Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 369 - Convulsion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

22102017
MessageChapitre 369 - Convulsion

Terre 204378 - États-Unis - Route 88

Depuis qu’Isaac avait fourni son analyse, le silence s’était fait dans le véhicule de police. Cela faisait plus de deux heures qu’ils roulaient à vive allure en direction de l’ouest. Ayant pris soin d’isoler Chicago, les forces de police n’avaient pu envoyer d’appels au reste du pays pour organiser des barrages routiers. Et quand bien même ils auraient pu communiquer, partout dans le pays des incidents impliquant des augmentés éclataient. Apprenant ce qui se passait à Chicago, Charlotte, New York, Nashville et Atlanta, les augmentés de tout le pays semblèrent sortir de leur mutisme. Durement réprimés depuis l’événement, événement qu’ils n’avaient pas voulu, qu’ils avaient subi contre leur gré et dont ils avaient été également les victimes, les échauffourées de ces cinq grandes villes semblèrent stimuler plus d’un augmenté en soif de revanche. Ce furent d’abord des êtres isolés qui se manifestèrent, causant des troubles à l’ordre public sans grande gravité. Ce n’était alors rien de plus que des marginaux, des exclus de la société qui voyaient là arriver le temps de faire entendre leurs voix.

Tandis que l’ordre revenait à Chicago, le chaos continuait de se répandre dans les quatre autres villes. Ainsi les forces de police des villes où de tels marginaux faisaient irruption dans les rues répliquèrent de façon démesurée afin de juguler au plus vite ce qui semblait être un début d’incident comparable aux autres métropoles. Rapidement l’ordre revint dans ces villes ... pour un temps. Avec le soleil couchant, tous se préparaient à vivre une nuit d’enfer.

Isaac et Mia arrivèrent alors à l’entrée de Davenport, terminus de la route 88. D’après les rapports de police, il n’y avait eu qu’un seul augmenté à avoir causé des troubles dans cette ville. Ils avaient été pour le moins mineurs. L’homme, un individu de 50 ans muni de prothèses fémorales s’était exhibé nu en plein public, hurlant des obscénités à l’encontre de la justice, cette "salope aveugle qu’il comptait violer". Il avait été arrêté sans heurts et placé en cellule de dégrisement. Depuis, il n’y avait pas eu d’autres incidents. Mais en arrivant dans la ville, Mia et Isaac constatèrent que quelque chose n’allait pas. Tout ne semblait pas si calme à Davenport. Le soleil maintenant couché, aucun éclairage public ne s’était allumé. Aucune enseigne publicitaire n’agressait les yeux. Il faisait nuit noire et personne n’était dans les rues, pas même un maître avec son chien. Isaac éteignit alors les phares de la voiture. Le couvre-feu avait été décrété et le courant communal coupé pour éviter d’éventuels incidents. Tout contrevenant s’exposait à l’enfermement dans les cellules du comté. Isaac se mit à rouler au pas sans jamais appuyer sur la pédale de frein pour ne pas révéler leur présence à cause de leurs feux stop.

La ville donnait l’impression de ville fantôme. La tension palpable semblait rendre nerveuse Mia. Bien qu’elle tentait de le dissimuler, ses constantes cardiaques la trahirent. Son pouls était anormalement élevé depuis qu’ils étaient arrivés à Davenport. Ses yeux balayaient les environs à la recherche d’une quelconque menace. C’était plus que de la nervosité, elle avait peur. Néanmoins, ils devaient traverser cette ville s’ils voulaient rejoindre Isola. C’était le chemin le plus direct. Pire encore, ils devaient s’arrêter. Si les prévisions comportementales d’Isaac s’avéraient justes, il aurait bientôt besoin de toutes ses capacités pour amener Mia en lieu sûr saine et sauve.

Arrivant sur la West Central Park Avenue, Isaac vit sur sa gauche le Genesis Medical Center, son objectif actuel. Même si l’électricité avait été coupée dans toute la ville, les hôpitaux n’avaient pas pu être livrés à eux-mêmes. Même s’ils possédaient de puissants groupes électrogènes, il était impensable qu’on les prive de courant. Et c’était le cas. Le gigantesque parking de l’hôpital était parfaitement éclairé. Le lieu était tel un phare au milieu de la nuit ... et agissait comme tel. Le parking était bondé. Une importante foule de blessés légers s’était agglutinée autour de l’hôpital. Les forces de police filtrait les entrées et ne semblaient pas vouloir laisser passer les augmentés qui étaient refoulés sans ménagement.

« - Qu’est-ce qu’on fait là ? » demanda Mia, nerveuse.

« - Il me faut de l’énergie » répondit le drone.

« - On doit pouvoir en trouver ailleurs ».

« - Négatif ! Les seuls endroits où il y a encore du courant sont des lieux vitaux tels les hôpitaux ».

« - Je ne le sens pas, mais alors vraiment pas » fit Mia en observant des policiers brutalisant un augmenté déjà blessé.

Isaac immobilisa le véhicule. Il examina les choix tactiques qui s’offraient à lui. Scannant les environs, il découvrit qu’il y avait à quelques blocs d’ici une pharmacie ; la Pharmacie Walgreens. Il n’avait aucun moyen de savoir s’il y avait des incidents à cet endroit. Les ondes radio de la police restaient mystérieusement silencieuses. Il redémarra le véhicule et quitta le parking de l’hôpital.

Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent devant la pharmacie Walgreens. Le lieu semblait désert ... hormis la voiture de police stationnée dans la rue. Grâce à sa vision nocturne, Isaac vit que le véhicule était occupé par deux policiers. Ils ne représentaient pas une menace immédiate. Isaac scanna la pharmacie et détecta qu’elle était alimentée, sûrement pour conserver au frais certains médicaments et remèdes. Mais ce n’était pas tant le courant qui courait dans la pharmacie qui intéressait Isaac mais le transformateur qui l’alimentait, transformateur dans lequel arrivait de la haute tension. A la casse, il n’avait pu se recharger qu’en basse tension et avait tout juste regagner un niveau minimum. Avec de la haute tension, il se rechargerait bien plus rapidement et à un niveau bien plus élevé. Par chance, le transformateur en question se situait sur un poteau jouxtant la pharmacie et que l’on pouvait atteindre de son toit.

« - Je n’en ai pas pour longtemps » fit Isaac en descendant de voiture.

Profitant du manteau nocturne, Isaac parvint à se faufiler derrière la pharmacie sans que les policiers ne l’aperçoivent. Grimper sur le toit fut un jeu d’enfant pour le drone. Extrêmement léger et agile, Isaac escalada le bâtiment jusqu’à son toit en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire.

Une fois sur le toit, il s’accroupit et avança jusqu’au transformateur. Il devait maintenant agir avec prudence. Le transformateur était du côté de la rue et si l’un des policiers levait les yeux, il pourrait le voir. Agrippant le boîtier du transformateur, Isaac exerça une force croissante jusqu’à ce qu’il cède, sans un bruit. Puis il planta ses doigts directement entre les divers branchements et commença à drainer l’électricité.

Chose qu’il n’avait pas analysé, le câblage du transformateur était bancal. A peine eut-il commencé à s’alimenter que les néons de l’enseigne de la pharmacie se mirent à grésiller ... alertant les policiers. Tous deux sortirent de leur véhicule et commencèrent à inspecter les lieux. Leur instinct leur soufflait que quelque chose n’allait pas. C’est alors que le transformateur émit une grande gerbe d’étincelles ... trahissant la présence d’Isaac. Les deux policiers levèrent immédiatement la tête et virent le drone accroché au transfo. A n’en pas douter, il s’agissait d’un augmenté. Leur réaction fut immédiate : ils dégainèrent leurs armes et les pointèrent en direction d’Isaac.

« - VOUS LA HAUT ! ARRÊTEZ IMMÉDIATEMENT ! »

Mais Isaac n’obtempéra pas. Il poursuivit sa recharge. Ses systèmes secondaires se réactivaient progressivement. Bientôt, le visage rudimentaire d’Isaac réapparut sous forme d’un smiley lumineux.

# Processus Tesla réactivé #

« - Je ne sais pas toi, mais je supporte assez mal que l’on me menace ! » dit alors une voix.

Isaac sut immédiatement de qui provenait la voix, du mystérieux individu qu’il était le seul à entendre. Il savait ce qui allait suivre. Il allait perdre connaissance un court instant et lorsqu’il reviendrait à lui, les deux agents de police seraient étendus sur le bitume, morts, foudroyés.
Mais cette fois, c’était différent. Il savait ce qui allait survenir. De façon empirique, il apprenait de chaque intrusion dans son système. Il était dorénavant capable de reconnaître les prémices. Bientôt, il pourrait les combattre activement ... mais pas encore cette fois.

Son système sembla s’éteindre. De l’extérieur, le smiley qui lui servait de visage devint rouge et se distordit pour afficher un sourire sadique. Comme devinant ce qui était en train de se passer, les policiers ouvrirent le feu. Les détonations résonnèrent dans tout le quartier. Alors que l’entité possédant Isaac allait répliquer, elle s’interrompit au moment où des phares de voitures vinrent éclairer les deux agents de l’ordre public. Les deux policiers cessèrent le feu et se retournèrent vers les phares, éblouis. C’est alors que le moteur d’une voiture se fit entendre, suivi de crissements de pneus. Les deux policiers eurent tout juste le temps de bondir de côté pour éviter le véhicule fou. La voiture vint s’encastrer contre la façade de la pharmacie.

« - Intéressant ! » fit alors l’entité possessive avant de disparaître.

Isaac revint à lui au moment où les deux policiers avançaient prudemment du véhicule qui leur avait foncé dessus. Découvrant la situation, il reconnut de suite le véhicule qui avait été le sien. Au volant se tenait Mia, inconsciente après le choc.

# Télékinésie arithmétique réactivée #

C’était pile ce dont il avait besoin. Sans attendre, il bondit du toit de la pharmacie à celui de la voiture accidentée. Réactifs, les policiers le pointèrent. Mais ils ne furent pas assez rapides encore. Écartant les bras, Isaac produisit une vague d’énergie télékinétique qui repoussa violemment les deux agents. Affalés sur le sol, ils n’attendirent pas de se relever pour ouvrir le feu. Mais leurs projectiles s’écrasèrent sur le bouclier magnétique érigé par le drone.

Leurs chargeurs vides, les deux policiers se relevèrent et rechargèrent tandis que l’un d’eux lançait un appel radio à ses collègues. Mais à peine eut-il ouvert la bouche qu’une cannette de bière vint le frapper au crâne. L’agent accusa le coup un instant tandis que son collègue se retournait, fébrile, pour voir d’où venait le projectile. La pharmacie étant le seul bâtiment de la ville éclairé, tout le reste du quartier était plongé dans le noir. On ne voyait pas à dix mètres.

« - AGRESSION D’UN AGENT DE POLICE, ENTRAVE A LA JUSTICE ... VOUS VOULEZ ENCORE AGGRAVER VOTRE CAS ? RENTREZ CHEZ VOUS ! » somma le collègue.

« - TIRER A VUE SUR AUTRUI, VOUS APPELEZ CA LA JUSTICE ? » répliqua alors un individu non identifié qui sortit alors de l’obscurité.

L’homme n’avait rien de spécial ... si ce n’est son bras gauche aux reflets métalliques.

« - C’EST VOUS QUI ALLEZ RENTRER CHEZ VOUS !! » interpella un autre individu, surgissant du manteau obscur de la nuit de l’autre côté de la rue.

Lui aussi présentait une augmentation, des prothèses remplaçant ses jambes.

« - RENTREZ CHEZ VOUS !!! » commencèrent alors à crier de multiples personnes, hommes, femmes, ouvriers, sdf.

C’est alors que Mia revint à elle. Elle sortit du véhicule tant bien que mal et observa ce qui se passait autour d’eux. Elle comprit qu’une émeute était sur le point d’éclater. C’est alors qu’un nouveau projectile fut lancé en direction des policiers. Ayant vu qui l’avait lancé, l’un des policiers lui tira dessus par réflexe. A peine l’individu heurta-t-il le sol que la foule rassemblée autour de la pharmacie entra en rage. Ils se jetèrent sur les deux agents de police et les passèrent à tabac.

Ne pouvant permettre le lynchage de deux humains, Isaac repoussa la foule d’une nouvelle vague d’énergie télékinétique. Les émeutiers ne surent comment réagir. Ils semblaient désorientés.

« - Le Fils de la Déesse n’est pas uniquement venu nous sauver d’eux ... mais de nous-mêmes également » intervint Mia.

En entendant les paroles de Mia près de la moitié de la foule se retira en râlant. Ils ne parvenaient pas à croire qu’ils étaient venus en aide à l’un des illuminés de l’Église de la Déesse Mécanique. Quant aux autres, ils observèrent dans un premier temps l’apparence d’Isaac. Il ne semblait être composé que d’augmentations. Aucun centimètre carré de chair n’apparaissait. Si le Fils de la Déesse existait bel et bien, il devait lui ressembler.
Après quoi ils exprimèrent leur trouble. Comment devaient-ils réagir alors que tout le pays s’embrasait ? Que leurs sœurs et frères se soulevaient un peu partout contre l’oppression dont ils étaient victimes.

« - La Déesse Mécanique n’est pas une déesse guerrière ! Rentrez chez vous et attendez que l’orage passe ! » indiqua Mia.

La majorité de ceux qui étaient restés dans la rue se dispersa, suivant les paroles de Mia. Les autres, bien que croyant en la Déesse Mécanique, ne pouvaient rester là sans réagir. Par petits groupes, ils se dispersèrent dans les rues du quartier, laissant finalement Mia et Isaac seuls.

« - Nous avons réussi à éviter un désastre, non ? » demanda Mia, toute enjouée, bien que tremblante sous l’effet de l’adrénaline.

Isaac l’observa un instant sans afficher la moindre réaction ... puis afficha un sourire via son smiley facial. D’après son analyse psychologique, Mia semblait avoir besoin de croire que tout n’était pas encore perdu. Elle découvrirait bien assez tôt que tel n’était pas le cas.
Les dernières informations qu’Isaac avaient collectées avant d’entrer dans la zone blanche qu’était devenue Davenport indiquaient que le comportement de cette foule était représentative de ce qu’il se passait sur toute la côte est des États-Unis et qui semblait se répandre comme une traînée de poudre à tout le pays.
_____________

Charlotte - quelques heures plus tôt

La ville de Charlotte avait été l’une des premières villes à connaître un incident majeur avec un augmenté. Comme à Chicago, cela avait commencé par une puissante explosion, résultat de la chute d’un objet céleste en plein milieu du Carolina’s Aviation Museum. Avec du recul, on aurait pu trouver cela ironique. Mais encore fallait-il en avoir le temps. Les événements s’étaient précipités depuis l’impact. Du cratère creusé sur le tarmac et parmi les débris métalliques de diverses carlingues, s’était dressée une silhouette peu orthodoxe.

Tandis que les pompiers affectés au musée affluaient, la silhouette sortit du cratère. Traversant le manteau de fumée et de cendres, elle se dévoila au grand jour. Il s’agissait d’un augmenté, ou plutôt d’une augmentée car il s’agissait d’une femme.
Son bras droit avait été remplacé par une prothèse massive mais élaborée et au design presque élégant. Elle avait perdu son bras suite à un terrible accident. Composée de biomium, sa prothèse avait eut un impact sur sa physiologie. En effet tout être bionique muni de biomium voyait sa pilosité virer au bleu.
Quant à son bras gauche, il lui avait été remplacé contre son gré par une prothèse plus massive encore et somme toute plus archaïque et à l’aspect autrement plus dangereux. Les deux prothèses semblaient surgir de deux technologies complètement différentes ... et tel était le cas.

Elle avait hérité son bras droit de sa Terre natale et son bras gauche lui fut imposé sur la Terre 45026 après son asservissement par la technologie de PuppetMaster, sous le contrôle de ThunderShock. Comme pour témoigner de son esclavage, ses yeux diffusaient une lumière violette.

Lilliana, tel était son nom. La jeune femme sortit du cratère sans prêter attention ni à son environnement ni aux visiteurs humains dispersés à travers le musée en plein air. Parmi la foule, il n’y avait aucun augmenté. Lorsque les visiteurs la virent s’extraire du cratère, tous se rappelèrent immédiatement l’incident provoqué à Chicago par un terroriste augmenté.
La sécurité du musée intervint rapidement et encerclèrent Lilliana, la menaçant d’armes à feu. Mais la jeune femme n’en avait que faire. Elle ignora leurs sommations et continua d’avancer à travers le tarmac du musée. Les agents de sécurité n’eurent d’autres choix que d’ouvrir le feu.

Lilliana, tel était le nom que ses parents lui avaient donné à la naissance. Mais sous les ordres de ThunderShock, elle avait été rebaptisée Convulsion. Ces agents de sécurité allaient très vite apprendre à leurs dépends à quoi était dû son nouveau nom.
_____________

A suivre dans le chapitre 370 : Rencontre !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 369 - Convulsion :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 369 - Convulsion
Message le Mar 24 Oct - 21:14 par Shion
Ah, je m'attendais pas au retour de ThunderShock et des Genetech. Du moins pas dans ce contexte ^^
 

Chapitre 369 - Convulsion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 2 - Rêves artificiels-
Sauter vers: