Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 368 - Watchdog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

15102017
MessageChapitre 368 - Watchdog

Terre  204378 - États-Unis - Chicago - la Casse de La Casse

# Désactivation du Process Tesla #

# Désactivation Holographie #

Les policiers neutralisés, Isaac replia le bras mécanique ayant fait office de bouclier à Mia. La jeune femme était figée par ce qui venait de se passer. Puis elle inspecta son corps et vit qu’elle n’avait rien. Elle se retourna vers Isaac.

« - Tu m’as encore sauvée, béni sois-tu, Fils de la Déesse ! »

Poursuivant de se recharger, Isaac parvint à se brancher sur les ondes radio de la police. L’un des deux agents qu’il avait assommés s’apprêtait à lancer un appel radio. Le doigt pressé sur le bouton de sa radio, leur altercation avait été diffusée sur les ondes. Dorénavant, toutes les forces de police de la ville convergeaient vers ce lieu. La situation était plus urgente que jamais : ils devaient fuir immédiatement. Isaac lâcha les fils dénudés de la prise de courant et se releva. Il prit Mia par la main.

« - Nous devons partir ! » lui adressa-t-il.

# Niveau d’énergie minimale #

# Systèmes passifs réactivés #

En effet, les probabilités pour qu’elle soit ennuyée par les forces de police pour ce qui s’était passé ici étaient importantes. Ils sortirent de l’atelier. Fuir à pieds était contre-productif, il leur fallait un véhicule. Quoi de mieux qu’un véhicule de la police ?

Isaac lâcha la main de Mia et monta dans le véhicule côté conducteur. Alors que Mia contournait le véhicule pour monter de l’autre côté, Isaac était déjà en train de pirater le système électronique de la voiture. Alors que Mia refermait la porte, le transpondeur d’anti-démarrage cédait déjà sous l’assaut d’Isaac. Le moteur vrombit tel un fauve bondissant sur sa proie. Néanmoins Isaac ne démarra pas pour autant. Il tourna la tête vers Mia.

« - Ceinture, s’il vous plait ! » lui dit-il.

Mia s’immobilisa une seconde, n’en revenant pas qu’il prenne le temps pour ça, puis s’empressa de boucler sa ceinture. A peine l’eut-elle fait qu’Isaac démarrait sur les chapeaux de roues en faisant crisser les pneus. Piratant le GPS du véhicule, Isaac téléchargea la carte de Chicago. Voyant l’écran du GPS allumé et la carte de la ville défilant dans tous les sens à grande vitesse, Mia observa Isaac avec inquiétude.

« - J’imagine que tu t’en doutes déjà mais ils vont nous repérer si le GPS reste ... »

Avant qu’elle n’eut fini sa phrase, l’écran du GPS s’éteignait.

« - ... allumé ».

Toutes les données téléchargées, Isaac n’eut plus besoin du GPS et le désactiva de façon définitive. Même les techniciens de la police ne pourrait le rallumer à distance pour les pister. Ils allaient devoir les traquer à vue. Mais semble-t-il que c’était déjà le cas. Sur les ondes radio, Isaac entendait qu’une autre voiture de police venait de les prendre en chasse. Ses occupants leur signalaient leur position et les rues par lesquelles ils passaient. Bientôt, ils allaient avoir toute la police de la ville sur le dos ... Si Isaac ne prenait pas d’autres mesures.

En infiltrant le réseau informatique de l’atelier, Isaac avait découvert qu’il n’était pas isolé. Informatiquement, tous les bâtiments de la ville l’étaient ... mais pas physiquement. Physiquement, ils étaient tous reliés entre eux et seuls des protocoles de sécurité empêchaient qu’ils ne communiquent entre eux. La ville de Chicago était telle une gigantesque toile d’araignée où tout était relié. Bien que d’un niveau élevé, ces protocoles de sécurité ne freinèrent l’intrusion d’Isaac qu’un moment. Tandis qu’il conduisait jusqu’à maintenant à pleine puissance à travers la ville en fonction de l’état des feux de circulation, Isaac prit une direction rectiligne et appuya à fond sur la pédale d’accélérateur. Sur sa trajectoire tous les feux devenaient progressivement verts. Les calculs d’Isaac permettaient que les utilisateurs ne soient pas surpris et qu’aucun accident n’ait lieu. Toutefois, cela valait aussi pour les policiers les pourchassant. Eux aussi avaient un véritable boulevard pour lancer leurs bolides d’interception.

Isaac en prit la contre-mesure et fit passer les feux derrière lui au rouge. Toujours en prenant soin qu’il n’y ait aucun accident. Malheureusement les gyrophares et les sirènes de leurs poursuivant déjouèrent la tactique d’Isaac. Le drone choisit alors d’emprunter une rue piétonne, entravée par des bornes de sécurité. A son approche, il désactiva les bornes et se mit à klaxonner pour que les passants leur cèdent le passage. Juste derrière lui, il réactiva les bornes contre lesquelles vint s’écraser leurs poursuivants directs.

Isaac s’étonna de la violence de l’impact. Il n’avait pas été calculé ainsi. Lançant une rapide contre-expertise, il décela que les bornes s’étaient relevées quelques secondes plus tard que programmées. Qu’est-ce qui avait retardé leur déclenchement ? Par chance, les deux agents de police dans le véhicule accidenté n’avait été que très légèrement blessés.

Sortant de la rue piétonne sans avoir heurté aucun civil ni avoir provoqué la moindre blessure, Isaac déboucha à nouveau sur une voie de circulation. Sa position trahie par les agents à leur poursuite, Isaac analysa que la police refermait peu à peu un piège dans les blocs avoisinants. Peu à peu toutes ses solutions de fuite devenaient caduques. Soudain son analyseur tactique afficha des mesures sublétales, voire létales. C’était la première fois que le recours à la force brute et l’atteinte à l’intégrité structurelle d’autrui lui était suggéré. Que se passait-il ? Ses systèmes avaient-il été endommagés de sorte que son diagnostic interne ne le détecte pas ? Ayant conscience que cela était mal, Isaac se refusa d’employer de telles méthodes. Aussi vite qu’elles étaient apparues, ces mesures disparurent et d’autres solutions se proposèrent à lui.

Durant plus d’une heure, il joua au chat et à la souris avec la police jusqu’à finir face à un barrage imprenable de véhicules de la police. Derrière lui, les policiers avaient refermé le piège dans lequel Isaac savait fort bien qu’il allait tomber.

« - Qu’est-ce qu’on fait ? » demanda alors Mia.

Le ton de sa voix trahissait son inquiétude.

« - Qu’est-ce qu’on fait ? On arrête de les ménager et on fonce dans le tas ! »

Encore cette voix. Mais à en voir le comportement de Mia, cette dernière ne l’avait pas entendu. Soit cette entité s’adressait à lui sur un canal que lui seul pouvait capter, soit elle ...

Mais Isaac remit cette analyse à plus tard ; il n’avait pas dit son dernier mot. Ce qu’il s’apprêtait à faire aurait eu plus d’impact en pleine nuit. Malheureusement le soleil était encore bien présent ; il devait être aux alentours de 17h. L’effet de surprise occasionné même en plein jour devrait être suffisant. Sans faire mine d’arrêter le moteur ou même de descendre, Isaac scanna le réseau électrique avoisinant quand soudain, il fit sauter plusieurs transformateurs. Leur explosion produisit de grandes gerbes d’étincelles et coupa l’électricité un peu partout autour d’eux. Bien évidemment, Isaac avait bien fait attention à ne faire sauter que des transformateurs dont aucune structure cruciale dépendait.
Ces explosions aussi soudaines que multiples détournèrent l’attention des policiers le temps nécessaire à Isaac pour pirater un autre réseau électronique, celui des véhicules. Ceux des forces de l’ordre bien entendu, mais aussi ceux des civils. En quelques secondes, il prit le contrôle de tous les véhicules. Immédiatement, le barrage de police se disloqua.
Voyant les véhicules s’écarter pour les laisser passer, Mia ne put s’empêcher de faire le parallèle avec Moïse écartant en deux la Mer Rouge. C’était un miracle divin, un miracle de la Déesse Mécanique !

Ne pouvant rien faire pour empêcher leurs véhicules de s’écarter, les policiers sortirent tant bien que mal de leurs voitures et se mirent à tirer sur le fuyard. Ne pouvant risquer qu’une balle perdue ne blesse Mia ou un autre civil, Isaac intervint encore. Cette ville où tout était interconnecté lui donnait de multiples possibilités. En piratant il y a près d’une heure le réseau de signalisation, il en avait profité pour pirater tous les autres services de la ville, y compris celui du services des eaux. Il fit ainsi augmenter la pression dans les bouches d’incendie, les canalisations et les égouts. Après les explosions d’étincelles des transformateurs, ce fut de véritables colonnes d’eau qui surgirent de partout, encerclant les policiers et les empêchant de viser ou même de tirer. Quelques minutes plus tard, une fois hors de portée, Isaac cessa d’influer sur le services des eaux et laissa leurs techniciens ramener le tout à la normale.

Bien que semée, la police n’en resta pas là. Après tout Isaac était accusé d’acte de terrorisme et de meurtre ... sans compter résistance à l’arrestation, coups et blessures sur agents de police, dégradation de biens publics et tout un tas d’infraction au code de la route. Au volant, Isaac sut ce que la police avait lancé à leurs trousses avant même d’entendre le rotor. La porte latérale de l’hélicoptère glissa et laissa apparaître un tireur d’élite. En l’espace d’une seconde, Isaac lança une reconnaissance faciale sur le tireur et accéda à ses états de service. Il s’agissait de l’agent Batou Kusanagi. Tireur d’élite hors pair, avec un pourcentage de tirs réussis de 98,7% ; il était réputé pour conserver son calme dans les pires situations. Son dossier faisait mention d’une récompense militaire obtenue pour acte de bravoure lors de l’événement. Il n’avait montré aucune hésitation à abattre des augmentés menaçant la vie d’autrui. Son profil psychologique signalait une tendance à déshumaniser les augmentés et tous ceux qui s’alliaient à eux.
A cet instant bien précis, Isaac vit le laser de l’arme du tireur s’allumer. La trajectoire indiquait qu’il visait Mia, sur le siège passager, considérée comme complice de ses actes. Kusanagi pressa la détente. Une gerbe de flammes sortit de son canon en même temps qu’une puissante détonation se faisait entendre. S’attendant à ce que sa balle perfore la poitrine de la jeune femme, Batou Kusanagi eut la surprise de voir sa balle s’écraser sur la main tendue du principal suspect.

Isaac retira sa main de devant la poitrine de Mia et la porta devant ses yeux. Le puissant calibre de la munition avait superficiellement entamé son épiderme synthétique. Il referma et rouvrit son poing deux fois. La balle tomba sur le plancher de la voiture. Sa main étant parfaitement fonctionnelle, il la reposa sur le volant avant d’enfoncer la pédale d’accélérateur et de passer sous l’hélicoptère.
Surpris par cette soudaine accélération, le pilote de l’hélico dut prendre de l’altitude pour reprendre la voiture en chasse.

Isaac savait que cette manœuvre ne leur donnerait que quelques secondes de répit avant que le sniper ne les menace à nouveau. Écartant tous les véhicules civils de son passage en en prenant brièvement le contrôle et conduisant à vive allure, les processeurs d’Isaac furent mis à rude épreuve lorsqu’il interrogea de multiples bases de données à la recherche de la localisation d’Isola. Isola, plusieurs références s’y reportaient mais soit elles étaient vagues, voire contradictoires, soit elles étaient protégées. Il n’allait pas avoir le temps de franchir les firewall avant que le sniper n’occupe à nouveau toute son attention.

« - Isola, où se trouve cette ville ? » demanda-t-il soudainement à Mia.

« - A l’Ouest ! Il faut prendre la sortie ouest de la ville ».

Immédiatement, Isaac braqua le volant et fit prendre la direction de l’ouest à leur véhicule. Ce virage brusque leur donna quelques secondes de répit supplémentaire. Au bout de quelques centaines de mètres, Isaac vit à nouveau l’hélicoptère surgir devant eux. Isaac analysa les opportunités tactiques que lui proposaient son environnement direct. Le seul moyen de détourner l’attention de l’hélicoptère était d’augmenter la pression d’eau d’une canalisation pour qu’une bouche d’incendie soit propulsée assez haut dans le ciel. Les différentes bouches d’incendie présentes sur son trajet s’affichèrent sur sa rétine. Il lui restait à calculer le temps nécessaire pour augmenter la pression à ce point et la combiner avec leur vitesse de déplacement. Les simulations étaient mauvaises. A cette vitesse, le sniper aurait le temps de stabiliser sa visée et de tirer à nouveau.

Isaac freina alors brutalement. Le pilote fut à nouveau surpris et dut prendre plusieurs secondes pour se repositionner. Des secondes qui furent précieuses pour Isaac. Il ne s’était pas arrêté au hasard. Comme calculé, l’hélicoptère se plaça pile là où sa diversion aurait le plus d’effet. Alors que Kusanagi ajustait sa lunette, la bouche d’incendie fut propulsée dans les airs à la verticale juste devant le cockpit de l’hélicoptère. Tandis que le pilote tirait sur son manche par réflexe, Isaac redémarrait en trombes.

Tournant à plusieurs reprises dans diverses rues et ruelles, Isaac sema un temps l’hélicoptère. Alors qu’ils empruntaient la voie rapide et sortaient de la ville, Mia sembla se décontracter et souffla un coup. Mais elle se crispa à nouveau en voyant l’hélicoptère surgir à nouveau dans le ciel.

« - Cette fois, ça suffit ! »

A nouveau cette voix ! Isaac eut tout juste le temps d’entendre ses paroles qu’il sembla perdre connaissance une fraction de seconde. Lorsqu’il revint à lui, il vit que l’hélicoptère était en détresse. De multiples avaries s’étaient déclenchées dans ses systèmes électroniques. Que s’était-il passé ? Isaac ne le savait pas mais ce qu’il savait, en revanche, c’est que les occupants de l’hélicoptère allaient mourir. Hackant leurs systèmes électroniques à distance, Isaac rétablit les systèmes primaires pour permettre au pilote de faire atterrir son engin sans qu’il y ait de blessés.

Leur voiture filait à vive allure sur la route 88 tandis que le soleil entamait sa chute dans le ciel. Mia se détendit à nouveau.

« - On va pouvoir souffler un peu maintenant que nous sommes sortis de Chicago » fit-elle.

« - J’en doute ! » répondit Isaac.

Mia se redressa sur son siège et regarda autour d’eux et dans les rétroviseurs.

« - Qu’est-ce qui arrive ? » demanda-t-elle, ne voyant rien.

« - Je scanne actuellement les fréquences de la police, les divers médias audio-visuels et réseaux sociaux. Tous font état de multiples incidents mettant en scène des augmentés. A New York, un augmenté tue et détruit tout ce qui se dresse sur son passage, aussi bien humains qu’augmentés. A Charlotte, une femme augmentée provoque de dévastatrices ondes sismiques. A Nashville, c’est un augmenté masculin aux cheveux bleus qui provoque des ravages. Quand à Atlanta, l’armée a été appelée sur les lieux. Les conséquences des ces quatre événements, plus celui dans lequel je suis impliqué, vont avoir des conséquences directes sur les augmentés déjà réprimés. D’après les schémas comportementaux classiques, les augmentés vont se rebeller. Ton pays va connaître une crise majeure ! »
_____________

A suivre dans le chapitre 369 - Convulsion
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 368 - Watchdog :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 368 - Watchdog
Message le Lun 16 Oct - 21:21 par Shion
Isaac m'a tué avec le coup de la ceinture XD Pourtant, c'est typique du personnage ^^

J'ai bien aimé la référence à Ghost in the Shell également Smile
 

Chapitre 368 - Watchdog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 2 - Rêves artificiels-
Sauter vers: