Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 38 - Examens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 38 - Examens

[Date originale : 17 Avril 2011]
[Date correctif : 21 Juillet 2014]
Terre 6354

Ayant attendu dans un premier temps dans la salle de contrôle, le général Ravenwork avait rapidement perdu patience et était finalement retourné dans son bureau quelques étages plus bas. Pour passer le temps, le général se résigna à relire les dossiers qui s’amoncelaient en une pile imposante à droite de son bureau. Plus homme d’action que gratte-papier, Ravenwork repoussait sans cesse ce travail ennuyeux jusqu’à l’échéance la plus tardive possible.
Près de trois heures plus tard l’ingénieur en chef vint le voir.

« - Nous sommes en mesure d’établir la chronologie exacte des différents voyages interdimensionnels, mon général ».

« - Il vous en aura fallu du temps pour faire vos petits calculs ! » lui répondit Ravenwork, quelque peu grognon.

L’ingénieur esquissa un sourire forcé car leurs calculs étaient tout sauf "petits".

« - Je dois le deviner ou vous allez me dire quelle est la distorsion la plus ancienne ? »

« - Euh … oui … euh … Nous avons rencontré une anomalie concernant la première distorsion. Nous situons la première distorsion entre la Cité Miroir et la Terre 531 mais bien qu’on la discerne parfaitement, elle présente des échos bizarres ».

« - "Bizarre" ? Vous n’avez pas réussi à me dénicher un terme scientifique compliqué que je n’aurais pas compris ? »

« - Eh bien, l’amplitude de certains de ses échos font qu’ils semblent rebondir depuis près de 800 ans. Ils ont été difficilement mesurables mais nous ne savons pas ce qui est le plus étrange. Le fait qu’on ne les a jamais détectés dans nos précédentes mesures ou le fait qu’on arrive toujours à les détecter aussi longtemps après. De plus, nous captons des ondes d’ordre dimensionnel mais de nature encore jamais étudiée en provenance de cette même Terre. Au lieu de diverger d’un point, ces ondes semblent converger lentement ».

« - D’accord ! » fit le général, donnant le change en faisant croire qu’il avait tout compris.

« - Et ces ondes représentent un quelconque danger s’opposant à l’envoi d’une équipe ? »

« - Nullement mon général, ce serait l’occasion de faire des relevés plus … »

« - Très bien ! Envoyez l’équipe de Westwood ! Qu’ils tentent de savoir pourquoi les deinones sont allées sur cette Terre ».

Bien que n’ayant pas fini ce qu’il avait à dire, l’ingénieur prit congé.
_____________

Terre 3012

Cela faisait près d’une heure que le sous-marin avait accosté mais les trois hommes étaient toujours au broca sans qu’on ne leur donne de quelconques informations. Soudain ils entendirent la première porte du sas s’ouvrir puis se refermer. Quelques secondes plus tard ce fut celle de leur cellule qui s’ouvrit sur un jeune homme blond habillé simplement, portant une valise qui semblait lourde, et accompagné de trois militaires armés de fusils mitrailleurs.

« - Messieurs, bonjour ! Je me nomme Nelson, je suis le technicien scan de la base Lutra. Je suis sincèrement désolé que le capitaine Krenker vous ait traités de la sorte. Toutefois, maintenant qu’un doute a été émis, nous devons nous assurer que vous n’ayez aucun organe synthétique pour lever définitivement le doute ».

« - Nous comprenons et acceptons de notre plein gré d’être soumis à un scanner » dit Frédéric en se levant.

« - Je vous remercie de votre compréhension ».

Nelson posa sa valise à plat au sol et l’ouvrit. Il déploya deux grands cadres métalliques qu’il mit en vis-à-vis. Puis il les alluma. En s’allumant, le premier créa un écran holographique tandis que sur le second une barre, insérée jusque-là dans la partie basse du cadre, fit quelques mouvements de va et viens rapides comme lorsqu’on allume une imprimante.
Après quelques secondes Nelson signala que le scanner portatif était opérationnel et demanda à l’un des trois hommes de bien vouloir se placer entre les deux cadres. Ce fut Frédéric qui fut le premier à être scanné. Tout comme lors du scan à la base Vulpes, un léger signal fut détecté. Immédiatement, les trois militaires braquèrent leurs armes sur nos héros, prêts à faire feu.

« - Calmez-vous ! » dit alors une voix qui n’était pas inconnue aux trois hommes.

Connors avait accompagné les quatre hommes et était resté dans le sas jusque-là.

« - A la base Vulpes nous avons également détecté cette anomalie et vous savez très bien que ce genre d’anomalie peut être causée par un taux de fer plus élevé que la normale ».

Les trois militaires étaient circonspects et ne baissèrent pas complètement leur arme.

« - Peut-être ! Mais ça peut aussi être autre chose » dit Nelson sur un ton pensif.

« - Quoi que ce soit c’est toutefois trop petit pour être un émetteur à longue distance, vous pouvez sortir de la broca mais avant de vous laisser circuler librement dans la base, on va vous emmener au scanner principal » ajouta-t-il.

En sortant du sous-marin nos héros virent où ils étaient arrivés. Le quai était immense et la hauteur sous plafond tout autant. Ils étaient surplombés par plusieurs grues et le sous-marin dans lequel ils étaient arrivés était loin d’être le seul. Environ quinze autres sous-marins étaient également à quai. La place grouillait de vie entre les militaires qui chargeaient de lourdes caisses d’armement, les caristes qui approvisionnaient les différents navires de caisses d’aliments ou de première nécessité et les grutiers qui amenaient des missiles et autres torpilles.
Conduits par Nelson, Connors et les trois gardes, le trinôme fut amené dans une pièce juxtaposant les quais où un gigantesque scanner corporel occupait les trois quarts de l’espace.
A nouveau, Frédéric fut le premier à s’y soumettre. Le scanner le balaya en trois dimensions à plusieurs reprises. Le premier balayage confirma qu’il avait une biologie organique humaine normale, sans organes synthétiques. Au second passage, il détecta la même anomalie que le scanner portatif. Par balayages successifs il restreignit la zone de l’anomalie au bras droit de plus en plus précisément jusqu’à obtenir une image parfaite de cette anomalie qui ne ressemblait nullement à des particules de fer.

« - Bordel ! Ça ressemble à ce que les Alpha Gears ont dans le sang ! » laissa échapper l’opérateur adjoint de Nelson.

« - Quoi ? » s’esclaffa Miles.

Alors que les trois gardes et ceux dont ils avaient la garde furent étonnés par cette déclaration, par ce lapsus, Nelson et Connors conservèrent le silence, un silence lourd de sens. Connors ordonna alors aux trois gardes de sortir de la salle et de garder ce qu’ils venaient d’entendre confidentiel sous peine d’être exécutés pour trahison.

« - Ce ne sont plus des légendes urbaines ? » demanda Frédéric une fois les soldats sortis.

Connors et Nelson se regardèrent et finalement Nelson prit la parole.

« - Les Alpha Gears existent bel et bien mais nous préférons conserver leur existence secrète pour ne pas faire paniquer la population et faire naître une vague de paranoïa incontrôlable ».

« - Ils peuvent se confondre avec des humains normaux si facilement ? » demanda Frédéric.

« - Certains d’entre eux oui » répondit Nelson.

« - Avec un guignol comme Karman, vous allez avoir du mal à tenir cela secret encore bien longtemps ! » déclara Miles.

« - Heureusement pour nous, il n’est pas pris au sérieux » dit Connors.

« - Sinon qu’est-ce que j’ai exactement dans le bras ? » s’enquit Frédéric.

« - Des nanites ! Des nanites agglomérées dont la fonctionnalité est encore floue. Toutefois elles semblent n’avoir qu’un rôle passif et sont loin d’être aussi actives que celles que les Alpha Gears ont dans le sang ou même pour émettre un quelconque signal. En gros vous ne présentez pas une menace pour la sécurité de la base » répondit Nelson sur un ton sérieux.

« - Néanmoins ce n’est que le résultat de votre analyse, vos deux amis doivent se soumettre également au scanner » ajouta-t-il.

Miles passa le scanner avec le même résultat que Frédéric mais pour Jeremiah ce fut tout autre chose. Dès le premier balayage le scanner détecta une biologie non humaine et une alarme se déclencha pour s’éteindre presque immédiatement. Connors l’ayant fait cesser.

« - Que faites-vous lieutenant ? » demanda Nelson.

« - Vous avez déjà pu constater qu’ils ne sont pas partiellement synthétiques. Ils ont tous trois des particularités biologiques qui font d’eux des alliés précieux et ils ont déjà prouvé à plusieurs reprises qu’ils étaient de notre côté ; cela me suffit, pas vous ? » répondit Connors.

« - Si … mais … des ailes ? » dit Nelson, incrédule.

« - Et encore lui ne se transforme pas. Miles ? » fit Frédéric en tournant la tête vers Miles avant que tous les deux ne se transforment un court instant.

« - Sacrebleu ! » s’esclaffa l’adjoint au scanner.

Habitués à des prouesses technologiques de la part du Control Hive, lui et Nelson étaient désappointés par les facultés dont faisait preuve le trinôme. Connors les aida à accepter et concevoir le fait et leur confia que grâce à ces facultés ils avaient pu aider à la fuite des rescapés de Vulpes.
Après quoi Nelson reprit le scannage de Jeremiah et détecta les mêmes nanites dans son bras droit que ceux des deux autres hommes.

« - Vous avez tous les trois des nanites dans le corps et situés exactement au même endroit. Ce ne peut pas être une contamination accidentelle mais intentionnelle ; sûrement de la part du Control Hive lors de votre détention. Bien qu’elles ne représentent aucun danger, étant donné ce que vous savez sur les Alpha Gears et ce dont vous êtes capables, je ne peux vous permettre de circuler librement au sein de la Lutra. Je vais vous conduire dans des appartements bénéficiant de tout le confort possible et vous y serez cantonnés » déclara Nelson.

« - Vous ne pouvez pas nous débarrasser de ces nanites ? » demanda Frédéric.

« - Malheureusement non ! » répondit Nelson.

« - En fait … il y a bien un moyen, mais … ça serait extrêmement douloureux et vous perdrez à coup sûr l’usage de votre bras ».

« - C’est-à-dire ? »

Le ton si léger de la question de Frédéric désarçonna Nelson. L’homme ne semblait pas redouter l’handicap ni même la douleur.

« - Eh bien, nous avons une station IRM dans l’aile médicale. Le champ magnétique qui se crée lorsqu’on l’allume serait assez puissant pour attirer les nanites et les extraire de votre corps mais comme je l’ai dis ce serait plus que douloureux ».

Frédéric se tourna alors vers ses deux coéquipiers et tous deux acceptèrent la méthode pour se débarrasser des nanites.

« - Emmenez-nous à l’IRM s’il vous plait ! » dit Frédéric en se retournant vers Nelson.

Ce dernier les regarda avec un air qui exprimait combien il les trouvait inconscients. Néanmoins il les conduisit dans l’aile médicale jusqu’à la salle de l’IRM. Comme à son habitude, Frédéric fut le premier à prendre place sur la table.

« - Vous êtes sûr de vous ? » demanda une dernière fois Nelson.

« - Parfaitement ! Mais votre machine ne risque-t-elle pas d’être endommagée ? »

« - Non. Nous l’avons blindée suite à un malheureux accident dû à des plombages dentaires. Cela fut tragique pour le patient mais nous avons eu aussi beaucoup de mal à réparer la machine, donc nous l’avons blindée pour au moins éviter d’avoir à la réparer à nouveau ».

« - Très bien. Allons-y alors ! »

Lorsque Nelson mit en marche la machinerie, comme prévu les nanites furent attirées, arrachées des chairs de Frédéric dans d’atroces douleurs. Une fois la machine arrêtée, Nelson accourut pour lui prodiguer les premiers secours mais fut stupéfait de voir que les saignements s’estompaient rapidement et que le bras se régénérait. Bien qu’abasourdi, Nelson comprit mieux l’insouciance dont faisaient preuve les trois hommes. L’opération fut à nouveau exécutée sur Jeremiah puis Miles.
Leurs chairs régénérées, Nelson ramena les trois hommes au scanner qui ne décela plus aucune trace de nanites ou de quoi que ce soit de synthétique.
Après quoi, ils furent amenés dans leurs logements. Durant plus d’une semaine Connors fut introuvable et on leur interdit tout accès aux zones militaires, les conservant à l’écart. Les trois héros prirent leur mal en patience quand Connors vint leur rendre visite dans leur chambre.

« - Un peu d’action, ça vous tente ? » leur demanda-t-il avec un grand sourire.

« - Et comment ! » répondit Miles du tac au tac.

« - C’est quoi le programme ? » demanda Frédéric.

« - On va aller rendre visite aux Alpha ! »


Dernière édition par Jezekiel le Lun 21 Juil - 9:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 38 - Examens :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 38 - Examens
Message le Sam 17 Mar - 13:33 par Shion
[Date originale : 20 Avril 2011]
Petit chapitre de transition, mais loin d'être inintéressant Smile

Je me demande quel était le but de ces nanites, et si elles ont rempli leur rôle, malgré le fait qu'elles ont été retirées...
avatar
Re: Chapitre 38 - Examens
Message le Sam 17 Mar - 13:33 par Jezekiel
[Date originale : 23 Avril 2011]
On va juste dire qu'elles n'ont pas finie de faire parler d'elles :p
Re: Chapitre 38 - Examens
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 38 - Examens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 4 - un Monde Synthétique-
Sauter vers: