Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 390 - Land of the Dead

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1310
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

26032018
MessageChapitre 390 - Land of the Dead

Terre 24604378

Retenu d’une quelconque façon, Wade s’enquit de ce qui l’empêchait d’avancer. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que c’était lui-même qui s’empêchait d’avancer. Dans sa hantise de perdre la trace de Patrick, Wade avait inconsciemment dissocié une partie de son esprit de son corps. Ainsi la copie spectrale de son bras droit semblait retenir quelque chose semblable à une corde ... la trace spirituelle de Patrick ? Des questions se bousculèrent en masse dans son esprit. Comment avait-il été capable de dissocier une partie de son esprit de son corps ? Comment avait-il été capable de saisir une traînée spirituelle ? Comment allait-il réunir cette portion de son esprit à son corps ? Mais à peine eut-il formulé cette question dans son esprit qu’il vit ce bras spectral se fondre dans son bras physique et ne faire à nouveau plus qu’un. Dans sa main charnelle, il sentit une quasi imperceptible sensation, comme un ruban des plus soyeux qui glissait très délicatement au creux de sa main. Manifestement ses capacités s’accroissaient ... et ce éloigné de ses compagnons. Ceci dit, ça avait toujours été le cas pour sa part. Proche d’eux, il se sentait empli d’énergie. Loin d’eux, il ne s’affaiblissait que pour revenir à son niveau habituel. Alors que d’après les dires de Jeremiah, chaque fois qu’ils s’étaient retrouvés séparés sur de longues périodes, ils voyaient leurs capacités s’amoindrir de façon extrême. Pas qu’il trouve cela dommage, Wade s’était toujours demandé pourquoi il ne connaissait pas le même phénomène qu’eux. Quelque chose devait le rendre unique. Un trait propre à son cavalier ? Une expérience qui l’avait changé ?
Peu importe, pour le moment, il allait surtout devoir apprendre à maîtriser cette nouvelle capacité pour en tirer avantage. Mais ce que Wade ignorait, c’est que ses capacités s’étaient développées au-delà de sa connaissance. A une ruelle de là, la forme éthérée, munie de la torche que Wade avait embrasée, l’avait suivi jusque-là. Quelles étaient ses intentions ? Impossible de le dire à cet instant. Pour le moment, il se tenait au coin de la ruelle comme pour ne pas se faire remarquer.

Alors que Wade hésitait à repasser ses sens sur la fréquence spectrale, quelque chose l’en dissuada. Des cliquetis se firent entendre. Des dizaines, des centaines de cliquetis emplirent bientôt l’air de l’avenue principale. Il ne tarda pas pour découvrir d’où étaient issus ces sons. Des dizaines de squelettes s’extirpaient des façades des bâtiments bordant l’avenue et même de l’avenue même. Les os longs et plats qui la composaient semblaient s’écarter pour laisser passer ces créatures humanoïdes. Parmi tous ces squelettes s’étaient glissés plusieurs camardes. L’avenue se remplissait au fur et à mesure. Leur nombre devint vite incalculable.
Jamais Wade n’avait affronté un tel nombre. Néanmoins cela ne semblait pas l’effrayer, au contraire. Les quelques secondes qui venaient de s’écouler lui avaient permis de récupérer la quasi totalité de son tonus habituel. Il fit disparaître ses globes oculaires et invoqua les vers d’outre-tombe. Ils ne feraient qu’une bouchée de cette armée des morts. Le sourire de Wade s’effaça rapidement au moment où il comprit que les vers ne venaient pas. Qu’est-ce qui se passait ? Pourquoi n’apparaissaient-ils pas ? Il allait devoir faire sans et revenir à la bonne vieille méthode. Passant la main dans son dos, il tenta de récupérer sa faux ... mais il ne la sentit pas ; elle avait disparu. Qu’il ne puisse pas invoquer les vers d’outre-tombe était une chose, qu’il ne possédait plus sa faux en était une autre. Et si le tout était lié ?

..oO( Patrick !!) comprit alors Wade.

Comment il s’y était pris, Wade ne le savait pas. Quoi qu’il en soit, durant le sommeil que Patrick avait provoqué, celui-ci lui avait volé sa faux. Outre le fait de répondre à la volonté de son hôte de le tuer, il avait dorénavant une raison qui lui était propre de le retrouver. Mais d’abord il devait se débarrasser de cette armée qui se resserrait autour de lui. Il déploya alors ses fils tranchants et les fit virevolter dans tous les sens. Ils tranchaient les membres de ces squelettes vindicatifs mais pas assez rapidement. Les squelettes s’approchaient toujours plus près et réduisaient d’autant la marge de manœuvre de ses fils. Bientôt ils ne seraient plus assez efficaces et sans armes, il allait devoir utiliser sa sismokinésie. Wade s’immobilisa alors. Était-ce le but de Patrick ? Voir l’étendue de ses capacités ? Si tel était le cas, il ne devait donc pas avoir recours à cette capacité et la conserver dans sa manche pour le prendre par surprise. Tout ce que ce Patrick avait pu observer c’était son utilisation en guise de télékinésie rudimentaire. Il allait donc faire en sorte que cela en reste à ce stade. Ainsi encerclé, il n’allait pas pouvoir faire grand chose. Il s’éleva alors dans le ciel et atterrit en aval de l’avenue avec l’armée entièrement devant lui et en amont.

La piste de Patrick remontant l’avenue, Wade allait devoir se frayer un chemin et s’il avait choisi l’aval plutôt que l’amont ce n’était pas fortuit. Devant cette foule de morts, ses fils avaient révélé leurs limites. Il lui fallait donc d’autres armes ... celles des camardes par exemple. Tandis que l’armée des morts s’orientait vers sa nouvelle position, Wade avança droit sur elle. Il venait de repérer deux camardes en bordure de la masse. Il les cibla et les déchiqueta en quelques secondes. Il récupéra leurs armes et fit un bond en arrière, boosté par sa kinésie. Wade observa les deux armes qu’il avait récupérées. Les camardes étaient toutes invariablement armées de faux. Des faux particulièrement rudimentaires avec leur manche en os et leur lame plus courte que les faux des faucheuses, mais des armes tout de même.
La longueur de leur manche était disproportionnée en comparaison de la longueur de leur lame. Wade choisit ainsi de raccourcir les manches en les brisant pour en faire des faucilles.

Ses armes ajustées, Wade s’élança comme un boulet de canon sur l’armée de morts vivants. Alliant ses fils avec ses nouvelles faucilles, Wade débitait les squelettes à la chaine. Il virevoltait tant que l’on aurait pu croire voir Jeremiah agir avec son ancienne épée serpent. Les os volaient en tout sens. Malgré leur surnombre, aucun de ces squelettes ne parvint à mettre la main sur Wade. Ce ne fut qu’après une bonne vingtaine de minutes qu’il abattit le dernier d’entre eux.
Les muscles raidis par cet effort violent et long, Wade souffla un coup avant de se redresser complètement. Il pointa du regard le bout de l’avenue principale. Hormis les ossements qui la parsemaient, elle était à nouveau complètement vide. Même si Patrick semblait avoir emprunté l’avenue tout du long, d’après ce qu’il avait pu en voir, Wade savait qu’il allait devoir réaligné ses sens sur le monde spectral. Mais avant cela, il tendit l’oreille. Il ne comptait pas se faire à nouveau prendre par surprise au moment où il serait vulnérable.
Les secondes s’écoulèrent sans qu’aucun son ne lui parvienne.

Réalignant ses sens sur le monde spectral, Wade fut immédiatement submergé par les plaintes des défunts. Bien que véritable cacophonie, Wade sembla être moins indisposé que les fois précédentes. S’y habituait-il ou leurs plaintes étaient-elles moins fortes ? Quoi qu’il en soit, il avait encore du mal à se concentrer. Il parvint à déceler la trace spirituelle jaune de Patrick parmi les myriades d’autres traînées. Comme ce qu’il avait cru s’en apercevoir la dernière fois, la piste de Patrick remontait bel et bien le long de l’artère principale de cette ville macabre.

Au fur et à mesure de sa progression, les pas de Wade devenaient moins légers, plus pesants, plus lourds, accablé par la forte charge émotionnelle véhiculée par les tourments des âmes défuntes. Il suivit néanmoins la piste jusqu’à arriver à une sorte de place, la place principale de la ville. Là, les hurlements devinrent plus intenses à un point que Wade dut mettre un genou à terre. Il releva difficilement la tête, se releva encore plus difficilement et fut face à un phénomène auquel il n’avait encore jamais assisté.

Se révélant à la façon d’une photo polaroid, la place était en train de se métamorphoser progressivement en un bassin empli de sang ... ou plutôt un plasma psychoréactif visqueux de couleur rouge, témoin du sang versé et des supplices endurés par les victimes en ce lieu. Les cris étaient insupportables, ils véhiculaient une douleur insoutenable même pour l’hôte du cavalier Mort. C’est alors que la forme éthérée qui le suivait depuis la maison se présenta sur la place à l’insu de Wade. La forme tenait toujours comme un flambeau la lampe que Wade avait allumée. Elle marqua un temps d’arrêt. En effet, dans le bassin de sang spectral survint soudainement des visions d’assassinats, de meurtres, d’exécutions multiples et variées. Elle se succédèrent de plus en plus vite au point que plusieurs apparaissaient en même temps à divers endroits du bassin. Wade était comme lobotomisé devant cette manifestation morbide. Il tomba à genoux, complètement non réactif.

La forme éthérée s’avança d’un pas mesuré sur la place. Elle se dirigea d’un pas nonchalant jusqu’à se positionner juste à côté de Wade, à l’extrémité de son champ de vision. Wade s’aperçut alors de sa présence. Il tourna la tête vers elle, incapable de réagir outre mesure. Il était à la merci de cette manifestation si elle décidait de l’attaquer. La forme éthérée tendit alors la torche face au visage de Wade. Ce dernier sembla soudainement absorbé par les orbites du crâne évidé qui servait de torche. Tout sembla soudainement s’assourdir alors que l’intensité des cris n’avait pas décru d’un iota. La concentration de Wade réapparut en fixant cette torche, ce crâne. Se focaliser dessus semblait l’aider réellement. C’est alors que la forme éthérée éleva la torche. Wade suivit le crâne et se releva machinalement, sans difficultés.

La forme éthérée plaça alors la torche au niveau de son visage ... et l’enfonça là où sa tête était sensée se trouver. C’est alors que les éléments constitutifs de la lampe se désolidarisèrent. Le crâne, toujours enflammé, resta au niveau de la tête de la forme tandis qu’elle s’accaparait le reste des ossements et se constituait une main gauche et une main droite rattachée aux os d’un avant-bras. Wade sembla alors sortir de sa transe et fit un vif pas en arrière. Les hurlements lui revinrent à l’oreille, toujours aussi affligeants. Inconsciemment, il courba à nouveau l’échine. Ses épaules s’affaissèrent et il porta ses mains à ses oreilles.

La forme éthérée fit un pas en avant pour restreindre la distance entre eux et porta sa main droite sur l’épaule gauche de Wade. A nouveau, celui-ci sembla immédiatement soulagé. Il sentit alors la main squelettique de la forme, du spectre. Il le regarda.

« - Que veux-tu ? » lui demanda-t-il alors.

Le spectre tourna autour de lui afin de placer sa main gauche isolée sur son épaule droite. Il tendit les restes de son bras droit et pointa le centre de la place. Le spectre voulait que Wade observe. Au centre, il y avait toujours autant de visions de massacres se succédant à une folle vitesse.

« - C’est une véritable folie » murmura Wade.

Le spectre tourna les restes de son crâne vers lui avant de le rediriger vers la place. Il éloigna lentement sa main gauche de l’épaule de Wade. Celui-ci entendit les hurlements revenir à l’assaut. Le volume augmentait à mesure que le spectre éloignait sa main. Cela, Wade le comprit et se tourna vers le spectre. Celui-ci pointa son front de ses index et majeur gauches avant de les retirer en les écartant lentement. Qu’est-ce que ce signe signifiait ? Le spectre répéta son geste en faisant de même avec sa main droite. Tandis que les cris commençaient à troubler sa concentration, Wade finit par comprendre ce que le spectre lui indiquait. Il lui demandait d’ouvrir son esprit. Wade se détendit alors et se laissa progressivement submerger par les cris, cessant de leur résister. Les premières secondes furent insupportables. Il avait l’impression que son cerveau était déchiré de toutes parts lorsque, petit à petit, il s’acclimata à cette cacophonie. Finalement, les cris et autres hurlements devinrent plus supportables, toujours incompréhensibles, mais supportables.

« - Merci ! » adressa Wade au spectre.

En effet, le spectre venait de lui apprendre comment faire face à des lamentations d’une telle intensité. Il ne parvenait pas à distinguer quoi que ce soit, mais il était capable de se mouvoir normalement. Néanmoins, cela ne changea rien à sa vue, Les visions s’enchaînaient toujours à un rythme effréné. L’on distinguait à peine les scènes qu’elles représentaient. C’est alors que le spectre à ses côtés sembla pousser un cri inaudible. Hormis le plasma psychoréactif, toutes les visions disparurent. Puis le spectre invita Wade à observer à nouveau.

Une par une, les visions réapparurent. Elles se succédaient bien plus lentement ; ce qui permit à Wade de les observer avec plus d’attention. Il y avait là le meurtre de créatures diverses et variées. Des humains et des formes de vie aliens par centaines, par milliers, des démons par dizaines, même une poignée d’anges. Des éviscérations, décapitations, démembrements et autres joyeusetés du même acabit. Ils étaient immanquablement tués de façon implacable, sanglante ... sadique. Seuls les esprits désincarnés des anges et des démons semblaient être capables de dévoiler autre chose que leur propre corps en train de mourir ; ils montraient l’auteur de leur mort. Invariablement, c’était la même personne, la même chose, une créature qui semblait pouvoir changer de taille et qui avait tout d’un démon.

« - Qui c’est celui-là ? » fit Wade à voix basse, tandis que les visions continuaient de se succéder.

C’est alors que les visions s’arrêtèrent brutalement de défiler, comme si un puissant vent venait balayer une brume éthérée. Le plasma psychoréactif prit alors une teinte bleue. Un spectre de taille conséquente ... et doré apparut soudainement ; le spectre qui avait aidé Wade tenta de se camoufler derrière lui.
_____________

A suivre dans l chapitre 391 - DeathGame
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Cygne, zombies et cornetto : hommage à Simon Pegg
» High School Of The Dead
» WALKING DEAD ( AMC)
» [FACTION] - Chapitre : Rain Templars
» High School of the Dead
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 390 - Land of the Dead :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 390 - Land of the Dead
Message le Sam 31 Mar - 11:25 par Shion
Bon, je pense pas me mouiller beaucoup si j'énonce l'hypothèse que le fameux démon qui change de taille et tue tout le monde est Patulas ^^

Je me demande bien qui est ce fameux spectre qui tient à aider Wade par contre...
 

Chapitre 390 - Land of the Dead

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 3 - la Terre des Âmes-
Répondre au sujetSauter vers: