Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 331 - la Bête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 892
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

15012017
MessageChapitre 331 - la Bête

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps

En rejoignant Miles, Toole vit les dégâts occasionnés par des combats consteller les murs à certains endroits. Militaire de renom, Toole n’était pas homme à se laisser impressionner facilement ... A vrai dire, il ne se laissait pas impressionner par quoi que ce soit, tout court. Néanmoins, ces stigmates de combat semblaient le déranger. Lorsque Lambert et son groupe arrivèrent à leur tour, Lambert connut la même réaction.

« - Vous en faites une de ces tronches, vous êtes constipés ou quoi ? » leur lança Miles.

En guise de réponse, Toole et Lambert levèrent leurs armes, prêts à cribler de balles la moindre ombre de menace qui se profilerait. Les deux hommes conservaient le silence, leur sens à l’affût. Ils s’éloignèrent légèrement de leurs groupes respectifs afin de reconnaître les lieux et s’assurer qu’il n’y avait pas un quelconque ennemi tapi dans un coin. Ce fut alors au tour de Wade de pénétrer à même le Siège de l’Unicorps.

« - Y a un problème ? » demanda-t-il en voyant les deux militaires agir de la sorte.

« - J’en sais fichtre rien, dès qu’ils ont vu les impacts de balles, ils ont changé de comportement ».

Finalement, Toole et Lambert revinrent vers eux.

« - Il y a quelque chose d’anormal. Il ne devrait pas y avoir d’impacts de balles à cet étage. Les seuls dégâts occasionnés par des combats devraient se trouver aux niveaux de surface, là où se trouvent les seuls points d’accès avant qu’ils ne soient définitivement scellés » indiqua Lambert.

« - Okay ! Donc il y a une de ces saloperies qui est parvenue à entrer » comprit Miles en frappant son poing droit dans sa paume gauche.

Ils indiquèrent la situation à Jeremiah et Frédéric lorsqu’ils arrivèrent à leur tour. Tous en alerte, ils réfléchirent à leurs prochaines actions. Ils devaient se rendre aux étages supérieurs pour accéder au portail spatial, le point d’évacuation vers la planète colonisée, leur seul refuge à présent. Néanmoins, certains civils avaient besoin de soins de premiers secours. Nombre d’entre eux présentaient des injures physiques sanguinolentes qu’il convenait d’endiguer.
Lambert, qui connaissait les plans du siège par cœur, indiqua qu’il y avait une petite infirmerie à l’étage supérieur où ils pourraient soigner leurs blessés pour qu’ils puissent atteindre le refuge.

Tous acceptèrent ce plan et se mirent en marche. Miles, Lambert et Wade ouvrirent la marche tandis que Jeremiah, Toole et Frédéric, parfaitement remis désormais, couvraient les arrières de la file. A mesure qu’ils approchaient de la cage d’escalier, les impacts de balles et d’explosions laissaient progressivement la place à des éclaboussures de sang plus ou moins importantes. Tous s’immobilisèrent face à la porte de l’escalier ... qui avait été transpercée en son centre par un corps ... dont le seul témoignage résidait en l’importante quantité de sang laissée sur les faces de la porte mais aussi à l’intérieur.

« - Vous êtes sûrs qu’ils ne peuvent pas atteindre le refuge sans soins ? » demanda Miles en passant la tête par le trou.

« - Aurais-tu peur d’un peu de sang ? » demanda Wade.

Miles se redressa.

« - Oui j’ai peur ... mais pas pour moi, pour eux ! » répliqua-t-il à voix basse en désignant les civils derrière eux d’un signe de la tête.

Tous trois se retournèrent et observèrent les civils. Il n’y avait pas d’autres solutions, ils devaient se rendre à cette infirmerie. C’était déjà un miracle que certains étaient parvenus jusque-là malgré leurs blessures.
L’escalier était à l’image du couloir qui les avait menés jusqu’à lui. Des taches de sang tapissaient les murs et les marches. Arrivés à l’étage supérieur, de nouvelles taches contrastaient avec le sang. C’était un liquide extrêmement noir mais également reflétant la lumière. Miles sembla intrigué par cette matière.

« - On dirait de l’huile. Le Mastercorps a donc des drones de combat ? » demanda Wade à Lambert.

« - Je ne sais pas. Jusqu’à présent nous n’avons vu que leur espèce de charognards ... mais leur sang tire plutôt sur le blanc » répondit le militaire.

« - Vous voyez des carcasses de drones, vous ? » fit Frédéric en s’approchant des trois hommes.

Après quoi, Frédéric se retourna vers Miles, toujours absorbé par cette matière huileuse.

« - Miles ? Tu sais ce que c’est ? »

Après l’avoir touchée du bout du doigt, Miles plongea sa main dans la tache face à lui. Sa main disparut et réapparut dans une tache située plus loin sur le mur, sans surprise de sa part.

« - D’après Nocturne, il s’agit de matière noire rendue visible et liquide » finit-il par dire.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 γ - Colline du Clice

La colonne de lumière noire jaillissant vers le ciel sembla le déchirer. Un sinistre grondement accompagna son apparition. Tous sur la colline s’immobilisèrent. Jeremiah tourna péniblement le visage vers la colonne. Stéropès, à genoux au sol se tenant son moignon, parvint, malgré l’indicible douleur, à rouvrir son unique œil et à observer, terrifié, la colonne de lumière. Projeté à presque cent mètres de sa proie, Hunter se redressa difficilement. Son regard trahissait son incompréhension. Que s’était-il passé ? Seul Filius craignait de comprendre ce qui venait de se passer. Guerre venait-il d’apparaître ?

La colonne de lumière se maintint durant plusieurs secondes tel un geyser d’énergie. Malgré la noirceur de la colonne, tous distinguèrent une silhouette se dresser en son sein. Elle semblait bien plus grande que n’aurait pu l’être Frédéric. Celui-ci se mit à avancer et émergea finalement de la colonne de lumière qui s’estompa une fois qu’il en fut sorti. Son apparence était incomparable. Jamais aucun de ses compagnons ne l’avait vu sous cette forme. On aurait dit un fauve tout droit sorti de l’enfer. Sous sa forme lycanthrope, Frédéric avait le pelage encore plus noir que d’habitude et faisait au bas mot trois mètres de haut ... bien plus s’il s’était tenu droit et non pas le dos voûté. Une haleine bouillonnante sortait de sa gueule, ses yeux flamboyaient d’un feu noir. Mais le plus spectaculaire était encore l’armure qu’il portait. Une armure de métal sombre dessinant comme des flammes et lui hérissant le dos de pointes de métal tout en laissant à découvert sur son torse et abdomen la partie axiale, laissant notamment bien visible la Larme de Dana brillant d’un noir abyssal sans fond. C’était l’interaction de cet artefact et de l’essence du cavalier Guerre émergente qui avait donné la créature que Frédéric était devenu. Mais y avait-il encore une once de l’esprit de Frédéric dans cette créature de cauchemar ? Les minutes qui allaient suivre nous le diraient.

Nullement impressionné par la nouvelle forme de Frédéric, Hunter Jäger se releva et, épée à la main, bondit vers lui. Le voyant faire, Filius se demanda s’il était ignorant de qui il avait affaire ou simplement bête. L’un ou l’autre, il allait rapidement convenir qu’il ne fallait pas l’attaquer ainsi. S’ils n’avaient pas déjà étaient dans une situation critique avec Stéropès amputé d’un bras, Filius l’aurait laissé filer droit vers la mort. Mais il ne pouvait se permettre de perdre un nouvel allié alors que Famine n’était pas neutralisé, que Mort l’était mais pour un court instant et que Pestilence pouvait se réveiller à tout moment.

Se déplaçant à vive allure, Filius parvint à s’interposer entre Hunter et Frédéric au moment même où ce dernier, ayant aperçu Hunter s’élancer vers lui, ripostait. Matérialisant un bouclier rectangulaire à l’instar des légionnaires romains d’antan, Filius contra le puissant coup de griffes enflammé de Frédéric. Lui et Hunter furent projetés en arrière avec une force inouïe. Pire encore, le bouclier d’énergie de Filius fut tranché en deux et tomba en morceaux au sol avant de se dissiper. L’avant-bras gauche de Filius avait été lacéré malgré la protection et saignait quelque peu.

« - Bon sang ! Mais c’est qui ? » fit Hunter en voyant le sang de Filius couler goutte à goutte au sol.

« - C’est Guerre ! » répondit sobrement Filius, nullement handicapé par sa blessure qui ne semblait être que superficielle.

« - Ton ... » commença à demander Hunter, fébrile, avant que Filius ne le coupe.

« - Non ! Le cavalier ! »

La réponse de Filius tétanisa Hunter.

« - Ses comparses sont les autres cavaliers de l’Apocalypse. Si on a réussi à les neutraliser, c’est qu’ils ne se sont pas encore complètement éveillés ... Lui, l’est plus mais pas complètement non plus sinon on ne serait pas là à parler mais étendus au sol en morceaux » poursuivi Filius.

« - Tant que Famine est dans cet état, il faut que nous nous occupions tous les deux de Guerre ! »

Les paroles de Filius terrifièrent Hunter.

« - Hé ! Hé ! Moi qui désirait un combat d’anthologie ... semble-t-il qu’il est venu le temps de le disputer ».

Concentrant son énergie vitale, Hunter s’entoura d’un aura d’énergie bleue et pourpre tout en adoptant sa taille de 3m50. Ayant entendu les paroles de Filius, Stéropès tenta de se joindre à eux pour donner le maximum qu’il pouvait contre Guerre. Mais c’était sans compter sur Jeremiah. Le vampire, se servant du sang qu’il avait lui-même versé, se créa des ailes sanglantes. Bien qu’il n’eut plus son armure de glace, ses yeux n’avaient pas perdu une once de combativité. Il allait devoir composer avec lui.

Filius n’avait de toutes façons pas compté sur le soutiens de Stéropès. Il comptait se donner à fond. Il ouvrit sa cape rouge qui masquait jusque-là son corps et découvrit une armure dorée en train de se constituer à vue d’œil. Du plastron articulé aux protections des bras en passant par une jupe de lames de métal, des cuissardes protégeant des pieds aux cuisses et des épaulettes longilignes ; il n’y avait que sa tête à ne pas être protégée ... pour le moment. Il fit le geste de chausser un casque invisible ... qui finit par le devenir. Celui-ci avait indéniablement une inspiration romaine avec sa fente verticale du menton au nez rejoignant celle horizontale pour les yeux plus sa crête de crin rouge. Il fit apparaître de la même façon un bouclier rectangulaire orné d’une tête de loup tout en matérialisant une lance d’un rouge écarlate. Cette même lance s’enveloppa d’une aura rouge mêlée de noir qui se répandit au corps de Filius.

A peine eut-il développé son aura que Frédéric réagit. Il se mit à hurler à la mort avant de se jeter sur Filius encore plus enragé qu’il ne l’était déjà. Ce dernier fut surpris et eut tout juste le temps de dresser son bouclier entre eux. Frédéric s’abattit sur le bouclier et le surplomba en faisant dépasser sa gueule, menaçant directement la tête de Filius. Ce dernier fut stupéfait de voir la gueule de Frédéric se munir de microplaquettes de métal qui fusionnaient entre elles au fil de la progression.

« - Qu’ai-je fait ? ... Mon aura ! ... Mon aura l’a galvanisé que plus encore !! » dit Filius, résistant avec peine à la force titanesque de Frédéric.

En effet, Frédéric semblait avoir sombré plus profondément dans la bestialité. Il s’acharnait sur le bouclier de Filius avec rage. Toutefois ce dernier semblait parfaitement encaisser les coups de la bête. Énervé qu’un simple bouclier se dresse entre lui et sa proie, Frédéric entama alors de le lui arracher. Un bref instant, Filius fut déséquilibré mais parvint à se rétablir in extremis avant de finir la tête la première dans la gueule du monstre. Mais peut-être était-ce là une nouvelle erreur de sa part. Peut-être aurait-il dû accompagner le mouvement et faire une roulade pour échapper à l’emprise de Guerre. Au lieu de cela, la force sauvage de son adversaire mettait son corps à rude épreuve au point qu’il craignait de voir son avant-bras se briser. Soudain le monstre cessa d’exercer une quelconque force. Hunter venait de le frapper à revers avec le tranchant de son épée. Grand mal lui en pris, non seulement il n’était pas parvenu à entailler l’armure dorsale du monstre mais il avait attiré son attention sur lui et son épée était fendue. Laissant une main sur le bouclier de Filius, Frédéric éventra Hunter d’un coup de griffe presque anodin, plus comme une sorte de mise en garde, pour qu’il le laisse tranquille. Néanmoins, pour un coup de semonce, la douleur lancinante qui tiraillait les tripes de Hunter était bien réelle. Le coup de griffe rapide était parvenu à traverser son armure.

Profitant que Guerre ait l’attention détournée, Filius en profita pour écarter subrepticement son bouclier et lui planter sa lance en pleine poitrine, entre les côtes 3 et 4, en plein cœur. Frédéric se retourna alors sur Filius et cracha un feu sombre sur lui. Le guerrier parvint à s’en protéger derrière son bouclier mais il n’allait pas pouvoir le faire encore longtemps. Malgré l’obscurité de ces flammes, leur intensité était élevée et déjà le bouclier commençait à rougeoyer au bout de quelques secondes. Finalement, Frédéric cessa son jet de flammes et sembla accuser le coup de la lance en plein cœur. Il se mit à genoux, suffocant plus que haletant. C’était inespéré. Malgré la relative faiblesse de Hunter, il était parvenu à détourner l’attention de Guerre juste assez de temps pour pouvoir lui asséner un coup qui le laisserait à sa merci assez longtemps. Il lâcha son bouclier et sa lance et matérialisa deux glaives. Il les croisa sous le menton de Frédéric prêt à le décapiter lorsqu’il reçut un coup de poing d’une puissance phénoménale en pleine tête. L’attaque aussi soudaine que puissante l’envoya valdinguer à plus deux cent mètres de là. Mordant la poussière, Filius, dont le corps tout entier le faisait souffrir, redressa péniblement la tête pour voir qui l’avait ainsi attaqué. Devant Guerre se dressait un homme, un démon aussi obscur que Guerre, si ce n’est plus. Il s’agissait du dernier hôte à ne pas s’être encore éveillé. Néanmoins, il ne parvenait pas à déterminer si c’était Pestilence à qui il devait ce coup ou simplement son hôte.

« - Vous commencez vraiment à me les briser ! Quiconque s’en prend à mes potes, s’en prend à moi ! C’EST MOI TON ADVERSAIRE MAINTENANT !! » cria Miles.

Non ce n’était pas Pestilence. Mais pour qu’il l’envoie valdinguer ainsi, il était tout aussi redoutable. Miles se téléporta alors juste sous les yeux de Filius. Comme pour lui laisser le temps de comprendre, Miles attendit deux secondes avant de lui asséner un puissant coup de pied au ventre qui l’envoya valser encore plus loin. Tandis qu’il reprenait son souffle, coupé par le dernier coup reçu, Filius s’étonna de l’apparence de son adversaire. Quelque chose semblait aller de travers chez lui. Des veines bleues scintillantes constellaient la partie gauche de son visage. Soudain, un puissant bris de verre se fit entendre. Rarement Filius l’avait entendu mais il le reconnut immédiatement. La technique qu’il avait utilisée pour immobiliser l’hôte de Mort venait de voler en éclats.
Suivit alors un autre son, plus un déchirement ... un déchirement dans le tissu de la réalité ... ce que confirma Isaac.

« - Une nouvelle faille vers la Janus 24 originale vient de s’ouvrir ! » déclara-t-il.
_____________

A suivre dans le chapitre 332 - De l'infirmerie à la morgue.
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 331 - la Bête :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 331 - la Bête
Message le Dim 15 Jan - 22:24 par Shion
Je savais la larme de Dana puissante, mais pas au point d'interférer à ce point-là avec l'essence de Cavalier... Je me demande si d'autres artefacts ou des sorts auront des effets similaire sur Frédéric ou l'un ou l'autre des cavaliers.

La tenue de Filius me fait penser à celle d'un centurion. Il n'a donc apparemment pas de lien avec les Cavaliers, même s'ils les connaît bien. Du coup je pense qu'il est un fils de Mars, probablement Romulus ou Rémus étant donné la tête de loup :p

Miles a donc réussi à reprendre le contrôle de son corps. J'imagine qu'on aura un flashback bientôt.
avatar
Re: Chapitre 331 - la Bête
Message le Lun 16 Jan - 18:19 par Jezekiel
Ça fait bien plaisir à lire ce genre de commentaire ^^

Concernant la Larme de Dana, il faut relativiser. Guerre commençait tout juste à s'éveiller ...

Pour Filius, tu me fais plaisir. Je te laisse aller jusqu'au bout de ta réflexion par contre.

Quand à Miles ... tu vas un peu vite en besogne Smile
Re: Chapitre 331 - la Bête
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 331 - la Bête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: