Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 344 - Compte à rebours, part 2 : le Départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

23042017
MessageChapitre 344 - Compte à rebours, part 2 : le Départ

Terre 6354 - Siège de l’Unicorps

Maintenant que le 46ème étage du siège était sans danger, Jeremiah, Lambert et Toole purent y escorter les civils par groupes de six, ce que les ascenseurs pouvaient accueillir au maximum. Certains d’entre eux eurent le cœur serré de laisser derrière eux des êtres chers agonisant dans l’infirmerie annexe. Néanmoins, il n’était pas encore temps de pleurer les morts. Il fallait rester concentrés sur le moment présent. L’urgence était de survivre.

Les deux Giaz les guidèrent alors jusqu’à une simple porte au cœur de l’étage. La porte franchie donna sur un couloir qui partait de droite et de gauche. Frédéric fut le premier à entrer et observa les deux directions. De fines cloisons, mais qui semblaient néanmoins très robustes, sortaient des murs, du sol et du plafond pour créer un véritable labyrinthe.
Néanmoins, quelque chose l’intriguait. Frédéric avança alors droit vers le mur en face de lui et voulut poser sa main dessus sans vraiment croire que le mur la retiendrait ... et pour cause, le mur n’était qu’un hologramme.

« - Comment l’avvvvez vvvvous compris ? » demanda le Giaz de l’Unicorps.

« - Vos odeurs corporelles forment une piste olfactive qui se dirige droit vers le mur » répondit-il de façon neutre en avançant pour traverser le mur.

De l’autre côté, il vit une gigantesque pièce où s’affairaient quatre techniciens devant un vortex d’énergie qui devait être le portail spatial. Un laser vint se fixer sur sa poitrine et disparaître presque aussitôt. Cela rassura Frédéric. En dehors des deux Giaz, il y avait donc bien un ultime rempart pour protéger cet endroit. Il s’agissait de Cromwell, le sniper d’élite de la F.F. Oblivion que Frédéric et les autres avaient côtoyé à l’occasion de quelques expéditions. C’était un homme discret et silencieux, ne parlant que très rarement. Ils firent donc entrer tous les civils au fur et à mesure. Miles fut le dernier à entrer dans la salle du portail spatial, tenant toujours en laisse Wormcell. Ce dernier fut intrigué par l’apparence de Cromwell, son double dans cette dimension. Il sembla même éprouver une certaine mélancolie. Quant à Cromwell, il sembla ne pas lui prêter attention. Ce n’était sûrement pas la première fois qu’il rencontrait l’un de ses doubles, aussi perverti soit-il que l’était Wormcell.

Les techniciens accueillirent tout le monde et ne leur cachèrent pas qu’ils désespéraient pouvoir emmener encore du monde et qu’ils s’apprêtaient à partir eux-mêmes. Après quoi ils les briefèrent sur l’expérience qu’ils allaient connaître incessamment sous peu. Seuls Lambert et Toole écoutèrent attentivement les indications des techniciens. Miles et Jeremiah étaient plus absorbés par l’apparence du vortex d’énergie ; quant à Frédéric, il restait sur le qui-vive même si Cromwell était là pour surveiller l’entrée.
Les techniciens poursuivirent donc leurs explications en leur indiquant qu’ils allaient être décomposé au niveau subatomique et que cela leur procurerait une sensation de froid intense qui s’estomperait en quelques secondes une fois arrivés sur site.

Tous les civils présents étaient quelque peu excités devant cette aventure toute prochaine. Si on leur avait dit, il y a une semaine, qu’ils passeraient par un portail spatial pour se retrouver en un instant sur une autre planète, ils en auraient ri en proclamant que c’était de la science fiction. Mais la science fiction était maintenant sous leurs yeux et n’avait plus rien de fictionnel. Néanmoins, les disparitions qu’ils avaient vécues étaient encore trop présentes à l’esprit. Tous auraient voulu partager cette expérience avec ceux qui n’avaient pas pu arriver jusque-là. Dans les premiers instants, seule une poignée d’entre eux franchirent le portail sans regarder en arrière, sachant pertinemment que leur planète était perdue. Mais tous les autres jetèrent un coup d’œil d’où ils venaient, espérant, par je ne sais quel miracle, voir arriver leurs maris, femmes, frères, sœurs, enfants qu’ils avaient dû laisser.

Une silhouette traversa alors le mur holographique. Ce n’était pas le miracle qu’ils attendaient, mais aux yeux de tous ceux qui avaient hésité à partir jusque-là, ça en revêtait tout de même la forme. La silhouette n’était autre que Wade, les avant-bras à l’horizontal, paumes vers le haut comme s’il portait un corps invisible dans ses bras. Son corps était baigné d’une lumière bleue presque éblouissante. Autour de lui virevoltaient plusieurs lumières d’un bleu azur. Il s’approcha humblement du groupe de rescapés qui avait tardé à partir tandis que leur escorte s’écartait pour le laisser passer, devinant ce qu’étaient ces lumières. Il s’agissait là des esprits de leurs défunts qui avaient quitté leurs enveloppes charnelles. Pleinement conscients de leur condition, ils purent faire d’ultimes adieux à ceux qui leur avaient survécus dans un état d’esprit plus serein et complètement détaché de cette sphère matérielle qu’ils allaient bientôt quitter. Leur sérénité réconforta grandement les ultimes rescapés qui purent dès lors passer le portail spatial le cœur léger.
_____________

Terre 531 - Le Mans - Camping de la Horde

Émile était tétanisé face à la nouvelle forme qu’arborait Marc. Ou plutôt face à la bête féroce qui empruntait la voix de Marc. La même bête qui avait facilement mis en déroute le vampire qui, il y a à peine quelques secondes, allait se donner un malin plaisir de le tuer.

« - Je comprends que mon apparence actuelle peut être dérangeante mais il ne faut pas rester à découvert » dit alors le monstre en lui tendant la main droite.

Le geste de Marc eut pour effet de faire reculer Émile de quelques pas. Soudain une silhouette se faufilant d’arbre en arbre attira l’attention d’Émile. Bien que ne la distinguant presque pas, il eut la désagréable impression de la reconnaître. C’était Hamilton, son double vampirique.

Voyant l’attention d’Émile être détournée par autre chose, Marc se retourna vivement ... mais pas assez encore pour éviter la terrible attaque du vampire. Celui-ci lacéra en profondeur, et de haut en bas, le torse de Marc dans une grande gerbe de sang. Le lycanthrope fut projeté au sol sous la violence du coup tandis que le vampire atterrissait sans faire un bruit sur le sol. Il se redressa et se tint droit comme un i. La scène était lugubre. Hamilton se tenait là, les lèvres retroussées et ses canines brillant sous la faible lumière prodiguée par les différents départs de feu dans le camping. Ses yeux illuminés d’une lumière rouge, faisant écho au sang écarlate de Marc répandu sur le sol. Ce dernier redressa péniblement la tête pour reconnaître son agresseur.

« - Ton chien de garde neutralisé, que comptes-tu faire mon petit Émile ? » dit alors Hamilton.

En guise de réponse, Émile lui tira dessus avec sa foreuse solaire ... mais Hamilton esquiva l’attaque sans aucun problème.

« - Tellement prévisible ! » fit le vampire.

Émile réorienta son bras et tira à nouveau dans sa direction mais une fois encore Hamilton esquiva le tir.

« - Je crois que c’est la dernière fois que nous nous voyons, mon cher ! »

Émile tira alors à de multiples reprises, zébrant le camping de tirs solaires ... et tuant sur le coup une demi-dizaine de vampires par dommage collatéral. Quand à Hamilton, il ne l’inquiéta pas une seule fois. Sa Némésis avait parfaitement pris la mesure de ses attaques. Pire, Émile savait parfaitement que son précédent tir était le dernier. La batterie de son arme était dorénavant complètement vide ... et impossible de la recharger avant l’aube. Mais il lui restait un joker dans sa manche ... ou plutôt dans sa poche. Mais pour que ça marche il fallait que l’attention d’Hamilton soit détournée un instant.

« - Ta batterie est vide ! Tu ne peux plus me menacer et encore moins me fuir ! Il est temps d’en finir mon très cher moi-même ! » fit le vampire en avançant droit sur lui à pas mesuré, se délectant de la fin imminente d’Émile.

La terrible blessure que lui avait infligé Hamilton avait cloué Marc au sol. Mais il était hors de question pour lui de rester planté là à voir Émile se faire tuer sous ses yeux. Au prix d’un insurmontable effort, Marc se releva et se plaça péniblement entre Émile et Hamilton. Ce dernier sembla amusé.

Mais le vampire cessa de sourire lorsqu’il vit de minuscules objets d’ivoire atterrir à ses pieds. En fait d’ivoire, c’était plutôt de l’émail et de la dentine. Il s’agissait là de dix canines fortement allongées. Hamilton tourna le regard dans la direction de celui qui les avait jetées. Il avait face à lui un gigantesque lycanthrope.

« - Tu as tué cinq de mes vampires et alors ? Tu veux une médaille, Thibault ? » fit Hamilton, agacé.

« - J’ai été un peu pressé par le temps ... donc je n’ai ôté qu’une seule canine à chacun de tes larbins avant de les tuer ! » répliqua Thibault.

Ce n’était donc pas cinq mais dix vampires que Thibault était parvenu à tuer depuis le début de l’attaque.
_____________

Janus 24 - Salle de la Fontaine - Quelques minutes auparavant

Cela faisait presque deux heures que Wade patientait, seul, dans cette vaste pièce. Il était adossé à un mur, attendant que Jeremiah et Miles sortent de leur transe ou que Frédéric et Isaac ne reviennent de leur expédition. Wade soupçonnait que cette dernière avait dû être un succès étant donné que depuis près d’une heure, l’eau de la fontaine était devenue limpide et claire comme du cristal. Même si l’envie ne lui manquait pas d’aller vérifier, il était sûr que la serrure hydrique était dorénavant déverrouillée. Il ne leur manquerait plus qu’à réactiver l’éolienne et trouver à quoi correspondait la dernière et mystérieuse serrure.

Bien que tout était calme et silencieux, quelque chose dérangeait Wade. Il ne saurait pas dire ce qui n’allait pas mais il ressentait comme une tension grandissante depuis que l’eau de la fontaine était devenue limpide. Néanmoins cette dernière n’avait rien à voir avec ce qu’il ressentait, c’était juste une coïncidence. C’est alors qu’il entendit comme un bris de glace provenant de la petite remise où se trouvaient Jeremiah et Miles.

« - Bordel ! Je suis glacé jusqu’aux os ! » dit alors la voix de Miles juste avant d’ouvrir la porte de la remise.

« - Désolé, ça devait être un mécanisme de défense que mon subconscient a dû développer » s’excusa Jeremiah en sortant à sa suite.

« - Putain, ça c’est clair, les démons ne sont pas faits pour le froid. Où est Frédéric pour qu’il me fasse griller la couenne ? »

« - Lui et Isaac sont partis résoudre le problème de la serrure hydrique » répondit Wade.

« - Ça fait combien de temps ? » demanda le vampire.

« - Environ deux heures mais semble-t-il qu’ils y soient parvenus ! » répliqua Wade en montrant la fontaine du pouce.

« - Tu as été vérifier la serrure ? »

« - Non, j’ai préféré attendre ici ».

« - Alors allons-y, qu’on se bouge le cul un peu. Ça me réchauffera peut-être ! » s’esclaffa Miles.

Tous les trois réempruntèrent le petit couloir coudé et rejoignirent le grand hall. Mais à peine y pénétrèrent-ils que Wade ressentit soudainement que la tension augmentait d’un coup. En l’espace de quelques secondes, la sensation désagréable devint un malaise que l’on ne pouvait ignorer puis une vive douleur dans son esprit. Au moment même où la douleur lui lacérait le cerveau telle une lame, une déchirure spatiale s’ouvrit au beau milieu de la pièce. La déchirure donnait sur une version alternative de leur dimension où le grand hall avait été envahi par une végétation abondante. Le trio n’eut pas le temps de contempler cette vision bucolique qu’une silhouette traversa la déchirure spatiale avant de s’étaler par terre. La seconde qui suivit vit une seconde silhouette en sortir, bien plus imposante. La déchirure se referma alors. Bien qu’en piteux état, tous reconnurent Frédéric comme étant la première silhouette. L’autre n’étant qu’un démon. Celui-ci se retourna vers Frédéric, semblant ignorer la présence du trio ... grossière erreur.

« - Je te l’avais dit que ça ne durerait pas longtemps ! » le démon adressa-t-il à Frédéric en avançant vers lui, menaçant.

« - Je n’aurai pas su mieux dire ! » fit Jeremiah en tendant la main droite vers lui.

En un instant, le vampire créa une véritable nuée de pics de glace orientés vers le démon qu’il empala avant qu’il ne comprenne quoi que ce soit. Le démon mourut avant d’avoir lourdement heurté le sol. Quant à Frédéric, il tourna la tête vers Jeremiah juste avant de s’évanouir. Jeremiah accourut à sa rencontre, inquiet.
Le corps de Frédéric reprenait lentement sa forme humaine et dévoilait toute l’étendue de ses injures. Bien que nombre d’entre elles saignaient abondamment, celle qui les préoccupa le plus fut la fracture béante de son crâne. Sa métamorphose en lycanthrope l’avait grandement aggravée. La fracture était presque horizontale. Elle partait du centre de l’os pariétal jusqu’à l’arcade supérieure de l’orbite. Wade fut celui qui détacha le plus rapidement son regard de Frédéric. Il tourna la tête et les talons et se dirigea vers l’arrière de la grande statue chozo.
.
« - Où tu vas ? » lui lança alors Miles.

« - Son énergie spirituelle bien que vacillant légèrement reste forte ; Frédéric va s’en sortir ; il ne lui faut que du temps ! » répondit-il sans s’arrêter.

Bien que son détachement était quelque peu dérangeant de prime abord, sa réponse justifiait en partie son comportement. Il contourna alors la statue et vit avec plaisir que, quoi que Frédéric ait accompli, ça avait fonctionné. Le voyant de la serrure hydrique était dorénavant allumé.

« - Il y a autre chose qui m’inquiète, l’absence d’Isaac » dit alors Jeremiah en se relevant.

« - Seul Frédéric peut répondre à cela ; La serrure hydrique est déverrouillée » répondit Wade en revenant vers eux.

« - C’est quoi la prochaine étape alors ? » fit Miles.

« - Isaac a parlé d’une éolienne sur le sommet du temple, il me semble » répliqua Jeremiah.

« - C’est prudent de le transporter ? » demanda Miles en parlant de Frédéric.

« - Plus que de le laisser ici tout seul » rétorqua Wade.

Soudain, Wade fut pris d’une nouvelle douleur. Une nouvelle brèche dimensionnelle s’ouvrit à quelques mètres d’eux, dans le grand hall. Tous l’observèrent s’ouvrir ... et donner sur du vide. Il n’y avait rien, pas de ciel, pas de terre. La faille semblait s’être ouverte sur du vide spatial. Miles s’en approcha extrêmement près pour avoir un bon angle de vision. Il vit alors qu’il n’y avait pas que du vide. De multiples et épars morceaux de roche flottaient parmi une vaste étendue noire tel un champ d’astéroïdes. Soudain, l’un d’eux passa juste devant la faille. L’astéroïde était parcouru de veines d’un bleu saphir que Miles identifia immédiatement : du phazon. Puis son attention fut attirée par de grands bruits sourds. Une chose bondissait d’astéroïde en astéroïde droit vers lui. Sa silhouette était massive et dorée. Elle aussi, Miles la reconnut immédiatement. Il s’agissait d’un des rois de Barbatos, le russe Vassili Romanov. Source certaine de problèmes, il était hors de question qu’il parvienne jusqu’ici. Miles téléporta sa main jusqu’au cadavre du démon qu’il saisit. Ramenant sa main à son bras, Miles lança de toutes ses forces le cadavre du démon sur le russe. Celui-ci se le prit de plein fouet et manqua de peu de chuter de l’astéroïde où il se trouvait. S’y rattrapant de peu d’une main, le roi parvint à se hisser sur le morceau de roche. Il émit un cri de rage et s’élança à nouveau vers la faille et Miles. Celui-ci regarda autour de lui dans le grand hall.

« - Qu’est-ce qu’on pourrait balancer ? » dit-il avec urgence.

Jeremiah rejoignit son ami et observa la scène. Reconnaissant également la montagne d’or et d’argent qui se rapprochait, Jeremiah entra en action. Il créa de gros blocs de glace qu’il projeta avec force sur le titan brillant et clinquant. Le golem enrageait d’être ainsi freiné dans sa course. Observant la faille, Miles se joignit à lui et frappa Romanov à distance en téléportant ses poings sur sa face. Bien que freinant grandement son avancée, ils ne parvenaient néanmoins point à l’empêcher d’approcher. C’est alors qu’un petit astéroïde vint à portée du golem. Vassili s’en saisit et l’envoya avec une force inouïe vers la faille. Ce fut Miles le plus réactif. Il écarta Jeremiah de la trajectoire juste avant que l’astéroïde ne traverse la faille et ne vienne s’encastrer dans le mur derrière eux. Ce laps de temps permit au golem de reprendre sa course. Lorsque Miles et Jeremiah revinrent face à la faille, celle-ci commençait à se replier sur elle-même. Désespéré, Vassili bondit en direction de la faille pour la traverser avant qu’elle ne se referme. Mais seule sa main droite eut le temps de passer avant qu’elle ne se referme complètement. Celle-ci tomba au sol tel un amas de pièces et de bijoux informe. Miles observa le tas d’or et donna un petit coup de pied dedans. Celui-ci se dispersa complètement.

« - Merde ! Il n’y a rien sous tout son or ? » fit Miles, étonné.

Quant à Jeremiah, il retourna près de Frédéric. Il le retourna sur le dos délicatement et se mit à le fouiller.

« - Qu’est-ce que tu fais ? » lui demanda Miles.

« - Ce tas d’or ... et de pierres précieuses ... m’a donné une idée ! » dit-il péniblement en sortant la Larme de Dana d’une des poches de Frédéric.

L’instant d’après, il l’enfonçait dans le thorax de Frédéric. La Larme de Dana commença à agir de suite. La régénération des blessures de Frédéric accélérait à vue d’œil.

« - L’artefact va le remettre sur pieds plus rapidement et va nous permettre de le transporter. On ne peut pas se permettre d’attendre ici, ça fait déjà deux failles qui s’ouvrent dans le hall » ajouta-t-il en soulevant Frédéric par un bras.
Miles le rejoignit et souleva Frédéric par l’autre bras. Puis tous les trois se mirent en marche. Ils devaient impérativement trouver cette fichue éolienne et la remettre en marche. Pour la localiser quoi de mieux qu’un point en hauteur ? C’est ainsi qu’ils reprirent la direction de la Tour solaire.

Le temps qu’ils s’y rendent, l’ouverture d’une nouvelle faille dans le grand hall confirma les craintes du vampire. Le tas de pièces et de bijoux éparpillé par Miles se rassembla de façon autonome et reprit la forme de la main du russe au moment même où celui-ci posait enfin le pied dans le grand hall.
_____________

A suivre dans le chapitre 345 - Compte à rebours, part 3 : la Boucle
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Compte à rebours pour votre départ
» "compte à rebours pour votre départ"
» Compte à rebours pour votre départ
» ELECTION DU GOUVERNEUR DE L' EQUATEUR: LE COMPTE A REBOURS
» Problème bannière compte à rebours
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 344 - Compte à rebours, part 2 : le Départ :: Commentaires

Quel idiot, je n'avait pas percuté pour Wormcell en double de Cromwell. Pourtant, vu les noms, c'était évident ^^'

Thibaut est aussi efficace que ce à quoi je m'attendais. Emile va avoir sa diversion finalement Razz

Dans le présent, notre équipe est enfin réunie, mais se retrouve avec un deuxième roi de Barbatos sur les talons. Sans compter que sans Isaac, ils auront plus de mal à se diriger...
 

Chapitre 344 - Compte à rebours, part 2 : le Départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 18 - un Monde de Metroid-
Sauter vers: