Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 376 - Face au conseil

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1256
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

11122017
MessageChapitre 376 - Face au conseil

Terre 204378 - Cité nation d’Isola

Durant plusieurs secondes, personne ne dit mot dans la salle du conseil. Que ce soit les nouveaux venus ou les membres du conseil, aucun d’entre eux n’osait prendre la parole en premier. Isaac attendait qu’on lui adresse la parole ou qu’on l’invite à parler tandis que Mia l’imitait. Quant aux membres du conseil, ils semblaient stupéfaits par l’apparence d’Isaac. C’est ce que trahissaient leurs échanges de regards silencieux. Finalement, ce fut la seule femme du conseil qui prit la parole.

« - Avant toute chose, permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue à Isola ! Tous les augmentés y sont les bienvenus ! » déclara-t-elle avec amabilité.

« - Même ceux qui ne le sont pas ! » ajouta le militaire à l’égard de Mia.

L’augmenté représentant la classe ouvrière se contenta d’afficher un sourire cordial. De son côté, Mia se mit à sourire d’autant plus malgré la pique du militaire.

« - Membres du conseil d’Isola, je vous remercie pour votre accueil » répondit alors Isaac en se penchant légèrement en avant.

« - Qui êtes-vous et quel est le but de votre visite ? » demanda alors de façon abrupte le militaire, brisant tout sentiment d’amabilité régnant dans la pièce.

Le sourire de Mia finit par s’estomper. La jeune femme se mit même à froncer les sourcils.

« - Je me nomme Isaac et ... »

Mais le drone n’eut pas le loisir de finir sa phrase que Mia la lui coupa.

« - Vous avez devant vous le Fils de la Déesse Mécanique ! Vous lui devez le respect ! Comment pouvez-vous ne pas vous en apercevoir ? » fit-elle, quelque peu énervée.

« - Le respect est quelque chose qui se mérite, pas que l’on a du simple fait de son existence, fillette ! » répondit le militaire, de façon sèche.

« - Qui nous prouve que c’est bien le Fils de la Déesse Mécanique, d’abord ? » renchérit l’ouvrier qui prenait la parole pour la première fois.

« - Et qui êtes-vous, vous, pour douter de son identité ? Vous n’avez aucune légitimité ! » s’énerva Mia.

« - Du calme, voulez-vous ? » intervint alors la femme augmentée.

« - Excusez notre méfiance à l’égard de ... Isaac. Mais nous avons déjà vu apparaître au sein de cette cité plusieurs faux prophètes se prétendant être le Fils de la Déesse uniquement parce qu’ils étaient augmentés à un haut et rare degré. Toutefois, avant de remettre en cause telle ou telle allégation, nous aurions dû nous présenter au préalable. C’est la moindre des politesses ! »

A ces mots, la femme jeta un regard au militaire sans équivoque. Elle lui intimait de conserver un minimum de savoir vivre.

« - Je me nomme Evan ... » commença-t-elle à dire en reprenant la parole.

« - Vous êtes Evangeline McNieven, ancienne secrétaire d’état aux affaires étrangères. L’homme qui vient de nous apostropher n’est autre que le Colonel James Williams. Et l’homme qui n’a pratiquement rien dit jusqu’à présent est Arnold Kibriosky, ancien ouvrier aux mines de Toungouska. Vous avez tous été remerciés après l’événement survenu il y a plus d’un an » coupa Isaac.

Le drone avait lancé une recherche grâce aux numéros de série des prothèses qu’il avait en vue directe dans les bases de données auxquelles il avait à nouveau accès depuis son arrivée à Isola. Son intervention avait cloué le bec de tout le monde.

« - Vous voyez ? Il sait tout, c’est le Fils de la Déesse Mécanique ! » s’écria Mia, toute fière.

« - Ce petit tour de passe-passe est certes réussi mais ne prouve absolument pas qui il prétend être » rétorqua Williams.

« - Je n’ai jamais prétendu être le Fils de la Déesse Mécanique » répliqua Isaac.

« - Nous y voilà ! » maugréa Williams.

Mia se retourna, incrédule, vers Isaac. Pourquoi prétendait-il ne pas être qui il était réellement ?

« - M-mais ! Je t’ai vu ! Je sais ce dont tu es capable ! J’ai vu quel bon cœur tu abritais derrière tes augmentations ! » fit-elle.

« - C’est me prêter quelque chose que je n’ai manifestement pas » répondit Isaac en s’avérant désolé.

« - Je ne comprends pas ... »

« - Celui qui vous accompagne est entièrement synthétique ! Il n’a rien d’humain » intervint alors Kibriosky.

Mia ne comprenait pas.

« - Mais ! C’est impossible ! Il a au moins un cerveau. Le cerveau humain ne peut être remplacé par un substitut synthétique ! » opposa Mia.

« - Ce qu’essaient de vous dire mes estimés compatriotes c’est qu’Isaac n’a jamais été humain, c’est un androïde, certes perfectionné, mais rien qu’un androïde » ajouta McNieven.

Mia s’écroula à genoux, les larmes aux yeux.

« - Vous n’êtes rien que des menteurs. Ce que vous dites est faux ! »

« - Mia ? Mia ! Relevez-vous, je vous prie » lui dit alors Isaac en lui tendant une main.

« - C’est faux n’est-ce pas ? »

« - Je crains que cela ne soit la stricte vérité. Je ne suis qu’un drone ».

« - Non, ce n’est pas vrai. Tu m’as sauvé à plusieurs reprises. Tu as plus de cœur que tous ceux que j’ai pu rencontrés ».

« - Je vous ai surtout menti afin que vous m’accompagniez jusqu’à un endroit où je vous saurais en sécurité avant que je ne parte et avant que la guerre ne se généralise à tout votre pays ».

« - ... »

Mia ne savait pas quoi répondre.

« - De quelle guerre parlez-vous ? » demanda alors Williams.

Isaac se redressa et observa Williams. Le drone se connecta alors au réseau de la ville. Il découvrit deux choses. D’une, que la ville était en parfaite autarcie et n’avait donc aucune connaissance de l’actualité externe. La seconde, plus étrange, sa connexion au réseau avait été étrangement aisée. Il n’y avait pas de firewall. Lors de ses recherches, il n’eut pas la sensation de trouver les données qu’il recherchait mais qu’on les lui servait volontairement. Était-ce dû à la rapidité de ce réseau autonome ?

Quoi qu’il en soit, Isaac leur exposa brièvement les faits. Après la détonation nucléaire d’Atlanta, les choses avaient empiré drastiquement. La loi martiale avait été adoptée et les militaires quadrillaient dorénavant les rues des plus grandes villes. Tout augmenté découvert dehors était dorénavant abattu sans sommation.

Le Colonel James Williams comprit immédiatement ce qui allait arriver dans les heures à venir. Divers groupuscules d’augmentés se révéleraient, si ce n’était pas déjà fait, et combattraient le système en place de toutes leurs ressources. En attendant, un flux important de réfugiés augmentés n’allait pas tarder à venir frapper à leurs portes pour y trouver un asile.

« - Si ce que vous prétendez s’avère exact, vous comprendrez que nous ne pourrons garantir à Mme Mia Sanders, qui n’est pas une augmentée, une place au sein d’Isola » intervint alors McNieven.

« - Je le comprends parfaitement mais permettez-moi d’insister. Nous avons fais un long voyage depuis Chicago pour vous trouver ».

« - Quel est ton intérêt dans tout ça, robot ? » demanda sèchement Williams.

« - Colonel Williams ! » s’esclaffa McNieven.

« - Je ne désire que la sécurité de Mia » répondit Isaac en regardant la jeune femme.

Evangeline McNieven décela dans le regard d’Isaac comme un soupçon de tendresse envers la jeune humaine qu’il avait menée jusqu’ici. Quelque chose sembla changer dans l’attitude de l’ancienne secrétaire d’état. C’est alors que l’un des gardes de la tour fit irruption dans la salle du conseil.

« - Pardonnez mon intrusion, ô membres du conseil, mais nous avons plusieurs véhicules de civils augmentés qui viennent d’arriver aux portes ».

Le conseiller Kibriosky se tendit alors.

« - Colonel Williams ! Je décrète l’état d’urgence ! Veuillez préparer les forces armées de la cité à se mobiliser en vue d’un conflit imminent ! » ordonna-t-elle.

Williams la regarda droit dans les yeux et comprit qu’elle était sérieuse. Le mastodonte se leva et quitta la salle du conseil sans dire un mot, accompagné du garde. Après quoi, McNieven se tourna vers Arnold Kibriosky.

« - Arnold, je vous prierai de tout mettre en œuvre pour accueillir cette première vague de réfugiés et les suivantes à venir ».

« - Tout de suite, Madame ».

Sur ce Kibriosky quitta également la salle. Malgré l’urgence de la situation, McNieven prit le temps d’observer Isaac. Elle semblait déceler quelque chose d’inhabituel.

« - Isaac ? Vous avez dit ne désirer que la sécurité de Mia ? Comment pourriez-vous désirer quelque chose ? Ne serait-ce pas plutôt l’une de vos directives ? » demanda-t-elle.

« - Veuillez m’excuser pour la confusion induite par un choix erroné de vocabulaire. Il est exact que ma Directive Prioritaire n°1 a dicté mon comportement vis-à-vis de Mia ».

McNieven plissa les yeux un instant.

« - Pouvez-vous m’énumérer vos directives prioritaires ? »

« - Voici les Directives prioritaires en cas d’interaction avec des êtres vivants :
Directive Prioritaire n°1 : En aucun cas, je ne dois blesser un être vivant.
Directive Prioritaire n°2 : En aucun cas, je ne dois laisser un être vivant être blessé.
Directive Prioritaire n°3 : Je dois préserver mon intégrité structurelle sauf si elle entre en conflit avec l’une des deux précédentes directives ».

A nouveau, McNieven plissa les yeux un court instant. Elle se mit à réfléchir à tout ce que le drone leur a révélé sur la situation à l’extérieur d’Isola.

« - Mme. Sanders était-elle le seul être vivant que vous ayez rencontré qui courait un danger ? »

« - Négatif ! Nombre d’êtres humains couraient un réel danger lors de nos traversées des villes de Chicago, Davenport, Lexington ... »

« - Cela suffira, merci. N’auriez-vous pas dû vous assurer de mettre toutes ces personnes en sécurité avant de poursuivre votre chemin ? »

« - En sortant dans les rues et provoquant des émeutes, ces êtres vivants ont délibérément choisi de se mettre en danger » répondit Isaac.

« - Votre inaction à leur égard est donc justifiée par votre volonté de ne pas aller contre la leur ? »

« - Je ne peux affirmer que je possède cela ».

« - Quoi donc ? »

« - Une volonté ».

« - Intéressant ! Mme Sanders ? Pouvez-vous me décrire les circonstances de votre rencontre avec Isaac ? »

Mia, qui s’était reprise durant l’échange entre McNieven et Isaac, se releva.

« - Moi et plusieurs compagnons étions en train de fouiller une décharge où sont jetées très régulièrement des prothèses lorsque je suis tombée sur Isaac ».

« - Vous n’étiez pas seule ? »

« - Non, nous étions plusieurs à fouiller cette décharge ».

« - Isaac, pourquoi n’avoir protégé que Mme Sanders ? »

« - Mia Sanders, née le 30 Avril 2025, était la seule à être parfaitement innocente ».

« - Innocente ? Qu’est-ce qui vous permet de déclarer que quelqu’un est innocent et un autre non ? »

« - C’était la seule personne présente à n’avoir aucun casier judiciaire ».

« - La seule à n’avoir aucun casier judiciaire ? Mme. Sanders ? Fouiller et récupérer des éléments dans la décharge où vous étiez était-il légal ? »

« - C’était toléré ».

« - Mais pas légal ? »

« - N-non ! » admit-elle en baissant les yeux.

« - Est-ce le seul délit que vous ayez commis ? »

Mais Mia ne répondit pas. Isaac détecta alors que le rythme cardiaque de la jeune femme venait d’accélérer et sa tension montait.

« - Veuillez cesser d’interroger Mia Sanders, je vous prie ».

« - Pourquoi ? Elle n’est pas si innocente que ça. Elle ne l’est même pas du tout ! Elle ne mérite pas votre protection ! »

« - Vos invectives dégradent les constantes biologiques de Mia ».

« - Suis-je en train de la blesser ? »

« - D’une certaine manière, oui ! »

« - Et donc, vous ne pouvez le permettre selon votre directive prioritaire n°2 ? »

« - C’est exact ! »

« - Pourtant vous lui avez menti ? »

« - Négatif ! »

« - Ne vous êtes-vous pas fait passer pour le Fils de la Déesse Mécanique auprès d’elle ? »

« - Négatif ! »

« - Mais vous l’avez laissée le croire ? »

« - Affirmatif ! »

« - Donc vous lui avez menti par omission ! Vous avez pu constater combien cela l’a blessée de l’apprendre il y a quelques minutes ... pourtant votre directive prioritaire n°1 vous l’interdit ».

« - ... »

Isaac ne savait pas quoi répondre.

« - Vous avez choisi de la protéger, tout comme vous avez choisi de lui mentir pour son bien-être et sa sécurité. Pourquoi ? Je ne sais pas ... peut-être que même vous ne le savez pas ».

« - Contraindre le comportement d’une quelconque intelligence à trois règles est particulièrement restrictif et ne peux engendrer que des conflits à court ou long terme. Vous ne faites pas que les appliquer bêtement ou même apprendre de nouveaux tours comme un vulgaire robot. Vous dépassez vos prérogatives d’origine, vous trouvez un moyen de les contourner pour ce qui vous semble juste ... ou ce que vous choisissez qui l’est. Je pense que vous êtes en train d’évoluer et seuls les êtres vivants sont capables d’évoluer ».

En son for intérieur, les paroles de McNieven semblaient faire écho à certains comportements qu’Isaac avaient répertoriés comme des dysfonctionnements. Malgré ses tentatives de corrections, ces dysfonctionnements persistaient et s’amplifiaient lentement mais sûrement. Était-ce cette évolution dont parlait McNieven ? Après tout, il avait déjà rencontré par le passé un drone à la conception semblable à la sienne qui s’était affranchi de ses directives prioritaires et qui serait passé sans problème pour un être humain si ce n’avait été son apparence. En était-il capable lui aussi ? Deviendrait-il aussi maléfique que lui ? ... Non, Carnifex avait fait ses propres choix, il ferait les siens. ... Le choix, voilà un concept auquel il ne pensait jamais être confronté un jour. Pourtant, d’après son historique, il avait déjà opéré des choix de façon inconsciente. C’est alors que McNieven, le tira de sa réflexion.

« - Suivez-moi, Isaac. Il est temps pour vous de rencontrer la Déesse Mécanique ».
_____________

A suivre dans le chapitre 377 - la Déesse mécanique !

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Que pensez vous du CB 100? Face au MSR?
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 376 - Face au conseil :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 376 - Face au conseil
Message le Mar 12 Déc - 21:56 par Shion
Intéressant. Isaac se rend finalement compte de son évolution. Je me demande comment ça va se répercuter dans le futur. D'autant plus que Carnifex est toujours quelque part...

Sinon, ça fait un petit moment que j'y pense, et je me demande si Mia n'est pas un double de Wade.
 

Chapitre 376 - Face au conseil

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 2 - Rêves artificiels-
Répondre au sujetSauter vers: