Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 272 - la Chasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 777
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

11102015
MessageChapitre 272 - la Chasse

Terre 864 - Pyrénées - A la frontière France-Espagne

Au printemps, les Pyrénées proposaient un cadre parfait pour diverses randonnées pour peu que l’on ne s’écarte pas trop des chemins pédestres préconisés. En effet, la chaîne montagneuse abritait une faune sauvage dont il valait mieux éviter de croiser certains représentants, comme la poignée d’ours brun qui y avait élu domicile dans le cadre d’un projet de repeuplement. Cela, Roger Dupuis le savait parfaitement. Il était étendu sur le ventre depuis plusieurs heures déjà. Vêtu d’un treillis militaire auquel il avait apporté diverses améliorations, il restait calme et immobile afin de surprendre au levé du soleil la sortie d’un de ces ours. Soudain un bruissement l’alerta. Un animal sauvage venait dans le secteur depuis l’est. Lentement, pour ne pas faire de bruit, il tendit le bras pour soulever le capot protégeant la lunette de son fusil. Il accola son œil droit à l’autre extrémité et se mit à scruter les environs en quête du fameux animal. Quelques minutes plus tard, il vit enfin sa proie. Un ours, un mâle de plus 600 kg au bas mot. Il fera un beau trophée se dit Roger. C’est alors que le son léger de quelques feuilles sur lesquelles on marche attira son attention juste à sa droite. Il releva brusquement la tête pour voir ce qui était en train de le prendre par surprise ... mais ne vit rien. Alors qu’il se disait que c’était peut-être une légère brise qui avait soulevé quelques feuilles, il ressentit une douleur sur le côté gauche de son cou. Il eut tout juste le temps d’y porter sa main pour sentir une fléchette hypodermique qu’il tomba dans les vapes.

Roger revint à lui quelques heures plus tard. Il passa sa main sur son cou qui le faisait encore souffrir avant même d’ouvrir les yeux et de constater qu’il était dans une cage. Comme quiconque dans cette situation, il tenta d’ouvrir la cage en s’excitant dessus quelques secondes durant. Après quoi, il se calma et analysa la situation dans laquelle il se trouvait. Sa cage se trouvait à l’intérieur d’un cabanon. Par une des fenêtres, il put voir qu’il faisait nuit et crut apercevoir l’ombre d’une forêt. Celui qui l’avait enlevé avait sûrement choisi un lieu reculé pour l’y amener. C’est alors que la porte s’ouvrit sur une jeune femme d’une trentaine d’année. Elle avait les cheveux longs et noirs corbeau. Elle avait une magnifique silhouette à la fois voluptueuse, de part sa poitrine, mais également sportive. Elle était habillée d’un simple t-shirt par-dessus lequel elle portait une de ces petites vestes marron clair, presque beige, avec de multiples et utiles poches. Autrement, elle portait des gants de bûcheron, un short en jean et des chaussures de randonnées.

« - Je vois que tu es réveillé ! Bien, cela vaut mieux que si ça avait été moi qui t’avais réveillé. Au moins tu ne rateras rien du spectacle ainsi ».

Un frisson parcourut l’échine de Roger lorsqu’il croisa le regard de la jeune femme. Il était peu ordinaire. Ses yeux étaient d’un jaune doré vif, presque comme s’ils émettaient une lumière. Mais plus étrange, ils ne semblaient pas humain. Tandis qu’elle dégageait une aura sensuelle, son regard semblait primal comme celui d’un animal.
Tandis que la jeune femme se dirigeait vers un pan du cabanon, Roger se reprit.

« - Qui êtes-vous ? Pourquoi m’avez-vous enfermé dans cette cage ? »

« - Allons ... Roger, Roger Dupuis, c’est ça ? Pourquoi, à ton avis, serais-tu là, enfermé dans une cage comme un animal apeuré ? »

Roger se mit soudain à froncer les sourcils.

« - Je vois ! T’es une de ces malades de "Gaïa d’abord" ! SI VOUS VOULIEZ ME FAIRE PEUR, FALLAIT ENVOYER QUELQU’UN D’AUTRE QUE CETTE PÉTASSE ! »

« - A qui crois-tu t’adresser, mon gros ? Il n’y a que toi et moi ici ! Quant à Gaïa d’abord, je les aime bien, même si je trouve qu’ils ne vont pas assez loin ».

« - Va te faire foutre, sale pute ! »

« - Oh ? Déjà les p’tits noms doux ? Tu es un sacré dragueur, mon p’tit Roger ! Qu’en dirait ta femme, à ton avis ? »

Roger lui cracha alors dessus.

« - Ma femme t’emmerde ! » répliqua-t-il.

La jeune femme essuya le cracha qui l’avait atteint au visage et se mit à sourire. Elle rejoignit le pan du cabanon vers lequel elle s’était déjà dirigée.

« - Tu es un sacré numéro, Roger. Mais vois-tu, j’ai menti ... »

Elle tira alors la poignée fixée au mur et ouvrit une gigantesque porte identique à celle que l’on trouve dans les granges. Une fois la porte ouverte, Roger vit d’autres cages à l’extérieur. Dedans se trouvaient la femme de Roger ainsi que leurs deux enfants.

« - Nous ne sommes pas seuls ! » dit-elle avec un grand sourire.

Roger se saisit des barreaux de sa cage à pleines mains et força dessus de toutes ses forces.

« - Vois-tu Roger, je suis moi aussi chasseur. Mais à la différence de toi, je chasse un gibier qui a assez de ressources pour comprendre dans quelle situation il est et lui donner une chance de se défendre ».

« - Relâche-moi alors et je te montrerais comment je me défends ! »

« - Oh non ! Pas encore ! Si j’ai invité ta famille ici, ce n’est pas pour qu’elle assiste à ta traque, mais pour que tu assistes à la leur. Ensuite seulement ce sera ton tour ».

La jeune femme se dirigea vers les cages de la famille de Roger et les ouvrit.

« - Courez ! » leur dit-elle.

Mais la femme et les deux enfants restèrent plantés là. C’est alors que la jeune femme se métamorphosa sous leurs yeux en un lycanthrope.

« - COUREZ ! » cria-t-elle.

Cette fois, tous prirent la fuite. Tandis qu’ils fuyaient à travers la forêt, la jeune femme s’approcha de la cage de Roger.

« - J’ai oublié de me présenter : Milla Hillariak. Je chasse toutes les pourritures de ton espèce ... et accessoirement leur famille, histoire de faire passer le message. La chasse est fermée ! Vive l’ouverture de la chasse ! »

Après quoi, Milla s’élança dans la forêt à la poursuite de la femme et des enfants de Roger.
_____________

Terre 635... Erreur - Mastercorps - Purgatoire

Tandis que Frédéric demandait à Hazier le lieu où se trouvait leurs affaires, Wade avança dans la pièce et ramassa la matraque électrique de Dillon et l’étudia.

« - Hola ! J’en sais foutre rien où sont vos affaires ! Demandez plutôt à Richards, lui le saura obligatoirement » répondit Hazier à la question de Frédéric.

Frédéric et Jeremiah se retournèrent vers Richards. Le dernier représentant du Mastercorps au Purgatoire tentait de se faire le plus petit possible pour tenter de se faire oublier. Ce fut peine perdue. Miles téléporta une de ses mains jusqu’à lui et le ramena par le col.

« - Alors ? Tu vas me dire où sont nos affaires ou faut que je te frappe ? » lui demanda Miles.

Richards observa du coin de l’œil le cadavre de Dillon et dans quel état il avait été mis par la même personne qui le tenait dorénavant à bout de bras. Il vit alors Wade revenir vers le groupe avec la matraque dans une main.

« - Vos affaire se trouvent dans la salle 3 ! » dit-il à toute vitesse.

« - Et où se trouve cette salle ? » questionna Wade.

« - Vous êtes passés devant en arrivant ici » répondit-il tout aussi rapidement, alors que Wade arrivait à sa hauteur.

Le temps sembla se suspendre pour Richards devant le manque de réaction de ses interlocuteurs. Finalement, Wade toucha de la matraque le harnais que portait encore Sandora et le désactiva.

« - Bien ! Merci pour ta collaboration » répondit Wade en tendant la matraque à Miles.

Ce dernier s’en empara et alla délivrer Cochran de son harnais.

« - Et moi ? » demanda Hazier.

Tous s’immobilisèrent à nouveau.

« - On avait un marché ! » dit-il à nouveau.

Miles regarda Frédéric comme pour avoir son avis. Celui-ci fit oui de la tête. Miles désactiva alors le harnais de Hazier qui se massa légèrement les deltoïdes, là où le harnais reposait.

« - Merci ! » dit-il simplement.

Après quoi, l’un après l’autre, sans dire un mot, tous sortirent de la salle d’interrogatoire. Wade fut le dernier. Il s’éloigna d’un pas de Richards avant de se retourner vivement. En un éclair, il posa sa main droite sur le visage de Richards et extirpa son esprit de son corps. Son cadavre tomba au sol comme un pantin désarticulé. Tenant fermement l’esprit de Richards par le front, Wade observa la peur panique qu’il éprouvait sans esquisser le moindre sentiment sur son visage brûlé.

« - Fais ça vite, s’il te plait ! » lui adressa alors Frédéric sans se retourner.

Le regard de Wade se tourna alors vers la porte derrière lui sans bouger la tête. Toujours sans aucune émotion, il enflamma alors l’esprit de Richards et le réduisit à néant. Après quoi, il rejoignit le reste du groupe dans le couloir comme si de rien n’était.
Dans le couloir, ils virent alors au-dessus des portes quelque chose qu’ils n’avaient pas remarqué en entrant : des chiffres. Identifier la salle 3 ne posa dès lors aucun problème. Ils y pénétrèrent et se trouvèrent dans un petit entrepôt. Là étaient classés et étiquetés tous les biens en possession des détenus des stalags au moment de leur incarcération. Ce qui les étonna fut qu’il n’y eut personne pour en garder l’accès. Hazier signala alors que Richards était responsable de l’ensemble du Purgatoire. Il examinait les possessions des nouveaux venus très rapidement et superficiellement. Il ne s’intéressait pleinement qu’aux artefacts qui sortaient vraiment de l’ordinaire, genre une lance qui brille, précisa Hazier. Si Jeremiah avait eu son épée avec lui, elle aurait été immédiatement transférée au service d’expertise. Sans doute même sans passer entre les mains de Richards. En revanche, la faux de Wade, ne présentant aucune particularité flagrante , avait été étiquetée et rangée dans les armes blanches ; le groupe mit quelques minutes avant de mettre la main sur la totalité de ses affaires et surtout le module de retour du Richards de l’Unicorps. Considérant le module comme leur échappatoire pour quitter cette dimension pervertie, tous furent soulagés de le retrouver, intact de surcroit comme le confirma Cochran. Néanmoins ce dernier l’enfouit immédiatement dans son sac à dos comme un objet sans importance.

« - Qu’est-ce que tu fais ? Active-le ! » lui dit Miles.

« - Cela ne servira à rien, le module considère avoir regagné son point d’origine » répondit Cochran.

« - Active-le pour qu’il nous emmène ailleurs alors ! » renchérit Miles.

« - Impossible ! Comme je l’ai dit à Frédéric avant qu’on se fasse emprisonner, le module n’ouvre pas de portail, il agit comme une balise. Il envoie un signal au transporteur dimensionnel de l’Unicorps pour qu’il ouvre un portail vers nous afin que nous puissions rentrer » rétorqua Cochran.

« - Cela veut donc dire qu’il y a un transporteur dimensionnel en état de marche à quelque part au Mastercorps » conclut Frédéric.

« - Il nous suffit donc de le trouver pour s’enfuir d’ici » ajouta Wade.

« - Mais avant cela, on a encore quelqu’un à retrouver » dit Frédéric.

« - Isaac ! » répliqua Jeremiah.

Si discret d’ordinaire, tous avaient failli l’oublier. Il était hors de question de l’abandonner aux mains de ce Carnifex M, ce drone qui semblait aussi vicieux que sournois. Ils demandèrent à Hazier où se trouvait ce Carnifex. L’homme esquissa une grimace et ne semblait pas très enclin à s’y rendre. Désirant leur montrer la direction, Hazier incita le groupe à sortir du Purgatoire. Une fois à l’extérieur, le chaos d’un terrible combat leur vint aux oreilles. Le ciel au-dessus d’eux était masqué par une nappe de nuages noirs parcourue d’éclairs rouges.

« - Bon sang ! C’est quoi ce bordel ? » dit Miles.

« - C’est la diversion dont je vous parlais » répondit Hazier, fier de lui.

« - Quoi ? Tu veux dire que c’est Northwood qui fait tout ce vacarme ? » s’étonna Frédéric.

« - Pas seulement lui ! Vu les éclairs rouges, je dirais que Seven s’est joint à la partie ... et sûrement qu’une bonne partie du Mastercorps lui est tombé également sur le dos » répliqua Hazier, souriant.

« - Il va avoir besoin d’aide alors ! » intervint Cochran qui tenait debout grâce au soutien de Miles.

« - Non ! Northwood est un grand garçon aux ressources insoupçonnées. Et puis j’ai cru comprendre que vous aviez quelqu’un d’autre à secourir » rétorqua Hazier.

« - Isaac ! » dit à nouveau le vampire.

« - Où se trouve-t-il ? » demanda Frédéric.

« - Si Carnifex s’en occupe toujours, vous les trouverez tous les deux à la centrale électrique » répondit Hazier en montrant une direction au groupe.

« - Elle est loin cette centrale ? » demanda Miles.

Mais il n’obtint aucune réponse. Tous tournèrent la tête vers la dernière position connue d’Hazier mais sans le voir. L’homme n’avait cessé de changer de place depuis qu’ils étaient sortis du Purgatoire, au gré de ses répliques. Ne donnant pas l’impression de préparer un mauvais coup, personne n’avait surveillé ses faits et gestes avec attention. En réalité, de par ses déplacements, il avait manœuvré leurs subconscients pour les faire changer de place et lui permettre de se poster dans un angle mort et ainsi prendre la poudre d’escampette à leur insu.

« - Putain ! Où il est passé encore ? »

« - Il est parti de son côté » répondit Wade qui observait la traînée psychique résiduelle d’Hazier s’éloigner et disparaître au coin du bâtiment.

« - Sa liberté contre le lieu où se trouvait Sandora. Le marché a été honoré des deux côtés, poursuivons et allons à la centrale » coupa court Frédéric.
_____________

Anecdote : Au départ, le personnage central du paragraphe exo-dimensionnel avait été pensé comme un homme (avec un aménagement de l'historie différent bien évidemment). Puis je suis tombé sur cette illustration qui m'a fortement inspiré :

Comme je désirais faire intervenir une femme à un moment donné, j'ai sauté sur l'occasion et remanié l'histoire.
Voilà, c'était la petite anecdote de ce chapitre ^^
_____________

A suivre dans le chapitre 273 : Supplicier !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» angle de chasse
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 272 - la Chasse :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 272 - la Chasse
Message le Dim 11 Oct - 16:06 par Shion
Je trouve intéressant de faire intervenir une femme lycanthrope, je dis souvent qu'on en voit trop peu dans les oeuvres de fiction. Je peux comprendre que cette illustration t'ait inspiré, elle est vraiment réussie ^^

J'aime bien le principe de chasse à l'homme, surtout par une espèce animale. J'espère revoir Milla Hillariak parla suite ^^

Je ne suis pas surpris qu'Hazier se soit barré, mais au moins, il aura été réglo avec le groupe. Néanmoins, je suis certain qu'il réapparaîtra tôt ou tard.
avatar
Re: Chapitre 272 - la Chasse
Message le Jeu 15 Oct - 21:06 par Jezekiel
La seule chose que je peux te dire c'est que tu reverras tous les héros de ces exo-dimensions prochainement. Wink
Re: Chapitre 272 - la Chasse
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 272 - la Chasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 16 - des Mondes de Bioshock-
Sauter vers: