Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 264 - Une nuit au musée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

16082015
MessageChapitre 264 - Une nuit au musée

Terre 1960 - Rapture - Memorial Museum - Aile Nord

L’aile Nord du Musée se découpait en deux grands espaces d’expositions. Le premier, celui où se trouvaient Jeremiah et Cochran, semblait dédié aux mammifères, les seuls animaux terrestres qui étaient exposés dans ce musée. Bien que l’étage avait subi quelques détériorations durant la guerre civile, il était relativement ordonné. Ayant pris connaissance des lieux, les deux hommes commencèrent donc à inspecter l’étage. Cela impliquait d’observer chaque exposition et de lire le moindre texte informatif à la recherche d’un indice sur ce qu’ils cherchaient. Près d’un quart d’heure plus tard, les deux hommes avaient fini d’inspecter le moindre recoin de cette pièce. Ils choisirent donc de descendre à l’étage inférieur via les escaliers.

« - Comment va ta jambe, Cochran ? » demanda Jeremiah tandis qu’ils descendaient.

« - Ça va ! Après l’intervention d’Elizabeth, Sandora a pu entonner discrètement son chant curatif. Ma jambe est nickel ! » répondit le soldat avec un sourire.

Ils arrivèrent alors au rez-de-chaussée. Cet étage était différent du précédent par sa disposition. En effet, les expositions imposaient de suivre un trajet en forme de U. Chacun prit alors un côté du sens de visite et poursuivirent leur inspection. Quelques minutes plus tard, arrivant au tournant du trajet, Cochran s’immobilisa. Sentant son compagnon se raidir, Jeremiah se retourna et comprit pourquoi. En plein dans le virage était disposé un cadavre. Note 1 Au-dessus de lui, un engin motorisé balayait le périmètre direct du cadavre avec un petit projecteur. Note 2 C’est alors que surgit d’une bouche d’aération une petite fille, une petite sœur, munie d’une seringue. Elle avança en dansant droit sur le cadavre. L’ayant atteint, elle se mit à genoux et commença à le ponctionner.

« - C’est écœurant ! » fit alors Cochran.

« - Je suis d’accord avec toi mais on va bientôt ne plus être seuls ici » répondit le vampire.

C’est alors que les cris que Jeremiah avait entendus se firent entendre également de Cochran.

« - C’est pas vrai ! Des chrosômes ? » fit-il, stupéfait.

Jeremiah tourna alors le dos à la petite sœur tout en reculant, prenant position pour la défendre tout en matérialisant deux épées de glace. Le voyant faire, Cochran prit son M-16 et se mit également à reculer. C’est alors que le faisceau de lumière, qu’émettait l’engin motorisé au-dessus du cadavre, les balaya et s’immobilisa. En un instant, la lumière blanche devint rouge et des bruits stridents se firent entendre d’une direction différente. Les deux hommes comprirent alors que l’engin motorisé était en fait une caméra, caméra qui venait de déclencher l’arrivée de drones de sécurité.

« - Ok ! Là je crois qu’on va être dans la merde ! » déclara Cochran.

Sans lui répondre, le vampire se retourna un bref instant, le temps d’exploser la caméra d’une poussée télékinésique.
Tandis que les drones de sécurité arrivaient sur leur droite avec hâte, toute une troupe de chrosômes armés de barres de fer, de clefs à molettes et même de crochets de boucher déboulait sur leur gauche dans le plus grand désordre possible, se bousculant les uns les autres. Dans quelques secondes, les deux hommes allaient être pris en tenaille par ces deux menaces. C’est alors qu’une silhouette arriva par les escaliers, qu’ils avaient emprunté pour descendre à cet étage quelques minutes plus tôt, suivant la nuée de drones. Ses mains brillèrent d’une lumière grise le temps d’un instant. Au même moment, l’espace sembla se déchirer à droite de Jeremiah et à gauche de Cochran. Ces failles dimensionnelles firent apparaître deux engins motorisés, deux automates faisant vaguement penser à un soldat avec sa mitrailleuse. Note 3 Entièrement désaturés, ces deux engins ouvrirent immédiatement le feu, celui de droite sur les drones de sécurité et celui de gauche sur la horde de chrosômes. En quelques secondes, toute menace avait été éradiquée, criblée de balles par les deux tourelles automatisées. Ces tourelles disparurent aussi vite qu’elles étaient apparues. De même, la silhouette qui était apparue en bas de l’escalier s’était volatilisée.

« - Je n’ai pas bien compris ce qui vient de se passer » avoua Cochran.

« - Il s’est passé la même chose que face au chrosôme méliès et je pense que je commence à comprendre ce qui se passe » répondit le vampire.
_____________

Memorial Museum - Aile Sud

L’aile sud du musée semblait être dédiée aux collections de coraux et de fossiles de toutes sortes ... même si nombreux étaient les spécimens endommagés ou manquants. Tout comme Cochran et Jeremiah l’avaient fait dans l’aile Nord, Miles et Wade commencèrent à inspecter les lieux avec attention. Leur inspection fut rapide étant donné le chaos de débris qui encombrait la majeure partie de la pièce. Tandis que Miles allait descendre au rez-de-chaussée, il remarqua que Wade semblait concentré sur quelque chose. Il revint donc à sa hauteur.

« - Ça va ? » lui demanda-t-il.

Wade releva la tête comme quelqu’un que l’on tire de ses songes.

« - Je te demande ça car t’es planté devant ce pauvre bougre depuis quelques minutes ».

Wade regarda à nouveau ce sur quoi il s’était appesanti. Il s’agissait du cadavre d’un chrosôme qui s’était fait piéger par l’éboulement d’une partie du plafond en béton.

« - Je ... Non, quelque chose me perturbe depuis quelques heures. Je dois réellement me concentrer pour réaliser des tâches anodines ».

« - Tu sais à quoi c’est dû ? »

« - Au début ... j’ai eu l’impression que c’était à cause de la proximité avec Elizabeth ... mais maintenant qu’elle n’est plus avec nous, cela continue donc ... je ne sais pas ».

..oO( Peut-être est-ce simplement dû aux nombreux esprits errants dans cette cité ... avec la profondeur j’y suis peut-être plus sensible ... mais je n’y crois pas, c’est forcément autre chose) conclut-il la conversation pour lui-même.

« - D’accord ! Bon, de toutes façons ça ne va plus durer encore longtemps. Il suffit de trouver ce pourquoi on est là et on se tire. On touche au but ! » répondit Miles après quelques secondes.

Ayant descendu l’escalier, ils constatèrent que cet étage proposait plus de fossiles en exposition. Néanmoins, plusieurs vitrines étaient constellées d’impacts de balles. Les deux hommes en conclurent qu’une bataille rangée avait eu lieu dans cette pièce. Commençant à inspecter la salle à la recherche d’informations, ce ne fut qu’arrivés à la hauteur d’une gigantesque baudroie empaillée qu’ils prirent connaissance du sordide de la salle. Un cadavre reposait dans un coin de la pièce, surveillé par une caméra de sécurité et une sorte de siège motorisé sur lequel était fixée une arme. Note 4 Comme dans l’aile Nord, une petite sœur sortit alors d’une bouche d’aération. Sans se douter du danger qu’elle encourait, elle se dirigea droit vers le cadavre, munie de sa seringue.

« - Hey, petite ! Ne va pas par là ! » lui dit alors Wade.

La petite sœur s’arrêta et se retourna vers lui et Miles.

« - Mais enfin, messieurs P, nous devons aller voir l’ange et récupérer son adam. C’est notre travail » répondit-elle toute souriante et insouciante.

La gamine reprit alors son chemin vers le cadavre. Cette fois ce fut Miles qui réagit. Il téléporta ses bras jusqu’à la gamine et la ramena à lui.

« - C’est dangereux d’aller là-bas, la mioche ! » lui dit-il.

« - HIIIIIIIIII ! LÂCHEZ-MOI !! VOUS N’ÊTES PAS DES MONSIEUR P !!! » se mit-elle à hurler.

Le cri de la petite sœur se fit entendre dans toute l’aile du musée et bientôt un autre cri, beaucoup plus sourd et grave, lui répondit. A l’entendre, on comprenait tout de suite que ce second cri n’était pas un cri de panique mais un cri de colère. Peu de temps après, ce fut les exclamations de plusieurs chrosômes qui se firent entendre. Eux aussi avaient été attirés par le cri de la petite sœur.

« - Bordel de merde ! Tu vas la fermer, oui ? Tu ameutes tous les tarés du coin ! »

Mais la petite sœur continuait toujours de hurler avec une voix aiguë. Ce furent les chrosômes qui arrivèrent les premiers. Malheureusement pour eux, dès leur arrivée ils furent détectés par une seconde tourelle, que Miles et Wade n’avaient pas encore vue, et durent donc affronter le feu nourri de cette tourelle. N’ayant aucune cohésion dans cette horde, plusieurs chrosômes franchirent le barrage de balles et s’élancèrent sur la petite sœur que Miles tenait toujours dans ses bras. Wade s’interposa alors et fouetta l’air de ses fils tranchants, découpant en morceaux le moindre chrosôme qui osait s’avancer.

Alors que le dernier chrosôme rendait l’âme, une créature imposante traversa le mur à la gauche des deux hommes. Il s’agissait là du second type de protecteur le plus commun à Rapture : un Videur. Note 5 Il était bien plus imposant qu’un Rosie. Son casque était muni de multiples hublots et surtout, en lieu et place de sa main droite, il possédait une énorme foreuse, arme avec laquelle il venait de traverser le mur en béton. Pressentant que le combat qui allait suivre aller être dantesque, Miles relâcha la petite sœur par réflexe. Celle-ci ne se fit pas prier et s’enfuya de la pièce par la même bouche d’aération par laquelle elle était arrivée.
Alors que le protecteur allait les charger, le son de pas mécaniques se fit entendre. Tous suspendirent alors leurs gestes en attendant de découvrir ce qui venait à leur rencontre.

« - Non mais je rêve ? » s’esclaffa Miles en voyant l’aspect de la créature qui venait d’arriver.

« - Tu cauchemardes plutôt, je pense ... et moi aussi » rétorqua Wade.

La créature nouvellement arrivée était un automate humanoïde aux couleurs désaturées habillé comme un soldat américain de la guerre d’indépendance avec une veste, des épaulettes à franges, un pantalon et des bottes en cuir. Il portait dans son dos deux drapeaux américains et en guise de visage il avait un masque à l’effigie de Georges Washington. Mais le plus notable était avant tout l’arme qu’il avait entre les mains, une imposante gatling. Note 6 Soudain, une voix féminine intima à Wade et Miles de fuir. L’automate, ou plutôt le patriote mécanisé, commença à actionner la manivelle de sa gatling qui fit entrer en rotation les multiples canons de l’arme.

« - Pour la Gloire de Columbia ! » dit alors l’automate avant de commencer à tirer sur le Protecteur.

Sans attendre, Miles posa sa main sur l’épaule de Wade et tous deux disparurent dans la matière noire tandis que le Protecteur chargeait le Patriote malgré le feu nourri qu’il subissait.
_____________

Memorial Museum - Atrium

Frédéric et Sandora, accompagné discrètement d’Isaac, ratissaient l’atrium avec minutie à la recherche de la moindre information leur permettant d’accéder à la relique tant convoitée. Après plusieurs minutes, Frédéric remarqua qu’Isaac s’attardait devant une vitrine plus longtemps que l’accoutumée. Frédéric fit alors signe de la tête à Sandora et tous deux rejoignirent le drone.
Bien que les directives prioritaires insérées dans sa programmation bridaient régulièrement le développement de sa conscience et de son identité propre au contact de ses compagnons de route, Isaac parvenait à les contourner, si ce n’est les supplanter, pour leur venir en aide. Ses calculs de probabilité indiquaient que se tenir ainsi immobile avait de fortes chances d’attirer l’attention de l’un ou de l’autre de ses compagnons de cette salle.
Arrivé à ses côtés, Frédéric observa la dite vitrine. Il s’agissait là d’une sorte de récapitulatif de tout ce que savait Rapture concernant les fameuses limaces de mer d’où était extrait l’adam. Il y avait exposé là une dissection de l’une d’entre elles, indiquant quels organes produisaient l’adam. Mais également son régime alimentaire, omnivore, et son mode de reproduction, asexuée. Néanmoins, ce qui attira le plus l’attention de Frédéric fut ce qui semblait être un fossile de ces limaces de mer. Bien qu’invertébrés, les chercheurs de Rapture avaient réussi à retrouver l’emprunte du corps d’une de ses limaces laissée dans un sédiment il y a de cela plusieurs millions d’années. Ce qui était frappant c’était la forme générale du fossile qui laissait suggérer que l’organisme n’avait que très peu évolué depuis. Au-dessus du fossile, une planche renseignait les visiteurs sur la phylogénie de l’organisme. Bien que les paléontologues soient parvenus à rapprocher cette limace d’autres invertébrés sous-marins par certains critères, aucun ne semblait être directement rattaché à la phylogénie de cette limace de mer en particulier. Encore plus intéressant, le fossile retrouvé semblait ne pas être l’ancêtre direct de l’espèce d’aujourd’hui mais un membre de la même espèce.

« - Si je comprends bien ce qui est écrit ici, les limaces de mer dont ils extraient l’adam n’ont pas évolué depuis plusieurs millions d’années » dit alors Frédéric, pensif.

« - C’est possible ça ? Je veux dire, est-ce dans la nature des choses qu’un organisme n’évolue pas sur une si longue période ? » demanda Sandora.

« - Sur ma Terre, on a le cœlacanthe et le nautile, deux espèces marines que l’on qualifie de fossiles vivants » répondit Frédéric.

« - Pour être tout à fait exact, ce terme est un abus de langage. En effet, il sous-entend que ces taxons n’ont pas évolués depuis plusieurs millions d’années. Cette fausse idée est uniquement basée sur une ressemblance du phénome. Cette ressemblance ne traduit nullement une absence d’évolution génétique ou morphologique mais plutôt des adaptations similaires face à un environnement similaire » précisa Isaac.

Frédéric et Sandora échangèrent un regard qui trahissait chez chacun d’eux une incompréhension partielle ou totale de ce que venait de dire le drone.

« - D’accord, donc les cœlacanthes et les nautiles ne sont pas des fossiles vivants mais une coïncidence de l’évolution ? » demanda Frédéric, comme pour être sûr qu’il avait bien compris.

« - Cette interprétation n’est pas scientifiquement correcte mais plus juste que l’expression de fossile vivant » répliqua Isaac.

« - Ok ! Et est-ce que tu as, parmi ta base de donnée, la trace d’une espèce n’ayant réellement pas évolué depuis plusieurs millions d’années ? »

« - Négatif ! »

Frédéric et Sandora réfléchirent quelques secondes à la question. Absorbée par cet échange intense de réflexions, Sandora n’entendit pas le son des combats qui se déroulaient dans les ailes annexes du musée. Il était curieux qu’un observateur ayant exploré plusieurs mondes, voire des dizaines ou même plus, n’ait jamais découvert d’espèce qui soit restée à un stade identique durant plusieurs millions d’années. En même temps, l’évolution semblait être la clef de la survie pour toute forme de vie. Alors comment un organisme tel que ces limaces de mer avait-il pu survivre aux changements climatiques et géographiques de la Terre. Il n’y avait qu’à regarder les primates. De régime alimentaire omnivore, cela ne les avait pas empêcher d’évoluer jusqu’au stade de l’homme durant plusieurs millions d’années. Donc, même avec un régime alimentaire pareil cela semblait impossible, voire incongru. A moins qu’il y ait eu une intervention extérieure.
A ce stade de leur réflexion, l’enchaînement des idées s’accéléra soudainement. D’une intervention extérieure supposée ils en vinrent rapidement à la conclusion que l’héritage de l’ancienne civilisation n’avait pas été une relique mais un organisme vivant, cet organisme vivant. Étant donné l’intelligence toute relative de cet animal, ils ne pourraient entamer un quelconque dialogue avec. Cette piste, donnée par la Pomme d’Eden de la Terre 539, aboutissait donc ici et maintenant à une impasse.

Au moment même où ils en vinrent à cette conclusion, Miles et Wade apparurent au beau milieu de l’atrium. A peine quelques secondes plus tard surgirent du balcon de l’aile Nord, Jeremiah et Cochran.

« - On n’est pas seuls ici ! » indiqua Miles.

« - Peu importe ! On en a fini avec cette dimension, on peut ... » commença à répondre Frédéric.

La vitrine où étaient exposées les limaces de mer explosa littéralement en mille morceaux. Des morceaux de béton, de verre, de fossiles et de pièces mécaniques volèrent dans tous les sens sous l’impulsion d’une gigantesque foreuse qui fonçait droit sur Frédéric.
_____________

Note 1 : Configuration du Hall
A noter qu'ici, j'ai utiliser la disposition du rez-de-chaussée du hall sud pour celui du hall nord mais que j'ai conservé la collection au même endroit.

_____________

Note 2 : Caméra de Sécurité

_____________

Note 3 : Tourelle Automatique de Columbia

_____________

Note 4 : Tourelle Automatique de Rapture

_____________

Note 5 : un Videur

_____________

Note 6 : Patriote motorisé


Patriote motorisé invoqué

_____________

A suivre dans le chapitre 265 : Videur !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Museum ( Une nuit au musée)
» La nuit des musées / 22 septembre 07 / Loz
» La nuit au musée 2
» Les autres acteurs/secondaires
» La nuit au musée 3
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 264 - Une nuit au musée :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 264 - Une nuit au musée
Message le Dim 16 Aoû - 16:05 par Shion
Dommage, le groupe est apparemment venu ici pour rien... A moins qu'ils découvrent un indice à l'issue du combat contre le videur, qui semble être le boss de cet arc Smile J'ai hâte de voir ce que ce combat va donner Smile
 

Chapitre 264 - Une nuit au musée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 16 - des Mondes de Bioshock-
Sauter vers: