Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 341 - Conjuguer le verbe chasser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

26032017
MessageChapitre 341 - Conjuguer le verbe chasser

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps - Extérieurs

L’apparition de Miles dans le dos du Cochran perverti du Mastercorps sembla suspendre un instant le cours du temps. Voyant son ami en difficultés, à deux contre un, Miles s’était immédiatement téléporté depuis la fenêtre où il l’avait interpellé à peine quelques secondes plus tôt.

« - Relâche mon pote ou ça va mal finir pour toi ! » prononça-t-il.

« - Et si je refuse ? »

« - Alors je t’arracherai ta prothèse et te la fourrerai à un endroit qui n’a jamais vu la lumière du jour ! »

« - Tout un programme ! Mais dans ta précipitation à venir sauver ton ami, tu n’as même pas remarqué sur quoi tu venais de marcher » répondit Cochran, sur un ton amusé.

Interloqué, Miles regarda ses pieds. Sous son pied gauche il vit dépasser un objet métallique.

« - Je suis un chasseur ! En tant que tel, je ne me dévoile jamais au grand jour sans couvrir mes arrières ... et tout le monde croit que plus on se rapproche de quelqu’un plus ses menaces sont percutantes. Quelle stupidité ! »

« - Tu crois vraiment que tu échapperas à l’explosion de ta mine aussi près ? » lui lança Miles.

« - Une mine ? Non, c’est bien trop bruyant et puis ça ne présente aucun raffinement. La chasse est un art ! »

« - Un art ? » fit alors Frédéric.

« - Depuis quand ... pourchasser un être vivant apeuré ... et finir par le tuer est-il un art ? » dit difficilement Frédéric malgré le filet qui lui insufflait une douleur importante.

« - Verser sang et larmes afin de survivre le plus longtemps possible, les mythologies du multivers en sont remplis d’exemples qui servent d’exemples à des générations entières. Alors oui, la chasse est un art qui se transmet dans ma famille depuis des siècles ... A moins que le gibier se laisse prendre lamentablement avant même que la chasse ne commence. Là ça devient un tableau d’une qualité médiocre ! » finit Cochran en lançant un regard hautain à Frédéric.

« - On va arranger ça ... alors ! Commence à ... courir ! » répliqua Frédéric.

L’instant d’après, Frédéric se transformait en lycanthrope. Il se mit dès lors à tirer de toutes ses forces sur le filet.

« - Inutile ! Tu es prisonnier du filet, c’est trop tard ! » dit Cochran en avançant vers Frédéric et sortant son coutelas.

Le regard de Frédéric devenant noir, le filet d’énergie finit par atteindre sa tension maximale. Le maillage commençait à pénétrer douloureusement les chairs de Frédéric et à le faire saigner. C’est alors qu’il s’embrasa. Des flammes ébènes enveloppèrent son corps. Cochran s’immobilisa alors.

« - Qu’est-ce que c’est que ces ... »

Mais il n’eut pas le temps de finir sa phrase que le filet d’énergie se rompit. Voyant cela, Cochran se précipita sur Frédéric, prêt à lui asséner un coup de couteau mortel. Mais il ne fut pas assez vif pour Frédéric. Ce dernier lui attrapa le poignet avant qu’il n’abatte son arme blanche. Cochran lâcha alors la chaîne de Wormcell pour peser de tout son poids, à deux mains sur son poignard. Mais cela ne servit à rien. La puissance musculaire de Cochran ne pouvait rivaliser avec celle de Frédéric sous sa forme de lycanthrope.
A peine la chaine fut-elle lâchée que Wormcell en profita pour s’enfuir à toute vitesse, galopant à quatre pattes.

« - Miles ! Rattrape-le ! » dit alors Frédéric d’une voix rauque.

Miles ne se fit pas prier. Il se téléporta et partit à la poursuite de Wormcell. A peine eut-il disparu, qu’un maillage en fil de fer acéré fut projeté à la verticale. Pour un homme normal, ôter son pied du piège lui aurait certainement valu d’être découpé en mille morceaux. Quelques secondes plus tard, les fils tranchants se rétractèrent dans le piège.

« - Piège à multiples utilisations ? » fit Frédéric.

Frédéric commença à faire reculer Cochran en direction du piège qu’il avait destiné à Miles. Lâchant son poignard d’une main, Cochran dirigea son bras bionique vers son piège et projeta un nouveau filet d’énergie dessus avant de reprendre son poignard à deux mains en souriant péniblement.

« - Tu crois que ça va te sauver ? » lui demanda Frédéric.

Ce dernier exerça alors plus de force jusqu’à retourner la lame du poignard vers Cochran ... et plus particulièrement son bras bionique. Frédéric se retrouvait dorénavant au-dessus de Cochran qui, lui-même était quasiment à genoux et plié en arrière sous la force écrasante de son adversaire.

« - Où commence ta prothèse ... et ou finit ta chair ? » lui demanda alors Frédéric en tentant d’enfoncer la lame du poignard dans le bras de Cochran.

Mais ce que la lame rencontra fut du métal. Il releva la pointe du poignard et tenta d’enfoncer la lame plus haut sur son bras. Aux trois premières tentatives, il ne rencontra que du métal mais lorsque Cochran laissa échapper un cri au quatrième essai, Frédéric sut qu’il n’était plus sur la prothèse. Il planta alors le poignard aussi profondément qu’il le put jusqu’à faire ressortir la lame de l’autre côté de son épaule.

« - Sang et larmes ... tu trouves toujours que c’est un art ? »

Tandis que Cochran lâchait prise sur son poignard, Frédéric fit brutalement pression sur la lame du poignard et lui sectionna l’épaule jusqu’à l’aisselle. Cochran hurla de douleur. Libéré de l’emprise de Frédéric, Cochran commença à reculer inconsciemment.

« - Alors ? Tu ne veux toujours pas te mettre à courir ? »

Malgré l’indicible douleur, Cochran ne voulut pas s’abaisser à fuir celui qui était encore sa proie il n’y a pas cinq minutes. Frédéric avança sur lui, esquissant un sourire des plus sordides sous sa forme de lycanthrope. Il se saisit du bras bionique de son adversaire et acheva le travail en le lui arrachant. Ne laissant pas à Cochran le loisir de hurler à nouveau, il lui asséna un violent coup de pied juste sous le sternum pour le projeter sur le piège qu’il avait destiné à Miles. Immédiatement, les fils tranchants se développèrent à nouveau et débitèrent Cochran en menus morceaux.

Soudain un sinistre sifflement se fit entendre haut dans le ciel. Immédiatement il sembla se démultiplier à l’infini. Frédéric leva la tête et ce qu’il vit lui figea le sang. C’était un véritable déluge de bombes.
_____________

Terre 531 - Le Mans - Camping de la Horde

Debout au milieu de la caravane, Émile tentait de localiser la provenance des divers cris et grognements alors que son sang lui battait les oreilles avec force sous l’effet de l’adrénaline. Sans allumer la lumière, il ouvrit la porte de sa caravane et sortit. Partout dans le camping, des bêtes sauvages semblaient s’affronter. Soudain, il ressentit une sensation comme nulle autre pareille. Hamilton était dans les parages. C’était donc lui et ses vampires qui attaquaient le camp de Thibault.

Par pur réflexe, Émile activa la foreuse solaire attachée à son bras. La seconde d’après, il entendit un bruit sourd derrière lui. Il se retourna vivement et vit une silhouette humaine sur le toit de sa caravane.

« - Ça n’a pas été trop dur de te trouver petit oiseau ! » dit alors l’homme, sur un ton malsain.

Émile conserva le plus possible son sang froid. A quelques dizaines de mètres de là, une bonbonne de gaz explosa, éclairant tout le camping durant quelques secondes. Émile mit ces quelques secondes à profit pour dévisager son interlocuteur. Il ressemblait énormément à Hamilton et à lui-même. Il avait donc face à lui leur double de cette dimension.
L’expression sur le visage d’Émile lorsqu’il le déduisit sembla amuser le vampire.

« - On dirait que tu as vu un chat, petit oiseau » fit le vampire en retroussant ses lèvres pour laisser voir ses canines.

« - Plutôt mon double, à vrai dire ! » répliqua Émile.

Le vampire se mit à sourire de plus belle.

« - C’est vrai qu’il y a une ressemblance. Mais c’est peut-être parce que votre double est mon défunt grand frère, Miles ».

Cela stupéfia Émile, dans cette dimension son double avait eu un frère.

« - Bon ! Ça suffit ! Je ne suis pas venu papoter. Cours ! »

« - Qu-quoi ? »

« - Enfuis-toi ! COURS ! » s’emporta le vampire.

Émile comprit immédiatement pourquoi il lui ordonnait cela. Il voulait mettre un peu de piquant à son propre meurtre. Mais il en était hors de question. Il fit mine de tourner les talons pour fuir puis se retourna vivement en pointant sa foreuse solaire droit sur le vampire. Au moment où il tira, il sut qu’il avait raté sa cible. Il vit la silhouette du vampire bondir du toit de sa caravane jusque dans l’arbre en face. Alors qu’Émile se retournait aussi vite que possible vers le vampire, celui-ci se jetait déjà sur lui. Surgit alors une masse sombre qui intercepta le vampire au vol.

Tous deux tombèrent au sol, se roulant parmi les feuilles. Émile avait du mal à réaliser ce qu’il voyait. Une énorme bête velue avait dans sa gueule le bras droit du vampire. Elle en profita pour projeter le vampire avec violence contre l’arbre des branches duquel il avait plongé sur Émile quelques secondes auparavant.

Le vampire se releva avec difficultés, le bras droit en charpie et ensanglanté. Néanmoins, la mollesse qui le parcourut s’évapora rapidement. Il retroussa ses lèvres et montra ses canines. La bête face à lui ne se laissa pas intimider et fit de même. A la différence près que ce n’était pas deux crocs qu’elle dévoila mais toute une rangée. Déjà en piteux état, le vampire sut reconnaître que sa défaite était assurée. Il bondit alors en arrière et s’enfonça sous le couvert végétal pour disparaître.

Après s’être assuré qu’il avait bien disparu, la bête se retourna vers Émile. Celui-ci lui tira par réflexe dessus avec sa foreuse solaire. Mais la bête était plus incommodée par cette luminosité si soudaine au beau milieu de la nuit qu’autre chose.

« - Arrêtez, s’il vous plait, Émile » dit alors la bête.

Bien que plus grave qu’auparavant, Émile reconnut la voix de Marc. Il cessa de tirer immédiatement.

« - Bon sang ! Que diable êtes-vous ? » fit Émile.
_____________

Paysage mental de Miles

Cela semblait faire une éternité que le groupe, à la tête duquel se tenait Miles, s’enfonçait dans les profondeurs de la psyché de ce dernier. Construction consciente ou non de l’hôte, ils dévalaient un interminable escalier en colimaçon. Alors que les démons Nwa et Noc commençaient à râler que ça devenait long, un changement eut lieu. Soudain, les murs et l’escalier s’éclaircirent à mesure qu’ils descendaient. Le noir profond devenait progressivement gris anthracite, puis gris, gris clair pour finalement devenir un blanc immaculé.

Jeremiah, bien avant tout le monde, devina la raison de ce changement de teinte. Tout comme Nocturne avait la peau aussi noire que la nuit, le Cavalier enfoui dans la psyché de Miles était blanc comme le lait. Le vampire sut donc qu’ils étaient sur le point d’arriver à destination.

L’équivalent d’un étage plus bas, non seulement la structure dans laquelle ils évoluaient était toujours aussi blanche mais elle semblait moins rigide, plus souple. Tous s’en rendirent compte. Les marches devenaient presque spongieuses comme si une sorte de mucus recouvrait tout. Miles tendit la main vers le mur et le toucha. Le mur aussi semblait spongieux, presque comme de la matière organique.

« - Qu’est-ce que c’est que cette merde ? » fit-il.

« - Nous pénétrons le repaire du cavalier » fit Nocturne.

« - Tu as déjà vu ça ? »

« - Non, mais pour avoir déjà ressenti son influence, je reconnaîtrais son aura entre mille » répondit le démon.

« - C’est dégueulasse comme impression, j’ai l’impression que ça s’infiltre en moi » ajouta Desmond.

Pour ne pas appartenir à ce paysage mental, Jeremiah était le seul à ne pas la ressentir ... ce qui lui permettait aussi de garder les idées claires. Il commençait à comprendre comment fonctionnait cet environnement et quelles en étaient les règles.

A mesure qu’ils s’enfonçaient, ils virent bientôt apparaître des tentacules de chair tendus d’un mur à l’autre. Ces tentacules augmentèrent de nombre jusqu’à former un complexe ressemblant à une toile d’araignée. Reinhardt eut la curiosité de regarder si le fond était encore loin.

« - Regardez tous ! » fit-il.

Tous s’immobilisèrent et observèrent le fond qui était bel et bien visible. Au centre trônait une sorte de cocon d’où partaient d’innombrables tentacules. Autour de lui les essences perverties par le phazon et le phazon lui-même semblaient faire une quelconque cérémonie d’offrande à un dieu obscur. Voyant cela, Miles n’hésita pas une seconde. Ni une, ni deux, il bondit de l’escalier pour atterrir au fond et s’en prendre directement au phazon. Il fut imité par Nocturne, Desmond, Nwa, Noc et bien sûr Jeremiah. Seul Reinhardt n’osa pas bondir ainsi. Néanmoins il dévala la fin des escaliers à une vitesse stupéfiante.

Le chaos s’empara de la place en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Nocturne fut aux prises avec Diehard dont les multiples bras lui posèrent rapidement problème. Noc et Desmond s’en prirent à deux autres démons subalternes corrompus. Ils établirent rapidement un rapport de supériorité flagrante. Ce fut encore plus vrai avec Nwa qui se servait de son adversaire comme d’un véritable défouloir à le balancer contre les murs à loisir. Quant à Jeremiah, il fit la désagréable expérience de trucider son adversaire à de multiples reprises et le voir se reformer encore et encore. Finalement ce fut Reinhardt qui dut se coltiner les deux derniers adversaires. Bien qu’humain, Jeremiah eut la stupéfaction de le voir faire preuve de ressources insoupçonnées en créant des armes à feu mentales.

Les manifestations de Reinhardt abondaient dans la théorie du vampire. Le seul élément qui lui manquait était la raison du pourquoi il semblait être le seul à pouvoir en être capable. Tout en repoussant son adversaire, Jeremiah se rapprocha de Reinhardt jusqu’à ce qu’ils combattent dos à dos.

« - Vos armes sont impressionnantes ... comment faites-vous pour les créer ? »

« - Je ne sais pas trop ! ... Elles apparaissent lorsque j’en ai besoin pour me défendre ».

« - Continuez ainsi ! »

« - J’y compte bien ! »

Puis le vampire s’éloigna et se rapprocha de Miles tandis qu’il venait de pulvériser une nouvelle fois la tête de l’entité de phazon.

« - J’aurais quelques questions ! » lui lança-t-il tout en repoussant une nouvelle fois son adversaire.

« - Tu crois vraiment que c’est le bon moment ? » répliqua Miles sans détourner son regard du phazon dont le corps se reconstituait.

« - Oui, car ça pourrait tout changer ».

« - ... Dépêche-toi alors ! »

« - Qui est cet humain ? »

« - Reinhardt ? C’est ... compliqué. Pour faire simple, c’est mon moi original ... une seconde ! »

A ces mots, Miles fracassa à nouveau le crâne du phazon lorsqu’il fut suffisamment reformé. Ce qui permit à Jeremiah de traiter sa réponse. Reinhardt était donc celui qui occupait cet esprit à l’origine et qui avait donc les liens les plus forts avec ce paysage mental.
Puis le vampire observa tous les belligérants de ce combat chaotique.

« - Et tout le monde fait ce qu’il veut dans ton esprit ? »

« - Non, normalement ils sont dans des cages de foudre que je forme pour qu’ils se tiennent à carreaux ... hormis Reinhardt, Nocturne et Desmond ».

Tout était maintenant parfaitement clair. Ceux qui résidaient dans l’esprit de Miles depuis le plus longtemps étaient capables d’interagir avec leur environnement de façon inconsciente. Que ce soit Reinhardt qui forme des armes à feu pour se défendre, Miles qui crée des cages pour contenir la plupart de ses hôtes ou encore Nocturne qui expulse l’esprit de Wade contre son gré. Tous trois étaient tels des dieux qui s’ignorent en ce monde.

« - Miles ! Nous sommes tous ici dans TON esprit ! Tu es DIEU ici ! Tu peux faire tout ce que tu veux ! »

« - Mais qu’est-ce que tu racontes ? Si j’étais dieu dans mon esprit, tu crois qu’on serait là à se battre contre cette saleté ? »

« - Parce que tu n’en as pas conscience ! En enfermant tout le monde ici dans des cages, tu imposes bien ta volonté à la leur ! »

Soudain un déclic eut lieu en Miles. Il s’immobilisa, se perdant dans ses pensées tandis que le phazon face à lui se reformait.

« - MILES ! »

Le cri du vampire réveilla Miles qui empoigna le phazon par la gorge de sa main gauche tandis que ses yeux étaient parcourus d’éclairs. De sa main droite, un éclair fut projeté sur l’adversaire que combattait Jeremiah. Le phazon qui avait corrompu l’essence démoniaque se détacha de celle-ci comme un autocollant. Selon le vouloir de Miles elle vint se réunir à l’entité de phazon qu’il tenait. Puis ce fut au tour des démons qui harcelaient Reinhardt. Tous deux virent le phazon qui les corrompait se détacher de leur essence. Après quoi Miles s’en prit aux adversaires de Noc et Desmond. Puis à celui de Nwa ... qui protesta car il s’amusait trop avec lui.
Finalement, il ne resta plus que Diehard à être corrompu. Celui-ci, comprenant ce qu’il se passait, se jeta sur Miles. Mais il n’eut pas le temps de franchir la moitié de la distance qui les séparait qu’il fut frappé d’un éclair.

Toute le corruption que le phazon avait répandu dans le paysage mental de Miles était revenu à son point d’origine ... que Miles maîtrisait d’une main à bout de bras comme s’il tenait une poupée de chiffon. Il plongea alors son regard dans celui de la créature. Celle-ci se mit à s’agiter avant que ses jambes ne se rétractent dans son bassin et ses bras dans son buste. Elle perdait toute consistance humanoïde. Après tout ce n’était à la base qu’un parasite de niveau cellulaire, rien de plus qu’une sorte de bactérie consciente. Rien à voir donc avec un humain. Il ne resta bientôt plus que sa tête dans la main de Miles. Mais même cette partie du corps perdait toute forme reconnaissable.

« - Tu n’as pas ta place ici, sors de mon esprit ! » dit simplement Miles.

Puis Miles referma son poing sur les restes du phazon. Rouvrant la main, il n’en restait plus rien. Puis Miles se retourna vers les démons qui avaient succombé à l’influence du phazon. De grands éclairs sortirent des yeux de Miles et en un instant, toutes les essences démoniaques disparurent.
Noc fut stupéfait par la puissance que révélait Miles. Il fit un pas en arrière, se méfiant de ce qui allait lui arriver maintenant.

« - Putain ! Qu’est-ce que tu en as fait ? » demanda Nwa.

« - Le résidu spirituel du phazon n’est plus, les autres ... sont de retour en cage ».

« - Et nous deux ? » demanda Noc.

Miles tourna la tête vers lui puis passa à Nwa, impassible.

« - Pour m’avoir aidé, je vous laisse votre liberté ... Déconnez et vous irez les rejoindre en cage » dit simplement Miles.
Puis des éclairs surgirent à nouveau des yeux de Miles et Nwa, Noc, Reinhardt, Nocturne et Desmond disparurent, transportés à la surface de l’esprit de Miles, près des cages. Ne restèrent plus que Jeremiah et Miles, près du cocon du cavalier.
Miles se retourna vers le cocon, pensif.

« - Le tien aussi est dans un cocon de la sorte ? »

« - C’est la première fois que je vis une expérience de la sorte. Je ne sais pas à quoi ressemble mon for intérieur ».

« - Et tu penses que c’est lequel des quatre celui-là ? »

« - Nous n’avons jamais vraiment débattu là-dessus avec Frédéric et Wade mais le mien est Famine. Celui de Wade semble évident qu’il est Mort et je suppose que Frédéric est Guerre ».

« - Donc le miens serait Pestilence, le plus détestable d’entre tous. De mieux en mieux ! »

Tous deux marquèrent une pause en contemplant le cocon durant quelques secondes.

« - Merci pour ton aide » dit alors Miles.

La seconde d’après, Jeremiah était expulsé de l’esprit de Miles.
_____________

A suivre dans le chapitre 342 : Intemporel
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 341 - Conjuguer le verbe chasser :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 341 - Conjuguer le verbe chasser
Message le Dim 26 Mar - 13:19 par Jezekiel
A cause d'un retard accumulé récemment, il n'y aura pas de chapitre la semaine prochaine.
avatar
Re: Chapitre 341 - Conjuguer le verbe chasser
Message le Dim 26 Mar - 14:17 par Shion
La chasse de Cochran aura tourné court XD J'ai particulièrement apprécié la manière donc il est mort ^^

L'envoi de Jeremiah dans l'esprit de Miles était un bon choix : il a pu garder la tête froide et aider Miles à devenir plus maître que jamais de son esprit. J'ai beaucoup aimé ce chapitre ^^
 

Chapitre 341 - Conjuguer le verbe chasser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: