Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 318 - Parasites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

09102016
MessageChapitre 318 - Parasites

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps

Après avoir accompagné Lucas en faisant un bout de chemin ensemble, Frédéric l’avait laissé partir vers sa zone cible pour gagner la sienne. Cette dernière se trouvait être au beau milieu d’un jardin botanique. L’endroit était verdoyant et constituait un véritable labyrinthe végétal avec ses arbres, ses bosquets, ses haies s’élevant à deux mètres de hauteur, ses parterres de fleurs. Le lieu était réellement bucolique et devait être une promenade idéale pour tout couple ... avant l’arrivée du Mastercorps. A bien y réfléchir, ce n’était pas un mauvais endroit pour se cacher. Entre les haies et le feuillage des arbres, nul ne pouvait savoir s’il y avait quelqu’un au sein du labyrinthe.

« - Ça va prendre du temps de trouver quelqu’un ici, tu es sûr qu’il y a des survivants ? » demanda Frédéric à Isaac qui l’avait accompagné.

« - Affirmatif, Frédéric, plusieurs survivants sont bel et bien présents mais quelque chose perturbe leur énergie vitale ».

Comprenant que leur vie était en danger, Frédéric avait conscience qu’il devait se hâter. Inutile de tenter de les repérer à l’ouïe, ils devaient sans doute rester le plus silencieux possible. Il se fia donc à son odorat. Bien que de nombreuses senteurs lui venaient aux narines, elles étaient, pour la plupart, d’origine végétale. Il finit par capter une fragrance d’origine humaine ... liée à une odeur plus discrète, presque imperceptible, qui dérangeait inconsciemment Frédéric.

Remontant la piste olfactive, l’odeur qui l’indisposait se fit de plus en plus précise à mesure qu’il approchait. Il comprit quelle était son origine avant même d’atteindre le cœur du labyrinthe. Il s’agissait de l’odeur putride de décomposition organique. Qu’est-ce que cela signifiait-il ? Une telle odeur ne pouvait être dégagée que par un, non, plusieurs cadavres. Or, Isaac était affirmatif sur la présence de survivants.

Au cœur du labyrinthe, le spectacle qui s’offrit à Frédéric était bien moins romantique que le reste du jardin. Devinant la présence d’un imposant massif de fleurs, celui-ci était complètement fané. En son centre trônait un gigantesque arbre noueux qui détonait excessivement au beau milieu du jardin tel un roi néfaste au beau milieu d’un tapis végétal en décomposition. Mais l’odeur de décomposition organique que Frédéric sentait n’émanait pas de ce tapis végétal dont l’odeur rappelait plutôt celle d’une tonne de fruits pourris. Quant à l’odeur de putréfaction, elle était toujours présente et plus intense que jamais. Entre elle et l’odeur du tapis végétal, Frédéric avait du mal à discerner celle des humains qu’il cherchait. Il avança un peu plus et se mit à chercher un quelconque recoin dans lequel ils auraient pu se dissimuler. Mais rien, il n’y avait personne. Il commença à fouiller le tapis végétal pourri du pied, se demandant s’ils ne s’étaient pas cachés dessous pour masquer leurs odeurs. Mais encore une fois, il n’y avait personne de caché en dessous. S’ils n’étaient pas cachés à terre ou sous terre, ils pouvaient se trouver en l’air, dans les branches de l’arbre. Alors qu’il levait les yeux vers les branches, ce qu’il y vit le fit entrouvrir la bouche de stupéfaction. Les survivants se trouvaient bien dans les branches mais enfermés dans des espèces de cocons translucides verts. Ils étaient tous inconscients. Il y avait là des hommes, des femmes et même des enfants ... ou du moins ce qu’il en restait. Plus petits que les adultes, les enfants étaient émaciés à un point que leur survie ne semblait plus possible. A bien y regarder, même les adultes présentaient des signes d’amaigrissement. Frédéric comprit alors pourquoi leur énergie vitale était perturbée, elle était siphonnée par ces cocons. C’est alors que l’un des hommes bougea le bras sous un spasme. Certains étaient encore vivants. Serrant les poings et fronçant les sourcils, Frédéric ne pouvait rester là à ne rien faire, il devait les aider d’une quelconque façon. Il fléchit les genoux et bondit vers une épaisse branche. Mais au dernier vivant, celle-ci bougea et une sorte de liane le fouetta pour le rabattre au sol.

« - Qu’espérais-tu faire au juste ? Cueillir mes fruits ou me subtiliser ma nourriture ? » dit alors une puissante voix caverneuse et lente.

Un genou à terre, Frédéric observa de droite et de gauche pour tenter de localiser celui qui venait de parler. C’est alors que les paroles de l’inconnu l’intriguèrent. De quels fruits parlait-il ? Il regarda à nouveau les branches et vit, à la base des cocons, une sorte de bulbe, dont l’aspect et la couleur rappelaient de la chair, qui semblait grossir à mesure que l’énergie vitale du prisonnier du cocon était siphonnée.

« - Où es-tu ? Montre-toi ! » fit alors Frédéric.

« - Mais je ne me cache pas. Je suis juste devant toi ! »

C’est alors que l’arbre se mit à bouger. Comme recroquevillé sur lui-même, l’arbre, ou plutôt la créature se détendit et se leva, prenant de la hauteur. Il avait deux bras, deux jambes. Ses yeux apparurent au sein de l’écorce comme des craquelures d’énergie verte. Son apparence rappela incontestablement à Frédéric les Eert.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 - Arboretum

« - FUYEZ !!! » cria alors un ultime clone de Xion.

L’homme était sûrement le dernier survivant de son groupe. Il ne tarda pas à surgir, bondissant d’une branche et atterrissant non loin devant le groupe. A peine eut-il touché le sol qu’il s’élança comme un dératé en direction du groupe ... ou plutôt de la porte qu’ils venaient d’emprunter. Mais il ne franchit pas la moitié de la distance qui le séparait du groupe qu’une petite créature surgit de nulle part et vint enfoncer ses mandibules dans le dos du clone. La créature avait la taille d’un énorme ballon de basketball. Son épiderme vert était translucide et laissait apparaître trois gros ganglions verts à l’apparence de grappes d’où fusaient une multitude d’axones nerveux. La créature n’était munie que de deux paires de mandibules. L’une lui servait à cramponner sa proie et l’autre à en arracher l’énergie vitale.
Progressivement, et rapidement, le clone ralentit irrémédiablement l’allure jusqu’à s’immobiliser. Sa peau se mit à brunir tout en se fripant à l’extrême. Il ne tarda pas à ressembler à un raisin sec, jusqu’à s’immobiliser complètement.

« - Bordel de merde ! C’est quoi cette saloperie ? »

« - C’est un metroid ! Un organisme parasitaire et mortel ! »

Contempler le metroid se nourrir rappela à Frédéric le dégoût qu’il avait connu face à l’Eert carnivore qu’il avait combattu au siège de l’Unicorps. Se nourrir d’une façon aussi horrible d’êtres humains le révulsa au plus haut point. Il se métamorphosa alors en loup et s’embrasa presque immédiatement. Sans prévenir quiconque, il déversa sur le metroid un véritable brasier. Après quelques secondes, Frédéric s’arrêta. Ses flammes dissipées, il n’y avait plus traces du cadavres du clone ... contrairement au metroid qui était toujours bien vivace, son épiderme ne faisant que fumer légèrement. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, l’épiderme translucide du metroid n’était pas gage de sa fragilité.

« - Les metroids sont capables de résister à la plupart des armements. Il faudrait une flamme bien plus intense pour les consumer. En revanche, ils sont extrêmement sensibles au froid » dit alors Samus en tournant imperceptiblement la tête vers Jeremiah.

Bien que le mouvement fut fugace, le vampire le capta et le comprit parfaitement. C’est alors que le metroid face à eux poussa à nouveau son cri si particulier. Ses ganglions avaient légèrement changé de couleurs et avaient viré vers un jaune orangé. Soudain, d’autres cris lui répondirent.

« - Quelque chose me dit qu’il vient d’appeler ses petits copains » dit alors Miles.

Redoutant qu’ils ne soient rapidement submergés, Jeremiah enveloppa ses mains de froid et projeta un véritable rayon réfrigérant en direction du seul metroid qu’il voyait pour le moment. Mais il eut alors la stupéfaction de voir la main de Frédéric s’interposer. Le vampire cessa de suite son attaque.

« - Laissez-moi celui-ci ! » dit-il sur un ton qui trahissait sa colère.

Sa main congelée, il fit fondre la glace en un instant puis s’embrasa de flammes rouges. L’instant d’après, il soumit le metroid à un torrent de flammes dévorantes. Bien que la créature sembla y résister durant quelques secondes, Frédéric sentit qu’elle finissait par céder et se consumer sous ses flammes.

Dans le même instant, une dizaine de metroids apparurent et se jetèrent sur le groupe. Samus, son canon ayant changé de mode, en congela rapidement deux. Son canon se changea à nouveau pour tirer une salve de mini-missiles destructeurs. Les deux créatures furent pulvérisées.
De son côté, Jeremiah en congela trois. Voyant la chasseuse faire, Miles se téléporta auprès de chacun d’eux et les fracassa d’un puissant coup de poing chacun. Les cinq autres se dispersèrent en voyant le massacre des leurs.

« - Ils partent déjà ? Je commençais tout juste à m’échauffer » lança Miles.

« - Restez vigilants ! Les metroids sont des créatures vicieuses qui ne connaissent pas la peur » indiqua Samus qui scannait les environs.

Tandis que Samus, Jeremiah et Frédéric surveillaient devant eux, trois metroids se faufilèrent dans leurs dos. Les trois créatures attendirent que leurs deux congénères lancent un nouvel assaut pour prendre le groupe à revers. Tandis que les deux metroids attaquant de front étaient congelés, les trois autres attaquèrent. Les deux premiers s’en prirent à Wade, en se fixant fermement à lui, et le troisième se fixa sur Jeremiah au moment où Miles et Samus pulvérisaient les deux autres metroids.

Saisi par l’impact des créatures, Wade tomba à genoux. Toutefois, il ne ressentait pas ses forces le quitter. Et pour cause. Les metroids avaient bien mal choisi leur proie. La seule chose qu’ils absorbèrent furent le vide néfaste de la mort. Rapidement ils se rabougrirent et leurs ganglions s’assombrirent de plus en plus. Le plus réactif des deux parvint à se décrocher à temps, avant qu’il ne soit trop tard. Malheureusement pour lui, il n’était plus assez vivace et Wade parvint à l’attraper en se retournant.

« - Alors comme ça tu pompes l’énergie vitale ? Qu’est-ce que ça te fait de le faire sur quelqu’un qui n’en a plus ? »

Tandis que le second metroid tombait de son dos, raide mort, celui qu’il tenait entre ses mains était pris de convulsion. Il tremblait entre ses mains tout en se ratatinant sur lui-même. Bientôt il ne fut plus que cendres qui glissèrent entre les doigts de Wade. Ce dernier trouva le processus quelque peu surprenant. En ayant vu un troisième le dépasser, Wade se retourna vers le groupe et eut tout juste le temps de le voir congelé au sol avant que Jeremiah ne l’éclate sous son pied. Dès qu’il avait senti l’impact dans son dos, le vampire avait drastiquement abaissé sa température corporelle pour le congeler par simple contact.

« - Y en a-t-il d’autres ? » demanda Wade.

Samus ne dit pas un seul mot. Elle leur fit signe d’attendre ici et partit explorer le gigantesque arboretum.

« - Vous croyez que c’était pour ces saletés que les clones étaient là ? » demanda Miles.

« - C’est un collectionneur, il ne doit pas encore les avoir dans sa collection » répondit Jeremiah en parlant d’Haakon Zolotarev.

« - Reste à savoir si c’est pour ses natures mortes ou pour en faire une arme biologique » rétorqua Frédéric.

« - Isaac, sais-tu par où aller ensuite ? » demanda-t-il au drone.

« - Affirmatif ! La prochaine porte que nous devons emprunter est à 300 mètres en direction du Sud-Ouest » indiqua Isaac.

« - Nous pouvons y aller ! Il n’y a plus de menaces » dit alors Samus en réapparaissant.

En traversant l’arboretum, tout ce qu’ils virent n’était plus que végétation desséchée et fanée. Étrangement, ils ne rencontrèrent que relativement peu de cadavres d’organismes vidés de leur énergie vitale. Les seuls qu’ils virent furent une demi-douzaine de clones dans diverses postures.

« - De quoi ont-ils bien pu se nourrir si les clones sont les seuls êtres organiques qu’ils aient rencontrés ? » se demanda Jeremiah à voix haute.

« - Ils se sont adaptés. D’ordinaire leurs ganglions sont d’un rouge éclatant. D’après mon scanner ils sont devenus verts à cause de la chlorophylle absorbée en se nourrissant de l’énergie vitale de la végétation » informa Samus.

Cela expliquait donc pourquoi la végétation était aussi desséchée. Jeremiah prit alors une grande feuille délicatement entre ses doigts. Cette dernière s’effrita et tomba en poussière.
Ils poursuivirent la traversée de l’arboretum. Wade remarqua alors au mur un curieux dispositif qui semblait incohérent avec le lieu. On aurait dit un minuscule élévateur à peine assez gros pour y placer l’un de ces metroids. Quoi que cela pouvait être, l’élévateur amenait à un petit tapis roulant qui semblait sortir de la place. Bien qu’étrange, Wade n’y prêta pas plus ample attention et poursuivit sans s’arrêter.

La porte suivante donna sur un escalier taillé à même la roche dont ils ne virent pas le bout dans un premier temps. Au fur et à mesure qu’ils montaient, les parois se constellaient peu à peu d’orifices naturels, comme de petites crevasses donnant sur l’extérieur. Puis ces crevasses laissèrent place à de véritables déchirures dans la roche. Ils finirent l'ascension de cet escalier à l’air libre, sans plus ni paroi ni plafond. Ils purent ainsi voir leur prochaine destination ... perchée à plus de 900 mètres de haut. Ils avaient en face d’eux une gigantesque tour faite dans un alliage inconnu. Néanmoins, la tour offrait une large ouverture à sa base. En passant un rapide coup d’œil à l’intérieur, ils se rassurèrent en observant que la tour était creuse et accueillait en son sein l’espace pour un élévateur ... absent ici-même mais sûrement resté au dernier étage.

« - Eh bien, heureusement qu’il y a un élévateur, je me voyais mal grimper là-haut » fit Miles sur le ton de l’humour.

Mais lorsque Samus l’appela, ils eurent la désagréable surprise de voir que l’hologramme virait au rouge. Il signalait une mal fonction, l’élévateur était bloqué. Ils allaient donc devoir monter jusqu’à la chambre solaire par leurs propres moyens.
_____________

A suivre dans le chapitre 319 : Déterminé
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 318 - Parasites :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 318 - Parasites
Message le Dim 9 Oct - 10:55 par Jezekiel
En guise de petit bonus, voici à quoi ressemblerait de loin les charognards du Mastercorps :

Bon là c'est une créature exclusivement végétale que l'artiste a représenté mais la façon de se tenir et sa morphologie générale y ressemble pas mal. Ajoutez-y une bonne dose de reptile là-dedans (surtout au niveau de la gueule) Wink
avatar
Re: Chapitre 318 - Parasites
Message le Dim 9 Oct - 15:17 par Shion
Je suis surpris de ne pas assister à la suite du combat de Lucas mais pourquoi pas ? Un Eert carnivore, voilà qui est intéressant Smile

Pour la montée, il y en a un qui peut se téléporter et un autre qui vole, ça devrait les aider, non ? ^^
avatar
Re: Chapitre 318 - Parasites
Message le Dim 9 Oct - 19:20 par Jezekiel
C'est une volonté de ma part pour montrer que plusieurs événements se déroulent en même temps.
Pour Miles et Jeremiah, ce sont eux qui sont arrivés en premier sur leur zone et de loin, c'est pour ça que vous avez eu leurs passages en entiers Wink
avatar
Re: Chapitre 318 - Parasites
Message le Lun 10 Oct - 13:47 par Shion
En effet, c'est logique.
Après coup, je me suis dit que comme Frédéric a repensé à son combat contre l'Eert dans le présent, le lecteur aurait eu beaucoup de mal à comprendre l'allusion sans ce paragraphe XD
Re: Chapitre 318 - Parasites
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 318 - Parasites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: