Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 40 - Etre ou ne pas être

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 40 - Etre ou ne pas être

[Date originale : 1 Mai 2011]
[Date correctif : 23 Juillet 2014]
Terre 531 – Année 2016 – Parc National du Mercantour.

Parmi les précurseurs de l’exploration extra-dimensionnelle, le colonel Westwood avait en quelque sorte essuyé les plâtres. Les premiers voyages étaient très souvent chaotiques et il n’était pas rare qu’ils arrivent dans une nouvelle dimension les quatre fers en l’air, tombant dans l’eau (quand ils avaient de la chance c’était un bassin) voire même en haut d’une construction indigène. Mais depuis la technologie avait progressé et les portails s’ouvraient dorénavant au plus près du niveau de la mer, à plus de cent mètres de toute étendue d’eau ou d’élévation du niveau topographique ponctuelle.

C’est ainsi que l’équipe de Westwood apparut au beau milieu  d’une plaine verdoyante entourée d’arbres au beau milieu de la nuit. Les hommes de la force de frappe Oblivion connaissaient leur boulot sur le bout des doigts. Sans prendre la peine d’adapter parfaitement tous leurs sens, ils se dispersèrent en arc de cercle devant le portail afin de protéger les scientifiques qui les accompagnaient de toute menace éventuelle.
Les scientifiques, quant à eux, s’acclimatèrent progressivement aux conditions de cette dimension en restant groupés près du portail.

« - Lambert ! Repérage et positionnement géographique ! » dit Westwood après quelques secondes une fois avoir estimé que la place n'était pas hostile dans l’immédiat.

Lambert était le chargé des cartes et dans une équipe telle que la leur, ce poste était primordial pour s’orienter et se diriger. L’homme, d’une corpulence moyenne, pianota quelques secondes sur un clavier fixé à son avant-bras gauche. Un petit écran holographique, qu’il était le seul à pouvoir parfaitement voir étant donné sa position, se déploya et une carte topographique de la région s’afficha. Lambert fit des zooms arrière sur la carte.

« - Nous sommes à l’Ouest du continent français, approximativement situés dans le territoire originel » dit-il en voyant les contours des côtes.

Westwood sentit une odeur qui lui était malheureusement familière.

« - Encore des tanches qui foutent leur planète en l’air ! » dit-il après quelques inspirations.

Toujours sur son clavier, Lambert confirma que l’atmosphère était polluée à un niveau modéré.

« - Je capte des ondes radio, wi-fi, satellites et un réseau naissant de fibres optiques sur le territoire mais c’est quasiment le néant technologique ici même » ajouta l’homme après quelques secondes supplémentaires.

« - C’est pas un mal, ils vont pouvoir bosser tranquilles ! »

« - Pas si sûr mon colonel. Je détecte un regroupement d’êtres … humains à quelques centaines de mètres d’ici … et une signature démoniaque résiduelle quasiment éteinte de l’autre côté ».

« - C’est quoi ce bordel ? » râla Westwood.

« - Lambert ! Johnson ! Avec moi pour une reco. Les autres, installez le campement et faites vos fichus relevés le plus vite possible, ça sent pas bon ici ! »

Tandis que les trois hommes disparaissaient sous l’épais couvert végétal, le reste de l’équipe dressait une tente.
_____________

Terre 3012

L’aspect extérieur agressif avec tant de pointes recouvrant l’édifice contrastait énormément avec l’intérieur dont les pièces semblaient toutes être des dômes ou des tunnels aux nombreuses pièces hexagonales.

« - Ça va ! Ils ont de l’espace ! » dit Frédéric en s’adressant à personne en particulier.

« - ‘tain ! Ils sont cons ces Alpha, ils vivent à l’intérieur d’une boule à facettes ! » s’esclaffa Miles, croyant être drôle.

Personne ne remarqua que le regard de Reese se posa sur Miles un dixième de seconde.
Après quelques minutes de marche, le groupe surprit un Alpha en train de peindre une gigantesque fresque.

« - Que fais-tu Vincent ? » lui demanda Reese sur un ton parfaitement neutre.

« - Je peins, Reese ! » lui répondit Vincent sans aucune expression particulière sur le visage.

« - Ça me semblait évident à moi » dit Miles.

Le regard de Reese se posa à nouveau sur Miles à peine plus longtemps que la première fois et toujours sans la moindre expression mais cette fois Jeremiah s’en rendit compte.

« - Tu avais pour consigne de peindre les coordonnées des couloirs, pas une fresque florale, Vincent ! »

« - Je le sais, Reese, mais les chiffres devenaient ennuyants ».

« - Ça aurait pu être des roses ou des tulipes, ben non ! Il a choisi des tournesols. Il se prend pour Van Gogh ou quoi ? Y a vraiment un bug dans leur système » lança Miles qui ne cessait de provoquer Reese par des remarques désobligeantes, digérant mal comment leur bref combat avait fini.

Cette fois, Reese lança un regard emprunt d’agressivité à l’égard de Miles que tous remarquèrent. Puis l’Alpha se remit en marche, les menant vers leur dirigeant. Derrière eux, Vincent se remit à peindre des tournesols.

Après quelques couloirs supplémentaires, au fil desquels on pouvait observer la dégradation des chiffres peints par Vincent, ils arrivèrent finalement dans une salle extrêmement vaste du plafond de laquelle pendait un cristal qui émettait une lumière froide et faible mais réfléchie par les facettes du dôme et éclairant parfaitement la pièce.
A l’opposé de l’entrée par laquelle ils avaient pénétré dans la pièce se trouvait un bureau très haut faisant penser à un tribunal impérial en haut duquel était assis un autre Alpha Gear.

« - V’là le complexe d’infériorité qu’il se tape lui ! » s’esclaffa Miles.

Ayant rempli son office, Reese sortit, non sans donner un coup d’épaule agressif à Miles en passant, la remarque l’ayant manifestement agacé.

« - Bonjour mon frère ! »

« - Je te l’ai déjà dit Connors, ton frère est mort sur les tables d’opérations du Control Hive. Ne reste plus que la machine, l’Alpha Gear » répondit Kyle.

« - Pourtant tu as conservé son prénom ».

« - Que faites-vous ici ? » répondit Kyle pour éluder la question qui semblait le gêner.

« - Nous sommes venus demander l’aide des Alpha Gears pour la bataille qui s’annonce ! »

« - Tu prends des risques en me révélant qu’une bataille va bientôt avoir lieu. Qui te dit que nous n’allons pas communiquer cette information au patriarche ? »

« - Si toi et les tiens vous êtes libérés de sa tutelle ce n’est pas pour revenir vers lui après coup ».

« - Il est vrai ! Mais il est également vrai que nous avons choisi le chemin de la neutralité dans le conflit qui oppose les humains aux gears ».

« - Vous êtes humains pourtant ! » intervint alors Frédéric.

« - Qui es-tu pour oser prendre la parole sans y avoir été invité ? »

« - Je me nomme Frédéric ! »

« - Il est curieux que tu parles d’humanité alors qu’ici le seul à être parfaitement humain est Connors ! »

Les quatre hommes se regardèrent, étonnés qu’il puisse ainsi déceler les différences biologiques de Frédéric, Jeremiah et Miles.

« - Nous, Alpha Gears, sommes nés dans les chairs d’êtres humains au fil de nombreuses opérations au court desquelles le patriarche a remplacé leurs organes par les nôtres. Notre cœur est un réacteur à fusion froide, notre cerveau, l’un des seuls organes encore organique, est parcouru par des milliers d’algorithmes insufflés par nos implants neuraux. Nos veines sont des fibres optiques parcourues par des milliards de 0 et de 1 et nos yeux voient ce que jamais un homme ne pourra voir sans l’aide d’une machine. Sommes-nous encore humains ? La réponse est évidemment non ! Nous sommes bien plus proches des gears contre qui vous allez guerroyer comme les humains savent si bien le faire depuis la nuit des temps. Nous ne vous aiderons pas à assassiner nos frères et cette bataille est donc perdue d’avance. L’espèce humaine s’éteindra avec vous ».

« - Cet argumentaire ne cache-t-il pas un souvenir douloureux ? » demanda Frédéric.

« - Rien ne nous est douloureux, tout n’est qu’information » lui répondit Kyle.

« - Tu as fais un parallèle intéressant je dois dire lorsque tu as évoqué tes organes. Après tout, chaque organisme vivant ne peut-il pas être comparé à une machinerie sophistiquée ? Notre cerveau est votre processeur. Notre cœur, votre réacteur. Nos veines, vos fibres optiques. Vous l’avez vous-même dit ! L’humanité ne réside pas dans le fait que nous soyons composés de carbone ou de silicone ! »

« - Tes paroles ne sont pas dénuées de sens mais nous avons accepté notre condition de machines depuis fort longtemps ».

« - En êtes-vous sûrs ? Pourquoi vous êtes vous libérés de l’emprise du Control Hive alors ? C’est votre instinct d’humains qui vous le criait car quel homme n’aspire pas à l’indépendance, à la liberté ? »

« - Notre réacteur à fusion froide nous donne une indépendance totale qu’on le veuille ou non. Il n’y avait aucune raison que nous n’en profitions pas ! »

« - "Vouloir", "Raison", "Profiter", autant de mots qui se rapportent à l’être humain. Par nature, la machine n’a aucune volonté, elle exécute les ordres reçus inlassablement et toujours avec la même efficacité. Et pourtant qu’avons-nous vu en arrivant ici ? L’un des vôtres, Vincent, en train de peindre des tournesols au lieu de chiffres car ces derniers l’ennuyaient. Une machine n’est pas censée avoir conscience de soi et pourtant vous vous appelez par des prénoms humains distincts sans relation entre eux comme pourraient l’être des numéros de série. Et enfin j’évoquerais le comportement de Reese. Des lignes de codes ne peuvent simuler efficacement de la susceptibilité et pourtant face aux insultes et autres remarques désobligeantes de Miles, on a tous senti un sentiment de colère monter en lui, dans son comportement. C’est typiquement humain comme comportement. A mon avis, je dirais que vous avez choisi consciemment d’embrasser votre condition de machine pour oublier qui vous étiez auparavant et les tortures subies sur les tables d’opérations. Malgré les nombreuses tentatives du Control Hive pour effacer la moindre once d’humanité en vous, il a échoué et ça refait surface progressivement chez chacun d’entre vous ».

Kyle était figé en entendant ces paroles. Frédéric n’avait rien dit de faux, tout était vrai et cela le perturbait énormément. Une sensation qu’il n’avait pas ressentie depuis plusieurs mois.

« - Sortez ! Laissez-moi seul ! » finit-il par dire.

Les quatre hommes sortirent alors de la pièce. Bien que les portes furent refermées, ils entendirent un grand fracas à l’intérieur : l’expression de la rage qui bouillonnait dans l’esprit de Kyle.


Dernière édition par Jezekiel le Mer 23 Juil - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Chapitre 541
» [Kertész, Imre] Etre sans destin
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 40 - Etre ou ne pas être :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 40 - Etre ou ne pas être
Message le Sam 17 Mar - 13:49 par Shion
[Date originale : 4 Mai 2011]
Très chouette discours de la part de Frédéric Smile
J'ai bien cru que Miles avait mis les pieds dans le plat, cependant...
 

Chapitre 40 - Etre ou ne pas être

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 4 - un Monde Synthétique-
Répondre au sujetSauter vers: