Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 355 - Rallumer les passions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

09072017
MessageChapitre 355 - Rallumer les passions

Terre 864 - Fourrière de Monaco

Tandis que Micha, le vampire obèse, crackait le téléphone portable du chasseur dans sa guérite, David se réjouissait de s’être souvenu d’un élément de son passé, de son identité. Lui aussi avait connu par le passé un vampire, un vampire du nom de Jeremiah. En se souvenant de lui, il s’était également souvenu que celui-ci l’appelait Frédéric. A défaut de se rappeler de son nom de famille, il se souvenait dorénavant de son vrai prénom.

A le voir le visage aussi rayonnant, Milla était sincèrement contente pour lui. Le prénom qu’elle lui avait donné n’avait pas fait long feu mais tant pis. L’essentiel était qu’il se souvienne de celui que ses parents lui avaient donné. Tandis que la luminosité baissait sensiblement dans le parking du fait de la chute du soleil dans le ciel, le visage de Frédéric sembla s’éteindre également. Son sourire disparut en un éclair. Quelque chose venait de l’atteindre et lui avait fait changer d’humeur. Machinalement, elle le regarda rapidement des pieds à la tête. Non, ce n’était pas une blessure mais plutôt un stimuli. Elle vit Frédéric porter toute son attention sur quelque chose dans son dos. Vivement elle se retourna ... mais ne vit rien ; rien d’autres que des voitures stationnées et une porte donnant certainement sur un escalier menant aux étages inférieurs et supérieurs. C’est alors que la porte s’ouvrit sur trois individus, trois hommes. Non ! Leurs odeurs étaient différentes d’humains lambda. Le très léger relent ferrique qu’ils véhiculaient les trahissait plus que leurs odeurs corporelles. Il s’agissait de vampires. Frédéric avança d’un pas pour se mettre à la hauteur de Milla. Elle le regarda subrepticement du coin de l’œil. Il les avait sentis bien avant elle. Comment était-ce possible ? Bien qu’il soit un lycanthrope tout comme elle, sa part animale ne s’était réveillée qu’il n’y a que relativement peu de temps. Alors comment son odorat pouvait être plus aiguisé que le sien ? Peu importe ! L’urgence était ces trois vampires. Leur présence n’était pas fortuite et Milla devinait que leur rencontre n’allait pas se faire sans heurt ... même s’ils n’étaient pas ici pour eux mais pour Micha. Milla se souvint alors comment l’obèse lui était devenu redevable à vie.

Il y a de cela plusieurs années, Micha n’était encore qu’un geek vaguement doué mais surtout un humain plus que banal. Déjà obèse, rechignant à courir ne serait-ce que pour attraper un bus à l’heure, garçon gentil mais quelque peu de mauvaise foi, il avait fini par se retrouver seul sans ami ni copine. Le plus clair de son temps, il le passait sur le net, ou plutôt le dark net ; il avait eu la mauvaise idée, une parmi une suite infinie de mauvaises idées, d’approcher un groupuscule obscur. Vampires des temps modernes, ils avaient eu tôt fait de l’embrigader mais surtout de le rendre comme eux pour qu’il les serve. Malgré son air de bovin placide, Micha ne s’était pas laissé faire. N’appréciant pas particulièrement sa nouvelle condition, il le leur avait fait payer en les trahissant. Le groupuscule s’était fait attaquer par une horde rivale. Mal en point mais nullement anéanti, le groupuscule n’eut alors de cesse que de poursuivre Micha. Il croisa alors la route de Milla. Celle-ci parvint à piéger et tuer plusieurs de ses assaillants dans une terrible explosion durant laquelle elle avait réussi à faire croire que Micha avait également péri. Manifestement, le subterfuge n’avait duré qu’un temps.

« - MICHA ! » cria-t-elle soudainement.

« - QUOI ? » répondit l’intéressé sur le ton de l’agacement.

« - Tu n’as rien à me dire ? »

Micha regarda alors dans la même direction que celle de Milla. Frédéric observa sa réaction. A voir sa face, l’obèse comprit qui étaient ces trois vampires. Dès lors, il se terra au fond de sa guérite en espérant qu’ils ne l’aient pas vu. Mais à crier comme il l’avait fait, c’était peine perdue.

« - Nous sommes là pour le gros ! » fit alors l’un des vampires.

« - On a encore besoin de lui, donc si vous voulez bien attendre qu’il ait fini, ensuite il sera tout à vous » répondit Milla.

« - Depuis quand un prédateur discute avec une proie potentielle ? On veut Micha et tout de suite ! Livrez-le nous ou vous connaitrez son sort ! »

Frédéric fronça les sourcils et avança d’un pas, mais encore une fois Milla lui fit un signe de la main.

« - Une proie potentielle ? Vous êtes sûrs de vous les bleus ? » répliqua Milla. Son regard changea alors du tout au tout.

Ses yeux devinrent dorés et son regard se fit plus perçant.

« - Une lycanthrope ! » fit l’un des deux autres vampires, stupéfait.

« - Quand bien même ? Même si ton copain en est un aussi, vous êtes toujours à deux contre trois ! »

« - Je te l’accorde, mec, c’est un peu juste. Vous ne voulez pas appeler des renforts ? » intervint Frédéric, dont le regard avait également changé.

Les trois vampires resserrèrent les rangs et se concertèrent. Mais ni Frédéric, ni Milla ne saisirent ce qu’ils échangèrent.

« - Vous en avez encore pour combien de temps avec le gras-double ? »

« - Ça dépend de lui. Jusqu’à ce qu’il ait fini le travail qu’on lui a confié » répondit Milla, sur un ton parfaitement détaché.

« - QUOI ? BEN SI C’EST COMME CA, VOUS ALLEZ ENCORE L’ATTENDRE LONGTEMPS !!! » hurla le concerné.

Les vampires semblèrent s’énerver quelque peu.

« - On dirait que nous sommes dans une impasse ! » déclara Milla.

Les paroles de Milla semblèrent les énerver encore plus. Ils se mirent à retrousser leurs lèvres et montrer leurs canines allongées.

« - Tiens toi prêt, ils vont attaquer » glissa à voix basse Milla à Frédéric.

« - Je sais ! Ce n’est pas ma première valse avec leur espèce ».

« - Très bien, j’en prends deux, t’en prends un » fit-elle.

« - Je ne crois pas ! T’en prends un, j’en prends deux ! » répliqua Frédéric tout en ôtant sa veste.

Un sourire se dessina sur le visage de Milla. Dav... Frédéric ne rechignait pas à un peu d’action et ça lui plaisait. La veste de Frédéric tombant au sol agit comme un déclencheur chez le trio de vampires. Tous les trois s’élancèrent comme un seul homme sur le couple. Bien que vifs comme l’éclair, ils lancèrent leur attaque sans aucune réflexion, droit devant.
Nonobstant sa capacité à se métamorphoser rapidement, Milla choisit de rester sous sa forme humaine. Elle savait qu’elle n’aurait pas le temps de se transformer avant que le vampire ne soit sur elle. Alors vulnérable, elle pourrait recevoir un mauvais coup qui mettrait fin au combat. Alors qu’elle esquivait l’attaque de son assaillant en tournant les épaules et mettant un genou au sol, elle vit avec stupéfaction que Frédéric avait eu le temps de se métamorphoser avant d’être à portée de ses assaillants ... ou plutôt avant qu’ils ne soient à la sienne. Dorénavant sous sa forme de lycanthrope, Frédéric avait les bras plus longs que ses assaillants. Il s’était servi de cet avantage pour appuyer sur les épaules de son premier assaillant et lui faire infléchir sa course droit vers le pare-choc arrière d’une camionnette. La seconde d’après, le second vampire lui lacérait profondément le visage, que Frédéric détourna sous le coup en fermant les yeux sous la douleur.

Pendant ce temps, l’expression sur le visage de Milla changea. De la surprise, elle se transforma en colère alors que son visage devenait de plus en plus velu. Sous la transformation, la veste qu’elle avait empruntée se déchira de toutes parts tandis que son propre assaillant se vautrait sur le bitume. Frédéric était en mauvaise posture mais elle devait se concentrer sur le vampire qui l’avait attaquée sous peine d’être tous les deux en fâcheuse posture. Celui-ci revenait justement à la charge. Elle savait fort bien la technique que les jeunes vampires adoptaient face à un lycanthrope, ils ciblaient systématiquement le visage ou la gorge pour en finir au plus vite. Malheureusement pour ce vampire, ce n’était pas le premier qu’elle combattait. Au moment où le vampire l’attaquait, elle se laissa tomber en arrière et le repoussa avec une violence inouïe de ses jambes pile à l’instant où il passait au-dessus d’elle. Le vampire eut non seulement le souffle coupé mais heurta brutalement le plafond de la fourrière. Milla roula rapidement sur le côté et se releva avant que le vampire ne lui retombe dessus. Une fois son agresseur au sol, elle lui lacéra impitoyablement le dos. En quatre coups de griffes, elle lui entama la colonne vertébrale, le paralysant.

De son côté, Frédéric avait vu son agresseur profiter de son avantage pour lui infliger une profonde lacération au torse cette fois. Le vampire avait par la suite enchaîné avec deux autres coups de griffes avant que Frédéric ne prenne la mesure de ses assauts. Ainsi, au coup qui suivit, Frédéric parvint à le bloquer en le saisissant avec une poigne de fer par le poignet. Redressant la tête, un sourire se dessina sur le visage canin de Frédéric. Face à lui, le vampire écarquilla les yeux de stupéfaction. Comment avait-il pu le prendre ainsi par surprise ? Soudain, le regard du vampire fut attiré un bref instant par autre chose. Cela avait été particulièrement bref mais Frédéric le capta. Les yeux du vampire venaient de trahir son coéquipier qui se relevait lentement derrière Frédéric. Sans réfléchir, Frédéric asséna un puissant coup de boule au vampire qu’il avait maîtrisé avant de donner un violent coup de pied derrière lui. Malgré les coups reçus, il n’avait pas relâché une seule seconde son attention. Il savait ainsi précisément où se trouvait le premier vampire qui l’avait agressé. Le coup l’atteint pile au niveau de la nuque. La tête du vampire cogna une seconde fois le pare-choc de la camionnette avant de retomber face contre terre. Après quoi, il saisit le poignet du second vampire de sa deuxième main et le fit tournoyer une fois autour de lui avant de le fracasser contre le pilier juste à côté d’eux. Le choc fut rude et le son trahit la fracture de plusieurs os du vampire. Celui-ci ne put réprimer un crachat de sang, il glissa le long du pilier et s’affala au sol ... toujours tenu par le poignet.

Le tenant toujours d’une main, Frédéric l’observa une seconde. Puis il le souleva à bout de bras tel un pantin désarticulé. De son autre main, il lui saisit l’autre poignet. Frédéric s’immobilisa alors, suspendant son entreprise. L’adrénaline s’écoulait dans ses veines comme un torrent. Il avait l’impression que son esprit n’était plus qu’une boule de feu assoiffée de sang. Alors qu’il se rendait compte de la violence dont il était capable, cela sembla l’effrayer un bref instant. Cet instant suffit au vampire pour relever la tête.

« - T’as fait ... une grosse erreur ... mec ... Moi et mes potes ... on va vous pourchasser ... et on prendra un ... malin plaisir ... de vous ... démembrer ... très lentement ... » dit-il péniblement.

Frédéric prit alors conscience qu’il n’était pas le seul à être capable d’une violence extrême. Pris dans le feu du combat il sentait qu’il était capable de tout pour venir à bout de son ennemi, peu importe qui il était. Des flashs de son passé lui revinrent à nouveau. Il revit une créature ailée à la peau rouge, un démon. Il vit ses mains lui arracher la tête. Il se revit au sommet de la tête d’un gigantesque serpent dont il pourfendait le crâne à coup de hache. Il se revit ensuite affronter des hommes bêtes dans des combats bestiaux ou assassiner des vigies dans la plus grande discrétion. Des hommes, des bêtes, des monstres, des démons ... à mains nues, à l’arme blanche, à l’arme à feu ... il en avait tant tués.

« - Frédéric ? »

La voix de Milla le tira de ses flashbacks en sursaut. Il tourna la tête et la vit sous sa forme de lycanthrope. Elle semblait indemne malgré ses mains barbouillées de sang. C’est alors qu’il vit ce qu’elle tenait à la main : la tête du vampire qui l’avait attaquée.

« - Sale ... Pute ! » lâcha le vampire que Frédéric tenait.

Il retourna le visage vers lui. Il avait baissé inconsciemment les bras lors de la résurgence de ses souvenirs si bien que le vampire était à genoux sur le sol. S’en rendant compte, il le souleva à nouveau à bout de bras par les poignets. Le vampire ne put s’empêcher d’esquisser une grimace de douleur sous le mouvement.

« - Comme on est ... sympas ... on commencera ... par elle ! » fit-il en crachant du sang au visage de Frédéric.

Son esprit mit une seconde avant de se rappeler les menaces que le vampire avait proférées avant sa crise. Frédéric fronça alors les sourcils. D’un mouvement aussi brutal que bref, il écartela le vampire, lui arrachant les deux bras dans deux grandes gerbes de sang. A genoux, le vampire hurla l’indicible douleur qui le parcourait. Comme si son agonie l’indisposait, Frédéric l’acheva en le décapitant d’un puissant coup de griffes. Il observa sans un mot la tête du vampire rouler sur quelques mètres avant de s’arrêter. Puis il se retourna lentement vers Milla.

« - Je me suis encore souvenu de bribes de mon passé ... J’ai l’impression que je passais mon temps à baigner dans le sang ... Je crois que je suis quelqu’un de mauvais » admit-il.

Milla lâcha la tête du vampire qu’elle avait décapité et avança vers celui que Frédéric avait assommé deux fois contre le pare-choc de la camionnette.

« - Tu veux que je te dise, Frédéric ? Il n’y a ni blanc, ni noir ... uniquement des nuances de gris. Je peux ? » fit-elle en finissant par désigner du doigt le vampire qui se relevait péniblement.

Frédéric lui donna son accord d’un geste de la tête, de façon détachée. Milla se saisit alors de l’épaule gauche du vampire avant de lui transpercer la poitrine de part en part de sa main droite, lui arrachant le cœur.

« - Toi, moi, les mercenaires du parc du Mercantour, ces vampires ... Nous sommes tous plus violents les uns que les autres. Que tu tues à mains nues ou via des armes à feu. Au corps à corps ou à distance. Les mains trempées du sang de ceux que tu viens de tuer ou les mains propres en utilisant une bombe. Tout le monde tue. Reste donc à te positionner sur tes motivations. Le fais-tu pour la gloire, l’argent, le simple plaisir de tuer ou est-ce que tu le fais pour une cause plus grande que ta petite personne ? »

Sur ce Milla retira sa main de la poitrine du vampire décédé et laissa tomber son cœur au sol. Puis elle avança vers Frédéric. Celui-ci sentit une tension grandissante entre elle et lui mais ne parvint pas à l’identifier.

« - Nous avons tous le mal et le vice en nous et la plupart du temps rien ne vaut de combattre le mal par le mal. J’en ai conscience et je l’ai accepté depuis longtemps. En restant avec moi je t’apprendrais à vivre avec ».

Sur ce Milla l’embrassa passionnément.
_____________

A suivre dans le chapitre 356 : Attraction

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 355 - Rallumer les passions :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 355 - Rallumer les passions
Message le Mar 11 Juil - 17:00 par Shion
Han ! Elle l'embrasse ! Et Sandora alors ? Du coup, je me demande quelle sera la réaction de Frédéric quand il se souviendra d'elle. Et aussi sa réaction s'il apprend que Milla est un double de Wade, ça pourrait être intéressant à lire ^^

Sinon, je remarque que Frédéric redevient de plus en plus à l'aise avec ses facultés de lycanthrope. Bientôt, j'imagine que ses autres pouvoirs vont revenir, je me demande là aussi sa réaction.
 

Chapitre 355 - Rallumer les passions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 1 - les Cendres de l'Identité-
Sauter vers: