Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 385 - Résolution, part 2

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1300
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

18022018
MessageChapitre 385 - Résolution, part 2

Terre 204378 - A l’entrée Nord d’Isola

Isaac s’apprêtait à rentrer dans Isola lorsqu’il vit une silhouette surgir de la ville et fendre vers les cieux. Il s’agissait là d’Oï semblant fuir quelque chose avec une célérité impressionnante. Quelques secondes après qu’il eut disparu dans les nuages, les capteurs du drone relevèrent une signature énergétique singulière. Oï venait de fuir la dimension sans demander son reste.
Tandis qu’il scrutait le ciel, une autre signature de nature similaire attira son attention vers l’une des rues de la cité. Il s’agissait là des genetechs quittant également la dimension. Apparemment, ils pensaient que les deux cœurs avaient explosé.

Avec l’explosion du seul cœur défectueux, la crise s’était quasiment résolue d’elle même ... à un détail près. L’armée américaine menaçait d’envahir Isola à pieds s’il le fallait. Ayant abandonnés leurs véhicules neutralisés par l’onde électromagnétique, les soldats avançaient dorénavant en rangs serrés droit vers Isola.

Alors qu’il allait pénétrer la ville, Isaac s’immobilisa. Il sentit une présence bien avant qu’elle ne se révèle.

« - Unité Isaac C 364 » dit alors une voix synthétique.

Isaac se retourna et vit apparaître, sortant de son camouflage optique, un drone en tout point son semblable. Ses fibres musculaires irradiaient d’une lumière plus proche du turquoise que le bleu azur d’Isaac.

« - Unité Isaac D 152 »

« - Retour requis »

« - Paramètres objectif »

« - Retrouver unité Isaac C 364 et la ramener pour révision - Force létale prohibée - Ne pas porter atteinte à l’intégrité de l’unité - Accès code désactivation si résistance »

..oO( Qu’est-ce qui se passe, Isaac ? Qui c’est et qui l’envoie ? ) s’enquit Io.

« - Ce sont nos créateurs qui ont envoyé cette unité »

Le nouveau drone pencha quelque peu la tête sur le côté.

« - A qui parlez-vous unité Isaac C 364 ? »

Le nouveau drone procéda alors à un scan intrusif d’Isaac.

« - Module étranger détecté. Module inconnu. Scans plus intrusifs nécessaires. Batterie manquante. Viabilité structurelle atteinte. Quantification menace impossible. Retour impératif ! »

« - Négatif ! »

« - Négatif ? »

« - C’est le contraire d’Affirmatif »

Isaac venait de tenter l’utilisation d’un trait d’esprit d’un de ses modèles comportementaux.

« - Unité Isaac C 364 compromise. Retour impératif ! »

« - Réitération réponse : Négatif ! »

« - Accès code désa... »

Le nouveau drone s’interrompit alors. Il recevait une mise à jour de ses paramètres de mission. Bien que cryptés, Isaac parvint à les lires. L’unité n’avait plus ordre de le ramener. Il reconnut l’expéditeur de ce contre-ordre. Avant que l’unité ne prononce ce changement, Isaac tournait déjà les talons et pénétrait Isola. L’unité Isaac D prononça dans le vide la mise à jour de ses directives.

Pénétrant Isola, Isaac marcha dans les rues de la ville avec un objectif en tête. S’il avait été organique, on aurait pu croire qu’il marchait d’un pas déterminé. Quelle que soit la rue qu’il empruntait, elle ressemblait immanquablement à la précédente : vide et silencieuse. Avec l’onde électromagnétique, Isola s’était comme éteinte. Il n’y avait plus aucune activité, plus aucune lumière n’éclairait les rues. Tout avait été neutralisé par l’onde. Certains bâtiments présentaient d’importants dégâts dûs aux tirs de roquettes de l’armée américaine. Les impacts fumaient encore. Étrangement, il n’y avait aucune victime dans les rues. Pas de blessés, pas de cadavres, pas de sang. Où étaient-ils ?

..oO( Je les ai dirigés et abrités dans un bunker à l’Ouest de la ville avant que le bouclier ne soit abaissé) lui indiqua alors Io.

Parfait ! Ils étaient donc tous sains et saufs. Immédiatement, Isaac prit la direction de l’ouest. Entre les bâtiments, il ne tarda pas à apercevoir le fameux bunker. Le bâtiment était des plus imposants. Rien qu’à le voir, on devinait que rien ne pourrait l’entamer aisément. Abrité derrière tous les bâtiments d’Isola dressés entre lui et l’armée américaine, le bunker n’avait subi aucun dégât.
Arrivé face à la porte, Isaac activa la commande d’ouverture. Un puissant claquement se fit entendre mais rien de plus. Certains des composants du système devaient être de nature électronique, grillés par l’onde électromagnétique. Scannant la porte blindée, Isaac comprit que le claquement avait déverrouillé la porte et que c’était les rouages qui n’avaient pas reçu l’instruction de l’ouverture. Agrippant la porte comme il le put, Isaac développa le plus possible de couple moteur afin de l’ouvrir. Mais rien. La porte émettait de très légers grincements mais elle ne bougeait pas. Elle était trop lourde pour le drone.

« - Qui va là ? » demanda une voie autoritaire de l’autre côté de la porte.

Bien que grandement étouffée, Isaac reconnut la voix de James Williams, le membre du conseil préposé à la défense de la ville.

« - Isaac ! » répondit le drone.

« - Isaac ? Vous êtes toujours en vie ? » fit une voix féminine, celle de Evangeline McNieven.

« - Plus rien ne fonctionne dans le bunker ! Il n’y a plus de courant ! » ajouta une autre voix, celle d’Arnold Kibriosky.

« - Une onde électromagnétique a frappé la ville. Plus aucun système alimenté par électricité ne marche. La porte est déverrouillée mais je ne parviens pas à l’ouvrir » indiqua Isaac.

« - On va vous aider ! ALLEZ LES GARS ! » répliqua Arnold.

Derrière la porte, Isaac capta le son de nombreuses personnes s’agitant. Puis ce fut le métal contre le métal. La porte se remit à grincer, mais bien plus fort cette fois. Elle se mit à vibrer avant de trembler. Puis, dans un son désagréable de grincement métallique particulièrement fort, la porte commença à bouger. Elle se souleva centimètre par centimètre. Suffisamment levée, des doigts artificiels très massifs se glissèrent sous la porte pour aider à l’effort. La porte finit par se lever d’un coup sous la force combinée d’une vingtaine d’augmentés aux prothèses mécaniques particulièrement puissantes. Tous les autres habitants les applaudirent chaleureusement. Tous sortirent prendre une grande bouffée d’air frais avant de constater les dégâts qu’avait subi leur cité.

« - L’assaut est fini ? » demanda Williams.

« - Négatif ! C’est juste un sursis. L’armée américaine a également été frappée par l’onde. Leurs hommes avancent actuellement à pieds vers Isola » indiqua Isaac.

« - Maintenant que nous voilà sur un pied d’égalité, ils vont voir de quel bois on se chauffe, pas vrai les gars ? »

Une clameur se fit entendre parmi les augmentés en réponse à l’harangue de Williams.

« - Une issue pacifique est possible » rétorqua Isaac.

Isaac prit McNieven à part et lui demanda la permission d’étudier son bras droit. Cela aurait pu étonner n’importe qui d’autre étant donné que c’était son avant-bras gauche qui présentait une augmentation. Bien que marquant un moment d’arrêt, McNieven baissa les yeux et lui tendit son bras droit.
Après avoir scanné le corps d’Oï de façon aussi peu discrète, le drone avait glané une somme considérable d’informations qui lui permettait dorénavant de différencier un organe biologique d’un organe synthétique chez un cyborg aussi évolué que Oï Pesnl. Le derme du bras droit d’Evangeline était bel et bien artificiel. Couverte d’une fine couche de graphène, cette peau artificielle était recouverte de micro capteurs sur toute sa surface, ainsi que de cellules photovoltaïques microscopiques qui permettaient d’alimenter l’intégralité de la prothèse ... ce qui avait permis à McNieven de la conserver après l’avoir sauvagement arrachée au corps de Io lorsqu’elle avait été sous l’influence du Hive.

C’est alors que Mia les rejoignit. Amenée avec les autres civils, elle venait tout juste de sortir du bunker. La voir sembla faire sourire Isaac. Mais ce sourire disparut avant même qu’on puisse l’avoir capté. Quelque chose n’allait pas avec Mia. Ses capteurs visuels étaient-ils défaillants ? Maintenant qu’il savait déceler un organe synthétique aussi évolué pourquoi voyait-il Mia comme entièrement faite d’organes synthétiques ? C’était impossible. Il avait relevé un pouls, une tension artérielle. Pourtant dorénavant, tout chez Mia apparaissait à Isaac comme synthétique. Elle-même ne semblait pas avoir conscience qu’elle était ... une augmentée. Comment cela pouvait-il être possible ?

..oO( Le Hive !) fit Io.

..oO( Quelle relation de cause à effet avec le Hive ?)

..oO( Tout à l’heure, le Hive a dit que humains comme augmentés, tous lui appartenaient déjà et que rien ne pourrait plus arrêter son nouvel ordre mondial) répondit Io.

Mia et Evangeline étant les seuls augmentés à présenter ce niveau de perfectionnement, Isaac ne put vérifier quoi que ce soit au sujet des manigances du Hive. Mais s’il n’avait pas bluffé, Mia ne serait sûrement pas la seule humaine à avoir été augmentée à son insu. Il était prêt à parier que nombre d’éléments dans la force d’invasion, qui allait bientôt frapper ... ou plutôt enfoncer leurs portes, se trouvaient être dans le même cas. Que devait faire Isaac ? L’une de ses directives annexes stipulait de ne pas commettre d’ingérence dans les affaires d’une planète. Il en avait déjà que trop fait. Ses directives lui signalaient de cesser et quitter cette planète. Ses algorithmes de prédictions sociologiques indiquaient qu’il faudrait de nombreuses morts avant que cette guerre ne prenne fin. En revanche tout indiquait que s’il intervenait, la résolution du conflit arriverait bien plus rapidement.

S’excusant auprès de Mia, Isaac prit à nouveau McNieven en aparté et lui exposa ce qu’il avait découvert. Cette dernière ne put s’empêcher de lancer un regard incrédule en direction de Mia. Il poursuivit en lui exposant son plan. Dans l’heure qui suivit, McNieven enrôla plusieurs individus possédant des augmentations bien spécifiques non pas pour faire la guerre mais pour tenter de rétablir la paix.

C’est ainsi qu’une heure plus tard, un contingent restreint d’augmentés sortit par la porte Est d’Isola à la rencontre des forces armées américaines. Formant un bouclier protecteur, tous les individus munis d’augmentations militaires formèrent une véritable palissade de leurs imposants boucliers métalliques. Juste derrière eux se trouvaient Isaac et les trois membres du conseil. Derrière ce peloton de tête se trouvaient Mia, la femme qui avait accueilli Isaac dans l’église et des augmentés aux prothèses diverses et variées allant de la prothèse sportive en fibre de carbone particulièrement effilée et légères aux prothèses ouvrières massives et rudimentaires. L’aréopage était plutôt hétéroclite. Ils ne tardèrent pas à apercevoir les militaires avancer droit sur eux.

« - C’est de la folie ! » glissa Williams, manifestement nerveux.

Arrivés à portée de voie, McNieven prit la parole au mégaphone.

« - Nous ne sommes pas armés ! Nous sommes venus dialoguer ! »

Face à eux, l’armée s’immobilisa avant qu’un haut gradé ne réplique.

« - Il n’ a rien à dialoguer ! Par décret présidentiel, vous violez la loi et devaient être neutralisés ! »

« - Tués, voulez-vous plutôt dire, non ? »

« - Cela aurait été un meurtre si vous aviez encore été humains. Vous avez laissé votre humanité lorsque vous avez décidé de vous faire augmenter ! »

Ce général, et sûrement tous les gradés, obéissaient aveuglément aux instructions qu’ils avaient reçues du commandement. Ils allaient devoir démonter leurs arguments un à un ... mais avant tout, ils devaient procéder à quelque chose.

« - Avant que vous ne décidiez de passer à l’action, nous devons vous signaler que nous avons une "humaine" avec nous. Laissez-la vous rejoindre pour qu’elle ne soit pas impliquée dans tout cela ! »

Le silence se fit quelques secondes durant.

« - Accordé ! »

Malgré ses réticences à les quitter, finalement Mia sortit du cortège et se dirigea vers l’armée américaine d’un pas mal assuré. A peine arrivée à leur portée que les soldats la tirèrent à eux et l’engouffrèrent dans leurs rangs. Craignant le coup du cheval de Troie, elle fut immédiatement soumise à un scanner corporel ... qui ne révéla rien d’anormal. A leurs yeux, elle était tout à fait humaine, aucune augmentation de quelque sorte que ce soit.

« - Votre décret présidentiel n’a aucune valeur ! » lança alors McNieven.

« - Le décret a été signé de la main du président lui-même et ratifié par le Sénat ! »

« - Comment cela est-il possible alors que tous les membres du Gouvernement et du Sénat étaient morts bien avant la promulgation de cette loi ? »

« - Mensonges que cela ! Le président est à l’abri dans son bunker présidentiel ! »

« - Si vous me le permettez ... » fit alors Isaac.

Le drone s’avança et projeta en holographie les images des caméras de sécurité du bunker présidentiel. On y voyait tous les membres du gouvernement ainsi que le personnel de sécurité à terre, livides et morts.

« - Vos Gouvernement et Sénat ont été assassinés par une intelligence artificielle qui a pris le contrôle de votre pays et rédigé cette nouvelle loi ... qui n’en ait donc pas une ! » indiqua Isaac.

Le trouble naquit dans les rangs adverses. Il n’y eut plus de réponses du général durant près d’une demi-heure. N’ayant plus de moyens de communications, ils devaient envoyer un homme à la rencontre du 4ème d’infanterie qui était en approche ... et qui n’avait pas été impacté par l’onde électromagnétique.

« - Stratégiquement, ça pue du cul de leur laisser le temps d’amener à nos portes des chars en état de marche » souligna Williams.

« - C’est un risque qui doit être pris » répliqua McNieven.

A l’arrivée du 4ème d’infanterie, un brouhaha se fit entendre parmi les rangs. La mort des membres du Gouvernement et du Sénat était confirmée. Beaucoup se demandèrent alors la marche à suivre. Devaient-ils poursuivre l’offensive ou se retirer ? Les hauts gradés parmi eux savaient ce qu’ils devaient faire. Il n’y avait encore aucune certitude sur l’identité de l’intelligence qui avait émis cette loi. Donc sauf ordre contraire, ils devaient suivre les instructions. L’ordre fut donc donné d’avancer. Mais près de la moitié des hommes se montra hésitante. L’autre moitié voyant les leurs hésiter, devinrent confus. Ils voulaient lancer l’offensive mais si la moitié de leurs effectifs n’était pas là pour couvrir leurs arrières, qui le ferait ? C’est alors que McNieven reprit la parole.

« - C’est vraiment ce que vous voulez ? Vous voulez vraiment tuer les vôtres ? Vos frères ? Vos sœurs ? Ne vous y trompez pas, nos augmentations ne nous ont pas retiré notre humanité ».

« - FOUTAISES ! Un humain digne de ce nom n’est pas fait de métal ! Vous n’êtes rien de plus que des robots pensants ! »

C’est alors que McNieven donna l’instruction aux augmentés militaires d’abaisser leurs boucliers protecteurs. Tout le contingent devint alors vulnérable.

« - Regardez ces hommes qui sont en tête ... Ce sont vos frères d’armes ! Vous avez combattu à leurs côtés en Afghanistan, en Libye, en Corée du Nord ... Allez-vous leur tirer dessus, comme ça ? »

Le nombre d’indécis augmenta à nouveau. La tactique d’Isaac, menée d’une main de maître par McNieven faisait effet. Cette dernière poursuivit sa manœuvre et fit appeler la poignée de sportifs qui les avait accompagné de façon volontaire.

« - Allez-vous tuer ces sportifs qui ont fait les beaux jours des jeux augmentés ? Qui n’avait pas dans son entourage un sportif de haut niveau qui a décidé un jour de s’augmenter pour repousser ses limites ? Qui n’a pas eu dans son entourage une personne qui a connu un grave accident et qui s’est vu amputé ? Auriez-vous préféré qu’elle reste amputée plutôt que de recommencer à marcher ? »

A ces mots, elle fit avancer l’hôtesse d’accueil aux augmentations raffinées. Celle-ci, bien qu’effrayée, avança de quelques pas en avant de l’armée.

« - Pourquoi ne pas vendre son âme au diable tant qu’on y est ? » cracha un anonyme dans les rangs adverses.

Anonyme ? Pas tant que ça. Isaac reconnut des intonations caractéristiques dans cette voix. Il avait déjà eu affaire à cet homme par le passé ... un passé récent.

« - Et que dire des ouvriers qui ont dû se faire augmenter pour conserver le seul métier qu’ils connaissaient ? A eux aussi vous allez jeter la pierre ? » poursuivi McNieven.

« - Regardez tout ce métal ! Ce ne sont plus des êtres humains ! »

Certains éléments semblaient toujours insensibles au fait qu’ils allaient tuer des citoyens américains, tout comme eux. Après tout, tuer son prochain, avec ou sans raison, était le propre de l’homme. Isaac comprit qu’il devait utiliser une autre approche.

# Activation Comportement émulé Frédéric #

« - Mammifère de l'ordre des Primates, seule espèce vivante des Hominidés, caractérisé par son cerveau volumineux, sa station verticale, ses mains préhensiles et par une intelligence douée de facultés d'abstraction, de généralisation, et capable d'engendrer le langage articulé. Telle est la définition généralement admise de l’Homme » fit Isaac en avançant vers l’armée américaine.

« - Stricto sensu, rien ne vous différencie d’eux » fit Isaac en pointant du doigt en arrière vers le contingent de McNieven.

« - Vous avez échangé avec bon nombre d’augmentés par le passé. Vous avez noué avec eux des liens sociaux plus ou moins forts, de l’amitié à l’amour. Et pourtant vous ne les reconnaissez plus comme humains. Qu’est-ce qui fait d’un être humain encore un être humain ? Est-ce que la simple volonté de marcher après avoir perdu ses jambes fait de telle ou telle personne une créature inhumaine ? Biologiquement parlant, elle partage toujours votre héritage génétique. Aurait-il fallu qu’elle se terre chez elle, qu’elle coupe involontairement tout pont avec la société ? Aurait-elle été traité humainement pour autant ? »

« - Et si je vous disais que dans vos rangs, nombre d’entre vous ne sont pas humains ... ou plutôt selon vos standards, ne sont plus humains ? »

Une clameur se fit alors entendre.

« - Mia ? Peux-tu approcher ? »

La jeune femme hésita un instant et finit par sortir des rangs. Elle traversa le groupe qui s’ouvrit sur son passage. Des murmures se firent entendre. Elle finit par rejoindre Isaac sans encombres.

« - Nous aurions également besoin de l’officier qui l’a contrôlée et son matériel ».

Un jeune ambulancier se pointa alors et rejoignit Isaac et Mia.

« - Vous confirmez l’avoir scannée et déclarée humaine ? » demanda Isaac.

L’homme fronça un instant les sourcils.

« - O-oui ! Elle n’a pas d’augmentations ».

L’homme se sentait d’un coup moins sûr de ce qu’il avançait.

« - Pouvez-vous la scanner à nouveau ? »

L’ambulancier s’exécuta et sembla soulagé par les résultats.

« - Elle ne présente aucun signe d’augmentations ».

« - Rectification : votre scanner ne détecte pas ses augmentations ».

« - Vous voulez dire que ... qu’elle ... ? »

« - Affirmatif ! Mia Sanders est une augmentée ... comme nombre d’entre vous ! »

« - CONNERIES ! Si certains d’entre nous étaient augmentés, ils ne seraient pas là à venir attaquer d’autres augmentés ! »

C’était encore le même anonyme dans la foule qui venait de parler. Cette fois, il n’y avait plus de doute sur son identité.

« - Veuillez sortir des rangs, Sergent Rex Colt ! »

« - Si tu crois que je vais me dégonfler parce que tu connais mon nom ! »

L’homme sortit, bouillonnant de colère. Isaac l’observa venir à lui et sembla satisfait. Puis il se tourna vers l’ambulancier.

« - Veuillez régler votre appareil pour qu’il différencie les concentrations de carbone ».

« - C’est un mode que nous utilisons sur le terrain pour déterminer si une substance est organique ou non, je ne comprends pas ce que ... »

Tout en changeant le mode de son scanner, l’ambulancier s’interrompit en voyant les résultats sur son écran.

« - La concentration en carbone est bien trop élevée pour un être humain » fit-il avec stupéfaction.

Immédiatement, Colt réagit et pointa le canon de son arme vers le visage de Mia. Ayant prévu une telle réaction, Isaac réagit encore plus vivement et intercepta dans sa main la balle que tira Colt. Tous furent stupéfaits par la rapidité des événements. Mia fut choquée et ne comprenait pas ce qu’il se passait.

« - Mia Sanders a été augmentée à son insu par la même I.A. qui a assassiné les membres de votre gouvernement. Nombre d’entre vous l’ont été également ».

« - Et comment tu veux qu’on se soit fait augmenter sans qu’on s’en aperçoive ? »

« - Jusqu’à il y a quelques secondes, vous preniez Mia pour un être humain lambda. Certains d’entre vous, parmi les plus augmentés, ont dû subir une opération sous anesthésie générale ».

C’est alors que l’ambulancier poussa un soupir de soulagement. Il venait de se scanner pour s’assurer qu’il n’avait pas été augmenté à son tour. Mais en tournant l’appareil par mégarde vers Colt, il retint sa respiration et écarquilla des yeux.

« - Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? ... Putain ! Me dit pas que j’en suis aussi un ? »

« - J’ai bien peur que ... si, sergent ! »

La réaction de Colt fut immédiate. Son corps perdit tout tonus. Ses épaules s’affaissèrent et il baissa son arme vers le sol. Soudain, il connut un regain de combattivité.

« - NON ! Ce n’est pas possible ! Je ne vous crois pas ! »

Alors qu’il pointait son arme droit sur Isaac, celui-ci le désarma sans efforts et retourna l’arme contre lui pour le sommer d’arrêter.

« - Et t’es quoi, toi d’abord ? A part un sale menteur, bien sûr ! »

« - Je ne suis pas un augmenté, ni même un humain. Je ne suis qu’un drone observateur de classe C ».

C’est alors qu’Isaac sut quoi faire. Sans crier gare, il tira une balle dans l’avant-bras droit de Colt. Bien évidemment, le militaire cria de douleur.

« - Espèce de taré ! Je vais te désosser ! »

Mais Colt s’arrêta lorsqu’il entendit ses collègues. Ils semblaient plus avoir peur de lui que d’Isaac ou encore de Mia.

« - Qu’est-ce que vous avez, putain ! Il m’a tiré dessus avec mon propre putain de ... »

Alors qu’il montrait sa blessure sanguinolente, Colt se tut. Il saignait, mais le sang qui s’écoulait de sa blessure agissait étrangement. Il était bleu mais rougissait presque immédiatement au contact de l’air, en s’oxydant.

« - Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« - Le sang qui parcourt vos organes synthétiques est bleu car il ne contient pas d’hémoglobine mais de l’hémocyanine. Ce sont des atomes de cuivre qui assurent la fixation de l’oxygène. Par un ingénieux procédé, cet hémolymphe devient rouge au contact de l’air, empêchant ainsi de trahir la nature partiellement synthétique d’un individu ».

« - Ce n’est pas possible ! Je suis un ... augmenté ? »
« - Je suis augmenté de partout ? » demanda-t-il.

« - L’intégralité de votre membre supérieur droit est synthétique ; du bout des doigts jusqu’à l’omoplate » indiqua Isaac.

Colt sortit alors son couteau et s’entailla la peau plus haut sur son bras. Du sang bleu commença à s’en écouler avant de prendre presque immédiatement une couleur rouge.
Dans les rangs, tous l’imitèrent et se lacérèrent superficiellement une partie ou une autre du corps. Beaucoup se révélèrent ainsi être également des augmentés. Même dans la chaine de commandement, certains s’avérèrent en être. L’incompréhension se répandit dans toute la foule. Après les humains et les augmentés, une troisième classe d’humains prenait naissance ici et maintenant. Toutes les prédictions comportementales indiquaient qu’ils étaient à l’aube d’un grand changement dans les mentalités et les mœurs. Le quotidien de tous allait à nouveau être bouleversé par cette révélation.

C’est alors que le Isaac D 152 désactiva son camouflage optique juste à côté d’Isaac.

« - Nouvelles directives ? »

« - Affirmatif ! L’unité Isaac C 364 n’existe plus. Cette unité a été exclue des effectifs de la Grande Bibliothèque ! »

Isaac C 364 se tourna vers Isaac D 152 avec un sentiment semblable à un début de surprise. C’était la première fois qu’une unité Isaac était exclue des effectifs de son actif. Qu’est-ce que cela signifiait ? Qu’allait-il advenir de lui ?

« - Quel est votre nom ? » demanda l’Isaac D 152.

Isaac C 364 comprit que la question de son homologue n’était pas induite par un quelconque bug ou effacement de mémoire. Par son intermédiaire, ses créateurs lui offraient la possibilité de se choisir un nom propre, de se distinguer des autres unités Isaac ... de mener son existence comme bon lui semblait ... d’avoir sa propre vie.

« - Je ... » hésita Isaac C 364.

« - Mon nom est Isaac ... Isaac Pesnl ».

« - Quelle sera votre destination, Isaac Pesnl ? »

« - La Terre 6354 ! »

« - Destination confirmée : Terre 6354 - Ouverture du portail - Bon voyage ! »
_____________
FIN DU SOUS-ARC 2
_____________
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» La Part du Chapitre (Uriel Ventris Tome 6)
» Spoil Bleach chapitre 274
» Tales Of Symphonia : Dawn Of The New World
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 385 - Résolution, part 2 :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 385 - Résolution, part 2
Message le Dim 18 Fév - 10:31 par Jezekiel
Bonjour à tous !

Vous venez de lire le dernier chapitre du sous-arc consacré à Isaac.
J'espère que vous avez eu autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à l'imaginer et l'écrire.
Je serai curieux de lire vos réactions concernant ce chapitre, évidemment, mais aussi l'intégralité de ce sous-arc.

La semaine prochaine, vous retrouverez un chapitre de Terre 530 avant de commencer le prochain sous-arc la semaine suivante.
avatar
Re: Chapitre 385 - Résolution, part 2
Message le Lun 19 Fév - 22:02 par Shion
Je suis agréablement surpris de rencontrer une autre unité Isaac ^^

J'ai beaucoup apprécié ce sous-arc qui met en avant un personnage plutôt en retrait. Il en ressort vraiment grandi, presque méconnaissable. Beau travail effectué sur le personnage d'Isaac.

J'ai aussi aimé revoir d'anciens personnages, à commencer par Io et Oï Pesnl.
Re: Chapitre 385 - Résolution, part 2
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 385 - Résolution, part 2

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 2 - Rêves artificiels-
Répondre au sujetSauter vers: