Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 326 - A deux doigts !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

03122016
MessageChapitre 326 - A deux doigts !

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps - Ancien Q.G. de la F.I. Holmes

Le Q.G. de La Force d’Investigation Holmes avait été complètement déserté lorsque le Mastercorps avait surgi dans le ciel de la planète. La F.I. Holmes était hautement spécialisée dans les enquêtes de natures diverses et variées. Elle s’occupait également de retrouver des artefacts dissimulés sur des Terre parallèles accessibles uniquement aux esprits les plus brillants. Ainsi, peu nombreux étaient leurs membres à pouvoir représenter une force d’attaque nécessaire pour tenter de repousser l’ennemi. Leur Q.G. étant proche du siège, ils furent parmi les premiers à être exfiltrés vers la planète refuge. Lucas avait donc jugé que leur Q.G. serait parfait pour se retrouver une fois tous les civils secourus.

A l’intérieur, Miles avait été le premier à rejoindre le hangar avec son groupe de rescapés. Ils s’étaient dépêchés d’y pénétrer et de s’y calfeutrer en attendant les autres. Nul n’avait eu besoin d’énoncer une évidence, il ne fallait en aucun cas attirer l’attention sur eux. Ils restèrent silencieux, plongés dans le noir tandis que Miles, profitant de sa forme démoniaque ténébreuse, scrutait les alentours du hangar à partir d’une fenêtre à l’étage sans qu’on puisse le voir. Une demi-heure après leur arrivée, il fut ravi de voir arriver Jeremiah et son groupe. Il se téléporta de suite à la porte du hangar et les fit entrer précipitamment. Lambert fut ravi de revoir Miles à qui il serra chaleureusement la main.

« - Puis-je en déduire que vous êtes tous là ? » demanda-t-il à voix basse.

« - Les autres ne vont pas tarder, ouais » répondit Miles avec un léger sourire.

Après quoi, il abandonna Jeremiah, Lambert et les civils et repartit se positionner à son poste d’observation. Près de quarante minutes plus tard, ce fut au tour de Wade d’arriver, escortant son groupe de rescapés. A l’intérieur, et malgré l’obscurité, Wade fut étonné de ne retrouver que Jeremiah et Miles.

« - Frédéric et Lucas ne sont pas encore revenus ? » fit-il.

« - Non, mais ils ne devraient plus tarder maintenant » fit Jeremiah.

A peine dix minutes plus tard, Miles vit un traînée de flammes zébrer le ciel et atterrir brutalement à trois cents mètres de là, derrière un hangar éloigné. Miles se téléporta pour rejoindre les autres, affichant un air sinistre sur son visage.

« - Je crois que Frédéric est arrivé ... seul » dit-il amèrement.

Personne ne dit quoi que ce soit. Tous surent ce que cela signifiait, Frédéric n’était pas parvenu à sauver les civils qu’il était parti chercher. Ils ne savaient pas encore ce qui s’était passé mais ils étaient tous sûrs d’une chose, Frédéric avait dû tout tenter pour les sauver. Se remémorant tous qui ils avaient dû affronter pour arracher de leurs griffes les civils ici présents, ils se doutèrent que l’ennemi de Frédéric avait dû être un sacré salopard. Quelques minutes plus tard, Frédéric ouvrit la porte du hangar avec derrière lui Isaac. Il se tenait dans l’entrebâillement de la porte en contrejour. La tête légèrement baissée et toute une partie de son visage maculé du sang de la mime Ciule, il avait l’air sinistre. Au prix d’un supplice insoutenable, il avait remis son bras en état. Sa régénération accélérée faisait maintenant le reste en ressoudant ses os et résorbant les déchirures tissulaires.

« - Allons-y ! » dit-il froidement.

« - Où ça ? » fit Miles.

« - Mettre ces civils en sécurité ».

« - Frédéric ? Ça va ? » fit Jeremiah.

« - Allons-y ! »

« - Tu as le visage plein de sang » s’inquiéta le vampire.

« - Ce n’est pas le mien ».

« - Il faut attendre Lucas, seul lui sait par où on entre discrètement au siège » rétorqua Wade.

« - A vrai dire, ce n’est pas tout à fait exact. Tous ceux qui sont partis à la recherche des derniers rescapés le savent. Il faut ... » commença à dire Lambert.

« - Par le barrage » coupa court Frédéric.

Tous s’interrompirent. Seul Lucas avait pu lui dire par où entrer mais pourquoi n’était-il pas là ? Les secondes s’écoulèrent comme des heures avant que Frédéric ne reprenne la parole.

« - Ni lui, ni moi n’avons pu sauver de civils. Il est mort en essayant ... et je les ai tous vengés ! »

Sur ces derniers mots, Frédéric serra les poings et les dents. Autour de lui l’air sembla bouillir.

« - Je suis sûr que tu as fais tout ce que tu pouvais pour empêcher leur mort » dit alors Miles en posant une main réconfortante sur son épaule.

Frédéric fut étonné par le geste de Miles mais l’apprécia à sa juste valeur et se calma.
Après quoi il fut décidé de la marche à suivre pour gagner le barrage. Il était hors de question qu’ils procèdent à une randonnée à découvert sur plusieurs kilomètres. Ils tomberaient immanquablement sur l’un ou l’autre des membres du Mastercorps. Si ce n’était que des charognards, cela ne poserait pas de problèmes. Mais comme l’avait démontré leur récente sortie pour sauver les civils actuellement sous leur protection, ils pouvaient également tomber sur quelque chose de bien plus dangereux. Ainsi, il fut décidé que Frédéric et Miles iraient en éclaireurs jusqu’au barrage afin de dégager la voie si besoin était. Pendant ce temps Jeremiah et Wade assureraient un périmètre de sécurité autour du hangar.
_____________

Terre 531 - Le Mans

Franchissant son nouveau portail dimensionnel, Émile se demanda s’il n’avait pas commis une quelconque erreur dans ses calculs lors de l’élaboration de son portail 2.0. Le lieu où il était arrivé semblait identique à la chambre qu’il venait de quitter sur la Terre précédente. Il se retrouvait dans un appartement complètement vide et déserté de toutes formes de vie. Soudain un son bien singulier le sortit de sa désorientation passagère. Même si cela ne faisait pas longtemps qu’il avait appris à vivre accompagné au quotidien par ce genre de son, Postridge le reconnut immédiatement. Il s’agissait d’un puissant moteur que l’on mettait en marche. A peine quelques secondes plus tard, le bâtiment fut ébranlé par un puissant choc qui faillit faire perdre l’équilibre à Émile. Il n’eut pas le temps de se demander ce qui arrivait que soudain le jour déchira l’obscurité de la pièce où il était. Le mur à sa droite venait d’être éventré par une gigantesque pelle mécanique. Était-ce Hamilton qui passait à l’attaque ? Non ! Il faisait grand jour à l’extérieur, ce ne pouvait être lui. L’évidence lui surgit alors à l’esprit par l’intermédiaire des souvenirs d’Émilien. Il était arrivé dans un immeuble prêt à être démoli. Il devait s’extirper de ce piège mortel au plus vite.

Émile bondit hors de l’appartement plus vite qu’il ne s’en serait cru capable. Derrière lui, le reste du mur éventré s’effondra lourdement dans l’appartement désaffecté soulevant un épais nuage de poussière. Alors qu’il allait dévaler les escaliers, une nouvelle menace surgit. Une gigantesque boule de démolition traversa la cage d’escaliers de part en part. L’espace d’une fraction de seconde, il crut voir la boule au ralenti, chevauchée par une pin-up avec pour seuls vêtements des rangers.[1]

..oO( Au moins elle ne se fera pas mal aux pieds) pensa-t-il brièvement.

Manifestement, il n’avait pas réussi à autant cloisonner les souvenirs d’Émilien qu’il l’aurait cru. S’il sortait de ce guet apens involontaire, il faudra qu’il veille à plus se concentrer pour éviter de voir des réminiscences de son double surgirent à tout va.

Dans son dos, la pelle mécanique semblait poursuivre son œuvre de dévastation dans sa direction. Prenant la mesure du mouvement de balancier que la boule suivait, Émile parvint à se faufiler dans la cage d’escalier, maintenant envahie de débris. Sautant de débris en débris, il perdit soudain l’équilibre en sautant sur un petit pan de mur. Inconsciemment, son corps adopta la bonne posture et se servit du pan comme d’une planche de surf pour dévaler les escaliers à toute allure. Tandis que la boule et la pelle fracassaient l’édifice à tout va, Émile cessa sa course folle en bas des marches en roulé boulé. Stabilisé, il s’étonna de ce qui venait de se passer. Il comprit alors que c’était grâce à la mémoire musculaire héritée d’Émilien que cela avait pu être possible. Finalement, l’héritage de son double ne s’avérait pas aussi inutile qu’il le croyait au départ. Tandis que la destruction de l’édifice commençait par les étages supérieurs, il put sortir de l’immeuble sans d’autres difficultés. A peine en fut-il sorti qu’il fut repéré par l’un des ouvriers du chantier.

« - Vous étiez encore dedans lorsque la démolition a commencé ? » lui fit-il, stupéfait.

« - Semble-t-il, effectivement ! »

« - Il y a encore quelqu’un à l’intérieur ? »

« - Pas que je sache. Mais dites-moi, mon bon monsieur, pourquoi diable détruisez-vous cet immeuble ? »

« - Vous étiez à l’intérieur et vous ne le savez même pas ? Il y a eu un genre de peste dans cet immeuble. Même si les services sanitaires affirment qu’ils ont nettoyé la place, la ville a choisi de le faire démolir car plus personne ne voudrait vivre dans l’immeuble aux vingt morts ».

Sans avoir pu consulter ses appareils, Postridge sut qu’il était arrivé sur la bonne Terre. La peste dont parlait l’ouvrier était indéniablement l’œuvre d’Hamilton.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 - Glacier

Les cris emplissaient la caverne et semblaient rebondir d’une paroi à l’autre. Tous dans le groupe tentaient d’identifier la source de tels cris lorsqu’un rocher vint s’écraser aux pieds de Frédéric. Tous levèrent la tête et virent celui qui le leur avait envoyé. Il s’agissait d’une créature imposante faisant au bas mot trois mètres de haut. D’une allure générale, elle ressemblait à un puissant gorille ... au détail près que son pelage était blanc et qu’il avait quatre puissants bras. [2] Une multitude de terriers s’ouvrirent alors et apparurent autant de ces créatures. Ils poussèrent de puissants cris avant de se mettre à leur jeter des blocs de glace arrachés aux parois de la caverne. Réactifs, Frédéric, Samus et Jeremiah explosèrent tout objet qui leur était lancé tandis que Wade attendait qu’ils soient à portée pour les pulvériser. Quant à Miles, il les réceptionnait pour les renvoyer à leurs expéditeurs.

Les tirs durèrent plusieurs minutes avant que Jeremiah ne les fasse cesser. Ayant pris la mesure des lancés, il immobilisa par télékinésie tous les rochers lancés avant des les renvoyer tous en sens inverse. La quasi totalité des créatures furent blessées et préférèrent cesser le combat pour se retirer dans leurs terriers. Mais l’une d’entre elles, certainement le mâle alpha, n’était pas de cet avis. Il poussait des cris de rage pour inciter ses congénères à poursuivre l’attaque contre ceux qui osaient pénétrer leur territoire ... mais en vain. Ses congénères avaient compris leur place dans la chaîne alimentaire face aux pouvoirs de Jeremiah.
Qu’à cela ne tienne, le mâle alpha descendit en trombe vers le groupe pour les attaquer au corps à corps.

« - Laissez-le moi ! » fit Miles, amusé tout en se métamorphosant.

La créature fonçait droit sur lui, annonçant clairement son intention de l’abattre en levant deux de ses bras. Miles se mit à sourire et s’élança à sa rencontre. La créature abattit ses deux puissants bras sur Miles ... qui les bloqua non sans éprouver une certaine surprise.

« - Ah ouais, tu fais pas semblant d’être costaud, toi ! »

Mais la créature ne comprenant pas ce que Miles lui disait fit mine de l’attaquer avec son autre paire de bras. Une fois encore, Miles s’en amusa. Puisant dans les pouvoirs de Diehard, il matérialisa deux autres paires de bras. Mais au moment où il allait bloquer l’attaque du singe hexapède, il eut la stupéfaction de voir ses bras supplémentaires disparaître contre sa volonté. Il se prit les deux poings du singe en plein dans les côtes et ne put réprimer un crachat de sang.

« - MILES ? » fit Frédéric.

Ayant lâché le singe, Miles était à genoux. Se tenant les côtes de son bras droit, il fit un signe de la main pour signaler de ne pas intervenir. Miles ne comprenait pas ce qui venait de se passer ... mais ce n’était pas la première fois. Déjà au niveau de la tour, ses ailes avaient disparu soudainement. Devant lui, le singe hexapède se tapait le poitrail de ses quatre poings, pensant qu’il avait vaincu l’un des envahisseurs. Fronçant les sourcils, Miles emprunta les pouvoirs de Nwa et se releva en bondissant tout en assénant un puissant uppercut au singe. Celui-ci fut projeté en arrière à plus de cinq mètres, dans les vapes.

« - C’EST QUI LE PATRON ??? » hurla Miles.

Les quelques singes qui se tenaient encore aux bords de leurs terriers firent comme leurs congénères et se terrèrent au fond pour se faire oublier.

« - Ben alors ? Tu as mal calculé ton coup ou quoi ? » lui adressa Frédéric en se rapprochant de lui.

Durant une poignée de secondes Miles ne réagit pas.

« - Ouais, ça doit être ça » finit-il par dire.

De son côté, Isaac s’avança vers l’installation des Chozos au fond de la caverne. Il essuya le givre sur plusieurs écrans et entama un diagnostic complet. Au bout de deux minutes il déclara qu’il s’agissait d’une station thermale semblable à celle des cavernes Lavcore au détail près qu’elle ne puisait pas d’énergie dans son environnement mais en insufflait pour faire fondre la glace et acheminer de l’eau au temple. Néanmoins, avant de la remettre en marche, il était nécessaire d’évacuer les cadavres. Même si en aval se trouvait une station d’épuration, mieux valait ne pas prendre le risque de polluer l’eau au-delà des capacités de la station.
Ne pouvant faire sortir les deux cadavres ensemble par les ouvertures, ils décidèrent de les séparer. Matérialisant une épée de glace, Jeremiah trancha l’appendice qui perforait le crâne du monstre bipède. Après quoi il souleva par télékinésie la carcasse de Draygon. Miles s’occupa de porter celle de l’autre monstre. De leurs côtés, Frédéric, Wade et Samus transportèrent les cadavres des pirates de l’espace.

Après avoir sorti les différents cadavres de la caverne, tous revinrent à la station. Mais Wade semblait préoccupé.

« - Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demanda Jeremiah.

« - Je ne sais pas. J’ai eu une sensation étrange en repassant par le bassin de rétention » fit-il, songeur.

Cette sensation ne l’alarmant pas, ils rejoignirent la station. Pendant que tout le monde avait évacué les corps, Isaac avait relancé progressivement les systèmes de la station. Celle-ci fonctionnait selon un principe similaire aux centrales nucléaires. Des crayons de vingt centimètres de diamètres étaient chauffés avant d’être enfoncés progressivement dans le glacier. La chaleur de ces crayons faisaient fondre la glace pour produire de l’eau. Un mécanisme relativement basique donc.

Les crayons ayant suffisamment chauffé, Isaac entama la pénétration dans le glacier. Une grosse quantité de vapeur d’eau se dégagea immédiatement. Mais celle-ci cessa au fur et à mesure que les crayons s’enfonçaient dans le glacier. Rapidement de l’eau liquide commença à s’écouler des perforations. Elle fut acheminée jusqu’au bassin de rétention où elle était brassée avant de se voir prochainement relâchée dans le tunnel de glace, direction le canyon à flanc de montagne et le temple chozo en aval.
Alors que la troisième serrure élémentale était à leur portée, Wade se mit à ressentir une sensation qui ne lui était que trop familière. Une faille dimensionnelle venait de s’ouvrir. Immédiatement, Isaac indiqua un dysfonctionnement. L’eau disparaissait du bassin de rétention.

Tous se précipitèrent vers lui et virent quelque chose à quoi ils n’étaient pas préparés. Une gigantesque faille dimensionnelle s’était ouverte. L’eau, que la station thermale amenait, s’écoulait via cette faille sur une autre version de Janus 24. Et pas n’importe quelle version. Tous, hormis Frédéric, reconnurent la Janus 24 γ. Sur Janus 24 γ, il n’y avait ni bassin de rétention, ni caverne à cet emplacement. Le ciel était chargé de cet orage perpétuel au-dessus de leurs têtes. Depuis leur arrivée sur cette planète, tous avaient constaté à plusieurs reprises que les failles dimensionnelles donnant sur Janus 24 γ étaient des plus instables. Bougeant et disparaissant à leur gré. Celle-ci n’y fit pas exception. Sans crier gare, la faille s’élargit alors soudainement jusqu’au groupe. Ils basculèrent ainsi dans l’autre dimension. Dans celle-ci, point de Clice et point de montagne. Ici il ne s’agissait que d’une colline et l’eau qui s’écoulait du glacier constituait en cette dimension une fontaine. La faille s’étant élargie à tout le glacier, la fontaine cessa de couler immédiatement. La bonne nouvelle, c’était que sur la Janus 24 originale, l’acheminement en eau s’était sans doute rétablie ; synonyme que la serrure élémentale hydrique allait bientôt s’ouvrir. Alors qu’ils se retournèrent pour voir où s’était déplacée la faille, et leur point de sortie, ils se rendirent compte de la mauvaise nouvelle. La faille s’était refermée presque aussitôt après les avoir précipités sur Janus 24 γ. Ils étaient piégés ici jusqu’à ce qu’Isaac ne détecte une nouvelle faille donnant sur la Janus 24 originale.

Comme ce fut le cas pour les autres la fois précédente, le spectacle qu’offrait Janus 24 γ était saisissant aux yeux de Frédéric. Les failles débouchant sur cette dimension étaient à l’image de cette dernière : chaotique et des plus instable. Où que leurs yeux se posaient, ils ne tombaient que sur des épaves de vaisseaux spatiaux. Le ciel d’orage parcouru d’éclairs n’était pas le plus inquiétant. C’était plutôt les nombreuses tornades que l’on devinait un peu partout sur la planète qui l’étaient.

« - Surtout, Isaac, si tu détectes une faille pouvant nous faire sortir d’ici, tu n’hésites pas à nous le signaler ! » dit Frédéric sans détacher son regard du paysage.

« - Affirmatif, Frédéric ».

C’est alors qu’une ombre titanesque s’abattit sur eux. Tous se retournèrent pour voir la silhouette d’une énorme créature se dessiner sur le ciel d’orage. Tous la reconnurent immédiatement pour avoir vu son cadavre sur la Janus 24 originale.

« - Draygon ? » laissa échapper Samus.
_____________

[1] : Note 1 : La fille qu'Émile aperçoit en hallucination est bien évidemment une référence au clip "Wrecking Ball" de Miley Cyrus.

_____________

[2] : Note 2 : Les gorilles hexapèdes ne sont pas issus de la franchise Metroid mais de celle de Borderlands. Il s’agit des Garogo que l’on affronte dans Borderlands 2.

_____________

A suivre dans le chapitre 327 - Draygon !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» J'ETAIS A DEUX DOIGTS DE TE DIRE
» J'en reprendrai bien deux doigts
» Deux doigts sur la gachette:
» La poupée à deux doigts
» Royet, Colonel
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 326 - A deux doigts ! :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 326 - A deux doigts !
Message le Lun 5 Déc - 16:09 par Shion
La Terre 531, intéressant... J'ai hâte de lire les aventures d'Emile à travers cette Terre.

Pour Miles, il commence à galérer avec ses pouvoirs... Les conséquences de ce qu'il lui est arrivé quelques chapitres plus tôt ?
avatar
Re: Chapitre 326 - A deux doigts !
Message le Lun 5 Déc - 20:52 par Jezekiel
Est-ce que je donne un mini-spoiler concernant la prochaine apparition d'Émile ?
avatar
Re: Chapitre 326 - A deux doigts !
Message le Mar 13 Déc - 17:41 par Shion
Je dis pas non, personnellement ^^
avatar
Re: Chapitre 326 - A deux doigts !
Message le Mar 13 Déc - 18:38 par Jezekiel
Émile rencontrera un personnage déjà rencontré de cet univers :p
Re: Chapitre 326 - A deux doigts !
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 326 - A deux doigts !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: