Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 28 - Mémoires oubliées : une Fleur Vénéneuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 785
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

16032012
MessageChapitre 28 - Mémoires oubliées : une Fleur Vénéneuse

[Date originale : 6 Février 2011]
[Date correctif : 7 Juillet 2014]
Terre 531, Année 2819

La troisième guerre mondiale a ravagé le globe et s’est interrompue faute de belligérants réellement organisés ou de gouvernement décisionnaire. Comme après chacune de ces guerres mondiales, les survivants exprimèrent le sentiment de "plus jamais ça" mais cette fois ce fut vraiment le cas. La troisième guerre mondiale sera la dernière du genre pendant bien plus longtemps que les deux précédentes. En effet cette guerre fut fatale au genre humain qui ne parvint pas à s’en relever. Subsistant tant bien que mal parmi les ruines du monde, l’humanité régressa dans son évolution sociale, revenant à des dynamiques d’ordre tribal.

Pire que cette guerre, alors que nul ne se souvenait pourquoi elle avait eu lieu, et qui avait commencé, les démons profitèrent de notre faiblesse pour investir la planète, comme pour l’achever. Dans un premier temps ils traquèrent l’homme, le forçant à vivre encore plus caché qu’auparavant. Bien qu’ils possédaient les ressources et les capacités d’éradiquer le genre humain en peu de temps, ils prirent le parti d’en jouer et même de s’adonner à des guerres de territoires intestines ne ravageant que d'avantage la planète. Mais bientôt cela allait changer.

Alors que le nuage de cendres nucléaires se dissipait au fil des mois, les rayons du soleil filtraient de plus en plus, incommodant les démons qui n’avaient pas l’air de les apprécier.
C’est ainsi qu’une alternance semblât se mettre en place naturellement. La nuit, les démons sortaient et s’adonnaient à leurs vices pour laisser place le jour aux rares survivants du genre humain qui pouvaient dès lors s’évertuer à survivre.

La tribu de la fleur cendrée avait investi depuis quelques années les ruines de la mégalopole fantôme de Lyon où elle avait su s’aménager discrètement des espaces de survie et de subsistance disséminés pour ne pas attirer l’attention.
C’est ainsi que par une matinée pour le moins ordinaire, les membres de la tribu sortirent de leur refuge. Comme à leur habitude, plusieurs hommes, menés par Rick, allaient poursuivre leur exploration d’un nouveau bâtiment dans la journée à la recherche d’à peu près tout et n’importe quoi qu’ils pourraient récupérer et s'en servir pour améliorer leur confort de vie. Vêtus de foulards et autres défroques en charpies, les hommes partirent au travers des rues encombrées de décombres en tout genre en prenant bien garde de rester dans l’ombre des bâtiments afin d’être le plus discrets possible. Après une heure d’une randonnée éprouvante, ils arrivèrent enfin face au bâtiment qu’ils avaient planifié d’explorer aujourd’hui. Il s’agissait du Trinity Plaza, un imposant bâtiment qui avait été construit en lieu et place d’une vieille chapelle.
Pendant ce temps, le groupe de femme mené par Alice, avait enfin atteint la terrasse de la Flèche des Terreaux, le plus grand building de la ville où la tribu avait installé un jardin. Elles avaient choisi cette place afin de bénéficier au maximum des rayons solaires encore faibles. Jour après jour, les femmes s’évertuaient à cultiver toutes sortes de fruits et légumes pour sustenter leur tribu.

« - Francesca et Rose, certaines pommes doivent être mûres maintenant, allez donc en cueillir quelques unes pour ce soir. Justine et Berthe aux tomates. Adeline avec moi aux concombres, les autres aux pommes de terre » dirigea Alice.

Alice était une femme d’âge mûr au caractère trempé et à la carrure qui ne la rendait pas très féminine. Mais quelle femme en cette époque troublée pouvait se permettre des coquetteries ?

Alors que tous vaquaient à leurs occupations existentielles, qui ne laissaient aucun moment pour des loisirs d’aucune sorte, quelque chose vint troubler cette tranquillité relative.

« - Vous avez vraiment de la chance d’y être arrivée avec Rick. Avec Alain on essaie tous les soirs mais j’ai pas l’impression que mon ventre s’arrondisse » dit Francesca montée sur une échelle contre l’un des pommiers et jetant quelques pommes dans le panier que tenait Rose.

« - Oui, ça je crois que toute la tribu le sait que vous essayez tous les soirs. Tu pourrais être un peu plus discrète quand même » lui répondit Rose sur le ton de la taquinerie.

Malgré ses guenilles délavées, Rose conservait une certaine beauté. Cela faisait approximativement quatre mois qu’elle était tombée enceinte et son ventre commençait tout juste à s’arrondir. Cela ne se voyait pas encore sous les vêtements.

« - QUOI ? On nous entend ? » s’écria Francesca quelque peu gênée et embarrassée.

« - Non ! On t’entend toi surtout ! »

Les deux jeunes femmes se mirent alors à rire quand soudain Francesca s’arrêta net.

« - Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a Francesca ? » lui demanda Rose.

Francesca était pétrifiée. Ce qu’elle avait pris au départ pour des oiseaux n’avait cessé de grossir à un point qu’aucune méprise ne pouvait plus être permise.

« - des … des … des … DES DÉMONS !!! » cria-t-elle en voyant les monstruosités volantes voler droit sur elles.

Au même moment les créatures poussèrent des hurlements sinistres comme pour provoquer la panique.
_____________

Trinity Plaza, quelques minutes avant

Les hommes s’étaient répartis à deux par étage et fouillaient consciencieusement les différentes pièces. Bien qu’ils s’appliquaient à faire le moins de bruit possible, ce genre de fouille générait immanquablement un peu de raffut.  Mais l’un d’entre eux, une forte tête, pensait sincèrement qu’ils pouvaient faire autant de bruit qu’ils le voulaient car jamais ils ne verraient un démon en plein jour. Il ne se privait donc pas pour faire plus de bruit que nécessaire à peine deux étages au-dessus de celui de Rick.

« - Putain ! Mais quel abruti ce mec ! Jones, va lui dire d’arrêter » demanda Rick.

« - Moi je veux bien, mais il n’écoute jamais ce qu’on lui dit » rétorqua le dénommé Jones.

« - Okay ! J’vais y aller moi-même alors ! » dit Rick après un soupir.

Rick se dirigea alors vers la cage d’escaliers. Plus il montait, plus il entendait le vacarme que Steve provoquait.
Arrivé à l’étage, Rick se dirigea sans aucune difficulté vers la position de Steve.
L’homme cassait littéralement tout et gueulait comme un sauvage, se défoulant sur le mobilier sans se préoccuper de ce qui pouvait être récupérable.

« - HEY ! » cria Rick

« - Putain mais qu’est-ce que tu fous ? J’avais pourtant ordonné de faire le moins de bruit possible, non ? »

« - Oh mais qu’est-ce qu’on en a à foutre du bruit qu’on fait ? Toutes façons ces charognes sortent pas le jour ! »

« - C’est pas le problème ! Je t’ai donné un ordre, tu t’exécutes ou tu vires de la Fleur cendrée ! »

« - Ah ouais et tu vas t’y prendre comment pour me virer ? » dit Steve tout en se rapprochant de Rick jusqu’à quelques centimètres de lui, menaçant et prêt à se battre.

Sans perdre son sang froid, Rick sortit rapidement son pistolet et pressa le bout de son canon sous le menton de Steve.

« - Tu te calmes tout de suite ou sinon tu vas vite comprendre comment je compte me servir de ça ».

« - Okay ! Okay ! Cool mec ! » finit par dire Steve après quelques secondes en reculant et levant les mains.

« - J’espère que c’est la dernière fois que j’ai à te le dire ».

Puis Rick tourna les talons pour redescendre à son étage lorsque soudain il entendit un puissant cri au lointain.
Cette fois ce n’était pas Steve mais quelque chose à quoi il craignait d’avoir à faire face.
Toutes les nuits ils entendaient de tels hurlements et tous savaient parfaitement ce que c’était.
Sans réfléchir, Rick se dirigea directement vers la vitre la plus proche. Obscurcie par des années de crasse, la vitre était devenue presque aussi opaque qu’un mur. Il prit une chaise qui traînait dans la pièce et la jeta avec force contre la vitre qui éclata. Rick se mit alors à scruter les rues à la recherche de quelconque créature malfaisante mais ce fut dans le ciel qu’il les vit. Elles étaient semblables à des vautours, volant en cercles concentriques au-dessus d’une charogne. Mais cette charogne n’était autre que la Flèche des Terreaux.
Rick se mit à descendre à toute allure les escaliers, ralliant à lui la plupart des hommes aux étages inférieurs.
_____________

Au pied de la Flèche des Terreaux, quinze minutes plus tard

Les hommes de Rick arrivèrent devant le bâtiment, complètement essoufflés par cette folle course. Ils reprirent leur souffle en réfléchissant à un moyen d’agir pour sauver leurs femmes.

« - C’est pas possible ! On est en plein jour pourtant ! » dit Steve sur un ton qui trahissait son incompréhension la plus totale.

« - Apparemment le soleil ne leur est pas aussi nocif qu’on le pensait ! » répondit Jones.

« - C’est comme en 2813 ! On pensait que les lieux saints offraient une protection efficace contre eux. Et pourtant cela ne les a pas empêchés d’y commettre des massacres » ajouta Alain.

« - Ils se sont encore joués de nous ! » dit un homme plus âgé.

Les démons s’acharnaient à tirer de puissantes boules de feu sur le jardin en terrasse. Chacun de leur tir ébranlait un peu plus la structure du bâtiment déjà éprouvée.
C’est alors qu’ils virent les portes du rez-de-chaussée s’ouvrir sur un petit groupe de femmes rescapées du premier assaut. Parmi elles se trouvaient Francesca et Rose qui, ayant vu les démons juste avant l’attaque, eurent plus de temps pour réagir et gagner les escaliers. Plusieurs d’entre elles étaient blessées et sans réfléchir, Rick et plusieurs hommes s’élancèrent vers elles pour les aider tandis que l’immeuble tremblait de plus en plus.

« - VITE ! DÉPÊCHEZ-VOUS ! » leur cria l’un des hommes les plus âgés restés en retrait.

Soudain un bruit sourd se fit entendre, suivi du bris de dizaines, de centaines de vitres.
Puis vinrent des craquements terrifiants tandis que l’immeuble s’effondrait complètement derrière eux.
La panique la plus totale se répandit dans le groupe et tous se mirent à courir de façon chaotique.
Par chance l’immeuble ne chuta pas dans leur direction. Lorsque la terre trembla sous leurs pieds accompagnant un chaos de sons indescriptibles, Rick comprit que l’immeuble venait de percuter le sol. Aidant sa femme, Rose, blessée à une jambe, à marcher, il l’a pris tout contre lui et fit de son corps un bouclier pour la protéger du nuage de débris qui allait bientôt se répandre comme une traînée de poudre à travers les rues.

Quelques minutes plus tard, Rick et Rose se relevèrent, se sortant indemnes de ce souffle. Autour d’eux, d’autres hommes et femmes se relevèrent également, quelque peu désorientés.
Après quelques secondes, Rick se reprit.

« - C’est pas fini ! Vite ! Tous au métro ! » leur dit-il, assurant son rôle de chef.

Tous se remirent donc à courir à la station de métro d’où ils étaient sortis quelques heures auparavant. Aussi étrange que cela pouvait paraître, ils avaient choisi de s’abriter dans les couloirs labyrinthiques du métro. Mais ils n’eurent pas le temps de l’atteindre que les démons les avaient déjà repérés.
Les créatures infernales s’abattirent avec violence et traîtrise sur les hommes de la tribu, les tuant sur le coup ou les ravissant dans les airs où ils finirent le travail.
Rapidement tous les hommes furent tués et les femmes encerclées.
Entourées par des bêtes sauvages qui ne cessaient de resserrer le cercle, les femmes, apeurées, se blottirent les unes contre les autres en cris et en larmes.
Soudain, le cercle de démons s’ouvrit sur un démon en bure dont la capuche pendait entre ses épaules et qui laissait donc tout loisir de contempler son hideux faciès.
Son visage à la chair rose, semblable à celle d’un humain, ressemblait à celui d’une chauve-souris vampire. Ses yeux étaient grands ouverts et laissaient voir deux pupilles rondes et noires occupant presque l’intégralité de l’œil. Son nez en forme de groin hideux était énorme et occupait une très grande place de la partie supérieure du visage entre les deux yeux. De longues et épaisses lèvres s’étiraient d’une pommette à l’autre et deux crocs inférieurs dépassaient hors de la gueule. Aucun son ne semblait pouvoir échapper à de si grandes oreilles. Le démon avança vers le groupe de femmes. Parmi elles, Alice sortit du groupe et s’opposa à lui.

« - Si tu fais un pas de plus, t’auras à faire à moi, tronche de vomis ! » dit-elle avec plein d’agressivité.

Sans ralentir, ni même dire quoi que ce soit, le démon l’empoigna par la gorge et la jeta aux démons derrière lui qui se la disputèrent. Ce petit groupe s’éloigna des autres avec forts cris et râles jusqu’à écarteler la pauvre Alice dans de terribles souffrances. Ne pouvant plus abuser d’elle, les démons dévorèrent les morceaux qu’ils avaient disputés.

Le démon à tête de chauve-souris fit un geste de la main et une demi-douzaine de démons, moins agités que leurs congénères, sortirent des rangs. Il devait s’agir là de démons plus haut gradés. Ces derniers séparèrent les femmes et les mirent en ligne en les tenant par les poignets. Devant la première femme, Berthe, il fit un signe de la main pour permettre au démon qui la maintenait en place d’en disposer comme bon lui semblerait.

« - Merci maîtresse Lamastu ! » fit le démon avant de s’envoler, emportant avec lui la pauvre Berthe dont personne ne voudrait connaître le sort qui l’attendait.

Le démon avait révélé quelque chose qui n’avait pas sauté aux yeux, le démon à tête de chauve-souris n’était pas du genre masculin mais féminin.
Dépêchée par le seigneur Sustrugiel, Lamastu était l’une des rares démones à savoir se faire respecter et redouter par les démons mâles.
La démone passa en revue toutes ces femmes et fit le même signe pour chacune d’entre elles jusqu’aux deux dernières : Francesca et Rose. Lamastu finit par choisir Rose pour le rituel qui allait suivre.

« - Mais, maîtresse Lamastu, elle est enceinte et blessée, l’autre ferait largement mieux l’affaire » objecta le démon qui maintenait Rose tout en désignant Francesca.

Pour la première fois Lamastu tourna la tête vers les femmes et les démons qui les maintenaient. D’un geste rapide, elle pointa son index et son majeur vers le démon qui venait de parler et deux traits d’énergie de couleur violet et particulièrement fins furent émis des doigts de la démone pour transpercer les yeux du démon et le tuer sur le coup.

« - Une autre de ces loques lubriques remettrait-elle en question mes compétences ? »

Le silence fut la seule réponse qu’obtint la démone. Elle fit alors signe à l’autre démon de disposer. Il s’envola, emportant avec lui Francesca dont on entendit les hurlements jusque loin dans la ville.

Rose fut la dernière femme à rester sur place, ce qui fut le signal pour des démones faibles et chétives, sous les ordres de Lamastu, et qu'aucun démon n’osait abuser, d’apparaître apportant  toutes sortes d’objets.

Tout d’abord deux d’entre elles apportèrent une table sur laquelle Rose fut allongée de force et maintenue par quatre démones aux poignets et chevilles. En effet Lamastu était connue pour préférer des moyens archaïques et moins violents que ses confrères afin d’éviter une quelconque interaction entre son rituel et l’énergie magique utilisée pour créer la table où maintenir la victime. Tandis qu’une cinquième lui retirait ses vêtements, trois autres disposaient autour de la table des bougies et traçaient des cercles concentriques de runes et autres signes diaboliques.
Une nouvelle démone les rejoignit tenant entre ses mains un cube d’une noirceur plus intense que la plus sombre des nuits.
Rose complètement nue, la dernière démone arrivée plaça le cube au-dessus de son ventre tandis que Lamastu commençait à psalmodier une formule dans une suite de gargouillis, raclement de gorge et autres bafouilles incompréhensibles.
La servante lâcha le cube qui lévita au-dessus du ventre de Rose. Cette dernière se débattit et cria mais aucune de ses actions ne sembla déconcentrer les démones qui s’affairaient autour d’elle.
Soudain le cube commença à changer de forme et ressemblât bientôt à une sphère d’où sortirent des tentacules noirs qui s’infiltrèrent dans le ventre de Rose. La sphère se vida au fur et à mesure pour complètement disparaître.

« - Qu … qu’est-ce que vous faites à mon bébé ! Au mon dieuaaaAARGH ! »

Rose ressentit soudain une terrible douleur au niveau du ventre. Son corps se voûta, le ventre dirigé vers le ciel. De la bave, puis du sang s’échappèrent de sa bouche. Puis son corps se détendit et se rallongea sur la table. Elle connut des spasmes avant de devenir complètement inerte. Lamastu, ayant fini de psalmodier, s’approcha de Rose. Elle lui souleva une paupière et vit qu’un fluide noir se répandait dans le blanc de son œil.
Comprenant que son rituel avait parfaitement fonctionné, elle savait ce qui allait suivre et fit donc un signe de la main à ses servantes. Toutes se retirèrent et laissèrent les objets du rituel en place.
Alors que Lamastu et ses démones s’éloignaient, une ténébreuse lumière filtra au travers du ventre de Rose avant d’exploser et de ravager tout le lieu du rituel. L’énergie fut contenue dans les cercles tracés par les servantes.
Quand l’énergie se dissipa une sombre créature avait pris la place de Rose et se tenait debout à côté de la table.
Complètement nue, la créature, manifestement de sexe féminin, avait un derme d’une noirceur insondable. Elle ressemblait en de nombreux points à Nocturne dont l’essence s’était infiltrée dans le corps de Rose. Pas de bouche, des jambes faisant penser à celles d’un lézard, pas de queue, deux couples de cornes entourant la poitrine tel un arceau protecteur. Toutefois la fumée ne semblait pas émaner de sa tête mais du corps entier, rendant ses contours difficilement discernables.
Inspectant les lieux et les démons qui l’entouraient, la créature vit Lamastu s’éloigner. Comme perturbée par des souvenirs flous, elle reconnut la créature et sembla plonger sa main droite dans la fumée obscure qui l’entourait. A quelques mètres de là Lamastu s’immobilisa. Un filet de sang s’écoula de sa gigantesque gueule entrebâillée. Un relief s’était soudain dessiné sous sa bure au niveau de sa poitrine. Elle écarta avec difficulté les pans de sa bure pour découvrir une main griffue ayant transpercé sa cage thoracique de l’intérieur et tenant son cœur encore battant. La main se referma brutalement, écrasant complètement le cœur. Le cœur réduit à l'état de bouillie, Lamastu tomba face contre terre, morte une fois la main disparue.
La main de la créature réapparut alors ensanglantée au bout de son bras.

« - A qui le tour ? » demanda la créature dont la bouche s’était dessinée en un contour irrégulier de crocs en tout genre sur une gueule enflammée.

Les démons se jetèrent littéralement sur elle dans une cohue indescriptible. De ses dix doigts émanèrent des rayons d’énergie violette très fins qui transpercèrent tous les démons sur leur trajectoire. Puis ce furent des flammes que ses mains projetèrent et qui ravagèrent la première vague de démons. Son corps changeait de morphologie et ses pouvoirs devenaient toujours plus nombreux au fil de ses victimes.

Plusieurs minutes plus tard le combat fut fini. La créature était debout, seule survivante de ce massacre et recouverte du sang de ses victimes ce qui rendait ses contours plus discernables. Elle était devenue méconnaissable. Ses pieds s’étaient transformés en de puissants sabots, ses membres étaient recouverts de protubérances diverses et variées, de la pointe à la pustule, menaçant d’éclater et de projeter un liquide corrosif ; une double queue lui avait poussé ainsi que deux paires d’ailes et quelques tentacules dans le dos. Sa tête était ornée de cornes en tout genre, du menton au sommet du crâne, lui donnant un aspect des plus agressifs.
Finalement la créature reprit une forme humaine, celle de Rose.

« - Aucun démon ne suffira pour payer le massacre de ma tribu ! » proclama-t-elle comme une promesse de génocide futur.

Click Me !


Dernière édition par Jezekiel le Jeu 13 Juil - 10:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Murder by numbers ^
» MÉMOIRES D'UN TRICHEUR de Sacha Guitry
» Mémoires de nos pères / Lettres d'Iwo Jima
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 28 - Mémoires oubliées : une Fleur Vénéneuse :: Commentaires

[Date originale : 13 Février 2011]
Ce chapitre des Mémoires Oubliées est aussi intéressant que le premier Smile

Et en effet, ça ne saute pas aux yeux que Lamastu est est de sexe féminin XD
[Date originale : 13 Février 2011]
Le dessin sera bientôt changé, je l'ai un peu foiré et l'ai donc refait ^^
 

Chapitre 28 - Mémoires oubliées : une Fleur Vénéneuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Mémoires oubliées, Part I-
Répondre au sujetSauter vers: