Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 276 - Révolte oppressive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

08112015
MessageChapitre 276 - Révolte oppressive

Terre 1960 α - Columbia

La civile sur l’épaule et sous sa forme humaine, Frédéric se sentait pris dans un puissant étau lorsqu’il comprit qu’il était quelque peu encerclé. D’une part il y avait trois Firemen sur sa droite, d’autre part il y avait des tourelles de Rapture qui étaient apparues au-dessus de sa tête, tout droit sorties de microfailles dimensionnelles, et enfin, encore au-dessus, une silhouette particulièrement imposante surplombait la scène depuis les toits. Avec la Vox Populi sur sa gauche, sa marge de manœuvre était grandement réduite. C’est alors que l’équilibre précaire de la scène bascula. Les tourelles de Rapture s’orientèrent toutes vers les Firemen, les prenant pour cibles, et ouvrirent le feu.
Qu’est-ce que cela voulait dire ? L’apparition des tourelles était incontestablement la volonté d’Elizabeth, qui devait les surveiller d’une façon ou d’une autre, alors pourquoi ses tourelles le défendaient-il à présent ? Cela n’avait pas d’importance dans l’immédiat. Assaillis par une pluie de balles, les Firemen entamaient une riposte brûlante contre les tourelles. Le géant restant amorphe sur le toit, tout cela contribuait à donner à Frédéric le laps de temps nécessaire pour mettre la civile à l’abri. Se métamorphosant en loup, il bondit à grande vitesse en direction de la Vox Populi pour leur confier la jeune femme. Mais à peine eut-il le temps d’accomplir cet acte qu’il reçut une puissante boule de feu dans le dos. La boule s’écrasa sur son dos répandant ses flammes sur ses épaules avant de s’éteindre. L’attaque n’avait nullement blessé Frédéric, elle l’avait juste énervé. Se retournant, furieux, vers les Firemen, il sentit alors un puissant choc sur le sol. Ses yeux lui révélèrent immédiatement à quoi il était dû. La silhouette imposante avait bondi du toit et avait atterri dans la rue, dans le dos des Firemen. Il saisit par la nuque celui qui avait osé s’en prendre à Frédéric tel un lâche et le souleva à plusieurs mètres au-dessus du sol. Il l’écrasa avec violence, lui brisant à coup sûr la colonne vertébrale. C’est alors que les deux autres Firemen, qui s’étaient entre-temps débarrassés des tourelles, se retournèrent vers lui et commencèrent à l’assaillir de boules de feu.

« - FRÉDÉRIC ! REVENEZ !! » lui cria alors Whitfield.

Quelque peu dérouté, Frédéric se tourna à nouveau vers les membres de la Vox Populi. Il vit que tous se remettaient à avancer. Devant eux, Miles, Wade et Giaz avaient dégagé la voie. Plusieurs cadavres de Bêtes jonchaient le sol. Ceux d’entre eux encore vivants avaient fini par décamper en voyant que rien ne semblait pouvoir arrêter les trois monstres qui décimaient leurs rangs. Whitfield revint en arrière, au niveau de Frédéric. Il lui expliqua rapidement qu’il n’y avait plus rien à craindre des Firemen, que leur Handyman allait s’en occuper. Ne cherchant pas à comprendre comment une situation qui semblait désespérée il y a quelques minutes avait tourné en leur faveur, Frédéric rejoignit Jeremiah, Sandora et Cochran et tous suivirent le groupe de la Vox Populi jusqu’aux docs.

Les docks de Columbia ressemblaient à tout dock commun. De nombreuses cargaisons envahissaient le moindre espace possible. Cela allait de la petite caisse manutentionnée au diable au gigantesque container déplacé à la grue. Habituellement lieu vivant, où la moindre personne présente participait à une animation fourmillante, le lieu était d’un calme olympien. Des docks, seul le premier quai était visible. La ligne d’horizon étant masquée par d’imposants containers. Nul ne voyait s’il y avait encore ces fameuses navettes pour lesquelles la troupe était venue. Soudain de petites explosions se firent entendre. Ce fut là les petites charges de plastique disposées sur les charnières de deux conteneurs qui explosèrent. Leurs portes claquèrent le sol dans un grand fracas. Avant que quiconque ne puisse se demander ce qui était en train de se passer, deux silhouettes sortirent des containers. Malgré le nuage de poussière soulevé par les explosions, on put distinguer que les deux silhouettes se mirent immédiatement à tourner une sorte de manivelle sur ce qui semblait être leurs armes. Tous comprirent qui venait d’apparaître.

« - DES PATRIOTES !!! » cria l’un des révolutionnaires avant que les gatlings des drones ne crachent leurs balles.

Mais les balles n’atteignirent aucune de leurs cibles. Elles s’écrasèrent toutes contre un mur télékinésique dressé par Jeremiah. De son côté Miles disparut des rangs du groupe pour réapparaître dans le dos d’un des patriotes. Se métamorphosant et usant de toute sa force, il força le drone à viser son compère. Ce dernier se retourna également contre lui et les deux drones se neutralisèrent l’un l’autre. Tout danger ainsi écarté, la troupe put s’avancer sur les docks librement et contourner le premier quai. Quelle ne fut pas la surprise du groupe de Frédéric de découvrir derrière les containers ce qu’était une navette à Columbia. Il s’agissait d’une espèce de grosse barque peinte en bleu et propulsée par trois paires de réacteurs. Note 1
Sans attendre, certains membres de la Vox déposèrent leurs sacs à dos au sol. De leurs sacs, certains en sortirent de grands draps teintés en rouge tandis que d’autres sortaient des pots de peintures rouges et de grosses brosses. Tous ceux qui n’étaient pas occupés à changer l’apparence de la barque prenaient position pour couvrir les leurs.

« - Vous croyez vraiment que c’est le moment de customiser votre navette ? » demanda Frédéric.

« - Si nous ne le faisons pas, les nôtres risquent de nous prendre pour l’ennemi » répondit Whitfield.

« - Si vous arrivez à rejoindre les vôtres. A vous peindre en rouge comme ça, toute force de l’ordre que nous rencontrerons nous prendra immanquablement pour cible » rétorqua Wade.

« - Ils n’auront pas le temps ! Dès que nous embarquerons, nous plongerons droit sur Finkton ! » assura le meneur.

Près d’un quart d’heure plus tard, la barque, grossièrement drapée de draps rouges et repeinte à la va vite, était prête. Note 2 Tous étaient prêts à embarquer lorsqu’une barque bleue fendit les nuages droit sur les docks, déversant un véritable déluge de balles. Tous les membres de la Vox répliquèrent et un interminable gunfight eut alors lieu. L’embarquement des derniers membres de la Vox encore sur le quai se fit dans l’empressement et le désordre le plus total. Ils savaient fort bien qu’une barque à quai était une cible facile. Ainsi elle décolla en trombe et échappa de justesse à un éperonnage de la barque bleue. Bien qu’ayant ralenti au maximum son allure, elle heurta le quai avec violence. C’est alors qu’une gigantesque forme fendit les quai et aborda la barque des fondateurs. Tandis que le pilote dégageait la barque du quai pour se lancer à la poursuite de celle de la Vox, la créature, l’Handyman qui avait aidé Frédéric contre les Firemen quelques minutes plus tôt, ravageait le pont et les soldats qui s’y trouvaient.

« - Ralentissez ! L’un des vôtres est en train de se battre sur l’autre barque ! » intima Frédéric.

« - NON ! Il couvre nos arrières ! Tous autant que nous sommes savons que cette révolution entraînera son lot de sacrifices pour elle ! » répliqua Whitfield.

Grâce à sa vue perçante, Frédéric assista au combat de l’Handyman sur le pont de la barque des Fondateurs. L’espace sur le pont était trop étroit pour le colosse et les soldats en même temps si bien qu’à chaque revers du bras, il envoyait valdinguer par dessus bord deux à trois soldats. Rapidement le combat prit fin mais la barque des Fondateurs avait subi de lourdes avaries pour qu’elle puisse rejoindre Finkton et espérer voir l’Handyman les rejoindre. La créature sachant son sort scellé sembla se résigner. Voyant cela, Frédéric ne put rester sans rien faire.

« - Miles ! Ça fait deux fois que ce mastodonte nous sauve la mise, peux-tu ... »

« - N’en dis pas plus ! C’est comme si c’était fait ! » le coupa Miles avec un grand sourire.

« - VOUS AUTRES ! FAITES DE LA PLACE SUR LE PONT ! » cria Frédéric à la troupe.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, Miles se téléporta jusqu’à la barque des Fondateurs avant de revenir sur celle de la Vox avec l’Handyman comme passager.

« - Vous avez toute ma gratitude ! Sachez que ma vie vous est dorénavant acquise ! » dit le colosse mécanique, assemblage de pièces métalliques et d’organes humains. Note 3

La barge poursuivit son périple et entama une descente vers Finkton. Mais avant de s’enfoncer dans le manteau nuageux, l’équipage assista à une scène dérangeante se déroulant dans les rues d’un autre quartier. Ils virent des membres de la Vox Populi traquer des civils et les tuer sans aucune pitié en leur tirant dans le dos.

« - Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Frédéric à Whitfield en fronçant des sourcils.

« - C’est la justice, mon cher ! »

« - Vous appelez ça la justice que de tirer dans le dos de personnes désarmées ? »

« - Quand ces mêmes personnes ont oppressé les travailleurs tout en s’engraissant sur leur dos ? Oui, ce n’est que justice que de leur rendre la monnaie de la pièce ! Mais allez donc les aider, si c’est ce que vous souhaitez ! Vous rejoindrez Finkton par vos propres moyens ! »

« - Ce n’est pas notre univers, ne cherchons pas querelle inutilement. Tout ce que l’on souhaite c’est retrouver cette garce pour rentrer chez nous » lui souffla Wade à l’oreille.

Bien que révolté par la scène qu’ils venaient de voir, Frédéric choisit d’écouter Wade. Entre Rapture, Columbia et le Mastercorps, il commençait à en avoir sérieusement marre de cette expédition.

« - Vous me dégoûtez ! » adressa-t-il simplement à Whitfield.

« - La guerre n’est pas une pratique propre. Elle tache et éclabousse ! »

Frédéric lui lança un regard mauvais dont Whitfield s’amusa. Néanmoins, une fois le groupe de son interlocuteur éloigné à l’autre bout de la barge, il demanda à l’un de ses hommes de les tenir à l’œil et de les abattre dès qu’ils auront forcé les portes de Finkton. Cet échange n’échappa pas aux ouïes fines de Frédéric et Jeremiah. Tous deux firent passer discrètement le mot de se tenir sur leurs gardes en présence de la Vox Populi. La barge s’enfonçant dans les nuages, Frédéric jeta un dernier coup d’œil aux rues des quartiers aisés. Il revit encore ces scènes de massacres. Juste avant que son champ de vision ne soit masqué par les nuages, il crut voir des tourelles surgir de nulle part. Ce fut tellement fugace qu’il se demanda si ce n’était pas là son imagination qui lui avait joué un tour.
Près d’une minute plus tard, la barge sortit de sous les nuages. Tous découvrirent alors le gigantesque complexe industriel de Jeremiah Fink : Finkton. La barge arriva pile au-dessus de la cour de l’usine comme Whitfield l’avait prévu. En contrebas, c’était le chaos le plus total. D’autres membres de la Vox Populi y affrontaient la sécurité de Finkton tandis que de simples ouvriers tentaient de fuir les combats et la mort qui rôdait tout autour. On pouvait également voir certains sous-dirigeants des industries fuir, escortés par plusieurs gardes ... en vain. Chaque escorte fut méthodiquement et sauvagement abattue avant de s’en prendre à celui qu’elle était censée protéger. C’est alors que Wade remarqua que les lourdes portes de l’usine avaient été enfoncées. La Vox Populi s’y engouffra comme des gamins dans un magasin de confiseries sans commerçant. Cela, les révolutionnaires de leur barque ne tardèrent pas à le remarquer également. Ils lancèrent alors des cris de joie et de victoire tout le temps de la descente de la barque jusque dans la cour. En bas les attendait patiemment celui qui semblait être le leader d’un autre groupe de la Vox Populi. Sans attendre que la barge soit parfaitement immobilisée, Whitfield bondit au sol et lui serra vigoureusement la main. Tous deux échangèrent alors sur la situation. L’usine de Finkton était en passe d’être totalement sous le contrôle de la Vox. Pour cela, ils devaient remercier Daisy Fitzroy mais surtout l’Agneau éveillé. Désirant se mettre à leur service, Whitfield demanda où elles se trouvaient. Fitzroy se trouvait toujours ici bas, à la tête de la révolution, au premier front des affrontements dans l’usine. Quant à l’Agneau, elle avait emprunté le Première Dame pour aller affronter le Père.
A cause des détonations et du chaos sonore ambiant, Frédéric et Jeremiah ne captèrent que des bribes de la conversation. Ce fut donc Sandora qui combla les lacunes grâce à son ouïe parfaite. A l’évocation de l’Agneau et de son père, Wade se rappela enfin où il avait entendu parlé de l’agneau. C’était à Rapture, peu avant que des soldats de Columbia ne fassent exploser une bathysphère. L’un d’eux avait reconnu Elizabeth et l’avait appelée ainsi.

« - C’est bien joli tout ça, mais ... quelqu’un sait ce qu’est le Première Dame et où se trouve le Père ? » demanda Miles.

C’est alors que le sol de la cour se mit à exploser de toutes parts en écho au tonnerre qui retentissait dans le ciel. Tous levèrent la tête pour voir apparaître un zeppelin tirant moult roquettes à partir de ses batteries. Le ballon du zeppelin était entièrement blanc. Cela ne faisait aucun doute qu’il n’était pas aligné sur la Vox Populi mais sur les Fondateurs.

« - On n’a qu’à aller leur demander là-haut ! » dit alors Frédéric.
_____________

Note 1 : Barge alignée sur les Fondateurs

_____________

Note 2 : Barge alignée sur la Vox Populi

_____________

Note 3 : Handyman aligné sur la Vox Populi

_____________

Note 4 : Zeppelin

_____________

A suivre dans la chapitre 277 : Combats dans les airs

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 276 - Révolte oppressive :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 276 - Révolte oppressive
Message le Mar 10 Nov - 23:41 par Shion
Décidemment, le groupe ne peut faire confiance à personne dans cet arc. Je comprends qu'ils en aient marre de cette expédition, moi-même à leur place je serais exaspéré '^^

Je ne te le dis pas à chaque fois, mais merci beaucoup pour tes notes qui m'aident à visualiser l'univers Smile
avatar
Re: Chapitre 276 - Révolte oppressive
Message le Mar 10 Nov - 23:55 par Jezekiel
Pour les Fondateurs et la Vox Populi, j'ai voulu me rapprocher le plus possible de ce qui se passe dans Bioshock Infinite.
On se bat tout le temps contre les Fondateurs au cours du jeu mais pas la Vox.
Au début elle est quasi insignifiante. Puis on se bat à ses côtés et à la fin on dégomme tout le monde XD
Re: Chapitre 276 - Révolte oppressive
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 276 - Révolte oppressive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 16 - des Mondes de Bioshock-
Sauter vers: