Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 319 - Déterminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 777
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

16102016
MessageChapitre 319 - Déterminé

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps

La surprise passée, Frédéric resserra ses poings, fronça les sourcils et serra la mâchoire. Il était prêt à en découdre. Ce fut donc au tour de l’arbre d’être quelque peu surpris.

« - Tu es un bien étrange humain. Tu ne sembles pas terrifié par mon aspect » dit alors l’arbre.

« - Ce n’est pas la première fois que je rencontre un Eert » répliqua Frédéric.

« - Oooh ! Et tu es encore vivant ? » s’étonna, presque sur un ton amusé, l’Eert.

Manifestement, le multivers du Mastercorps n’était qu’une perversion corrompue de tout ce que Frédéric avait connu jusque-là. Tandis que les Eert qu’il avait rencontrés sur la Terre 2315 étaient pacifiques, il semblait en être tout autre pour ceux du multivers du Mastercorps. Du moins ce fut la rapide conclusion que tira Frédéric de la phrase de l’Eert carnivore face à lui.

« - Frédéric ! Les constantes vitales des prisonniers décroissent rapidement ! » alerta alors Isaac.

« - Qui vient de parler ? » demanda l’arbre.

Isaac s’était camouflé avant d’atteindre le cœur du labyrinthe si bien que l’Eert carnivore ne le distinguait pas.

« - Peu importe ! Ce qui importe c’est la manière dont je vais sauver ces gens ! » rétorqua Frédéric.

« - Ha ! Ha ! Ha ! Ne l’as-tu pas déjà remarqué ? Il est déjà trop tard pour les amuses gueules ! Comment comptes-tu les sauver ceux-là ? »

Frédéric reporta immédiatement son attention sur les enfants. Leur aspect ne trompait effectivement pas. Il ne leur restait plus que la peau sur les os.

« - Bientôt je pourrais ouvrir leurs cosses et alors, si tu le souhaites, tu pourras récupérer leurs ossements ! Ha ! Ha ! Ha ! »

C’en était trop pour Frédéric. Un puissant sentiment de dégoût l’envahit alors et le submergea. Il se métamorphosa en loup et bondit aux branches. Bien que son action fut fulgurante, il n’eut pas le temps d’atteindre le premier cocon, ou plutôt cosse comme l’appelait l’Eert, que déjà il était harcelé de toutes parts. Les branches de l’Eert venaient le frapper dans les côtes tandis que des lianes le fouettaient à revers à foison. Cela dura près d’une minute avant que Frédéric ne chute et tombe lourdement au sol.

« - Vous autres humains, vous vous croyez supérieurs mais en réalité bien peu le sont. Pour la plupart vous n’êtes rien de plus que des primates glabres, tout juste bon à me servir de nourriture ! » s’esclaffa l’Eert carnivore.

Tombé face contre terre, Frédéric se mit à quatre pattes péniblement. Bien que les lacérations de son dos se résorbaient déjà, elles le faisaient souffrir et ce n’était rien comparé à la douleur lancinante de ses côtes en train de se replacer et de se ressouder. Soufflant bruyamment, son souffle souleva quelques feuilles du tapis végétal nauséabond sur lequel il se trouvait. C’est alors que les feuilles découvrirent quelque chose d’incongru. Quelque chose d’un blanc immaculé. Frédéric mit plusieurs secondes avant de comprendre ce que c’était. Oubliant la douleur, il dégagea les feuilles d’un geste de la main et découvrit un crâne humain. C’est alors qu’une des cosses de l’Eert s’ouvrit dans un bruit de succion désagréable. L’instant d’après, le squelette d’un des enfants tombait au sol comme on se débarrasse d’un trognon de pomme duquel on ne pouvait plus rien retirer. Voyant le petit crâne rouler au sol, une colère sourde emplit Frédéric. Néanmoins, cette colère, il devait à tout prix la contenir. S’il la laissait exploser, ses flammes condamneraient à coup sûr ceux qui avaient encore une chance d’être sauvés dans les cosses ... A moins qu’il ne s’en prenne directement au tronc. Une colonne de flammes concentrée uniquement sur le tronc de l’Eert en viendrait à coup sûr à bout.

« - Une place s’est libérée ! Viens les rejoindre ! » dit alors l’Eert.

Au même instant, des lianes vinrent s’enrouler autour des poignets et chevilles de Frédéric. A peine eut-il le temps d’être stupéfait, qu’il fut élevé dans les branches. Là, il fut fixé juste en dessous d’une branche imposante. Sur cette branche, une entaille s’ouvrit alors et de la sève commença à se déverser sur lui. C’était donc ainsi que les cosses se formaient-elles ? Se dit Frédéric. Soudain, la vue de l’entaille dans la branche de l’Eert donna une idée à Frédéric. Il redevint alors humain et sa taille diminua d’un coup. Profitant du moment de surprise, il parvint à se dégager un bras et pointa la coupure. Alors que les lianes resserraient leur emprise, il déversa un feu rouge concentré sur l’entaille. Ses flammes pénétrèrent l’intérieur de la branche de l’Eert et calcinèrent les vaisseaux de la branche. L’Eert se mit alors à hurler et s’agiter dans tous les sens. Profitant de la confusion de son tortionnaire, Frédéric augmenta sa température corporelle à la limite de l’embrasement et brûla les lianes qui l’enserraient.

Libéré, Frédéric retomba au sol. Immédiatement il leva la tête et vit que son feu s’était propagé à plusieurs branches de l’Eert. Elles étaient consumées de l’intérieur. Observant la progression de la calcination, il vit que certaines victimes allaient y être exposées. Il bondit à nouveau dans les branches et parvint à arracher trois cosses avant que l’Eert ne se reprenne. L’arbre se sépara volontairement des branches impactées par le feu de Frédéric qui tombèrent dès lors au sol. Le bruit qu’elles firent en touchant le sol était semblable à celui de branches mortes, creux et craquant. L’Eert recula alors de quelques pas.

« - Je t’assure que tu me le paieras ! » dit-il.

Puis l’Eert traversa l’une des haies du labyrinthe végétal et s’enfuit. Frédéric fut alors tiraillé entre l’envie de le poursuivre et la nécessité de savoir dans quel état étaient ceux dont il avait tranché les cosses. Plantant ses griffes dedans, il les entrouvrit violemment. Mais, l’un après l’autre, le constat fut identique. Ils étaient restés bien trop longtemps dans ces cosses. C’est alors que surgit à nouveau l’Eert. La créature avait attendu que Frédéric baisse sa garde pour revenir à la charge. Surpris par la charge de l’Eert, Frédéric fut balayé par un puissant coup de pied de l’arbre et projeté à plus de deux cents mètres à travers les haies du labyrinthe végétal. Frédéric s’extirpa de la dernière haie qu’il avait rencontrée en crachant du sang.

« - Frédéric. Il n’y a plus personne à sauver dans ce lieu » lui indiqua alors Isaac en réapparaissant devant lui, la tête baissée et un air triste affiché par son hologramme facial.

« - S’il est trop tard pour les sauver, vengeons-les alors ! » répondit Frédéric en s’embrasant.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 - Tour solaire

Face au groupe, une tour de 900 mètres de haut avec un élévateur ... bloqué aux derniers étages. Pour atteindre la chambre solaire au sommet de la tour, ils allaient donc devoir s’y rendre par leurs propres moyens. Dans leur malheur, ils eurent tout de même de la chance. Cet élévateur ci n’était pas comme le précédent. Il était mû par un système de trois roues crantées gravissant ou dévalant chacune une rangée de crans de part et d’autre de la tour. Du premier coup d’œil Samus entraperçu la possibilité de s’en servir d’échelles. Mais c’était sans compter sur Jeremiah. Une fois tous au creux de la tour, il créa un plateau télékinésique et les fit tous monter.

Durant la première centaine de mètres tout se passa pour le mieux. Il n’y avait rien à signaler. La tour semblait impeccable et tous se demandaient ce qui avait bien pu bloquer la plateforme. Puis l’alliage métallique de la structure présenta ici et là quelques traces de moisissures. Au fur et à mesure qu’ils montaient, cette moisissure se faisait de plus en plus présente jusqu’à recouvrir des pans entiers de la tour. Après quelques dizaines de mètres supplémentaires, on ne pouvait plus parler de moisissure mais bien d’une prolifération de mousses végétales et autres lichens. Tandis que la prolifération était de plus en plus envahissante, il devenait de plus en plus clair que c’était la raison de l’immobilisation de la plateforme.

Les 300 mètres de hauteur franchis, le groupe commença alors à ressentir une fine pluie, comme une bruine. Comment cela était-il possible à l’intérieur d’une tour ? Était-ce bien de la pluie au moins ? Après une rapide analyse, Isaac leur indiqua qu’il s’agissait bien de précipitations d’eau, même si cette pluie dépassait légèrement les normes d’acidité supportables sans risques pour un être humain lambda. A la demande de Miles, le drone précisa les risques encourus parmi lesquels on pouvait compter une légère corrosion de l’épiderme, des cuticules, des muqueuses et des organes respiratoires. Néanmoins il n’y avait nullement à s’inquiéter, leur régénération accélérée y pallierait sans aucune difficulté. Sans oublier que l’acidité des précipitations ne dépassait que de peu les normes.

A mesure qu’ils montaient, la pluie se faisait de plus en plus présente. De simple bruine, elle ne tarda pas à passer à une pluie torrentielle. Le groupe ne voyait plus grand chose mais pourtant, il se trouvait toujours au sein de la tour. Levant la tête vers le haut, Frédéric aperçut alors quelque chose de dérangeant. A quelques mètres au-dessus d’eux, il n’y avait plus de tour. La structure de l’édifice s’arrêtait comme coupée net. Cela expliquait pourquoi ils étaient soumis à ces intempéries. Alors qu’ils s’approchaient de l’altitude repère un éclair zébra le ciel et éblouit tout le monde. Franchissant l’altitude au-delà de laquelle il n’y avait plus de tour, Jeremiah sembla perdre ses repères. La plateforme télékinésique perdit sa cohérence et se démantela. De puissantes bourrasques dispersèrent le groupe avant que Jeremiah ne perde toute sa concentration et que tous ne chutent dans le vide.

Ballotés dans tous les sens et balayés par le vent et la pluie violente, chacun réagit comme il le put. Isaac parvint à se rétablir le premier grâce à ses multiples et discrets stabilisateurs. Puis ce fut Jeremiah. Bien que particulièrement déstabilisé, le vampire parvint à reprendre ses repères et à se stabiliser comme si de rien n’était. Ne comprenant pas pourquoi il avait soudainement perdu pied, il tenta de repérer le reste de son groupe. Il vit alors une lumière éblouissante déchirer le voile d’orage. Surgit alors Frédéric fendant le ciel telle une fusée et ne semblant pas pouvoir se stabiliser à une certaine hauteur. Néanmoins il parvint à rester près de son groupe en dessinant de gigantesques cercles autour d’eux.

Chahuté, Miles parvint tout de même à se stabiliser pour arrêter de tourner dans tous les sens. Il vit alors Wade et Samus qui, eux, ne parvenaient pas à prendre leurs repères. Il fondit sur eux et les attrapa tous les deux par le poignet. Il tenta alors de se téléporter avec eux jusqu’à la tour. Mais sans repère visuel, Miles ne parvint pas à la retrouver. Dans cet orage qui masquait tout, il ne parvenait même pas à savoir s’il avait réussi à monter ou s’il n’avait chuté que plus encore. Néanmoins tout n’était pas perdu. Il se métamorphosa alors et déploya les ailes empruntées à l’un des démons qu’il avait occis par le passé. Grâce à ses ailes, il parvint à déterminer où était le haut du bas. Alors qu’il commençait à remonter, ses ailes disparurent soudainement. De suite, le trio recommença à chuter de plus belle et disparut dans l’orage.

Plus haut, cela faisait près d’une minute que Jeremiah, Frédéric et Isaac avaient perdu le contact visuel avec le reste du groupe.

« - Je descends les chercher ! » fit alors Jeremiah.

Le voyant commencer à descendre, Frédéric l’interpella.

« - ATTENDS ! SI CA SE TROUVE MILES LES A TÉLÉPORTÉS AU SOMMET ! » cria-t-il tandis qu’il tournait toujours autour de lui et d’Isaac.

« - Si je ne les trouve pas, je vous y rejoindrai » répondit le vampire avant de filer comme une flèche.

De son côté, Frédéric reprit son ascension vers la chambre solaire accompagné d’Isaac. Tandis qu’ils avalaient les mètres à une vitesse folle malgré l’orage, ils virent soudain loin au-dessus d’eux une lumière comme déchirant l’orage. A mesure qu’ils s’en approchaient ce qu’ils virent ressemblait à la sortie de l’orage. En effet, le ciel semblait dégagé et radieux. Curieusement, la distance les séparant semblait se réduire plus rapidement qu’ils ne progressaient. Soudain réapparut la tour, comme par magie. Sa partie supérieure se tenait comme suspendue en l’air. Totalement éventrée mais bel et bien là. Frédéric et Isaac parvinrent à manœuvrer pour s’y engouffrer à nouveau. Ils réussirent à se raccrocher aux fameux crans servant d’échelle de fortune.

« - Bon sang ! C’est quoi ce délire ? » fit Frédéric en jetant un coup d’œil en contrebas.

A mesure que l’orage s’éloignait, la tour réapparaissait sous eux, parfaitement intacte. C’était comme si l’orage n’avait été qu’un hologramme sophistiqué masquant une partie de la tour.

A plusieurs dizaines de mètres plus bas, Jeremiah plongeait toujours vers le sol à la recherche de ses camarades. Soudain, lui aussi vit la tour réapparaître. Cela le prit par surprise et il parvint à l’esquiver de justesse avant qu’il ne s’écrase contre. Qu’est-ce que cela signifiait-il ? Peu importe ! Il devait retrouver Miles, Wade et Samus. Alors que le sol arrivait à grande vitesse, il n’avait toujours pas vu ses camarades. Plongeant la tête la première, il se cabra afin de se poser au sol comme une fleur. Il s’envola à nouveau et survola la zone entourant la tour. Pas de traces des corps de ses compagnons. Peut-être s’étaient-ils retrouvés dans la tour lorsqu’elle avait ressurgi de nulle part. Il s’y précipita mais là encore aucun corps. Manifestement, Miles avait dut réussir à les téléporter au sommet. A l’intérieur de la tour, Jeremiah s’envola alors à toute vitesse pour rejoindre Frédéric, Isaac et, l’espérait-il, Miles, Wade et Samus.

Plus haut, Frédéric et Isaac atteignirent enfin le haut de la tour. Arrivés juste sous la plateforme, Isaac indiqua à Frédéric un passage entre le mur et la plateforme permettant la maintenance de la plateforme en cas de besoin. Obstruée par de la végétation, Frédéric perça un passage avec un petit jet de flammes. Hissés sur la plateforme il virent que la mousse et le lichen y étaient abondants et recouvraient tout du sol au plafond. Des lianes tombaient du plafond et une sorte de réseau racinaire tapissait une partie du sol jusqu’à la plateforme ; là, les racines s’étaient enchevêtrées dans l’une des roues crantées ce qui expliquait son immobilisation. Ce constat rapidement fait, Frédéric se mit à chercher ses compagnons. Personne d’autres qu’eux-mêmes sur la plateforme, Frédéric sortit de la colonne et arriva dans une petite pièce. Celle-ci aussi était envahie par la végétation et une matière végétale comparable à du pollen était en suspension dans l’air. La pièce suivante était condamnée par un maillage de racines et de lianes. Il n’y avait aucune trace de Miles et des autres. Frédéric retourna alors à la plateforme pour attendre Jeremiah. Quelques minutes plus tard, le vampire apparut par le passage, seul.

« - Tu n’as pas retrouvé Miles, Wade et Samus ? » lui demanda Frédéric.

« - Non, je pensais les retrouver en ta compagnie » répondit Jeremiah.

« - C’est quoi ce bordel ? Où sont-ils passés ? »

« - Isaac, sais-tu où ils sont ? »

« - Négatif, Jeremiah ! Ils ont dû rester dans l’autre dimension » répliqua le drone.

« - Comment ça l’autre dimension ? » fit Frédéric.

« - Comme les Terre 6354 et 1960, cette planète Janus 24 présente un dédoublement dimensionnel artificiel. Néanmoins, cette planète semble posséder plus d’une aberration dimensionnelle. La Janus 24 β est celle d’où sont originaires les Ing. Tout comme la Terre 1960 α , elle est inexplicablement stable. En revanche, lors de notre ascension nous avons traversé une brèche dimensionnelle donnant sur la Janus 24 γ. Conformément à tous les modèles à ma disposition, cette aberration dimensionnelle est particulièrement instable ».

« - Mais pourquoi la Janus 24 γ est-elle instable ? Pourquoi n’est-elle pas comme la Terre 1960 α ? » s’enquit Jeremiah.

« - La Terre 1960 α était la manifestation d’un esprit aux pouvoirs dimensionnels incomparables. Il parvenait à la maintenir stable et cohérente. La planète Janus 24 a vu naître ces aberrations dimensionnelles à la suite d’un climatisme planétaire » indiqua le drone.

« - La météorite ... La collision a dû être particulièrement puissante ... Est-ce que chaque collision de ce genre engendre des aberrations dimensionnelles ? » demanda Frédéric.

« - Négatif ! Bien que dévastatrice, la puissance d’une telle collision est loin de suffire à la création de telles anomalies. Il me manque une donnée pour expliquer la cause de cette création de dimensions artificielles ».

« - Okay ! Ça ne nous dit pas comment retrouver nos amis tout ça » fit Frédéric.

« - Si vous ne les avez retrouvés ni l’un ni l’autre, cela signifie qu’ils n’ont pas trouvé de brèches de sorties et qu’ils sont restés sur la Janus 24 γ ».

« - Y a-t-il un moyen d’y retourner ? » demanda Jeremiah.

« - La Janus 24 γ étant instable, il n’y a pas moyen d’y retourner comme on le souhaite. Je lance dès maintenant une veille afin de détecter la moindre brèche dimensionnelle qui s’ouvrirait à nouveau » assura Isaac.

« - Que fait-on en attendant ? » s’interrogea le vampire.

« - Inutile de perdre notre temps à ne rien faire. Allons à la chambre solaire et réglons y le problème. ... Mais dès qu’une faille s’ouvre sur la Janus 24 γ, on lâche tout et on y va pour les ramener ! » répliqua Frédéric, déterminé.
_____________

A suivre dans le chapitre 320 : Herbicide !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» La troisième expiation (Chapitre 3 terminé)
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» {Terminé} Judge, la troisème Expiation. [CHAPITRE 5]
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 319 - Déterminé :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 319 - Déterminé
Message le Dim 23 Oct - 9:56 par Shion
Je l'ai déjà dit, il me semble, mais j'aime beaucoup l'évolution d'Isaac. Il n'aurait pas affiché un visage triste avant ses modifications par Carnifex.

Très intéressant ces nouveaux dédoublements dimensionnels...
 

Chapitre 319 - Déterminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: