Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 374 - Bascule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1038
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

26112017
MessageChapitre 374 - Bascule

Terre 204378 - États-Unis - En approche de Cheyenne

Depuis la sortie de Lexington, Isaac avait filé à vive allure sur la route 80. Celle-ci longeait un autre axe principal si bien qu’elle passait au large de nombreuses villes sans y pénétrer. Néanmoins, les colonnes de fumées et les différentes pétarades qu’ils pouvaient percevoir leur en disaient bien assez sur l’état de ces villes. Isaac et Mia se précipitaient vers l’Ouest en tentant de prendre de vitesse le vent de révolte des augmentés. Mais à en voir l’état des villes qu’ils croisaient, force était de constater qu’ils étaient en train de perdre leur course.

Afin de détendre l’atmosphère pesante de ce road trip, tout sauf délirant ... ou du moins pas dans le sens commun du terme, Isaac avait allumé l’autoradio. Mais impossible de capter une quelconque station qui diffusait encore de la musique durant ces heures sombres que vivaient les U.S.A.. Scannant l’habitacle du véhicule, Isaac finit par trouver de vieux cd sous le siège conducteur. Il s’agissait essentiellement de country ... à défaut d’autre chose, ça ferait bien passer le temps.

Ce temps, Isaac l’employa à tenter moult restaurations de sa mémoire perdue tandis que Mia fredonnait à côté de lui. Mais quoi qu’il essayait, impossible de retrouver le moindre bit de donnée sur les événements effacés. C’est alors qu’il lui vint une idée. Chez les humains atteints d’amnésie, certains stimuli parvenaient à leur faire regagner des parcelles de mémoires. Parfois, un goût, une senteur sont associés à des souvenirs bien précis et catalysent leur réappropriation. Bien loin de pouvoir utiliser ces méthodes d’olfactothérapie sur lui-même, elle lui avait peut-être donné une solution. Il commença alors à interroger l’historique de ses différents capteurs. Par interpolation des données relevées, il pourrait reconstituer le fil des événements disparus de sa mémoire. Mais quelque chose semblait vouloir s’y opposer. C’était comme si une entité extérieure effaçait les historiques au fur et à mesure qu’il les interrogeait. Comme s’il se souvenait de quelque chose, Isaac overclocka son système et parvint à récupérer des paquets de données épars. Des bribes lui revenaient. Sa jauge d’énergie avait plusieurs fois fluctué suite à l’utilisation de son process Tesla. Une odeur de chair humaine brûlée avait été enregistrée lors de la dernière séquence effacée. Il s’agissait sans nul doute possible du vampire carbonisé par les rayons du soleil. Mais l’odeur était si forte qu’il devait se trouvait à proximité du vampire lorsqu’il est mort. Pourquoi s’était-il retrouvé aussi proche de lui ? Il parvint aussi à récupérer des données visuelles d’un hélicoptère en perdition ou encore d’un homme à la carrure impressionnante, récemment décédé et à la poitrine fumant encore d’avoir été frappée par un arc électrique.
Isaac fit rapidement le lien avec l’utilisation de son process Tesla. Il avait foudroyé l’homme patibulaire ... mais pourquoi ne s’en souvenait-il pas ? Et comment avait-il pu le tuer ? Soudain, un smiley rouge au rictus sadique apparut brièvement dans les données récupérées. Que pouvait-il bien signifier ? Quoi que ce soit, il devrait remettre cela à plus tard. Près de trois heures après avoir quitté Lexington, ils arrivaient en vue de la ville de Cheyenne, dernière étape essentielle avant les Rocheuses. Mais plus urgent encore, les capteurs d’Isaac lui signalaient une singularité sismique.

Sans crier gare, il freina brutalement jusqu’à l’arrêt complet du véhicule. A peine le véhicule immobilisé qu’Isaac était dehors en train d’analyser la singularité. Étant donné l’amplitude des relevés, la singularité était particulièrement lointaine. Rien d’alarmant concernant la sécurité de Mia ou la sienne. Néanmoins, la nature du relevé était alarmante. Isaac se connecta alors aux stations primaires et secondaires du TICE à proximité. Ces stations, chargées de surveiller l’activité sismique naturelle ou humaine, étaient dotées de capteurs sismiques sans égal. De plus, étant toutes reliées entre elles, elles permettaient de géolocaliser précisément tout événement.

En l’espace de quelques secondes, Isaac parvint à géolocaliser cette singularité. L’épicentre se trouvait au beau milieu de la ville d’Atlanta. Les relevés ne laissaient aucun doute quant à son origine. Lors d’un séisme, l’onde P du tracé est beaucoup plus faible que l’onde S. Dans ce cas précis les ondes P et S avaient la même magnitude ce qui signifiait qu’elle était d’origine humaine, qui plus est nucléaire. Une bombe atomique venait d’exploser en plein cœur d’Atlanta.

Isaac ne savait que trop bien ce que cela allait engendrer. Tous les modèles comportementaux étaient d’accord : la crise des augmentés venait de basculer au-delà du point de non retour. Immédiatement, il se remit au volant du véhicule et démarra sur les chapeaux de roues. Il devait amener Mia au plus vite à Isola, le seul lieu qui pourrait servir de refuge à ce qui allait suivre.
_____________

Anderson - Quelques minutes plus tôt

Depuis son départ de Charlotte, Convulsion n’avait cessé de semer la mort et la destruction sur son passage. Quelle que soit la ville qu’elle traversait, Gastonia, Spartanburg ou encore Greenville, le scénario était toujours le même. Que ce soit les forces de police ou la garde nationale, tous s’opposaient à sa progression ... et tous succombaient en ralentissant à peine la terreur augmentée.

Arrivant en vue d’Anderson, Convulsion vit un barrage dressé sur sa route par les hommes du sheriff. Sans s’arrêter ni même ralentir, Convulsion exécuta un rapide scan des hommes armés se tenant là. Aucun d’entre eux ne disposait d’une arme pouvant inquiéter son bouclier. Elle poursuivit donc son chemin droit sur eux. Le sheriff et ses hommes ouvrirent alors le feu. Un véritable déluge de plomb s’abattit sur celle que l’on appelait autrefois Lilliana. Mais la jeune femme ne semblait pas plus gênée que si elle traversait un rideau de pluie.

Ne comptant pas dévier de sa trajectoire pour contourner le barrage, Convulsion arma son poing gauche. L’air vibrait autour de son poing sous l’impulsion des ondes sismiques qu’il émettait. Alors qu’elle s’apprêtait à frapper le premier véhicule servant d’obstacle, Convulsion suspendit son geste. Le temps semblait s’être gelé. Alors que les hommes du sheriff s’apprêtaient à mourir, ils rouvrirent les yeux quelques secondes plus tard. Ils virent Convulsion droite comme un i et parfaitement immobile. Pour la première fois depuis son arrivée sur cette Terre, Convulsion s’était arrêtée. Son regard porté au loin, tous les hommes se demandèrent ce qui se passait. Au moment même où tous se retournaient pour savoir ce que l’augmentée regardait, un puissant flash de lumière inonda le ciel durant plusieurs secondes. Après quoi, regagnant leur sens de la vue, tous eurent une vision d’horreur. Une gigantesque boule de feu s’était élevée dans le ciel dans un manteau de fumée et de cendres. Tous reconnurent là un champignon atomique. Atlanta venait de subir une attaque d’une ampleur terrifiante. Quelques secondes plus tard, une légère brise vint leur caresser le visage, vestige de l’onde de choc de l’explosion.
_____________

Non loin de Whiteside - Quelques secondes plus tôt

Tout comme Convulsion, Reaper n’avait cessé d’avancer depuis son arrivée à Nashville. Mais contrairement à Convulsion, l’homme ne suivait pas particulièrement les grands axes autoroutiers du pays. Il avait opté pour un cap et le maintenait quoi qu’il puisse se dresser sur son chemin. Il avait ainsi évité involontairement certaines embûches dressées par les forces de l’ordre comme à Monteagle. Néanmoins, il ne fuyait pas les confrontations lorsqu’elles devaient avoir lieu. C’est ainsi qu’il décima les forces de Murfreesboro ou encore de la petite ville de Manchester.

Alors qu’il passait au large de Whiteside, à travers la forêt de Wolf Gulf, tandis que la garde nationale l’attendait à Chattanooga, Reaper s’immobilisa au même moment que Convulsion à Anderson. D’un mouvement vif de son bras droit, il pourfendit l’air en direction de la cime des arbres devant lui. Tous les arbres dans son champ de vision en direction d’Atlanta furent ainsi décapités. L’instant d’après, le nuage atomique s’éleva dans le ciel.
N’attendant pas de recevoir l’onde de choc mourante, Reaper se remit en marche en direction de la ville dorénavant irradiée.
_____________

Atlanta

Alors qu’il aurait pu atterrir en douceur, ThunderShock avait délibérément provoqué un puissant impact en plein cœur d’Atlanta. Depuis qu’il avait assimilé les modules de plusieurs de ses congénères, qu’il les avait cannibalisés, le genetech était devenu tout puissant. Il ressentait un besoin impérieux de constamment s’upgrader, de rester le plus fort.

Tandis que la perception des biogrammes était entravée par le nuage de poussières provoqué par l’impact, il n’en était rien pour ThunderShock. Le genetech observa immobile les biogrammes s’affoler et courir en tous sens. La vie organique n’était que chaos et désordre. Leurs cris n’était que nuisance inutile. Rien ne valait le parfait ordre de la vie synthétique. Comment certains d’entre eux avaient-ils pu le mettre, lui et les genetechs, en échec ? Il devait s’assurer que plus aucun d’entre eux n’aurait assez de ressources pour contrecarrer ses planifications. Resté au centre de l’impact, ThunderShock se mit à zébrer la zone d’arcs électriques, frappant tout biogramme qu’il percevait.

En quelques minutes, le nombre de morts augmenta de façon alarmante. Lorsqu’il eut fini de tuer quiconque était à sa portée, ThunderShock entreprit de se déplacer dans les rues et de commencer à traquer toute forme de vie organique.

C’est alors que les forces de police arrivèrent sur les lieux. Un affrontement eut lieu entre elles et le genetech ... qui fut particulièrement bref.

Identifié comme un augmenté de menace maximum, l’armée fut dépêchée dans les plus brefs délais. Il était hors de question qu’un nouvel événement ait lieu. En l’espace d’une journée, Atlanta devint une véritable zone de guerre.

Édifiant des barricades sommaires, les marines ouvrirent le feu sur ThunderShock. Mais peu importe le calibre de leurs armes à feu, aucune balle ne semblait l’atteindre. Le prime poursuivit inlassablement sa marche à travers la ville, éliminant tout cordon de sécurité et tout civil à sa portée.

Après plusieurs heures, il était établi que l’augmenté tournait en rond dans la métropole. Ce que personne ne comprenait c’est qu’il attendait quelque chose, ou plutôt quelqu’un : ses deux esclaves qui venaient à lui des villes de Charlotte et Nashville. En attendant il faisait place nette.

L’armée employa un armement toujours plus destructeur. Armés de lance-roquettes et autre bazooka, les marines tendirent une embuscade sur le trajet prévu de l’augmenté. L’embuscade était parfaite et l’augmenté ne semblait pas s’être rendu compte du positionnement des hommes. Lorsque l’assaut fut donné, les multiples engins explosifs envoyés sur la cible explosèrent avant d’atteindre leur but. L’augmenté tua un à un tous les hommes présents. Atlanta ressemblait peu à peu à un véritable cimetière.

Dès lors ce fut les chars lance-roquettes et les hélicoptères d’attaque qui prirent le relais. Positionnés à distance, sur les hauteurs de la ville, les chars lance-roquettes tirèrent une salve qui sembla sans fin. Thundershock eut tout juste le temps de voir arriver les premières roquettes qu’elles s’abattirent sur lui dans un chaos insondable d’explosions et de flammes. A peine les chars eurent-ils fini que les hélicoptères de combat arrivèrent sur zone en soutien et enchainèrent les tirs à leur tour. Rien n’avait pu résister à pareil assaut. Pour la première fois, l’augmenté semblait avoir été atteint. Tandis que les cendres des explosions multiples masquaient le point d’impact, il ne semblait plus y avoir aucun mouvement. L’augmenté semblait avoir été anéanti. Lorsque le nuage se dissipera, il n’y aura sans nul doute pas plus qu’un gigantesque cratère. Rien, aucuns restes pour témoigner de l’existence de ce monstre contre nature.

Au fil des minutes qui s’écoulaient, leur victoire devenait une certitude. Tous les militaires présents se mirent à crier de joie.

« - Cette effusion de sentiments incontrôlés est bien présomptueuse » déclara alors une voix monocorde au travers de toutes les radios.

Tout le monde retint son souffle. Qui venait de parler ? Tous se tournèrent vers l’épais rideau de cendres au point d’impact. Soudain, une lueur verte commença à rayonner de plus en plus fort. Un violent vent se leva et balaya le manteau de cendres. Avec terreur, tous virent que l’augmenté était encore debout. Bien que son corps portait les stigmates de nombreux dégâts, il était encore opérationnel. Pire encore, la lumière verte semblait être émise directement à partir de sa poitrine. D’instinct tous comprirent ce que c’était.

L’instant d’après, un surpuissant flash de lumière sembla envahir tout l’espace. Une gigantesque boule de feu explosa sur un rayon de plus de 200 mètres, réduisant en cendres instantanément tout dans son rayon d’action. L’explosion créa un cratère de 50 mètres de rayon et une onde de choc sur plus de 2 km. L’onde de choc fut immédiatement suivie par une terrible et surpuissante vague de chaleur sur 4 km à la ronde. Tous les arbres, toute la végétation furent incinérés en un instant. Toutes les vitres de la ville explosèrent. Les petits bâtiments furent rasés en un clin d’œil tandis que les armatures des buildings et le bitume se mirent à fondre. Que ce soit les transformateurs ou tout ce qui était alimenté en électricité, tout explosa et provoqua de nombreux incendies, si nombreux qu’ils ne tardèrent pas à créer une colonne d’air chaud et de vents violents. Une véritable tempête de feu ne tarda pas à se créer. Depuis l’arrivée de ThunderShock à Atlanta, plus de 50 milles personnes moururent ... et ce n’était certainement qu’un début. L’explosion provoquée par ThunderShock était pareille à l’explosion d’une bombe atomique. Bientôt toute l’armée américaine serait mobilisée pour contrer les augmentés. Ce qui n’était alors que quelques braises d’une guerre civile sous-jacente venaient de s’enflammer avec une ardeur sans pareille. Le pays tout entier allait se consumer.

En attendant, ThunderShock sortit de l’enfer qu’était devenu Atlanta presque comme si de rien n’était, plus de deux heures plus tard. Du moins il aurait pu donner le change si les avaries de son corps n’étaient pas si nombreuses à cracher des étincelles. A 5 km hors de la ville, hors de la zone affectée par l’irradiation massive, il retrouva Convulsion et Reaper qui s’étaient réunis et qui l’attendaient comme deux chiens bien dressés. Tous les trois se mirent alors en marche en direction de l’Ouest.
_____________

A suivre dans le chapitre 375 : Isola
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 374 - Bascule :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 374 - Bascule
Message le Lun 27 Nov - 22:05 par Shion
Je trouve ton idée d'utiliser les capteurs d'Isaac pour tenter de se remémorer ses souvenirs disparus bien pensée Smile

Thundershock a retrouvé ses sbires. J'imagine maintenant qu'ils vont rencontrer Isaac dans un prochain chapitre.
 

Chapitre 374 - Bascule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 2 - Rêves artificiels-
Sauter vers: