Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 336 - le Feu aux poudres, part 1 : la Mèche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

19022017
MessageChapitre 336 - le Feu aux poudres, part 1 : la Mèche

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps - Infirmerie annexe

L’état de pénurie en matériel médical fut exposé aux civils directement concernés et à leur famille. En temps normal, on pouvait sérieusement douter que l’infirmerie renfermait assez de matériel pour soigner tout le monde. Mais après le combat entre Frédéric et l’infirmière infernale, les ressources s’étaient réduites de façon drastique. A un point qu’ils allaient devoir choisir qui soigner. Ils laissèrent le choix à chacun de choisir en son âme et conscience et que leur choix n’impacterait qu’eux même. Immédiatement, la quasi totalité des blessés aux injures superficielles choisirent de laisser les soins disponibles aux blessés les plus graves. Trois d’entre eux ne voulant rien entendre et exigeant d’être soignés. Mais même ainsi, les ressources disponibles n’étaient pas suffisantes. Tandis que Lambert et Frédéric exposaient ces faits aux blessés superficiels, Wade et Jeremiah disposaient les blessés critiques sur les brancards et lits disponibles. Isaac les scannait et leur délivrait son verdict et les chances qu’ils avaient de survivre avec ou sans soins. Avec le plus grand tact possible, le drone dut dire à certains d’entre eux que le verdict restait inchangé quels que soient les soins qu’on leur administrerait en ces lieux ; jamais ils ne parviendraient au portail spatial pour atteindre le refuge et être sauvés. Ce fut un moment difficile pour tout le monde mais plus encore pour ces derniers. Néanmoins ce furent encore ceux qui eurent le plus de grandeur d’âme puisqu’ils acceptèrent de ne pas être soignés et de laisser une chance à ceux qui en avaient encore une. Cependant, ils refusèrent systématiquement tout recours aux pouvoirs de Wade. Bien qu’il ne l’admettra jamais, son visage trahissait un certains soulagement quant à ne pas avoir à euthanasier ces blessés. Même si leur temps était compté et qu’ils ne pouvaient malheureusement pas rester ici jusqu’à ce qu’ils rendent leur dernier souffle, Wade se proposa pour rester avec eux jusqu’à la dernière seconde afin que leurs âmes ne restent pas prisonnières de ce monde à errer pour l’éternité.

Le reste du groupe entreprit donc d’escorter les civils rescapés jusqu’au portail. Ils se rendirent aux ascenseurs les plus proches. Miles ouvrit de force les portes afin qu’Isaac puisse scanner et analyser chaque cage d’ascenseur. Sur les quatre ascenseurs, un seul n’était pas en état de marche. L’un de ses câbles présentait des faiblesses et ne pourrait sûrement pas supporter le poids de plus de deux personnes en plus de l’ascenseur lui-même. Peu importe, avec les trois autres ce serait largement suffisant pour emmener tout le monde aux étages supérieurs en un minimum d’aller-retour. Afin de s’assurer qu’il n’y avait pas de danger à l’étage indiqué par Lambert, ce furent Frédéric et Miles qui montèrent les premiers, seuls.

Arrivés au 46ème étage, les deux hommes sortirent prudemment de l’ascenseur, l’un couvrant la droite et l’autre la gauche. Ils furent surpris de découvrir l’étage plongé dans le noir, uniquement éclairé par la lumière que l’ascenseur projetait. Ils se demandèrent un instant si Lambert ne s’était pas trompé. Mais ils ravalèrent de suite leurs doutes lorsqu’ils virent des multitudes de bris de verre au sol. Ce n’était pas une coupure de courant, tous les néons avaient été intentionnellement brisés. A peine le comprirent-ils que les portes de l’ascenseur se refermèrent, les plongeant intégralement dans l’obscurité. Cela ne présageait rien de bon. Outre l’obscurité, l’étage était également silencieux. Ils se mirent à avancer. Grâce à leurs facultés nyctalopes, ils évitèrent soigneusement de marcher sur un quelconque bris de verre qui aurait révélé leur présence à plus d’une dizaine de mètres à la ronde. Frédéric était sur le qui-vive.

« - Nous ne sommes pas seuls » dit-il à voix basse, à peine audible.

Son flair détectait une odeur animale que trop familière. Elle ressemblait à celle des charognards lâchés par le Mastercorps, le côté fleur pourrie en moins. Bien qu’ils avançaient prudemment, ils ne voyaient aucune trace d’un quelconque ennemi alors que Frédéric sentait l’odeur devenir de plus en plus forte. Soudain il s’arrêta et fit stopper Miles en posant une main sur le haut de son torse. En sentant la chaleur de la main de Frédéric, il comprit qu’il n’allait pas tarder à s’embraser. C’était un signe pour se protéger les yeux de l’éclat éblouissant de sa flamme lorsqu’elle déchirerait l’obscurité. La seconde suivante, Frédéric enflamma son autre main et dissipa les ténèbres, espérant démasquer celui qui se dissimulait à leur vue. Ils n’étaient pas préparés à ce qu’ils virent. Une silhouette presque effacée et translucide se dessina sous leurs yeux avant de s’adapter au changement de luminosité et de redisparaître.

« - Vvveuillez éteindre vvvotre ffflamme, Fffrédéric. Vvvous allez l’attirer » chuchota alors une voix reptilienne dans son dos.

« - Giaz ? » répondit Frédéric sur le même ton, tout en éteignant sa flamme.

« - Attirer qui ? » demanda-t-il ensuite.

« - Rossssss ! »

« - La torche humaine ? » fit Miles, étonné.

C’est alors qu’une lueur fut émise d’un couloir. Cette lueur sembla surgir de nulle part et approchait d’eux à la vitesse d’un homme au pas.

« - Parait que la viande de lézard cuite a le goût de poulet. Il me faudra attendre pour le vérifier. Semble-t-il que je vais d’abord faire griller de la chair humaine » dit alors la voix de Ross.

L’homme apparut face à Frédéric et Miles. S’attendant à le voir enflammé, son apparence les surprit tout de même. Certes il était enflammé, mais il ressemblait dorénavant plus à un squelette enflammé.

« - T’as maigri toi dis-donc ! » lui lança Miles.

« - Le Mastercorps m’a amélioré ! »

« - Pas à tous les étages on dirait ! » répliqua Frédéric en tapotant son crâne de son index.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 - Temple Chozo - Grand Hall

Se remettant de son affrontement avec le fantôme chozo, qui avait été plus éprouvant pour son mental que pour son physique, Wade fut étonné de voir Frédéric ici. Ce dernier lui répondit que Jeremiah et Miles étaient gardés par Isaac et qu’ils ne se trouvaient qu’à quelques mètres d’ici. Après tout c’est vrai, qu’est-ce qu’il pouvait bien leur arriver alors qu’ils étaient enfermés dans un bloc de glace impénétrable ?
Les deux hommes retournèrent ainsi à la fontaine et s’assurèrent que rien n’était arrivé à Jeremiah et Miles.

« - Et la serrure hydrique ? » demanda Frédéric.

« - Comme tu l’avais supposé : toujours verrouillée ».

« - De notre côté on a avancé. Isaac a déterminé le lieu où la pollution au phazon s’infiltrait dans le réseau ».

« - C’est loin ? »

« - Isaac estime la distance à un jour de marche ... mais je franchirais la distance bien plus vite en volant. Tu peux t’occuper d’eux ? »

« - Bien sûr ! »

Frédéric et Isaac s’en allèrent donc en prenant la direction de la tour solaire. Arrivés face à la tour, à l’air libre, les deux individus purent s’envoler et fendre le ciel en direction de la source de la pollution. Le vol de Frédéric n’était pour rien au monde discret. A le voir zébrer le ciel ainsi, il ressemblait à un météorite prêt à anéantir sa cible. La célérité avec laquelle il se déplaçait ne semblait pas l’incommoder outre mesure. En plein vol, il aperçut au loin sur sa gauche un orage. Des éclairs frappaient la surface de la planète. Puis l’orage disparut en un instant. C’était indéniable qu’il s’agissait là d’une nouvelle faille dimensionnelle qui s’était ouverte sur Janus 24 γ. Machinalement, il porta sa main à son sternum, là où il s’était enfoncé la larme de Dana. Bien évidemment la blessure s’était résorbée mais il en gardait un mauvais souvenir. C’est alors qu’un nouveau coup de tonnerre le sortit de ses pensées. Celui-ci était bien plus proche ... et sur sa droite. Une nouvelle faille sur la planète Janus 24 γ s’était momentanément ouverte. Malgré les flammes qui l’enveloppaient, Frédéric put sentir la fraîcheur qu’apportait la pluie diluvienne.

« - Attention Frédéric ! Ouverture d’une brèche dimensionnelle sur Janus 24 γ droit devant ! » indiqua Isaac qui fléchissait sa course pour éviter la brèche qui allait s’ouvrir de façon imminente.

Mais Frédéric n’eut pas le temps de faire de même. Il eut tout juste le temps de la voir s’ouvrir juste face à lui qu’il fonçait droit dessus. Pénétrant l’atmosphère de Janus 24 γ, Frédéric vit ses conditions de vol changer du tout au tout. Les rafales de vent lui firent perdre la rectitude de son vol et fut forcé de faire une petite incartade. Malgré la pluie qui formait un véritable rideau et la foudre qui l’aveuglait de temps à autre, Frédéric s’aperçut de la présence d’un ciel bleu et lumineux non loin droit devant lui. A n’en pas douter, il s’agissait de la porte de sortie pour retourner sur la Janus 24 originale. Mais celle-ci semblait se déplacer dans le même sens que Frédéric. Celui-ci dut alors forcer et fendre le ciel d’orage à une vitesse inégalée pour rattraper la brèche avant qu’elle ne disparaisse.

De retour dans le ciel de la Janus 24 originale, Frédéric tenta de se stabiliser et de faire du vol stationnaire. Il connut la plus grande peine possible pour s’arrêter mais par l’intermédiaire de jets de flammes à partir de ses mains, il parvint à se stabiliser à la verticale sans perdre ni prendre de l’altitude.
Combien de temps s’était-il écoulé ici durant son escapade sur Janus 24 γ ? Il le savait, le temps ne s’écoulait pas de la même façon sur Janus 24 γ qu’ici. Où était passé Isaac ? Il ne dut pas chercher longtemps lorsqu’il entendit son nom.

« - FRÉDÉRIC ! » criait le drone pour attirer son attention.

Frédéric fut surpris de le voir voler à une telle vitesse. Lui aussi avait dû voler plus vite que la normale. Il attendit que le drone arrive à sa hauteur.

« - Combien de temps suis-je resté là-bas ? » lui demanda-t-il.

« - A peine quelques secondes pour nous, et pour vous ? »

« - Je dirais cinq bonnes minutes ».

« - D’où la distance que vous avez parcourue ».

« - On en est où de notre destination ? »

« - A notre vitesse de vol de croisière, on doit en être à une demi-heure ».

Tous deux reprirent alors leur route. En vol, ils virent d’autres failles dimensionnelles mais uniquement de loin. Frédéric eut la désagréable sensation que plus ils se rapprochaient de leur but et plus les brèches ouvertes sur Janus 24 γ étaient fréquentes et nombreuses.

Près d’une demi-heure plus tard, ils arrivèrent enfin en vue de leur destination : un temple annexe de petite taille ... qui disparut presque immédiatement derrière un rideau d’orage. Quelques secondes plus tard, la brèche donnant sur Janus 24 γ disparut et fit réapparaître le temple annexe. A peine eurent-ils le temps de scruter le temple à la recherche d’une entrée que le rideau d’orage réapparut. Il s’étendait si loin sur la gauche et la droite qu’on n’en voyait pas la limite.

« - On peut contourner cette saloperie ? » demanda Frédéric.

« - J’ai bien peur que non, Frédéric. La brèche forme un véritable anneau autour du temple. Pour une raison inconnue cette brèche semble stationnaire autour du temple ».

« - Le phazon ... » fit pensivement Frédéric.

Voyant la brèche disparaître et réapparaître par intermittence, Frédéric sembla déceler un motif. Sans crier gare, il empoigna Isaac et fit demi-tour en trombes pour prendre de l’élan. Suffisamment éloignés, Frédéric opéra un nouveau demi-tour vers le temple et fondit droit sur lui à une vitesse ahurissante laissant derrière lui une trainée mêlant flammes et fumée noire. Devant lui, la brèche venait de réapparaître mais cela ne le découragea pas. Il comptait sur sa disparition imminente.

..oO( Allez ! Disparaît ! Allez, allez, allez !)

Alors qu’il allait pénétrer dans l’atmosphère de Janus 24 γ, la brèche disparut juste sous le nez de Frédéric. Puisant au plus profond de lui, il força encore plus sur son allure, dans l’espoir de traverser cette zone avant que la brèche ne réapparaisse. Des étincelles apparurent dans son sillage. Au moment où Frédéric se laissait espérer à sa réussite, la brèche réapparut et les engloba, lui et Isaac. En à peine quelques secondes, tous deux franchirent le voile de deux dimensions. Leur passage sur Janus 24 γ fut des plus brefs que déjà ils en ressortaient. Particulièrement chahuté, Frédéric perdit tout repère. Sa trajectoire fut des plus chaotiques avant qu’ils ne s’écrasent au sol. Le choc de l’impact fit perdre connaissance à Frédéric. Au bout de quelques secondes, il revint à lui. Les sens engourdis, il réalisa tout de même qu’il était à moitié enterré vivant. Il se releva brutalement et maladroitement. La terre sous laquelle il était enterré avait été retournée par son propre impact.

Il n’eut pas à chercher Isaac, il se tenait debout à côté de lui. Le drone était parvenu à s’épargner un crash des plus brutal. Mais Isaac ne le regardait pas, il était absorbé par la vision qu’il avait face à lui. La vue gênée par des flashs de lumière, Frédéric l’imita et scruta les environs difficilement. Fort heureusement, sa régénération fit rapidement effet et il put s’apercevoir que l’atmosphère était d’un bleu saphir surréel. Le substrat sur lequel ils marchaient était de couleur anthracite et zébré de veines de phazon phosphorescentes. De-ci de-là des tentacules azur surgissaient du sol et s’étendaient vers le ciel.

« - Nous sommes au cratère d’impact ? » demanda Frédéric.

« - Négatif, Frédéric ! Nous sommes sur Janus 24 δ ! »
_____________

A suivre dans le chapitre 337 - le Feu aux poudres, part 2 : Friction !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 336 - le Feu aux poudres, part 1 : la Mèche :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 336 - le Feu aux poudres, part 1 : la Mèche
Message le Lun 20 Fév 2017 - 17:28 par Shion
La réaction des civils est à peu près ce à quoi je m'attendais : les blessés légers laissant la priorité aux blessés graves, mais avec 2-3 connards qui ne pensent qu'à eux ^^'

Le retour de Giaz et Ross est intéressant. Je me doutais bien qu'ils n'étaient pas au bout de leurs peines dans le passé.

Dans le présent, la nouvelle version de Janus semble moins hostile que la Gamma, mais est très intrigante...
avatar
Re: Chapitre 336 - le Feu aux poudres, part 1 : la Mèche
Message le Mer 22 Fév 2017 - 22:00 par Jezekiel
La Janus 24 δ semble peut-être moins hostile mais ce qui s'y trouve ... c'est une autre histoire :p
 

Chapitre 336 - le Feu aux poudres, part 1 : la Mèche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: