Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 337 - le Feu aux poudres, part 2 : Friction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 785
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

26022017
MessageChapitre 337 - le Feu aux poudres, part 2 : Friction

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps - Étages supérieurs

Après la boutade de Frédéric, le silence s’instaura un court moment ... avant que Ross ne réagisse.

« - Tu me prends pour un DÉBILE ??? » haussa-t-il le ton.

« - Faut croire que tu n’étais pas loin » dit Miles à Frédéric.

« - Ouais ! L’expression "le temps que ça monte au cerveau" prend tout son sens » répliqua Frédéric.

Ross hurla de rage et se jeta alors sur Frédéric. Celui-ci eut tout juste le temps d’écarter Miles et Giaz de ses mains avant l’impact. Frédéric tomba sur le dos tandis que Ross tentait de l’étrangler de ses frêles mains tout en augmentant le feu qui le consumait. Encaissant sans mal le choc, Frédéric se saisit des poignets de Ross à pleines mains.

« - Tu crois vraiment avoir la force brute nécessaire pour me briser le cou ? » lui dit-il, nullement gêné.

L’instant d’après, Frédéric serrait les poignets de Ross plus fort et lui fit lâcher prise. Puis d’un coup de genou au ventre, il le fit passer au-dessus de lui. Frédéric se releva d’un mouvement habile comme seuls les athlètes en sont capables. Derrière lui, Ross se releva de façon classique.

« - Tu te crois supérieur à moi ? » adressa-t-il à Frédéric.

« - T’as toujours pas changé de disque depuis la pyramide ? »

« - La pyramide ... Lorsque tu m’as fais TUER JOHNSON ! »

A ces mots, Ross envoya une déferlante de flammes sur Frédéric. Ce dernier réagit à l’attaque en s’enflammant lui même et en bloquant la déferlante de ses mains. La déferlante se transforma en véritable torrent ... qui ne semblait pas inquiéter Frédéric outre mesure.

« - ÉLOIGNEZ-VOUS D’ICI, CA VA VRAIMENT CHAUFFER !! » cria-t-il à l’attention de Miles et de Giaz.

Giaz redevint visible et fit signe à Miles de le suivre. Les voyant fuir, Ross redirigea une de ses mains vers les deux fuyards pour tenter de les incinérer. Mais Frédéric déclencha une explosion localisée qui dissipa les flammes de Ross un court instant, comme il l’avait fait dans la pyramide.

« - J’ai été à l’origine de nombreuses morts ... mais je n’endosserai certainement pas celle de Johnson ! C’était un accident mais si jamais tu avais conservé ton calme, Johnson serait peut-être encore parmi nous ... à nous aider à mettre des civils à l’abri, comme toute la Force de Frappe Oblivion ! »

« - MENSONGE ! T’ES UN MENTEUR ! COMME L’UNICORPS ! COMME WESTWOOD ! ... Il m’avait envoyé chez les Sentinelles pour surveiller Summers, qu’il disait ! »

« - Summers ? Qu’est-ce qu’il vient foutre dans cette histoire ? »

« - Summers a déçu Westwood, alors Westwood l’a viré d’Oblivion. ... Puis je l’ai déçu à mon tour et il m’a viré également. Mais Summers m’a ouvert les yeux ! ... Il m’a présenté au Mastercorps ... au Mastercorps de son autre lui. Alors que le Summers que je connaissais m’a ouvert les yeux, l’autre Summers a ouvert les vannes de mon pouvoir. Et maintenant ... MAINTENANT JE VAIS TE TUER !! »

A ces mots, la flamme de Ross sembla s’intensifier. Ses flammes se répandaient autour de lui ... ou plutôt tout autour de lui semblait prendre soudainement feu. Le sol, le plafond, les murs, les portes, tout s’enflammait à sa proximité. Frédéric observait le phénomène qui lui semblait familier. Et pour cause, le niveau de puissance de Ross approchait celui des flammes suppressives de Frédéric. Ce dernier se demandait comment il allait faire pour l’affronter sans détruire tout l’immeuble.

« - Tu disais que Oblivion escortait des civils ? J’espère pour eux qu’ils ont déjà passé le portail spatial ... Parce que je vais tout détruire ici ! Je vais transformer cet immeuble en bûcher à la gloire du Mastercorps et des Summers ! »

Frédéric pensa alors aux civils qui attendaient à plusieurs étages en-dessous. Dans sa folie, Ross allait tous les incinérer et cela, il en était hors de question.
_____________

Univers 9105 - Planète Janus 24 δ

« - Delta ? Mais combien y a-t-il de multivers artificiels qui se rencontrent ici ? » fit Frédéric stupéfait.

« - Mes senseurs détectent l’incursion de particules atmosphériques issues de différents multivers dont un encore inexploré. Néanmoins le terme de multivers est très surfait pour la version où nous nous situons. Je ne perçois rien au-delà de l’atmosphère de cette planète. Pas d’espace intersidéral, pas de rayons cosmiques. Janus 24 δ semble flotter dans le vide » répondit Isaac.

« - Comment est-ce possible ? Je veux dire, sans rayonnement solaire, il ne doit pas y avoir de vie ».

« - C’est en partie vrai. La planète ne connait aucune activité magmatique, c’est une planète morte. Néanmoins, le phazon recouvre l’intégralité de la surface. C’est ce que deviendra la Janus 24 originale dans plusieurs siècles une fois que le phazon se sera répandu du cratère d’impact sur tout le globe. Toutefois, Janus 24 δ est paradoxale puisqu’à l’échelle d’un univers classique, elle vient de se former. De plus je détecte quatre signes vitaux singuliers non loin d’ici ».

Soudain, une aveuglante source de lumière zébra l’air, de la terre au ciel. Ce ne fut que lorsqu’elle fut sur le point de disparaître que Frédéric put déceler que c’était une colonne de flammes émeraude.

« - Bon sang ! C’est quoi ça encore ? » fit Frédéric.

« - C’est un échappement d’énergie semblable à celle que le genetech Dimension Switcher utilisait en ouvrant des portails dimensionnels sur une dimension d’énergie pure ».

« - Ne me dis pas qu’il est ici, lui aussi ! » fit Frédéric.

« - Négatif ! L’être à l’origine de cet échappement est organique ».

A ces mots, Frédéric se souvint d’une personne que lui et son groupe n’avait fait que croiser pour ainsi dire. Il serra les dents et fronça les sourcils à l’idée de le rencontrer à nouveau ... et de le combattre cette fois-ci.

« - Détectes-tu une porte de sortie ? »

« - Négatif ! Les seuls portails qui s’ouvrent sont à sens unique. Mes capteurs détectent la présence d’une anomalie spatiale semblable à un trou noir. Les données abondent et mes processeurs tournent à plein régime pour les analyser ».

Frédéric comprenait ce que cela voulait dire. Quoi que ce soit qui pénétrait cette dimension ne pouvait plus en repartir. Après tout, même la lumière ne parvenait à s’échapper d’un trou noir. Ces phénomènes spatiaux étaient tels des ogres à la faim infinie. C’est alors que Frédéric comprit ce qui était à l’origine de ce phénomène ... ou plutôt qui. Celui-là même dont il redoutait la confrontation. Après tout, la première fois qu’il l’avait rencontré, il était déjà animé d’une faim de puissance. Semble-t-il que la métamorphose qu’il avait subie ne l’avait pas rassasié. Il savait dorénavant quoi faire pour repartir d’ici. Il devait le tuer ... bien plus simple à dire qu’à faire.

« - Si on se rapproche du phénomène, tu pourras l’analyser plus rapidement ? »

« - Affirmatif, les données seront brutes et non altérées par la distance ».

A peine Isaac eut-il prononcé ces paroles que Frédéric le prit par le poignet et s’envola avec lui. Mais il ne put faire à peine plus de cent mètres qu’il sentit son énergie partir et ses flammes s’éteignirent contre son gré. Heureusement, ils n’étaient pas bien haut, ils purent se réceptionner sans difficultés. Il n’eut pas besoin d’Isaac pour comprendre ce qui venait de se passer. Le siphon venait de pomper sa propre énergie. Plus surpris qu’amoindri, Frédéric décida de poursuivre à pieds. Une nouvelle colonne de flammes émeraude zébra le ciel.

Près de dix minutes plus tard, ils parvinrent à une petite formation rocheuse, une sorte de couronne tellurique entourant un cratère. Sauf qu’ici, ce n’était pas la zone d’impact d’un météore mais plutôt une carrière. Une fois encore, des flammes vertes surgirent du sol vers le ciel mais cette fois accompagnées d’un cri. Le cri d’un homme frustré et impuissant.

« - NEIN ! NEIN ! NEIN ! NEIN ! JE PEUX EN SUPPORTER PLUS ! J’EN VEUX PLUS !! » hurla-t-il.

Les sonorités allemandes de cette voix confirmèrent l’identité de l’individu avant même qu’il ne le voit de ses propres yeux. Au plus profond de la carrière s’agitait un petit homme, ou plutôt son squelette enveloppé d’un manteau de flammes vertes scintillantes. Il s’agissait du quatrième roi de Barbatos, le Hitler de la Terre 576. Frédéric aperçut derrière lui deux silhouettes qu’il reconnut immédiatement. Il s’agissait de deux des trois autres rois du démon ; le russe Romanov, une véritable montagne d’or humaine, et l’atlante Diegan, dégoulinant continuellement d’eau. Leur immobilisme contrastait énormément avec l’agitation d’Hitler ... et pour cause. Frédéric ne s’en était pas aperçu de suite mais ils étaient tous les deux ferrés aux poignets et chevilles par des flammes émeraude. Le perfide Hitler s’était-il retourné contre Barbatos et ses rois ? Tout doute s’envola lorsqu’il vit le nazi gifler l’atlante. Manifestement Hitler ne supportait pas qu’il le regarde, ou plutôt qu’il le voit échouer.

Qu’à cela ne tienne, Hitler s’écarta un peu d’eux et tendit les bras vers le ciel. Immédiatement Frédéric sentit comme une sorte de courant d’air s’engouffrer dans la carrière. Lorsqu’il la vit s’illuminer de veines bleues, il comprit de suite ce que le nazi était en train de faire : il siphonnait l’énergie ambiante. Au sol, aux pieds d’Hitler, Frédéric s’aperçut alors de la forme que prenaient plusieurs craquelures, illuminées par la fluorescence du phazon dans la roche.

« - J’y crois pas ! Il est vraiment fêlé ! »

Consciemment ou non, Hitler avait dessiné dans le sol une croix gammée qui brillait maintenant telle une émeraude enflammée. Hitler replia lentement les bras et sembla se charger de l’énergie qui lui parvenait. Le sol se mit à trembler et l’air à vibrer. Tandis que les flammes du nazi brûlaient plus intensément de seconde en seconde, tout autour de lui semblait s’éteindre progressivement. Hitler devint dès lors la seule source de lumière. Les particules d’énergie qu’il drainait devinrent de plus en plus visibles à mesure que le phénomène amplifiait.

« - Résurgence du phénomène de siphon ! Surface de la zone d’effet en accroissement ! ... Perturbations des constantes physiques de cette dimension ! ... Compression spatiale amorcée ! Intégrité dimensionnelle menacée ! ... Création simultanée de multiples brèches spatiales ! »

Les rapports d’Isaac étaient affolants. Génocidaire lorsqu’il était encore humain, Hitler était dorénavant une menace pour plusieurs dimensions dont il perturbait la cohésion. Sa faim était si grande qu’il parvenait à aspirer l’énergie des dimensions avoisinantes en créant des brèches dimensionnelles à travers le voile déjà affaibli par l’impact du météorite de phazon. En faisant ce lien, Frédéric en établit un autre supplémentaire. C’était son contact avec le phazon qui avait rendu Hitler si puissant. Il était certain que Barbatos n’aurait jamais laissé un de ses rois devenir aussi puissant.
Quoi qu’il en soit, Hitler devait être arrêté avant qu’il ne provoque un cataclysme qui les dépasserait tous.
_____________

A suivre dans le chapitre 338 - le Feu aux poudres, part 3 : Étincelle
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Musique dans Twilight chapitre 4 breaking dawn part 1
» La Part du Chapitre (Uriel Ventris Tome 6)
» Spoil Bleach chapitre 274
» [Blu-Ray] Vendredi 13 - Chapitre 3 : Meurtres en 3D (Import US)
» Vendredi 13 part 8: L'ultime retour
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 337 - le Feu aux poudres, part 2 : Friction :: Commentaires

Décidemment, Ross ne s'est pas arrangé ^^'

J'avais oublié Barbatos et ses rois. Décidemment, beaucoup d'éléments se rejoignent sur cette planète...
 

Chapitre 337 - le Feu aux poudres, part 2 : Friction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: