Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 323 - Version B ou 2.0 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

13112016
MessageChapitre 323 - Version B ou 2.0 ?

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps - Parc d’attractions

Tandis que l’arlequin s’amusait littéralement avec les civils comme s’il fut agi de marionnettes, Wade restait immobile, paralysé. Alors que les marionnettes s’adonnaient à une curieuse scène d’une pièce de théâtre dérangée, Wade se concentrait sur son immobilisation. Il devait à tout prix s’en libérer. Il avait déjà établi que l’arlequin n’utilisait pas la télékinésie. Peut-être était-ce le même pouvoir dont le vampire Monroe avait fait la démonstration ? Non, il parvenait à bander ses muscles, ce n’était pas une quelconque forme de télépathie paralysante qui coupait l’influx nerveux vers les muscles. Il se sentait comme retenu par une main invisible. Wade observa alors les gesticulations des civils. Quel que fut l’artifice par le biais duquel l’arlequin les manipulait, cela ne pouvait être quelque chose de physique comme de vulgaires ficelles. Celles-ci s’emmêleraient immanquablement en voyant comment les marionnettes se déplaçaient dans tous les sens sur la scène improvisée qu’était devenue la piste d’auto tamponneuses. Non, c’était indéniablement un quelconque pouvoir mental. Espérant pouvoir le détecter sur le plan spectral, Wade changea sa vision. La lumière éclatante des esprits humains lui sautèrent aux yeux. Ils étaient donc toujours vivants malgré le fait qu’ils aient totalement perdu le contrôle de leur corps. Aspect intriguant, la quasi totalité d’entre eux pleuraient d’être ainsi soumis à une force extérieure. Mais quelle était-elle ? Dans un premier temps, Wade ne voyait rien d’autre que les esprits des civils.

C’est alors que le premier acte de la pièce de théâtre sordide s’acheva. Soudain, Wade fut forcé d’applaudir contre son gré. Il regarda ses mains et vit quelque chose d’étrange. C’était à peine perceptible mais des espèces de filaments d’énergie étaient attachés à ses mains, poignets et avant-bras ... et sûrement partout sur son corps. Alors qu’il reportait son attention vers les civils pour tenter de voir de pareils filaments, il fit volte face et se retourna, contraint et forcé, vers l’arlequin. Cela lui sauta alors aux yeux. De par leur concentration, il vit des myriades de filaments émaner des doigts de l’arlequin.

« - Comment as-tu trouvé ce premier acte ? Sois franc, je te prie ! Si l’un de mes acteurs a mal joué, il sera immédiatement châtié par ses pairs » déclara l’arlequin en affichant un sourire des plus sadiques.

« - Ce ne sont pas les acteurs qui sont à blâmer si une pièce de théâtre est aussi médiocre, c’est le metteur en scène ! » répondit Wade.

« - Ooooh ! Tu me blesses profondément, tu sais ? Mon petit cœur saigne de tant d’invectives à mon encontre » fit l’arlequin, mimant d’être abattu.

« - Bon ! Tu as raison ! Il faut que je repense tout ! Il faut que je reparte de zéro. Une nouvelle scène, de nouveaux décors, de nouveaux acteurs, un nouveau public. Je dois tout supprimer, faire table rase afin de faire mieux ! » se reprit-il.

« - Je ne crois pas ! Ton cirque va s’arrêter ici et maintenant ! » rétorqua Wade.

S’il n’était plus libre de ses mouvements, son esprit avait encore toute sa vigueur. Ses yeux disparurent au fonds de ses orbites. Une bure de ténèbres enveloppa son corps sous les yeux stupéfaits de l’arlequin. La lumière autour de Wade sembla être absorbée par son corps. La scène était saisissante.

« - On ne manipule pas la mort ! » ajouta Wade d’une voix d’outre-tombe, tout en enflammant sa bure de flammes bleues.
Ses flammes consumèrent le moindre des filaments par le biais desquels l’arlequin le maîtrisait. Ainsi libéré, il allait enfin pouvoir affronter ce monstre.

« - QUE COMMENCE L’ACTE 2 !! » s’esclaffa l’arlequin.

C’est alors que la bâche couvrant la piste des auto tamponneuses se releva. Surgirent de la piste la totalité des civils que l’arlequin manipulait. Tous se jetèrent droit vers Wade. Ce dernier parvint à les esquiver sans peine en bondissant sur le côté. A peine eut-il posé pieds à terre, qu’il se saisit de sa faux et la déploya. Tandis que les civils se jetaient à nouveau sur lui, Wade fendit l’air au-dessus d’eux et trancha en un seul mouvement de sa faux tous les filaments de l’arlequin. Aussi soudainement libérés, tous les civils tombèrent au sol. Tout en se relevant péniblement, chacun semblait soulagé de ne plus être le pantin de ce monstre. A un tel point que certains ne purent retenir leurs larmes.

« - MES JOUETS !! MES MARIONNETTES !! QU’AS-TU FAIT ?? » hurla l’arlequin.

Voyant que l’arlequin tendait ses doigts vers les civils, Wade créa une vaste vague de flammes bleues pour stopper les myriades de filaments qui menaçaient de reprendre le contrôle de ses victimes. Comprenant qu’il ne renoncerait pas aussi facilement à ses "jouets", Wade suivit sa vague de flammes. Cette dernière se dissipa à mi-distance entre lui et l’arlequin. Wade sembla surgir d’au milieu de ses flammes à la grande stupeur de l’arlequin.

« - Toi qui aimes tant casser tes jouets ... Vois ce que cela fait d’être brisé ! »

A cet instant, Wade lâcha sa faux de sa main gauche et pointa cette dernière droit vers l’arlequin, paume en avant et doigts tendus. La seconde suivante, il soumettait l’arlequin à un terrible chaos d’ondes sismiques. Loin d’être aussi puissante que l’explosion d’ondes telluriques de Ponk, cela fut suffisant contre l’arlequin. Ce dernier, sous l’effet de l’attaque, sembla s’agiter dans tous les sens tel un pantin manipulé par un hystérique. Ses membres ne tardèrent pas à se briser avant que sa colonne vertébrale ne fasse de même. Après plusieurs secondes, Wade cessa son attaque. L’arlequin tomba alors du sommet du chapiteau où il se trouvait. Il roula sur la tenture et finit par tomber par terre, complètement désarticulé.
_____________

Terre 50227 - Le Mans

Émile avait passé près d’une journée entière à rendre habitable l’un des appartements du premier étage tout en faisant table rase de l’autre appartement du même pallier. Ainsi il pourrait se reposer confortablement dans l’un la nuit et travaillerait d’arrache-pied dans celui d’en face le jour afin de monter un nouveau portail dimensionnel. Fort des connaissances de son double Émilien sur cette dimension, Émile sut quoi chercher dans tous les appartements de l’immeuble ayant une quelconque valeur aussi bien monétaire qu’à destination de prêteurs sur gage. Car de l’argent il lui en faudrait afin de rassembler les matériaux nécessaires.

Fouillant dans les souvenirs d’Émilien, Postridge apprit l’existence d’internet, comment y accéder et comment s’en servir pour accélérer l’acheminement des divers outils le plus rapidement possible. Un site en particulier retint son attention, Hippolyte, qui garantissait, grâce à son service premium, une livraison en un jour ouvré. Vendant sans le moindre scrupule tout ce qu’il pouvait trouver, Émile alimenta le compte moribond d’Émilien ; compte qui lui permettrait par la suite de commander tout ce qu’il souhaiterait. Entre-temps, Émile laissa sa curiosité explorer les vastes étendues du net. Il y découvrit les formidables avancées technologiques que cette dimension avait connu. Grâce à ce savoir sans bornes, il put révolutionner sa propre technologie. Il en améliora les rendements ainsi que la taille. Il n’aurait plus à reconstruire un nouveau portail dans la prochaine dimension car il pourra l’emmener avec lui lors de son prochain voyage. Alors que son portail occupait la quasi intégralité de son bureau à l’Université du Mans, son nouveau portail tenait replié dans une valise, imposante certes, mais transportable facilement.

En l’espace d’une semaine, Émile acheva son nouveau portail, son portail 2.0 comme les habitants de cette dimension aimaient qualifier quoi que ce fut d’innovant. Ayant eu toute latitude pour analyser les particules exodimensionnelles ayant fait irruption dans la salle de bain d’où s’était enfui Hamilton, cela fut un jeu d’enfant que de le pister vers la prochaine dimension. Grâce à ses nouvelles connaissances, l’énergie émise par son nouveau portail fut bien mieux maîtrisée. Cette fois, seules quelques feuilles virevoltèrent autour de l’anomalie spatiale. L’anomalie se suffisant à elle-même durant quelques secondes, Émile replia sa valise et passa le portail, quittant la Terre 50227 pour une nouvelle copie terrestre où l’inconnu l’attendait.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 - Grand hall

Au centre de la pièce, tous furent surpris de voir autant de clones de Xion postés au balcon du premier étage. Mais Frédéric et Jeremiah l’étaient encore plus. Ils avaient complètement échappé à leurs sens aiguisés. S’étaient-ils autant relâchés que cela en revenant au grand hall ? Peu importe, l’heure n’était pas aux interrogations mais plutôt au combat qui allait commencer de façon imminente.

« - La plupart de vos frères ont été tués par les laves que vous êtes venus chercher, ces metroids. Pour notre part, on n’en a tué que trois » proclama Wade.

« - Je ne crois pas que cela va plaider en notre faveur » glissa Jeremiah.

« - On les a tués car ils ont ouvert les hostilités ! Faites de même et vous subirez le même sort ! » continua Wade.

« - Vous en avez tué trois alors que vous êtes six ? QUEL EXPLOIT ! Voyons voir comment vous allez mourir face à nous ! » répliqua l’un des clones.

« - Cela ne sera pas nécessaire ! » déclara alors une nouvelle voix.

Tous s’immobilisèrent, y compris les clones de Xion. Aussi bien les clones que le groupe de Frédéric, hormis Samus, tous reconnaissaient parfaitement cette voix. Provenant du balcon du deuxième étage, il était indéniable que tous ne tarderaient pas à voix pointer le visage d’Haakon Zolotarev. C’est alors qu’une odeur bien particulière vint aux narines de Frédéric. Certes il reconnaissait l’odeur de Zolotarev mais celle-ci était presque masquée par une autre bien plus puissante, plus animale. Une odeur qui ne lui était pas étrangère, une odeur qu’il avait déjà sentie par le passé. C’est alors qu’un individu à la face porcine se montra au balcon du deuxième étage. Tous le reconnurent immédiatement. Il s’agissait de Scrof, le faunanthrope sanglier qui les avait trahis sur la Terre 2663. Néanmoins, ils étaient surpris de le voir sur pieds alors que Bill avait certifié l’avoir tué. Soudain la stupéfaction prit de l’ampleur en voyant une vingtaine d’autres Scrof apparaître sur tout le pourtour du balcon.

« - Putain ! Il l’a cloné ! » fit Frédéric, stupéfait.

« - Oui ! Haakon Zolotarev a jugé que Scrof ferait un bien meilleur serviteur que Xion » déclara alors la voix de Zolotarev.

« - Voilà qu’il se met à parler de lui à la troisième personne maintenant » fit Frédéric.

« - Cesse de te cacher, montre-toi, Zolotarev ! » dit alors Wade.

En réponse, l’individu se mit à glousser.

« - Qu’y a-t-il de si drôle ? » demanda Miles.

« - Ce qu’il y a de drôle ? C’est que vous me preniez pour Haakon Zolotarev » répondit-il en se montrant au balcon, passant par-dessus par télékinésie et atterrissant sans mal devant le groupe de Frédéric.

Bien que l’homme avait la taille, le maintien et le visage d’Haakon Zolotarev, ainsi que la voix, il n’en avait ni le bouc, ni les cheveux mi-longs. Son visage semblait également plus jeune. D’autre part, son code vestimentaire n’était pas non plus le même. On aurait dit celui d’un majordome.

« - Tu es son ... fils ? » fit Frédéric.

L’homme se mit à sourire.

« - D’un certaine manière, nous sommes tous ses fils. Je suis Baker Bane ! » [1]

Son apparence, la façon de parler d’Haakon et celle de se présenter mirent Wade sur la voie.

« - Il s’est lui-même cloné » conclut-il.

« - C’est exact ! Haakon Zolotarev n’a confiance qu’en lui-même » répondit Bane.

« - Quel égocentrique ! » répliqua Frédéric.

« - Il est tel Narcisse, à ne s’aimer que lui-même » ajouta Jeremiah.

« - Original ou vulgaire copie génétique, penses-tu que vous soyez assez pour nous défaire ? » dit alors Wade, jetant un froid dans la conversation.

Baker Bane s’immobilisa un instant. Son sourire s’effaça avant de réapparaître.

« - Les Scrofs et moi ne sommes pas ici pour vous ... mais pour eux ! Haakon Zolotarev a décidé de rappeler tous les anciens modèles » répondit Baker Bane.

« - Les rappeler ? ... Comme des exemplaires défectueux ? » fit Miles.

« - Et s’ils ne veulent pas revenir avec vous ? » demanda Jeremiah.

« - Défectueux, ils le sont ! Ils pensent être sur cette planète pour compléter la collection d’Haakon Zolotarev en ramenant des metroids. Sauf que d’un, Haakon Zolotarev les a déjà et de deux ils n’ont pas les capacités nécessaires pour en ramener » répondit Baker Bane.

« - Si vous n’êtes pas venus pour nous, on peut partir alors ? » s’enquit Wade.

« - Tout à fait ! » répliqua Baker Bane.

« - Tu n’as pas répondu à ma question ! » intervint le vampire.

« - Il est vrai, mais savoir le sort qui les attend s’ils résistent ne fera que compliquer notre échange pour le moment cordial ».

« - Wade a raison, cela ne nous regarde pas ! Retournons à la fontaine ! » fit Frédéric, froidement.

Joignant les gestes à la parole, il tourna les talons et se dirigea vers la porte qui le mènerai à la fontaine. Wade le suivit sans hésiter, ainsi qu’Isaac qui se contentait d’observer. De même, Samus se mit en mouvement sans manifester le moindre état d’âme. Après tout, ils seraient en train de se battre à mort contre les Xion si Baker Bane et ses clones porcins n’étaient pas intervenus.

« - Laissons les saloperies s’éliminer entre elles ! » s’esclaffa Miles en suivant le mouvement après un petit temps mort.

Jeremiah fut le seul qui semblait profondément dérangé par ce qui allait suivre. Clones ou non, les Xion étaient tout de même des êtres humains et non du matériel défectueux que l’on jette. Toutefois, il ne laissait rien transparaître sur son visage. Avant de suivre ses compagnons, il s’adressa une dernière fois à Baker Bane.

« - Un jour ou l’autre, ton maître tombera de son piédestal et il répondra de ses crimes ! » lui adressa-t-il.

« - Ce jour là, je prendrais sa place et deviendrait le nouveau Haakon Zolotarev » répondit Baker Bane à voix basse sans cesser de sourire.

Les paroles de Bane et l’aplomb avec lequel il les dit stupéfièrent Jeremiah. Le vampire finit par suivre ses compagnons. A peine furent-ils tous rendus dans la pièce suivante que l’affrontement entre zooanthropes et faunanthropes débuta.

« - Ils ne perdent pas de temps, eux ! » dit alors Miles, sans s’arrêter.

Sans marquer la moindre pause, le groupe retourna à la fontaine. Taillée et finement sculptée dans la pierre, la fontaine était en ruine. Rien n’avait changé depuis qu’ils étaient passés devant pour la première fois en direction de la chambre solaire ... à un détail près. Les lichens et autres mousses végétales avaient totalement perdu leurs couleurs et tombaient littéralement en poussières au gré des mouvements d’air. C’était là la répercussion de la mort de la plante carnivore dont les ramifications s’étaient répandues jusqu’à cette pièce.

Le groupe se plaça devant la fontaine pour l’inspecter. Le peu d’eau qui subsistait au fond du bassin était stagnante et croupie. Même s’ils parvenaient à trouver un moyen de l’amener dans le grand hall, il serait étonnant qu’elle soit validée par le système à serrures élémentales. Certaines pierres de la fontaine étaient fendues, d’autres très érodées. Néanmoins, il leur fut possible de réassembler la grande majorité de la fontaine. Ainsi réassemblée, elle donnait une bonne idée de sa splendeur d’antan. Conscients que cela ne servait actuellement à rien, ce serait tout de même une chose de faite lorsqu’ils parviendraient à la réalimenter. En réassemblant les pièces et les conduites d’eau, ils constatèrent que ce n’était pas l’état de la fontaine qui empêchait l’acheminement de l’eau. Une fois encore, le problème devait se trouver à la source.
_____________

[1] : Note Baker Bane
Comme le sous-entend Baker Bane, il n’est qu’un clone parmi tant d’autres d’Haakon Zolotarev. J’ai voulu instaurer un petit code entre lui et ses clones. L’original, Haakon Zolotarev et à considérer comme l’alpha et l’omega avec le double A de son prénom et le Z de son nom.
Quant à Baker Bane ...
Son prénom est le B de l’alphabet radio anglais et son nom est dérivé de Ban, qui est le nom de la lettre B dans l’alphabet géorgien.

Plus une petite illustration de ce à quoi pourrait ressembler Baker Bane ... de très loin XD

_____________

A suivre dans le chapitre 324 : Une historie d'eau
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Avril 2011 : Jane Eyre de Charlotte Brontë
» Naruto 621 - Hashimara - Madara !
» [Blu-Ray] Vendredi 13 - Chapitre 3 : Meurtres en 3D (Import US)
» Nouvelle version d'Ellana
» eclipse en version quebecoise
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 323 - Version B ou 2.0 ? :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 323 - Version B ou 2.0 ?
Message le Dim 13 Nov - 12:16 par Shion
Hippolyte, la reine d'Amazon ? Bien trouvé comme nom du site ^^

Intéressant ce chapitre qui permet de nous présenter Baker Bane, qui me paraît du genre à renverser son "père"... J'imagine que nous rencontrerons également plusieurs autres clones au cours de l'histoire Razz
avatar
Re: Chapitre 323 - Version B ou 2.0 ?
Message le Dim 13 Nov - 12:52 par Jezekiel
J'étais sûr que tu ferais le lien pour Hippolyte ;p
Re: Chapitre 323 - Version B ou 2.0 ?
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 323 - Version B ou 2.0 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: